Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Mets de l’huile ? Surtout pas !

Mets de l’huile ? Surtout pas !

Un nouveau scandale alimentaire est arrivé le 28 avril dernier.

Il est pour l’instant passé pratiquement sous silence.

Heureusement internet, nouveau Zorro médiatique, est là, qui veille.

Quels sont les faits ?

La maison Lesieur (société Saipol) a acheté à bas prix en Ukraine 40 000 tonnes d’huile de tournesol.

5 000 tonnes ont été vendues en France à différents fabricants (pour accompagner les sardines, le thon, faire des sauces vinaigrette, du tarama, des chips, du surimi, du céleri rémoulade, de la soupe de poisson en boîte, du poisson pané, des paupiettes de veau, des pâtes à tartiner chocolatées, des cookies, des gaufrettes à la confiture, des barres céréalières).

L’acheteur est le groupe Unilever (Amora, Plantafin, Maille, Knorr, Magnum, Miko…).

Il a utilisé cette huile.

Or, à la suite d’un contrôle, on s’est aperçu en haut lieu que 10 % de cette huile était d’origine minérale.

Pour information, l’huile minérale est obtenue par distillation de la houille, du pétrole ou de schistes bitumeux et l’on doit limiter son utilisation pour la lubrification des organes mécaniques des machines et des moteurs.

Elle est aussi utilisée comme insecticide et acaricide.

http://www.pmra-arla.gc.ca/francais/pdf/prvd/prvd2008-19-fra.pdf

Le Canard enchaîné des 14, 21 et 28 mai a été le premier à diffuser cette information.

Craignant que l’annonce ne fasse tache d’huile (pléonasme), l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) affirme que le pourcentage (10 %) de cette huile minérale dans des produits alimentaires ne représente pas un danger pour les personnes qui en consommeraient.

L’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation) aurait quand même fait retirer les lots contenant l’huile incriminée, mais tous les aliments n’ont pas été retirés de la vente.

Seuls auraient été retirés de la vente les produits finis « les plus significativement contaminés ».

Mais le consommateur ne sait pas quels sont les produits qui sont restés sur les rayons.

Du coup, la Commission européenne a recommandé de ne pas dépasser dans une huile végétale 10 % d’huile minérale.

Faut-il pour autant croire que ce pourcentage ne menace pas notre santé ?

C’est donc la notion du danger qui est discutée.

Cela pose d’abord la question de la transparence, de la désinformation, laquelle a toujours comme justification la volonté de ne pas provoquer de panique (souvenez-vous de Tchernobyl).

Cela pose ensuite le problème des faibles doses.

Quand on demandait à Jean Rostand, le célèbre biologiste : « quelle quantité de radioactivité un être humain pouvait accepter sans risque ? », il répondait : « c’est un peu comme si vous me demandiez quelle quantité d’arsenic peut-on mettre dans le biberon d’un bébé ? ».

Au sujet des dioxines, par exemple, les normes américaines imposent de ne pas dépasser 0,0064 picogramme de dioxine ingérée par kilogramme de poids humain par jour, alors que l’Europe se contente d’une norme bien moins contraignante : 0,2 à 2 picogrammes.

Est-ce à dire que nous sommes beaucoup plus résistants que les Américains ?

Evidemment, non.

Il faut plutôt penser que les Américains, forts de leur expérience en ce domaine (guerre du Vietnam et usage de défoliants) se sont rendus compte que les dioxines sont liées directement à la prolifération des cancers dans la population.

Pour une fois que l’on pourrait prendre comme exemple les Etats-Unis, chers à Sarkozy...

Car comme disait un vieil ami africain :

« Quand on n’a qu’une lance, on ne doit pas s’en servir contre le léopard ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (178 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • MaxAlain MaxAlain 1er juillet 2008 12:59

     

    La "mal-bouffe" pointée du doigt est une réalité qui, aujourd’hui concerne tout un chacun. Les propos de l’article mettant en cause "les huiles de tables" a déjà, fait l’objet d’attention particulière de quelques médias. Il va sans dire que, même à faible dose, un produit toxique, continuera et contribue grandement à notre empoisonnement, sans même tenir compte du coefficient relatif à la fréquence d’ingurgitation. Dernièrement, la télévision publique diffusait une émission concernant quelques problèmes directement liés à la "mal-bouffe" ! Il était, au cours de ce sujet, présenté un agriculteur, victime de troubles graves liés aux pesticides employés. La teneur du débat devait sensibiliser les masses quant au danger à consommer fruits et légumes produits avec de tels pesticides. L’agriculteur "témoin" se répandait sous le feux des caméras, pour dénoncer les méfaits d’adjuvants employés, sans en connaître les risques, responsables aujourd’hui de sa lamentable condition physique. Hors, dans le même temps, en parallèle et, en toute connaissance des conséquences dramatiques, des images nous apprenait que cet individu continuait à épandre les mêmes produits, par tierce personne interposée.

    Qui et comment, veut efficacement lutter contre ce mal vivre, cause de troubles majeurs, de notre époque ? La question reste posée compte tenu que le profit saura, en tout état de cause, faire fi de toutes les néo-bonnes volontés.


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 13:43

      max alain ;
      il faudrait surtout que la transparence soit complete,
      à force d’avoir peur de créer une panique, on provoque l’effet inverse,
      on exagère les risques.
      il faudrait que les consommateurs exigent toute la vérité,
      a force de cacher une partie de la vérité, on finit par avoir un doute sur tout.


    • Le Chacal Le Chacal 1er juillet 2008 23:21

      Je profite de ce commentaire pour rappeler un fait : la plupart des collectivités étaient jusqu’à présent auditées par les laboratoires départementaux de chaque conseil général. Petit à petit, les départements se désengagent et ferment, ou revendent les structures, à des groupes privés tels que Pasteur.

      Le problème est que ces laboratoires devenus privés voient leur seule source de revenus provenir des clients qu’ils auditent, et non plus de l’Etat. Comment alors faire confiance à une structure qui se retrouve de part le fait juge ET partie ? Comment annoncer au client qui vous paie : "vous n’appliquez pas les bonnes pratiques, et ce que vous faites est dangereux pour la santé des personnes qui viennent prendre des repas chez vous" ?

      J’ai pu constater par moi-même la situation se dégrader, lorsque les laboratoires eux-mêmes ont commencé à renoncer aux bonnes pratiques, congelant par exemple des échantillons pour les stocker avant analyse pour des raisons de rentabilité. Or, quand on sait que plus de la moitié des salmonelles sont détruites par la congelation, on induit des "faux-négatifs" qui peuvent faire conclure à tort que la nourriture analysée était saine.

      Comment faire comprendre la nécessité de produire en agroalimentaire selon des éthodes sûres, lorsque l’Etat lui-même s’en désintéresse au nom des sacro-saintes économies.

      Restez attentifs, la viande "pourrie" refilée aux clients, et les rillettes à la listeria, ce n’est pas fini, et ça va aller de mal en pis...


    • Pierrot Pierrot 1er juillet 2008 13:04

      Article intéressant sur l’huile d’origine Ukrainienne.

      Par contre les "normes" de dioxine américaines (en fait proposition de l’EPA, je pense) n’ont rien à voir avec un risque sanitaire.
      Les normes réglementaires correspondent , le plus souvent, avec un niveau "accessible" donc souvent très inférieure au niveau sanitaire.

      C’est ainsi.
      Bonne journée.


      • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 13:45

        pierrot,
        vous ne trouvez pas qu’il y a une espèce d’incongruité a penser que nous sommes plus résistants que d’autres habitants de la planète,
        si les américains mettent la barre bien plus haut, il y a surement une raison,
        l’europe devrait servir aussi a çà,
        non ?


      • Pierrot Pierrot 1er juillet 2008 19:28

        Il s’agit de raisons "politiques" qui n’ont évidemment rien à voir avec une meilleure résistance sanitaire des américains.
        Cette proposition de norme de l’EPA de quantités journalières acceptables des dioxines et furannes n’a évidemment rien à voir avec un niveau de protection sanitaire.

        C’est stupide tout simplement.

        Dans la recherche de contradictions, il ne faut jamais oublier le facteur "bétise humaine" c’est malheureusement le plus probable.


      • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:16

        Pierrot,
        permettez moi de ne pas etre d’accord,
        je crois que les états unis, et le canada aussi, ont des normes plus draconiennes car ils connaissent mieux que nous les dangers des faibles doses.
        ils n’ont aucun interet économique a s’imposer des normes plus de 300 fois supérieures aux notres.


      • Pierrot Pierrot 2 juillet 2008 10:23

        Je ne peux plus rien pour vous.

        gardez vos croyances et je garde la vérité.

        Bonne journée et merci pour votre information sur l’huile minérale ukrainienne.


      • Piotrek Piotrek 1er juillet 2008 13:05

        Suffit diffuser la liste des produits qui pourraient etre contaminés et de les boycotter pendant 6 mois.

        Les producteurs referaient leur calculs pour se rendre compte de leur erreur et que finalement :

        Coût de laisser les produits de merde sur le marché > Coût de les retirer du marché



        • chag 1er juillet 2008 13:39

          Le probleme, c’est que justement, on n’a pas la liste des produits contenant de l’huile frelatée. De ce que j’ai compris, Saipol refuse de communiquer cette liste.

          Chag


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 13:48

          Piotrek
          vous avez raison,
          c’est peut etre la seule manière de faire réagir ceux qui devraient protéger notre santé, au lieu de tenter de calmer le jeu.
          le boycott est une arme efficace.
          sans tomber dans la parano la plus complete, il faut maintenant que cessent ces mensonges, ces dissimulations.

           


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 13:51

          a chag,
          ce n’est pas l’entreprise qui refuse de donner la liste des produits qui sont rester sur les rayons,
          c’est l’affsa qui fait profil bas, avouant qu’elle a enlevé certains produits, mais ne dit pas lesquels sont restés en vente.


        • sisyphe sisyphe 1er juillet 2008 23:02

          Pour une partie de la liste des produits....
          extrait d’un article refusé le 30.05...


          Histoire d’un empoisonnement....
          Chronologie des faits : le groupe Saipol, numéro un français de la transformation des oléagineux et propriétaire de Lesieur, aurait reçu fin février une cargaison d’huile censée être de l’huile de tournesol, en provenance d’Ukraine.

          Mais il se trouve que cette huile est mélangée à de l’huile minérale dérivée d’hydrocarbures. Saipol ne s’en aperçoit qu’un mois plus tard, quand un industriel du nord de l’Europe l’avertit.

          La répression des fraudes est alertée le 21 avril. Le 26 avril, officiellement, tous les bidons et les plats contenant de l’huile frelatée auraient été retirés des rayons de supermarchés.

          Mais problème
           : Saipol a raffiné l’huile et l’a vendue à « une trentaine de clients de l’industrie agroalimentaire » qu’il refuse de citer. Et du côté de la Répression des fraudes, on admet que « compte tenu du nombre d’entreprises concernées » il est impossible de « connaître le nombre exact » de lots concernés. Bref, tous les produits qui contiennent de l’huile de moteur n’ont pas été retirés.

          La Répression des fraudes a assuré au Canard qu’en « l’absence de toxicité aiguë » il n’y a pas de quoi alarmer les consommateurs de mayonnaise. Le 2 mai, raconte le Canard, « la Commission européenne s’est fendue en catimini d’une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de 10% d’huile de tournesol frelatée »... Car, selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments, un homme de 60 kilos peut avaler chaque jour jusqu’à 1,2 gramme d’huile ukrainienne sans danger...

          On est donc tout à fait rassuré. Non ??

          Voyons quels sont les produits, donc, renfermant 10% d’huile de moteur, que nous sommes appelés à consommer tous les jours.
          Un rédacteur d’Agoravox (LPG) a bien voulu , revenant de ses courses, nous en dresser une liste (non exhaustive) : je reproduis ici son témoignage :

          - à tout saigneur tout honneur : l’huile tournesol Lesieur, et tant qu’à faire, boycott général de tous les produits Lesieur


           Saupiquet


           Unilever et ses marques Knorr Magnum Fruit d’or Miko Planta fin Amora etc ... Unilever a sur les bras 1.500 TONNES à écouler, c’est pas fini demain ce stock !


           Carrefour Promodes cad magasins Champion et je crois 8 à 8, 200 références concernées !


           Auchan 40 références concernées ...

          Le Canard cite ces deux enseignes parce qu’elles lui ont répondu que du moment que la DGCCRF a autorisé l’huile avec 10 % d’huile moteur, ils ne voient pas la raison de retirer les produits ...

          Parmi les produits concernés : surimi 4%, tous les produits en mayonnaise comme le céleri rémoulade 9% par exemple, ou les diverses salades avec mayo, la soupe de poisson en conserve 10% ( pas la surgelée ? ) les poissons panés 9% ( pas les escalope des dindes et de poulets ? ), les paupiettes de veau 1%, le thon et sardine à l’huile 7% ( mangez les à la tomate !)

          AU rayon sucré : pâtes à tartiner chocolatées 19% blé pour petits dej 2% gauffrettes à la confiture 2% barres céréalières et sucrées 15 % cookies 20 %... le must restant la mayo : 78 %, talonnée par le tarama 50%, la sauce béarnaise 45% ( un comble, de la béarnaise à l’huile au lieu de beurre !) les chips 36% ou la vinaigrette allégée 25% ...

          Le Canard du 21 mai conclue cet article par un petit calcul ( une règle de trois confiée à Darcos ? ) : sur les 7 gr/ litre d’huile frelattée présente au départ, il en reste après raffinage 2gr/L au total donc les Européens - car l’huile a été vendue partout en Europe - vont ingurgiter 80 tonnes de lubrifiant moteur, dont 5,6 tonnes pour les Français .... Ca baigne !


          Voilà.
          Malgré les avis rassurants de la répression des fraudes, on notera, tout de même, un précédent légèrement fâcheux , relaté dans la presse en 1999.
          Je cite :

          1200 MORTS, 4000 INVALIDES


           

          Dix-huit ans après les faits, l’’Etat espagnol va dédommager les victimes du scandale de l’huile frelatée, l’un des cas d’empoisonnement les plus tragiques du siècle. En 1981, de l’huile de colza mélangée à de l’huile à usage industriel est commercialisée dans toute l’Espagne. 17500 personnes sont intoxiquées. Plus de 1200 d’entre elles meurent empoisonnées, 4000 deviendront invalides. Les associations de victimes lutteront longtemps pour que justice soit faite. En 1992, dix chefs d’entreprise et chimistes du secteur huilier sont mis en examen et condamnés à des peines de prison allant de 4 à 77 ans. Trois ans plus tard, un ancien haut fonctionnaire des Douanes, jugé pour négligence, est condamné à une simple amende. Enfin, vendredi dernier, le gouvernement a annoncé le dédommagement des victimes. Les indemnités fixées au cas par cas par trois juges pourront s’élever à 50 millions de pesetas, soit près de 2 millions de francs pour les personnes les plus atteintes.

          Donc, et sans vouloir faire de catastrophisme à tout prix, il y a toutes les chances que vous ayez , sur vos tables, dans vos frigos, vos placards, en filtrant bien, de quoi faire tourner votre moteur quelques temps. A l’heure de l’augmentation exponentielle du prix du pétrole, c’est-y pas une bonne nouvelle ??

          Sinon, comme le signale, toujours notre ami LPG :
          Autre problème de santé, les huiles hydrogénées artificiellement, pour les transformer en graisse solide, en vue d’une utilisation dans les pâtisseries industrielles ..

          Ces huiles ont été reconnues responsables d’un " entartrage" précoce du système sanguin entre autres dégâts ...

          Alors un conseil : lisez les étiquettes, surtout celles écrites en lettres minuscules indéchiffrables dans les lumières pourries des grandes surfaces... et n’achetez que des produits marqués "pur beurre" .. d’ailleurs cette mention est toujours écrite en gros, c’est plus facile à lire !

          Il faut savoir que ces huiles hydrogénées sont interdites aux USA, pas en Europe !


        • ninou ninou 2 juillet 2008 01:28

          Sisyphe, à lire :
          Relation de l’empoisonnement perpétré en Espagne et camouflé sous le nom de syndrome de l’huile toxique
          , J. Philipponneau, Encyclopédie des nuisances, 1994
          Où l’on découvre qu’en fait l’huile (cette fois-là) n’était pas responsable de ce fameux syndrome mais que les gens ont tout bonnement été empoisonnés aux pesticides (merci Bayer). 
          Evidemment, un lampiste a été trouvé !
          La grosse boîte n’a jamais été inquiétée car, dès le début, les expertises ont été orientées. Bizarement, le seul chercheur qui a continué ses recherches dans l’autre sens est mort dans des circonstances douteuses !
          Une bonne lecture aussi pour découvrir l’état d’aveuglement et d’ignorance volontaire de nos Etats... 


        • ninou ninou 2 juillet 2008 02:00

          + un lien vers un site qui parle de cette affaire...
          http://www.ctanet.fr/daudon/jd016.htm


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:13

          sisyphe,
          merci de ces éclairages complémentaires,
          on voit bien qu’au dela du débat sur la nocivité du produit, c’est la question de la transparence, de l’information qui est posée.


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:18

          Piotrek,
          je ne vois effectivement pas d’autres solutions que le boycott, afin d’obliger l’afssa a communiquer la liste des produits retirés des rayons, et de ceux qui sont restés.


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:22

          Chag,
          il est possible que la société Saipol ne sache pas quels produits ont été transformés avec leur huile,
          ils l’ont vendue, c’est certain,
          par contre l’afssa (association francaise de sécurité sanitaire) doit le savoir,
          puisque c’est elle qui en a fait retirer certains des rayons des commerçants.


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:25

          Ninou,
          si on creuse un peu le sujet, on s’aperçoit que les pesticides, et autres défoliants sont extraits d’hydrocarbures, et donc d’huile minérale.
          l’intoxication espagnole relève donc du meme problème.


        • Ronfladonf Ronfladonf 1er juillet 2008 13:10

          Finalement, on cherche peut-être à réhabiliter la sélection naturelle chez l’être humain...

          Au nom des bonnes pensées "Aime ton prochain", etc... On en arrive à des dogmes politiques "Il faut aider les plus faibles"...

          Tout celà est très bien, jusqu’à une certaine limite. On en arrive à des cas d’acharnement et de "condamnation à vivre" tels que Chantal Sébire il y a quelques temps (et plein d’autres imilaires mais moins médiatisés).

          Ce genre de comportements global a des conséquences qui ne sont pas anodines : il y a 110 ans on n’était que 960 Millions sur Terre et on pulvérisait à l’époque le record mondial de population... JAMAIS on n’était arrivé une telle population mondiale. Aujourd’hui on est plus de 7 Milliards !!!!

          Plus je lis Agoravox et autres journaux alternatifs, et plus je me dis que ce n’est pas possible que tous les dirigeants de la planète soient aussi idiots pour provoquer autant de Cancers, créer une maladie comme le SIDA, minimiser des catastrophes comme Tchernobyl, etc... et ne rien dire à la population pour qu’on puisse se défendre comme il faut...

          Je me dis qu’ils veulent absolument décimer une partie de l’humanité pour des raisons obscures....

          Mais vu la raréfaction des ressources et les nouveaux enjeux mondiaux, il y a une raison qui pourrait être logique...

          Bref, même si çà ressemble à une théorie du complot, un truc complètement dingue, faites vous vous même votre opinion et tirez en les conclusions qui vont bien (Y compris " Ca y est il a fondu une pile ce brave Ronfladonf... il est bon pour la psychiatrie")


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 14:00

            Ronfladonf,
            c’est peut etre encore plus simple.
            il est plus interessant pour les entreprises qui vivent de la dépollution de proposer des stations d’épuration pour filtrer éventuellement tous ces produits dangereux, que d’empecher que la pollution se produise a la source.
            on aurait pu interdire l’amiante, les pesticides, les tensio actifs, et autre cochonneries, mais au nom de la société qui veut engranger des bénéfices sur tout, et n’importe quoi, on préfère laisser faire, et ensuite proposer de guérir éventuellement les cancers, les leucémies,
            c’est d’un cynisme révoltant, mais c’est aujourd’hui comme çà.


          • Joinneau & Choubrac Joinneau & Choubrac 14 août 2008 23:14

            Il n’y a pas de complot. Ils laissent faire depuis 50 ans et si l’on trouve quelque chose à redire, c’est la faute aux industriels, aux actionnaires, à l’administration, au consommateur... il y a un tas de raisons excusables pour laquelle les cancérigènes au long cours ont été et seront encore intégrés dans l’alimentaion, les médicaments, les cosmétiques etc...
            Aucun politique n’admettra que les toxiques sont censés jouer un rôle bénéfique du point de vue de la sélection sociale (ex : aux Etats Unis l’espérance de vie des classes sociales défavorisées a commencé à diminuer, en cause : la malbouffe. Peu d’américains aisés sont scandalisés de cette situation ! Bien au contraire !  L’industrie agro alimentaire n’a jamais bénéficié d’un tel consensus, a gauche comme a droite !)
            Mais aucun politique ne mettra la santé publique au premier rang de ses préoccupations.Le profit à court terme primera toujours.
            Sauf a considerer que les masses populaires sont les seules garantes de la préservation du patrimoine génétique et culturel de l’humanité.
            Faites les disparaître, par la guerre ou la malbouffe, et vous n’aurez plus que trois pelés aux yeux bleus et au pedigree certifié pour représenter l’espèce humaine. Une petite épidémie de virus ebola viendra sans difficulté a bout de ce reliquat d’humains.
            Cela s’appelle des mathématiques appliquées.

            Défendre l’humanité, c’est défendre la propagation de la  vie sur terre dans un premier temps, puis dans l’univers entier... Peut importe les conséquences et les difficultés.Le développement durable est censé apporter les réponses sociales, politiques, éducatives et économiques aux problèmes posés par la démographie. C’est sur le développement durable qu’il faut plancher, en s’aidant des travaux de débrouissaillage de la question déjà effectués ou en cours.


          • alberto alberto 1er juillet 2008 13:39

            Une fois de plus, dans cette affaire qui est un scandale sanitaire supplémentaire, la santé du Commerce et de l’Industrie prime sur celle du public !

            On constate au passage pour qui roulent les médias : certainement pas à informer le populo, mais plutôt à lui enfiler la pub de ses annonceurs. Car ces consommateurs sont aussi des électeurs : les premiers maltraités par la malbouffe, les seconds par la malinfo ...

            Pour ce qui est de la santé des agriculteurs qui utilisent depuis des décennies des produits dits "phytosanitaires" mais qui sont en réalité de vrais poisons : une grande enquête (Agrican) a été lancée depuis 2005 auprès des interessés et leurs familles, dont on attends les résultats avec intérêt...Mais on apprend que la publication de ces résultats est un peu retardés  : A suivre...

            Bien à vous et merci à M. Cabanel.


            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 14:10

              Alberto,
              je profite de votre commentaire bien construit pour évoquer le problème des OGM,
              d’apres jm Pelt qui n’est pas contestable en tant que scientifique, l’expertise menée par Monsanto, cachée pendant de nombreux mois, a permis de découvrir que des rats nourris exclusivement aux ogm avaient fini par avoir de gros problèmes de santé, atrophie du foie, des reins...
              le grenelle de l’environnement n’a pas réussi a endiguer le danger, et sachant que les pollens se retrouvent dans la haute atmosphère, et sont donc capables de voyager sur de grandes distances, la distance imposée entre ces cultures et les autres ne servira a rien.
              le pire est hélas a venir.


            • alberto alberto 1er juillet 2008 14:54

              Pour les OGM, oui, Olivier : hélas, bien difficile d’endiguer cette monstrueuse vague de pognon nourrie par les industriels des lndustries agroalimentaires allant irriguer dans les mondres recoins du pouvoir, de Bruxelles jusqu’à à notre Sénat !


            • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 16:15

              Ambertp,
              je partage votre sentiment,
              et je constate l’impuissance que nous avons d’agir.


            • Gugu Gugu 1er juillet 2008 14:09

              A partir du moment où la commission Européenne considère que 10% d’huile végétale ne nuit pas à la santé des consommateurs, je ne vois pas l’intéret de faire un article.
              si des gens que nous avons élus pour leur compétences se prononcent sur un sujet qui nous dépasse, c’est bien qu’ils sont compétents, et qu’on arrète de parler de lobby et autres groupes d’intéret, nous sommes en démocratie, et nos élites oeuvrent à notre bien être.


              • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 14:19

                Gugu,
                je vous félicite de votre optimisme.
                c’est d’ailleurs le meme optimisme qui a permis aux dirigeants dont vous parlez a ne rien faire sur l’amiante pendant plusieurs dizaines d’années,
                a considerer que les dechets nucléaires n’étaient pas un problème,
                que les tensio-actifs ne l’étaient pas non plus,
                que les désherbants, et autre défoliants étaient sans danger,
                que les dioxines ne provoquaient pas de cancer,
                que les ondes électro magnétiques n’avaient aucune incidence sur notre santé...
                etc..

                plus sérieusement, si il n’y a pas de danger, pourquoi l’organisme AFFSA ne donne-t-il pas la liste des aliments qui sont restés sur les rayons de nos grandes surfaces ?
                j’attend votre réponse avec impatience.


              • Gugu Gugu 1er juillet 2008 16:18

                non, je plaisantais et carricaturais à souhait
                merci d’avoir réagit si rapidement à mon commentaire carricatural...
                Je suis pour le principe de précaution, et ce pour tout ce qui peut présenter le moindre risque, meme quand le risque n’est pas "scientifiquement prouvé", mais j’ai remarqué que sur pas mal de sujets, des gens tiennent le genre de discours que j’ai tenu plus haut, mais lorsqu’il s’agit de nourriture, là, tout le monde est unanime ou presque... ceci est particulièrement vrai pour l’amiante notamment.


              • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:29

                gugu,
                ouf me voila rassuré,
                merci de votre franchise,


              • Vincent 1er juillet 2008 15:37

                Question à la con, dans votre article vous évoquez 40 0000 t  il en manque  35 000 t , où sont-elles passées ?

                Evaporées ?....

                Sinon je fais ma vidange moi-même est-ce à dire qu’au lieu de me faire chier à recycler mon huile à la déchèterie je pourrais ajouter 10 % de mon ancienne huile à mon huile d’olive première pression à froid servant à la constitution de la vinaigrette de ma salade ?…

                Et sinon pour le Nutella c’est bon ?


                • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 16:14

                  vincent,
                  vous avez bien lu,
                  40 000 tonnes,
                  dont 5000 vendues en france,
                  et le reste dans d’autres pays, bien sur.

                  quand a la suite de votre question, tout dépend de l’opinion que vous vous faites sur les affirmations de l’afssa qui prétend qu’en dessous de 10% d’huile minérale dans l’huile végétale, il n’y a pas de danger.


                • Lisa SION 2 Lisa SION 1er juillet 2008 16:45

                  "...Du coup, la Commission européenne a recommandé de ne pas dépasser dans une huile végétale 10 % d’huile minérale. .." avez vous écrit, Olivier, 

                  C’est un peu comme si, pour résoudre le problème de la p&dophylie, on passait les normes de " LA MAJORITE A SEPT ANS..." Hop, c’est réglé... !

                  Si la constitution européenne, cela consiste juste à rectifier une à une les normes actuelles à celles en vigueur dans le pays de Tchernobyl...On est très mal barrés...Il y aurait fort à craindre...
                   
                  "...Faut-il pour autant croire que ce pourcentage ne menace pas notre santé  ?..." Il doit bien avoir des conditions reconnues légalement, qui nuisent à la santé, puisque dans le même siècle précédent, le cancer est passé de 3,5 à 23 %... Desserrer l’étau de ces normes actuelles, ne peut qu’accélèrer ce chiffre déjà alarmant.




                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 19:17

                    Lisa,
                    effectivement c’est assez désespérant,
                    on a l’impression d’etre dirigés par des autistes,
                    il y a eu l’amiante,
                    tchernobyl,
                    la dioxine,
                    les pesticides,
                    les ogm
                    et chaque fois il faut attendre de longues années pour qu’une réaction se fasse enfin.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 2 juillet 2008 07:32

                    Lisa,
                    j’aime bien le rapprochement que vous faites entre la pédophilie et l’age de la majorité,
                    au sujet du cancer, cela reflete la stratégie cynique mise en place par les commerçants du monde entier : il est bien plus interessant de laisser se développer une maladie que d’empecher qu’elle n’arrive.

                    pareil pour les stations d’épuration (je sors un peu du sujet), si on interdisait purement et simplement les tensio actifs, les pesticides, engrais chimiques etc... on n’aurait pas besoin de dépenser des fortunes pour tenter de filtrer les cochonneries qui se trouvent maintenant dans notre eau.


                  • darthbob darthbob 3 juillet 2008 23:20

                    oui, cela me rappelle une nouvelle de science fiction (dont je ne me rappele plus l’auteur) qui m’a énormément marquée.

                    En gros, face à une insécurité galopante, des meurtres inombrables et des émeutes qui en découlaient, les habitants d’une planète (la Terre) cherchent une solution dans les autres planètes évoluées de la galaxie.

                    Or, il se trouve qu’une petite planète sans prétention affiche le chiffre miraculeux de 0 crime /an !!!!

                    le rêve de tout adepte de la tolérance zéro, non ?

                    Un émissaire est envoyé là-bas et il étudie la société en place... et constate que la délinquance est présente et les meurtres quasi-quotidiens....

                    il ne comprend pas et interroge les autorités locales qui lui répondent que pour éradiquer les crimes ils les ont tout simplement légalisés. Bref, commettre un meurtre n’est plus un crime. CQFD !

                    il n’est pas utile de trouver une solution à un problème complexe, il suffit de dire que ce n’est pas un problème...


                  • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2008 14:26

                    oui Lisa,
                    c’est exactement çà.
                    si on laissait aux citoyens le choix de décider ce qu’ils veulent acheter, et ce qu’ils ne veulent pas.
                    il suffirait que sur l’emballage des produits incriminés figure la mention "contient de l’huile minérale", et ensuite ils auront le choix,

                    il y a des fortes chances que les produits qui avoueront des pourcentages, meme minimes d’huile minérale ne soient plus achetés.

                    cela permettrait au moins de dissuader les producteurs d’utiliser des produits a risque.
                    aussi minime soit il.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2008 14:29

                    a darthbob
                    bien sur, c’est une solution qui serait efficace.

                    il faut qu’on arrete de considerer le consommateur comme un naïf, un enfant, qui mange ce qu’on lui dit de manger.
                    les producteurs, les industriels savent pourtant que nous ne sommes pas des enfants.
                    s’ils veulent éviter les problèmes, il leur suffirait d’indiquer sur leurs étiquettes "contient de l’huile minérale".

                    laissant au consommateur le choix d’acheter ou de ne pas acheter.


                  • ivy 1er juillet 2008 16:55

                    bonjour. ma première intervention ici smiley
                    nous sommes effectivement plusieurs à "suivre" cette affaire (par exemple ici : http://ivy.over-blog.com/article-20030154.html). le loup voyou a diffusé une liste des produits à éviter.
                    de façon générale, et comme d’habitude, évitez les produits manufacturés dès que vous le pouvez.


                    liste :

                    Lesieur, et toutes les marques du groupe :
                    Fruit d’or
                    Epi d’or
                    Frial
                    Isio 4
                    Oli
                    Carapelli
                    Saupiquet

                    Toutes les marques du groupe Unilever, par exemple :

                    Amora
                    Planta Fin
                    Maille
                    Knorr
                    Magnum
                    Miko

                    Produits susceptibles de contenir l’huile frelatée :

                    Mayonnaise
                    Tarama
                    Sauce béarnaise
                    Chips
                    Vinaigrette allégée
                    Surimi
                    Céleri rémoulade
                    Soupe de poisson en conserve
                    Poisson pané
                    Paupiettes de veau
                    Thon et sardines à l’huile
                    Pâtes à tartiner chocolatées
                    Gaufrettes à la confiture
                    Barres céréalières sucrées pour les enfants
                    Cookies

                    merci.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 1er juillet 2008 19:19

                      Ivy,
                      j’ai même trouvé sur le net quelqu’un qui a prétendu qu’il s’agissait tout betement d’un hoax !
                      la désinformation ne connait pas de limites,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès