Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Une première mondiale : un patient traité par cellules souches (...)

Une première mondiale : un patient traité par cellules souches humaines

« Aux États-Unis, les autorisations temporaires ont été délivrées et un homme souffrant des suites d’une blessure de la moelle épinière a reçu des cellules dérivées de cellules souches embryonnaires humaines (SEh) dans le cadre d’un essai de phase 1... »
Source :
Le Quotidien du Médecin (12/10/2010)

Ce traitement permettra de rendre réversibles des états aujourd’hui diagnostiqués comme irréversibles : la mort encéphalique, qui conduit au « don » d’organes, par exemple. On pourra aussi reconstruire, réparer ou régénérer de petits organes, comme le foie, etc.
Boulette ...
Au JT de 20h00 sur une chaîne publique hier soir, un reportage a été présenté sur cette première mondiale. Le journaliste a conclu son reportage en expliquant que les cellules souches humaines, cela servirait à « remplacer les médicaments » à l’avenir !!
Cette première mondiale conduira certes à trouver des alternatives à la transplantation d’organes et de tissus, mais pas à remplacer les médicaments !
Alors, pourquoi cette « boulette » ? Petit décryptage ...

Le clonage thérapeutique pour régler la question des greffes, par le Professeur Bernard Debré, médecin (urologue) et député UMP, 2004 :
 
 "(...) personne ne prend vraiment la peine d’expliquer au grand public que bien des cas aujourd’hui désespérés pourraient ne plus l’être si l’on autorisait les recherches sur le clonage humain ! Que cet enfant, ce parent, cet ami, que nous voyons s’éteindre, nous pourrions aussi bien le voir reprendre vie, pour peu que quelques vérités élémentaires s’imposent enfin...

La première de toutes est que le clonage reproductif, dont on ne discerne ni l’avenir ni l’utilité s’agissant de l’Homme - les dictatures et les fanatismes religieux ont-ils jamais eu besoin de cela pour créer, à leur convenance, des hordes fanatisées partant au supplice dans l’espoir d’un paradis ? - n’est pas le clonage thérapeutique. La seconde, c’est que ce dernier, et lui seul, peut un jour parvenir à régler totalement la question des greffes d’organes, matière à la fois compliquée, à cause des rejets, et douloureuse, en raison du manque chronique... d’organes à greffer ! (...) Tel est l’aspect fondamental de la recherche sur le clonage thérapeutique : achever de percer le mystère de la spécialisation cellulaire en apprenant à repérer, à identifier, à sérier, ces véritables ’anges gardiens’, pour mieux les inciter, le cas échéant, à ’redémarrer’ vers la construction d’un organe complet. Un organe parfaitement sain qui deviendrait le nôtre, et serait ainsi greffable sans danger ! De nombreuses personnalités scientifiques, dont quatre prix Nobel, réclament l’ouverture de ce champ de recherche inespéré. Pour l’instant sans succès. Alors que, dans le même temps, on réfléchit à autoriser l’euthanasie sur des personnes en fin de vie, malades certes, mais cependant bien vivantes ! N’est ce pas ce qui s’appelle marcher sur la tête ?"

Professeur Bernard Debré : "Nous t’avons tant aimé. L’euthanasie, l’impossible loi". Editions du Cherche-Midi (Documents), 2004.
 
A lire du même auteur sur le même sujet : "La revanche du serpent ou la fin de l’homo sapiens", Editions du Cherche-Midi, 10/2005.
 
Une étrange omerta pour "protéger" le "don" d’organes ? ... Le traitement par cellules souches humaines peut être de différentes sortes : (1) embryonnaires, (2) issues du sang de cordon ombilical, (3) cellules souches pluripotentes induites, donc des cellules souches obtenues à partir de cellules souches adultes reprogrammées et non à partir de cellules souches d’embryon (en anglais, iPS = Induced pluripotent stem cells).
 
Et si ces traitements pouvaient sauver de potentiels donneurs d’organes d’un prélèvement, vécu par une large majorité des familles ayant accepté ce "don" comme un sacrifice - et non justement comme un "don" ? Le discours public ne s’affranchit jamais totalement de la promotion du "don" d’organes, comme si les organes d’un mort pouvaient soigner qui que ce soit. Or nous sommes tellement conditionnés par ce "marketing social du Don" que nous ne réfléchissons même plus à cette évidence : il faut des alternatives à la transplantation d’organes car le "don" requiert une fin de vie à part. Il existe pourtant une "étrange omerta" sur ce sujet ... C’est ce qu’explique le Professeur Bernard Debré dans son livre "La Revanche du serpent ou la fin de l’homo sapiens" : la réponse au douloureux problème de la pénurie d’organes à greffer passera par ce traitement au moyen de cellules souches humaines (de différentes sortes), et non par un simple : "Plus-de-Dons" ... Ajoutons que le Professeur Bernard Debré sait de quoi il parle, ayant été personnellement confronté à la question du don des organes de sa belle-soeur il y a une vingtaine d’années ... Il sait donc que le "Don", ce n’est pas simplement ce réflexe de bon citoyen qui trie ses déchets (poubelle verte pour les reins, poubelle bleue pour le coeur, etc.), le "je-veux-bien-donner-ce-qui-ne-me-sert-plus-à-rien" ...
Voir ma présentation Power Point qui illustre les propos du Professeur Bernard Debré :
 
Professeur Debré, c’est bien volontiers que je vous dédie cette présentation !
http://ethictransplantation.blogspot.com/2010/10/don-dorganes-see-more-presentations-by.html
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 13 octobre 2010 15:49

    En effet, il faut se re-mobiliser pour le don d’organe. Sinon, des sociétés financières en profiteront et seuls les plus riches pourront vivre.

    Que proposez-vous concrètement pour bien faire comprendre que lorsqu’une vie est perdue, elle peut néanmoins en sauver une autre.. ???


    • Catherine Coste Catherine Coste 14 octobre 2010 10:26

      Il existe une étude sur le sujet, en cours actuellement : OPTIDO :
      http://ethictransplantation.blogspot.com/2010/10/les-failles-du-marketing-social-du-don.html


    • zelectron zelectron 13 octobre 2010 17:33

      Catherine bravo pour votre engagement. Indépendamment des pisse-copies qui comme l’expression l’indique font couler l’encre comme on va là ou le roi lui-même va à pied, rejoints par une immense cohorte de médias télévisuels et autres, qui croient expliquer ce qu’ils ne comprennent pas eux-même (comme les hommes politiques d’ailleurs) vous avez le mérite d’un langage clair et sachant de quoi vous parlez, le transmettre. Par ailleurs, cela fait belle lurette que je souscris au don d’organe cela va sans dire, j’y ajoute aussi mon penchant pour les robots et accessoires robotisés qui sont de plus en plus intéressant par ailleurs.


      • Catherine Coste Catherine Coste 13 octobre 2010 17:47

        Merci à vous smiley


      • Yvance77 14 octobre 2010 11:47

        Bonjour,

        Bon post Madame.

        Je trouve absurde que la recherche et la mise en place de thérapeutiques issués des cellules souches ne soient pas ériger en porte-drapeau du monde des vivants.

        Crainte face au malades mentaux qui nous gouvernent certes, mais il y a des voies de bienfait à trouver aussi.

        Bye

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès