Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Quels liens étroits entre le commerce et la médecine ?

Quels liens étroits entre le commerce et la médecine ?

Un article de la semaine dernière, d’Olivier Bonnet, relate des conséquences établies entre le Fonds monétaire international et la résurgence de la tuberculose. Il est brillamment résumé dans ce commentaire de JL : «   Peut-être ajouterais-je ceci : ces prêts sont, de fait, des pots de vin déguisés, versés aux dirigeants, mais le remboursement de la dette contractée est à la charge des populations. Si bien que ces prêts aggravent les inégalités dans les pays pauvres, ce qui revient à y accroître la pauvreté.  »

Justement, je me suis tapé la copie de quelques pages d’un livre de Jean Palaiseul, « TOUS LES ESPOIRS DE GUERIR, achevé d’imprimer le 8 avril 1970. En sous-titre, remèdes et méthodes d’aujourd’hui et de demain », où il explique les mauvais choix de l’institution médicale face à la maladie.

On peut y lire, page 193 : XI LE VACCIN FRIEDMAN. « ... Depuis un demi-siècle, le même leitmotiv vient à intervalle plus ou moins réguliers bercer nos oreilles : « la Tuberculose est vaincue. » Le premier cri de victoire retentit lorsque Robert Koch découvrit l’agent causal de la tuberculose : connaissant le germe pathogène, il allait être facile d’en faire un vaccin suivant la théorie de Pasteur. Koch fabriqua la tuberculine et tous les malades injectés, sans aucune exception, moururent... » « ... La tuberculose n’était pas vaincue. La tuberculose étant due à un bacille, on en fit une maladie éminemment contagieuse et on proposa l’isolement des malades dans des établissements particuliers évoquant ceux où l’on parquait jadis, les lépreux. Les sanatoriums. Ils allaient naître ainsi que l’organisation de la lutte antituberculeuse. Mais les sanas n’ont jamais arrêté la tuberculose. La victoire n’était pas là non plus ! ... » « ... Puis ce fut l’invention du pneumothorax et la découverte de tout un arsenal de médicaments à publicité plus ou moins tapageuse dont les derniers en date sont les antibiotiques. Mais les statistiques montrent qu’il y a en France de plus en plus de tuberculeux... » « ... Un certain nombre de médecins ne partagent pas cette opinion. Ils ne sont d’accord ni sur la vaccination par le BCG, qui, malgré son officialité, ne présente pas toutes les garanties d’efficacité et d’innocuité, ni sur l’importance attribuée aux sanas, ni sur la valeur des traitements couramment mis en oeuvre aujourd’hui et c’est pourquoi ils s’élèvent avec indignation contre le complot permanent qui tend à les priver d’autres méthodes de soin ayant largement fait leurs preuves, en particulier du vaccin Friedman... »

Page 195. La vaccination : « ... En ce qui concerne la prophylaxie (contagion), écrit le Dr Bénaïche, MM. Boquet, Calmette, et Guérin nous ont offert le BCG. Ce produit de l’Institut Pasteur est considéré comme inoffensif et efficace par les médecins officiels français. D’autres le jugent sans effet. D’autres le jugent dangereux. Des petits enfants sains qui ne demandaient qu’à vivre ont prouvé qu’il était parfois meurtrier. Evidemment, on peut considérer les accidents du BCG comme négligeables, si tant est qu’une mort par un vaccin obligatoire puisse être tenue pour négligeable par un père de famille... »

Les sanas : « ... Seuls les grands malades devraient être admis dans les sanas, ceux dont l’état nécessite des soins journaliers et constants impraticables à domicile et ceux qui ne peuvent trouver dans leur foyer le repos, le calme, l’hygiène et la nourriture convenant à leur état. Espérons que d’ici quelque vingt ans, peut-être moins, on sera effrayé de penser que des petits malades ont été séquestrés dans ces prisons...  »

Les antibiotiques  : « ... Seuls ou associés, les antibiotiques agissent comme les rabatteurs d’une chasse à courre. Ils permettent de cerner le gibier en l’acculant dans un coin. Si leur action est prolongée, les antibiotiques peuvent arriver quelquefois à faire en sorte que le gibier perde tout pouvoir de reproduction et, par-là même, sa toxicité. Si l’action se relâche, le gibier reprend la clé des champs et, chaque fois qu’il s’échappe, il devient de plus en plus résistant. Les rabatteurs ont besoin d’être plus nombreux. Dans la lutte engagée, le foie, les reins, les yeux, le nerf auditif, le système nerveux en général résistent de moins en moins aux battues. Finalement, ce n’est pas le Bacille de Koch qui est détruit, mais l’organisme lui-même... » « ... Tous les antibiotiques, quels qu’ils soient, ne sont pas des tombeurs du BK, ce ne sont que des gendarmes qui, bien dirigés, permettent souvent, mais pas toujours, de faire régner un certain ordre sur le territoire occupé...  »

Page 197. La chirurgie. « ... Actuellement, on opère à tour de bras, pensant enrayer la tuberculose en pratiquant des ablations d’organes ou de fragments d’organes pour une maladie qui est d’abord, et avant tout, une maladie générale, une maladie de terrain. Le résultat est assez pitoyable... » « ... Pour le Dr Bénaïche et certains de ses confrères (beaucoup plus nombreux qu’on ne veut bien le faire croire !), ce ne sont pas les malades qu’il faut accuser d’empêcher la victoire tant de fois annoncée sur la tuberculose, mais bien les techniques médicales auxquelles on s’obstine à s’en tenir exclusivement en prétendant qu’elles sont parfaites ; c’est ce quasi-monopole imposé par l’orthodoxie, et non l’indiscipline du public, qui conduit au bilan pessimiste dressé par l’auteur du « Friedman dans la thérapeutique de la tuberculose... » « ... Le problème de la tuberculose devient de plus en plus épineux car, si la mortalité a diminué, les malades ne guérissent pas pour autant. Le nombre des inaptes et des ambulants chroniques mis à l’invalidité par la Sécurité sociale forment une armée d’éclopés, de mutilés et de traînards comme on n’en avait encore jamais vu... » « ... Depuis l’ère des antibiotiques, les rechutes paraissaient plus fréquentes qu’avant et, malgré le BCG, on enregistre chaque année de très nombreuses primo-infections, en dépit du dépistage dans les écoles et la médecine du travail, et de la multiplication des vaccinations...  » « ... Si la mortalité diminue, cela ne signifie donc pas guérison. Et le déclin de la mortalité n’est pas dû uniquement aux médicaments modernes. Ce déclin a commencé dans chaque pays où les conditions de vie ont été améliorées. Plus un pays est socialement évolué, et plus on y voit reculer la tuberculose sur son territoire. Plus les conditions de vie sont précaires, et plus la tuberculose a tendance à se développer. Il s’agit d’une influence du terrain et le nombre de tuberculeux chez les prisonniers de guerre le prouve bien... » « ... Nous, médecins, souvenons-nous que nous avons prêté le serment d’Hippocrate, que nous ne devons être ni vaniteux ni obsédés par l’amour du gain ni servile à l’égard des patrons ni butés ni sectaires ni passifs et que nous ne sommes pas faits pour marcher au pas de l’oie, en défilant avec dévotion la tête tournée vers un ministère de la Santé publique, une Caisse de Sécurité sociale ou une académie... »

Jean Palaiseul est né en 1912, c’est vous dire le résultat de son approche personnelle envers la santé. Vous trouverez ci-dessous le lien vers la page de Google qui mène à six mille sites le relatant, ce qui témoigne de l’intérêt actuel prononcé pour ce livre peut-être en voie de réédition.

Lisa Sion.

http://www.google.fr/search?hl=fr&q=Jean+palaiseul&btnG=Recherche+Google&meta


Moyenne des avis sur cet article :  4.46/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 29 juillet 2008 16:42

    bonjour Léon,

    C’est vrai, bien que nous ne soyons plus vraiment, à part quelques cas, concernés par cette maladie, j’ai quand même jugé utile de diffuser cette information sur le réseau mondial. C’est vrai, les enfants qui imitent leurs modèles, comme nous le faisions à leur âge, n’ont pas vraiment de quoi s’épanouir dans ces exemples. Coup de boules, casse toi pov’con, etc...Qu’est ce qu’ils vont devenir ? Et même s’ils se penchent un jour sur Avx, noble facteur de dialogue social, il leur faudra enjamber le mal élevé de service au premier rang des fils et la meute des injures qui suivent...c’est navrant !

    Bien à vous.


  • xray 29 juillet 2008 16:40

    Qu’elle soit cérébrale ou matérielle, la misère est le fondement de la société de l’argent ! 
    (Le malade, l’industrie première.) 

    Le remplissage des hôpitaux (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.) 
    http://echomonde.vefblog.net 



    • Lisa SION 2 Lisa SION 29 juillet 2008 16:53

      Bonjour Bernard,

      Vous vous souvenez le type bizarre qui vendait des fioles sur sa roulotte dans certains westerns, et qui avant la fin du film, se voyait contraint de quitter la ville précipitamment, poursuivi par toute la population en colère...Ca me rappelle tous ces gens qui ont de grosses voitures puissantes. A chaque fois que je les vois rouler vite, je regarde derrière s’il ne sont pas poursuivis...D’un certain point de vue, ils le seront peut-être un jour et donc, ils s’entrainent.

      Sauf pour les médecins en urgence, pour ceux qui ne le sont pas, il y a là, un sérieux symptôme... !

      Bien à vous.


    • Cantalou 19 janvier 2009 17:42

      Cela me rappelle un certain type qui vendait des fioles de "médicament", qui était en fait du pétrole ; ce "médicament" était, je crois, connu sous le nom de Nujol et ce sont les descandants de ce type, qui, maintenant, financent les grandes écoles de médecine, et contrôlent le cartel pharmaceutique en plus du cartel pétrochimique.
      Comme il n’y a pas de petits profits, ce "médicament" miracle est encore vendu sous le nom d’huile de paraffine !!!!!!!!


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 février 2011 18:34

      Bonjour,

      deux infos annexes : http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/les-grands-scientifiques-oublies-28610 Tout est dit dans cette longue vidéo.

      Aujourd’hui, quand votre fils a une gastro, on vous envoie au supermarché acheter du koka à administrer à votre gosse sans les bulles et pas trop frais...

      je vous laisse méditer là dessus !


    • Annie 29 juillet 2008 18:25

      Merci pour l’article et aussi la référence vers celui d’Olivier Bonnet que je n’avais pas lu. Je crois qu’il serait possible d’établir la même corrélation entre l’augmentation de la tuberculose et les prêts de la Banque Mondiale ou de toutes les grandes institutions financières.
      Mais il y a deux volets à ce résultat :
      Le premier est que la privatisation des services publics rend les médicaments beaucoup plus cher et donc moins accessible si ce n’est hors de portée des gens qui en ont besoin. Il faut aussi savoir qu’on ne commence pas un traitement antituberculeux s’il est impossible d’assurer une durée d’un an du traitement ; en Afrique où il y a tant de réfugiés et de populations déplacées, cela veut dire que le gouvernement d’un pays peut leur refuser ce traitement antituberculeux. Cela peut paraître barbare, mais en fait, l’interruption du traitement multiplie les risques de résistance et représente également un gaspillage d’argent. Mais cela veut aussi dire qu’une large population reste intraitée et donc infectieuse
      L’autre effectivement est que la tuberculose est une maladie de pauvres, qui s’épanouit dans des conditions de surpopulation, de malnutrition chronique et de maladies débilitantes. Il y a aussi la difficulté de différencier une tuberculose primaire d’une tuberculose opportuniste. 
      Quant au choix du traitement, mon expérience remonte à assez longtemps, mais je dois dire que le traitement médicamenteux de la tuberculose m’a semblé relever du miracle. Je ne sais pas si au bout du compte la tuberculose était guérie, ce que je sais est que les progrès étaient spectaculaires. Une approche préconisée par souci d’efficacité aujourd’hui pour ce traitement et aussi celui du paludisme et d’autres fléaux est de ne pas mettre sur pied des initiatives verticales comme l’on dit, c’est-à-dire visant à combattre une seule maladie, mais d’inscrire cette lutte dans le cadre des services sanitaires d’un pays. Ces approches verticales malheureusement sont celles privilégiées par Bill Gates et sa fondation et aussi par les institutions financières.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 30 juillet 2008 16:48

        @ ANNIE,

        Je vous remercie por votre commenteire qui enrichit le sujet.

        J’ai écouté un sujet d’Envoyé Spécial, jeudi dernier, relatant de jeunes ethnologues français officiant à Madagascar. L’un d’eux expliquait avoir trouvé une essence de plante endémique aux facultés très interressantes. Les amèricains ont donc pris quelques graines, installé chez eux des serres où ils ont reconstitué le climat chaud et humide , et reproduit les plantes avec succès...sauf que dans leurs laboratoires, ils se sont rendu compte que la plante n’avait plus le moindre des principes actifs escomptés !

        Par extrapolation, on peut donc conclure qu’en provoquant l’exode rural vers les banlieues insalubres des mégapoles, non seulement on favorise l’émergence de maladies, mais c’est pour désertifier les terres riches en biodiversité salutaire. On réduit ainsi d’autant les chances d’en extraire les remèdes naturels gratuits, au profit des synthétiques coûteux. A qui profite ce système ? 

        Le pénible paradoxe de la médecine, est que si elle guérit définitivement tous les maux, elle se condamne elle-même à son auto-extinction. Le succès du combat du soldat du feu n’a plus aucun goût ni principe actif...si c’est lui qui l’a allumé Comme disait notre grand " génie-à-l’idée "... 


      • JL JL 30 juillet 2008 08:51

        Merci pour cet article qui pose de bonnes questions. Pour avoir travaillé longtemps dans un centre de recherche, je peux dire que les critères retenus par les services de commercialisation étaient essentiellement pour ne pas dire uniquement, des critères financiers. Je ne vois pas pourquoi dans la recherche médicale ce ne serait pas la même chose.

        Annie Paule écrit : "" le traitement médicamenteux de la tuberculose m’a semblé relever du miracle. Je ne sais pas si au bout du compte la tuberculose était guérie, ce que je sais est que les progrès étaient spectaculaires."" Si la tuberculose est une maladie de la misère, il ne me paraît pas inutile de s’interroger sur les effets placebo des médicaments : rien que le fait de s’occuper d’une personne en détresse c’est déjà la soigner.

        PS. un petit mot rapport aux crachats évoqués par Léon : il faudrait que les jeunes comprennent qu’il n’y a aucun rapport entre un athlète qui ne peut pas sortir un mouchoir en plein match et eux-mêmes quand ils déambulent mollement dans la rue.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 30 juillet 2008 17:19

          @ JL,

          " ...il ne me paraît pas inutile de s’interroger sur les effets placebo des médicaments : rien que le fait de s’occuper d’une personne en détresse c’est déjà la soigner..." Bien-sûr, le simple fait de se pencher sur la détresse d’un autre et de poser la main sur son épaule, suffit déjà à le soulager d’une part de sa peine, mais plutôt que lui confier un cachet placébo, lui serait bien plus utile la graine d’un arbre, lui-même porteur d’essence bénéfiques en principes actifs et volatiles...Ce geste est d’une grande simplicité et respirer dans un territoire sain et équilibré, garantit déjà d’entretenir sa bonne santé.

          C’est pour cela qu’il faudrait absolument démèler le monde médical du monde financier. D’abord, parce que le premier ne peut nullement apporter le moindre remède au secours du second, et ensuite parce que la médecine ne doit en aucun cas entrer dans des considérations commerciales. Rendez vous compte, si un médecin pouvait garantir son impunité uniquement par le soutien d’un avocat... 


        • claude claude 30 juillet 2008 14:21

          bonjour,

          je ne désire pas offenser la rédactrice de cet article, mais étant concernée par le problème labos/santé publique, je désire apporter quelques précisions.

          je ne conteste pas la main-mise des grands groupes pharmaceutiques sur la santé , mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.
          au delà des manipulations destinées à prolonger le brevet de molécules ayant fait leur temps, il n’en reste pas moins qu’au cours des 30 dernières années, on est parvenu à stabiliser des pathologies comme l’hypertension artérielle, le diabète, on a fait reculer le cancer, les maladies infectieuses comme la grippe... tout n’est pas parfait, des progrès restent encore à accomplir, mais ces maladies tuent moins !

          depuis quelques d’années en occident, parce que nous sommes désormais à l’abri des grandes épidémies, que les maladies infantiles mortelles ont disparu (diphtérie, tétatnos, coqueluche, polio...), plusieurs mouvements contestant la médecine occidentale ont proliféré : les hygiénistes dont certains tiennent de la secte, des partisans de médecines dites "douces", de médecine "alternative"...

          l’atout de ces mouvements, c’est qu’ils ne démontrent rien : ils présentent de manière péremptoire les résultats "d’études" menée hors protocole scientifique, et bien sûr, les résultats obtenus sont supérieurs à tout ce que des chercheurs de l’inserm, cnrs, unités de recherche financées par les assos de malades comme l’afm... car ils ne publient que les résultats positifs !

          étant atteinte depuis 15 ans d’une pathologie non mortelle, mais incurable pour l’instant, j’en ai vu passer de ces médecins, soignants, guérisseurs, se revendiquant de la médecine alternative : les méthodes kousmine, seignalet, hammer, beljanski... tous ces sauveurs de l’humanité qui dénoncent la main-mise des labos sur la santé, mais qui ne sont pas mieux.

          leurs produits se vendent la peau des fesses, et comme c’est du "tout naturel" l’effet placebo joue à plein ! mais lorsque qu’on vérifie par des mesures biologiques précises, la réalité des vertus curatives de ces produits, il s’avère qu’il non pas plus d’effet que de la roupie de sansonnet, et parfois même aggravent la pathologie. tout ce qu’ils soulagent... c’est le porte monnaie !

          pour en revenir à la tuberculose : c’est toujours une maladie difficile à traiter, car elle nécessite plusieurs mois de traitement continu. son agent pathogène, le Mycobacterium tuberculosis , qui appartient à une famille de bactéries au métabolisme particulier.

          depuis plus d’un siècle, des générations de chercheurs se sont succédé pour comprendre le "fonctionnement" et la structure de cette bactérie . en affinant la connaissance de la bactérie, on peut mieux sérier les traitements efficaces et proposer des antibiotiques plus performants . ( voir aussi sur le mode d’action des atb : fr.wikipedia.org/wiki/Antibiotique ; w3med.univ-lille2.fr/pedagogie/contenu/discipl/bacterio/2002-10le10simonet/cours02.pdf :

          le traitement de la tuberculose a évolué, et ce qui donnait satisfaction dans les années 60, parce que l’on ne disposait pas d’autres moyens (vaccin bcg), est abandonnée de nos jours au profit d’autres protocoles.

          dans la lutte contre les maladies infectieuses, la recherche continue, parfois sur des voies qui peuvent sembler fantaisiste. l’ouverture des frontières à la suite de la chute du mur de berlin a permit d’accèder aux travaux menés par les russes, sur de nouveaux agents antibactériens qui sont des ... virus. la prestigieuse revue Nature s’en est faite l’écho fr.wikipedia.org/wiki/Nature_(journal)

          l’oms de cesse d’alerter
          l’opinion sur l’augmentation des taux de tuberculose à bacilles multirésistants qui n’ont jamais été aussi élevés dans le monde :

          • "" Le rapport sur la résistance aux antituberculeux dans le monde est fondé sur les informations recueillies de 2002 à 2006 auprès de 90 000 malades dans 82 pays. On a également constaté que des cas de tuberculose à bacilles ultrarésistants
            (tuberculose UR), une forme qu’il est pratiquement impossible de traiter, ont été enregistrés dans 45 pays.

            Ce rapport constate qu’il existe un lien entre l’infection à VIH et la tuberculose MR. Des enquêtes effectuées en Lettonie et dans le Donetsk, en Ukraine, ont constaté que la proportion des cas de tuberculose MR est près de deux fois plus importante chez les malades de la tuberculose vivant avec le VIH que chez les autres.

            Sur la base de l’analyse des données de cette enquête, l’OMS estime qu’on compte près d’un demi-million de nouveaux cas de tuberculose MR chaque année dans le monde, soit 5% environ du nombre total de nouveaux cas de tuberculose qui est de neuf millions. Le taux le plus élevé a été enregistré à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan, où près d’un quart des nouveaux cas de tuberculose (22,3%) étaient, selon les informations recueillies, à bacilles multirésistants.(...)""



          à lire aussi :
          • Chiffres clés

          • Près de 11 millions d’enfants meurent avant l’âge de cinq ans, chaque année, dans les pays en développement.

          • Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), près de 70 % de ces décès sont dûs aux maladies diahrrétiques, aux infections respiratoires, au paludisme, à la rubéole ou à la malnutrition.

          • Les recherches suggèrent que les enfants de moins de cinq ans peuvent subir jusqu’à 40 % des maladies causées par des facteurs de risque environnementaux, et ce bien qu’ils ne représentent que 10 % de la population mondiale.(...)
          • Chaque année, près de 8,8 millions de personnes contractent la tuberculose sous sa forme active et 1,7 millions meurent de la maladie. Les malades de la tuberculose vivent, à 99 %, dans les pays en développement. La plupart d’entre eux sont pauvres et ont entre 15 et 54 ans.Entre les années 2000 et 2020, à peu près 1 milliard de personnes supplémentaires seront infectées par la tuberculose, 22 millions tomberont malades et 35 millions en mourront si les efforts actuels pour contrôler la maladie se sont pas accentués et multipliés de beaucoup.
          •  
          • Ce qui ne sera pas fait...

            Si les dépenses engagées dans les forces armées du monde et l’énergie mise en route pour lutter contre le terrorisme étaient affectées aux véritables fléaux de notre planète et en particulier à la pauvreté - source de la majorité des morts prématurées, des dérives idéologiques et des violences - les solutions pourraient être probablement dégagées en quelques années...
            On peut rêver, non ? """


          autres liens :

          martinwinckler.com/article.php3

          www.microbe-edu.org/etudiant/antibio3.html
          www.microbes-edu.org/etudiant/antibio1.html

          www.esculape.com/infectio/tuberculose_2004.html
          www.esculape.com/pneumo/bktraitement.html
          www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1167_tuberculose.htm

          www.pharmacorama.com/therapeutique/antibiotiques-traitement-infections-microbiennes.php
          www.pharmacorama.com/therapeutique/tuberculose-antituberculeux.php
          www.pharmacorama.com/ezine/Le_R_207910__nouvel_antituberculeux_possibl e.php
          www.pharmacorama.com/ezine/Tuberculose-MDR-tuberculose-XDR—resistance-antituberculeux.php

          • Lisa SION 2 Lisa SION 30 juillet 2008 18:14

            Je vous remercie Claude pour votre très complète participation. Avant de me plonger dans vos nombreux liens, je tiens à faire part de de ma sainte-thèse du problème. Notre société fabrique beaucoup plus de poisons que de remèdes efficaces pour s’en protéger. Il faut parfois dix ans pour constater les effets pervers de telle ou telle composant chimique introduit sur le marché. Le coût pour s’en défaire est nettement supérieur à l’étude en laboratoire du remède possible. Ce qui veut dire que nous n’avons plus les moyens de nous prémunir contre les risques d’une telle substance, mais juste le moyen de nous y accoutumer à l’aide de cette petite antidote quotidienne. ce choix mène à complexifier encore notre constitution organique qui elle même entraine la naissance de parasites encore plus résistants devant lesquels il va être encore plus difficile de combattre.

            Les constituants les plus simples pour la maitrise de la santé sont l’air sain et l’eau pure gratuites. Non seulement ils sont tous deux en voie de disparition, ou en recul-avnancé, mais en s’accouplant au monde financier, le monde médical ne garantit nullement, ni la santé publique pour tous, ni sa propre indépendance personnelle, empreinte universelle de son éthique. En somme, le monde médical se trompe de lièvre...mais le monde financier le blanchit . 


          • tanguy 18 novembre 2008 14:56

            "on est parvenu à stabiliser des pathologies comme l’hypertension artérielle, le diabète, on a fait reculer le cancer, les maladies infectieuses comme la grippe... tout n’est pas parfait, des progrès restent encore à accomplir, mais ces maladies tuent moins !

            Sur quels chiffres vous basez vous pour vous permettre de telles affirmations ? Il me semble que l’hypertension est considérée comme LE mal de l’instant et qu’une de ses causes principales est l’excès de sel dans les aliments préparés (pas besoin de médicaments chimiques pour manger correctement) ; les cas de cancers sont en augmentation constantes et -saufs exceptions- ne sont pas mieux soignés qu’il y a vingt ans ; le diabète touche de plus en plus de monde -avec comme cause principale, encore une fois, la mauvaise alimentation ; la grippe est toujours présente et continue de muter chaque année.... Et pour compléter votre connaissance du complexe médical, procurez vous le livre d’ATTAC : "Le complexe médico-industriel", vous y découvrirez l’état de la recherche et de son marketing !!

            "depuis quelques d’années en occident, parce que nous sommes désormais à l’abri des grandes épidémies, que les maladies infantiles mortelles ont disparu (diphtérie, tétatnos, coqueluche, polio...), plusieurs mouvements contestant la médecine occidentale ont proliféré : les hygiénistes dont certains tiennent de la secte, des partisans de médecines dites "douces", de médecine "alternative"...

            Cela est partiellement vrai. Mais dites moi, est-ce la médecine "moderne" qui a fait chuter les cas de choléra, de peste, de lèpre,... ou les décès des nourrissons ? Ne pensez vous pas que les progrès d’hygiène et de qualité de vie sont les principales avancées ayant permis de diminuer ces pathologies ? Et pourquoi tenter de jeter l’oprobe sur les médecines dites "douces" ? Vous y êtes vous réellement intéressé ?
            A titre d’information, je vous rappellerais que l’action des vitamines fut mise en évidence il y a bien longtemps en donnant du jus de citron aux marins : il n’y avait plus de scorbut !!! Mais comment breveter le jus de citron ? Même Monsanto n’y est pas encore parvenu !!! Par contre, vous avez raison, les compléments de vitamines et oligo-éléments sont vendus à des prix prohibitifs : surtout en Europe ou ils sont plus ou moins trois fois plus chers qu’aux USA !!! En outre, si nous achetions des fruits et légumes cultivés de manière biologique sur des sols sains, nos besoins seraient couverts. Nous ne parlerons pas ici des autres "médecines douces" : acupuncture, ostéopathie, aromathérapie...., malgré que vous tentiez de faire un amalgame.

            Pour terminer, reprenons votre argument des tarifs des médecines douces (qui seraient une arnaque), sachez que lorsque vous faites appel à des personnes pratiquant les « médecines douces » VOUS payez l’addition ; lorsque vous faites appel à la médecine chimique, NOUS (la sécurité sociale) payons l’addition. L’impression de coût élevé des « médecines douces » s’explique donc aisément !!

             

             


          • Cantalou 19 janvier 2009 18:02

            J’ai été prise en mains, soignée et guérit par un de  "ces sauveurs de l’humanité qui dénoncent la main-mise des labos sur la santé, mais qui ne sont pas mieux", pour une maladie iatrogène, et ce par internet.
            Ce sauveur de l’humanité a toujours été très présent tout au long de mon traitement, appels téléphoniques gratuits, mails, et je n’ai payé que la première consultation de 2 heures, et ce sur une année de soins.
            Quel médecin allopathique fera de tels gestes ?? Même si leur médecine ne guérit pas tout, ils sont avant tout PRES DE L’ETRE HUMAIN, ce qui est très très important.

            Quant aux vaccins anti-grippe, anti-tuberculose, etc........ ils n’ont rien irradiqué, bien au contraire...... car ils ont provoqué grand nombre de nouvelles maladies.
            J’ai dernièrement eu en mains, la lettre d’un homme qui avait travaillé dans les vaccins et il disait "si vous tenez à vos enfants, surtout ne les vaccinez pas."


          • Annie 30 juillet 2008 17:06

            Claude,
            Ce qu’il faut aussi comparer, c’est l’argent investi dans la recherche de maladies "occidentales" et celui pour combattre la tuberculose, le paludisme etc ; le sida n’a vraiment fait l’objet de recherches que lorsqu’il a commencé à menacer les populations des pays occidentaux. En fait lorsque l’on examine les taux de mortalité des pays en développement, ils sont en majorité imputables à des maladies facilement évitables, les maladies diarrhéiques en particulier. La malnutrition tue des millions d’enfants et nous soignons chez nous l’obésité. Il y a une campagne de MSF qui dure depuis au moins dix ans pour l’accessibilité (et pour MSF comparé à d’autres organisations, cela veut dire la gratuité) des médicaments essentiels.


            • claude claude 30 juillet 2008 22:32

              bonsoir annie,

              la tuberculose refait son apparition en europe :

              • d’une part parce qu’elle est liée au sida
              • d’autre part , parce que la couverture médicale dans les ex-pays de l’est est en forte régression.
              ce qui est inquiétant c’est que ce sont des souches multiresistantes, donc beaucoup plus difficiles à traiter ;

              les progrès médicaux des 50 dernières années nous ont mis à l’abri des gros problèmes qui terrorisaient nos grands-mères.

              c’est pourquoi il faut abandonner notre attitude d’enfant gâté et faire n’importe quoi avec notre santé. la médecine occidentale n’a certes pas réponse à tout. un mouvement se dessine pour échanger avec des médecins de médecine chinoise ou traditionnelles d’autres cultures, afin d’augmenter les outils à la disposition des médecins.

              comme vous l’avez souligné,malheureusement il n’y aura de mobilisation que si les personnes touchées seront des personnes comme vous moi, c’est à dire insérées dans notre société. reste à souhaiter que les autorité sanitaires prennent vite la mesure du danger, car le bacille n’attendra pas pour sauter d’un pauvre ukrainien à un toursiste bcbg d’europe de l’ouest...

              www.actualites-news-environnement.com/20061011-tuberculose-resistante-medicaments-europe.php
              • On pensait que l’Europe occidentale était à l’abri de la tuberculose, mais la situation a évolué défavorablement en Europe avec l’arrivée sur le sol européen d’une souche de tuberculose résistance aux médicaments qui fait 70.000 morts en Europe sur 450.000 malades par an. L’OMS et la Croix rouge internationale ont appelé hier l’Europe face au retour de la tuberculose sous une forme plus grave et plus souvent mortelle car résistantes aux médicaments anti-tuberculeux. Cette nouvelle souche de tuberculose en fait la menace la plus importante pour l’Europe, pour cette maladie, depuis la Seconde Guerre mondiale, selon des responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de la Croix-Rouge(...)
              www.afmeurope.org/fr/lutte/index-lutte.php
              • Chaque année, la tuberculose tue plus d’1,7 millions de personnes dans le monde et génère environ 9 millions de nouveaux cas notamment en Afrique Sub-saharienne, faisant de cette maladie pourtant curable, une des plus ravageuses.(...)
              • Le taux de prévalence de la tuberculose multi-résistante (MDR-TB) atteint aujourd’hui son plus haut niveau.
                Sur les 9 millions de cas annuels de tuberculose, 500 000 (soit 5% des cas) sont des cas de tuberculose multi-résistante.
              • La tuberculose est qualifiée de multi-résistante (TB-MDR), dès lors qu’elle résiste aux deux anti-tuberculeux les plus efficaces, l’isoniazide et la rifampicine. Les cas de tuberculose multi-résistante, qui se propagent également de personne à personne, se développent notamment lorsque les traitements sont inadaptés ou mal suivis.(...)
              • Aujourd’hui, il apparaît une nouvelle forme de tuberculose dite ultra résistante (XDR-TB).(...)
              •  
              • L’OMS souligne qu’il existe également une corrélation forte entre l’infection à VIH/sida et la tuberculose multi-résistante.
                D’après des enquêtes menées en Lettonie et dans le Donetsk en Ukraine, la proportion de tuberculose multi-résistante est près de deux fois plus élevée chez les patients infectés également par le VIH/sida. Les personnes séropositives au VIH, en raison de leur immunité affaiblie, ont un risque accru de contracter une tuberculose ultra-résistante dans les zones géographiques où elle est particulièrement active.(...)
              www.cass-cssa.be/Tuberculose-multi-resistante-l
              • 26 octobre 2006

                La tuberculose tue 5000 personnes chaque jour dans le monde et est la première cause de décès des malades du sida.

                L’ Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS) et la Croix Rouge Internationale ont appelé, le 10 octobre, les gouvernements de l’Union Européenne à lutter contre l’augmentation alarmante des cas de tuberculose multi résistante dans les pays à la périphérie de l’Union.(...)

              www.destinationsante.com/fr_depeche.php
              • ""(...)

                Un fléau mondial

                On parle souvent de la tuberculose comme d’une maladie quasiment disparue de la surface du Globe. Eh bien, pas du tout ! Bien au contraire, elle représente toujours le quotidien de millions d’entre nous.

                Et il existe un lien très étroit entre cette maladie et la pauvreté. Les plus démunis sont en effet plus exposés à la tuberculose, qui frappe dans les situations de surpeuplement, d’aération insuffisante et de malnutrition. En conséquence, la mauvaise santé aggrave la pauvreté...(...)""


            • Lisa SION 2 Lisa SION 31 juillet 2008 01:00

              "...On parle souvent de la tuberculose comme d’une maladie quasiment disparue de la surface du Globe..." avez vous écrit, Claude,

              la dernière phrase de votre dernier commentaire finit exactement par la même conclusion par laquelle commence l’article. On est arrivé à marcher sur la Lune, bientôt sur Mars, mais depuis des dizaines d’années, malgré l’installation de laboratoires sophistiqués travaillant dans les recherches les plus pointues avec les financements les plus lourds...vos chiffres parlent d’eux même, la maladie est toujours là. Mais, une simple observation du texte de Palaiseul permet de comprendre que l’hygiène corporelle et de l’habitat suffisent déjà de réduire les facteurs pathogènes, et sans recours à une autorité médicale. Un médicament peut tuer s’il est prescrit à avaler avec un verre d’eau dans un pays où l’eau est rare et souvent croupie. J’ai aussi noté cette phrase détonnante, Si les moyens réunis pour lutter contre le terrorisme étaient mis au service de la pauvreté...mais pas sous forme d’aide à la collecte de semences X ni de financements de recherche envers les laboratoires Y... 


            • Cantalou 19 janvier 2009 18:11

              Là où il y a misère, pauvreté, faim........................... il y a tuberculose !!
              Là où il y a problème d’eau potable........................ il y a choléra !!

              Alors avant de vacciner à tout va des organismes déjà affaiblis, commençons par faire en sorte que tout le monde ait accès à l’eau potable, à l’hygiène, à la nourriture................. à des conditions de vie normale.

              A la fin de l’année 2009, on comptera les morts, grâce au.............................. Codex Alimentaire.

              De nombreuses choses sont voulues.


            • MJO MJO 17 août 2008 22:02

              " Plus un pays est socialement évolué, et plus on y voit reculer la tuberculose sur son territoire" ... cette phrase est vraiment à remettre dans le contexte de son temps.... de nos jours la tuberculose est en augmentation dans tous les pays y compris les plus évolués. (c’est vrai aussi que nous pouvons considérer être en régression).
              Dans les années 1970, le BCG n’était pas considéré comme un vaccin par les bactériologistes car l’immunité acquise est seulement cellulaire et en aucun cas totale.
              C’est assez logique ... les formes de tuberculoses MR sont plus fréquentes chez les malades du SIDA car ils sont traités aux antibiotiques pour d’autres affections bactériennes et la sélection fait le reste. Le SIDA contribue d’ailleurs fortement à la résurgence de la tuberculose, elle est souvent mortelle chez ces malades mais en fait à l’origine c’est le virus qui est responsable.
              Dans les pays occidentaux, la tuberculose est en augmentation sur les personnes aux défenses immunitaires affaiblies par certaines maladies et par l’âge mais à ma connaissance pas chez les enfants dont le système immunitaire n’est pourtant pas encore bien développé pour faire face à l’infection.
              L’hygiène et les conditions de vie contribuent à limiter les risques, bien entendu, c’est certain.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 juillet 2009 01:56
                Mercredi 1 juillet 2009

                Source : Natural news


                Une journaliste d’investigation autrichienne prévient le monde entier que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en marche. Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte auprès du FBI. Elle accuse l’Organisation Mondiale de la Santé, L’ONU, et plusieurs personnalités politiques hauts placés de vouloir commettre un génocide de masse. Elle a aussi préparé une procédure de justice contre la vaccination forcée qui se prépare aux etats unis d’amerique. Elle avait préalablement lancé une procédure de justice contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu’elle juge responsable d’avoir délibérément produit la grippe porcine afin d’en retirer des bénéfices.(productions de vaccins etc)


                Elle présente des preuves de bioterrorisme, qui sont en violation avec la législation américaine et accuse des responsables politiques américains d’agir pour le compte des banquiers internationaux, qui eux-mêmes contrôlent la Réserve Fédérale américaine, l’ONU, et l’OTAN. Elle les accuse de fomenter un génocide de masse contre la population américaine, par l’utilisation de la grippe porcine.


                Les personnalités visées par la plainte sont Barack Obama, David Nabarro(Coordinateur de la grippe porcine à l’ONU), Janet Napolitano(Secretaire d’état à la Sécurité Interieure) David de Rotschild, David Rockefeller, George Soros,(investisseur international) Werner Faymann(Chancelier d’Autriche), Alois Stoger(Ministre de la santé Autrichienne). Aux yeux de cette journaliste, les personnes citées précédemment, font partie d’un syndicat international du crime qui ont développé, produit, et employé des armes biologiques pour éliminer les populations des etats unis d’amerique et d’autres pays, et ce pour des fins politiques et financiers.


                Elle les accuse d’avoir conspiré ensemble, et d’etre les responsables du financement du programme international d’armes biologiques, impliquant des compagnies pharmaceutiques tels que Baxter et Novartis. Ils ont crée le prétexte de la grippe porcine pour justifier leur plan de vaccination de masse, et sera le bon moyen d’administrer un agent biologique toxique qui causera la mort du peuple américain. Cette action est une violation de la loi anti terroriste sur l’emploi d’armes biologiques.

                Source


                • Couturier Béatrice 24 octobre 2009 21:19

                  Je recherche le lien, et je le donnerai dès que je l’aurai trouvé : L’info est qu’aucune étude sérieuse n’a prouvé que le « SIDA » soit dû au VIH, bien que celà soit communément admis.
                  La baisse catastrophique de l’immunité pourrait être dûe à un intoxication médicamenteuse, notamment aux composants des vaccins. Les malades du « SIDA » ne meurent pas de cette « maladie » mais d’autres maladies contre lesquelles ils ne peuvent pas se battre vu la faiblesse de leur système immunitaire.
                  Merci Claude et Cantalou de remettre las pendules à l’heure !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès