Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Tarifs des prothèses dentaires : enfin la transparence ?

Tarifs des prothèses dentaires : enfin la transparence ?

Votée par décret le 28 avril 2009, une nouvelle loi relative à l’information du patient entrera en vigueur en mars 2010. S’il est peu probable que les dentistes en fassent la publicité, cette loi pourrait bien changer radicalement les relations entre le chirurgien-dentiste et son patient.

Coût d’achat des prothèses

Le décret d’avril 2009 a de quoi déranger les chirurgiens dentistes car le prix d’achat des prothèses qu’ils font réaliser pour leurs patients par le prothésiste, devra désormais faire l’objet de la plus grande transparence. Le chirurgien-dentiste devra indiquer à son patient "de manière dissociée, le prix d’achat de chaque élément de l’appareillage proposé" ainsi que "le prix de toutes les prestations associées". Ceci implique que le coût des matériaux et le prix facturé par le prothésiste devront être indiqués en clair au patient.

Suspectés de prendre une marge substantielle sur le prix facturé par le prothésiste, les dentistes se sont toujours refusés jusqu’à présent à mentionner sur le devis le coût de revient réel d’une prothèse dentaire. Les dentistes arguent de ce que le prix d’achat seul n’est pas représentatif du bénéfice réalisé mais qu’il faudrait également prendre en compte l’intégralité des charges supportées par un cabinet dentaire (coût du matériel, des locaux, salaire de l’assistante, etc.).
 
Aujourd’hui encore, le Conseil de l’Ordre proteste vivement et juge la nouvelle loi "injuste et désastreuse" pour l’image de la profession. Afin d’anticiper toute atteinte à celle-ci, l’Ordre annonce son intention de mobiliser la profession pour "lancer une vaste campagne de communication à l’attention du grand public, afin de dissiper le flou qui persiste sur l’image du chirurgien-dentiste".


Origine des prothèses

Autre changement, l’origine des prothèses devra désormais être mentionnée. Jusqu’à présent le dentiste n’était pas tenu d’informer le patient sur le pays où sa prothèse avait été fabriquée. C’est ainsi que des prothèses fabriquées à l’étranger sont importées à des coûts très faibles. Certaines de ces prothèses made in China sont de piètre qualité et, pire, peuvent contenir des composants toxiques comme le plomb.

Cependant, le décret du 28 avril 2009, applicable en mars 2010, devrait changer la donne.

À partir de mars 2010, le chirurgien-dentiste sera tenu de fournir au patient une copie de la déclaration de fabrication du dispositif médical. D’après la loi, ce document devra mentionner le lieu de fabrication de la prothèse.

Ainsi, à compter de la date d’entrée en vigueur du décret, augmenter la marge bénéficiaire au détriment de la qualité en important des prothèses de l’étranger, ne sera plus possible. Du moins en théorie car subsistera le problème des prothésistes qui sous-traitent avec des laboratoires situés en Chine ou à l’étranger et déclarent une fabrication en France.

Les chirurgien dentistes accepteront-ils de jouer le jeu de la transparence ? Réponse en 2010.
 
Compléments d’information : site holodent
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 novembre 2009 13:08

    Aujourd’hui encore, le Conseil de l’Ordre proteste vivement et juge la nouvelle loi « injuste et désastreuse » pour l’image de la profession

    ben voyons ..... kif kif avec les prothèses de la hanche , faut chercher ailleurs que dans la poche des assurés sociaux les vrais raison du trou de la sécu !

    la médecine est une putain , son maquereau c’est le pharmacien ( Renaud )


    • Arunah Arunah 4 novembre 2009 17:43

      Ce que les chirurgiens-dentistes ne semblent pas avoir saisi, c’est que nous vivons une période de mondialisation intense... et de délocalisations, puisque eux-mêmes font faire leurs prothèses au mieux en Hongrie, au pire, en Chine, tout en facturant bien entendu des prix français... mais leurs clients ne sont pas tous des pigeons puisqu’ils peuvent maintenant s’adonner au tourisme médical et dentaire.... Tout est possible en Tunisie ( francophone ), en Hongrie et en République Tchèque ( avec interprète ou allemand ou russe courants ). Là, les tarifs vont de 15O à 200 euros la couronne, plus pour les implants, mais même en comptant l’hôtel, le transport, la facture est sans commune mesure avec ce qu’on devrait payer en France. Il faut certes prévoir un budget yaourt et purée important... Ce qui est imbattable, c’est que les travaux sont bouclés en une semaine après parfois une vingtaine d’essayages, ce qu’aucun dentiste français ne peut assurer, que la qualité est impeccable - ces dentistes utilisent les meilleures céramiques américaines, que les hôtels 4 étoiles sont abordables, qu’on peut passer son temps libre au spa à se faire chouchouter entre deux rendez-vous... Certaines agences organisent des voyages « spécial dentiste », mais il est tout à fait possible de l’organiser soi-même, d’envoyer au préalable son panoramique pour obtenir un devis en cas d’implant ou de travaux d’envergure... Bref, les abus des dentistes sont maintenant terminés...


      • zelectron zelectron 4 novembre 2009 18:09

        Comment voulez vous que ces pov’dentistes puissent jouer au golf, draguer les minettes, faire des voyages aux Maldives, si ce n’est que qu’en chassant les importuns qui se permettent de mettre en doute leur qualité, leur méthode, leur prix ?
        Merci Estelle de nous avoir fait part de ces textes.


        • foufouille foufouille 4 novembre 2009 18:13

          pas concerne .........
          pas les moyens ...........


          • kdb 5 novembre 2009 01:17

            j ai pa mal d’amis qui ce font des impants a l étranger voyage payer le seul Hic était le suivi...depuis quelques mois ont peut avoir un suivi aussi en france..
            .(a propos des prob du au travail : la moyenne de vie d’un chirurgien dentiste est de 65ans !suite aux manipulations plombs-mercures ....etc..).


            • Estelle Vereeck 5 novembre 2009 09:58

              Oui kdb, vous avez raison, le mercure posé à raison de 15 tonnes par an dans la bouche des patients et manipulé quotidiennement, et donc inhalé par les dentistes, pose un problème de santé publique, aussi pour les dentistes.

              Mais quand s’en rendront-ils compte ?


              • Alpo47 Alpo47 5 novembre 2009 10:58

                Certains de ces « médecins » pourraient être taxés « d’escrocs ».
                Ainsi, récemment, l’épouse d’un ami qui me disait qu’elle avait une voiture neuve dans la bouche. A mes questions, elle m’apprend qu’elle a du se faire fabriquer un appareil dentaire haut et bas et que la facture en avait été de 12.000€.
                Je ne connais pas le détail de son appareil, mais il me semble qu’un stellite (appareil sur structure métallique)  sort du laboratoire aux environs de 300€ (X2), sans travail particulier supplémentaire, et que tout le reste, ce sont les honoraires du dentiste.
                Sachant que la réalisation demande généralement 4 séances de 30mn, je pense qu’on peut sans abus taxer ce praticien d’escroc médical.


                • greenhope 8 novembre 2009 14:58

                  Je suis banquier et je vous assure que les revenus de nos chers dentistes sont aussi effrayants que le bruit de leur roulette ! Peux t on encore parler de santé dans ce domaine ?


                  • Maldoror Maldoror 12 novembre 2009 00:38

                    Les risques de la vaccination dévoilés par le Dr. Marc Vercoutère :

                    http://www.dailymotion.com/video/xb2xio_marc-vercoutere-grippe-et-vaccinati_tech

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès