Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Un mal trop présent dans notre société : l’anorexie

Un mal trop présent dans notre société : l’anorexie

Vouloir être de plus en plus maigre peut vite vous faire basculer dans l’anorexie. L’anorexie est une très grave maladie qui touche dans 90 % des cas les femmes au Canada, et presque 2 % des femmes dans la tranche d’âge 13-40 ans sont anorexiques. Les anorexiques ont une peur maladive de prendre le moindre gramme et sont obsédés par leur corps.

Combattre l’anorexie

Un grand nombre la dénoncent. C’est le cas par exemple du célèbre photographe Oliviero Toscani qui, en s’associant avec la marque Nolita, une célèbre marque de vêtements, lancera sous peu la campagne "No anoxeria". Sur l’affiche, une anorexique de 25 ans, Isabelle neige, qui a bien voulu se prêter au jeu. Cette jeune femme lutte depuis plus de 12 ans contre cette terrible maladie. Depuis ses 13 ans, elle n’a pas pris un gramme, elle mesure 1 m 64 pour 30 kilos. Dernièrement, elle a montré une réelle envie de s’en sortir et a réussi à se surpasser. Elle a pris un kilo en 6 semaines, comme elle se l’était fixé, et ose retourner à la piscine après de longues années d’absence... Courage Isabelle, tiens bon !

Des organismes et associations de soutien aux personnes atteintes de troubles alimentaires sont aussi là pour combattre la maladie, telle l’ANEB Québec (association québécoise d’aide aux personnes souffrant d’anorexie nerveuse et de boulimie).

Revendiquer sa maigreur

Malheureusement, des personnes, appelées les Pro Ana, majoritairement des filles, sont là pour faire l’apologie de la maigreur : "Manger peu, manger mieux". Ana serait la personnification de la maladie et elles s’adresseraient à elle, Ana, lui confiant ce qu’elles mangent et le nombre de calories correspondantes. Vous les reconnaîtrez au port d’un petit bracelet rouge. Beaucoup d’hébergeurs Internet font la chasse aux sites Pro Ana, aux forums, mais il en existe pourtant une grande quantité. Sur ces sites, nous pouvons retrouver les dix commandements des Pro Ana. Ils sont les suivants :

1. Si tu n’es pas mince, tu n’es pas attirante.

2. Etre mince est plus important qu’être en bonne santé.

3. Tu dois t’acheter des vêtements étroits, couper tes cheveux, prendre des pilules diurétiques, jeûner... Faire n’importe quoi qui puisse te rendre plus mince.

4. Tu ne mangeras point sans te sentir coupable.

5. Tu ne mangeras point de nourriture calorique sans te punir après coup. 6. Tu compteras les calories et restreindras tes apports.

7. Ce que dit la balance est le plus important.

8. Perdre du poids est bien, en gagner est mauvais.

9. Tu ne peux jamais être trop mince.

10. Etre mince et ne pas manger sont les signes d’une volonté véritable et de succès.

En les affichant ainsi, je ne veux pas en faire l’apologie. Selon les experts médicaux, les risques pour la santé des personnes suivant ces commandements peuvent être très graves. Dans 20 % des cas, cette maladie est mortelle. A force de ne plus s’alimenter correctement, des carences et des faiblesses apparaissent. Notre corps n’est plus à même de lutter contre la moindre infection. Ce fut le cas de la célèbre mannequin Ana Carolina Reston, morte à 21 ans des suites de son anorexie.

L’anorexie est une maladie du quotidien qui peut s’avérer très grave. Les personnes atteintes n’ont d’autres choix que de la supporter, jour après jour, impuissantes. Comme toutes les maladies, il faut la combattre et ne jamais baisser les bras.

Sources :

http://amabilia.com/contenu/societes/sec08_260e.html

http://www.servicevie.com/02Sante/Sante_ados/Ados060999/ados060999.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • GRL GRL 19 juin 2007 15:05

    Salut à toi Orely.

    Allez , j’ose un contournement de la problématique médicale pure, pour essayer de parler de l’ancrage social d’un tel phénomène. Tout d’abord , j’ai déjà pu croiser une femme anorexique , et celà est vrai , il y a quelque chose de glaçant à la vue d’un corps décharné. Et je n’irai pas chercher midi à quatorze heures , ce qui est glaçant , c’est que le corps en question évoque tout simplement la mort. Et de plus lorsque ce corps se meut devant toi , lorsque tu devines clairement toute la mécanique osseuse d’un bassin , d’un squelette , lorsque les veines deviennent saillantes , tu as vraiment une impression d’irréel et de macabre. « Comment fait elle ? » sous entendu , ... pour vivre .

    Alors suis moi un instant , on prend l’avion , et go pour l’Afrique de l’ouest. Tu as une amie anorexique que tu voudrais aider , c’est elle que tu dois emmener, alors j’ose te dire celà, payez vous un voyage et déboulez en Cote d’Ivoire, ou au Mali par exemple. Les gens y sont si accueillants mais les critères de beauté y sont inversés par rapport à l’Europe.

    A mon avis tout est là , faire toucher du doigt nos différences à une personne souffrante qui se protege avec un argumentaire social , d’une spirale psychique puis corporelle qui peut malheureusement entrainer la mort. Cà vaut bien un voyage. Mais précisons.

    Alors , que la femme Européenne rencontre la femme Malienne . Qu’elles nouent amitié , qu’elles parlent un peu des hommes , qui là bas aiment les femmes rondes , et plus précisément , où la poitrine n’est pas un critère de beauté car elle est liée à la maternité , et donc fonctionnellement dédiée aux enfants , mais où le ventre et les fesses rebondies font tourner la têtes aux plus beaux gars , ...

    Passer un peu de temps avec l’autre , pour tenter de déraciner l’ancrage social d’un problème typiquement occidental , et completement paradoxal pour une Africaine. Laisser s’exprimer les paradoxes dans le dialogue entre femmes. Sur cet autre continent, si tu es maigre, c’est que tu ne manges pas ... jusque là , c’est pareil que chez nous , mais si tu ne manges pas , c’est que tu es pauvre et que tu ne peux pas. Et c’est ici que l’échange peut etre libérateur. Au plus tu te rapproches de la survie, au plus les formes sont joie et générosité. Alors il faut peut etre aller la toucher du doigt , cette survie , parler avec ceux et celles qui ont su s’y adapter depuis tres longtemps.

    En occident , le problème est dans la bonne/mal/bouffe. Les gros sont ceux qui se négligent ou qui bouffent de la nourriture « populaire » ( hamburger coca , le fameux duo ) toute leur vie. Et dans le continent du contraire , on ne s’interesse même pas aux fruits et légumes , même si il y en a , parce qu’avec le peu d’argent que l’on possede , n’est valorisé que le consistant , le protidique , le calorique , le riz et la viande.

    Un lien, Orely , avec le « manger pour vivre » est une experience que je tenterai volontiers si j’avais par exemple , une amie anorexique. Un échange, loin de chez nous, loin des lobbies et de la propagande, loin du regard des modistes , des hommes qui aiment les femmes lorsqu’elles ont des physiques d’enfant, loin de nos civilisations dans lesquelles, on ne veut plus grandir, dans lesquelles une femme refuse jusqu’à la mort de ressembler un jour ... à sa mère. Ces femmes anorexiques , sont entre vie et mort et paradoxalement , ce sont aussi des « immortelles » , leur rapport au temps est faussé , elles refusent de vieillir, elles n’acceptent pas que les années glissent sur elles , creusant les petits sillons , les petites signatures temporelles qui comme l’aspect de nos mains , nous racontent à l’autre , parfois mieux que par de longs discours.

    Alors une expérience , en avant pour les pays ou le temps est une philosophie , où sans patience , où sans épouser le temps , la mort devient certaine. Regarder le corps d’une femme là bas , y voir la musculature , y voir l’absolue nécessité de développer un corps puissant, et ne pas douter , parce que rien là bas ne laisse la place au doute de l’utilité de son corps, dans les rues de terre et de poussiere , sous la chaleur écrasante.

    Renouer avec la faim , dans un endroit où elle ne peut etre jugée , et y partager le plus précieux , un repas , et peut etre , recommencer à sourire... Renouer à soi ses racines humaines, pacifier avec le temps, et peut etre tenter de guérir.

    Bien pour toi , GRL


    • sophie sophie 3 juillet 2007 07:52

      Et on pourrait aussi emmener une personne souffrant de depression voir des gens heureux ou emmener un leucemique voir quelqu’un en bonne santé ... l’anorexie est une maladie, pas l’effet d’une mode. lui montrer ce qu’il n’est pas ne va pas la faire guerir, l’anorexique prefererait ne pas etre malade


    • rod 19 juin 2007 16:24

      Les anorexiques souffrent d’un trouble comportemental...c’est navrant pour eux mais je ne vois pas trop l’intérêt de l’article, quelles questions ou problèmes veux-tu poser ?

      Je pense que la société reconnaît très largement les anorexiques comme des malades et les traite avec respect...ce qui n’est pas le cas pour d’autres malades comme les dépressifs (les dépressifs étant considérés comme des faibles[par tout les crétins au QI voisin de celui d’un mollusque] ....)


      • ka 19 juin 2007 17:00

        L’anorexie : maladie mentale n’est pas forcément liée au départ à une envie de maigrir. C’est la manifestation physique d’un problème psychologique. Les anorexiques en perdant du poids ont l’impression de se décharger de certains problèmes comme les boulimiques pensent combler un manque en mangeant trop. En ce qui concerne le mannequin brésilien cité dans l’article c’est différent parce que l’entourage professionnel a une part de responsabilité. Cette femme était issue d’un milieu modeste et grace au mannequinat a trouvé une chance de s’en sortir, de gagner beaucoup d’argent rapidement. Elle voulait offrir des conditions de vie plus confortables à ses parents notamment en leur faisant construire une maison qui malheureusement est restée en chantier et la seule façon pour elle de pouvoir décrocher des contrats c’était de perdre du poids puisque certains n’ont pas hésité à lui dire qu’elle était trop grosse alors qu’elle était superbe.

        Les pro-anas qui sévissent sur internet sont un poison. Les gainers qui elles font tout pour prendre du poids et grossir prennent elles aussi des risques non négligeables pour leur santé.

        Si les régimes miracles qui fleurissent dans les magazines féminins surtout en ce moment avec l’arrivée de l’été ne sont pas des incitations à l’anorexie, ils sont tout de même dangereux parce que beaucoup de femmes qui veulent maigrir se voient proposer des régimes censés être efficaces rapidement. Le problème c’est que le plus difficile ce n’est pas de perdre du poids le plus difficile c’est de garder son nouveau poids après le régime. Beaucoup de femmes n’y arrivent pas et tombent dans ce que l’on appelle l’effet yoyo, le corps ne suit plus avec ces alternances de poids et la santé physique et mentale en prennent un coup.


        • chris 19 juin 2007 18:27

          L art est le representation d une societe : regarder les peinture du XIX ou l impressionisme et vous verrez des femmes plantureuses , tres blanche , le must du must a une periode etait d avoir les dents noires... En Inde , l obesite est un signe d abondance et de richesses ce qui etaient le cas dans les pays occidentaux. Maintenant c est la minceur : le probleme est l age des mannequins de plus en plus jeune qui ne sont pas anorexique mais qui en prenant de l age ne peuvent pas garder ce corps d adolescente et le deviennent....Il y a tjs une sorte de mimic des puissants maintenant la representation des puissants a changer mais la copie est tjs la : c est le fondement de la mode...

          Il n y a pas d anorexie en afrique mais les problemes de decoloration de la peau et en Asie le debridage ....

          Un element inportant : l anorexie et sutout les problemes de compulsions alimentaires masculine tres tabou et pourtant en fort developpement.


          • Aziraphale Aziraphale 19 juin 2007 22:28

            Bonjour Orely, je suppose que désespérant de ne voir qu’un ou deux lecteurs sur Naturavox tu auras fini par le publier ici(une bonne chose). Sujet toujours intéressant pour lequel je remets le commentaire que j’en avais fait, en essayant toutefois de l’améliorer :

            "Votre article a le mérite de pointer un dysfonctionnement grave du comportement alimentaire. Pourtant tout comme Cécile, j’aurais préféré que vous exposiez plus clairement les risques liés à la maladie plutôt que les 10 commandements de l’anorexie annoncés par cette ange de la mort qu’est cette ana.

            J’aimerais aussi dire qu’il y a une manière simple de savoir si on franchit un seuil dangereux : l’IMC (indice de masse corporelle). IMC = poids/taille (en mètres) au carré. Exemple : 50kg pour 1,65m IMC = 50/(1,65*1,65) =18,36 => un poids inférieur à la normale. Le poids optimal en terme de santé se situant entre 18,5 et 24,9. Ce rappel étant un appel au bon sens pour toute jeune fille qui n’a pas encore sombré dans cette maladie mais qui voit l’effet de mode qu’Ana a instauré et serait tentée... Donc, hormis l’IMC voici quelques raisons qui font des 10 commandements d’Ana une doctrine bien dangereuse.

            Ici, nous parlons d’anorexie donc sachez que l’anorexie entraine :
            - maigreur
            - des troubles hormonaux avec aménorhées (abscence des menstruations), baisse de la libido.
            - Une dénutrition qui elle même entraine une fonte musculaire avec asthénie (grosses fatigues).
            - Une altération des phanères (peau, ongles,cheveux) qui en l’absence d’éléments nutritifs vieillissent prématurément.
            - des troubles circulatoires visibles aux extrémités (mains, pieds violacés,bleutés...).
            - des oedèmes de carences
            - de la constipation.
            - des chutes de tension, un ralentissement anormal de l’activité cardiaque et un désordre des électrolytes nécessaires au fonctionnement de l’organisme tel que le sodium ou le potassium.
            - une femme amoindrie de cette manière est affaiblie et présente plus de danger à se retrouver face à une maladie infectieuse.
            - risque de mort par dénutrition, maladie devenant alors une urgence médico-psychiatrique.

            Pour des jeunes filles qui seraient tentées par un effet de mode, par pitié réfléchissez car ce serait de l’autodestruction, le suicide lent et douloureux.Ce n’est absolument pas un mode de vie mais un mode de mort.

            Pour d’autres jeunes filles qui ont en elles une souffrance telle qu’elle les envahie, qu’elle devient intolérable pour ces personnes qui la subissent et n’ont pu trouver seules d’autre défense que d’essayer de la tuer en malmenant leurs corps, je sais que connaitre ces faits ne sont pas d’une grande aide. Pourtant des personnes comme Neige ont trouvées les réseaux, les lieux qui permettent d’aider à faire jaillir une étincelle qui raccroche à la vie et donne envie de se battre contre cet enfer intérieur. Voilà, ce que je voulais vous dire avec mes mots et je le précise car vous connaissez et êtes d’autant plus consciente de votre problématique intérieure que moi ainsi que tout ceux qui l’ont vue mais pas vécue.


            • Aziraphale Aziraphale 23 juin 2007 20:21

              marrant minou...lol


            • maxim maxim 23 juin 2007 18:23

              c’est quelque chose d’affreux à vivre ,ma fille il a quelque années a été confrontée à cette maladie ,voulant faire comme une amie qui avait soit disant quelques kilos en trop ..... et l’escalade a commencée ,pour finir dans un hopital avec une tentative de suicide ......

              elle a réussi à reprendre une vie normale petit à petit ,mais elle a toujours ce complexe de ligne dans sa tête alors que c’est vraiment une très jolie fille de 26 ans ....et qu’avant sa crise elle était tout à fait ravissante ,mais quand on se met quelque chose dans le crane ,et que l’on fait une fixation dessus ,qui peut arriver à convaincre quelqu’un qui ne veut rien entendre ??? et si de jeunes personnes étaient tentées de se lancer dans cette course à la connerie ,je les en dissuade ,ça risque bien souvent de mal se terminer.......


              • Bof 23 juin 2007 21:42

                Et si l’on acceptait de chercher le dénominateur commun parmi tous les parents qui ont des enfants anorexiques !!! Il faut bien reconnaitre que la médecine et ses régimes sont lamentables . Les résultats sont très peu brillants malgrè les principes de régime alimentaire ,les connaissances sur les molécules chimiques...etc... Un Être Humain semble être autre chose qu’un avaleur d’aliments ou de molécules chimiques . Qui forme des enfants anoréxiques ?


                • Aziraphale Aziraphale 23 juin 2007 23:23

                  @bof

                  Bonjour, Oui, il est évident que l’anorexie n’est pas un trouble purement médical. Les conséquences visibles, celles qui donnent le signal d’alerte souvent, celles qui font que les personnes sont hospitalisées, sont de l’ordre du physiologique et du médical.

                  Effectivement les interactions au sein de la famille sont à prendre en compte. Avec un bémol cependant car il ne s’agit pas de culpabiliser les familles ni les personnes souffrant de cette maladie.

                  La complexité de la situation étant à mes yeux que la personne malade est, comme tout un chacun, un être sensible qui se forge ses représentations en fonction de ce que son environnement lui renvoi et en fonction de ce qu’il est. D’autre part, la personne se forge aussi par les périodes de vie qu’elle traverse et pour lesquelles elle n’a pas forcément de stratégie de défense efficace. Soit qu’on n’ait pu lui apprendre, soit que celles qu’on lui a apprises sont inefficaces, soit qu’elle n’ait pu élaborer les siennes propres de manière efficace.

                  Toutes les stratégies de défenses ont leurs revers mais ce qui en fait une stratégie inefficace c’est la souffrance et la douleur engendrée par un procédé censé être un espace « tampon » pour faire face à un problème rencontré et pas encore résolu.

                  L’anorexie en tant que réaction à un conflit interne représente bien une stratégie de défense inefficace.

                  A votre question « qui forme des enfants anorexiques ? », je vous répondrais donc qu’il n’y a pas une personne qui soit responsable de cette maladie mais bien une intrication entre différents facteurs liés au caractère inné d’une personne, au développement psycho-social de la personne, liés à l’environnement, à la famille et aux difficultés de vie rencontrées. A partir de là, il devient difficile d’en trouver un cause bien définit car elle est différente pour chacun.

                  L’important étant de trouver pour chacune des personnes souffrant d’anorexie, le problème qui a fait adopter cette stratégie de défense et d’adaptation.

                  Ceci n’est qu’un point de vu inspiré de ce que j’ai pu voir et appris. Sinon, concernant les parents en tant qu’acteurs de divers désordres affectifs, il y a un livre intéressant qui met en évidence certains types de liens nocifs pour se construire du mieux possible :

                  « PARENTS TOXIQUES Comment se libérer de leur emprise » par Susan FORWARD


                • Bof 11 juillet 2007 08:39

                  Vous écrivez :L’important étant de trouver pour chacune des personnes souffrant d’anorexie, le problème qui a fait adopter cette stratégie de défense et d’adaptation.

                  Et bien, si des personnes avaient , non pas un traitement mais des moyens de parvenir à « maîtriser » les accepteriez-vous ? Je pense à l’exploitation d’écrits tq dans de vieux livres Français mais surtout dans la littérature du Canada. C’est à dire que ces personnes semblent ne pas savoir qui elles sont vraiment. Je sais, cela fait très Walt Disney ...mais, si ça marche ??? s’il y avait plus de vérité que prévue dans ces livres ??... Bien sûr, cela ne vient pas de grands pontifs ,mais il y a une certaine légèreté dans ces personnes et elles nous le laisse prévoir ; POUR LES PARENTS , je pense que ce seront eux qui pourraient vérifier ce que je perçois ,je n’ai jamais pensé qu’ils étaient responsables mais je pense que c’est en groupe que la solution émergera des problèmes médicaux que la recherche en médecine ne peut plus trouver.Nous étions les 1er au monde en 1981, nous sommes dans les 35ème ...par contre, ce problème semble accessible . Ma phrase : qui forme des enfants anoréxiques ? semble en contradiction avec ma pensée que les enfants sont le reflet-miroir des parents , mais cette question s’adresse à la société , dont la pensée unique , avec des êtres Humains « uniques » , faits dans le même moule, est responsable à mes yeux.

                  En conclusion : on veut vraiment s’en sortir ? ça ne coûte rien d’autre que des échanges verbaux mais qui risqueront d’être très surprenants sur la constitution des Êtres Humains. Une personne comme vous semble tout à fait capable de mener cette recherche avec les parents qui accepterons de >surveiller-analyser-affiner< les actions de leurs enfants.


                • Aziraphale Aziraphale 19 juillet 2007 00:29

                  Bonjour Bof,

                  « si des personnes avaient , non pas un traitement mais des moyens de parvenir à »maîtriser« les accepteriez-vous ? Je pense à l’exploitation d’écrits tq dans de vieux livres Français mais surtout dans la littérature du Canada. C’est à dire que ces personnes semblent ne pas savoir qui elles sont vraiment. »

                  Je suis d’accord avec vous, trouver ses propres ressources pour se construire me semble indispensable. Même si un traitement médical peut-être nécessaire pour soulager un symptôme qui devient intolérable, il doit être mis en lien avec un travail sur soi qui nécessite un travail de recherche. Recherche en soi pour se comprendre objectivement sans parasitage avec des jugements de valeurs élaborés par nos représentations de ce que nous sommes sensés être. Et recherche de ressources extérieures que ce soit des personnes, des livres, des activités comme le théatre par exemple. Toute ressource est bonne à prendre pour permettre la continuité d’une réflexion et du travail sur soi.

                  « Je sais, cela fait très Walt Disney ... »

                  Walt Disney a du bon ! Il n’y a qu’à voir le livre de Bruno Bettelheim « la psychanalyse des contes de fées ». Il montre comment ces histoires forment l’individu, répondent à des situations anxiogènes qu’il faut résoudre...

                  « mais, si ça marche ? ? ? s’il y avait plus de vérité que prévue dans ces livres ? ? »... Bien sûr, cela ne vient pas de grands pontifs ,mais il y a une certaine légèreté dans ces personnes et elles nous le laisse prévoir"

                  D’accord avec vous !! Les « grands pontifs » sont certainement très compétent dans leur domaine mais votre domaine à vous...c’est en premier lieu vous même ! Vous êtes donc en mesure de savoir avec quoi vous vous sentez en phase, capable de travailler sur votre évolution. Et à chaque pas, à chaque niveau d’évolution personnelle, vous vous tournerez vers de nouvelles ressources.

                  Il y a bien des moments où une personne ressource est néssessaire pour vous faire franchir un passage où on se dit « je n’y arrive plus, je tourne en rond ». C’est pourquoi en parler avec un psychothérapeute avec qui vous vous sentez en lien, est aussi important.

                  « En conclusion : on veut vraiment s’en sortir ? ça ne coûte rien d’autre que des échanges verbaux mais qui risqueront d’être très surprenants sur la constitution des Êtres Humains. »

                  S’exprimer est essentiel, ne pas garder des émotions négatives, ne pas les refouler quitte à effectivement se montrer différemment de ce qui est généralement attendu d’un individu dans une société donnée. Raison aussi pour laquelle une activité comme le théatre peut aider à s’exprimer en mettant en scène (donc à l’extérieur de soi) ces émotions refoulées.

                  « POUR LES PARENTS , je pense que ce seront eux qui pourraient vérifier ce que je perçois ,je n’ai jamais pensé qu’ils étaient responsables mais je pense que c’est en groupe que la solution émergera des problèmes médicaux que la recherche en médecine ne peut plus trouver. »

                  Oui, ce serait l’idéal. Avec un bémol cependant, les parents ne savent pas toujours comment réagir face à une difficulté avec son enfant. Il faut du temps pour que cela se mette en place.

                  « Ma phrase : qui forme des enfants anoréxiques ? semble en contradiction avec ma pensée que les enfants sont le reflet-miroir des parents , mais cette question s’adresse à la société , dont la pensée unique , avec des êtres Humains »uniques« , faits dans le même moule, est responsable à mes yeux. »

                  C’est ici LA difficulté pour un adolescent, trouver qui il est et avec ce qu’il est avoir son propre raisonnement, sa propre reflexion qui va couper la fusion avec ses parents et se poser là en tant qu’individu et plus tard en tant qu’adulte. Et le chemin n’est pas facile mais permet d’en sortir grandit et rend capable de faire face de mieux en mieux aux difficultées rencontrées.

                  « Une personne comme vous semble tout à fait capable de mener cette recherche avec les parents qui accepterons de >surveiller-analyser-affiner< les actions de leurs enfants. »

                  Voulez vous dire être une personne ressource qui fait le lien entre l’adolescent et ses parents ? Que voulez-vous vraiment dire ?

                  J’espère vous relire bientôt Bof. En attendant, prenez soin de vous et au plaisir de discuter avec vous.

                  Amicalement,

                  Aziraphale


                • Halman Halman 30 juin 2007 12:20

                  Rien qu’hier soir en faisant mes courses, j’en ai vu deux à la caisse, et tout un groupe d’à peine 15 ans dans le rayon des biscuits et chocolats hurler des « mais je vais pas bouffer ça je vais encore devoir me faire vomir ! »

                  Et en rigolant joyeusement, totalement inconscientes en train de se détruire consciencieusement la santé, parce que c’est la mode.

                  Je pense qu’il y a deux types d’anorexiques, ceux chez qui c’est une maladie et qui en souffrent et ceux pour qui c’est beau, c’est la mode, alors c’est bien.

                  Et certains psychologues, en coeur avec les parents de dire « c’est normal, ce n’est pas grave, c’est l’adolescence cela va se passer ».

                  Mais dans quel monde vit on !


                  • Bof 19 juillet 2007 09:23

                    Bonjour Aziraphale, A ce stade, si j’avais « la » solution, je crois que j’oserais vous l’écrire. Dans l’énoncé de ce problème, il faut que vous sachiez certaines choses sur moi. En 1972-1973 ,nos prof. nous promettaient la guérison du cancer pour 1985.. , toute la recherche a été abandonnée pour « une(des) autre direction » ,le Canada semble y revenir partiellement actuellement . + les scandales médicaux tq sg contaminé , vaches folles..jusqu’au vioxx où j’ai même téléphoné au labo. pour des faits qui me troublaient et j’y ai été rassuré. J’ai donc tout abandonné et me suis replié sur des livres dont le monde médical a affirmé qu’ils ne mèneraient à rien ,je les ai donc choisi selon ce critère. + Un grand ami cultivateur a découvert , par hasard ou plutôt par « portefeuille vide » le fait impossible qu’un moteur peut très facilement fonctionner avec 1:2 de carburant pour son tracteur . Le procédé a été utilisé en 1940 par les avions Anglais ,il fallait mettre de la vapeur d’eau au lieu de l’eau. ’(de l’eau mis sur de la graisse à frites met le feu dans la maison != le principe appliqué au moteur ! ). Tout ceci fait que lorsque je pressens que quelqu’un peut faire quelque chose , je lui dis . Quand la recherche disons « officielle » ne trouve pas/plus , la solution est peut-être toute proche et nous pouvons alors la trouver. Il n’y aura pas de gloire, pas de grandes théories mais une application de ce que d’autres savent mais ne disent pas.(les moteurs Anglais étaient à changer tandis qu’avec la vapeur ils semblent préservés + la pollution diminue). Je me suis mis à « dévorer » les livres de Janine Fontaine , réanimatrice ...des 1er transplantés , dont celui qui parle de la Vie : « La Vie vient du dehors » et « 20 ans après médecin des trois corps ». Ai-je raison ?? , mais un Être Humain ne serait pas la chair et les os . Un corps éthérique serait l’interface entre des mondes supérieurs et le corps physique dense. Et je ne suis pas dans la religion, du moins , j’en suis certain. «  »Voulez vous dire être une personne ressource qui fait le lien entre l’adolescent et ses parents ? Que voulez-vous vraiment dire ? «  » : Je veux plutôt dire faire le lien entre les adolescents et surtout entre les « parents mis en état d’interrogation » . Je suis certain de trouver que les « malades » ont une constitution un peu différente des autres Êtres Humains (la Biodiversité ?) comme on le comprend en lisant les livres de HP Blavatsky et surtout plus facile à lire de Alice A. Bailey. Pour la phrase «  »:Oui, ce serait l’idéal. Avec un bémol cependant, les parents ne savent pas toujours comment réagir face à une difficulté avec son enfant. Il faut du temps pour que cela se mette en place.«  » il est question simplement d’indiquer des repères ,des faits , qu’une personne comme vous pourrait « rassembler ». + il me parait très curieux votre insistance pour le théatre car cela « frôle » ma certitude sur l’état de conscience ou plutôt de « Constitution » que je pressens fortement dans « ces demoiselles ». Je reviens à Walt Disney ! elles sont si légères ! Lègères et le monde médical ne s’en sort pas ! = « ma » raison pour regarder à coté.


                    • Aziraphale Aziraphale 19 juillet 2007 11:08

                      Bonjour Bof,

                      après avoir fait un tour sur le net pour rechercher les références que vous avez mentionné, je vois mieux de quoi vous parlez.

                      Pour commencer, je dois dire que je ne suis pas adepte d’une quelquonque théorie donc j’aurai du mal à me positionner sur le bien fondé de l’adhérence à telle ou telle théorie.

                      Cependant, il me semble que ce qui peut-être effectivement utile est cette recherche de spiritualité pour donner du sens à des évènements difficilement supportables. Le tout étant de ne pas dériver vers des pratiques dangereuses pour soi ou pour les autres.

                      C’est hélas tout ce que je peux vous dire.

                      Aziraphale


                    • Bof 19 juillet 2007 22:49

                      Bonsoir Aziraphale, Je suis désolé de vous avoir fait passer du temps . Il est si précieux . Par contre, je dois dire que ,moi non plus ,je ne puis supporter la spiritualité avec ce qui va avec. Par contre, je suis bien décidé à prendre les idées où elles se trouvent , et à l’origine , pas par résumé. Ainsi , j’ai retrouvé pour l’anoréxie ce que j’avais compris dans les films de Walt Disney : il existe sur notre terre différents Êtres Humains. Et nous devons tous nous aimer.

                      Il n’est pas question d’adhérer à une quelconque croyance . Il faudrait trouver quelqu’un d’attentif , qui accumulerait les observations des parents ,et toutes les observations . Personne ne peut savoir où cela aboutira . Les idées de départ sont faites pour être bousculées ,jetées ou acceptées . Là est « le » problème car les conclusions risquent de bousculer à son tour celui/ceux qui suivent cette compulsion d’observations . La façon qu’ont les spécialistes d’aborder ces malades ne semble pas être la bonne . Il y a trop d’idées préconçues . Il faut donc chercher une autre façon .On revient ensuite aux théories si cela s’avère utile . Seule l’aide aux autres doit être le but . Il semble bien que pour des anoréxiques cette voie semble efficace et assez rapide . On peut toujours commencer par le corps éthérique qui est l’interface des « corps » supérieurs dont le mental...on replace ainsi la personnalité dans la société (c’est la même matière éthérique qui constitue la terre et les êtres vivants) selon les livres de janine Fontaine . Ceci complète bien les jeux du théatre pour le mental dit « supérieur » !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès