Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Oui je suis bipolaire, la belle affaire

Oui je suis bipolaire, la belle affaire

Avoir une maladie psychiatrique est très stigmatisant, je le sais ayant longtemps eu honte de ma bipolarité.

Mis à part les 2 mois d’internement dont je sors et des blessures qui m’ont été infligées par l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture de Police (IPPP)[1], finalement je ne m’en sors pas si mal, j’aurais pu tomber sur une maladie plus handicapante socialement.

Dans bipolaire il y a bi, donc deux, et je me suis donc dédoublée pour écrire cet article : je suis le psy et la patiente.

Question : 1 c'est quoi être bipolaire ?

La patiente (moi donc) : c'est être capable de se transformer en wonder-woman ou en superman selon que vous êtes un homme ou une femme (la bipolarité n'est pas macho : elle admet aussi les femmes) comme de tomber dans une dépression très profonde.

Le psy (moi, encore) : c'est d'avoir eu un épisode dépressif grave (avec par ex. envie de suicide) et avoir fait au moins une crise maniaque.

Question 2 : c'est quoi une crise maniaque ?

La patiente : c'est comme d'être sous lsd (enfin je suppose, n'en ayant jamais pris), mais sans avoir eu besoin de courir après un méchant dealer.

C'est un peu comme si votre corps sécrétait son propre lsd.

Sur le coup c'est assez sympa.

Le psy : il s'agit d'un état d'excitation pouvant se traduire par une grande agitation, suffisamment grande pour mettre le patient en danger : il peut sauter d'une fenêtre croyant pouvoir voler, devenir très agressif, bref se mettre en danger.

Question 3 : c'est grave ?

La patiente : oui, sauf si on est très sérieux dans son traitement : moi il s'est passé 8 ans entre ma première et ma seconde crise maniaque parce que je suis suivie par un psy et que j'observe sérieusement mon traitement .

La seconde je l'avais même vue venir, mais j'ai réagi trop tard. Sans ça et sans l’intervention musclée des flics[2] je l'aurais évitée, je pense.

Le psy : oui, si le patient ne suit pas son traitement et n'est pas suivi par un psy après sa sortie de l'hôpital psychiatrique.

Le patient peut retomber en crise tous les 18 mois (ceci étant une moyenne).

Question 4 : si je suis une femme, pourrais-je avoir une vie "normale" ?

La patiente ET le psy : oui, sans aucun doute, toujours à la condition d'être suivie et d'être vigilante dans son traitement.

Il existe des hommes prêts à nous accepter telle quelle (je parle d'expérience) ET surtout il est possible d’avoir des enfants : il existe des traitements qui sont sans effets sur un bébé.

J'ai une amie bipolaire dont le petit bout de chou va parfaitement bien, et je compte bien suivre son exemple….

 

Conclusion : de toutes les maladies mentales, être bipolaire est celle qui est une des moins handicapante socialement et professionnellement parce qu'on peut la contrôler.


[1] Sur l’ippp voir le GIA , notamment cet article : http://www.groupeinfoasiles.org/allfiles/revuedepresse/061213liberationIPPP.htm

[2] Qui fera l’objet d’un article plus tard.


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Abou Antoun Abou Antoun 7 mai 2015 08:28

    Bah, la planète entière est bipolaire. Mais il semble qu’à présent elle perde le nord.


    • pandaénervée pandaénervée 7 mai 2015 11:30

      @Abou Antoun
      C’est vrai : en fait je suis juste raccord avec notre planète !


    • Abou Antoun Abou Antoun 7 mai 2015 17:55

      A mes moinsseurs !
      Je ne fait qu’avancer des données scientifiques que personne ne conteste, sauf vous peut-être.
      Étayez, étayez !


    • diogène diogène 7 mai 2015 10:01

      « Il existe des hommes prêts à nous accepter telle quelle (je parle d’expérience) »


      Je confirme (je parle d’xpérience aussi, mais dans le rôle de l’homme).
      Ça peut même faire office de traitement.
      Mais on ne parle pas du prix à payer pour l’intéressé...
      C’est un peu comme le bébé médicament". On considère a priori que l’un permet à l’autre de vivre sans se demander comment lui il vit !

      • pandaénervée pandaénervée 7 mai 2015 11:18

        @diogène
        exact  : j’aimerais que mon homme porte moins de choses sur les épaules, j’essaie au maximum d’alléger le poids de tout ça pour lui et mon psy aimerait qu’il consulte mais il refuse.


      • Abou Antoun Abou Antoun 7 mai 2015 17:22

        @pandaénervée
        mon psy aimerait qu’il consulte mais il refuse...
        Une forte tête, d’autant plus qu’en amenant un nouveau client vous pourriez bénéficier d’une réduc. c’est le principe du parrainage. Et puis votre homme, s’il avait deux neurones saurait que tout homme bien portant est un malade qui s’ignore. N’insistez pas, sauvez votre ’ménage’, amenez plutôt la voisine et/ou la concierge sur le divan.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 7 mai 2015 10:11

        Quel intérêt de nous dire ce que vous faites de vos fesses..c’est votre problème..ou retournez chez votre Psy.. ?


        • pandaénervée pandaénervée 7 mai 2015 11:09

          @Le p’tit Charles
          J’ai beau me relire, je ne vois rien sur mes fesses.


          • soi même 7 mai 2015 17:35

            C’est bien jolie votre histoire, c’est un conte à dormir de debout !
            Car si non vous auriez exprimez en gros cette idée : je ne veux pas être ce que je suis qui à tant d’attachement à être !


              • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:04

                @Jacques-Robert SIMON
                Merci


              • Phoébée 7 mai 2015 21:41

                Bon moi je me suis pris une bonne dépression à tendance paranoïaque.

                .

                Bref, je comprends pandaénervée, même si je sais qu’un Panda, n’est autre qu’un prédateur , et pas une peluche tirée de winine l’ourson. Un Panda est un tueur au sommet de la pyramide des super-prédateurs.

                .

                Je prends du cymbalta, depuis un an. Il m’aide à délivrer de la sérotonine à partir de mon cerveau déficient.

                .

                Et, ça marche ! Je rechute de moins en moins ! Et signe de son innocuité : Je suis toujours aussi con *

                .


                • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:05

                  @Phoébée
                  Courage ! nous vaincrons :)


                • JC_Lavau JC_Lavau 10 mai 2015 08:01

                  @Phoébée : « prédateur » le grand panda ? Il est herbivore, ne mange que du bambou. Vous avez des notions de zoologie et d’écologie plutôt étranges.


                • Le printemps arrive Le printemps arrive 7 mai 2015 22:20

                  Bonjour,

                  et cette piste, l’avez-vous envisagée ?


                  • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:07

                    @Le printemps arrive
                    non, même si je m’alimente mal, mais qui de l’oeuf et de la poule a commencé ?
                    Ma malbouffe est elle une cause ou une conséquence ?


                  • baron 7 mai 2015 22:24

                    Faire attention tout de même, parce que de plus de gens sont ont déclarée bipolaire.

                    Il existe deux possibilié 
                    Soit il y a une épidémie ce qui est impossible.
                    Soit voyez du coté des critères de diagnostiques des maladies mentales (DSMIV et V)qui ont été modifiés en 1994 en 2000 et en 2013, il semble bien malheureusement que c’est la raison de cette épidémie.

                    L’interressant c’est de savoir que ce sont les labo pharmaceutique qui fixent plus ou moins directement les critères du DSM V,.
                    Auu final, ils élargissent leur clientèle au passage pour leur plus grand profit.
                    Essayez déjà de voir si les médicaments n’ont pas accentués ou crées le problème.

                    Assurez vous de savoir si il s’agit d’un trouble mental induit ou non par des raisons liés au mode de vie ou a des troubles homonaux .....
                    Bref, derrière tout diagnostique dans ce domaine, il convient de s’assurer que vous avez vraiment une maladie mentale, parce que cette histoire est douteuse comme souvent s’agissant de psychiatrie et de labos, qui sont respectivement les vendeurs et les producteurs de médicaments.

                    • Abou Antoun Abou Antoun 8 mai 2015 01:06

                      @baron
                      L’interressant c’est de savoir que ce sont les labo pharmaceutique qui fixent plus ou moins directement les critères du DSM V,.
                      C’est sûr ! « Nous avons le médicament, trouvez nous les malades ». c’est la stratégie des labos.


                    • soi même 8 mai 2015 01:35

                      @Abou Antoun, c’est justement que j’ai pensé en lisant l’article !


                    • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:08

                      @baron
                      J’ai fait un virage maniaque parce que j’étais sous séroplex, donc vous avez raison.
                      Idem pour ma 1ère crise il ya 8 ans : j’étais sous le même séroplex..
                      Dont acte..


                    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mai 2015 08:27

                      @Abou Antoun. Je confirme, hélas, pour les rédacteurs du DSM.

                      En Licence de Psycho générale, nous avons les mêmes cours de psychopathologie et la même bibliographie à ingurgiter que les médecins spécialistes de psychiatrie, mais nous ne sommes pas courtisés par les pharmaceutiques : statutairement, nous ne prescrivons aucune drogue.

                      Nous avons donc d’autres motivations et critères pour créer ou remanier la nosographie. J’ai conclu de nos cours que nous ne comprenions pas encore la maladie bipôlaire. Ce progrès reste à faire.


                    • SamAgora95 SamAgora95 7 mai 2015 22:42

                      Pour éviter que ce type de phénomène ne prenne des proportion incontrôlable, il ne faut pas accepter les extrêmes, que ce soit dans la joie ou dans la tristesse, il faut apprendre a se tempérez dès sa jeunesse, savoir calmer sa joie (même justifié) et se battre pour ne pas sombrer dans une trop grande tristesse ! Sinon il se produire un phénomène de résonance qui s’amplifie et qui nous fait basculer entre les moments de joie et de tristesse de plus en plus souvent et avec une amplitude de plus en plus grande, jusqu’à ce que le cerveau perde le contrôle !


                      • soi même 8 mai 2015 02:21

                        @SamAgora95, il y a peut être d’autre d’autre méthode un peut plus énergique, très efficace , qui enlevé cette complaisance à ce dorloté ; il est vrai aussi tous mon pas le courage et la lucidité d’ Holderlin pour cette auto thérapie !


                      • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:11

                        @soi même
                        Je ne comprends rien à votre commentaire.


                      • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:13

                        @soi même

                        un yoyo aussi serait une bonne représentation :)


                      • soi même 8 mai 2015 14:28

                        @pandaénervée, pas grave vous avez toute une vie à comprendre le paradoxe des contrâtes et la nature profonde qui sous tant cette attitude, si pour certain cela mérite la compassion pour d’autre, un coup de pied au cul leur serait véritablement salutaire, à cette complaisance que l’on s’accorde à soi même !

                         


                      • kssard kssard 8 mai 2015 08:00

                        La déculpabilisation a ses limites car avoir un enfant dans des conditions pareilles est irresponsable. Avez vous pensé une seconde la responsabilité que vous preniez en mettant au monde une progéniture dont le risque est très important qu’il porte la même maladie ?




                        • pandaénervée pandaénervée 8 mai 2015 12:10

                          @kssard
                          Savez vous de quoi vous parlez là ?

                          Moi oui


                        • JC_Lavau JC_Lavau 9 mai 2015 15:32

                          J’ai eu, j’ai toujours un problème de management, heureusement à un petit niveau : peut-on confier des responsabilités à un bipôlaire, sachant qu’il est très très difficile de les lui retirer en urgence ?

                          Après des épisodes odieux, il semble se stabiliser.


                          • pandaénervée pandaénervée 12 juin 07:57

                            @JC_Lavau désolée, je ne réponds que maintenant.
                            Je vais être tout à fait honnête, je suis allé travailler 5je suis juriste) alors que j’étais en pleine crise.
                            j’étais euphorique et les clients m’ont trouvée bizarre

                            J’étais un peu fofolle, je plaisantais avec les collègues et les patrons, ce qui ne me ressemble pas (je suis plutôt discrète).

                            Mais pour autant mon boulot était bien fait, mes dossiers n’en ont pas pâti.

                            Cette crise remonte maintenant à 1 an 1/2, j’ai repris le boulot et tout se passe bien.

                            J’ai eu de très bon psy donc j’ai le meilleur traitement possible, je le prends consciencieusement.

                            Quant on est traité, la bipolarité ne pose plus de problèmes : je suis d’humeur normale et surtout je n’ai pas de changements d’humeur, c’est stable.

                            Mon patron, qui m’a dit qu’il n’avait jamais été question de se séparer de moi parce qu’il savait qu’iil me retrouverait comme avant m’avait quand même dit que j’allais devoir retrouver la confiance de ses associés et de mes collègues.

                            Après six mois de reprise du boulot, tous les signes montrent que j’ai regardé leur confiance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès