Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > OMS-Laboratoires pharmaceutiques : Y a-t-il Collusion pour une grippette (...)

OMS-Laboratoires pharmaceutiques : Y a-t-il Collusion pour une grippette H1N1 ?

« La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé. »

Aldous Huxley

 Une peur rétrospective, qui noue les gorges, est celle provoquée par l’OMS en annonçant en mars 2009 un fléau qui avait un scénario messianique de fin du monde, et qui est déclinée d’une façon macabre à tel point que l’on suivait au jour le jour le nombre de personnes atteintes qui se chiffraient en milliers. L’OMS se gardant bien de nous rassurer en nous donnant le nombre infime de morts par pays. Cette peur panique a encore été plus amplifiée en Algérie, par une gestion médiatique approximative, qui ne rassure pas, ce qui amène par voie de conséquence, un manque de confiance du citoyen dans les institutions, qui échafaude les pires scénarii. Pendant un mois - le mois de décembre-les citoyens lambda que nous sommes ne comprenaient pas l’ambivalence du discours catastrophiste à travers des spots qui ont tout fait, sauf nous rassurer et par la même, on nous annonce qu’il faut valider les vaccins. Résultat des courses : il a fallu la démission d’un responsable et un mois d’attente pour voir le 31 décembre, que l’on nous annonce que la vaccination a commencé. Rapidement on apprend qu’une personne médecin de Sétif est morte quelques jours après s’être fait vacciner.

 Re-panique : y a-t-il une relation vaccin- décès ? L’enquête est confiée à la justice. Depuis, je ne sais pas ce qui s’est passé. Cette suspicion a amené les personnes, même du corps médical, à rechigner à se vacciner malgré...les « promesses » d’une récidive du virus. Résultat des cour-ses : une cinquantaine de morts, un millier de personnes qui ont contracté le virus et, semble-t-il des dizaines de milliers qui ne se sont pas déclarés parce qu’ils pensent qu’ils se portent bien.. Grâce à Dieu, l’épidémie a faibli d’elle-même. Reste que les millions de doses achetées sur le tard vont être payées d’une façon ou d’une autre en dizaine de millions d’euros.

 On se souvient que dans son souci de « bien faire » l’OMS avait actualisé en 2009 les six phases, établies en 2005 après la grippe aviaire -un autre canular qui nous a perturbés- Ces phases sont ordonnées selon des critères qui impliquent une montée en puissance de la mobilisation des pays face au risque pandémique. La phase 6 a été déclarée le 12 juin 2009 quand la pandémie est officiellement déclarée. Selon les critères fixés par l’OMS, il est nécessaire que deux régions distinctes dans le monde soient touchées par le virus avec des foyers autonomes. Le but, « réduire l’impact de la pandémie » sur la population. Les gouvernements peuvent placer leur pays sous un statut approprié « tel que l’Etat d’urgence ». Les pays peuvent encourager la réduction des déplacements ainsi que les rassemblements liés aux transports. Les pays doivent en outre planifier la distribution de vaccins et accélérer la préparation de campagnes de vaccination de masse.

Les grippes dans l’histoire récente 

 De quoi s’agit-il cette fois et qu’elle est l’histoire récente de la grippe ? La grippe a provoqué au XXe siècle trois grandes épidémies. Entre 1918 et 1919, la « grippe espagnole » a touché une grande partie de la population mondiale et fait au moins 40 millions de morts, selon l’OMS. Les pandémies suivantes furent moins meurtrières mais la grippe asiatique en 1957-1958 a toutefois, provoqué la mort de quelque 4 millions de personnes et la grippe de Hong-Kong en 1968-1969 fut responsable du décès de quelque 2 millions de malades. Depuis le début du XXIe siècle, plusieurs épidémies ont éclaté sans causer autant de décès que les grandes pandémies du siècle précédent. L’épidémie de la pneumonie atypique (Sras), qui est apparue dans la province chinoise du Guangdong (sud) en novembre 2002, avant de provoquer une crise en 2003 a touché 8000 personnes et fait plus de 800 morts dans le monde, dont près de 350 en Chine. Par ailleurs, la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire a tué plus de 250 personnes, principalement en Asie du Sud-Est, depuis son émergence en 2003.

Les épidémies annuelles de grippe sont à redouter car une part importante de la population est touchée par ce virus à mutation très rapide produisant régulièrement de nouvelles souches contre lesquelles l’homme n’a pas d’immunité. Considérées comme un problème majeur de santé publique, ces épidémies entraînent chaque année entre 3 et 5 millions de cas graves, dont 250.000 à 500.000 succombent au virus, selon l’OMS. (1)

 Au plus fort de la panique mondiale, des voix se sont élevées contre cette terreur organisée. Pour le professeur de médecine français Bernard Debré, la grippe AH1N1 n’est qu’une « grippette », qu’il compare à une diarrhée. Il regrette l’alarmisme de l’OMS. Bernard Debré affirme que la grippe AH1N1 « n’est pas dangereuse ». Il a lancé cette déclaration : « Cette grippe n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie ! », a-t-il affirmé. Pour Bernard Debré, même si ce virus se répand plus vite qu’une grippe classique, « cela reste une grippette, ce n’est ni Ebola, ni Marburg ». C’est une plaisanterie ! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ? Il est inutile d’affoler les populations sauf à vouloir leur marteler, à des fins politiques, le message suivant : « Bonnes gens dormez sans crainte, nous veillons sur vous »(2)

 Les voix discordantes n’ont pas été écoutées ! On l’aura compris, la grippe AHINI avec près de 14.000 morts est donc une grippette comparée à la grippe saisonnière qui fauche 3 à 5 millions de vie. Est-ce à dire que la peur panique déclenchée par l’OMS est surdimensionnée ? Est-ce que le principe de précaution a été appliqué outre mesure ? Est-ce à dessein ? Et alors on peut se poser la question, dans quel but ? L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a-t-elle surestimé le risque représenté par la grippe A(H1N1) sous la pression de l’industrie pharmaceutique ?  

 Invitée à répondre à cette question lors d’une audition publique, mardi 26 janvier, par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (Apce), l’agence onusienne s’est défendue d’avoir été influencée par les laboratoires quand elle a déclaré, en juin, l’état de pandémie de grippe A(H1N1). Autre sujet faisant polémique : les bases scientifiques sur lesquelles a été décrété par l’OMS, l’état pandémique de la grippe A(H1N1). La définition d’une pandémie mondiale grippale, naguère caractérisée par un nouveau virus entraînant des taux de mortalité nettement supérieurs à une grippe normale, a récemment été modifiée par l’OMS. Selon ces nouveaux critères, il y a pandémie lorsqu’un nouveau virus se répand à travers le monde. Considérant que des millions de personnes en bonne santé (plus de 38 millions de vaccinations ont été effectuées en Europe) ont ainsi été exposées inutilement « au risque d’effets secondaires non connus de vaccins n’ayant pas été suffisamment testés ». En ne réajustant pas la politique de vaccination européenne en fonction des données et des faits, on est passé du principe de précaution au principe de la démesure.(3)

 Président de la commission santé du Conseil de l’Europe, l’Allemand Wolfgang Wodarg épidémiologue, a obtenu le lancement d’une enquête de cette instance sur le rôle joué par les laboratoires dans la campagne de panique autour du virus. Nous résumons ci-après l’interview au journal L’Humanité : « Nous sommes confrontés à un échec des grandes institutions nationales, chargées d’alerter sur les risques et d’y répondre au cas où une pandémie survient. J’ai eu tout de suite des soupçons : les chiffres étaient très faibles et le niveau d’alarme très élevé. On en était à même pas mille malades que l’on parlait déjà de pandémie du siècle. (...) En réalité, rien ne justifiait de sonner l’alerte à ce niveau. Cela n’a été possible que parce que l’OMS a changé, début mai, sa définition de la pandémie. (...)Et on a prétendu que le virus était dangereux car les populations n’avaient pas pu développer de défenses immunitaires contre lui. Ce qui était faux pour ce virus. Car on a pu observer que des gens âgés de plus de 60 ans avaient déjà des anticorps. (...) C’est la raison pour laquelle d’ailleurs il n’y a pratiquement pas eu de personnes âgées de plus de 60 ans qui aient développé la maladie. » (..) » (4)

 « Pour aller vite dans la mise à disposition des produits, on a utilisé des adjuvants dans certains vaccins, dont les effets n’ont pas été suffisamment testés. Autrement dit : on a voulu absolument utiliser ces produits, brevetés nouveaux au lieu de mettre au point des vaccins selon des méthodes de fabrication traditionnelles bien plus simples, fiables et moins coûteuses. Il n’y avait aucune raison médicale à cela. Uniquement des raisons de marketing. (...) D’un côté, les labos s’engageaient à se ternir prêts à élaborer les préparations, de l’autre, les Etats leur assuraient qu’ils leur achèteraient bien tout cela. Au terme de ce drôle de marché, l’industrie pharmaceutique ne prenait aucun risque économique en s’engageant dans les nouvelles fabrications. Et elle était assurée de toucher le jackpot en cas de déclenchement d’une pandémie. Ce qui, le pensons-nous, fut dévolu à l’OMS.(4)

Une grippe tout à fait ordinaire

 « Oui, c’est une grippe tout ce qu’il y a de plus normal. Elle ne provoque qu’un dixième des décès occasionnés par la grippe saisonnière classique. Tout ce qui importait et tout ce qui a conduit à la formidable campagne de panique à laquelle on a assisté, c’est qu’elle constituait une occasion en or pour les représentants des labos qui savaient qu’ils toucheraient le gros lot en cas de proclamation de pandémie. Un groupe de personnes à l’OMS est associé de manière très étroite à l’industrie pharmaceutique. Nous voulons faire la lumière sur tout ce qui a pu rendre cette formidable opération d’intox. Nous voulons savoir qui a décidé, sur la base de quelles preuves scientifiques, et comment s’est exercé précisément l’influence de l’industrie pharmaceutique dans la prise de décision. (...) L’objectif de la commission d’enquête est qu’il n’y ait plus à l’avenir de fausses alertes de ce genre. Que la population puisse se reposer sur l’analyse, l’expertise des instituions publiques nationales et internationales. Celles-ci sont aujourd’hui discréditées car des millions de personnes ont été vaccinées avec des produits présentant d’éventuels risques pour leur santé. Cela n’était pas nécessaire. Tout cela a débouché aussi sur une gabegie d’argent public considérable. En Allemagne ce sont 700 millions d’euros. (....) La formidable opération d’intox planétaire n’a-t-elle pas été possible aussi parce que l’industrie pharmaceutique avait « ses représentants » jusque dans les gouvernements des pays les plus puissants (...) Sans aller jusqu’à la corruption directe qui, j’en suis certain, existe, il y a eu mille manières pour les labos d’exercer leur influence sur les décisions. Les Etats pourraient en effet se saisir de cela pour contester des contrats passés dans des conditions, disons, pas très propres. (...) Mais il y a plus grave. Le vaccin élaboré par la société Novartis a été produit dans un bioréacteur à partir de cellules cancéreuses. Une technique qui n’avait jamais été utilisée jusqu’à aujourd’hui. (...) Il ne peut donc pas être exclu que des protéines, restes d’une cellule cancéreuse présentes dans un vaccin fabriqué par bio-réacteur, n’engendrent une tumeur sur la personne vaccinée (...).(4) 

 A charge encore, le vaccin contre la grippe A pourrait être jugé responsable de cas de fausse couche en Chine. Toutefois, le lien direct de causalité reste difficile à établir. Selon l’information révélée par le China Daily, près de 10.000 femmes enceintes chinoises qui ont fait une fausse couche après s’être fait vacciner contre la grippe A mettent en cause le vaccin. Fin décembre, à Hong Kong, deux femmes auraient donné naissance à des enfants mort-nés et quatre autres auraient fait un avortement spontané après avoir été vaccinées contre la grippe A. Si aucun lien n’a là encore pu être établi, la méfiance s’installe néanmoins en Chine.(5)

 On l’aura compris, il y a conflit d’intérêts ! Pour le docteur Pascal Sacré : « (...) Ainsi, la peur engendrée par l’épidémie de grippe porcine 2009 s’est révélée être une mine d’or pour certaines firmes pharmaceutiques et sociétés de biotechnologies dont Gilead Sciences Inc. (..) Le prix de l’action de Gilead sur le New York Stock Exchange (NYSE) a augmenté considérablement depuis l’annonce de l’épidémie de grippe porcine au Mexique Le virus H1N1 de la pandémie de 1976, était légèrement différent de son homonyme 2009, mais la réaction, elle, a été la même : panique, discours et prévisions fondés sur la peur et le principe de "précaution", commande de millions de vaccins et vaccination de plus de 40 millions d’Américains. Ceci vous rappellera sûrement quelque chose : le président Gérald Ford se faisant vacciner à grand renfort de publicité devant les caméras de télévision américaine. Cependant, on dénombra très rapidement sept cents morts, dont 30 "inexpliqués" chez des gens âgés dans les heures qui suivirent l’injection, et plus de 565 cas de paralysie type Guillain Barré, 1300 réactions adverses telles que de sévères complications neurologiques, des maladies de Parkinson, des inflammations articulaires et de multiples scléroses. La campagne, qui avait duré dix semaines, fut aussitôt suspendue, mais les dommages se sont élevés à 3,5 milliards de dollars. »(6)

 Le docteur Pascal Sacré préconise une thérapie préventive : « (...) Tout cela sans jouer sur la peur, sans vider les caisses de l’Etat et avec, une fois l’investissement consenti, une balance bénéfices-risques nettement en faveur des premiers, sans pour cela mettre notre santé en danger. Sans jouer aux apprentissorciers. Cette politique d’amont nécessite un revirement complet de notre conception mercantile de la santé. En ce qui concerne la grippe, la vitamine D, l’exercice physique, une hygiène alimentaire, les antioxydants, la vitamine E, les études sur le stress oxydatif, la Dhed, sont des voies de recherche qui utilisent le renforcement du système immunitaire avant d’être agressé, plutôt que son sauvetage in extremis par des produits chimiques dangereux (vaccins, conservateurs, adjuvants). (...) Le mythe d’une vaccination faisant l’objet d’un consensus scientifique, efficace au point de rendre inutile, accessoire, toutes les autres mesures, et dont les effets nocifs seraient toujours négligeables en regard de leurs avantages, figure parmi les plus grandes escroqueries de notre temps. »(6)

 Tout est dit, une fois de plus, les citoyens du monde ont été trompés au nom de la dictature de l’argent, nerf de la guerre d’une mondialisation -laminoir surtout pour les damnés de la terre

1.Actualités Challenges : Les précédents de pandémies depuis un siècle. 12.08.2009

2.Bernard Debré : la grippe A « n’est pas dangereuse » NouvelObs.com | 26.07.2009

3.Catherine Vincent L’OMS sommée de s’expliquer sur la grippe. Le Monde 27.01.10

4.Bruno Odent : Grippe A. L’implacable réquisitoire du député Wodarg L’Huma ;12 01 2010

5.Grippe A : Les femmes enceintes chinoises ont peur de la fausse couche Enviro2B 2/02/10

6.Pascal Sacré : Pandémie 2009 : La vaccination contre le H1N1 28.01.2010 Mondialisation.ca

 

Pr Chems Eddine CHITOUR

Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • JL JL 5 février 2010 14:54

    Merci pour cette longue mais excellente synthèse sur le sujet.

    Je crois qu’à force de nier les relations de cause à effet entre la vaccination et les désordres secondaires rapportés, les labos ont perdu toute crédibilité. Comme ils n’ont jamais prouvé que le rapport bénéfice risque des vaccins était positif, il est temps d’en tirer les conclusions : la vaccination est peut-être à la fois un leurre lucratif pour eux et une stratégie dangereuse pour l’humanité.

    Le principe de précaution exige un moratoire sur cette pratique.


    • cubrad 5 février 2010 16:19

      Il existe, AMHA, une connivence au niveau des gouvernements. Un des seuls pays a refuser la vaccination fut la Pologne. Les responsables politiques polonais débusquèrent la supercherie - en particulier la ministre de la santé polonaise qui compara ces vaccins à de l’eau miraculeuse. Nos dirigeants sont-ils tellement idiots qu’ils ne se sont doutés de rien alors même que leurs collègues polonais agitaient le drapeau rouge ?


      • GITIBERT 7 février 2010 10:38

        nos dirigeants sont loin d’être idiots sur le sujet, personne ne parle de ce que les labos ont versé dans les caisses de leurs partis. Elle est là la collusion et nulle part ailleurs. On sait que les lobbies finances les politiques, c’est comme ça qu’ils parviennent à faire tout ce qu’ils veulent.
        Ce n’est pas grave, lisez PACCALET : « l’humanité disparaîtra, bon débarras ! » rien de ce qu’il écrit dans son essai n’est inventé, ni fantasmé. voilà plus de quarante ans que je suis « la folie » de nos société occidentales qui ont absolument complètement « pourri » notre planète.


      • MERLIN MERLIN 5 février 2010 18:04

        En tous cas cette affaire ne fait qu’appuyait le fait que la vaccination n’a de bénéfices que pour les labos, leurs actionnaires et tous leurs misérables complices, nous nous avons bachelot en tête, « remarquait qu’elle ne mérite pas même une majuscule », pauvre femme.... Ridicule autant que son physique, excusez mais savoir que cette dame n’a pas hésitait à semer la panique dans le seul but de s’engraisser me révolte au plus haut niveau, envoyant des centaines voir plus, de pauvres gens crédules au devant de graves problèmes de santé à venir.... Un procés style Nuremberg devrait être fait pour ces tristes sires....


        • xray 5 février 2010 20:39


          Un intellectuel, c’est un mec. Il est capable d’expliquer de long en large,  de haut et en travers comment la machine elle marche. Y a pas de machine, le mec ! 

          Virus :

          Idéal pour pomper l’argent social et public. 
          Virus : Un mot de 5 lettres pour faire tout comprendre à des gens qui n’ont pas besoin de savoir. 

          En matière médicale, les virus sont toujours imaginaires.
          Les virus imaginaires, qu’ils soient du Sida, de la Grippe saisonnière, de la Grippe aviaire ou de la Grippe cochonne ne sont pas des affaires médicales, mais des affaires politiques. 

          On ne parviendra jamais à imaginer le nombre de gens qui se sont pourri l’existence  (Et qui ont pourri l’existence des autres) à cause de ces virus de curés. 

          Les virus de curés 
          http://levirusmachin.hautetfort.com/ 



          • liebe liebe 5 février 2010 22:19


            Sanofi a décidé malgré des bénéfices de 8 milliards d’uros de licencier une partie de leurs salariés...
            Merci à l’auteur pour cette synthèse. Je souhaiterai y rajouter que parmi les décés imputés à cette grippe , il aurait été interessant de faire le ratio entre ceux qui l’ont été par décompensation d’une maladie préexistantes ; ceux qui sont décédées suite à une surinfection par pneumocoque ; streptocoque, virus synticial, staphylocoque... ; ceux qui sont décédés suite à la prise du tamiflu en particuleir les jeunes et les enfants ; ceux qui sont décédés réellement du virus grippal.
            De plus , nous n’avons pas vu encore les effets de ces vaccins dans leur totalité, et vous savez pourquoi ?
            Parce que certaines personnes qui ont cédé malgré tout à la peur panique diligentée par les média ont honte, elles ont honte !!!!

            J’ai rencontré de nombreuses personnes qui ont témoignés : décés de bébé in utéro, début de maladies neurologiques... et ainsi de suite il y en a beaucoup mais il faut les rassurer et leur demander de témoigner, de ne pas avoir peur, ils ne seront pas ridicules d’avoir essayé de protéger les leurs de ce méchant virus.


            • njama njama 5 février 2010 23:55

              Quel degré de confiance peut-on accorder à l’OMS ? ...

              puisque toute cette POLITIQUE de santé publique nationale, européenne, mondiale, découle de cette organisation non-démocratique qui rend des oracles qu’elle lit dans quelques entrailles cellulaires microscopiques et que son indépendance est loin d’être évidente.

              L’État exécute des directives européennes, elles-mêmes appelées improprement « recommandations » de l’OMS ...
              Les États (l’OMS comptent 194 pays membres) exécutent donc des recommandations de recommandations, de recommandations.

              La définition du concept de santé de l’OMS est très équivoque, pour ainsi dire inaccessible. A chacun d’apprécier !!!!!!! cet étrange concept socio-physio-politique qui serait supposer faire le bonheur des peuples, et même LA PAIX ! ... sachant (voir plus bas) que l’OMS ne retient que ce qui l’arrange ... ou évite les sujets qui dérangent.

              CONSTITUTION DE L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

              « LES ETATS parties à cette Constitution déclarent, en accord avec la Charte des Nations Unies, que les principes suivants sont à la base du bonheur des peuples, de leurs relations harmonieuses et de leur sécurité :
              La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.

              La santé de tous les peuples est une condition fondamentale de la paix du monde et de la sécurité ; elle dépend de la coopération la plus étroite des individus et des Etats. »

              L’accord WHA 12-40 entre l’OMS et l’AIEA , (1959) c’est ce qu’on appelle un vice de forme congénital quinquagénaire. Cet accord prive l’OMS de toute initiative et moyen pour assurer ses objectifs : la préservation et l’amélioration de la santé.

              Derrière un paravent de bonnes intentions philanthropiques, cet organisme qui pilote les politiques de santé publique se cache au moins cet accord qui traduit un conflit d’intérêt patent, voire une subordination de l’OMS à l’AIEA (L’ Agence Internationale de l’Énergie Atomique).
              Il a été approuvé le 28 mai 1959. En voici quelques extraits déterminants ...
              Le secrétariat de l’AIEA et le secrétaire de l’OMS se tiennent mutuellement au courant de tous les projets et tous les programmes de travail pouvant intéresser les deux parties.

              * L’OMS reconnaît qu’il appartient précisément à l’AIEA d’encourager, d’aider et de coordonner dans le monde entier les recherches ainsi que le développement et l’utilisation pratique de l’énergie atomique à des fins pacifiques sans préjudice du droit de l’OMS de s’attacher à promouvoir, de développer, d’aider et coordonner l’action sanitaire internationale, y compris la recherche, sous tous les aspects de cette action.
              * Chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord.
              * LA RÉVISION DE L’ACCORD : Si une entente ne peut intervenir au sujet de la révision, l’une ou l’autre des parties peut mettre fin à l’accord le 31 Décembre d’une année quelconque par préavis adressé à l’autre partie au plus tard le 30 juin de la même année.

              Si son étude comparative avec les autres accords passés entre les agences onusiennes ne souligne aucune particularité dans la rédaction de cet accord, nous notons que sa mise en œuvre dans les faits, sur le terrain, met l’OMS sous le joug de l’’AIEA.

              * L’OMS doit déclarer toutes ses intentions d’études à l’AIEA et travailler avec ou céder la place à l’AIEA.
              * L’accord précise qu’aucune des deux agences ne doit subir de nuisances de la part de l’autre : Le commerce de l’AIEA ne doit donc pas pâtir de ...
              * En 23 ans, aucun programme social et médical digne de ce nom n’a été mis en place dans les zones contaminées de Tchernobyl
              * Dans les pays nucléaires, les études épidémiologiques sont monnaies rares.
              * Dans des pays comme la France, le blackout est total sur toutes leurs activités nucléaires civiles et militaires


              Depuis 50 ans, l’OMS censure toute étude sur l’impact de l’industrie nucléaire
              http://www.voltairenet.org/article160442.html

              L’OMS sous le joug de l’AIEA depuis le 28 mai 1959 ...
              http://coedramaine.weebly.com/uploads/3/7/1/4/371432/cedre23.pdf

              Collusion OMS-AIEA
              http://www.bioeco.org/docs/328.pdf

              L’OMS, océan de corruption et d’inefficacité
              par Sylvie Simon

              "À l’origine, l’OMS était censée ne recevoir ses fonds que des gouvernements des Nations Unies, mais depuis quelques années, afin d’augmenter ses capitaux, l’OMS a mis en place ce qu’il appelle un « partenariat privé » qui lui permet de recevoir des aides financières d’industries privées. Mais quelles industries ? Bien évidemment la Mafia pharmaceutique et ses amis qui bénéficient à présent de ce que l’on nomme « une porte ouverte sur un tapis rouge » à Genève. Depuis lors, sa crédibilité, sérieusement entamée, ne s’est guère améliorée, et son indépendance est plus que controversée à cause de son manque total de transparence sur les preuves scientifiques étayant ses recommandations et sa collusion avec les multinationales industrielles. Il est évident qu’au niveau mondial les affaires et la politique influencent fortement la santé."

              Le CRIIRAD Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, a été crée en 1986 suite à l’incident de Tchernobyl.
              Cette Association loi 1901, demande d’ailleurs l’abrogation de l’accord OMS-AIEA de 1959.
              (voir actions en cours sur Wikipédia).
              Site Web > http://www.criirad.org/

              Quel rôle tient l’AIEA ?

              Pour connaître le rôle de l’AIEA, il faut lire au bas des premières pages de ses publications ce qui est le but statutaire de cette agence. Je traduis de l’anglais : « L’objectif principal est d’accélérer et d’accroître la contribution de l’énergie atomique pour la paix, la santé et la prospérité dans le monde entier ».

              Il s’agit donc d’une agence chargée de la promotion du nucléaire commercial à travers le monde.

              Le caractère international de ses expertises n’en garantit-il pas l’indépendance ?

              L’AIEA a été placée au sommet de la hiérarchie de l’ONU. Elle dépend directement des cinq membres permanents du conseil de sécurité qui sont les cinq puissances nucléaires, les P5. Ces cinq puissances défendent un énorme business et bénéficient de l’aide de cette structure qu’ils ont mise en place en 1956. L’AIEA fonctionne ainsi à la tête du plus puissant lobby qui ait jamais existé.



              • njama njama 6 février 2010 00:08

                Ah, j’oubliais le « Dr Flu » (Docteur Grippe), le professeur Albert Osterhaus.

                OMS : le « pape de la grippe A » accusé de corruption

                "Osterhaus occupait non seulement une position stratégique pour recommander à l’OMS de déclarer l’« urgence pandémique » et inciter à la panique, mais il était aussi le président d’une organisation en première ligne sur le sujet, le Groupe de travail scientifique européen sur la grippe (ESWI, European Scientific Working group on Influenza), qui se définit comme un « groupe multidisciplinaire de leaders d’opinion sur la grippe, dont le but est de lutter contre les répercussions d’une épidémie ou d’une pandémie grippales » Comme ses membres l’expliquent eux-mêmes, l’ESWI mené par Osterhaus est le pivot central « entre l’OMS à Genève, l’Institut Robert Koch à Berlin et l’Université du Connecticut aux États-Unis. »

                Le plus significatif au sujet de l’ESWI est que son travail est entièrement financé par les mêmes laboratoires pharmaceutiques qui gagnent des milliards grâce à l’urgence pandémique, tandis que les annonces faites par l’OMS obligent les gouvernements du monde entier à acheter et stocker des vaccins. L’ESWI reçoit des financements des fabricants et des distributeurs de vaccins contre le H1N1, tels que Baxter Vaccins, MedImmune, GlaxoSmithKline, Sanofi Pasteur et d’autres, dont Novartis, qui produit le vaccin et le distributeur du Tamiflu, Hofmann-La Roche."


              • curieux curieux 6 février 2010 01:16

                Une pandémie annoncée par les voyants sis mois à l’avance, ça n’existe pas sauf pour les gogos. Nos dirigeants ne peuvent pas dire qu’ils ont été trompés par l’OMS. Ils ont participé à l’escroquerie en commettant un viol. Pour moi, inciter les gens à se vacciner est pire qu’un un viol.Oui, il faut un nouveau Nuremberg pour tous ces salopards


                  • xray 3 mars 2010 20:43


                    On ne parviendra jamais à imaginer le nombre de gens qui se sont pourri l’existence (Et qui ont pourri l’existence des autres) à cause de ces virus de curés. 


                    La cuisine diabolique des croyances  (Sida) 
                    http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/25/la-cuisine-diabolique-des-croyances/ 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès