• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Pour toute l’eau du Monde

Pour toute l’eau du Monde

Par ces temps de sécheresse, provocant un surcroit d’arrosage maraicher, et des interdictions qui ont suivi, il n’est pas inutile de se pencher sur le problème de l’eau, et de l’eau potable en particulier.

C’est entendu, l’eau représente les 70% de notre planète, ce qui est de nature à rassurer tout le monde...sauf que la plus grande partie de cette eau est salée, et donc imbuvable, et inutilisable pour apporter un peu d’humidité à nos cultures de maïs en train de sécher sur pied.

 Pour faire pousser du blé, il faut 1500 litres d’eau, et encore plus pour le maïs, d’autant que l’irrigation représente 70% de l’eau utilisée dans le monde.

Ajoutons que l’image des 70% est trompeuse, car, comme l’explique dans son blog « passeur de sciences  », si un puissant sorcier, grâce à un maléfice habile, avait siphonné toute l’eau présente sur Terre et l’avait réuni dans une petite sphère, sous forme d’un petit satellite posé sur notre globe soudain asséché, ça ne représenterait qu’une bille de 1385 kilomètres, diamètre somme toute modeste, face au 40 000 km de notre Terre, comme on peut le voir avec l’image illustrant l’article. lien

On peut donc légitimement s’interroger sur ce qui reste d’eau douce pour notre consommation, puisqu’elle ne représente que 0,6% du stock de 1,35 milliards de km3.

Ajoutons que si on enlève de cette eau douce, celle qui ruisselle et rejoint directement la mer, celle qui s’évapore, il ne reste finalement que 35 000 km3 pour toutes les espèces vivant sur la Terre, plantes comprises.

Et puis, la plus grande partie de cette eau restante n’est pas toujours de la meilleure qualité.

En effet, on sait que les pesticides, les nitrates, et d’autres agents polluants sont de plus en plus présents, posant d’importants problèmes sanitaires.

Élise Lucet, dans un récent « cash investigation  » avait mené une enquête pointilleuse sur le problème amenant l’évidence d’une pollution sévère de notre eau de tous les jours, contaminée par l’atrazine, un pesticide, interdit en France depuis 15 ans, ce qui ne l’a pas empêché de polluer les nappes phréatiques, et qui est donc encore présent aujourd’hui, et pour longtemps.

Cet atrazine a été l’objet d’une étude scientifique, menée par une équipe de chercheurs bretons, qui ont prouvé que ce pesticide, présent dans les urines de femmes enceintes, provoquerait des microcéphalies, provoquant des retards mentaux à leur bébé. lien

Et puis, suite à une étude menée par « générations futures », sous la houlette de François Veillerette, étude qui dénonçait un « épandage inapproprié » de pesticides en mai 2014 à proximité d’une école de Villeneuve, en Gironde, lequel épandage avait provoqué des malaises pour 23 enfants, le gouvernement avait adopté un amendement venant compléter la loi et l’arrêté du 27 juin 2011 interdisant l’utilisation de produits phytosanitaires dans des lieux accueillants enfants, ainsi que pour les centre de soins, les hôpitaux, les maisons de retraite. lien

D’autre part, les normes sont largement insuffisantes comme l’ont déclaré plusieurs ONG (organisation non gouvernementale), lors des dernières décisions européennes du 1er septembre 2008. lien.

Elles sont de 0,5µg/l pour les pesticides d’après l’arrêté du 11 janvier 2007, et pour les nitrates de 50 mg/l. lien

On sait que dès le 1er microgramme de nitrate, celui-ci se transforme en nitrites au contact des sucs digestifs, et il ralenti l’oxygénation de notre sang...quand aux pesticides, il est probable que le seuil devrait être revu largement à la baisse.

On peut lire avec intérêt l’enquête menée par « Que choisir » relevant les importants dépassements des normes actuelles constatés dans notre pays.

On y apprend que les pollutions en pesticides touchent près de 700 000 personnes, concernant 742 communes, les communes les plus touchées étant Sens, Lisieux, Firminy, Bourgoin-Jallieu et Montargis. lien

Et puis il y a le gaspillage...

Alors qu’un américain consomme 630 litres d’eau par jour, un français en consomme 300...et un africain sub-saharien 10...que se passerait-il si chaque pays consommait autant d’eau que les USA ? lien

Pourquoi utiliser de l’eau potable pour prendre un bain, pour les WC, pour laver une voiture ?

Aujourd’hui, dans les circuits dits « alternatifs », on n’envoie pas l’eau de lavage directement dans les égouts, et on l’utilise au préalable pour la chasse d’eau.

Or les WC provoquent la plus grande consommation d’eau potable, puisqu’ils utilisent entre 5 et 18 litres d’eau à chaque fois. lien

Quant à l’eau de pluie, pourquoi ne pas la récupérer pour la vaisselle, le lave linge, le bain d’autant qu’un milliard d’humains n’ont pas accès à l’eau encore aujourd’hui...et que 2,4 milliards n’ont pas de service d’assainissement.

Sur ce blog quelques astuces originales pour économiser l’eau de tous les jours.

Il serait donc urgent d’une part de faire cesser toutes ces pollutions, en décidant de normes plus draconiennes, d’arrêter le gaspillage, et surtout de trouver les moyens de pouvoir dessaler l’eau de mer.

Certains, comme l’ingénieur Georges Mougin, défendent l’idée de transporter des icebergs, afin d’en récupérer l’eau douce lorsqu’ils seront fondus, sachant que la production d’iceberg de l’Antarctique représenterait les besoins de la planète entière. lien

Pourquoi pas ?

Mais quelle énergie faudrait-il déployer pour réussir pareil challenge ?

Pour un iceberg de 800 mètres de circonférence, destiné à rejoindre les Iles Canaries, ce qui serait possible en 140 jours, il faudrait dépenser 4 millions d’euros rien qu’en carburant. lien

Et puis d’autres solutions moins chères existent, comme par exemple le dessalement de l’eau de mer.

C’est à quoi se sont attachés récemment une équipe de chercheurs, finalistes d’un concours sur les énergies renouvelables en Californie, et ayant inventé un procédé produisant de l’électricité grâce à l’énergie solaire, ainsi que de l’eau potable.

Dénommé « the Pipe » (le tube), il pourrait produire 4,5 milliards de litres d’eau par an, et nous le devons au cabinet d’ingénierie canadien Khalili Engineers.

Ce procédé sépare le sel et les impuretés de l’eau de mer grâce à des réactions électromagnétiques.

Le dessalage de l’eau n’est pas une nouveauté, mais il nécessite habituellement une forte consommation électrique, ce qui ne sera plus un problème avec « the Pipe », puisque celui-ci produira sa propre énergie. lien

Quand on sait que la pénurie, ou la dangerosité de l’eau proposée parfois, provoque chaque jour dans le monde la mort de 25000 personnes, on ne peut que se réjouir que des solutions existent.

Ne serait-il pas l’occasion de décider d’empêcher la pollution actuelle et d’utiliser l’eau de mer pour la rendre consommable ?

Comme dit mon vieil ami africain : « la parole est comme l’eau, une fois versée, on ne peut pas la reprendre  ».

L’image illustrant l’article vient de passeurdesciences

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles parus

À l’eau, au secours !


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • fred.foyn 15 septembre 2016 10:49

    Un problème de l’eau ?

    Les pays du golfe ont des usines de dessalages de l’eau de mer...et ça marche. !

    • Jean Pierre 15 septembre 2016 17:28

      @fred.foyn
      On déplace seulement le problème. Le problème de l’eau devient un problème d’énergie.


    • Hecetuye howahkan howahkan 15 septembre 2016 11:04

      salut Olivier

      merci

      pour rajouter j’ai vu ce tableau

      • 13.500 litres d’eau pour 1 kg de viande de bœuf ;
      • 5.263 litres d’eau pour 1 kg de coton ;
      • 5.000 litres d’eau pour 1 kg de riz inondé ;
      • 900 litres d’eau pour 1 kg de soja ;
      • 590 litres d’eau pour 1 kg de pomme de terre ;
      • 590 litres d’eau pour 1 kg de blé ;
      • 524 litres d’eau pour 1 kg d’orge ;
      • 454 litres d’eau pour 1 kg de maïs grain ;
      • 346 litres d’eau pour 1 kg de banane ;
      • 238 litres d’eau pour 1 kg de maïs ensilage ;
      • 25 litres d’eau pour 1 litre de bière.
      bien sur il faut connaître l’apport de l’eau de pluie, de l’irrigation, des nappes phréatiques et de l’eau propre humaine avec du chlore, le chlore un futur scandale à venir...etc mais ce tableau donne quand même une idée du total évalué par je suppose des experts...nous sommes cernés de gens qui savent ....on devrai être rassuré et bien non car c’est comme disait Coluche ,quand je suis entouré de policiers cela devrait me rassurer non ? et ben non j’ai peur !!

      donc pour être juste il faut pour moi enlever tout apports naturel....pluie ,ruissellement etc ..

      amateur de bonne bière genre Stout comme ici en Irlande, je remarque que j’économise à chaque fois que je vais au pub...par rapport à tout le reste..

      et que si j’arrête la bière je devrais donc boire 25 litres d’eau...OK après on s’étonne que les gens boivent..mais faut comprendre le risque mortel de boire 25 l d’eau par soirée et l’aspect : moi je bois car je veux sauver la planète...

      sans blagues, merde.......

      schuss....


      • pemile pemile 15 septembre 2016 11:18

        @howahkan
        Y’ a pas un calcul des litres d’eau pour 1kg d’humain ? Tiers monde vs occident ?

        Chasses d’eau potable et douches comprise pour l’occidental smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 11:32

        @howahkan
        Merci d’avoir ajouté la consommation d’eau provoquée par l’industrie de la viande de boeuf et d’autres animaux..

        je suis impardonnable de l’avoir oublié
         smiley
        question bière j’ai un faible pour l’excellente Duvel, que j’ai eu le privilège de boire à la Brasserie d’Anvers...mais j’aime aussi la brune stout.

      • Hecetuye howahkan howahkan 15 septembre 2016 13:50

        @olivier cabanel

        ah oui tout à fait il y a un certains temps j’ai habité à Remiremont dans les Vosges et là bas j’ai découvert cette bière la Duvel, je ne sais plus si elle était en pression ou pas...un régal smiley


      • Reisioval (---.---.226.38) 15 septembre 2016 14:18

        @howahkan
        (13.500 litres d’eau pour 1 kg de viande de bœuf ;) smiley
        - Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. 
        Antoine Laurent de Lavoisier


      • Arklasterdour (---.---.0.10) 15 septembre 2016 15:23

        @howahkan Bonjour,

        Un dossier "empreinte en eau et eau virtuelle à lire sur : https://lanaturedeleau.blogspot.fr/2013/03/empreinte-en-eau-et-eau-virtuelle_28.html

        Bonne lecture


      • Hecetuye howahkan howahkan 15 septembre 2016 15:35

        @Arklasterdour

        merci du lien sur l’eau virtuelle, je vais aller voir cela, ...voila ici le lien d’où j’ai trouvé l’empreinte virtuelle que j’ai mis sur un post précédent..

        salutations....


      • Yanndour 15 septembre 2016 15:38

        @howahkan Bonjour, Un dossier sur « L’empreinte en eau et eau virtuelle » à lire sur : https://lanaturedeleau.blogspot.fr/2013/03/empreinte-en-eau-et-eau-virtuelle_28.html

        Bonne lecture à tous


      • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 16:03

        @howahkan
        la Duvel se fabrique à Antwerpen, et je ne crois pas qu’on puisse la trouver « à la pression » ailleurs, mais je peux aussi bien me tromper...

        je l’ai bu plus tard en bouteille, mais rien à voir... hélas

      • pemile pemile 15 septembre 2016 16:11

        @Reisioval « 13.500 litres d’eau pour 1 kg de viande de bœuf »

        Même difficultés que vous à chopper le principe derrière ces chiffres.

        D’après les chiffres donnés en lien sur l’eau virtuelle, bœuf de trois ans, 200kg de viande, 24000 litres bus et 3 millions de litres pour faire pousser les céréales !

        Ce genre de calcul a-t-il un sens ?


      • Hecetuye howahkan howahkan 15 septembre 2016 16:51

        @Yan-dour

        Ah ce nom me rappelle ma Bretagne natale ,et avec ce nom de « dour » tu es bien placé sur le sujet comme Arklaster-dour

        merci pour le lien clair

        kenavo ar wouez all


      • mmbbb 15 septembre 2016 20:52

        @howahkan 13.500 litres d’eau pour 1 kg de viande de bœuf donc un animal qui va a l abattoir et donnera 350 kg de viande environ hors carcasse aura consomme donc 4 725 000 litres d’eau J’allais faire les foins chez un paysan qui faisait de l embouche Dans un pre recule 40 betes a viande donc 189 000 000 litres d’eau consomme Hormis l’apport de sel et de mineraux en granule ces animaux paissaient naturellement Nous n’apportions aucune eau complementaire elles se contentaient de boire a dans un ruisseau dont le debit etait normal Sacre olivier j’adore la precision comme Gil qui annonce des millards des milliards et la des litres des litres


      • Arklasterdour (---.---.0.10) 16 septembre 2016 03:59

        @Yanndour
         Merci pour le lien howahkan. Les chiffres semblent corrects sauf pour le litrage d’un kilogramme de blé qui parait sous estimé même s’il varie beaucoup selon les pays, les sols, les modes de culture..

        Salutations...


      • Hecetuye howahkan howahkan 16 septembre 2016 08:24

        @mmbbb

        salut ; ce n’est pas cela que ça veut dire, si j’ai bien compris et je ne défends ni réfute cette façon de voir là il est question de consommation virtuelle..c’est à dire que la vache boit dans le monde réel environ 50 000 à 100 00 litres d’eau de la rivière disons pour 3 ans..dans le monde moderne on va rajouter un équivalent eau qui a servi a produire les céréales qui les nourrissent, + la quantité d’eau nécessaire qui entre en compte dans tout ce qui est utilisé pour nourrir, puis transporter puis tuer, puis laver etc pour produire 1kg de viande...

        c’est comme dans un litre d’essence il y a un pourcentage de sang virtuel et hélas bien réel aussi...


      • popov 22 septembre 2016 08:11

        @howahkan

        Bonjour

        Si vous aimez les bières belges, je vous conseille, dans cet ordre :
        1 La Saint Sixte 12, fabriquée à l’abbaye de Westvleteren (vendue uniquement à l’abbaye, et sur réservation, difficile de s’en procurer depuis qu’elle a été déclarée la meilleure du monde).
        http://www.larvf.com/,vin-westleteren-biere-abbaye-trappiste-mythique-meilleure-biere-du-monde-belgique-moines-cisterciens-vins,4428452.asp

        2 La Rochefort 10, fabriquée à l’abbaye de Rochefort
        https://www.saveur-biere.com/fr/biere-bouteille/91-rochefort-10.html

        3 La Chimay Bleue, fabriquée à l’abbaye de Chimay
        https://www.saveur-biere.com/fr/biere-bouteille/87-chimay-bleue.html

        4 La Chouffe, bière d’une petit brasserie des Ardennes, facile à se procurer et encore meilleure que la Duvel.
        http://www.achouffe.be/fr


      • Trelawney Trelawney 15 septembre 2016 11:13

        Ben non, ça ferait juste remonter le niveau des nappes phréatiques et des lacs français.

        Ben non les lacs français n’augmenteront pas pour autant, car ils sont en constante diminution, tout comme les glaciers. Donc réduire les culture voraces en eau, c’est simplement économiser l’eau que l’on n’a plus.

        Ce problème est en France minime par rapport à ce qui se passe autour des fleuves comme le Mékong ou le Gange (Padme pour le Bangladesh)


        • HELIOS HELIOS 15 septembre 2016 11:24

          Cher Olivier, le problème de l’eau est bien connu, mais il fait l’objet de deux phenomenes ingérable :

          (1) l’usage de l’eau, selon les lieux... vous critiquez les americains qui gaspillent 600 litres par personnes, mais ces 600 litres ne seraient pas disponible au Sahel si les américains etaient vertueux....
          Soyons raisonnable, faisons en sorte qu’il y ait de l’eau au Sahel... et laissons les americains tranquilles....

          (2) récuperer l’eau de pluie... c’est interdit en France... officiellement pour des raisons sanitaires et de sécurité. si vous voulez alimenter vos toilettes avec l’eau de pluie, vous devez avoir un reseau STRICTEMENT indépendant (pas de robinet de derivation)... déja bien content de pouvoir connecter les goutierres au parterre de fleurs !
          Les societes de gestions de l’eau y perdraient... surement beaucoup, comme l’etat et la TVA


          • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 11:38

            @HELIOS
            bah, on peut quand même espérer que les américains se décident à ne pas tant gaspiller l’eau, ne serait-ce que pour leur avenir...mais j’ai surtout voulu attirer l’attention sur le fait que si on se mettait tous à faire de même, ça deviendrait quasi ingérable...

            quand a utiliser l’eau de pluie, ça ne me parait pas une difficulté insurmontable...
            un peu partout dans nos campagnes, c’est déjà le cas...et donc rien n’empêche, avec un réseau indépendant, d’alimenter douches, et wc...non ?
            merci de votre commentaire

          • HELIOS HELIOS 15 septembre 2016 12:19

            @olivier cabanel
            ... et même de payer, puisque pour utiliser l’eau de pluie dans les WC (et surement pour la douche) il faut obligatoirement une « declaration » et le paiement de la taxe d’assainissement !


            Autant on comprend bien que les reseaux soient identifiés et non connectables que la declaration et le paiement... echappent aux bonnes règles...

            il y a encore beaucoup de travail a faire dans notre société.

          • pemile pemile 15 septembre 2016 12:33

            @HELIOS « le paiement de la taxe d’assainissement ! »

            Uniquement pour ceux connecté au tout à l’égout dans la mesure ou cela finit à la station d’épuration, normal, non ?


          • foufouille foufouille 15 septembre 2016 12:42

            @pemile
            non car tu as d’autres taxes pour les ANC, dont une que tu payes pour les pollueurs qui ont une fosse qui fuit avec l’autorisation des copains du SPANC.
            et comme il faut vidanger une fosse de temps en temps, tu payes aussi.
            tu as aussi une taxe sur l’eau pour tout le monde.


          • pemile pemile 15 septembre 2016 12:47

            @foufouille
            Mais il n’y a pas de surtaxe pour les chiottes à l’eau de pluie ou connectés à un puits


          • foufouille foufouille 15 septembre 2016 12:52

            @pemile
            pas pour l’instant. mais comme tu as obligatoirement un ANC .........


          • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 16:05

            @HELIOS
            tout ça prouve qu’il y a un bon coup de balais à donner dans toutes ces réglementations poussiéreuses, d’un autre âge.


          • HELIOS HELIOS 15 septembre 2016 19:52

            @olivier cabanel


            ...oh oui, et c’est pour cela que je dis qu’avant d’emmerder les américains, il faudrait faire du ménage chez nous...

            Le problème des fosses sceptiques par exemple, qui est devenu un système de prédation sur tout ce qui est individuel, loin des réseaux ou souvent en contrebas exigeant des pompes de relevage.

            je serais même partisan de faciliter la récupération des eaux de pluie a la construction de nouvelles maisons ou immeubles, car même si en période de sècheresse il faudra alimenter les réservoirs avec de l’eau du réseau, le reste de l’année serait soulagé du prélèvement... cela laisserait le précieux liquide a la faune et la flore naturelle dont nous avons bien besoin.



          • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 20:02

            @HELIOS
            les fosses sceptiques, c’est un autre problème...

            ce n’est pas la solution idéale
            nos rejets ne devraient pas partir dans les égouts, ou les stations d’épuration : cette nourriture que nous avons pris à la terre, il faut la lui restituer, et je pense que l’épandage est une bien meilleure solution...
            en tout cas pour nos campagnes

          • foufouille foufouille 15 septembre 2016 11:30

            « On sait que dès le 1er microgramme de nitrate, celui-ci se transforme en nitrites au contact des sucs digestifs, et il ralenti l’oxygénation de notre sang... »
            uniquement si le dieu vert le dit.


            • biquet biquet 15 septembre 2016 12:06

              En agriculture, tout dépend comment cette eau est utilisée. Ils ont montré à la télé comment un agriculteur arrive à faire pousser des tomates dans une région où les précipitations sont faibles et sans arrosage. Le fait de labourer profondément la terre par exemple, provoque un assèchement prématuré de la couche d’humus.


              • velosolex velosolex 15 septembre 2016 12:37

                @biquet
                Je suppose que vous faites allusion à ce sympathique maraîcher vivant dans la région de Lodève, dont on peut trouver pas mal de liens sur le net. Assez extraordinaire....

                Les prolongements sont immenses, et enthousiasmants. 
                Tomates sans arrosage ni pesticide : cette méthode fascine les ...

              • foufouille foufouille 15 septembre 2016 12:45

                @velosolex
                il ne vend que des graines sur six hectares.


              • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 13:29

                @biquet
                comme je l’ai expliqué dans un article ancien, on peut aujourd’hui cultiver tomates, courgettes, et autres sans le moindre arrosage en utilisant le BRF


              • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 13:37

                @velosolex
                merci de vos commentaires, mais ne vous inquiétez pas des réactions du troll foufouille.

                il allie la mauvaise foi au reste...
                du temps perdu à lui répondre.

              • velosolex velosolex 15 septembre 2016 13:44

                @foufouille
                Vous faites de l’humour, ou de la farce ?....

                C’est sûr que si vous situez au niveau de l’exploitation et de la dimension de la catastrophe, Montsanto est le champion toutes catégories, mais ils ne feront jamais aussi bien, ou plutôt aussi mal que l’armée US qui a ensemencé des milliers de tonnes de napalm et de défoliant sur le Vietnam......Pas six hectares,mais la moitié su pays.......Leur aventure continue, avec le roundup. 

              • velosolex velosolex 15 septembre 2016 13:46

                @olivier cabanel
                Les trolls sont parfois utiles, comme les bouffons, car ils expriment la pire pensée, et permettent d’argumenter et de rebondir, la réponse ne leur étant pas bien sûr destinée....Les boxeurs utilisent aussi des sporting partners, pour rester en forme et garder le jeu de jambes


              • foufouille foufouille 15 septembre 2016 13:59

                @velosolex
                en tant que khmer vert, tu veut croire en la pensée unique.
                si tu regardes ses vidéos, tu comprendras qu’il arrose un peu.
                dans une tomate tu as beaucoup de graines. donc il produit juste des graines ce qui fait que la production n’a pas besoin d’être importante.
                et contrairement à toi, j’ai jardiné comme mes parents et grands parents.


              • olivier cabanel olivier cabanel 15 septembre 2016 14:22

                @velosolex
                oui, les trolls peuvent être utiles... 

                à force de vouloir se rendre intéressants, finalement ils ne font qu’amuser la galerie, 
                et ça met un peu de dérision sur des sujets parfois ardus...
                laissons les donc se donner du plaisir...
                 smiley

              • velosolex velosolex 15 septembre 2016 18:54

                @foufouille
                A mon humble avis, vous avez le mildiou. Prenez un bon verre de bouillie bordelaise trois fois par jour, et otez vous les feuilles malades, sans les jeter évidemment dans le compost pour ne pas infester le reste des plans


              • foufouille foufouille 15 septembre 2016 12:25
                4.1 Description

                Le nitrate (NO3¯) et le nitrite (NO2¯) sont des ions très répandus et présents de manière naturelle dans l’environnement. Tous deux sont produits par l’oxydation de l’azote, dans le cycle nécessaire à tous les organismes vivants pour produire des molécules organiques complexes telles que les protéines et les enzymes (Environment Canada, 2003 ; CIRC, 2010).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès