Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > S’il te plaît maman, je préfère encore la cigarette !

S’il te plaît maman, je préfère encore la cigarette !

Le dernier numéro de la revue médicale indépendante Prescrire a dressé un constat effrayant sur un médicament commercialisé pour arrêter de fumer : le Zyban. Cette amphétamine dont le nom chimique initial était l'amfébutamone avant que la firme ne cache cette troublante éthymologie et le fasse rebaptiser "bupropion", a su se montrer bien discrète ces derniers mois. Aucun représentant d'agence, aucun lanceur d'alerte, aucun politicien ne s'est ému devant les caméras du maintien sur le marché de ce médicament de la firme pharmaceutique GSK.
Contrairement au Mediator, les victimes cette fois-ci ne risquent pas de s'exprimer devant les caméras puisqu'il s'agit de nouveaux-nés.

Selon les données de Prescrire, cette amphétamine cachée serait responsable de la survenue de malformations cardiaques à la naissance. Cette toxicité cardiaque foetale est connue depuis 2004. En 2010 est parue une étude cas-témoin sur plus de 10 000 enfants montrant qu'un nouveau-né dont la mère a pris du Zyban avait 2,6 fois plus de risque de développer une malformation cardiaque de type coarctation de l'aorte, hypoplasie du coeur gauche ou sténose de l'aorte.

Un cadeau de naissance dont ces bébés se passeraient bien.

Prescrire a eu accès à des données internes de GSK sur plus de 800 femmes enceintes qui ont été exposées au Zyban. On y retrouve encore une augmentation du risque de malformation cardiaques congénitales.

Nous savons aujourd'hui que les dérivés amphétaminiques, en particulier l'ecstasy, augmentent le risque de malformations congénitales. Comme Prescrire le souligne, le doute ne doit plus profiter aux firmes mais au patient. Hors, pour arrêter de fumer, il existe d'autres traitements à base de nicotine.

12 ans après le retrait mondial de l'Isoméride, on découvrait la toxicité cardiaque du Mediator. Quelle perte de temps ! De la même manière, il est anormal de constater en 2012 qu'il existe encore sur le marché des dérivés amphétaminiques cachés dont l'inocuité suscite un doute sérieux !

Le bupropion est actuellement développé aux Etats-Unis en association avec une autre molécule, la naltrexone, pour le vendre comme coupe-faim. Il devrait être commercialisé sous le nom de Contrave. De là à suspecter un risque accru de valvulopathie et d'hypertension artérielle pulmonaire pour ce médicament qui n'est pas encore sur le marché... C'est d'ailleurs pourquoi les autorités américaines, pas folles, ont exigé de la société Orexigen qui développe cette association d'évaluer sa toxicité cardiaque chez l'adulte.

Le noyautage des commissions d'enquêtes sur le Mediator par la firme GSK a-t-il pu favoriser une telle négligence de la part des autorités de santé et des politiciens ?

Comment un tel produit, pourtant inscrit sur la liste des 77 médicaments sous surveillance depuis des mois, décrié par Prescrire depuis de nombreuses années, avec une balance bénéfice-risque défavorable, et une "pharmacologie à risque" peut-il passer à travers les mailles du filet ?

Cet article de Prescrire a beau faire les gros titres de la couverture de l'édition de janvier 2012, la presse grand-public reste désespérément muette sur le sujet et préfère maintenir son attention sur les prothèses PIP. Pourtant, dans la santé comme dans la presse people, les nouveaux-nés intéressent habituellement autant que les seins siliconés.

Pourquoi alors ce silence ?

Références :

Tabagisme et grossesse : éviter la bupropione en raison d’un risque cardiaque chez l’enfant à naître, Prescrire, Janvier 2012

Maternal use of bupropion and risk for congenital heart defects.
Alwan S, Reefhuis J, Botto LD, Rasmussen SA, Correa A, Friedman JM ; National Birth Defects Prevention Study.
Am J Obstet Gynecol. 2010 Jul ;203(1):52.e1-6. Epub 2010 Apr 24.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Luc DUSSART Luc DUSSART 4 janvier 2012 09:17

    Les ventes de la bupropione (marque Zyban de GSK) en France sont devenues confidentielles : moins de 1000 boites en novembre 2011, en baisse de 44% sur novembre 2010. Le risque est devenu très faible, le marché a fait le ménage.

    Effectivement il serait temps d’actualiser les recommandations de l’agence du médicament, qui préconise toujours ce produit. Mais il semble que la suspension d’une autorisation de mise sur le marché soit quasiment impossible, quel que soit le médicament. Il faut fournir des preuves, ce qui coûte de l’énergie et des budgets. Noter au passage qu’en 2011, 100 % (la totalité) du budget de l’Afssaps a été abondé par les entreprises du médicament, qui ont d’autres priorités que de s’occuper des tocards en fin de vie.

    Nous dépendons d’une décision ministérielle : ce serait rapide.

    Prescrire demande aussi la suspension de la varénicline (marque Champix de Pfizer), à cause d’un profil Bénéfice/Risque défavorable selon l’association. Il n’existe nulle part dans le monde de chiffres montrant l’efficacité de ce traitement en population générale : on peut douter qu’il soit efficace dans l’aide à l’arrêt. Ses dangers sont - par contre - bien établis... Même combat donc : ce sont tous ces traitements pharmaceutiques qu’il faut éliminer des officines.

    Pour Prescrire, même la nicotine, faussement appelée de substitution, est peu probante ; je cite : « Quand une aide médicamenteuse est jugée souhaitable, la nicotine est acceptable. » Ce n’est pour le moins pas l’enthousiasme. Il est malheureusement établi maintenant que la nicotine sans prise en charge et accompagnement sérieux ne majore pas les chances d’arrêt à moyen terme. Et si tout ces produits n’étaient que des gri-gris ?

    Unairneuf.org


    • ddacoudre ddacoudre 4 janvier 2012 09:59

      bonjour pharmaleaks

      j’ai le souvenir de l’espérance dans cette molécule issus de la recherche sur la désaccoutumance a l’éroïne ou cocaïne chez les souris cobayes, c’est par hasard qu’a été découvert son effet sur la nicotine.
      il est bien évident qu’il n’existe pas de prises médicamenteuses sans risques secondaires, nous avons avalé de l’aspirine durant des années, ceci ne justifie que nous ne soyons pas vigilant, mais nous citoyens néophyte sur ces sujets, il faut bien attribuer notre confiance a ceux qui nous garantissent de s’occuper de notre santé.
      les dérives qui apparaissent ou la sur médicalisation sont conséquentes d’une organisation à but lucratif des industries pharmaceutiques, le futur apportera peut-être un peu plus de vision éthique de la santé, car j’ai toujours estimé anormal de faire du malheurs des autres une source de profit.
      ddacoudre.over-blog.com
      cordialement.


      • Ray Volté 4 janvier 2012 10:10

        Pour cesser d’être dépendant, il faut compter sur soi même. Seule une volonté forte permet d’ obtenir un résultat durable. J’ai souvent entendu des fumeurs dire en tirant sur une cigarette : « C’est facile d’arrêter de fumer, j’ai arrêté trois fois » 

        Dans la société de dégénérés fabriqués par une école sans morale, des médias cupides et des familles bancales, comment se forger une personnalité volontaire et forte ? Comment ne pas succomber à la facilité et suivre les mauvais exemples colportés par les dealers à la sortie des établissements d’enseignements.

        • restezgroupir44 restezgroupir44 4 janvier 2012 11:36

          Ne pas oublier que l’Etat s’est comporté comme un dealer envers les conscrits qui de plus à l’époque n’étaient même pas majeurs puisque la majorité était fixée à 21 ans, j’avais vingt ans quand l’armée m’a fait découvrir le tabac.

           smiley


          • wesson wesson 4 janvier 2012 13:29

            bonjour Restezgroupir44,

            « l’Etat s’est comporté comme un dealer envers les conscrits qui de plus à l’époque »

            A l’époque c’était le paquet de gauloises, avec du tabac brun produit en France et des clopes fabriqués par la Seita 100% Française.

            Au moins avait-on la fierté de choper un cancer estampillé « produit Français », même mieux que avec les implants PIP dont le silicone frelaté n’était même pas de production Française, lui !


          • restezgroupir44 restezgroupir44 4 janvier 2012 17:00

            Boujour Wesson,

            De plus l’Etat nous as été offert gracieusement une petite contamination au cas ou les clopes et les boîtes de ration avec « le singe » n’auraient pas servies.

            http://www.lescobayesdelarepublique.org/

            http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-les-cobayes-de-la-republique-45947607.html

            http://www.lunion.presse.fr/article/politique/%C2%AB-nous-etions-les-cobayes-de-la-republique-%C2%BB

             smiley


          • restezgroupir44 restezgroupir44 4 janvier 2012 17:01

            Oupsssssss « été » en trop ,mes excuses.


          • sagesse 4 janvier 2012 14:27

            Malgré la succession de scandales sanitaires (reconnus ou pas..), la grande majorité de la population française affiche encore une foi sans faille dans notre médecine : cela me laisse perplexe...
            Merci à l’auteur de jeter régulièrement un pavé dans la mare !


              • restezgroupir44 restezgroupir44 4 janvier 2012 16:54

                 smiley  smiley  smiley


                • Serpico Serpico 4 janvier 2012 18:40

                  Les criminels sont ceux qui veulent nous dissuader de prendre la cigarette électronique et nous conseillent ce genre de saletés comme le Zyban ou le Champix.

                  Surtout quand leur mission déborde : se proclamant « défenseurs des non-fumeurs », ils s’en prennent carrément aux fumeurs en prétendant leur interdire tel ou tel produit...soi-disant dans un objectif sain et désintéressé.


                  • Hijack Hijack 6 janvier 2012 16:40

                    Oui ... 

                    Rends-toi compte ... j’avais voulu apporter mon témoignage dans un site ... une association soi disant contre le tabac ... expliquant comment j’ai pu arrêter après avoir été gros fumeur ... ils m’ont envoyé un mail de menaces, comme si je faisais de la pub pour telle ou telle marque, alors que je n’avais cité aucune marque. J’expliquais comme dans l’article ... qu’avec ce procédé, j’ai pu arrêter ... mieux, j’expliquais surtout qu’à présent, je n’ai plus besoin de la clope électronique ...

                    Ben non ... eux ce qui les intéresse, ce n’est pas que les gens arrêtent de fumer ... mais qu’ils continuent à vivre sur le dos de ceux qui fument ou qui souffrent de ne pouvoir arrêter !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès