Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Une tranche de vie

Une tranche de vie

Confession d'un bonimenteur nostalgique

Vidéo si nécessaire

 

Le rendez-vous annuel

Il était une bande de joyeux drilles qui se retrouvaient une fois l'an en un coin perdu d'un département rural. Les uns vivaient sur place, éleveur ou bien potier, couvreur ou bien soignant. Les autres, fonctionnaires ou employés les rejoignaient en leur paradis sur terre. La fête était belle, joyeuse, insouciante et différente.

Ils se souviennent encore avec nostalgie de leurs saints Sylvestre. Les tours en tracteur, les spectacles hilarants, les virées nocturnes, la crèche vivante, les combats de sumo. Rien que de très ordinaire, une manière de penser le réveillon autrement. La table était prétexte à joutes culinaires où la fantaisie et l'improbable était au rendez-vous.

Les années ont passé, des enfants sont venus agrandir le cercle puis ont fini par ne plus y venir. Des amis sont partis, des amitiés que l'on croyait indestructibles se sont brisées aux réalités de différences que la vie ne cesse d'imposer. Conceptions éducatives, train de vie, choix politiques, habitudes de vie. Qu'importent les raisons, le mal fait ne se rattrape plus.

Le groupe s'est rétracté, il s'est assagi au fil des années passées. Puis il a fallu convenir que le temps les avait rattrapés. Une place vint à manquer dans le cercle des intimes. Un poids terrible, une absence insupportable. Il a fallu faire semblant, continuer comme si de rien n'était. Le trou, comme dans la chanson, ne se refermera jamais. Il a laissé des béances qui ne se refermeront jamais.

C'est alors que chacun a observé les marques que l'âge laisse sur chacun d'entre eux. Deux sont désormais à la retraite, c'est le versant positif de ces années qui s'empilent. Il y en a d'autres qui ne sont pas aussi agréables. Beaucoup font désormais la sourde oreille, ils ont beau s'entendre toujours aussi bien, il faut parfois se répéter et parler un peu plus fort.

Il y a encore les petits maux personnels qui imposent désormais prudence et tempérance, modification des habitudes alimentaires et des rythmes de vie. D'année en année, le nombre de bouteilles vidées se réduit, l'heure des premiers nez qui piquent avance au contraire. Il faut se faire à l'évidence, à force de célébrer les changements d'année, l'effet de cumul se constate vraiment !

Ainsi va la vie pour ce petit groupe parmi des milliers d'autres. La fuite inexorable du temps, la lente dégradation des capacités physiques, la corrosion des liens et des situations, la présence sournoise de la camarde. Personne n'échappe à cette réalité. Pendant des années, l'insouciance, les enfants, le rythme effréné de la vie professionnelle occulte ce phénomène sournois.

Puis soudain, le souffle est plus court, les ventres rebondis, les cheveux dégarnis et blanchis, les rides plus prononcées, la gourmandise moins vorace, la résistance plus fragile. Les yeux se ferment bien plus tôt. Les lendemains de fête sont bien plus calmes qu'avant.

C'est au soir d'un nouvel an, quand beaucoup s'en sont retournés à leur domicile respectif que l'un deux vient à songer à ce parcours qui s'infléchit, à la fragilité d'un moment qu'ils pensaient tous éternel. Il y a désormais certainement bien moins de réveillons à passer ensemble qu'ils n'en ont partagés depuis si longtemps.

Les lendemains de fête ont cette étrange particularité de pousser à la réflexion et à la nostalgie. L'homme, pour conjurer le sort, pour effacer son angoisse, pour apaiser sa peur a éprouvé le besoin de poser ces quelques mots. Un récit anonyme, une tranche de vie parmi tant d'autres. Rien d'exceptionnel ni de vraiment remarquable. Simplement une année de mieux sur le calendrier, un passage qui ne signifie rien et pourtant …

Chrononostalgiquement vôtre


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 3 janvier 2013 12:23

    Vous parlez d’un autre millénaire C’est Nabum ! Vous vous rendez compte , mille ans !
    Que 2013 vous garde en verve et en nostalgie, si peu prisée de nos jours
    Bonne année...


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 janvier 2013 12:51

      Alinéa


      Éternel je suis et pourtant la nostalgie colle à mes brodequins.

      C’est sans doute pourquoi j’écris ainsi pour tenter de rester vivant

      • loulou 3 janvier 2013 15:19

        Très joli texte. Comme tout cela est bien vu, senti, écrit.

        Une bonne petite tranche d’humanité pensive
         Merci

        • C'est Nabum C’est Nabum 3 janvier 2013 15:58

          Loulou


          Que vous réponde sinon que je suis flatté !

          Il faut parfois prendre le temps de se pauser. C’est ce que je fais ici en toute impudeur ... discrète.

        • brindfolie 3 janvier 2013 16:39

           Il me semble retrouver le C’est Nabum de mes premières lectures,une nostalgie teintée de poésie.Une manière de raconter ces petites choses qui font une vie ; la vie.

          « l’homme,pour conjurer le sort,pour effacer son angoisse,pour apaiser sa peur a éprouvé le besoin de poser ces quelques mots ».

          Simplement,merci.


          • C'est Nabum C’est Nabum 3 janvier 2013 17:14

            Brindefolie


            L’auriez vous perdu ?

            J’en suis désolé !

            Merci, ce texte est vraiment ainsi ...

          • velosolex velosolex 3 janvier 2013 19:18

            Bonjour Nabum

            Il me souvient d’avoir lu « les vagues » se Virginia Woolf, il y a fort longtemps, dont le style m’avait ravi, mais dont le propos m’avait irrité. Il racontait ainsi, les vagues successives des événements et de l’âge, sur un groupe d’amis.

            A 20 ans, on est irrité devant ce genre de constat. Notre vie a les poches pleines d’années. L’action nous détermine, et le regret n’est pas à la mesure de ceux qu’on peut avoir, quand la journée s’avance, et qu’il est bien tard.

            Mais foin des métaphores, et des feuilles mortes se ramassant à la pelle.
            L’age amène aussi des plaisirs, pour ceux qui ne veulent pas les refuser, en tentant de singer la jeunesse, à armes de moins en moins égales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès