Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Suppos de Satan !

Suppos de Satan !

Le principe de précaution va-t-il sonner le glas de l’une des dernières exceptions françaises, le suppositoire ? Cela semble être bien parti en cette France frileuse qui veut interdire aux adolescents de boire et de fumer avant de s’attaquer encore plus fortement aux adultes sur les mêmes thématiques moralisatrices et sécuritaires. Une France qui a peur des antennes relais, qui n’ose plus utiliser un biberon à cause de ses composants, qui supporte stoïquement les caméras de surveillance, la géolocalisation par téléphone et le gilet jaune dans les véhicules, voit désormais un pédophile latent en chaque père, beau-père et enseignant.

La société française a désormais atteint son paroxysme d’infantilisation et de déresponsabilisation. L’administration de médicaments par voie basse est donc menacée d’abandon et va d’ici peu lever les boucliers de la vertu et de la législation contre elle. Le suppositoire sera bientôt relégué à des pratiques médiévales teintées de satanisme, réservée à des excentriques ou de dangereux prédateurs. La France était déjà aseptisée et anesthésiée depuis des années. La crise économique n’arrange rien, bien au contraire, elle annihile toute volonté de révolte contre les atteintes aux libertés individuelles. Les 200 euros des Guadeloupéens, les Français lorgnent dessus avec convoitise. On comprend leur désarroi, c’est leur ultime espoir, et pour les obtenir, ils sont prêts à tous les renoncements. Alors, allez leur dire que l’interdiction suppositoire si elle n’est pas importante en soi, fait parti d’un processus bien plus complexe qui menace notre libre arbitre !

Quasiment banni de la pharmacopée de nombreux pays, le suppositoire est une exception bien française. La France est jusqu’à ce jour un des derniers pays utilisant largement la voie basse comme mode d’administration médicamenteuse. Il en est de même pour la prise de la température rectale qui est considérée par les Anglo-saxons comme une aberration dégoutante et par les Latins et Sud-américains comme un risque de « contamination » des garçons à l’homosexualité. Ces peuples en restent au placement axillaire ou buccal de l’instrument de mesure de la fièvre et considèrent depuis longtemps les Français comme des égrillards manquant singulièrement d’hygiène.

Certes, ce genre de médication se retrouve encore sur les étagères des pharmacies européennes, mais elle n’est pas autant prisée que par les patients français. Les Flamands et Néerlandais en utilisent certes de temps en temps et emploient le terme générique de zetpil, mais les petits enfants lui préfèrent le gentil diminutif de pup snoepje, qui peut se traduire par « petit bonbon qu’on se met dans le cul » ! Mais ailleurs, le suppositoire n’inspire que de la méfiance. Du petit bonbon au godemiché, il n’y a qu’un pas pour le moraliste gavé de fait divers et de médias.

Et pourtant, il ne faut pas le confondre avec le lavement qui trop souvent pratiqué peut se montrer irritant pour les muqueuses. L’utilisation du clystère si répandu en France du Moyen-âge à l’époque napoléonienne est tombée progressivement en désuétude avec l’apparition de la médecine moderne, son heure de gloire ayant été le règne du Roi Soleil et les oeuvres de Molière. Le petit lavement aux herbes, la purge et le séné ont usé le fondement de bien des malades imaginaires et de bourgeois bien peu gentilhomme quand ils étaient sur leur chaise percée.

Le suppositoire est cependant fort utile pour la rapidité d’absorption du produit actif qu’il procure. Le rectum étant très vascularisé, la muqueuse relativement fine et les sucs gastriques absent à cet endroit, il permet une pénétration du médicament plus efficace que par voie buccale surtout chez des enfants qui refusent d’absorber un comprimé ou un sirop et vomissent systématiquement. De nos jours, en dehors du célèbre suppositoire à la glycérine, la plupart des indications de la voie rectale tant adulte que pédiatrique concernent les antalgiques, les antiasthmatiques et les anti-convulsivants. Supponere en latin signifie substituer ou mettre une chose à la place d’une autre. Cependant, l’étymologie ne saute pas aux yeux ni même ailleurs de façon évidente que l’on soit latiniste ou non.

Par contre, si l’introduction de principes actifs à visée laxative est encore très courante parmi les cultures africaines tant comme moyen de lutte contre la constipation ou les vers intestinaux que pour éliminer les effets pervers de la sorcellerie, le suppositoire ne fait pas recette en Afrique et pour cause. A moins de disposer d’un réfrigérateur, ce qui n’est pas à la portée du simple villageois sahélien, le suppositoire ne résiste pas à la chaleur et au-delà de 25 degrés centigrade, il fond et devient impropre à l’utilisation. Il est donc fort compréhensible que l’on privilégie sous ces climats l’utilisation de calebasses et de poires à lavement en caoutchouc pour purifier les enfants aux configurations plus modernes des micro-canules.

Le suppositoire existe sous une forme plus ou moins élaborée depuis l’Antiquité égyptienne et gréco-latine. Et bien que peu apprécié en Orient, c’est pourtant un savant arabe du IX° siècle, Ibn el Jazzar qui fut l’un des premiers à en relater l’existence.

D’abord rudimentaires, fabriqués de façon artisanale avec des moules, ils se sont progressivement imposés en Europe surtout à partir du XIX° siècle, quand le lavement a commencé son déclin. L’excipient principal, ayant été longtemps le beurre de cacao, ne peut être mis en cause pour sa toxicité. Et de plus, en certaines circonstances, le produit peut être considéré comme bio et équitable. Le cacao a bonne presse, il ne peut donc être à l’origine du rejet du médicament au nom de sa nocivité potentielle. Cela dit, administré de la sorte, le cacao ne peut séduire le gourmet et l’amateur de sucreries. L’anathème n’est donc pas d’origine « alimentaire » mais d’ordre sexuel. Il est certain qu’un enseignant baissant subrepticement la culotte d’un gamin ayant une quinte sous prétexte de lui administrer un anti-tussif, paraîtrait suspect à l’esprit le plus libéral. Mais dans le cadre de l’hôpital ou du milieu familial, il n’est pas sûr que ce médicament n’entraîne désormais des tollés.

Le suppositoire a perduré en France et était une forme pédiatrique privilégiée dans notre pays il y a encore une grosse décennie. Or, après le retentissant procès d’Outreau et des affaires Dutroux et Fourniret quel est l’infirmier inconscient encore capable de placer un suppositoire dans l’anus d’un enfant sans s’exposer à des accusations pouvant le mener aux assises ?

Jadis, le père de famille subvenait seul aux besoins du foyer. Il rentrait du boulot, se glissait les pieds sous la table, élevait le ton quand les gosses braillaient trop et donnait quelques baffes éducatives quand ils exagéraient. La femme au foyer avait tout le temps nécessaire pour changer les couches, torcher les culs et laver les fesses. Le père ne voyait que rarement la nudité de ses gamins et encore moins leur anus ou leurs autres organes. Avec la féminisation du rôle du père, est apparu paradoxalement la peur de l’inceste. Peur aiguillonnée à longueur de JT et de presse populaire, à l’aune des faits divers les plus sordides. Le père en ces conditions et a fortiori le père de substitution se pose la question du bien fondé et de la légalité de son action éducative et craint d’aller trop loin. Et du fait des familles de plus en plus recomposées, ce qui pourrait être encore toléré provisoirement pour un père biologique va devenir absolument interdit à un beau-père, un concubin ou un compagnon pacsé ou non. Et puis, depuis Outreau, même les femmes ne sont pas à l’abri de suspicion et de poursuites. La « boulangère » est bien placée pour le savoir. 

Déjà un malheureux innocent a fait de la prison préventive sous l’avis de soi-disant experts de la psychologie de l’enfant. Le prétendu abusé par le présumé coupable avait dessiné une musaraigne avec une grosse queue, ce qui avait envoyé derechef un innocent dans une ergastule pour vingt mois. Il faudrait être totalement inconscient ou suicidaire pour continuer à utiliser des suppositoires dans le cadre d’une activité de santé. Déjà, quasiment aucun enseignant n’ose se retrouver seul dans un ascenseur de collège avec un adolescent. L’effroi et la crainte des poursuites judiciaires, sans parler du déshonneur, ne peuvent qu’obligatoirement gagner les professions médicales.

Cette autocensure menace donc à court terme les laboratoires pharmaceutiques. Guidés par le mercantilisme et la peur des procès, ils vont bientôt retirer de leur catalogue le sujet qui éventuellement pourrait leur créer des ennuis. De profondis, donc du suppositoire !

D’ici quelques années le suppositoire sera banni de la pharmacopée française et personne n’osera protester de peur d’être considéré comme un dangereux pervers. Son évocation même littéraire sera sujette à opprobre. Rechercher les meilleures pages de « La grenade et le suppositoire  » de Jean Dutourd ou du « Grand suppositoire  » de Lawrence Durrell reviendra quasiment à consulter des fichiers pédophiles sur Internet. Soit dit en passant, Lawrence Durrell fait référence à la gêne qu’un Irlandais se doit, telle un suppositoire, de provoquer chez un Anglais.

Finalement, faudra-t-il interdire le suppositoire aux mineurs ? Mauvaise initiative, car si un jeune peut être tenté d’enfreindre un interdit concernant le tabac, l’alcool ou les jeux de hasard, il n’a a priori aucune inclinaison particulière à s’acheter des suppositoires sans prescription, pour son propre plaisir. Une autre option serait la suppression des formes pédiatriques, mais le remède serait pire que le mal. En effet l’administration d’un médicament pour adulte peut s’avérer toxique pour un enfant et avoir des répercussions désastreuses en cas de surdosage. La solution définitive pour les partisans du risque zéro reste donc l’interdiction totale. Mais puisque nous sommes en France où il existe toujours au moins une dérogation, appliquons-la à la forme réservée au traitement des hémorroïdes. Bien que d’efficacité douteuse, il n’y a aucun risque de dérapage sur mineur, car la maladie ne touche qu’exceptionnellement des enfants.

Parité oblige, il faut terminer cet article en mentionnant les ovules. L’ovule gynécologique ne pose pas la même interrogation quant à sa potentielle utilisation à des fins détournées et des abus sexuels. L’ovule n’étant pas destinée à la fillette mais à la femme adulte sexuellement active, elle n’est placée localement que par l’intéressée, sans aucune assistance manuelle externe, sauf volonté expresse de la "récipiendaire". L’ovule a donc encore de belles heures devant elle avant d’attirer les foudres des moralistes.

La France étant prête à de nouveaux interdits, Roselyne Bachelot devrait s’atteler illico à cette nouvelle croisade. Sûr qu’elle obtiendrait de nombreux supports.

Pour ceux qui voudraient approfondir le sujet :

Suppositoires et beurre de cacao Olivier Lafont, Conférence prononcée le 1er octobre 2001 dans le cadre de l’exposition « Le chocolat remède à tous les maux ».

http://www.ordre.pharmacien.fr/fr/jaune/index3_synthese1.asp?id=155&lib=Histoire%20et%20art%20pharmaceutique


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • JL JL 16 mars 2009 11:36

    C’est bien long pour un coup de gueule qui de plus mélange les genres. Qui a peur des antennes relais dès lors qu’il en est suffisamment éloigné ? Est-ce pour autant qu’il faille jeter l’opprobre sur ceux qui n’en veulent pas dans leur jardin ?!

    "" allez leur dire que l’interdiction suppositoire si elle n’est pas importante en soi, fait parti d’un processus bien plus complexe qui menace notre libre arbitre !

    Vous avez dit libre arbitre ? Que pensez-vous du refus de la vaccination obligatoire punie d’amendes, voire plus ?! Cette liberté que vous défendez n’est-elle pas celle de commercer, et qui prend des proportions telles, qu’elle s’oppose aux la liberté individuelles, quand elle ne nous empoisonne pas avec les OGM, les micro-ondes et autres thérapeutiques plus ou moins sophistiquées : des thérapeutiques non pas pour patients mais pour sociétés malades, intoxiquée par leurs PNB ! Désolé.

    ""


    • Walden Walden 16 mars 2009 11:37

      " (...) l’interdiction suppositoire si elle n’est pas importante en soi, fait parti d’un processus bien plus complexe qui menace notre libre arbitre !"

      Je dirais même plus : cette réforme qui restera dans les annales, introduite sans aucun doigté, ruine le fondement même de notre liberté !

      Lançons-donc de toute urgence une pétition nationale pour remettre en selle cette panacée !

       smiley


      • sisyphe sisyphe 16 mars 2009 11:47

        Avec tout ce qu’on prend dans le fondement de la part de nos dirigeants, pour une fois que c’était à usage thérapeutique... 
        Réhabilitation de l’obus rectal !
         smiley


        • morice morice 16 mars 2009 12:01

           louis XIII en est mort... des lavements.


          • Georges Yang 16 mars 2009 12:05

            Je vous attendais sur le Darfour, je vous trouve sur le suppositoire, c’est dire que je vous connais mal !


          • Gasty Gasty 16 mars 2009 15:49

            On m’avait dit qu’il était mort... des puisements.

            Le supos de satan ? Jamais entendu parlé.


          • Gasty Gasty 16 mars 2009 15:56

            Mais ou est passé mon stylo ??? smiley


          • LE CHAT LE CHAT 16 mars 2009 16:10

            un anal gésique , ça fait du bien là où d’autres font mal ! smiley


          • JL JL 17 mars 2009 08:44

            @ l’auteur : faut-il voir dans cette remarque un hommage du vice à la vertu ?


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 mars 2009 12:17

            C’est sympa de prendre la défense de ce mode d’introduction de remède médical qui est, on ne peut plus d’actualité. En effet, toutes les autres réformes, méthodes, politiques et relances ne consistent-elles pas, en fait, qu’à nous les mettre...dans le cul ! Et, comme on dit qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, il convient également de ne pas mettre le doigt avec le suppo... http://www.carevox.fr/Les-placebos-une-merveilleuse-promesse.html prouve à quel point, c’est le mental du patient qui l’auto-guérit, sauf quand celui-ci est résolument...sodo-masochiste ! 


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 mars 2009 18:43

              " Parité oblige, il faut terminer cet article en mentionnant les ovules. L’ovule gynécologique ne pose pas la même interrogation quant à sa potentielle utilisation à des fins détournées et des abus sexuels " vous faites bien de mettre le doigt, sans vous insinuer, sur les soupçons qui tournent autour de ce sujet.

              Viols et abus sexuels  :

              16,8 % appartiennent à des professions médicales et paramédicales

              13,1 % exercent les métiers de l’enseignement, de l’animation ou de la petite enfance

              14,8 % ont des responsabilités d’encadrement (PDG, ingénieur, énarque, gérant de bar, entrepreneur, chef de service, ...)

               12,7 % exercent les métiers de la loi et de l’ordre (policier, militaire, gendarme, attaché parlementaire, etc.)
              ... soit 57,4 % des personnes condamnées.


              Source : http://www.sosfemmes.com/violences/viol_chiffres.htm .

              Un dernier lien en rapport avec les suspiscions de l’auteur. http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=48871 .à lire attentivement jusqu’à la fin...


            • Jojo 16 mars 2009 12:31

              Comme dirait Pascal à l’aise Blaise, l’auteur a l’esprit de justesse puisqu’il parvient à pénétrer vivement et profondément, les conséquences des principes.

              Et à propos de principes, pour élargir l’horizon, combler le trou de la Sécu et accessoirement approfondir le sujet, il n’hésite pas à introduire des principes actifs qui grâce à la vascularisation et/ou à la vaseline, permettraient une pénétration rapide du médicament. Ce qui est un impératif lorsque le sujet est très chaud...

              Sinon Je suppose que le Suppo et l’ironie qu’il y a autour, servent surtout à occulter d’autres vérités. En effet la paranoïa n’est pas toujours sans fondement (si je puis dire). Puisque 17 % des violeurs, appartiennent à des professions médicales et paramédicales. Un hasard sûrement…
              http://www.sosfemmes.com/violences/viol_chiffres.htm


              • grosdada 16 mars 2009 13:31

                Merci pour cet article, arf !!!

                Toutefois, ne n’y ai pas trouvé LA précision technique indispensable. Celle relative au côté par lequel introduire ce qui reste, dans son fondement, un médicament. C’est en fait par le petit bout. Pour des raisons simples d’aérodynamque en milieu visqueux, d’action des muscles à cet endroit, et du fait que le corps physique considéré, auto-lubrifié, obéi aux facteurs précédents, et qu’il convient lors de son administration de violer la loi de la pesanteur.

                Etant gamin j’ai fait plusieur tests de validation sur ce point. Et j’en ai tiré une véritable religion quand à l’utilisation du suppo.

                Ce point essentiel est maintenant précisé.

                Trève de plaisanterie, votre article est très drôle et sérieux en ce qui concerne "l’ambiance générale". Ceux qui ont passés le bac fin des années soixante ont eu à lire et commenter les Nourritures Terrestres de Gide !! Nathanael !! Babylone !! 

                Il est très risqué pour un père de jouer à "a dada sur mon bidet" en faisant sauter son enfant sur ses genous. Enfin, il faut absolument éviter de dire en public à ses enfants "je t’aime". Ce qui précède est particulièrement dangereux en période de rupture et que vous êtes le père. C’est un suicide si vous êtes dans une famille recomposée.

                Encore merci pour cet article à siroter avec délice.

                On demandait à Feynman le célèbre physicien pourquoi il avait des doutes sur les métiers "psy". Il a répondu qu’il avait fallu des dizaines de milliers d’années pour avoir des certitudes, ne serait-ce que pour la simple arithmétique, sur des choses observables et vraies. Alors prétendre tenir en moins de deux siècles le secret du tétio lui paraissait présomptueux.

                Je vais mettre dans mon musée personnel, à coté du mercure (mortel interdit à la vente), des oxydes ferreux et férriques (polluants violents interdist à la vente), et autres babioles, les deux derniers suppos de ma boite a pharmacie avec cette épitaphe : ils ont péris par là où ils nous ont fait pécher.

                ARF !!!

                Merci pour votre article cher Georges Yang. 








                • LE CHAT LE CHAT 16 mars 2009 16:15

                  merci pour cet article si distrayant , le suppo a encore une longue carrière devant lui , les trous du cul ne sont malheureusement pas près d’être en voie d’extinction ! smiley


                  • freeal freeal 16 mars 2009 18:36

                    Article très drole et bien tourné si je puis dire. C’est encore un de ces plaisirs démodés que chante Charles Aznavour qui disparait.


                    • Thoth 16 mars 2009 18:47

                      Et comme le disait J.CL. Brialy à Jean Gabin, dans le film "l’année sainte", avec tous ces interdits ou toutes ces obligations "On l’a dans l’cul, Monseigneur !" smiley


                      • Atrabilaire Atrabilaire 16 mars 2009 18:55

                        Bravo pour cet article voué à la défense du suppositoire
                        Je tiens juste à faire quelques petits ajouts sur le bien fondé(!) de ce remarquable produit .
                        La voie d’administration rectale a une particularité dans le domaine physiologique . En effet le produit actif introduit au niveau des veines rectales basses est directement absorbé et échappe à ce que l’on appelle " le premier passage hépatique" . Je m’explique : les molécules ainsi captées par le réseau veineux sont distribuées dans un premier temps à tout l’organisme avant de passer dans le foie où les fonctions miraculeuses de cet organe, vont les triturer , les casser, les modifier . Le principe actif est donc altéré après ce travail chimique hépatique .
                        Les doses sanguines sont à leur maximum très vite lors d’administration rectale (beaucoup plus vite que par voie orale) ( un conseil : si un jour vous voulez vous endormir vite mettez votre comprimé de X ... sous la laungue , ne l’avalez pas  ! )
                        On voit là tout l’intérèt de cette curiosité physiologique , dose utile plus faible , molécule princeps , faible cout, facilité de mise en oeuvre.....
                        Mais attention de ne pas pousser le suppo trop loin , en effet au niveau du haut rectum , le réseau veineux subit un premier passage hépatique , et là tout est foutu !
                        Une autre partie de l’organisme possede cette particularité , les veines sous linguales , elles aussi exemptes de premier passage , à l’inverse de toutes les veines de la bouche et du tube digestif .

                        La défense du suppo n’est pas donc folklorique , elle repose sur des données physiologiques , (peut etre ignorées de certains prescripteurs..) et pharmacocinétiques tout à fait parti.cul.ieres qui font de ce petit ovoide un puissant composé de la pharmacopée .

                        Un suppo ter
                        Amicalement


                        • Georges Yang 16 mars 2009 19:37

                          Un superbe pied de nez aux écologistes serait le suppositoire effervescent qui permettrait de trouer plus facilement la couche d’ozone, sans recours aux aérosols !


                          • brieli67 17 mars 2009 05:35

                            http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=16322430

                            Le suppo plus Perrier
                            la Lithinée du Périné comme dirait Mme Claude
                            http://www.eurekasante.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-oeduct01-EDUCTYL.html

                            Thérapeutique bien singulière
                            Lors d’un remplacement début 80 dans la brousse nancéenne dans un hospice dit rural et local
                            il était d’us et de coutumes d’administrer vers 21 h à tous les papys par une main féminine leste et agile
                            le Suppo-Maison. La panacée : rhumatismes, constipation, prostate, calmant, endormant....
                            Une consoeur jalouse ou bien MLF à donf avait qqs mois auparavant sucré ce doux plaisir crépusculaire.
                            La révolution dans le palais vous-dis-je...
                            Depuis, bien qu’étant alsacien, ce sera la Lorraine pour mes vieux jours.


                            • Georges Yang 17 mars 2009 10:17

                              Merci pour le lien !
                              Ca peut toujours être utile.
                              Etant moi même à moitié Lorrain mosellan, votre commentaire m’a redonné un peu de nostalgie de ma terre d’origine.


                            • brieli67 17 mars 2009 12:57

                              dans le Platt ?
                              à Mommere du côté de la Cristallerie Royale
                              un babillon -un papillon pardon se dit Poubeller

                              Les suppo- Maison étaient bien emballés dans un cornet chez les "Polonais"

                              humm ! Mama Daktari et son Zoulou Tango que j’ai "secondé" qqs temps. Quelle bonne femme !
                              http://femmesremarquablesalsace.com/fr/articles.php?id=11793374083748





                              • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2009 14:56

                                 cruel dilemne, faut-il user de la voie orale ou de la voie rectale...

                                moi je ne supporte pas l’auto introspection... on cherche

                                quelque fois il nous reste quelque chose au bout du doigt mais la plupart du temps la solution nous reste sur le bout de la langue...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès