• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Télémédecine : où en sommes-nous en France ?

Télémédecine : où en sommes-nous en France ?

A l’ère des nouvelles technologies, la médecine fait aussi sa révolution. La télémédecine est en marche en France. Etat des lieux et enjeux.

Qu’est-ce que la télémédecine ?

Bien moins développée en France que dans d’autres pays comme les Etats-Unis, le Canada, le Danemark la Suisse, la télémédecine représente pourtant un axe de développement et un enjeu majeur pour la santé dans les années à venir. La télémédecine regroupe les pratiques médicales qui utilisent les nouvelles technologies, les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication), au bénéfice du patient. Inscrite dans le Code de la santé publique depuis 2010 et encadrée par la Loi HSPT (« Hôpital, patients, santé, territoire ») de 2009, la télémédecine s’articule autour de cinq actes médicaux : la téléconsultation (consultation à distance, dans les pays régulièrement sujets aux intempéries de neige par exemple, qui empêchent le déplacement des professionnels de santé), la télé-expertise (le professionnel de santé peut solliciter l’avis d’autres experts), la télésurveillance médicale (le professionnel de santé peut interpréter les résultats et suivre les paramètres médicaux d’un patient à distance), la téléassistance médicale (un expert assiste un autre professionnel de santé pendant la réalisation d’un acte) et la régulation médicale (il s’agit pour les médecins du centre d’appels du SAMU de poser un premier diagnostic pour orienter les urgences). Quel que soit la pathologie, le type d’acte ou le patient, la démarche implique nécessairement que l’un des intervenants (au minimum) soit un professionnel de santé. Le patient doit en outre être informé de tous les échanges le concernant et aucune pratique de télémédecine ne peut être décidée sans son consentement.

 

Une prise en charge en devenir

Peut-on envisager une médecine totalement virtuelle dans un futur plus ou moins lointain ? Non, bien sûr. D’ailleurs la télémédecine n’a pas vocation à remplacer la médecine traditionnelle et la relation patient/médecin reste au cœur de toutes les politiques de santé. Pour autant, la télémédecine peut réellement gommer les inégalités d’accès au soin, notamment géographiques. C’est ainsi une façon efficace de lutter contre les déserts médicaux. La télémédecine facilite également la prise en charge de catégories de patients qui peuvent difficilement se déplacer et réduit de fait les délais d’attente. Rapidité et efficacité pourraient être les maîtres mots de cette pratique particulièrement adaptée aux maladies chroniques, aux hospitalisations à domicile ou encore aux patients hébergés en structure médico-sociale.

Parallèlement, de nombreuses initiatives personnelles en télémédecine de conseil (pôle non encadré par la loi HSPT) fleurissent via Internet. Ces nouveaux services de e-santé devront sans doute être règlementés par le législateur, mais en attendant, patients et médecins communiquent de plus en plus via certaines plateformes Web.

Le Cosem par exemple propose de travailler en collaboration avec des centres de santé dans des petites villes de France. La condition est qu'il y ait au minimum un paramédical qui serait en contact avec les médecins exerçant dans les centres Cosem grâce aux nouvelles technologies. Le Cosem donne alors une priorité de réponse immédiate par ses spécialistes aux problèmes de ces centres de santé disséminés en France. Le seul problème resterait la mise en place d'une réelle nomenclature des actes de télémédecine.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    



    • Ruut Ruut 14 mars 12:20

      La télémédecine = comment avoir un médecin low cost (300 400 euro de salaire mensuel) roumain ou indien disposant d’un diplôme de son pays qui opère chez nous via un robot, un citoyen malade, car les hôpitaux auront délocalisés leurs médecins compétents suite a la politique de destruction des services publiques de l’Europe.

      La télémédecine est dangereuse. Surtout vue le contexte politique et économique actuel.


      • Ruut Ruut 14 mars 12:23

        La télémédecine = comment avoir un médecin low cost (300 voir, 400 euro de salaire mensuel) Roumain ou Indien disposant d’un diplôme de son pays qui opère chez nous via un robot, un citoyen malade, car les hôpitaux auront délocalisés leurs médecins compétents suite a la politique de destruction des services publiques de l’Europe.

        La télémédecine est dangereuse. Surtout vue le contexte politique et économique actuel.


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 14 mars 13:46

          @ Ruut

          Bonjour,

          La télémédecine est dangereuse. Surtout vue le contexte politique et économique actuel.

          Tout juste ! Encore un outil pour détruire un peu plus le système médical et calquer sur celui des Anglo-Saxons qui n’est pas réellement une réussite. La médecine ne peut s’opérer à distance elle demande un lien avec le malade, de proximité, un lien « physique », ne serait-ce que pour évaluer un bon diagnostic.

          Tout cela rentre dans le champ de destruction de la Sécurité Sociale et de l’accès aux soins pour tous. Un projet ultra-libéral s’il en est. Qui n’apportera rien de bon. Et qui favorisera la désertification médicale, déjà bien entamée. Quant à la loi PHST (2010), le gouvernement ferait mieux de s’atteler aux missions de service public que demande l’attribution de meilleures enveloppes budgétaires aux hôpitaux publics qui commencent à manquer cruellement de financement, (suppression de personnel, suppression de lits environ 16 000). Et non les sous-enveloppes attribuées à l’hôpital public en général, pour favoriser la transformation de ces mêmes hôpitaux publics, en « hôpitaux privés », bel oxymore ! Comme cela commence à se voir dans certaines grandes villes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires