Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Pour une meilleure contraception

Pour une meilleure contraception

Face au taux d’avortement important de la France, la mesure annoncée de permettre une contraception gratuite cache un danger potentiellement plus grand.

Après avoir fêté la journée de lutte contre le Sida, voilà que passe à la radio la proposition de proposer une contraception gratuite pour les mineures. Avec un taux de d’avortement de 13000 mineures par an, il est clair qu’il y a un hic dans le système.

Malgré un message sur la contraception que l’on entend depuis des années, entendu par tous les ados au moins une fois dans leur vie, ne serait-ce qu’au collège-lycée, sans parler des magazines pour adolescents, où le message est présent à chaque numéro, il reste que 13 000 jeunes filles se font avorter par an ; par ailleurs certaines gardent leur enfant, et d’autres prennent la pilule du lendemain.

Il y a donc un problème, celui de la contraception chez les jeunes ; or quelle est la solution préconisée par ceux qui sont en charge du problème ? Distribuer la pilule aux mineures. Cela ne réglerait que partiellement le problème et en créerait un autre potentiellement plus dangereux : celui de la propagation de maladies sexuellement transmissibles.

Revenons-en aux faits, les campagnes faites précédemment ont largement mis en avant le port du préservatif, tous les jeunes connaissent les risques liés aux maladies, je rappelle qu’en troisième un cours de sexualité est enseigné, et qu’au lycée une session spéciale pour jeunes filles apprend à mettre un préservatif, les risque liés au rapport, la première fois, etc.

Or on constate que même avec ces apprentissages, les rapports sont faits sans préservatif, malgré la prévention. C’est donc que :

  • 1. soit le message est mal passé
  • 2. soit e préservatif n’est pas utilisé car il y a un problème d’accès à celui ci

La deuxième solution saute aux yeux, en effet, même en connaissance de cause, les jeunes (filles et garçons, entendons-nous bien) n’utilisent pas assez la capote, passant outre les risques et de grossesse et de maladie.

Or que se passera-t-il si on donne aux jeunes filles la pilule ? Se sentant libérées du risque de grossesse, ce sera la porte ouverte aux rapports non protégés et par là-même une progression des maladies sexuellement transmissibles.

La réelle solution serait de permettre un accès gratuit à la capote, de la voir disponible facilement à des endroits où elle serait accessible le plus anonymement possible dans les lycées, qu’elle soit distribuée massivement dans les magazines pour ados, bref que chaque jeune puissent en avoir à tout moment, en particulier au moment fatidique.

On me dira que les pharmacies ont un distributeur devant leur officine, mais quand on a quinze-seize ans, aller dans la rue et acheter des préservatifs à la vue de tous, c’est une situation dérangeante. De plus, le prix, bien que revu à la baisse récemment, reste prohibitif pour un acte qui est par nature gratuit en prix (mais fort en émotion).

L’objectif avoué est donc celui de continuer l’information, de pousser encore la prévention, de rappeler que l’on meurt encore du Sida, enfin d’amener chaque jeune à avoir dans son portefeuille un préservatif afin de pourvoir faire l’acte dans toute la quiétude possible et sans risque pour l’avenir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Kiri (---.---.62.230) 7 décembre 2006 14:29

    Sujet intéressant - mais difficile à lire pour cause de nombreuses fautes de français...

    la pilule pour toutes serait la seule solution pour freiner les avortements. La capote à toutes, bonne idée, mais : 1. Elle manque de discrétion : les jeunes filles auront-elles le coeur d’apparaître comme une fille « qui couche » en en ayant sur elles ? 2. Encore faut il que le garçon accepte d’en mettre...

    Kiri


    • (---.---.148.168) 7 décembre 2006 15:35

      Cessons de croire au Saint Préservatif et à la sainte pilule et regardons les faits :
      - après 40 ans de contraception croissante, le nombre d’avortement augmente toujours en France : y aurait-il un lien ?
      - le seul pays africain où le taux d’infection du sida recule ne mise plus sur le préservatif : http://acimed.free.fr/contenu/communiques/061025.politiquement.incorrect.ht m


      • angelo (---.---.204.252) 7 décembre 2006 15:47

        L’ analyse est bonne jusqu’au milieu de l’article. Précision : on parle désormais d’ infection sexuellement transmissible ( I.S.T. ,pour être politiquement correct...). Un rapport sexuel avec préservatif ( masculin ou féminin ) n’est pas sans risque . Le virus H.I.V est 500 fois plus petit qu’un spermatozoïde et il existe de nombreuses conceptions accidentelles sous préservatif . De plus si , le taux de fiabilité est de 90% en laboratoire , dans la pratique celui-ci chute vers 70% avec l’émotion. Sans tomber dans les détails, reste à poser le préservatif avec des mains non-souillées , ce qui exclu certains gestes préliminaires (contaminant dans le cas de nombreuses I.S.T ). Quand à l’ argument de la timidité , il serait irrésponsable, de la part d’ un jeune s’engageant dans un acte sexuel ,d’être barré par un tel obstacle . Quant à la dépense , ne pas pouvoir consacrer une si modique somme pour sa santé et celle de celui que l’ on aime , réduirait le sexe gratuit à une activité ludique comme le jeu en ligne , sans respect de l’autre.


        • panama (---.---.198.59) 7 décembre 2006 16:16

          J’ai lu quelque part que 40% des adolescentes américaines de 14 ans croyaient que si elles ferment les yeux quand elles font l’amour, elles ne tomberont pas enceintes.

          Ca vous fait rire ? Mais qu’est-ce qui se passe dans la tête d’une ado de 14 ans ?

          Information, prévention et, pourquoi pas, abstention.


          • peter macaloai peter macaloai 7 décembre 2006 17:25

            Beaucoup d’interlocutions et si peu de temps pour y repondre !! En ce qui concerne les jeunes filles il me semblent que la capote qui tombent du sac fait le meme effet que la plaquette de pilule qui tombe, malheuresement je ne suis pas une fille et ne peut préjuger de ce que représente la capote dans cette situation. Ceci dit ce que je veut faire noter c’est que la capote en soit est accepté mais c’est l’accès à celle ci qui est difficile, posséder la capote est acceptée mais vouloir en avoir une l’est beacoup moins car l’avoir signifie qu’on est prévoyant, mais en acheter veut dire que l’on « va faire ». Pour le probleme de notre garçon cela passe je pense par l’information et la prevention, egalement l’instruction aux filles de dire non si le mec ne veut de la capote.

            Ensuite pour les commentaires d’après je ferais une remarque globale qui est que l’environnement des jeunes pousse de plus en plus à l’acte que ce soit par les media qui ne parle quasi que de ca ou des magazines pour jeunes (jeunes et jolies et consort) qui ont les pages bourrées d’incitations(nous laisseront les ameriquains de leur coté je ne connait que guère la mentalité des jeunes de 14-20 ans là-bas, bien qu’elle ne doit pas etre eloignées de chez nous). De plus aujourd’hui la première fois n’est pas forecement par amour mais plutot « pour voir » ce qui est particulierment vrai pour les garçons. Tout comme pour la cigarette le jeune ne se sentira pas responsable de son avenir, surtout si il est mal informer. Mon propos n’est pas d’analysé cela mais de proposer une solution pour que les plus de jeunes se protegent tout en evitant de tomber enceinte et de montrer que la solution proposé m’éffrait par les conséquences qu’elle peu entrainer. D’autre part il me semble qu’il est preferable que 30% des rapports puissent amener à une contaminations que 100%. Enfin pour l’article qui est tiré d’un site catholique, que l’on sait opposé à la capote, et qui traite d’un pays africain, j’opposerai l’exemple de l’Inde, 1.2 milliard d’habitant, qui traite le meme probleme avec des préservatifs distribués gratuitements et une education massive de la population, feminine en particulier.
            peter macaloai


            • (---.---.28.21) 26 janvier 2007 13:10

              L’Inde tue les bébés à la naissance(surtout les filles)....c’est la seule raison...


            • bouli (---.---.85.5) 7 décembre 2006 18:17

              Evidemment, il ne s’agit pas de balancer la pilule gratuite comme ça et débrouillez-vous mesdemoiselles... Si ça se fait, et il faut que ça se fasse, il faut toute une politique de prévention et d’explication qui aille avec. Expliquer que la pilule ne protège pas des IST mais le préservatif oui donc que le combo pilule/ préservatif protège un maximum. Ce serait bien aussi de remettre la capote gratuite pour que les mecs comme les nanas en aient dans leur portefeuille.

              Concernant la contraception : c’était il y a quelques années déjà, au collège j’ai eu 1 heure de « cours » là-dessus !!! 1 heure en tout et pour tout ! rien au lycée, rien à la fac... Il faut mieux informer les jeunes filles et les garçons des moyens de contraception qui existent. Concernant les IST, et notamment le Sida : on en parle avant l’été et puis le 1er décembre pour le politiquement correct. Mais enfin, on baise toute l’année !!!!! (dsl c’est cru)

              Bref, il y a des politiques de prévention qui se perdent dans ce pays... smiley


              • Kim NGUYEN (---.---.4.84) 8 décembre 2006 14:33

                Je suis pharmacienne et je pense qu’effectivement, distribuer gratuitement la pilule n’est certainement pas la solution. Trop de femmes ne savent déjà pas bien la prendre (ne parlons pas des adolescentes qui l’oublient sans arrêt d’où une perte d’efficacité), et son côté « gratuit » ferait le même effet qu’un spectacle gratuit : allons-y, on ne perd rien. Je ne vous dis pas le coût pour la société si toutes les filles commençaient à collectionner des boîtes de pilules chez elles « au cas où ». Nous avons déjà vu le cas avec la pilule du lendemain à délivrance gratuite pour les mineures. Vous me direz, un avortement coûte sans doute plus cher, mais si ça lui arrive une fois, en général, la personne devient plus responsable par la suite. La solution est donc toujours la même, essayer de rendre les gens responsables dès le début, avec une éducation sanitaire sans relâche, et non pas avec la gratuité qui rend au contraire irresponsable. L’accès au soin et à la prévention n’est gratuit nulle part, mais son coût peut être généreusement abaissé avec une réelle volonté politique.


                • peter macaloai peter macaloai 8 décembre 2006 17:11

                  Tout à fait d’accord avec vous, j’irais meme plus loin en prenant votre argument, la capote gratuite pour l’avoir sur soit en permanence car « on y perd rien ».
                  peter macaloai


                  • maxim maxim 9 décembre 2006 21:48

                    je crois aussi que c’est le role des parents,qui doivent etre responsables et realistes,sachant pertinemment que leur garçon ou fille auront inevitablement un passage à l’acte vers 15 ou 16 ans.....

                    il faut donc expliquer avec tact,mais raison,que la sexualité est un acte naturel ,mais qu’il y a des risques graves si l’on a des rapports non protégés.....

                    je crois que des enfants élevés dans un milieu famillial sain et équilibré,comprendront que les parents abordent ces sujets délicats avec eux pour les informer et les responsabiliser.

                    on peut avoir de la pudeur...mais pas de pudibonderie.... les sujets sur la sexualité ne sont pas tabous si on les aborde naturellement..

                    il vaut mieux prevenir que guérir..les informations sur le port du préservatif et des moyens de contraception devraient peut etre,etre mieux diffusés sans lasser par matraquage ..mais dans l’enseignement on devrait pouvoir l’insérer dans les programmes....nous sommes au 21eme siècle ,et l’obstruction voulue, l’obscurantisme,la « bondieuserie »et les censeurs....ne devraient plus etre...

                    l’amour est trop beau pour en mourrir par connerie


                    • Qilevain (---.---.118.107) 10 décembre 2006 04:04

                      Rapport Sexuel acte responsable !!

                      Dans notre société où l’on entend au quotidien que la planète est en danger et que l’on va tous crever si l’on ne fait rien, la réponse pour la contraception et le sida est exactement la même.

                      Tout le monde en parle, mais « personne » agit. On se sent concerné mais pas responsable.

                      Je pense que la principale difficulté de notre société c’est d’être responsable de ses actes. Je suis relativement « contre » la pilule plus pour une question de santé que par idéologie mais c’est un autre débat.

                      Un acte sexuel est réservé aux adultes « donc gens responsables ». Les avortements augmentent ? : soit on baise plus que dans le temps, soit on met moins de capote, soit on prend moins la pilule.

                      Bref aujourd’hui s’envoyer en l’air c’est contraignant, mais c’est ainsi, nous devons nous adapter et éduquer la jeunesse avec ces nouvelles contraintes. Le paradoxe c’est qu’à la base il donne la vie, et qu’aujourd’hui il peut aussi donner la mort, soit par le VIH, soit par l’avortement. La vie, c’est quand même ce qu’il y a de plus important non ?

                      Avorter c’est quand même tuer quoi que l’on puisse dire et les conséquences psychologiques pour la femme restent importantes. Alors en dehors des viols ou la femme n’est pas consentante ou est la responsabilité de celle ci ?? Je suis un peu dure de jeter toute la responsabilité sur le dos des femmes mais c’est avant tout leur corps et ce sont elles qui font les enfants. L’homme n’a pas les mêmes contraintes, la vie étant ainsi faite.

                      Mes dames respectez vous avant tout et faites vous respecter. Un homme qui souhaite coucher avec vous sans capote ne peut pas vous respecter car d’une part vous pouvez tomber enceinte et d’autre par vous pouvez attraper le sida. Soyez responsable de votre vie et de la vie en générale car c’est vous qui la mettez au monde.

                      Quoi qu’il en soit, avoir des rapports sexuels c’est normal sinon on ne serait pas la pour en parler alors s’abstenir laisser moi rigoler. C’est comme les putes, on n’en veut plus mais du temps de Jésus ça existait déjà (quelle coquine cette Marie Madeleine).

                      Personnellement je pense qu’il est avant tout important de démystifier la sexualité auprès des enfants. Expliquer qu’un rapport sexuel c’est le moyen de faire un bébé (et oui ça pousse pas dans les choux) mais aussi un plaisir qui comporte des risques. Le risque d’avoir un enfant ou de tomber malade. Un rapport sexuel est un acte simple mais responsable. La couche d’ozone à un trou ? Peut être mais quand je lève la tête je ne le vois pas. Le sexe c’est pareil jusqu’au jour ou merde je suis enceinte ou j’ai le sida. Je roule vite avec ma voiture mais pas de bol le piéton est passé au mauvais moment.

                      Mes parents m’ont appris qu’après être allé aux toilettes je dois me laver les mains, ils m’ont appris qu’avant d’aller dormir je dois me laver les dents et encore plein de choses. Et bien voila, aujourd’hui j’ai des rapports sexuels et je met un préservatif.

                      Personnellement je prônerai l’éducation aux collèges voir avant pour expliquer la sexualité, ça évitera « papa c’est quoi cette bouteille de lait ». Car techniquement on cache la vérité aux enfants quand ils posent cette question à leur parent. Et derrière cette gène dissimulée par une rose ou par un chou, les enfants y croient à moitié et veulent savoir qu’est ce qui se cache ou qu’est ce qui est défendu et surtout s’imagine n’importe quoi. Et font’ils une différence entre faire des bébés et s’envoyer en l’air comme dans le film du dimanche soir.

                      Avoir un rapport sexuel c’est avant tout être responsable de sa vie. Si certain couchent sans préservatif ce sont tout simplement des irresponsables. Ce qui me permet de faire passer un message personnel par la même occasion. Il suffit d’une fois pour tomber enceinte ou attraper l’HIV. Seulement tomber enceinte c’est facile il suffit d’avorter, mais personne ne parle des conséquences d’un avortement !!!!! Par contre attraper le sida c’est moins facile tout de suite. Alors si ça peut faciliter les choses que les préservatifs soient distribués gratuitement.

                      Et puis faisons l’amour pas la guerre !!!


                      • lesyeux (---.---.30.42) 10 décembre 2006 11:53

                        le problème reste entier : les jeunes filles quoique surinformées : école, magazines, télé etc......ne prennent tjs pas de précautions, c’est confondant ....

                        l’information, tjs resassée, est primordiale

                        à l’école une dissertation sur les risques de l’amour, faire verbaliser aux adolescents, par écrit ,à quoi ils s’exposent permettraient peut etre d’oeuvrer plus utilement ; des débats avec des adulets et d’autres jeunes au sein d el’école

                        sinon il me semble bien qu’au planning familial on délivre la pilule de façon anonyme et gratuite, déjà.....


                        • Dom (---.---.235.122) 10 décembre 2006 16:08

                          Arreter ces connerie à l’adolecence on baise pas point barre les parents en face de vos responsabilités laisser pas vos gosses faire n’importe quoi et il n’y aura plus d’avortement faut quand même arreter de déconner l’école d’abord et c’est tout, un p’tit flirt à la rigueur pour l’émotion vous aurez bien le temps de connaitre le reste merde !!!


                          • Wells 11 décembre 2006 10:01

                            « Arreter ces connerie à l’adolecence on baise pas point barre les parents en face de vos responsabilités laisser pas vos gosses faire n’importe quoi et il n’y aura plus d’avortement faut quand même arreter de déconner l’école d’abord et c’est tout, un p’tit flirt à la rigueur pour l’émotion vous aurez bien le temps de connaitre le reste merde !!! »

                            Mouais je te ferais remarquer qu’à 20 ans et plus tu es confronter exactement au même problème. Mais bon ca t’a peu être échappé.

                            Pour en revenir à l’article je le trouve bien, et je me milite pour le préservatif gratuit. Le problème est que l’auteur passe sous silence un non dit, LE tabou du préservatif.

                            A savoir que avec un préservatif, les sensations sont quand même bien moins présente. Avec et sans ca n’a rien à voir soyons honnête.

                            Certes il y a un problème de prix, de disponibilité. Mais il y a aussi le problème que c’est nul les capotes. Certes fasse au SIDA ce n’est pas un argument me direz vous. Sauf que si, pour beaucoup de jeunes de ma connaissance c’est la raison principale pour laquelle ils n’en mettent pas : ils prennent pas leur pieds.

                            Voila, on oubli trop souvent ce facteur majeur du problème des capotes et je voulais en parler aujourd’hui.


                            • bouli (---.---.85.5) 11 décembre 2006 10:53

                              L’argument de la capote qui enlève les sensations est en passe d’être désuet : il y a une panoplie de préservatifs qui augmentent le plaisir, pour elle, pour lui, pour les deux, qui aident à retarder l’éjaculation... etc. Ok, c’est pas agréable mais ça s’améliore...


                            • bouli (---.---.85.5) 11 décembre 2006 10:56

                              pourtant, les préservatifs s’améliorent !! il y en a des tas, de toutes couleurs, de tous les goûts, toutes marques, designés pour augmenter le plaisir des partenaires. Il ne faut pas avoir honte de demander une boîte de capotes à la pharmacie.


                            • bouli (---.---.85.5) 11 décembre 2006 10:57

                              (dsl j’ai mis 2 fois le même commentaire)


                            • peter macaloai peter macaloai 11 décembre 2006 15:05

                              Les parents peuvent ils etre 24h/24 derreire leurs enfants ?peuvent ils les surveillers pendant tout les moments meme les plus intimes ? arretons les mesquineries, cela n’est pas possible. Il est paradoxale que notre epoque ammene les jeunes a se considerer de plus en plus tot comme adulte, tout en repoussant leurs responsabilités...

                              Sur le pourquoi je n’ai pas abordé le theme du de la capote non confortable, la raison est que elle n’a pas vocation à etre utilisé pour un couple qui dure plus d’un soir. Je ne suis qu’entieremetn d’accord avec vous sur les sensations bien didfferente que procure le preservatifs, mais il me semble que cela doit etre pour des usage furtifs d’un rapport d’un soir. Après cela pour un couple (fidèle !) un test gratuit au planning familiale et on peu enlevé la capote pour rester à la pilule.

                              peter macaloai


                            • christine (---.---.109.195) 13 avril 2007 15:34

                              Je suis assez choquée par l’étroitesse d’esprit dont vous faites preuve (sans oublier les fautes d’orthographe rendant malaisée la lecture de vos réflexions). Le préservatif n’est pas l’apanage des couples « d’un soir ». Vous oubliez tous ces couples séro-discordants, toutes ces personnes séropositives responsables qui n’ont pas dit « adieu » à leur sexualité et qui protègent leur(s) partenaire(s) d’un soir ou d’une vie avec un morceau de latex ou de polyuréthane. Dans les campagnes de prévention et de communication, on oublie toutes ces personnes séropositives ou celles dont le sida s’est déclaré qui malgré la difficulté ou la honte face à leur corps « contaminant », tentent de prolonger une vie amoureuse et sexuelle. C’est difficile et ce n’est pas marrant tous les jours et à vie, de mettre un préservatif et d’avoir peur de contaminer l’autre.


                            • Wells 11 décembre 2006 14:10

                              je suis bien d’accord, mais les préservatifs d’on vous parlez ne sont eux, hélas, pas à 20 centimes d’euros...


                              • valérie giroux (---.---.240.124) 19 décembre 2006 02:11

                                si on utiluse plusieurs moyens de contraception, est-ce qu’on peut atteindre 100% ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès