Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Téléthon 2008 : 96 millions d’euros

Téléthon 2008 : 96 millions d’euros

Peu - par rapport à l’an dernier, s’entend - de fonds récoltés : est-ce une négligence ou bien un changement des mentalités. A qui la faute ?

96 millions d’euros. Tel est le magot que le Téléthon a pu récolter samedi soir. A voir ce chiffre, on en a tout bonnement le vertige. Qui ne rêve pas de gagner une telle somme à l’Euromillions ou à toute loterie de la sorte ? Cependant, le Téléthon semble s’essouffler ; l’année dernière, ce furent plus de 101 millions d’euros de promesses de dons qui ont été dénombrés, ce qui constitue une baisse de 5 %.

Qu’est-ce qui explique cet apparent relâchement ?
Il semble tout d’abord que le mauvais temps ait joué un rôle néfaste sur le déroulement du Téléthon. Des opérations payantes, lucratives pour certains, en plein air, ont dû être annulées. On pense là à des séances de parachute, des tentatives de record ou bien encore d’escalade... L’an dernier, 40 % des recettes provenaient de ces opérations. Ceci dit, le Téléthon s’est toujours déroulé en fin d’automne. C’est là qu’alors, on se demande pourquoi les organisateurs sont si déçus, etc. Question naïve, réponse naïve ; l’éventualité du mauvais temps n’est pas une surprise et d’aucuns diront que ceux-ci sont des sales hypocrites. Nous n’en savons rien.
Deuxième raison. Le pouvoir d’achat baisse de jour en jour, selon Ipsos et Cie, les doux sondeurs qui sondent la sacro-sainte opinion publique. A ce constat plus que pertinent, donc, on se demande pourquoi les gens s’efforcent-ils à donner autant. C’est vrai, tout de même, les animateurs de France Télévision qui nous incitent à appeler le joli numéro surtaxé 3637 (à noter que c’est 0,15 € la minute de communication... plus le don...), les messages-choc, qui spamment l’écran du téléviseur, un tantinet tiré par les cheveux, et absolument moralisateur, cela ressemble un peu à du bourrage de crâne ; et cette intrigante ambiance fait de nous de potentiels dindons de la farce ou bien de généreux donateurs. Parce que nous, classes moyennes, nous luttons jour et nuit pour vivre, mais nous trouvons un moment pour donner au Téléthon... Espérons qu’il ne s’agisse pas là d’un sorte de déculpabilisation... Rien n’est moins sûr.

Ne demandent-ils pas trop aux Français ?
Sophie Davant, Nagui, Patrick Sébastien, bref, tous les animateurs de France Télévisions se mettent en quatre pour que nous donnions : un don pour le Téléthon, ... et la surtaxe non négligeable de 15 centimes d’euro la minute... Et là, on se demande s’ils s’en prennent plein les poches, ces animateurs pour être si fidèles et si forts pour nous exhorter à donner.
D’ailleurs, leur façon de procéder peut sembler bien douteuse ; jouer sur la corde de la sensibilité apparaît pour certains un peu surjoué, ou même pire : une manipulation ! Oh, la petite fille qui souffre. Mon Dieu ! Seuls les autres souffrent... Moi je n’ai aucune maladie du tout, mais alors pas du tout... Moi je n’ai aucun problème personnel ; alors Alleluia, donnons au Téléthon... Il faut peut-être cesser de croire que seuls les autres ont des problèmes.
Regardez cette publicité pour l’Association pour la recherche contre le cancer. Une petite fille, à l’articulation pas encore aisée, vous exhorte à donner : "Si on cherche pas, on trouve pas". Belle élucubration pour certains. Mignonnerie pour d’autres... Et dire que c’est bel et bien l’ARC qui, il y a quelques années, a été mis en cause pour utilisation douteuse des fonds du commun...

C’est peut-être ce côté surjoué, un poil provocateur et une sorte d’acharnement sur le client qui le fait se rabattre sous sa carapace. Dommage pour le Téléthon. Il est peut-être fini le temps où les Français font la fête... Aujourd’hui, il semble que c’est du chacun-pour-soi. A nous de voir la progression de notre future société.


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 12 décembre 2007 11:23

    L’article n’aborde pas le problème de fond. Voir ici, avec les critiques de J.Testard :

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32791


    • claude claude 12 décembre 2007 12:52

      il me semble que le numéro 3637 est justement gratuit, parce qu’il est offert par france télécom.

      quand à la gestion des fonds de l’afm, elle est entérinée chaque année par la cour des comptes.

      ceux-ci sont accessibles sur :
      http://www.afm-france.org/ewb_pages/d/decouvrirafm_missions_strategie_rapportannuel.p hp
      http://www.afm-france.org/ewb_pages/d/decouvrirafm_donsetressources_utilisationdons.p hp
      http://www.afm-france.org/e_upload/pdf/AFM-2007-complet.pdf

      je comprends que ceux qui se sont débattus pendant 2 jours soient déçus de ce léger recul (c’est déjà arrivé plusieurs fois) car ils savent tout ce que ce manque de fonds peur entrainer pour la recherche.

      l’état se désengage face aux malades, et sa nouvelle politique de solidarité pénalise les malades les plus atteints :

      http://www.afm-france.org/ewb_pages/d/decouvrirafm_maladiesrares_politique_plan.php

      ###Le 23 octobre 2007, l’AFM a interpellé les députés et les sénateurs pour leur faire part de ses inquiétudes. « Aujourd’hui, nos inquiétudes sont profondes : 1/ sans système de soins basé sur la solidarité la plus large, sans politique nationale de recherche pour les maladies rares, tout espoir pour nos malades d’accéder aux médicaments s’évanouit définitivement. 2/ sans véritable droit à compensation pour nos enfants, tout espoir de les voir devenir des citoyens à part entière disparaît ».(..)

      (..) près 20 ans de combat pour sortir de l’ignorance, de l’abstention thérapeutique et de l’absence de recherche, nous avons enfin obtenu, en 2004, la reconnaissance des maladies rares comme priorité de santé publique et un plan national a été lancé pour 4 ans. Il a permis la mise en réseau de la recherche fondamentale et la création, dans toute la France, de centres de référence pour une meilleure prise en charge des malades. Que va-t-il advenir de ce plan après 2008 ? Comment les spécificités des maladies rares pourront-elles être inscrites de façon durable dans notre système de santé et de recherche ? Déjà, les premières avancées sont menacées ! En effet, dans le cadre des prochains appels d’offres de l’Agence nationale de la recherche (ANR), la recherche sur les maladies rares se trouve absorbée dans un appel d’offres concernant les mécanismes physiopathologiques des maladies rares et... des maladies fréquentes. Dans le même temps, le financement du Programme Hospitalier de Recherche Clinique dédié aux maladies rares est diminué de moitié : en 2008, il reviendra ainsi à un niveau inférieur aux années précédant le plan maladies rares. Nous ne pouvons pas accepter ce retour en arrière. La dilution de la problématique des maladies rares dans une problématique plus globale aboutira à la disparition de la recherche dans ce domaine. Nous le savons parce que nous avons eu par le passé moult exemples de cet état de fait.

      Aujourd’hui, nous abordons le grand virage des traitements et des essais démarrent partout dans le monde pour les maladies rares. Nous en soutenons une trentaine pour 25 maladies différentes. Nombre de ces essais concernent les biothérapies (thérapie génique, thérapie cellulaire), des thérapies innovantes dont on sait qu’elles bénéficieront aussi aux maladies plus fréquentes, comme c’est déjà le cas par exemple pour l‘infarctus du myocarde ou certaines maladies neurologiques. C’est un enjeu majeur de la médecine de demain. La recherche sur les maladies rares sert l’intérêt général. La faire disparaître dans un pot commun où elle se diluera inéluctablement, renverra les millions de malades concernés dans le no man’s land dont nous avons mis tant d’années à sortir. Au contraire, la présidence européenne du second semestre 2008 offre une occasion historique de faire rayonner notre politique nationale novatrice dans ce domaine en accélérant le développement de la recherche thérapeutique et l’amélioration de la prise en charge médicale des 30 millions d’Européens concernés, à l’image de ce qui était souvent, jusqu’alors, qualifié de « French Model ».###

      au départ l’afm était une asociation de parents d’enfants atteints de myopathies, c’est à dire condamnés à mort à plus ou moins longue échéance :

      _http://www.futura-sciences.com/fr/comprendre/dossiers/doc/t/medecine-1/d/telethon-pourquoi-pour-qui_591/c3/221/p1/

      ###Un combat pour vaincre les maladies neuromusculaires...

      L’AFM a pour mission de vaincre les maladies neuromusculaires, 200 maladies différentes, toutes rares et pour la plupart d’origine génétique. Ces maladies touchent les enfants comme les adultes et se traduisent par une perte de force musculaire qui a des conséquences dramatiques sur certaines fonctions vitales (bouger, respirer, avaler...). Il n’existe aujourd’hui aucun traitement permettant de guérir ces maladies qui tuent muscle après muscle.

      Une approche qui bénéficie aux maladies génétiques et aux maladies rares...

      Pour parvenir plus vite à son objectif, l’AFM a choisi de mener une stratégie d’intérêt général qui bénéficie aux maladies génétiques et aux maladies rares dans leur ensemble. Grâce au Téléthon, un véritable bond en avant a été fait, ces dernières années, dans la compréhension de nombreuses maladies génétiques et dans la reconnaissance en France et en Europe des 6000 maladies rares qui concernent 3 millions de personnes en France et 25 millions d’européens. L’AFM soutient la recherche sur ces maladies, à travers notamment l’Institut des Maladies Rares dont elle assure 51% du financement depuis sa création.

      Et même aux maladies plus fréquentes

      Le combat de l’AFM pour la mise au point de thérapies innovantes a également des retombées pour le traitement de maladies plus fréquentes comme l’infarctus du myocarde ou certains cancers. A travers l’exploration des voies thérapeutiques émergentes (gène-médicament, chirurgie du gène, cellules souches), c’est la médecine de demain qui naît aujourd’hui.«  »"###

      http://www.futura-sciences.com/fr/comprendre/dossiers/doc/t/medecine-1/d/telethon-pourquoi-pour-qui_591/c3/221/p3/

      ###A - Stem : Des cellules souches embryonnaires pour les maladies monogéniques

      Issu d’une collaboration entre l’AFM, Généthon, l’Inserm, la Génopole et l’Université d’Evry, le tout nouveau projet I-Stem a démarré en janvier 2005 au sein d’un incubateur de projets scientifiques créé à Evry par l’AFM et Généthon.

      Son objectif : montrer, d’ici fin 2006, que les cellules souches embryonnaires humaines ont des potentialités thérapeutiques pour les maladies monogéniques. Sous la direction de Marc Peschanski (Inserm U421), l’équipe de lancement de 25 personnes travaille autour de trois programmes de recherche largement interconnectés.

      (...) Fin 2006, un premier bilan scientifique de l’activité d’I-Stem sera dressé à partir duquel il sera envisagé de créer un véritable institut consacré au développement des approches thérapeutiques liées aux cellules souches embryonnaires humaines pour l’ensemble des maladies monogéniques.

      © Téléthon - AFM

      Le soutien de l’AFM au projet de lancement d’I-Stem se traduit par :

      * un financement direct de 3 millions d’euros sur 2 ans (2005 et 2006), permettant notamment le financement de 13 contrats à durée déterminée * l’accueil de l’équipe dans un laboratoire équipé de 500 m2 * un accès privilégié aux services scientifiques et administratifs de Généthon

      Marc Peschanski, directeur scientifique de ce projet, commente : « Le fait que nous travaillions au sein d’une structure AFM-Généthon nous a permis d’être opérationnel très rapidement et avec les moyens nécessaires. L’AFM, grâce aux dons du Téléthon, soutient mes travaux en matière de thérapie cellulaire depuis plus de 15 ans. Aujourd’hui, grâce à ce soutien renouvelé, je peux aller plus vite dans des recherches totalement nouvelles, sur lesquelles seules quelques équipes au monde travaillent. Avec un but commun : guérir. »

      B - Etude BONAMI : Une nouvelle approche de thérapie cellulaire pour le cœur

      La thérapie cellulaire cardiaque représente une nouvelle approche thérapeutique très prometteuse dans l’infarctus du myocarde car elle vise à utiliser les propres cellules du patient pour réparer le cœur. (...) Pour la première fois en France, un essai de grande envergure, démarré en mars 2005, utilise dans cet objectif les cellules souches de la moelle osseuse.

      Conçue par les équipes médicales et de recherche de l’Institut du Thorax de Nantes et coordonnée par le Pr. Patricia Lemarchand de l’Institut du Thorax à Nantes, l’étude BONAMI (BONe marrow cells in Acute Myocardial Infarction) a pour but d’évaluer les effets de l’injection de cellules de moelle osseuse sur le processus de réparation du cœur après un infarctus du myocarde. Cette étude est réalisée grâce à un réseau qui réunit les CHU de Nantes, de Lille, de Créteil, de Toulouse, de Montpellier et de Grenoble, et l’unité INSERM U533 au sein de l’Institut du Thorax. Elle bénéficie d’un financement du programme national hospitalier de recherche clinique et de l’AFM, grâce aux dons du Téléthon.

      Les recherches expérimentales récentes ont permis de démontrer que certaines cellules immatures de la moelle osseuse sont capables de se transformer en cellules cardiaques et en cellules vasculaires dans les zones de l’infarctus. (...)

      L’étude BONAMI est réalisée sur des patients victimes de leur premier infarctus, de moins de 75 ans et ayant un infarctus sévère et récent. Plus de 37 patients ont été inclus à ce jour.

      (...).

      Cette stratégie thérapeutique présente un certain nombre d’avantages : les cellules sont obtenues sous simple anesthésie locale et ré-administrées au patient dans les heures qui suivent, limitant ainsi les manipulations des cellules.(...)

      © Téléthon - AFM

      Le deuxième objectif de cette étude est d’identifier des facteurs biologiques prédictifs de la réussite de la thérapie cellulaire. Comme n’importe quelle stratégie thérapeutique, la thérapie cellulaire cardiaque ne permettra probablement d’améliorer qu’une partie des patients atteints d’infarctus du myocarde. Il s’agit d’identifier, grâce à une analyse biologique approfondie des cellules souches de la moelle osseuse et du sang de chaque patient, le ou les sous-groupes de patients les plus susceptibles de répondre au traitement. Ainsi, dans un deuxième temps, sur un simple prélèvement sanguin on pourra prévoir si la thérapie cellulaire cardiaque est une stratégie thérapeutique avec une bonne chance de succès chez un patient donné.

      L’étude BONAMI permettra de quantifier l’effet bénéfique de cette nouvelle approche thérapeutique et d’identifier les patients pouvant en bénéficier. Elle est indispensable à un éventuel développement de la thérapie cellulaire cardiaque à grande échelle.

      C - Dystrophie musculaire des ceintures de type 2A

      1 : Thérapie génique réussie sur la souris

      La dystrophie musculaire des ceintures de type 2A est une des formes les plus courantes de dystrophie des ceintures. Elle est caractérisée par un déficit en calpaïne 3, (...)t. Sans calpaïne 3, le muscle ne s’adapte donc plus et les cellules meurent.

      Les signes cliniques de cette maladie apparaissent habituellement autour de 13 ans, (...) La perte de la marche survient habituellement 10 à 20 ans après les premiers signes.

      2 : Réussite d’une thérapie génique sur la souris

      Un essai de phase I sur l’Homme est dorénavant prévu à l’horizon 2007, dont le but sera d’étudier la tolérance de l’injection intramusculaire. Pour ce faire, les chercheurs de Généthon pourront s’appuyer sur la toute nouvelle unité de production de vecteurs à usage clinique, à Généthon, qui vient de recevoir la labellisation BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication) délivrée par l’Afssaps pour la production de vecteurs AAV.

      D - Maladie de Crigler-Najjar

      1 : Essai préclinique de thérapie génique réussi sur le rat

      Dans les années 1950, deux Américains - les docteurs Crigler et Najjar - découvrent une maladie à laquelle ils donnent leur nom : la maladie de Crigler-Najjar.

      Cette maladie monogénique se manifeste dès les premières heures de vie. Elle est causée par la déficience d’une enzyme du foie qui empêche l’élimination de la bilirubine, substance toxique pour l’organisme. Il s’agit en fait d’une jaunisse congénitale qui se prolonge toute la vie. Cette jaunisse « sans fin » peut entraîner, chez les enfants concernés, des atteintes neurologiques, cérébrales et neuromusculaires. Elle met en jeu leur pronostic vital du fait de la toxicité de la bilirubine.

      La maladie de Crigler-Najjar apparaît comme une maladie modèle pour la thérapie génique : un seul gène en cause et un seul organe concerné, le foie. En août 2005, l’équipe de Nicolas Ferry (biothérapies en hépatogastroentérologie - EE 0502 CIC-Inserm4, CHU de Nantes) a ainsi publié les résultats concluants d’un essai de thérapie génique sur un modèle animal naturel de cette maladie, le rat Gunn. Les chercheurs ont injecté dans le sang de rats malades âgés de deux jours des vecteurs viraux portant le gène codant l’enzyme manquante (appelée bilirubine uridinediphosphate glucuronosyltransférase). Six semaines après, les concentrations de birilubine sont apparues normales. La correction est encore effective 1 an et demi après. Les chercheurs s’attachent aujourd’hui à améliorer le vecteur utilisé et à le tester sur de plus gros animaux.

      Ces travaux ouvrent ainsi la voie à une application clinique pour la maladie de Crigler-Najjar. Ils permettent également de tirer des enseignements sur le transfert de gène dans le foie, enseignements utiles pour toutes les pathologies hépatiques.

      E - Maîtriser le rejet immunitaire

      1 : Une stratégie reposant notamment sur un « gène-suicide »

      Le Pr. David Klatzmann (UMR 7087 CNRS/UPMC « Biologie et Thérapeutique des Pathologies Immunitaires » et Service de Biothérapies, AP-HP) travaille au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les maladies auto-immunes ainsi que pour la maladie du greffon contre l’hôte, complication fréquente des greffes allogéniques de moelle osseuse (le donneur de moelle n’est pas le malade). Objectif commun de ces travaux : maîtriser la réaction immunitaire.

      Trois essais thérapeutiques sont ainsi prévus dont le premier vient de démarrer.

      a - Prévention de la maladie du greffon contre l’hôte (GVH) dans le traitement des leucémies :

      b - Prévention de la GVH dans le traitement les maladies auto-immunes avec myélodysplasie :

      Les maladies auto-immunes concernées sont les formes sévères de la polyarthrite rhumatoïde, la sclérodermie et les polymyosites. Dans un premier temps, seuls les malades justifiant d’une greffe pour des complications de leur traitement seront inclus.

      Pour ces deux essais utilisant la même technologie, l’AFM et l’AP-HP financent l’achat des lots de vecteurs. Le premier a déjà été produit ; le deuxième est actuellement produit en collaboration avec Généthon. L’AP-HP finance l’essai « leucémie » et l’AFM l’essai « maladies auto-immunes ».

      c - Administration de lymphocytes T régulateurs dans les maladies auto-immunes :

      Les lymphocytes T régulateurs (Treg) jouent un rôle majeur dans la prévention des maladies auto-immunes. Leurs potentialités thérapeutiques ont été largement démontrées chez la souris par de nombreuses équipes, et notamment pour les polymyosites par l’équipe du Pr. Klatzmann. Parallèlement, cette équipe a mis au point les conditions nécessaires à la purification et à l’expansion des Tregs humaines pour une utilisation clinique. Les données pré-cliniques et la méthodologie développées devraient permettre la mise en route en 2006 d’un protocole clinique dans les polymyosites.

      Par ailleurs, les cellules Treg pourraient potentiellement être utilisées dans des pathologies telles que le diabète, le lupus, la sclérose en plaques ainsi que pour le traitement des rejets de greffes. ###

      et si ça vous arrivait à vous ou à un de vos proches, auriez-vous la même démarche ?


      • claude claude 12 décembre 2007 18:05

        bonjour carpediem,

        je suis d’accord avec vous : les budgets se resserrent et donc par là même le montant des dons : les plus fauchés réduisent en moyenne de 10 euros : j’ai répondu au 3637 à strasbourg ce samedi, et j’ai vu que les sommes étaient moins élevées que d’habitude...


      • Fred 12 décembre 2007 16:12

        Le téléthon est l’exception française en matière de don à des oeuvres caritatives. Globalement, les français font preuve de peu de dons ; en 2000 il y avait 20 millions de donneurs avec 40€ en moyenne par an soit 3.33€/mois. Alors on peut y trouver toutes sortes d’explication comme le pouvoir d’achat, le fait que c’est à l’état de s’occuper du social... le fait est que quand il faut payer, la solidarité française a tendance à disparaitre. D’ailleurs je serais curieux de voir combien donnent nos célébrités souvent si rapides à se montrer à la télévision pour la bonne cause ou alors les politiciens de gauche.


        • geko 12 décembre 2007 17:57

          @L’auteur

          Je participais régulièrement au Téléthon il y a quelques années et je trouvais ça formidable et normal de penser et donner aux autres un jour dans l’année !

          Aujourd’hui j’en ai ma claque de voir la misère du monde commercialisée par des peoples pleins de pognons qui viennent s’acheter une belle identité histoire de mieux se vendre derrière ! Faire culpabiliser le petit français qui peine à boucler les fins de mois ! Et je ne vous parle pas des dons pour le Tsunani qui sont placés en banque et servent à péréniser l’existence d’ONG dont on ne sait plus trop à quoi elles servent !

          S’il est navrant que le téléthon voit ses dons diminuer, le montant du « magot » n’est rien en comparaison à ce que le contribuable donne pour financer la croissance des groupes pharmaceutiques, lire l’article ce jour : http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=2825

          Juste un petit extrait : Et combien coûte le plan psychiatrie-santé mentale 2005/2007 ? Plus d’un milliard cent cinquante millions d’euros attribués par le Ministère, c’est à dire par les contribuables Tout ça pour financer la consommation d’antidépresseurs !! Combien de vies pourraient on sauver s’il était investi dans la Recherche ? ...pas la recherche du profit hein !!!

          C’est pas téléthon le problème c’est le système de dupe sociale dans lequel il s’inscrit qui devient insoutenable !


          • 65beve 12 décembre 2007 22:06

            Bonsoir,

            On peut aussi rajouter une autre explication à cette baisse.

            Les gens acceptent mal qu’on leur demande un effort financier pour une oeuvre charitable alors que d’un autre côté, l’UMP fait profiter les plus riches d’un bouclier en or.

            Faut pas s’étonner que les gens soient dégoutés !

            Vive la soixanthuitude et le 3637 (qui fonctionnera encore qques semaines pour les retardataires).


            • Philou017 Philou017 12 décembre 2007 22:56

              Gilles-Eric Séralini, professeur des universités en biologie moléculaire à Caen, est l’un des grands spécialistes des OGM. L’auteur de « Génétiquement incorrect » (Flammarion, février 2004) est en effet expert depuis 1998 dans deux commissions gouvernementales françaises chargées d’évaluer les OGM avant et après leur commercialisation. Il préside également le conseil scientifique du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRII-GEN).

              Télérama : Alors que le Téléthon célèbre sa dix-septième année d’existence, quel bilan peut-on dresser de la recherche en thérapie génique ? Gilles-Eric Seralini : Il faut bien avouer que les promesses n’ont pas été tenues et que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes des malades et de leurs familles. Quasiment aucune maladie génétique rare n’a pu être soignée. Un des seuls exemples de réussite concerne les bébés-bulles, ces enfants atteints d’un grave déficit immunitaire qui les condamne à vivre en milieu stérile. Grâce à l’injection de cellules corrigées avec le gène normal qui leur faisait défaut, dix enfants ont pu rentrer chez eux. Mais, quelque temps après le traitement, deux d’entre eux ont développé, contre toute attente, une forme de leucémie. En fait, le concept même de thérapie génique ne fonctionne pas. On sait aujourd’hui qu’il ne suffit pas de remplacer un gène défectueux par un autre pour que tout s’arrange. Nous découvrons grâce au décryptage du génome humain que les gènes sont imprévisibles, qu’ils agissent en réseau, que la fonction de chacun peut en cacher une autre, qu’ils peuvent « se taire », c’est-à-dire ne pas développer la maladie dont ils sont éventuellement porteurs. Nous savons aussi qu’ils vieillissent, mutent, se réveillent, sont parfois mobiles... Bref, leur fonctionnement est multiple et complexe.

              Télérama : La thérapie génique n’offre-t-elle donc aucune perspective ? Gilles-Eric Seralini : Soyons optimistes. Elle reste toujours un espoir, mais seulement pour une petite minorité de maladies génétiques rares. C’est-à-dire celles dont le mécanisme est relativement simple et facilement identifiable. C’est le cas de certains bébés-bulles puisqu’ils semblent souffrir de l’absence d’une seule protéine. La France, qui avait suspendu ses expériences, les a reprises parce que les avantages du traitement ont été jugés supérieurs aux inconvénients. Dans d’autres pays, les recherches se poursuivent également. Mais, sur près de quatre mille malades, les succès sont extrêmement rares. Les laboratoires et les industries privées, en gardant leurs protocoles confidentiels, ne font que nuire aux avancées.

              Télérama : Depuis le décryptage du génome humain, qu’est-ce qui a changé dans la manière d’appréhender les maladies génétiques ? Gilles-Eric Seralini : Pendant longtemps, on a répandu l’idée trop simple qu’à chaque maladie correspondait un gène. Par exemple : tel gène défectueux égale une myopathie. Or l’équation est autrement plus compliquée. Ce n’est pas un mais plusieurs dizaines de gènes qui doivent agir en même temps. Les différentes myopathies dépendent d’une centaine de gènes ! Imaginer soigner une maladie avec un seul gène équivaut à vouloir arrêter des balles avec un sabre, les yeux bandés ! D’autant plus que lorsqu’on implante un gène dans le génome on ne sait pas maîtriser l’endroit où il va s’installer, ni sa régulation. Or, selon la place qu’il va prendre, les effets seront très différents. Et, de fait, médecins et chercheurs jouent à l’aveuglette. C’est en ce sens que la thérapie génique est un concept réducteur qui fait naître des espoirs démesurés lors des grandes collectes auprès du public.

              Télérama : Si la population y croit, c’est que médecins et chercheurs y croyaient eux aussi. Avez-vous le sentiment que beaucoup aujourd’hui partagent votre scepticisme ? Gilles-Eric Seralini : La plupart des spécialistes savent que la thérapie génique ne pourra être une solution simple ni généraliste, l’Académie des Sciences a d’ailleurs mis en garde sur ses limites. Elle a fait bien moins de progrès que la radiothérapie, la chimiothérapie, la chirurgie ou les études sur les cellules souches.

              Télérama : Vous mettez à mal une autre certitude : que les maladies génétiques ne sont que le fait du hasard et de l’hérédité. Gilles-Eric Seralini : En effet, la pollution aussi peut favoriser des mutations et être à l’origine de nombreuses maladies génétiques. La qualité de l’air, de l’eau et des aliments est donc très importante. Prenons le cancer du sein, qui est l’objet de nombreuses études. On sait aujourd’hui que plus de 90% des cas dépendent de facteurs environnementaux. La période la plus sensible est la vie fœtale, On a bien vu les effets de la pollution à Bhopâl, Tchernobyl, Seveso et autour de la mer d’Aral, par exemple. Les polluants sont ingérés par la mère puis transmis au fœtus, qui concentre ces substances, lesquelles vont aller se coller sur des gènes et créer des mutations. Vingt ans plus tard, ils peuvent provoquer des cancers. Et, de fait, les cancers augmentent chez les enfants dans les pays industrialisés. Selon nos recherches avec un professeur de Toulouse, Annie Leszkowicz, les fœtus humains peuvent emmagasiner plusieurs centaines de polluants sur leurs gènes. Ces résidus industriels, pesticides, toxines, gaz toxiques et cancérigènes se fixent sur les gènes les plus utilisés, ce qui va empoisonner en douce l’ensemble des fonctions de notre organisme, sans que l’on puisse prévoir quel organe ils vont toucher. C’est en cela qu’on peut parler de hasard. Mon collègue Charles Sultan, pédiatre au CHU de Montpellier, montre que les malformations sexuelles chez les nouveau-nés augmentent notablement chez les agriculteurs qui utilisent certains pesticides. Donc, arrêtons de culpabiliser les parents, de souligner l’hérédité des familles, et occupons-nous de l’environnement. On aurait sauvé des millions d’enfants si on avait mieux prévenu la pollution.

              Télérama : Pourquoi ce lien entre les maladies génétiques et l’environnement n’est-il jamais révélé publiquement ? G. E. Seralini : Parce qu’on ne l’a établi que très récemment. Les premières études remontent aux années 1980 et nous ne disposons d’analyses plus étendues que depuis dix ans. On commence à admettre la nocivité des hydrocarbures et des pics de pollution sur la santé publique (asthme, problèmes respiratoires, morbidité des enfants et mortalité des personnes âgées). Tant mieux, mais on passe sous silence tous les effets chroniques qui vont provoquer des maladies dans vingt ans, tout simplement à cause de certains gaz de voiture ou de pesticides. Des automobilistes qui respirent chaque jour dans les embouteillages vont développer des maladies sans qu’aucun médecin ne puisse dire quelle en est l’origine.

              http://www.decharge34.com/pages/page3t.html


              • parousnik 14 décembre 2007 22:58

                Et si plus simplement les gens en avaient marre de ces animateurs sans créativité, qui ne font que rabacher... depuis des lustres...Sébastien, Nagui,il y a 20 ans c’était difficile mais aujourd’hui ils font bailler. Et puis les artistes qui ont « la permission » d’apparaître a la télé ne sont certainement les plus interessants... il n’y a qu’a aller dans les petits théatres, petits cabarets etc... pour s’en convaincre...les gens en ont certainement marre de s’ennuier devant la 2, la 3...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

RichardLSTL


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès