Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Quand la santé devient un paramètre d’ajustement

Quand la santé devient un paramètre d’ajustement

Les établissements de santé, leurs personnels et les associations attendent la première circulaire tarifaire et budgétaire signée par Marisol Touraine.

Cette circulaire n’est pas encore publiée.

D’après FO, « Il n’est pas impossible que ce délai soit dû à des arbitrages entre le ministère de la Santé et Bercy, compte tenu des objectifs de baisse des dépenses publiques »

Alors qu’en 2015, les économies imposées s’élevaient à 730 millions d’euros, elles devraient en 2016 atteindre les 993 millions….

Pourquoi pas un milliard pendant qu’elle y est !?

Il faudra que les établissements de santé réduisent leurs dépenses.

« Ces économies portent sur l’ensemble des enveloppes de financement des établissements de santé (activités de médecine, chirurgie et obstétrique, missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation, activités de soins de suite et réadaptation, psychiatrie et unités de soins de longue durée). »

Il faudra diminuer le nombre de personnels, réduire le nombre de lits dans les hôpitaux et naturellement rogner sur le nombre de journées d’hospitalisation.

Tout doit être rentabilisé au maximum.

L’Etat veut continuer à faire des économies afin d’obéir aux injonctions de Bruxelles…..

Le budget santé devient donc un paramètre d’ajustement, ce qui est incompréhensible et inadmissible.

Le gouvernement annonce des mesures -que l’on attend toujours- pour réduire la pauvreté alors qu’en même temps, répondant aux injonctions de Bruxelles, il s’en prend aux dépenses de santé pourtant incompressibles.

Les conséquences prévisibles sont connues : de nombreux services vont fermer dans les hôpitaux publics et il faudra que les patients passent et restent sur la case clinique privée avec les dépassements d’honoraires.

Nous allons très vite voir augmenter le nombre déjà considérable de personnes renonçant aux soins.

Les patients et les personnels de santé ont les mêmes intérêts qui passent par la réécriture de la circulaire santé.

LE BUDGET SANTE NE DOIT PAS ETRE AMPUTE !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 11 juin 17:50

    J’suis d’accord, évidemment.


    Même si je constate qu’il y a belle lurette que la santé du peuple n’est plus (l’a-t-elle jamais été ?) une préoccupation pour l’ensemble de nos dirigeants successifs. 
     


    • soi même 13 juin 15:22

      Polygraphe alcoolique intellectuel tu me soûles avec tes constats à la Prévert, mouton de Panurge tu n’as rien encore compris congrès de Versailles de 2007.

      Il y a pas a dire t’es un moyenâgeux intellectuel, où tu nous prends pour des cons ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès