Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Polémique autour des produits présentés comme anti-cholestérol

Polémique autour des produits présentés comme anti-cholestérol

A peu de temps d’intervalle, deux géants de l’agro-alimentaire Unilever et Danone, se sont engagés sur une stratégie marketing pour leurs produits réputés anti-cholestérol en concluant des partenariats avec des assureurs privés, respectivement la MAAF et AGF.

Une stratégie jugée inadmissible par l’association UFC-Que Choisir, qui ne se contente pas de dénoncer le phénomène mais qui a aussi engagé une procédure judiciaire à l’encontre de la MAAF.

Le recours de l’association repose sur deux arguments.

D’une part, le premier considère que les publicités présentées sont de nature à induire en erreur les consommateurs sur les résultats qui peuvent être attendus du produit. Pour l’association, qui s’appuie sur des conclusions du milieu médical, la lutte contre le cholestérol requiert un suivi médical et nécessite avant tout une modification globale de l’hygiène de vie. Une approche renforcée par les conclusions du dossier spécial de la revue Prescrire consacré aux alicaments anti-cholestérol. Des conclusions sans appel qui jugent que ces produits n’ont pas leur place en matière de prévention cardiovasculaire et qui rappellent qu’ils sont contre-indiqués aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 5 ans.

D’autre part l’UFC stigmatise la discrimination entre assurés, résultant du lien fait entre la consommation de produits d’une marque commerciale et le calcul de la prime d’assurance. En effet, le partenariat entre agro-alimentaire et assureurs vise à inciter les adhérents de ces derniers à consommer un seul produit, en échange duquel ils bénéficieront d’une réduction de leur prime d’assurance, proportionnelle à leur consommation.

Selon l’UFC, la santé fait vendre, elle déclencherait l’acte d’achat pour 88% des consommateurs. Un argument qu’entend bien utiliser sous toutes ses formes l’industrie de l’agroalimentaire face aux substantiels profits potentiels. A titre d’exemple, la margarine dite anti-cholestérol Fruit d’Or "Pro activ" a rapporté à elle seule à son fabricant Unilever 45 millions d’euros en 2003.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • nantor (---.---.131.113) 10 avril 2006 11:55

    Santé et mercantilisme !

    Unilever avait commencé, Danone suit la route. Ce mélange des genres est absolument lamentable ... A mon (humble) niveau, la seule conséquence que cela aura sera de ne jamais me faire adhérer aux mutuelles MAAF et AGF, à qui j’ai déjà signalé par e-mail le caractère choquant de leur démarche.

    Je pense qu’il est impératif que chacun envoye aux services clients de ces assureurs un mail de protestation ...


    • Yaarg (---.---.66.229) 10 avril 2006 12:23

      - Pub pour des alicaments
      - Pub pour des voitures « écologiques »
      - Pub pour des produits inutiles
      - Pub pour les vieux (contrat obsèque, prothèse aufitive, couches pour fuites utinaires)
      - Pub pour les jeunes (gadgets, marques)

      Je ne vois pas en quoi la démarche de UFC peut être utile. J’en approuve bien entendu l’idée, mais je la trouve ridicule, car la pub dans son ensemble, est une machine à produire du mensonge.

      La pub est un cancer, une gangraine de la vie économique qui corromp tout sur son passage. La pub coûte cher et forcément, c’est le consommateur final qui la paye. Tout produit « vu à la télé » sera forcément plus cher puisque dans son coût, un certain pourcentage du prix représentera le coût de la campagne publicitaire. Ainsi la valeur intrinsèque d’un produit de consommation est dévoyée par les frais ajoutés de la publicité.

      Les gens ont des besoins naturels qu’il est normal de vouloir satisfaire : manger, se vêtir, se loger, se déplacer, avoir du bien-être et du confort. Pas besoin de publicité pour ça, la seule chose qui devrait compter, c’est que le prix des produits de première necessité soient compatibles avec notre pouvoir d’achat.

      Dans ce modèle d’économie simple (produire ce dont on a besoin et consommer ce dont on a besoin), la publicité n’est d’aucune utilité.

      Il faudrait supprimer la publicité. Mais comme il y a trop de profits en jeu pour tous ceux qui vivent grâce à la publicité, ce n’est pas possible ; alors il y a une autre solution, et c’est aussi celle que UFC devrait proposer : Boycottons les marques qui font de la pub (il y en a beaucoup d’autres qui ne font pas de publicité).


      • Brutus (---.---.213.18) 10 avril 2006 12:40

        Entre une utopie ( Boycottons les marques qui font de la pub ) totalement irrealisable et un combat quotidien contre les exces de la pub et leurs mensonges , je suis realiste : je choisis la 2eme solution . Merci aux associations ( UFC , 60 millions de consomateurs... ) prevenir les exces de tout genre.


        • Yaarg (---.---.66.229) 10 avril 2006 13:21

          Votre affirmation n’engage que vous ! En quoi boycotter les marques serait-il irréalisable ? Ça fait des années que je n’achète plus de marque. J’ai découvert que les petites marques qui ne font pas de publicité sont moins chères (parfois beaucoup moins chères comme les vêtements). Expliquez-moi en quoi une petit culotte Christian Dior à 100 euros sera « meilleure » qu’une culotte normale, 100% coton coûtant de 5 à 10 euros ?

          Pareil pour les machines à laver, les sans marque existent (marques non connues) et ça marche aussi bien qu’une Brandt, une Laden ou une Whirlpool...

          Quant aux pâtes, pas besoin qu’elles s’appellent barilla ou buitoni pour qu’elles soient bonnes.


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 10 avril 2006 16:40

          Le problème c’est que votre action est une goutte d’eau... De plus, les produits que vous citez ne font pas de pubs parce qu’en général il n’en ont pas les moyens, mis à part les produits du comerce équitable qui préfère réinvestir leur moyen ailleurs que dans de la pub. Cependant, pour le chocolat, je préfère largement deux marques aux chocolats premier prix ou commerce équitable, trop amer à mon goût. Ce n’est pas une question de conditionnement par la pub, juste de confort personnel. De même pour l’automobile, ma voiture passe fréquemment à la pub, et pourtant ce sont plus des conseils qui m’ont permis de choisir parmi toutes les marques dont la pub nous abreuvent (en fait, pour l’automobile comme pour le chocolat, la multiplication des pubs pour différents produits déroutent le spectateur...). Ce qui est mise en cause dans cet article, c’est plus le mensonge lié à la pub (et pour les deux exemples susnommés il n’y a pas de mensonge vu que le chocolat est bon et que la voiture est fiable), qui pousse notamment à faire croire qu’un aliment puisse êtr ebon pour la santé. Surtout quand un contrat d’assurance le fait croire...


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 avril 2006 16:14

          Henry Moreigne salut,

          A l’instar des médicaments, par exemple il y à moins de 2 ans le vioxx

          http://www.mmt-fr.org/article205.html,

          ou plus anciennement le Distilbène

          http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2002/sem01/mag0412/sa_5400_distilbe ne.htm.

          Je pense qu’il faut se méfier des nouveaux produits commes ces nouveaux venus sur le marché, et qui est commun d’appeler maintenant les alicaments !

          http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2001/mag0427/nu_3882_alicaments .htm

          En ce moment c’est dans les nombreuses campagnes de pub, l’artillerie lourde est déclenchée en faveur e les bienfaits des Oméga 3 et 6 ! .. mais tout cela est à considérer avec une certaine prudence :

          Voir ce site sur ce sujet : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0525/rhinite_allergique_niv 2.htm

          Alors, avec toutes ses études qui se contredisent ,…. ou trouve la vérité,… vaste question !

          @+ P@py


          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 avril 2006 16:21

            Désolé, erreur du dernier lien

            http://www.westonaprice.org/knowyourfats/skinny_fr.html

            Alors, avec toutes ses études qui se contredisent ,…. ou trouve la vérité,… vaste question !

            @+ P@py


            • la fourmi (---.---.107.157) 10 avril 2006 16:46

              Bonjour, Ce sujet soulève deux problèmes tout aussi importants :
              - le rôle et les objectifs des industriels de l’agro-alimentaire face à la santé. Comment infléchir les décideurs quelqu’ils soient (y compris les assurances et les mutuelles) pour nous faire bénéficier de produits bénéfiques (d’où l’importance d’associations de consommateurs éclairés),
              - le rôle de chaque citoyen-consommateur face à sa propre santé. Ce dernier point étant encore plus important tant l’alimentation joue un rôle fondamental dans la santé.

              Pour « alimenter » la réflexion de façon plus générale sur l’évolution du marché de l’alimentation santé, je vous conseille l’excellent livre de Christian Rémésy : que mangerons-nous demain ? lien pour en savoir plus sur ce sujet sur mon blog.


              • herbe (---.---.16.71) 10 avril 2006 20:56

                Pour info :

                ceux qui habitent Toulouse pourront aller voir et écouter Christian Rémésy aux Marins d’eau douce mardi 11 avril. Voir détails dans lien ci joint


              • Ulmo (---.---.254.6) 10 avril 2006 19:37

                Cette décision de la MAAF est une très bonne décision.
                Ces produits sont efficace pour « aider » à faire baisser le cholestérol.

                Or, la MAAF a tout intérêt a encourager ses assurés ayant des problemes cardio-vasculaires à :
                1 - Voire leur médecin
                2 - Suivre un régime
                3 - Prendre des alicaments jugés efficaces

                Or, ces alicaments disposent de plusieurs preuves d’efficacité sans commune mesure avec les pseudo « prouvé scientifiquement » des pub traditionnelles. Telles Danone avec BIO (meme pas bio d’ailleurs et renommé) ou leur truc qui est sensé améliorer les défences naturelles.

                Là ou ils ont tors, c’est qu’ils ne devraient pas favoriser de marque particulière. C’est tout.


                • nantor (---.---.131.113) 11 avril 2006 19:51

                  Tu travailles à la maaf ou chez unilever ??? Encourager les gens à mieux manger pour faire reculer certaines maladies c’est une chose, recommander des marques c’en est une autre ... et cc’est lamentable.


                • douceur (---.---.184.57) 10 avril 2006 21:11

                  Il y a des produits naturels efficace moins cher et pas sous le controle de gens qui sont la pour vendre pas pour vous guerir :)


                  • Jojo (---.---.161.207) 10 avril 2006 23:18

                    De l’huile de colza à 1 euro le litre fait aussi bien.


                    • alberto (---.---.25.103) 11 avril 2006 11:02

                      Vous ne trouvez pas que cette affaire d’association entre le fabricant de yahourt et l’assureur a un petit parfum de marketing ?

                      Impact certainement quasi nul sur la santé des consommateurs, mais financièrement excellent pour les entreprises concernées : oui du beau travail de marketing !

                      Mais nous ne sommes pas obligés d’être dupes, et au cas ou nous serions en peu endormis, Que Choisir a raison de nous réveiller un peu.

                      A quand les fromages de chèvres vendus en pharmacies...

                      Bien cordialement.


                      • Renaud D. (---.---.131.35) 14 avril 2006 00:12

                        Les industriels qui essayent de faire rembourser par les mutuelles de santé une partie du prix de leurs produits sous prétexte d’ajout de telle ou telle poudre de perlimpinpin se sont tirés une balle dans le pied. Ils créent un amalgame dont les effets négatifs à long terme seront plus puissants que le bénéfice qu’ils peuvent espérer en tirer à court terme à travers la satisfaction d’un certain type de consommateurs.

                        Les produits de santé, toutes les études le démontrent, sont vouées à une croissance importante pour de nombreuses années encore. À condition de ne pas créer d’amalgame.

                        Si la mutuelle rembourse ces produits, c’est qu’il s’agit de médicaments. Si l’on est en bonne santé, on n’a pas besoin des produits d’une marque de médicaments.

                        Je n’achète plus de produits Danone ni de produits Unilever (de crainte de dépasser la dose prescrite ! ).

                        Client AGF, je ne signerai plus de nouvelles polices avec cette compagnie. Ce ne sera pas pour passer à la MAAF.

                        Sans compter que, le jour où ma mutuelle jouera à ce jeux-là, j’en changerai pour ne pas payer dans mes cotisations les desserts de personnes ayant perdu toute notion citoyenne.

                        Le vrai problème pour ces gougnafiers, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux à raisonner de la sorte. Après quoi ils se posent des questions existentielles sur le cerveau des consommateurs !


                        • nantor (---.---.131.113) 14 avril 2006 22:34

                          Bravo !

                          D’accord avec toi ...


                        • nantor (---.---.131.113) 15 avril 2006 18:57

                          Et Agf contine son délire avec ce contrat lamentable !

                          Visiblement, là ils sont allés trop loin, ça ne passe plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès