Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ruée vers les ordures

Ruée vers les ordures

C’est toute la contradiction de notre société de consommation.

En effet, une personne meurt de faim dans le monde toutes les 5 secondes. lien

Derrière ce chiffre effarant, il y a une évidence, pendant que d’un côté on s’empiffre, et on gaspille, de l’autre on se serre la ceinture.

Un américain avale en moyenne 3600 calories par jour. C’est 67% de plus que ce que consomme en moyenne un Africain.

Les besoins humains sont de 2400 calories par jour, et la production agricole mondiale permet aujourd’hui d’offrir 2700 calories par jour. lien

Ce n’est donc qu’un problème de déséquilibre.

Bien sûr des programmes sont mis en place et de l’argent est récolté.

En 2003 le « PAM » (programme alimentaire mondial) avait besoin encore de 600 millions de dollars sur les 3,7 milliards récoltés.

Et puis chacun sait qu’il vaut mieux donner au pays pauvres des outils que des « sacs de riz ».

Le proverbe est connu : « apprends à pécher à celui qui a faim, plutôt que de lui donner des poissons ».

Mais la faim frappe aussi en France.

2 millions de français ont recours à l’aide alimentaire. lien

La crise y est sûrement pour beaucoup.

Alors on s’organise.

Et les français fouillent les poubelles.

Il faut savoir qu’1/4 de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée.

Une étude réalisée en Grande Bretagne prouve que le gaspillage a lieu tout au long de la chaine de production. lien

30 à 40 % des récoltes sont laissées sur place, parce qu’elles ne rentrent pas dans les normes imposées par la grande distribution.

Dans les fast-food , un tiers de l’alimentation est gaspillé. témoignages

Aux Etats-Unis, restaurants et fast-food jettent 27 millions de tonnes d’aliments par an. lien

Dans les supermarchés, un demi-milliard de tonnes de nourritures par an est jeté.

Mais le gaspillage le plus important est généré par le consommateur, lequel gaspille encore plus que les grandes surfaces, et les transformateurs réunis.

Un londonien jette en moyenne 140 kg par an d’aliments non déballés. lien

Et il est probable qu’une enquête faite en France donnerait au moins les mêmes résultats.

Les grandes surfaces remplissent régulièrement leurs poubelles des invendus. Certains les donnent à des associations, mais d’autres les passent au broyeur.

D’autres, pour empêcher la récupération, les arrosent généreusement de détergents ou de bleu de méthylène. lien

Ce geste est-il légal ? En tout cas il est dangereux.

Pour Jérome Bedier, président de la FECD (fédération des entreprises du commerce et de la distribution), ce risque n’existe pas : « les denrées sorties du circuit n’entraînent pas la responsabilité du magasin ».

Mais alors, pourquoi les rendre volontairement inconsommables ?

D’autant que la mention de produit périmé est parfois discutable. lien

De nombreux produits gagnent en qualité avec le temps qui passe, comme par exemple certains fromages comme le Salers, le vin, et même le Jambon, comme le Bellota (jambon espagnol sauvage) séché au minimum 3 ans avant d’être proposé à la vente.

Et puis s’il est évident que les pâtes, le riz, la semoule, perdent leur valeur au fur et à mesure des mois, sont-ils dangereux pour autant ?

Jeter des produits périmés est aussi un gaspillage énergétique, car ces produits mis en fermentation produisent du méthane, lequel pourrait être demain une solution écologique pour remplacer le carburant de nos voitures. lien

Une enquête belge prouve que 4 belges sur 5 n’hésitent pas à consommer des produits périmés. lien

Il doit en être de même en France.

Alain Raoul directeur de la fondation de l’armée du salut évoque ces nouveaux pauvres, retraités, rmistes, étudiants fauchés qui se précipitent, à la fermeture des grandes surfaces, pour fouiller les poubelles.

Il reste des solutions. lien

Et puis, il y a des magasins qui ont lancé le concept « vente de produits périmés, ou presque ». lien

On appelle çà pudiquement « du déstockage alimentaire ».

Ils sont nombreux surtout en région parisienne, et les bonnes adresses se passent sous le manteau. lien

NOZ est aujourd’hui le leader de cette nouvelle chaine, avec 160 magasins, et il en ouvre deux nouveaux par mois.

Il y a aussi la chaine Bravo, qui comptait 12 magasins en 2004 et qui veut en ouvrir dix nouveaux en 2010.

On peut citer aussi « la ferme du spahi  », ou O Merchato, Hyperprimeur

Le principe est simple : ils récupèrent à prix cassé des produits que ne peuvent plus écouler les professionnels de l’agroalimentaire et de la grande distribution.

Certains n’hésitent pas à franchir la ligne jaune, en vendant des produits qui ont dépassé la date de consommation, à grand coup parfois de ré-étiquetage sauvage.

On le voit, la France de Sarkozy prend d’étranges couleurs pas très appétissantes.

Car comme disait un vieil ami africain : « dors affamé, mais ne dors pas avec la honte ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • jako jako 4 mars 2010 09:24

    Bonjour Olivier
    Problème effectivement , en france dans notre si doux pays, je vois de plus en plus de gens fouillants le matin dans les poubelles et aussi de plus en plus de cabanes poussant sur les bords de périph et en limites de forêts, il y aurait déja 35.000 personnes dans les forêts une petite ville quoi. Cela va nous permettre de connaitre en live la vraie vie du moyen age.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 09:47

      jako,
      je me demande jusqu’à quand les citoyens attendront, les bras croisés, que la misère se développe ?
      la crise n’est pas seule en cause,
      je crois qu’il y a surtout les inégalités, quand l’on songe que certains d’entre nous gagnent plus de 300 fois le smig !
      je pense aussi à la disproportion dans les retraites, entre celles des élus, des fonctionnaires, et ceux du privé,
      et pour faire bonne mesure, j’y ajouterais les gaspillages pharaoniques de notre petit président.
       smiley


    • jako jako 4 mars 2010 10:06

      Olivier : « je me demande jusqu’à quand les citoyens attendront, les bras croisés, »
      réponse dans quelques jours avec le taux de participation.
      Si les 11 millions de gens dans la merde allaient tous voter pour une petite liste plutôt à gauche ( si si il y en a ) cela changerait bien des choses me rêves-je. :)


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:10

        jako,
        c’est d’ailleurs ce que je vais faire.
        pour la première fois je ne voterais pas écolo.
        en effet, en Rhone alpes, les verts approuvent le projet Lyon Turin, (alors que dans toutes les autres régions les projets LGV sont contestés par europe écologie), et je vais donc voter pour la seule liste qui à ce jour s’est exprimé clairement contre le Lyon Turin, celle du petit facteur.
        espérons qu’11 millions d’électeurs feront aussi le même choix.
         smiley


      • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2010 12:34

        @jako

        voter pour les verts = voter PS , ils sont main dans la main à approuver tout ce que fait Barosso !


      • jako jako 4 mars 2010 13:15

        Le chat c’est exact , mais je vais pas voter umps ni ecolo


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 14:52

        le Chat,
        pour une fois, nous allons voter peut etre la même chose,
        exceptionnellement je vais choisir npa,
        ce sont les seuls qui osent en rhone alpes contester le lyon turin


      • La Bourrique La Bourrique 4 mars 2010 10:12

        Ya un truc qui m’a toujours fait marrer, c’est les DLC sur le fromage. La DLUO peut se comprendre pour certains articles du point de vue marketing. Ca permet d’assurer une qualité et un goût à peu prêt constant. Mais la DLC

        Je ne vois pas en quoi un chêvre, un roquefort, un claquos deviendraient immangeable dans la nuit du 23 au 24, juste car la date est dépassée ?
        J’avoue que je préfère mes frometons caractériels, mais quand même ... Pour moi, un bleu doit être bleu, persillé correctement et non pas 3 pauvres taches colorées dans du plâtre.
        D’autant plus qu’avec le nombre d’additifs chimiques, on est pas à une semaine prêt, encore moins un jour.
        Même chose pour les yogourts et autres laitages, s’ils ont été conservés dans des conditions correctes, que la chaîne du froid n’a pas été trop violemment brisée. Un yogourt garde la même goût, les mêmes caractéristiques largement plus de 2 semaines après la DLC.


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:12

          La Bourrique,
          bien sur,
          j’ai de mon coté une « collection » de vieux fromages de chèvres, si durs qu’ils pourraient passer pour des cailloux, mais rappé dans un plat de pâtes, c’est une merveille.
           smiley


        • Shaytan666 Shaytan666 4 mars 2010 12:07

          Coluche avait fait un très bon « sketch » la dessus, je pense que c’étaient des petits pois avec un montre.


        • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2010 14:21

          @la bourrique

          oui pour les yaourths , on peut prolonger d’une semaine sans problème , sauf ceux à la crême fraiche ou avec de la chantilly qui tourne facilement !
          c’est le blème à la maison , faut toujours bien gérer la rotation des stocks , les gamins veulent toujours manger les derniers arrivés dans le frigo ! smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 14:50

          Le Chat,
          bien sur le lait frais s’abime facilement,
          et la crème fraiche aussi,
          pour la chantilly, rien ne vaut la faire soi-meme,
          c’est monté en quelques minutes, et c’est à consommer rapidement,
          bon, pour le cholestérol, pas sur qu’il faille l’encourager ?
          mais je ne suis pas nutritionniste !
           smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 14:51

          shaytan,
          si tu as un lien, on pourrait en faire profiter tout le monde, car je ne connait pas ce sketch, et pourtant j’en connais beaucoup, pour avoir eu l’occasion de participer au spectacle de Coluche.


        • Raymond SAMUEL paconform 4 mars 2010 10:26

          Bonsoir,

          Mon voisin est agriculteur, il trait quarante montbéliardes.
          De temps à autre un camion vient déverser devant l’étable douze tonnes de pommes de terre qu’il paye à un prix dérisoire (des « retraits ? ») ces patates semblent de qualité normale.

          On répand des pesticides et on occupe des terres, de la M.O., du fioul, du matériel agricole, le tout subventionné, pour produire du lait (subventionné).
          Grâce aux patates les vaches produisent un peu plus de lait. Mais, plus les quarante montbéliardes produisent de lait, plus on prélève d’impôts sur la collectivité (pour payer les subventions). En même temps, les coûts de production s’élèvent avec le coût général de la vie (organisé par le système économique) et avec les besoins mécaniques et autres, comme la construction d’une immense étable et une maison d’habitation (les générations ne cohabitent plus) pour mon voisin. Les exploitations doivent aussi grandir pour produire plus. Le désert d’habitants s’installe (un exploitant en 2010 contre 9 en 1960). Les gens qui ne vivent plus ici sont maintenant chômeurs ou futurs chômeurs en ville.
          Ces pommes de terre payée à un prix qui ne couvre peut-être même pas le coût du transport semblent prouver que nous vivons toujours dans l’abondance, et « qu’on n’a pas besoins de cultiver son jardin (la terre est basse) parce que y en a chez leclerc ».
          En réalité c’est un désastre en raison du coût social. Nous creusons à toute allure une immense trou, un abîme, et nous tournoyons volontairement dedans (mais sans nous en rendre compte), le fond descendant toujours plus bas,

          jusqu’où ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:14

            paconform,
            merci de votre témoignage qui confirme le grand gâchis organisé.
            il serait temps que la logique prenne le pas sur les pratiques actuelles.


          • foufouille foufouille 4 mars 2010 10:28

            tout ce qui est UHT et conserve peut se manger un an apres
            un tas de truc peut se congeler comme le fromage
            pour la viande avariee, la faire cuire dans du vin


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:18

              foufouille,
              personnellement je ne suis pas un adepte de la congélation,
              je préfère sécher les produits,
              pour la viande, il y a une astuce, que j’ai découvert en fréquentant un restaurant genevois qui servait « l’entrecote café de paris », et que fréquentait régulièrement michel Simon pour la qualité de sa viande et pour la légèreté de ses frites.
              la viande était gardée dans des barriques réfrigérées remplies d’huile.
              elle peut se garder assez longtemps de cette manière, et acquérir une tendreté tout à fait intéressante, tout en restant consommable.


            • foufouille foufouille 4 mars 2010 11:59

              merci olivier
              quel type d’huile ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 14:54

              foufouille,
              l’huile de colza ou de tournesol convient parfaitement,
              l’huile servant uniquement a éviter le contact avec l’air.
              inutile d’utiliser l’huile d’olive, à moins de s’appeler Rotschild !


            • Gabriel Gabriel 4 mars 2010 10:41

              Bonjour Olivier,

              Comme tu l’as signalé, même en France le problème devient préoccupant. Pour preuve le nombre de repas distribué par les resto du cœur l’année dernière (Plus de 100 millions). Concernant la revente des produits périmés, que dire ? C’est absolument dégueulasse, une loi devrait être mise en œuvre interdisant la vente ou la destruction de ces produits avec obligation de les donner aux associations qui luttent contre la faim et la misère, elles en feront bon usage. Merci pour cet article.


              • foufouille foufouille 4 mars 2010 11:19

                c’est 2 a 4x moins cher ...........
                et ca evite de mendier, de remplir des paperrasse
                et pour avoir des aides ca prend du temps, tu as interet a avoir des amis ou de la famille

                en plus certains se servent sur les dons


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:19

                Gabriel,
                oui, je suis d’accord avec toi, c’est un vrai scandale.
                pourquoi ne pas donner systématiquement les invendus aux associations caritatives ?
                les détruire est une honte.
                merci de ton commentaire.


              • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2010 12:31

                @gabriel

                sur les puces à Fos sur mer , il y a 2 ou 3 stands qui ne vendent que des produits en fin de parcours , comment peut on faire le business de ces choses là ?
                Il parait que des boutiques existent au Japon pour ces produits et où les retraités viennent en masse car les retraites sont trop maigres ! j’ai peur qu’on y arrive chez nous aussi !


              • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 4 mars 2010 12:31

                Je travaille dans une industrie agro et je peux confirmer que la multiplication des « Destockeurs » depuis un an capte une part de plus en plus importante des produit en fin de dlc/dluo au détriement des oeuvres caritatives...

                Le don en nature aux associations caritatives (resto coeur, banques alimentaires...) donne droit pour l’entreprise à une déduction de 60% d’impôt de la valeur totale du don plafonné à 5/1000 du CA., ce qui est trés généreux par rapport à d’autre pays.
                 
                Au vu des prix de revente vers les Destockeurs (de 20 à 30% de leur valeur !) je m’étonne de leur essort , donner devrait être plus avantageux pour les entreprises ...

                Il y a là un mystère que je ne m’explique pas...si ce n’est que les réductions d’impôt doivent coûter cher à l’état et donc qu’il ne souhaite probablement pas faire beaucoup de pub la dessus...




              • foufouille foufouille 4 mars 2010 13:23

                @ le chat
                les pauvres se rue dessus
                pas forcement limite DLC
                mais aussi changement de packaging
                ou invendu de noel genre saute de kangourou a 3.6 le kg
                ou gros roti de dindonneau de 2kg a 6€


              • Gabriel Gabriel 4 mars 2010 13:27

                Le chat, sais tu qu’au japon certain retraité ne pouvant plus subvenir à leurs besoins élémentaires commettent des délits afin d’aller en prisons pour y être logé et nourri ?

                Voilà le monde que nos chers libéraux construisent.

                 


              • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2010 14:02

                @foufouille

                la preuve , j’ai trouvé des kg de riz basmati à 1€ ! faut bien regarder les dates quand même sur les perissables , mais sûr y’a des pdts tout à fait encore valables !

                @gabriel

                j’ai vu aussi ce reportage ,ça craint ! , en France on n’a plus de place en taule !


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 14:56

                le Chat,
                faudra dire a ceux qui font les « puces » à Fos sur mer, que les brocantes et autres vide greniers, ou puces n’autorisent pas à vendre des denrées alimentaires,
                totalement interdit.


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 15:01

                tarkoquestche
                comme toi, je m’interroge ?
                les grandes surfaces seraient gagnantes à offrir les invendus, au vu de ce que tu expliques,
                on se demande pourquoi ne le font-elles pas ?
                 smiley


              • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2010 15:05

                @olivier

                ça n’a pas l’air d’interesser les keufs qui y traquent surtout les trucs« tombés du camion » , les types avec des centaines de portables ou de pièces de bagnoles.....


              • dominique 4 mars 2010 11:39

                Oui bien entendu donner aux associations caritatives mais alors il y a un truc qui va gêner : les marchandises vont etre utiles à de pauvres gens et pas de profits pour les gros distribiteurs. Pour ma part je ne sais pas si voter à gauche va changer quelque chose. Ce qui est sur c’est qu’il nous faut enfin des dirigeants altruistes qui redonnent les vraies valeurs à la politique.


                • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:52

                  dominique,
                  de toute façons, les produits jetés ne peuvent pas faire de profits pour les gros distributeurs,
                  puisqu’ils sont jetés...
                  alors autant les donner à des personnes qui de toutes façons n’aurait pu les acheter.
                  quant aux élections, je pense que si un jour nous élisons un « président citoyen », proche des gens, celui la décidera, sans contrainte de diviser par deux (au moins) son salaire, et celui des ministres, députés, sénateurs et consorts,
                  çà fait du bien de rêver.
                   smiley


                • dominique 4 mars 2010 13:37

                  Oui Olivier je suis aussi de cet avis , mais je voulais mettre le doigt sur le fait que la distribution préfère jeter plutot que d’en faire profiter quelqu’un. La marchandise est perdue, mais si elle était distrubuée aux necessiteux ceci en profiteraient, alors perdu pour perdu autant la détruire. Pauvre mentalité que celle-ci. Je crois que la Société actuelle ne connait plus le sens du mot partager. Et pour ce qui est de la politique je suis certainement un doux rêveur.....Mais les rêves adoucissent la vie


                • Yvance77 4 mars 2010 11:40

                  Salut,

                  Bon petit post.

                  J’ai en mémoire une scène que j’ai vu le mois dernier dans un Carrefour du sud-est de la France. Et je pense que je ne suis pas le seul.

                  Un couple de retraité (les 70 printemps chacun bien sonnés) cherchaient des produits carnés. Et tout en bas là ou sont les premiers prix. Nos regards se sont croisés et j’ai cru percevoir une gène dans celui du viel homme.

                  Sur le coup je n’ai pas réalisé et puis j’ai compris ... nous étions au rayon animaux.

                  Chienne de vie que celle qui laisse nos ancètres dans ce dénuement ... putain le social c’est pas la marque de fabrique de nos politiques.

                  La vie a repris son chemin ... mais j’y repense de temps à autre ... avec une peu de honte de na pas me battre assez pour eux.

                  A peluche


                  • foufouille foufouille 4 mars 2010 11:53

                    le rayon animal est plus cher que le demi-gros
                    moi je me met a genoux et je sort la calculette


                  • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 11:54

                    Yvance,
                    merci de ce témoignage qui résume en quelques phrases la situation dans laquelle nous sommes tombés,
                    va falloir faire quelque chose,
                    çà devient urgent de se souvenir que sur le drapeau français il y a les mots égalité, et fraternité ;


                  • foufouille foufouille 4 mars 2010 11:58

                    qui aime mendier aux assos de la bouffe ?


                    • olivier cabanel olivier cabanel 4 mars 2010 13:31

                      foufouille,
                      personne n’aime mendier,
                      que ce soit aux associations de la bouffe, ou ailleurs,
                      ce qu’il manque, c’est juste un peu de courage pour dire :
                      « nous ne voulons pas mendier, nous voulons seulement de l’égalité, et de la fraternité, puisque çà fait partie de nos droits inaliénables ».
                      juste de la citoyenneté.


                    • ddacoudre ddacoudre 4 mars 2010 12:10

                      bonjour olivier

                      bon sujet qui fait la démonstration de l’absurdité du conditionnement par la rationalité de la qualité labelisé et normalisé par la production industrielle.

                      il n’y a qu’une action coopérative qui pourrait casser ce monopole de la grande distribution qui investi le marché du déstokage également, il gagne ainsi sur tout les tableaux.

                      quand au problème de la faim, il ne manque qu’une volonté politique car nous avons la logistique pour faire parvenir les denrées aux populations en difficulté, car leur donner des outils est une bonne chose à condition qu’ils aient assez d’énergie pour s’en servir.
                      beaucoup de nos difficulté seraient résolu si nous ne pension pas que c’est le marché qui va les solutionner.

                      la loi du marché et le symbole même de l’abandon de la responsabilité politique.
                      nous sommes même arrivé à expliquer que donner de l’argent au riche permettait de combattre la pauvreté, il faut vraiment que nous ayons atteint un sacré niveau de sous culture pour avaler cela. je ne suis pas pour prendre l’argent au riche non plus car il récupèrent toujours plus que ce qu’on leur prend, c’est la réalité que nous vivons. mais c’est un autre débat
                      cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès