Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Un prochain printemps silencieux ?

Un prochain printemps silencieux ?

Je ne suis pas un écologiste. Elevé pourtant à la campagne, j’ai trop vécu dans les odeurs d’essence et d’huile, dans le garage de mon père, trop lu d’ouvrages sur la mécanique pour aimer la nature véritablement, et j’en suis bien désolé pour ceux qui aiment. Si je travaille aujourd’hui autant avec des imprimeurs, c’est parce que c’est le seul endroit où l’on allie ordinateur et mécanique. Les odeurs d’encre, celle du papier, etc, à la place de la froideur informatique. J’ai passé ma jeunesse, pourtant, à faire une collection d’insectes, ce qui m’a bien rapproché de la nature, il est vrai. J’en ai passé des heures à attendre la sortie d’un papillon, sa chysalide nichée dans une vieille souche. Ou à regarder les minuscules petits creuseurs de galeries que sont les scolytes... et autres bostryches. Mais invariablement, aujourd’hui encore, n’aimant pas trop le soleil, en vacances dans un super paysage, me vient vite à l’esprit le sketch de Coluche : "bon allez, c’est beau, on se casse". C’est ainsi, et il est trop tard pour me changer. Mais il y a une chose que je ne comprends pas à propos de la nature : on la saccage depuis des siècles, des gens le disent et l’écrivent, et rien ne change. Pourtant, les symptômes alarmants sont là. Et ce, depuis longtemps déjà. Une chose à laquelle j’ai été sensibilisé assez tôt, pour tout vous dire.

Aujourd’hui, c’est un entrefilet en provenance des USA qui nous alerte. Un flash qui nous annonce tout simplement l’extinction quasi complète des chauve-souris dans le Connecticut. Après les abeilles, les chauve-souris ? Une population détruite par le fungus, un champignon dont le symptome chez l’animal est l’apparition d’un nez tout blanc. Dans un rapport daté du 17 mars, Jenny Dickson, une chercheuse au Connecticut Department of Environmental Protection décrit dans le détail l’extension inexorable de la maladie chez les visiteurs du soir. Son alerte a été reprise par la Fac de Lille, à qui on doit ses éléments d’infos. Le problème, c’est que les chauve-souris sont des migratrices, comme les oiseaux, et se réfugient l’hiver pour partir ensuite vers le Vermont ou le Massachussetts, ou même New-York, où selon notre biologiste elles sont déjà toutes mortes. A partir de 2006 on a en trouvé mourantes sur la neige, émaciées, cadavériques, luttant contre le fungus et en ayant dévoré toutes leurs réserves de graisse. La maladie s’étend désormais jusque dans le New Hampshire et la Virginie. Or, des chauve-souris qui meurent, ce sont des centaines de milliers sinon de millions d’insectes qui ne seront pas dévorés. Dans son rapport, notre chercheur craint donc une augmentation sévère du nombre de cas de Virus du Nil, dont on connaît les ravages chez les êtres humains.

La raison de la disparition des dévoreuses d’insectes est pourtant connue : si elles s’affaiblissent autant, et ne peuvent lutter contre le champignon qui les tue, c’est à cause... des pesticides, qui favorisent chez elles l’apparition du champignon mortel, pensent certains chercheurs. "One scenario that worries wildlife scientists is increased use of pesticides. If farmers see that a crop-eating insect has landed on their fields, they call in crop-dusting planes or truck-sprayers right away, which then encourages other farmers to order spraying. Without enough bats to protect crops, farmers might be tempted this year to use more pesticides, a chemical chain-reaction that can affect people, wildlife and nearby streams, Tuttle and other experts said.". Le même problème que pour les abeilles, certainement. Et cela, on le sait pourtant depuis longtemps. Pour ma part, c’est depuis août 1963 maintenant.

En effet, car je vous ai déjà aussi raconté être depuis très longtemps le collectionneur d’une revue américaine bien particulière, "Mécanique Populaire" ("Popular Mechanics"), le parfait résumé de la société américaine dans toute sa splendeur.. mécanique. Les seuls articles sur la nature dans cette revue sont ceux consacrés à la chasse. Comment graisser son fusil pour traverser sans encombre des marais, comment faire pour vos enfants une cabane en haut de l’arbre de votre jardin, à grands coups de tronçonneuse, ou acheter le tout nouveau "Husky Duck" de Warren Neumann, un "canot amphibie pour chasseurs de canards", un engin à 6 roues, etc (l’engin connaîtra après son heure de gloire sous des tas d’autres marques). Bref, rien de très orienté écologie. Et puis soudain, un coup de tonnerre qui va beaucoup me marquer. Un article mis en première, sur la couverture présentant un prototype de catamaran Boeing à réaction, un titre intriguant pour le jeune adolescent que j’étais : "Etait-ce vraiment un printemps silencieux", signé C.Hicks, le rédac-chef, à partir de l’ouvrage de Rachel Carson. Mon premier contact véritable avec l’écologie, et, pour tout dire, une claque magistrale, la seconde étant ensuite les ouvrages géniaux de René Dumont, dont ce magnifique "l’Afrique Noire est mal partie", dont je ne me lasse toujours pas. Dans l’article prémonitoire de Carson, on évoquait l’un des ouvrages clés de la pensée écologique, et la dénonciation par l’exemple des excès des pesticides, dont on connaît la répartition massive aux Etats-Unis, via ses fameux avions épandeurs spécialisés. C’est ainsi qu’à 12 ans, j’ai appris ce qu’était le dieldrin, l’aldrin et l’heptachlore. Le premier, m’avait appris l’article de MP, avait été utilisé pour lutter contre un bête charançon, et on avait répandu sur 560 hectares dans le comté de Sheldon, dans le Missouri, à la dose ahurissante de 3 kilos par hectare !!! Trois semaines plus tard, tous les chats du voisinage étaient morts, plusieurs moutons également, et la faune sauvage avait été aussi sévèrement atteinte : les rats musqués, les écrevisses et les vairons, les cailles également étaient morts. Une seule espèce, le rat commun des champs, avait à l’inverse pullulé : 900 pris au piège par un fermier là où il en prenait de 12 à 15 habituellement : un véritable désastre. Au printemps suivant, plus un seul chant d’oiseau audible dans tout le comté : il étaient tous morts. D’où le titre du livre. Le silence de la mort des animaux qui font la vie des champs.

L’ouvrage original de Carson, paru à l’origine en 1962, est considéré à juste titre aujourd’hui comme une véritable Bible de l’écologie moderne. Pour Carson, je ne le savais pas, mais en fait j’étais déjà en retard d’une guerre : au moment où je la découvrais, elle mourait d’un cancer du sein (l’année suivante exactement) à l’âge de 56 ans. Tout ce dont je me souviens, surtout, c’était la tête de mes deux profs de sciences naturelles, deux hommes admirables, qui m’ont donné le goût de chercher tout le temps, un passionné d’insectes (je gardais l’été ses phasmes, c’était tellement rigolo, il m’en donnait 10, à son retour ils étaient 200 !) et un de géologie (il nous ramenait des ammonites gigantesques d’Ambleteuse), quand, dans ma copie de devoir sur "l’évolution de la terre" j’avais glissé subrepticement "heptachlore"... ce qui m’avait valu une longue explication sur mes sources, que je leur avais bien sûr apportées, ravi de leur apprendre quelque chose, eux qui m’avaient tant apporté ! J’ai eu des enseignants merveilleux, et quand je suis moi-même devenu enseignant, je me suis efforcé de faire le même sacerdoce, avec le même enthousiasme ! 

En fait, j’avais déjà un retard énorme de prise de conscience : l’année même de ma naissance, en 1951, Rachel Carson avait déjà fait paraître "La mer autour de nous", sur les ravages des pollutions marines et l’appauvrissement des ressources halieutiques. Ses recherches de zoologiste l’avaient menée à demander à son gouvernement l’interdiction de l’usage du DDT, employé alors massivement aux Etats-Unis, comme partout dans le monde. Jusque dans les années 70, car c’est ainsi que l’on traitera tout le Var et dans l’Hérault contre les moustiques et une bonne partie de la côte d’Azur, en France, provoquant une pollution durable dont on n’a pas encore fini de voir les effets. Activiste très engagée, Carson finira par obtenir dès 1957 de l’USDA le bannissement de l’usage du DDT aux USA... un DDT qui continuera pourtant à être déversé par milliers de tonnes en Afrique, en Amérique du Sud ou au Viet-Nam. A l’origine de son ouvrage "Un printemps silencieux", une découverte en forme de scandale : "The Great Cranberry Scandal", en fait une constatation très alarmante sur le taux de pesticides contenus dans les trois dernières récoltes d’airelles (ou canneberge,) aux Etats-Unis, de 1957 à 1959. Toutes détectées comme hautement carcinogènes, à savoir générateurs de cancers ! L’ouvrage est ravageur, car en plus de s’attaquer aux pesticides, l’auteur dénonçait égalerment le lobby agricole américain et sa désinformation entretenue à grands coups de campagnes publicitaires. Dupont Chemicals, Velsicol Chemical Compagny, visées nommément, vont alors se déchaîner contre elle... en utilisant toutes les bassesses possibles, y compris des accusations de lesbianisme avec son assistante. A l’époque, plutôt prude, c’est dévastateur. L’intensité des attaques est la preuve que Carson a vu juste. Et aujourd’hui, personne ne peut le nier : son ouvrage est fondamental pour qui veut s’intéresser à l’écologie. Carson, dénigrée de son vivant, traînée dans la boue par les industriels pollueurs, recevra fort tardivement l’hommage qui lui était dû. Le 9 juin 1980, on lui remettait à titre posthume la Médaille Présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction pour un civil aux Etats-Unis. Sa maison natale étant devenue depuis sanctuaire national. De véritable paria, elle est devenue icône de l’écologie, plus de 30 années après sa disparition. Aujourd’hui, en comparaison, on commence seulement à prendre conscience des prophéties de René Dumont.

Mais les grandes firmes productrices d’agriculture vont tenir leur revanche, insidieusement, en proposant une autre technique, en cours encore aujourd’hui dans notre alimentation quotidienne : l’irradiation. Et cela, évidemment, je l’apprendrais également dans un numéro de Mécanique Populaire, ce magazine qui a relié mon petit village des Flandres de 2500 habitants au mode de vie américain. C’est assez surréaliste, je sais, mais c’est comme ça, j’ai vécu dans ma tête "américain" durant des années. Dans le numéro de mai 1965 de ma revue, en effet un article est intitulé "le monde merveilleux des produits irradiés" à coup de cobalt 60 et au césium 137 : du bois, pour mieux l’imprégner de résine, du plastique à mémoire de forme... ou des aliments, bombardés de rayons gamma pour ne pas pourrir trop vite. Le procédé depuis a fait florès : aujourd’hui, en sept endroits différents, des barquettes de fruits ou de légumes passent sur un tapis roulant qui bombarde d’isotopes, et peu de gens le savent : le but, prolonger la vie du fruit pour pouvoir le vendre plus longtemps. Ça ne l’améliore en rien, ça ne fait que tuer les insectes qui pourraient encore subsister dessus ou dedans, et détruit même au passage des vitamines, comme l’ont fait remarquer des campagnes de prévention de la CRiiRAD. On mange tchernobylisé, et on ne le sait même pas. Tout y passe, de l’oignon à l’échalote en passant par la viande de volaille, les herbes aromatiques surgelées, les crevettes, congélées ou non, et jusqu’au camembert au lait cru !  En France, il existe déjà 7 centrales d’irradiation des aliments, dont une à Orsay (dans l’Essonne, chez Thomson, au domaine de Corbeville), qui traitent pour l’instant 5 000 tonnes d’aliments irradiés chaque année. Evidemment, nulle étiquette extérieure n’indique le traitement. Faudra-t-il aller acheter dans les années à venir ses légumes ou ses fruits muni d’un compteur Geiger pour se rendre compte des doses que l’on reçoit ? Avez-vous vu beaucoup de publicités sur le sujet ? Que nenni : on en parlait pourtant déjà il y a 44 ans maintenant !!! Mieux encore : en janvier 1954 déjà, un autre entrefilet de MP indiquait que le passage sous les radiations, envisagé pour "stériliser" détruisait aussi les vitamines !! Ce qui était néfaste il y a 55 ans serait donc devenu bon entre temps ? Les Verts, nos fameux écolos, dans lesquels je ne retrouve pourtant pas, ont pourtant demandé en 2005 une commission d’enquête parlementaire sur le sujet : on l’attend toujours. La "conserve atomique" comme on le disait dans les années cinquante, a encore de beaux jours devant elle, à ce rythme là ! Tout se passe comme si le gouvernement souhaitait minimiser ce principe en effectuant un black-out complet sur cette technologie dont les effets à long terme sont inconnus, et dont les consommateurs ne sont nullement avertis. On retrouve le syndrome des ondes WIFI, pour lesquelles les études semblent bien avoir été bâclées, sinon étouffées dans l’œuf. Par les fabricants de matériels, bien entendu.

Pour en revenir à ma revue, décidément on y trouvait de tout. En continuant à fouiner, je vous ai retrouvé un autre entrefilet, extrait cette fois de la revue américaine d’origine. Et traduit en français bizarrement quelques mois plus tard, mais sans le nom de l’auteur, ni le nom de l’université John Hopkins, ce qui n’est pas non plus totalement un hasard. Je vous donne en illustration les deux éléments pour les comparer attentivement. La comparaison des originaux US et des versions françaises se savoure dans MP, notamment durant la guerre du Viet-Nam, où des pans entiers sont remplacés par des textes anodins sur l’automobile française le plus souvent ! C’était donc bien de la propagande, habilement menée : ce n’est pas un hasard si Popular Mechanics (il n’y a plus d’édition française depuis 1971) a commis l’un des articles les plus retentissants contre la théorie du complot du WTC : ses liens gouvernementaux ont toujours été très forts. Le texte dont je parle est celui d’un autre chercheur fondamental, Gilbert N.Plass, qui en août 1953 déjà avait clairement défini ce qui nous arrive et qu’on est en train de subir aujourd’hui, à savoir le réchauffement climatique. Le tout premier à mettre tous ses calculs sur un modèle informatique (sur les énormes mainframes de l’époque !) : un énorme bon en avant pour l’époque ! Il avait déjà tout décrit !! Selon lui, je cite MP "en l’an 2080, le gaz carbonique de l’atmosphère aura doublé, amenant une température de l’ordre de 4%." et c’est paru dans le numéro d’octobre 1953 en France !!! Quand on pense que pour certains, comme notre ex-ministre de l’éducation nationale, Claude Allègre, habitué des bourdes, ce réchauffement n’existe pas. Il n’a jamais été abonné à MP, celui-là !!!

A partir de là, je me pose aujourd’hui une question extrêmement simple : pourquoi ne les écoute-t-on que si peu, ces chercheurs ? Ça fait plus de cinquante ans qu’on s’en doute, de tout ce qui nous arrive : pollution, modifications et manipulations alimentaires, réchauffement climatique, origine des cancers, etc. Qui donc empêche qu’ils soient davantage connus ? Je pense que vous avez comme moi déjà la réponse. Les impératifs du marché, de la vente à grande échelle et des profits priment avant tout, étouffons donc cette parole à grands coups de programmes télévisés putassiers. Aura-t-on à nouveau et bientôt un autre printemps silencieux ? Mais définitif, celui-là ?

Documents joints à cet article

Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ? Un prochain printemps silencieux ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • morice morice 27 mars 2009 11:45

     très amusant : il y en a 14 de textes de bloqués... et j’ai proposé celui-là ce matin..

    certains marinent depuis le 28 février.... démonstration est faite... certains CONTENUS sont évincés...

    8 textes sur Bush et son bilan
    1 sur Microsoft`
    1 sur la manipulation de l’info sur les attentats islamistes
    1 sur le Pakistan
    1 sur l’armée israëlienne intitulé " "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens"

    QUI CENSURE ICI à votre avis ???


    • Gasty Gasty 27 mars 2009 11:57

      Arrêtez de vous plaindre, vous etes publié donc pas évincé. Il est très bien votre article, morice votre article est très bien.


    • morice morice 27 mars 2009 12:24

       je ne me plais pas, je constate... et je constate aussi que tous n’ont pas les mêmes problèmes de ce qui est à l’évidence une censure de contenu... faite par une équipe de moins de 8 PERSONNES qui décident désormais des passages ou non. Or parmi ces personnes, nos rédacteurs habituels, ceux que Calito avait dit FABRIQUER.. cela s’appelle une prise de pouvoir, messieurs. Les textes sont votés à 9 voix : 5 personnes ici bloquent tout. Je n’appelle plus ça de la démocratie.


    • morice morice 28 mars 2009 00:32

      bon vent...


    • Atlantis Atlantis 29 mars 2009 10:34

      Il y a de la censure, mais en même temps comparé du greenwashing de naturavox c’est de la gniogniote. Il m’a pas falu longtemps pour m’en apercevoir, j’ai cessé toute soumission d’article il y a un moment ...

      Vous voullez un truc écolo qui arrache ? Lisez le livre "le sol, la terre et les champs" de chaude et lydia bourguignon. Dans ma bibliothèque il est classé avec les rares livres qualifiés "exceptionnel".


    • Badabok Badabok 29 mars 2009 19:26

       Nous devrions leur envoyer quelques tomates pourries irradiées (mais virtuelles !) en cette belle journée de printemps silencieux...

      Et puis c’est bien connu... ils ne veulent surtout pas se démarquer et faire mentir le proverbe qui dit : "ce sont les cordonniers qui sont les plus mal chaussés

      en attendant, moi aussi j’ai envoyé un commentaire sur cet article, et j’espère bien qu’il va apparaître !


    • pierrot123 29 mars 2009 23:07

      "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens"....C’est une citation historique....Un peu de cultûûûr, s.v.p.


    • wesson wesson 30 mars 2009 02:34

      Bonsoir l’auteur,
      en ce qui me concerne, j’ai voté contre 9 des articles que vous mentionnez en modération.

      J’ai voté contre le microsoft car je l’ai trouvé très mal écrit et bêtement revenchard. On sait que vous aimez Apple plus que tout, qui n’a pourtant rien à envier à Microsoft concernant les pratiques douteuses.

      et j’ai voté contre toute la série Bush car comme à votre habitude, vous avez placardé des long passages en Anglais, ce que je vous reproche de manière constante.

      Je partage votre opinion sur le fait qu’agoravox a des sujets plutôt tabou : les articles radicalement critiques à l’égard de la politique d’israel doivent en faire partie comme un peu partout d’ailleurs, probablement à cause de la peur qu’inspire les groupes de pression pro-sionistes qui ne rechignent jamais à déclencher une guerrilla judiciaire contre ses détracteurs (comme le fait par exemple l’avocat Gilles-william Goldnadel et son association). Un site en quète de reconnaissance comme l’est Agoravox cherchera probablement à s’éviter tout problème potentiel avec ces nervis judiciairement très au point (malgré quelques déconvenues récentes).

      Il n’empèche qu’il vous arrive d’écrire des articles baclés, pour lesquels effectivement une publication n’est pas souhaitable sans qu’ils ne soient retravaillés, ce qui est le cas pour 9 des 14 articles que vous avez en attente.

      pour l’article du jour, rien à rajouter.


    • Gül 27 mars 2009 12:01

      Excellent article qui soulève effectivement l’épineux problème des substances en tout genre utilisées à qui mieux mieux pour le bien-être, entre autres, des grandes firmes pharmaceutiques...

      Depuis le temps que je le dis....Zou, au potager !


      • Gül 27 mars 2009 15:09

        Mais enfin ! Qui te dit que je parle à l’auteur ???.....


      • Dolores 30 mars 2009 17:19

        Dans mon jardin, j’ai un sapin que j’avais baptisé mon "HLM à oiseaux".

        Un couple de rouge-gorge, un couple de mésanges, un couple de tourterelles grises, deux couples de merles et une multitude de moineaux y vivaient toute l’année et y construisaient leurs nids.

        Puis les mésanges et les rouge-gorge ont disparu, ça éte ensuite le tour des tourterelles et des merles.
        Cette année il ne reste plus que quelques moineaux.
        Pourtant je les nourris de novembre à avril.
        Le chant des merles me manque, surtout le matin : j’aimais être réveillée par le concert qu’ils me donnaient.

        La seule explication possible est qu’ils finissent par s’empoisonner avec les insectes qu’ils consomment dans des champs bourrés de pesticides.
        Il en est qui s’en réjouissent parce qu’ils s’estiment gênés par les pépiements, les déjections, les maladies possibles. Ils souhaitent un monde stérile sans même comprendre que ce qui tue la gent ailée nous détruira plus lentement mais tout aussi sûrement.

        Ce n’est pas innocent si le nombre des cancers a été multiplié par 300 depuis les années 50 et que le nombres des allergies a doublé en 10 ans.

        Le printemps sera triste avec ce que nous vivons actuellement, et il sera encore plus triste sans nos petits chanteurs des jardins.


        Maintenant c’est un coup de gueule que je voudrais pousser !

        J’ai lu tous les posts et j’ai pu constater que la majorité n’étaient pas consacré à une discussion sur l’article mais à diverses considération sur la vie personnelle ou professionnelle de l’auteur, des appréciations sur d’autres articles, ses opinions autres que celles mentionnées dans l’article en question.

        Je ne connais pas l’auteur, mais je remarque que quelque soit le sujet d’un de ses articles, ses commentateurs commentent tout, sauf le sujet.

        C’est lassant et sans intérêt pour une vraie discussion sur un sujet proposé.

        Si vous voulez vous en prendre à l’auteur pour une raison qui vous est propre, faites-le à bon escient quand le sujet porte à contreverse et que vous pouvez contrer ses opinions et souligner ses erreurs.
        Peut-être manquez-vous d’arguments pour vous exprimer quand il convient.

        Personnellement, je n’ai aucune accointance avec aucun de auteurs d’AgoraVox, pas plus avec celui-ci qu’un autre, mais j’ai horreur des discussions prétextes à des réglements de compte qui "polluent" le vrai sujet.


      • La Taverne des Poètes 27 mars 2009 12:20

        Morice, même avec l’odeur d’encre que tu affectionnes, tu cours un grand danger. Beaucoup d’émanations d’encres des imprimeries sont néfastes pour la santé.

        Le cancer, demain nous l’aurons tous ! A la vitesse où il se développe avec la complicité des industriels, de l’Etat et même de l’Europe (qui a adopté un taux de tolérance des pesticides dans les fruits et légumes bien plus élevé que celui que la France pratiquait).

        D’où une espérance de vie plus courte qu’autrefois. Bien sûr, on vous dit que l’espérance de vie est plus longue mais c’est faux puisque l’on prend en comparaison des périodes où des millions de jeunes mourraient sur les champs de bataille et surtout où la mortalité infantile n’était pas jugulée. Or, beaucoup de nourrissons mourant à 1 jour, cela faisait baisser de façon énorme la moyenne de vie. Aujourd’hui, avec les progrès du suivi du nourrisson, la moyenne a remonté spectaculairement mais c’est un leurre. Prenons des éléments de comparaison plus objectifs, et on verra que l’espérance de vie est plus courte qu’autrefois à cause du cancer.


        • Gül 27 mars 2009 12:33

          @ Taverne,

          Je n’ai pas oublié ce que m’a posé comme question le "Monsieur des pompes funèbres" lors du décès de ma mère. Il m’a demandé son âge, suite à ma réponse en a conclue à la maladie, et a ajouté que décidément tous ces bla-blas sur l’espérance de vie qui progresse étaient du foutage de gueule ! Dixit :

          "On le voit bien nous ici !...."

          CQFD.


        • La Taverne des Poètes 27 mars 2009 12:38

          Ouais, il y aura de moins en moins de potes âgés au potager...


        • Marsupilami Marsupilami 27 mars 2009 12:24

           @ morice

          Très bon article très bien documenté. Ça fait déjà longtemps que tous les clignotants étaient au rouge, mais on n’a pas voulu écouter ceux qui annonçaient la catastrophe… Trop tard, maintenant.

          Dans les forêts et les prairies de mon coin, le nombre de papillons a au moins été divisé par au moins dix en trente ans, et il y a plein d’espèces qui ont carrément disparu. Ça craint vraiment…


          • Plus robert que Redford 27 mars 2009 12:34

            Je lis régulièrement Morice avec un assez grand intérêt, parce qu’il étoffe toujours ses articles d’un grand nombre de références, d’assez bonne qualité, ma foi, et de liens variés.... 

            Justement, !

            Ne touche-t-il pas là aux limites de la pertinence d’informations surabondantes et somme toute, assez déconnectées de la réalité ?

            Aller chercher par delà le World Wide Web une foison de petites données, voire de micro-informations et les accumuler sur une seule page n’a t-il pas pour effet pervers et catastrophiste de masquer une réalité pouvant être sensiblement différente ??

            Je n’ai aucune connaissance dans l’armement russe en géorgie, ni dans les arcanes de la politique américano-colombienne, Mais pour ce qui est de la nature, excusez, je pense y piquer un peu..

            J’habite en pleine campagne, mon plus proche voisin exploite une ferme à huit cent mètres de ma maison, et à l’instant où je tapote sur ce clavier, j’aperçois par delà les haies et une rangée de peupliers, un groupe de vaches blanches paissant calmement dans un pré...

            Depuis 15 jours, et comme chaque année à pareille saison, un trio de courlis tape un bordel pas possible en tournant autour de la maison, je suppose deux mâles au cul d’une même femelle... ça va bientôt se calmer quand un des mâles aura viré l’autre...

            J’ai un mal fou à faire pousser quelque salades, aussitôt grignotées par les garennes, et par deux lièvres aussi depuis quelques saisons !

            J’ai une collection de photos : perdrix rouges, faisant vénéré... les animaux pris à 30cm derrière la vitre de la porte d’entrée (j’ai une vitre "Anthélio", semi-réfléchissante, qui descend jusqu’au sol, les bestioles se voient dedans et ça les agace pas mal, coups de becs, chiures sur le parvis...) et je vous garantis que ce ne sont pas des gibiers de repeuplement lachés par la Fédé... Que du vrai sauvage !

            Il y a un séquoia de 25m de haut à 30m de la maison, qui, depuis 10 ou 15 ans, sert de domicile à des hiboux Moyen-Ducs ; cet hiver, il y en avait cinq en permanence.

            Derrière un de mes volets, y a un dortoir (de jour !) à chauve-souris. Elles ne sont pas encore là en mars, mais ça vas pas tarder !

            La Loire coule à moins de 10Km d’ici, et je vous raconte pas le nombre de hérons, grandes aigrettes, aigrettes blanches, cormorans.. ; qui s’ébattent dans les prairies alentours. Il n’est pas rare de voir 6 ou 7 hérons cendrés à l’affût dans une même parcelle de 4 ou 5 Hectares.

            Un couple de cigognes niche régulièrement sur le toit de l’église depuis 6 ans, et en septembre dernier, j’en ai compté huit qui faisaient des cercles au-dessus de la ville par un après-midi plutôt orageux...

            Quand aux rapaces !! Jamais il n’ont été aussi nombreux ! De la buse sédentaire aux Milans noirs migrateurs, faucons crécerelle, pèlerin, même un busard saint-martin ! Pourtant, que ne nous avait-on dit sur les pesticides responsables de fragilisations des coquilles d’oeufs, entraînant une grande difficulté de ces espèces à se reproduire !

            Et j’en passe, et des plus écolos !!!

            Je ne nie pas que la Pipistrelle de Virginie doive faire face à des pathologies inquiétantes, ni que la Galinette Cendrée qui craint les excès bacchiques du chasseur dominical voie sa population mise en danger, mais l’excès étant mauvais en tout, ces nouvelles alarmantes (qui font bien plus d’effet que les constatations optimistes !) ne sauraient masquer le fait que, dans la france profonde, il existe encore des zones où la cohabitation de l’homme et de la nature puisse se faire en toute sérénité !


            • Gül 27 mars 2009 12:47

              @ PRQR

              Votre témoignage est en effet rassurant et optimiste. Vous avez de la chance et tant mieux qu’il reste encore des lieux privilégiés ainsi.

              Maintenant, je peux vous dire moi, que par rapport au temps de mon enfance, effectivement des tas de papillons ont littéralement disparus, et ceux qui sont encore là y sont en bien moins grands nombre. Les hirondelles qui venaient nicher sous le toit des maisons, je ne les vois plus, les tomates achetées une fortune au supermarché, ou chez le maraîcher du coin, n’ont aucune saveur s’extirpant de leur texture farineuse. Même chose pour tous les fruits et légumes. Le veau réduit de moitié à la cuisson, le poulet est dégueulasse, et les jaunes d’oeufs bien pâlots....Liste non exhaustive bien entendu !

              Un petit rappel de Koffe : Mais, c’est de la MEEERDE !!!! smiley


            • morice morice 27 mars 2009 13:53

               vous avez déjà vu passer ça dans votre ciel ? ? non, alors je comprends...


            • K K 27 mars 2009 18:40

              Oui je suis d’accord avec votre commentaire. On revoit des rapaces, des cigognes, des herons, des hirondelles... tout cela avait quasiment disparu dans les annees 80-90.


            • pissefroid pissefroid 27 mars 2009 12:48

              Papier très intéressant !
              Je relève néanmoins une erreur et une affirmation non avérée.
              L’irradiation des aliments ne les rend pas radioactifs même si des vitamines sont cassées ;
              Le réchauffement climatique n’est pas une vérité avérée, voir les informations récentes sur l’évolution de la température des océans
              http://www.pensee-unique.fr/oceans.html#argo1


              • Atlantis Atlantis 29 mars 2009 10:52

                N’importe quel plongeur/chasseur sous marin depuis des années te confirmera (depuis l’amérique jusqu’à nos cotes, en passant par les iles etc) la montée vers le nord de toutes les espèces d’eaux plus chaudes, régulièrement et invariablement depuis une vingtaine d’année. Alors certes, c’est en proximité des terres, que ne monitorent pas les argos. Mais la tendance est constatée par des milliers de personnes sur des durées relativement longues, c’est pas une rumeur)
                Et je ne sais pas si les argo mesurent la vitesse du vent, mais c’est un paramètre plus qu’essentiel pour la température en surface. Et la montée en fréquence des tornades/cyclones/tempète est bien là pour nous confirmer que ce paramètre est à la hausse, que l’océan soit pacifique, indien ou atlantique.


              • TSS 27 mars 2009 13:17

                l’irradiation des aliments "bousillent"les qualités organoleptiques des aliments !!

                je suis né et j’habite à la campagne et plein de variétés locales ont disparu et remplacées par des races non

                autochtones ,mouettes et cormorans sur les etangs notamment !

                le corbeau(le vrai "le freu") n’est plus ne restent que les corneilles ;les herons pullulent ! normal ils sont

                protégés

                quid des papillons,des vers luisants,des hannetons,des coccinelles(hormis celles de lacher) etc... !!


                • maxim maxim 27 mars 2009 13:18

                  même constat en Seine et Marne ,Fontainebleau et ses environs ,j’habite dans un parc ONF il y a toutes les espèces d’oiseaux ,les pies commencent leur période de séduction ,elle nicheront sur les érables en face du balcon de mon salon comme tous les ans ,les sangliers viennent en meutes retourner les pelouses jusqu’en ville ,( nous avons même un renard gris qui vient aux poubelles la nuit tombée ..) où que l’on aille il y a les bois ,et on croise les chevreuils qui viennent le soir tomber brouter l’herbe fraiche des lisiéres ,dés que l’on sort de la forêt on arrive en pleine campagne et on voit les garennes cavaler dans les champs ,quelques lièvres ,les oiseaux charognards tournoient dans le ciel ...
                  nous avons un propriété familiale au centre ville avec un grand jardin arboré d’espèces d’agrément et fruitières ,des taillis et une plantation de roseaux ,les merles commencent à faire les nids ,lorsque qu’en Juin les cerisier sera chargé ,les étourneaux viendront bouffer les bigarreaux malgré les filets tendus ,il y aura des papillons et des insectes sans compter les nids de guêpes en été ou même de frelons ,

                  à Héricy à côté de l’église ,il y a une maison pleine de nids d’hirondelles qui reviennent tous les ans .....des populations de choucas dans le clocher !.....

                  et à la maison de retraite d’Hericy ,il y a des pratiquement centenaires en pleine forme ,comme on peut l’être quand on atteint cet âge ,c’est peut être le DDT qui produit cette belle nature et tous ces vieux ?


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 27 mars 2009 13:43

                    " Carson finira par obtenir dès 1957 de l’USDA le bannissement de l’usage du DDT aux USA... un DDT qui continuera pourtant à être déversé par milliers de tonnes en Afrique, en Amérique du Sud ou au Viet-Nam. "
                    En fait, les étasuniens inventent des poisons dans leurs labos, les commercialisent et les exportent dans le monde entier, après avoir soudoyé les élus locaux par leurs riches lobbys, puis les interdisent chez eux. La puissante propagande établie pour les répandre est bien plus soutenue que l’information dont vous relatez dans ces articles confidentiels.

                    C’est comme la rumeur, pour contaminer votre quartier, elle met une journée, mais pour rétablir la vérité dans les esprits, il faudra bien plus d’une année...


                    • morice morice 27 mars 2009 13:43

                       mais enfin maxim, quand allez-vous lire ce qu’on écrit ??? où en France a t-on aspergé de DDT ? depuis quand a-t-on arrêté de le faire ?? et avant vos pies, il y avait quoi ???? cessez de prendre votre nombril comme seul critère enfin !!!! je vais vraiment croire que vous ne SAVEZ PAS LIRE...

                      pissefroid, nier le réchauffement climatique est GRAVE. L’irradiation implique des changements au niveau des légumes ou des fruits traités sur lesquels nous n’avons AUCUNE information.

                      HAL, Atavus et "(IP:xxx.x5.179.9) le 27 mars 2009 à 12H51" à savoir BULGROZ, cessez votre trollisme pesant.


                      • Gül 27 mars 2009 14:28

                        Les pies, c’est démentiel ! Elles sont hyper invasives et font fuir nombre de petits oiseaux. Il y en a de plus en plus qui s’installent partout. Heureusement qu’elles sont rigolotes à observer !

                        Quelques rouge-gorges, des moineaux et les mésanges charbonnières sont les seuls à vraiment résister. Les autres sont partis plus loin. J’habite en lisière de forêt, il arrive que l’on voit différentes espèces de pics, on entend aussi tous les soirs les rapaces nocturnes, mais c’est à peu près tout. Les nombreux écureuils qui passaient devant notre jardin 2 fois par jour restent désormais dans les bois...leur passage a été annihilé par la tempête de 99 et ses chutes d’arbres et par les campagnes d’élagage qui ne permettent plus le passage de branche en branche.

                        On a également vu apparaître depuis 4 ou 5 ans des frelons particulièrement impressionnants et jamais, jamais observés auparavant. Ce sont des mastodontes, on dirait qu’ils ont été élevés à Tchernobyl...A priori, je pense que ce sont des frelons du Japon qui n’ont strictement rien à foutre dans l’Essonne !!!!

                        Bref, une simple observation quotidienne, le fait de pouvoir de temps en temps gouter sa propre production ou celle des copains, permet objectivement de s’apercevoir qu’il y a un sérieux souci avec la nature....

                        Vous n’avez pas remarqué que lorsque vous achetez certains fruits, ils sont magnifiques et bien brillants, et dès que vous les lavez à grande eau, ils pourrissent dans l’heure qui suit (ou presque) ? Alors que si vous cueillez des pommes sauvages par exemple, vous pouvez les conserver un temps bien plus long et elles sont délicieuses, pas belles, truffées de vers, mais tellement bonnes ! 


                      • LE CHAT LE CHAT 27 mars 2009 13:45

                        @momo

                        pas grave que tes articles sur Bush soient bloqués , Bush c’est le passé !

                        celui ci est très bien et nous parle du triste avenir qui se prépare !je suis autant que toi attaché à la préservation de la biodiversité , et j’ai la chance en Camargue de pouvoir observer beaucoup d’oiseaux et d’insectes. On a la chance d’avoir peu de culture extensive avec pesticides à outrance en ouest provence , comme dit Lafesse , pourvu que ça dure !


                        • morice morice 27 mars 2009 17:03

                           impossible de connaître le futur sans analyser le passé le Chat : c’est tout simplement à quoi sert aussi l’histoire !!! 


                        • LeGus LeGus 27 mars 2009 14:06

                          Cher Morice,

                          j’apprecie beaucoup vos articles, et je suis heureux d’en voir publiés sur Avox, ceci dit si comme vous le dites certains plus polémiques sont "freinés", pourquoi ne pas ouvrir un site vous meme ? Ainsi nous pourrions les lire ici, ou chez vous en cas de retard inexpliqués, je ne manquerais pas de placer votre site parmis mes favoris. Qui plus est vous auriez la possibilité de bannir les trolls, je trouve que vous perdez du temps à les fouetter, temps qui serait bien mieux utilisé à la rédaction d’article. En même temps si comme je le soupconne vous prenez plaisir à la chasse au troll, faites vous plaisir.
                          Mais vos articles j’aimerais les lire, ici ou ailleurs, peu importe.

                          Bien à vous.


                          • K K 27 mars 2009 18:45

                            Morice poste aussi chez nos amis canadiens de 100 papiers.


                          • K K 27 mars 2009 19:36

                            MDR papy ! Pourtant on y a bien lu un texte qu’il a revendique.


                          • morice morice 28 mars 2009 00:34

                            En même temps si comme je le soupconne vous prenez plaisir à la chasse au troll

                            aucunement !! et ce n’est pas à moi de partir, mais à eux.


                          • morice morice 28 mars 2009 00:36

                            laissez donc, DOM22 a mis plus d’une semaine à ne pas s’en apercevoir !! ah ah ah !!! ce sont les mêmes textes qui sont bloqués ici !!! et d’autres arrivent !!!


                          • morice morice 27 mars 2009 17:04

                             ils en ont fait 3 seulement .... 


                          • morice morice 28 mars 2009 00:38

                            vous confondez avec ’Le bricoleur" Papy : c’était fait par eux, mais c’était pas MP comme titre !!!


                          • morice morice 28 mars 2009 00:39

                            le bricoleur, pas MP... !!! aviation et photos, certains. pas le camping !!


                          • morice morice 28 mars 2009 00:54

                            BoZobe : ça me paraît prétentieux, mais bon... c’est ça ou Mochepine.


                          • glouglou 27 mars 2009 17:10

                            Môôôrice,on parle de réchauffement climatique,certes,mais il s’agirait plutôt d’un "obscucissement planétaire" en fait dû aux nano-particules de pollution atmosphèrique... ,donc un refroidissement à la longue avec un beau paradoxe à la clé..pourquoi n’en parlez-vous pas ??


                            • glouglou 27 mars 2009 17:50

                              des commentaires qui vont disparaitre,alors faut pas se priver ! Môôôssieur Larsen,vous ête un gros con de base,un gros beauf et un gros crétin au QI largement au dessous de la moyenne,bref une anomalie de la nature et la nature a horreur des dégénérés...vous êtes dèjà condamné à la disparition,gros enculé de Larsen smiley alors va niquer ta poufiasse et nous casse pas les burnes....casse toi pauvre con !


                            • maxim maxim 27 mars 2009 17:42

                              je croyais Agoravox un espace ou tout le monde pouvait discuter et ouvert à tous !

                              je constate maintenant que c’est fliqué ,que tout marche à la tête du client ,que l’on manie les ciseaux même pour des posts anodins uniquement parce que l’on est pas dans les petits papiers des modérateurs ou d’une personne payée pour censurer de façon arbitraire ,
                              evidemment ,mon coup de gueule va être effacé ,mais je le reposterai autant de fois qu’il le faudra ..

                              utilisateurs d’Avox ,que vous soyez amis ou ennemis ( mais oui ) vous êtes suceptibles d’être censurés uniquement parce que le pseudo que vous arborez plait ou déplait à quelqu’un de la façon la plus arbitraire qui soit ,on avait déjà dénoncé cet état de fait ,mais là,ça prend des proportions inquiétantes ...

                              on régresse ! mais jusqu’où ? c’est tout simplement lamentable !

                              Maxim .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès