Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Nos enfants boivent-ils suffisamment d’eau ?

Nos enfants boivent-ils suffisamment d’eau ?

Selon le Credoc, seuls 14 % des adolescents seraient correctement hydratés. Les journées à l'école, sans eau, mis à part la cantine, c'est fréquent. Raisons et conséquences sur la santé.

Les chiffres se sont aggravés depuis la dernière étude du Centre de Recherche pour l'Etude et l'Observation des Conditions de Vie, il y a trois ans. Environ un tiers des adolescents boit moins d'un litre d'eau par jour ! Un enfant en bonne santé est considéré comme bien hydraté tant qu'il maintient sa balance hydrique. Les enfants sont plus que les adultes exposés à un déficit hydrique favorisant la déshydratation. Pourquoi ? Car leur rapport surface corporelle/poids est plus élevé, et les pertes d'eau sont donc proportionnellement plus importantes via la peau. Leur métabolisme énergétique est élevé, car ils sont en pleine croissance. Leur système de thermorégulation est différent de celui des adultes, car leur corps s'acclimate différemment lors des changements de température comme pendant la pratique d'un sport. Et surtout, ils n'ont pas le réflexe de boire, même quand ils ont soif, sans doute car ils sont trop absorbés par leurs activités. Sans compter que pour accéder à l'eau, les enfants sont généralement dépendants des adultes, et ne sont pas à même de reconnaître les signes de déshydratation.

Quelle quantité d'eau doit boire un enfant ?

Dans un climat tempéré, un enfant entre 4 et 8 ans devrait boire 1,1 litre d'eau par jour

Entre 9 et 13 ans, 1,3 litre par jour pour les filles et 1,5 litre pour les garçons

Quels sont les principaux signes et conséquences de la déshydratation ?

Appauvrissement des larmes lors des pleurs, sécheresse buccale, insomnie, fatigue, faiblesse musculaire, céphalées, vertiges étourdissements. Mais aussi, on constate une déshydratation, lorsque les urines sont foncées, beaucoup plus concentrées, c'est aussi la porte ouverte à de plus nombreuses infections urinaires.

Des études menées en Israël et en Grande-Bretagne sur des groupes d'enfants ont démontré qu'une hydratation insuffisante peut avoir des conséquences sur les facultés cognitives, les performances mentales et la concentration.

Pour la petite bouteille d'eau dans le cartable

Le problème est que bien souvent à l'école, les enfants ne boivent guère, en dehors du repas à la cantine. La solution : une petite bouteille d'eau dans le cartable, mais nombre de chefs d'établissements l'interdisent en prétextant des problèmes de sécurité en disant qu'il y a toujours le robinet. Mais rares sont les enfants qui vont boire au robinet des toilettes : inconfort, manque d'hygiène, froideur de l'eau l'hiver, et proximité de la cuvette des toilettes pas toujours propres n'incitent guère à fréquenter cet endroit. Certains élèves se retiennent même d'uriner de toute la journée en raison de l'état repoussant des toilettes témoignent des associations de parents d'élèves, alors, ce n'est pas pour s'y désaltérer.

Il y a donc effectivement de quoi s'inquiéter sur les conditions d'hydratation de nos enfants dans les établissements scolaires. Alors que les dirigeants d'entreprises ne voient aucun problème à ce que leurs employés viennent avec leurs bouteilles d'eau, de jus de fruits ou autres, pourquoi n'en serait-il pas de même dans les écoles ? Pourquoi refuser aux enfants, ce qu'on ne refuse pas aux adultes quand il s'agit de besoins primordiaux ?

 C'est après tout aux équipes pédagogiques d'assurer la sécurité dans les écoles, et pas en privant tous les élèves d'eau, pour quelques perturbateurs. Le principe de précaution a là des limites : car il touche la santé des enfants. C'est aux parents d'imposer dans le cartable la bouteille d'eau. Un enfant qui a soif est en droit d'avoir sa petite bouteille d'eau à portée de main. 

Cranach


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Martin Lucas Martin Lucas 11 mai 2011 14:10

    Merci Cranach pour cet article, qui témoigne du mépris et des préjugés dont sont victimes les élèves des écoles publiques (et privées ?).

    La France, un des rares pays d’Europe (avec l’Autriche et peut-être l’Espagne) à proposer de l’eau en carafe gratuite dans tous les restaurants, tient peut-être là en partie le secret de longévité de ses habitants.

    Pourtant, on a longtemps banni l’eau des tables en France. Dans ma famille, quand mes parents étaient petits, boire lors des repas ne se faisait pas ! Boire en dehors... en cachette peut-être !

    Les réflexions fusaient : « tu bois comme un trou ! ».
    On avait alors la phobie de la potomanie.

    Et pourtant les maux de tête, étourdissements, ont souvent pour source la désydratation. Bizarrement, les gens cherchent toutes les explications imaginables avant celle là.
    Que de préjugés à abattre encore.


    • Gargantua 11 mai 2011 15:57

      Et quel eau ? A se demandez si il n’est pas plus sains de boire autre chose.


      • Duke77 Duke77 11 mai 2011 21:38

        Aujourd’hui quand on fait boire de l’eau à nos enfants, on leur donne du poison à petit feu :
        1/ Des nitrates et du BPA dans certaines les bouteilles en plastic
        2/ Des nitrates, du chlore, de l’amiante, des hormones/résidus des pillules contraceptives etc etc... Dans l’eau du robinet.

        Je rappelle que les perturbateurs endocriniens sont à l’origine des cancers et d’une puberté précoce. Comme par hasard, on observe un rajeunissement de l’arrivée des règles chez nos filles et une augmentation des cancers dans les populations occidentales uniquement. L’Afrique n’est pas touchée par cette tendance par exemple.
        Bref, je n’ai plus aucun plaisir à boire de l’eau excepté de l’eau de source en montagne, occasion qui se présente très rarement. Hélas, le libéralisme a transformé même les plaisirs les plus simple en poison.

        En France :
        http://www.wwf.fr/s-informer/actualites/du-poison-dans-l-eau-du-robinet-la-face-cachee-de-la-politique-agricole-commune-30-ans-de-scandale-d-etat- !
        http://fonzibrain.wordpress.com/2010/05/21/du-poison-dans-leau-du-robinet-un-scandale-incroyable-empoisonnement-massif-et-implication-de-kouchner/
        En Italie :
        http://www.lesmotsontunsens.com/scandale-italie-poison-pollution-eau-du-robinet-depuis-20-ans-2436
        Dans les bouteilles :
        http://ecolo-bio-nature.blogspot.com/2011/01/renoncez-vite-leau-en-bouteille.html


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 12 mai 2011 00:42

          Pour renforcer les défenses immunitaires des enfants, il faut leur faire boire beaucoup de vin. Ils doivent aussi manger du gras et fumer des cigarettes, beaucoup de cigarettes. La preuve en vidéo, ici.

          L’auteur de cet article est un buveur d’eau...


          • Pol-Adolf Staline Pohl-Adolph Stahline 12 mai 2011 03:03

            Il aurait été bon d’inclure les liens vers les sources (!) des stats. On croit l’auteur sur parole, mais si on peut vérifier ses infos sans être obligé d’y perdre un temps précieux, c’est appréciable. J’ai cherché quelques minutes sur le site du CREDOC : pas évident de mettre la main dessus. C’est quand même la moindre des choses, si on veut faire du journalisme, non ?

            Et c’est dommage que l’auteur ne soit pas neutre dans l’histoire : « consultant en stratégies de communication pour les interprofessions syndicales de l’agroalimentaire (vin, eau). »

            On comprends mieux l’insistance à vouloir équiper chaque enfant de « sa petite bouteille d’eau à portée de main. » Si on met de l’eau du robinet - de bonne qualité, si on est verni - dans une gourde, ça le fait aussi ?

            On lit quand même des choes étranges dans cet article : "Et surtout, ils n’ont pas le réflexe de boire, même quand ils ont soif, sans doute car ils sont trop absorbés par leurs activités. Sans compter que pour accéder à l’eau, les enfants sont généralement dépendants des adultes, et ne sont pas à même de reconnaître les signes de déshydratation.« 

            Euh, quand un enfant a soif, il boit, ou il demande à boire, tout simplement, non ?
            Ah, les toilettes sont sales, nous dit l’auteur, tellement même que certains enfants se retiennent d’uriner toute la journée, alors boire au robinet , n’y songez même pas... Hum, et avec des toilettes aussi répugantes, comment feront-ils pour évacuer l’eau de la p’tite bouteille que vous recommandez ?

            J’ai un peu l’impression d’être pris pour un idiot, quand je lis certains arguments. Enfin, l’auteur fait son boulot de lobbyste...

            Cela dit, il est utile de mettre le doigt sur le problème, car il semblerait que ce ne soit pas seulement les enfants qui font face à un manque d’hydratation : seuls 3 adultes sur 10 boivent le litre et demi d’eau recommandé au cours d’une journée.

             »Pourquoi faut-il boire suffisemment d’eau" (Dr Ardaillou, néphrologue)

            Il peut ne pas être superflu de rappeler qu’un quart des habitants de la planète n’a pas acccès à l’eau potalble, et qu’en 2020, si rien n’est fait, ça pourrait être sera LA MOITiÉ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès