Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Vaccination « obligatoire » : A l’attention des parents

Vaccination « obligatoire » : A l’attention des parents

Les vaccins contre la Diphtérie, le Tétanos et la Polio (DTP) sont les seuls obligatoires pour les enfants et les adolescents.

Or, depuis le 12 juin 2008, en accord avec l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), Sanofi Pasteur MSD a suspendu la commercialisation du vaccin DTP en raison d’une « augmentation du nombre de signalements de manifestations allergiques observées jusqu’à 24 heures suivant la vaccination depuis le début de l’année 2008 par rapport aux années précédentes ».

Selon l’Afssaps, ces manifestations « concernaient majoritairement des urticaires généralisés et des œdèmes, 6 lots de DTP furent incriminés ».

 

Mais alors qu’aucun problème de fabrication n’a été retrouvé, la fabrication de ce vaccin n’a pas été reprise. Quelles peuvent en être les raisons ?

  1. Est-ce pour stimuler le chiffre d’affaires des laboratoires ?

Alors que ce vaccin était peu onéreux (moins de 7 euros la dose) et peu rentable pour le fabricant, les vaccins de substitution s’avèrent beaucoup plus lucratifs pour le fabricant et beaucoup plus onéreux par la sécurité sociale (27 à 40 € la dose) : Il est en effet proposé aux parents – sans que le médecin ne les en avertisse forcément – un pentavaccin contenant outre le DTPolio, les valences contre la coqueluche et l’Haemophilus influenza b ou, mieux encore, un hexa-vaccin qui intègre en plus l’hépatite B.

  1. Est-ce également un moyen détourné pour promouvoir certaines vaccinations face à la crise de confiance de la population ?

Alors qu’elle serait insuffisante en France, la couverture vaccinale contre la Coqueluche, l’Hépatite B, l’Haemophilus, serait ainsi renforcée avec les nouveaux vaccins proposés associant 5, 6, voire 7 valences.

 

Avant d’envisager la vaccination « obligatoire » de leurs enfants, les parents ne peuvent ignorer que :

- Comme le reconnaît le Pr Montagnier « Vraisemblablement, la vaccination, en particulier la vaccination contre de multiples antigènes, pourrait être un élément déclencheur d’une situation pathologique préexistante chez certains enfants ».

- La responsabilité de l’État ne couvre que les éventuels effets secondaires imputables aux trois vaccins obligatoires. Il se dégage cependant de toute responsabilité pour les effets indésirables liés aux valences non obligatoires alors que ces penta et hexavaccins font partie des médicaments « sous surveillance avec suivi renforcé ».

- Ces vaccins font notamment appel comme adjuvant à de l’hydroxyde d’aluminium, reconnu cancérigène et neurotoxique et pour lequel un moratoire a été vainement recommandé par un groupe de députés en mars 2012.

Les parents sont donc en droit de demander un certificat de contre-indication pour cette vaccination DTP « obligatoire » puisque le vaccin correspondant n’est plus disponible et que l’existence des autres valences, faisant appel à l’aluminium, justifie la qualification de «  produits défectueux - voire toxiques - dans la mesure où ils n’apportent pas la sécurité que chacun est en droit légitimement d’attendre », au sens de la directive européenne de juillet 1985 sur le droit de la consommation et codifiée dans le droit français par la loi du 19 mai 1998.

 

N.B  : En octobre 2012, en accord avec l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament), le Laboratoire GlaxoSmithKline a procédé, par mesure de précaution, au rappel de lots d'Infanrix Tetra, Quinta et Hexa. Ce rappel fait suite à une non-conformité détectée lors d'un contrôle environnemental au sein de l'atelier de production. Aucune contamination n'a été constatée dans les produits eux-mêmes, une bactérie potentiellement dangereuse avait cependant été découverte dans l’usine de production de Wavre, près de Bruxelles…

 

Dr Marc VERCOUTERE. cri-vie@neuf.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 18 décembre 2012 11:50

    S’il est un domaine où la notion de rentabilité devrait être relativisée, c’est bien celui de la santé. Il est loin le temps où le docteur Jonas Salk, créateur du premier vaccin contre la poliomyélite, déclarait à un journaliste lui demandant à qui appartenait le brevet : « Eh bien… au peuple. Il n’y a pas de brevet. Peut-on breveter le soleil ? »

    il est temps que ce qui touche a la santé passes sous controle citoyen...

    voir : MEDECINE, SANTE ET PROFITS


    • gaijin gaijin 18 décembre 2012 17:11

      « La responsabilité de l’État ne couvre que les éventuels effets secondaires imputables aux trois vaccins obligatoires ......... »
      ben voyons
      et le mec qui va arriver a prouver lequel des 6 vaccins en question pose problème gagne
      une chimio gratuite.......

      rapport bénefice /risques : les risques pour la population ( on ne peut pas dire patient puisque par définition on ne vaccine que des gens en bonne santé )
      et les bénéfices pour les labbos .......


      • doctorix doctorix 18 décembre 2012 22:13

        A force d’étudier les vaccins, j’ai fini par renoncer à les faire. Au cours de mes études, ce sujet était tellement religieux qu’on n’éprouvait même pas le besoin de nous l’enseigner. On vaccine, un point c’est tout, et on ne discute pas.

        C’est Mme Bachelot qui, avec son insistance bizarre à nous faire la promo d’un vaccin contre une grippe qui n’avait pas montré de dangerosité particulière dans l’hémisphère Sud, m’a fait me poser des questions. Et quand on cherche sur ce sujet, on trouve beaucoup de questions et beaucoup de réponses.
        J’ai appris ainsi que les enfants vaccinés étaient beaucoup plus malades que ceux qui y avaient échappé. Les affections allergiques, l’asthme, l’herpès, et même la scoliose étaient beaucoup plus fréquents chez les premiers. Bien d’autres maladies aussi.
        Ceci pour leurs effets délétères.
        Par contre leurs avantages étaient beaucoup moins évidents que ce qu’on m’en avait dit.
        En ce qui concerne le DTPolio, puisque c’est le sujet, son caractère obligatoire (nous sommes le seul pays en Europe) est incompatible avec la non disponibilité du produit depuis des années : une façon comme une autre de nous obliger à vacciner avec au minimum une valence supplémentaire, la coqueluche, une source d’accidents considérable, tout en se dégageant de la responsabilité étatique, puisque ce vaccin n’est pas obligatoire. En fait de DTPolio, il y a bien le Revaxis, moins dosé en toxine diphtérique, mais qui n’est pas indiqué avant 6 ans.
        Alors, si on veut vraiment vacciner pour répondre à l’obligation légale, c’est le parcours du combattant : il faut faire un DTVax, et commander dix doses de vaccin polio dont on va en jeter 9, et recommencer ce cirque un et deux mois plus tard.
        Quand aux établissements scolaires (mais aussi l’armée, le corps médical, la police), les responsables n’hésitent pas à réclamer des vaccinations non obligatoires : BCG, hépatite, rougeole-oreillons-rubéole, faute de quoi on n’entre ni dans la crèche ni dans le système.
        Or il est stipulé dans les textes que quiconque oblige une personne çà une vaccination non obligatoire est passible de prison et d’une énorme amende.
        Ca ne doit pas être appliqué tous les jours...
        Il y a aussi ce système qui consiste à culpabiliser les mamans qui résistent à l’obligation vaccinale parce qu’elles se sont informées : vous allez tuer votre enfant, vous aurez des remords toute votre vie, etc...C’est un truc qui marche très bien.
        Or, quand on vaccine à 2, 3 et 4 mois, comme c’est recommandé, on obtient 13% d’asthmatiques à 7 ans. Si on recule de seulement deux ou trois mois, ce taux tombe à 7%. Et si on attend 1 an, il chute à moins de 1% : autrement dit, 92% des asthmes de l’enfant sont dus aux vaccins précoces. C’est alors que les mamans devraient se sentir coupables : parce que ces faits sont largement documentés.
        J’arrête là, j’en aurais pour des heures à vous expliquer. Mais sachez que de nombreux médecins sont sortis de ce système, au risque de leur diplôme, et que les autres sont soit vénaux, soit ignorants.
        Les vaccins tels qu’ils sont pratiqués ne sont plus défendables. Encore un peu de temps et cette vérité triomphera : cette année, moins de 20% de la population s’est vaccinée contre la grippe : ce qui prouve que les populations s’informent, et ne croient plus la propagande.
        C’est positif.
        Le problème des vaccins est que leurs effets secondaires sont tellement décalés dans le temps parfois (quand ils ne causent pas la mort subite du nourrisson) qu’il est presque impossible de relier les deux faits : c’est ainsi que les labos échappent à leur responsabilité et que la vraie cause des problèmes reste cachée. ceci dit, il commence à y avoir des procès gagnés dans ce sens, et c’est encore un point positif.
        Nous allons sortir de l’obscurantisme moyen-âgeux, cesser de pousser sous la peau des bébés ces soupes purulentes pleines de produits toxiques et à l’intérêt douteux, mais il aura fallu beaucoup de temps et beaucoup de souffrances. Beaucoup trop.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 décembre 2012 04:58

          Merci à l’auteur et à Doctorix pour les infos,
          surtout celles à caractère légal qui m’apparaissent particulièrement précieuses pour résister !


          • doctorix doctorix 19 décembre 2012 17:02

            C’ets toujours important de bien connaître les lois, surtout les plus cachées.


          • thierry3468 19 décembre 2012 09:19

            Il y a quelques mois ,je vais voir le pédiatre de mon petit crapaud pour sa 2ème visite obligatoire Très vite le ton est monté car je ne souhaitais pas obéir aveuglement à ses directives concernant la vaccination.
            Après son caca nerveux ,il a accepté de faire sa consultation mais nous sommes jamais retourné le voir ....
            Beaucoup de parents ont du mal à résister ,s’informent peu et acceptent sans broncher tout ce que le médecin leur propose,plus précisément impose .


            • doctorix doctorix 19 décembre 2012 16:56

              Un pédiatre honnête ne vaccinerait pas. Et donc il crèverait de faim puisque c’est son gagne-pain.

              Or il n’y a pas de pédiatre qui crève de faim.
              Donc...

            • TSS 19 décembre 2012 10:02

              Quand on lit l’histoire de Pasteur et du vaccin contre la rage ,on s’aperçoit que ,même à

               l’epoque ,ses collègues medecins lui avaient demandé de la mettre en veilleuse ,les

              resultats de ses experiences etant plus que sujets à caution... !!


              • doctorix doctorix 19 décembre 2012 16:58

                Pasteur était un escroc doublé d’un assassin.

                Toutes les lectures vont dans ce sens.
                Et la boîte qu’il a fondé ne vaut pas mieux.

              • chmoll chmoll 19 décembre 2012 10:20

                alerte aux parents attention ça a été controlé (plutot vérifié je dirais) par l’Afssaps ,donc à vos risque et périls


                • doctorix doctorix 19 décembre 2012 17:00

                  l’Affsaps est sous contrôle de l’industrie pharmaceutique, avec de nombreux conflits d’intérêt en son sein..

                  l’OMS aussi, d’ailleurs.
                  Rien de bon à en espérer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

VERCOUTERE


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès