• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Santé > Saurons-nous enfin s’il faut craindre l’aluminium de (...)
0%
D'accord avec l'article ?
 
100%
(22 votes) Votez cet article

Saurons-nous enfin s’il faut craindre l’aluminium de l’eau ?

Dans un article d’il y a quelques jours, Consoglobe évoque l’hypothèse selon laquelle une eau du robinet contenant des doses élevées de sels d’aluminium favoriserait la maladie d’Alzheimer. Je l’ai lu attentivement, espérant trouver des éléments nouveaux permettant de trancher dans un sens ou dans l’autre un débat déjà ancien. L’étude Paquid, de l’INSERM, qui avait mis le feu aux poudres sur ce sujet date déjà de plus de 10 ans ! Mais il n’y a rien de nouveau dans l’article. Pourquoi en parler alors ? Pour ne pas manquer une occasion de rappeler les pouvoirs publics à leurs responsabilités.

Quelques heures passées sur Internet m’ont hélas démontré que l’incendie déclenché par l’étude Paquid s’est bien vite éteint. S’il n’y a rien de nouveau dans l’article de Consoglobe, c’est bien parce qu’il n’y a rien de neuf à ce sujet. Il est vrai que l’étude Paquid, comme bien d’autres ayant cherché à établir un lien de cause à effet entre l’ingestion d‘aluminium et la maladie d’Alzheimer, n’ont pas produit de conclusions définitives. On tenait un bon suspect, qu’il n’a pas été possible de transformer en coupable ! Et après un an ou deux de garde à vue, le suspect à été relâché.

Revenons un peu sur les faits. Commençons par ce que nous savons avec certitude :

Premièrement, l’aluminium est un assez puissant neurotoxique, comme l’ont démontré les études réalisées dans les années 70 sur de nombreux cas d’encéphalopathies mortelles. Les victimes étaient contaminées les unes par leur appareil de dialyse et les autres par les médicaments antiacides dont elles faisaient un usage excessif. L’atteinte se manifestait sous la forme d’une démence sénile anormalement précoce et sévère.

Deuxièmement, des injections d’aluminium dans le cerveau d’animaux de laboratoire ont démontré que ce métal provoquait une déficience des capacités intellectuelles et cognitives des animaux. Les atteintes neurologiques constatées ressemblent, sans être tout à fait identiques, aux atteintes constatées sur les cerveaux des sujets humains atteints de la maladie d’Alzheimer.

Troisièmement, les autopsies de personnes décédées de la maladie montrent toujours la présence dans les tissus nerveux de quantités très importantes d’aluminium sous forme d’aluminosilicates. Il y a donc un lien étroit, même si cette coïncidence ne suppose pas automatiquement un lien de causalité.

D’où sans doute l’étude PAQUID, dont les résultats semblaient montrer que les personnes consommant de l’eau du robinet contenant des doses assez fortes d’aluminium avaient deux fois plus de risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer. Il est vrai que de nombreux biais étaient susceptibles d’avoir faussé les résultats. Mais nous nous trouvions pourtant devant un faisceaux de présomption de culpabilité qui aurait du pousser les pouvoirs publics à commander d’autres études et à élever, par précaution, le niveau de la dose maximum admise dans l’eau de boisson. Rien de tel ne s’est produit.

A propos, savez vous pourquoi l’eau du robinet, en France, contient autant d’aluminium ? Parce que les producteurs d'eau potable utilisent souvent le sulfate d'aluminium et le chlorure de poly-aluminium, très efficaces pour désinfecter les matières organiques présentes dans l'eau non traitée et pour enrayer la formation de composés organiques cancérogènes.

Voilà donc un autre domaine où les pouvoirs publics auraient pu agir, en incitant, voire en contraignant les exploitants à remplacer les sels d’aluminium par d’autres produits, comme les sels de fer par exemple, tout aussi efficaces bien que plus chers. Certaines communes l’ont fait spontanément, d’autant plus facilement que ses habitants sont bien informés. C’est le cas de Paris, par exemple. Mais dans beaucoup d’autres endroits, non seulement l’aluminium est toujours employé, mais les surdosages sont fréquents, l’exploitant préférant ne pas être pris en défaut sur les paramètres de potabilité que contrôlent régulièrement les autorités sanitaires.

Que faire alors, en attendant que la question qui nous occupe ici connaissent quelques avancées ? Peut-être commencer par vous renseigner si, là où vous résidez, les sels d’aluminium sont utilisés ou pas. Malheureusement, la première hypothèse est la plus probable.

Si votre eau est traitée aux sels d’aluminium, vous pourriez être tenté de boire de l’eau en bouteille. C’est une solution onéreuse (l’eau en bouteille coûte de 600 à 2000 fois plus cher que l’eau du robinet), catastrophique pour l’environnement et, qui, dans certaines conditions de stockage des bouteilles fréquemment rencontrées, ne vous épargnera pas la consommation de substances peu recommandées, comme le bisphénol A ou l’antimoine. Pour ma part, je recours à une carafe filtrante, souvent injustement décriée. Correctement utilisées, équipées de cartouches changées régulièrement, les carafes filtrantes éliminent pourtant une portion non négligeable des polluants chimiques de l’eau et notamment les traces de métaux lourds. Pour en avoir plus à ce sujet, je vous invite à lire sur mon site « Comme Robinson dans la crise » la page que je consacre à cette question

A lire également l’excellent article d’Henry Moreigne, sur Naturavox.




par Patrice Lemitre (son site) lundi 21 janvier 2013 - 52 réactions
0%
D'accord avec l'article ?
 
100%
(22 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par DarkNightEagle (---.---.7.43) 21 janvier 2013 11:51

    Dans votre article, vous négligez de parler à mon sens de la meilleure solution qui est l’osmoseur et qui filtre tous les composés de l’eau, y compris bactéries, virus, prions, particules chimiques et sédiments, ainsi que les hormones éventuelles qui ne sont pas éliminées par les stations d’épurations.

  • Par Patrice Lemitre (---.---.188.102) 21 janvier 2013 12:36
    Patrice Lemitre

    Oui, l’eau osmosée est excellente. Mais il y a un coût d’installation assez élevée. Ensuite un coût d’entretien non négligeable (changement des membranes et des filtres assez régulièrement). Et une consommation d’eau augmentée puisque il faut en moyenne rejeter entre 2 et 4 litres d’eau par litre produit. Je pense que si on intégre tous ces paramètres, ont obtient une eau excellente mais qui va coûter beaucoup plus chère que de l’eau filtré. Une bonne solution pour ménages aisés, en somme...

  • Par DarkNightEagle (---.---.7.43) 21 janvier 2013 14:03

    Solution pour ménage aisé... Je ne comprends pas votre allusion, pour un peu plus de 300 euros, j’ai acheté un osmoseur et des filtres pour deux ans, ce qui fait dans les 13euros par mois. Je dirais plutôt que dans un budget, tout est question de choix... ça fait quoi par mois... deux paquets de clopes, quelques bières, même pas un filme au ciné... et si vous fabriquez votre propre lessive et votre propre savon, etc... vous pensez que vous gagnez combien ? C’est bien ça le problème dans notre civilisation, le dernier i-machin, c’est normal, dépenser plus pour tenter de manger ou boire moins de merde, c’est par contre que pour les gens aisés ?

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération