Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Vaincre le paludisme, une priorité pour sauver l’Afrique

Vaincre le paludisme, une priorité pour sauver l’Afrique

Une personne meurt du paludisme toutes les trente secondes dans le monde. Une maladie pourtant facilement soignable mais hors de prix pour les pays pauvres où il sévit. Un candidat vaccin est en train de terminer des tests cliniques très encourageants. Un moyen pour délivrer l’Afrique de ce mal endémique.

« Un début d’espoir pour un vaccin contre le paludisme » : C’est le titre que les deux chercheurs Williams E. Collins et John W. Barnwell ont rédigé pour leur éditorial à la revue médicale "The New England Journal of Medicine" qui publiera le 11 décembre 2008 deux études sur les résultats des essais cliniques en phase 2b d’un vaccin contre le paludisme accessible en téléchargement dans cet article.


Un fléau de l’Afrique

Le paludisme (ou malaria) est l’un des véritables fléaux qui frappent la planète depuis cinquante mille ans. On aurait recensé entre 250 et 500 millions de cas et la maladie et c’est la cause de la mort chaque année de 1,5 à 3 millions de personnes, essentiellement en Afrique subsaharienne (pour 80% des cas). Un mort toutes les trente secondes.

La cause, elle est connue depuis la fin du XIXe siècle grâce à deux futurs Prix Nobel de Médecine, Alphonse Laveran et Ronald Ross.

C’est un parasite (plasmodium) qui est transmis à l’être humain par un moustique femelle, l’anophèle. Le parasite circule alors dans le sang et détruit les globules rouges (hématies).

C’est pourquoi on retrouve les principaux cas dans les pays tropicaux chauds et humides où sévissent les anophèles femelles. Cependant, certains cas peut être transmis hors de ces pays à risque, en raison de la multiplication des déplacements internationaux (voir ici).

Une fois le parasite transmis, le corps subit des fièvres par intermittence, parfois jusqu’à 41°C, et sans soin, la mort est inéluctable. C’est une véritable récurrence qui peut être mortelle mais en le sachant, le malade peut se préparer de quoi se soigner en cas de prochaine fièvre.


Comment éviter la maladie ?

Un moyen simple et bon marché pour éradiquer le moustique, c’était le DDT (dichloro-diphényl-trichloréthane) dans les années 1960. Hélas, ce produit chimique a été interdit par l’OMS en 1992 (considéré comme polluant persistant) et avait engendré des mutations chez l’anophèle (devenu résistant) et des intoxications chimiques en Inde.

Pour se prémunir d’éventuelles piqûres d’anophèles, il faut soit les éloigner avec le répulsif DEET (N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide) soit prendre par prévention, lors d’un séjour en zone tropicale, de la chloroquine (marque connue : nivaquine), molécule qui ne suffit plus dans de nombreuses régions, et prendre aussi de la quinine. Les meilleures protections sont maintenant assurées par des médicaments comme la Malarone ou le Lariam.

Mais ces médicaments coûtent très chers, environ 1 500 euros par an et par personne (au prix achetés en France), ce qui est hors de portée des locaux et n’est accessibles qu’aux personnes se rendant dans les régions à risque pour une courte durée (tourisme ou déplacement professionnel).


Quelques efforts sanitaires pour réduire le fléau

Quand on voit les énormes dégâts humains de cette maladie, et les coûts très élevés pour les soins, on comprend que le paludisme est d’abord une maladie mortelle de pays pauvres.

Pourtant, des efforts ont été réalisés : la proportion de la population mondiale exposée au risque de paludisme est passée en cinq ans de 48% (en 2002) à 35% (en 2007). C’est encore beaucoup trop, mais la tendance est bonne. Ces statistiques proviennent du Malaria Atlas Project. Certains chercheurs de ce projet considèrent même que le réchauffement climatique réduirait encore les risques de transmission du plasmodium.

Mais il manquait avant tout un vaccin pour éradiquer la maladie.


Un bon candidat vaccin

Depuis plusieurs décennies est développé un vaccin comprenant une partie de l’enveloppe du plasmodium et un adjuvant pour accroître son efficacité (AS01 ou AS02).

Ce 11 décembre 2008, deux études sont publiées (voir en annexe) pour présenter les résultats de deux tests cliniques en avant-dernière étape (phase 2b) sur le vaccin candidat RTS,S/AS02.

Le premier a eu lieu en Tanzanie sur 340 enfants de moins d’un an : le vaccin a réduit de 65% le nombre d’infections et de 59% les épisodes de paludisme après infection pendant une période supérieure à six mois.

Le second test a eu lieu au Kenya sur 894 enfants de cinq à dix-sept mois : réduction ici de 53% des épisodes de paludisme sur une période de huit mois.

Apparemment, le vaccin pourrait s’administrer avec les autres vaccins habituels destinés aux enfants, ce qui rendrait son utilisation facile et bon marché, selon Collins et Barnwell.

Au Mozambique, on avait déjà démontré que des adjuvants permettaient aussi une baisse de 35% des épisodes de paludisme sur dix-huit mois.

Le directeur de l’association Initiative Vaccin contre le Paludisme, Christian Loucq, est très optimiste : « Nous sommes plus près que jamais de la mise au point d’un vaccin contre le paludisme pour les enfants en Afrique. (…) L’histoire a montré que les vaccins sont l’outil le plus puissant pour maîtriser et éliminer les maladies infectieuses. Manifestement, le monde a besoin de façon urgente d’un vaccin efficace et sûr pour gagner la guerre contre la terrible maladie. ».


Rien n’est encore fait

Pour se réjouir, il faut surtout attendre la confirmation de ces résultats en phase finale des essais cliniques (phase 3) qui commencera en début 2009 dans sept pays africains avant de pouvoir faire homologuer le vaccin. Elle concerne une étude statistique à très grande échelle dans les zones à forte infection.

Ce vaccin, qui a été mis au point par la multinationale GlaxoSmithKline, ne sera de toutes façons pas suffisant pour réduire complètement cette maladie et il faut aussi beaucoup de pédagogie auprès des populations dans les pays tropicaux notamment sur l’importance de ne pas utiliser d’eaux stagnantes (où sont logées les larves de l’anophèle) et de mettre des moustiquaires imprégnées d’insecticide.

Et sans doute faudrait-il plusieurs vaccins différents, étant donné le nombre de souches différentes.


Même si la recherche sur les maladies orphelines est nécessaire, on peut penser cependant que la réponse au paludisme mériterait encore plus de moyens car il s’agit de sauver plus d’un million de personnes chaque année.



Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (9 décembre 2008)


Pour aller plus loin :

Dépêche de presse (8 décembre 2008).

Sur le paludisme des aéroports (données de l’Université d’Angers).


Articles originaux à télécharger (en anglais) :


1.
"A Hopeful Beginning for Malaria Vaccines", William E. Collins and John W. Barnwell, The New Englang Journal of Medicine, vol. 359, 24 (December 11, 2008), pp 2599-2601.

Téléchargement (108 ko).


2.
"Safety and Immunogenicity of RTS,S/AD02D Malaria Vaccine in Infants", Salim Abdulla and al., The New Englang Journal of Medicine, vol. 359, 24 (December 11, 2008), pp 2533-2544.

Téléchargement (322 ko).


3. "Efficacy of RTS,S/AS01E Vaccine against Malaria in Children 5 to 17 Months of Age", Philip Bejon and al., The New Englang Journal of Medicine, vol. 359, 24 (December 11, 2008), pp 2521-2532.

Téléchargement (407 ko).

Documents joints à cet article

Vaincre le paludisme, une priorité pour sauver l'Afrique Vaincre le paludisme, une priorité pour sauver l'Afrique Vaincre le paludisme, une priorité pour sauver l'Afrique

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Rune Rune 9 décembre 2008 12:20

    Je suis désolé mais en fait, personne ne veut sauver l’Afrique (je veux parler des dirigeants)... Triste à dire, mais on préfère au contraire les tenir dans un état de dépendance qui nous est favorable.
    "Et la personne humaine me direz vous ?", des chiffres, des stats, mais pas des personnes.


    • Le péripate Le péripate 9 décembre 2008 14:12

       Je voudrais faire un bref aparté sur le DDT. 

      Insecticide bon marché et efficace, probablement cancérigène mais pas plus que de milliers d’autres produits, il avait presque réussi à éradiquer le paludisme au Bangladesh et fait fortement baissé l’incidence du paludisme dans le monde entier. Nous touchions au but.

      En 1960 une ornithologue américaine semble montrer (les preuves sont moins qu’évidentes) que les coquilles d’oeuf de certains oiseaux de Long Island s’amincissent sous l’action du DDT. Suite à une des premières campagnes historiques anti machins, le DDT est interdit en 1972. Oiseaux du nord contre hommes du sud.

      Aujourd’hui l’OMS est (un peu) revenu sur cette interdiction, et préconise la pulvérisation dans les intérieurs des maisons, disant qu’elle serait susceptible de baisser baisser la prévalence de 90%. Pourquoi ne pas viser 100% !

      Combien de morts pour une décision idiote (les oiseaux vont bien, merci), se trouvera-t-il une justice pour assigner un procès en responsabilité contre les organisations écologistes et les politiques qui ont pris cette décision aberrante ? Non. Les politiques sont irresponsables.

      Si ça pouvait servir d’avertissement à tous les anti machins ....


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 décembre 2008 15:18

        Salut Sylvain,

        	 	 	 	 	 	

         

         

        J’aimerais aller sur place pour voir les gîtes larvaires, et quand on sait que le moustique Anophele ganbiae est le principal vecteur du paludisme en Afrique

        source :

        http://www.pasteur.fr/actu/presse/com/dossiers/genomics/genmoust.html

         

        ... on se demande si là bas les hommes ne sont pas un peu responsables.... voir mon article

        Stop à la prolifération du moustique « Chikungunya », ... imposons lui un « régime sec » !

        Ecologie des anophèles [modifier]

        En Afrique, cinq espèces sont considérées comme vecteurs majeurs du paludisme.

        Il s’agit de : A. gambiae s.s, A. arabiensis, A. funestus, A. nili et A. moucheti. D’autres tels que A. melas, A. merus, A. paludis, A. pharoensis, A. hancocki sont des vecteurs d’importance locale, dits "secondaires" (pour l’Afrique centrale).

        Chacune de ces espèces a des exigences écologiques particulières et exploite une variété de collection d’eau. A. gambiae se développe plutôt dans de petites collections d’eaux claires, ensoleillées et sans végétation. A. arabiensis peuple les environnements plus secs jusqu’en bordure du Sahara (Coetze et al., 2000). A. funestus peuple les marais à végétation dressée. A. nili se développe sur les bords des rivières à courant rapide et A. moucheti se développe dans les fleuves à courant lent, dans le bloc forestier d’Afrique centrale (Antonio-Nkondjio et al., 2002).

        Certaines espèces (A. melas, A. merus) se développent dans les eaux saumâtres des zones cotières, tolérant une concentration en sel comprise entre 5 à 37 g par litre.

        souce :http://fr.wikipedia.org/wiki/Anoph%C3%A8le

         

        @+ P@py


        • lijialefw 28 mars 2009 08:32

          Glad to see you are wow power leveling on wow power leveling the bailout. Lehman wow power leveling Brothers was left to fail and that is called a mistake.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès