Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Vieillir à s’en casser les dents

Vieillir à s’en casser les dents

Une histoire vraie dont nous garderons le secret

Vidéo en contre-point :

Une gériatre acariâtre !

Quelque part en Aveyron, il est une maison de retraite comme beaucoup d'autres. Le personnel est débordé, la direction lointaine, les patients considérés comme des ombres. La situation n'a rien d'exceptionnelle, la rigueur budgétaire a chassé l'humain de bien des institutions, qu'importent les conséquences pour ceux qu'on ne considère même pas comme des clients !

Tout a commencé après un incident qui conduisit cette pauvre dame de sa maison en ce lieu d'indifférence. Elle avait perdu la tête, elle n'était plus en mesure de se prendre en charge pour les gestes élémentaires de la vie courante. La famille espérait pour le moins trouver en ce lieu une prise en charge convenable pour lui faciliter ce passage douloureux.

La dame connut alors une mésaventure qui n'a rien d'extraordinaire. Elle est simplement révélatrice de la déchéance ou de la décrépitude de notre système de santé. Lors d'une visite, son fils comprit dans l'incohérence des propos de sa pauvre mère qu'elle souffrait de la bouche. Ses mâchoires étaient enflammées ….

Il demanda à ce qu'elle consulte un chirurgien dentiste, profession toujours sur les dents et fort difficile à joindre. Après une longue attente, il obtint enfin cette consultation qui s'imposait. La dame fut alors examinée par un jeune dentiste au comportement un peu arrogant. Ou pour le moins surprenant. Il déclara tout de go : « Madame votre mère a dans la bouche un dentier qui n'est pas sien ! »

La réplique était si étrange que notre homme s'interrogea sur ce praticien. Il s'enquit auprès du personnel sur la possibilité d'un échange de dentier. Bien sûr le personnel monta sur ses grands chevaux, prit le mors aux dents et s'indigna qu'on pût croire en pareille énormité. La cheffe (féminisation des titres ) de service de cette noble institution, gériatre acariâtre, renchérit sur ce concert de protestations en prenant une posture outragée. « Pas de ça chez nous ! » semblait dire cet important personnage.

Le fils voulut en avoir le cœur net. Il embarqua sa mère pour la confier au regard bienveillant de son dentiste habituel. Le chirurgien confirma le diagnostic de son jeune confrère. Il y avait bien eu substitution de dentier. La chose pour incroyable qu'elle fût, était donc avérée. Le fils s'en retourna très courroucé retrouver les responsables de la maison de retraite.

Le dialogue tourna bien vite à la farce. Le personnel dégageant toute responsabilité, affirmant sans rougir que la pauvre femme était arrivée avec ce dentier inadapté. Il est de coutume, quand on vit seule, d'emprunter à ses voisines un appareil dentaire pour changer de dentition comme d'autres changent de montre. C'est une tradition semble-t-il dans ce département si rural !

Devant une pareille mauvaise foi, le fils commença à élever le ton. On le prenait de haut. Il demanda à voir la gériatre pimbêche qui cette fois fut particulièrement odieuse. « Compte tenu de l'âge de votre mère, il n'est pas bien nécessaire de lui mettre un appareil. Elle se satisfera d'une nourriture en purée, vous n'allez pas nous en faire une pendule ! »

Cette fois, la mesure était dépassée. Le fils fut indigné d'un tel mépris. Un dentier permet aussi de parler convenablement. Sa mère avait droit au respect et à la dignité auxquels ont droit tous les humains. Pour la cheffe de service et son personnel, sa mère n'était plus qu'un simple numéro de chambre, une matière première source de revenu. Il réclama pour le principe le remboursement de l'appareil.

La gériatre opiniâtre ne tint absolument pas compte de cette demande légitime. La maison de retraite ne peut être responsable des objets perdus par ses pensionnaires. Il fallait écrire au directeur de l'hôpital qui avait la responsabilité de cette maison de retraite. Les arcanes de l'administration permettent souvent d'ouvrir le parapluie.

La réponse fut courtoise. La responsabilité des services ne pouvait être prouvée. Le dentier ne serait pas remboursé. Circulez mon bon monsieur, il n'y a rien à faire au pays de Courteline. Face au mépris de ces professionnels de la vieillesse, le fils en colère décréta qu'il obtiendrait gain de cause. On ne peut être traité comme des chiens même quand hélas, on a perdu la tête.

Il consulta l'association « Soixante millions de consommateurs ! » qui prit en charge le dossier. Moins d'un mois plus tard, le directeur toujours aimable et à l'air humain, convoqua le fils pour lui remettre un chèque. Il voulut garder la tête haute et ajouta, péremptoire ; « C'est bien contraint et forcé que je vous rembourse ce maudit dentier ! »

L'affaire ne fut pas close pour autant. La pauvre femme subit alors la vengeance sournoise du personnel. Elle eut à pâtir du combat légitime de son fils. Humiliation, mauvais traitements, indifférence et autres plats sournois et indignes furent au menu de son séjour. Le fils fut même convoqué par la gériatre revêche pourtant si humaine pour s'entendre dire que les visites de la famille perturbaient leur chère patiente.

Les gens ont la dent dure ! Il ne faut pas obtenir raison face à la toute puissante administration. La règle vaut dans une maison de retraite comme dans bien d'autres secteurs. Retenant la leçon, le fils trouva une maison de retraite plus humaine et plus petite pour recevoir sa mère. Elle avait à nouveau un dentier qui lui allait bien et retrouva un peu de ses esprits. L'histoire se termine bien, elle n'eut pas trop à souffrir de la méchanceté de ces tristes personnages et trouva en un autre lieu l'humanité qui faisait défaut en ce qui n'était hélas, qu'un mouroir de sinistre mémoire !

Règlementdecomptement vôtre


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • ARMINIUS ARMINIUS 4 janvier 2013 09:20

    En droit ça s’appelle de l’abus de faiblesse et la mégère peu amène qui dirige l’établissement devrait être poursuivie...le manque de moyens n’exclue pas l’humanité et cette fonctionnaire ferait bien aussi de lire Voltaire...car je pense qu’elle n’a rien d’une marquise de dix-huit ans....


    • Shawford Shawford42 4 janvier 2013 09:24

      Tout dépend si la Marquise a ses ANGES ou pas smiley smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 09:44

      ARMINIUS


      existe-t-il encore un droit public pour ces vieillards qui pour certains sont seuls et sans défense. 
      Il faudrait un recours citoyen pour casser le dos de ces marquises monstrueuses

      Une nation qui laisse ses vieux dans cet état n’est pas loin d’entrer en barbarie !

    • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 09:47

      Shawford42


      Celle-ci avait le démon de la fin de vie !

    • appoline appoline 4 janvier 2013 13:09

      Ce n’est que le début. J’ai vu tant de conneries dans les maisons de retraite que je pourrais écrire un livre, notamment dans les environs de La Rochelle et dans le Gers. C’est tout bonnement écoeurant, la hiérarchie couvre les maltraitances. Il ne fait pas bon pour les « vieux » quand ils sont à l’abris des regards de leur chère famille, on leur sert des repas épouvantables alors qu’ils paient la peau des fesses pour de maigres prestations. Tout bonnement une honte. Comme je disais à un couple de personnes âgées, « Profitez en car dans une trentaine d’années, les jeunes vont nous jeter à la fosse commune, il est clair que nous pourrons nous permettre de les faire chier ». 


    • Gabriel Gabriel 4 janvier 2013 09:38

      Salut a toi bonimenteur,

      Cela n’est que le miroir d’une société qui par souci de rentabilité et d’individualité rejette ses vieux. Les maisons de retraite ne sont que des mouroirs où dans le meilleur des cas, en payant des fortunes, les personnes âgées sont considérées comme des livrets A sur lesquels il faut comptabiliser, capitaliser. Des solutions alternatives et plus humaines se mettent petit à petit en place comme les lotissements de personnes retraitées qui ensemble se prennent en charge par un système de solidarité se passant ainsi, de ces officines où le personnel n’a que faire de ses patients et de leurs faiblesses et où les dirigeants ne pensent qu’à se remplir les poches en vidant celles de leurs clients.


      • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 09:46

        Gabriel


        le personnel est victime d’un système de gestion qui pousse à toujours plus d’activité au détriment de la relation. Il est souvent mal payé, pas formé et très mobile. Seul les investisseurs sont gagnats dans ce scandale qui deshonore une société qui tourne le dos à ses vieux.

      • appoline appoline 4 janvier 2013 13:16

        Pire que cela Gabriel, elles ne sont pas plus en sécurité. Les gérants des maisons de retraite s’en mettent plein les poches au détriment de leur bien-être. Je connais une famille de 4 personnes qui ont en main une maison de retraite proche de La Rochelle et je peux vous dire que les résidents sont dans un véritable mouroir. En fait quand j’ai vu leurs véhicules à tous les quatre, j’ai eu un sourire amer


      • bigglop bigglop 5 janvier 2013 02:44

        Merci @Nabum pour ce témoignage poignant.

        De toutes façons, pour les investisseurs privés, le secteur du troisième âge et des maisons de retraite est un investissement très rentable

        Une technique, une méthode que j"ai éprouvée dans plusieurs litiges et qui donne un moyen de preuve :
        Simplement, après chaque entretien avec une personne (téléphonique ou non), faites, systématiquement, un compte-rendu le plus complet possible (questions-réponses), envoyez-le en recommandé avec AR à l’interlocuteur.
        Avantages :
        Cela met une pression très forte sur la partie adverse.
        Cette dernière est contrainte de vous répondre par le même moyen.
        La correspondance échangée est un moyen de preuve auprès des Tribunaux.

        Et surtout soyez honnête dans le contenu de ces courriers, pas d’interprétation, etc....


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 janvier 2013 10:25

        Cette histoire mériterait d’etre connue dans le monde entier !


        • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 11:11

          Aita Pea Pea


          Voila ce que les comptables et les bureaucrates ont fait de notre système de santé

          Tant que les comptes sont bons, les humains ne comptent pas !

        • appoline appoline 4 janvier 2013 13:18

          Essayez donc de contacter déjà les autorités parisiennes, quand on a le chef du chef du chef, la pintade qui m’a répondu en 2004, m’a seulement demandé si j’avais pris des photos des maltraitances ; je lui ai répondu que je n’avais pas eu ce reflex quand l’aide-soignante a baffé la vieille dame.


        • JL JL 4 janvier 2013 10:44

          Bonjour C’est Nabum,

          cette histoire est terrible à plus d’un titre : elle est significative de ce que vivent quotidiennement des milliers de vieillards.

          Là où nous sommes le plus interpellés c’est à partir de ce que vous écrivez : « L’affaire ne fut pas close pour autant. »

          En effet, et cela est vrai dans toutes les institutions qui ont en en charge des personnes en situation de faiblesse, il n’est pas possible de mettre en cause le personnel ni demander une enquête, tout simplement parce que, si le personnel est mauvais, il se vengera. Et il suffit d’une seule brebis galeuse parmi des dizaines de personnes consciencieuses et dévouées pour gâcher la vie d’un vieillard, ou d’un enfant dans une école.

          C’est ce que nous devons attendre d’une institution : que son directeur soit digne de sa charge, et qu’il contrôle parfaitement les agissements du personnel.

          Mais hélas, en ces temps de « rigueur budgétaire pour enrichir les riches qui ne veulent pas payer d’impôts », les choses ne sont pas en voie d’amélioration, bien au contraire.

          Bien à vous.


          • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 11:13

            JL


            Hélas, cette histoire n’est qu’un exemple parmi des milliers

            L’argent nous gouverne et il transforme notre humanité en jungle sans conscience.

            Que faire ?

            Un changement de régine, de système, de mode de pensée ? 
            C’est une révolte ? Non une révolution des consciences ...

          • JL JL 4 janvier 2013 11:16

            @ C’est Nabum,

            Une révolution des consciences, en effet : une simple indignation ne suffit pas. Bien au contraire : elle donne bonne conscience. Et ce n’est pas ce dont nous avons besoin.


          • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 11:26

            JL


            Nous entrons dans l’aire de la Barbarie économique

            Menons une révolution humaine pour faire taire les comptables et les cupides, les experts de coûts et des économies sur les individus.

            Et n’espérons rien de nos partis de gouvernement, inféodés à ce dogme deshumanisé.

          • appoline appoline 4 janvier 2013 13:20

            C’est le parcours du combattant pour dénoncer des maltraitances. Qui plus est, les retombées sur le personnel qui dénonce sont terribles.


          • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 19:45

            appoline 


            Hélas

            La loi du silence est préférable !

          • Jean Jolly Jean Jolly 4 janvier 2013 23:20

            Voter Front de Gauche ne vous enlèvera rien, ce geste ne fera que vous humaniser et sans doute sauver des vies aimées.


          • jako jako 4 janvier 2013 11:52

            Merci Nabum, j’eusse préféré que ce fusse du boniment, hélas, ma bien aimée est dans l’aide à domicile et elle en voit des vertes et des pas très mûres sur le comportement des familles aussi.


            • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 12:09

              Jako


              Hélas c’est aussi vrai et les institutions ne sont pas les seules en cause dans les mauvais traitements que subissent nos anciens.

              Une société qui méprisent ses vieux n’est pas digne d’être considéré comme civilisée. Nous entrons dans un âge cruel et égoïste Il n’y a pas que Depardieu pour sombrer dans l’ignoble !

            • chmoll chmoll 4 janvier 2013 12:41

              le problème (enfin je pense) , est que la personne a été recruté dans un bar à putes
              pour n’avoir aucun envers cette personne agée


              • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 12:45

                chmoll


                Gériatre est une rpofession qui suppose une formation bien loin de votre suggestion scabreuse. Mais il est possible qu’elle manque cruellement d’ampathie ce qui ne doit pas être le cas de la profession évoquée.

              • appoline appoline 4 janvier 2013 13:22

                Le personnel des maisons de retraite est usé en peu de temps. Près de La Rochelle, les 6 aides-soignantes avaient 99 personnes à coucher le soir, dans ces cas là, vous ne les mettez pas au lit, vous les jetez au lit. Vous ne leur donnez pas à manger, vous les gavez. Mais une chose est sure, c’est que le gérant lui, ça ne lui pose aucun problème


              • chmoll chmoll 4 janvier 2013 16:00

                sur y a du scabreux dans son comportement


                • lerenard lerenard 4 janvier 2013 13:08

                  je veut le nom de l’établissement on en a fait fermé d’autres pour moins que ça


                  • julius 1ER 4 janvier 2013 13:24

                    @le renard


                    il serait bon effectivement de citer ce genre d’établissement afin lui faire une juste publicité , gratuite de surcroît !!!!!!!!!!!!!!

                  • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 13:55

                    Lerenard


                    Menez votre enquête, de mon côté je tiens ma promesse.

                  • julius 1ER 4 janvier 2013 13:17

                    Bravo à son fils pour mener ce genre de combat, cela n’est pas facile, aller jusqu’à faire appel à une organisation de consommateurs pour simplement obtenir le droit à la bienveillance, voilà qui apporte un éclairage nouveau sur ce monde à la Zola, ne doutons pas qu’après quelques années de crises et de restrictions ce genre d’affaire va se multiplier, c’est terrible de se dire que le bonheur pour tous n’est pas à l’ordre du jour de ceux qui nous gouvernent........................


                    • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 13:57

                      julius 1ER


                      Ceux qui nous gouvernent ne sont là que pour se servir et si d’autres prennent leur place ils font la même chose Il y a quelque-chose de casser dans le sens du bien public

                      C’est hélas le fond du problème, nous avons créé une société de l’égoïsme et de la cupidité.

                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 4 janvier 2013 13:33

                      Les maisons de retraites suivent le même plan marketing que la grande 

                       distribution . 

                      La rentabilité , les bénéfices . 

                      Au détriment de tout le reste . 

                      Il n’ y a pas si longtemps , on gardait ses anciens à la maison jusqu’ à la fin . 

                      On est devenu un monde d’ imbéciles.



                      • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 13:58

                        rocla (haddock)


                        Plus que ça, nous sommes des barbares civilisés Cherchez l’erreur !

                      • vapulaflo 4 janvier 2013 15:18

                        Je pense meme que nous ne sommes que de simples animaux, et que nous répondons aux problèmatiques de dominations des regnes animaux par la technique, et par l’evolution.
                        Nous avons devellopé enormément d’outils (commerce, finances, lois, armes.... ), pour depouiller, tuer, ecraser notre prochain en toute légitimité.
                        Blablabla, toutes nos évolutions techniques et morales n’ont qu’un seul et meme but, dominer et terrasser son prochain.

                        En cela, je ne vois plus beaucoup ce qui nous distingue des cloportes et des cafards... A part peut etre si on parle d’un point de vue purement technique. Moralement a vomir. Vive la france


                      • julius 1ER 4 janvier 2013 13:35

                        le capitalisme appliqué à des maisons de retraites, c’est la pire des choses qui puissent arriver on voit de nombreuses chaines de maisons de retraite se mettre en place depuis quelques années ce sont des groupes financiers qui ont mis la main sur ces marchés juteux car ils reposent sur une clientèle solvable, les séjours sont hors de prix, le personnel peu nombreux et payé au smic, rentabilité maximale , est le mot d’ordre, c’est cela aussi la privatisation de la vieillesse !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                        • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 13:59

                           julius 1ER


                          Pire ils sont de connivence avec nos gourvernements et Bruxelles pour fire de la vieillesse un nouveau gisement Mais quand plus personne ne pourra payer, que se passera-t-il ?

                          On achève bien les chevaux !

                        • ZenZoe ZenZoe 4 janvier 2013 13:41

                          On n’ose même pas imaginer le sort des petits vieux qui n’ont plus de famille pour veiller sur eux. Et, avec les gens qui tombent comme des mouches avec les cancers, les AVC et autres arrêts cardiaques de plus en plus jeunes, il y a de plus en plus de vieux qui se retrouvent sans famille dans les maisons de retraite. Franchement, ça fait peur.


                          • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 14:02

                            ZenZoe


                            Et ce gouvernement qui se dit Socialiste qui ne change rien à une société folle et démante, barbare et cupide. Les vieux, une source de profit

                            Et dire qu’on expulse des africains qui JAMAIS n’agiraient de la sorte avec leurs anciens.

                            Où sont les monstres ?

                          • alinea Alinea 4 janvier 2013 14:02

                            C’est Nabum : j’ai toujours été étonnée de la convergence, involontaire : aujourd’hui même, sur Agoravox, deux autres articles sur le même sujet, la vieillesse.
                            les maisons de retraite sont une anomalie de notre société : mais il y en a d’autres : les asiles pour handicapés, délinquants, fous et même enfants ! On parque les gens qui ne sont plus ou pas conformes au modèle « battant » !!! Une horreur.


                            • C'est Nabum C’est Nabum 4 janvier 2013 14:05

                              Alinéa


                              Il serait même question de créer un établissement pour les gens dans notre genre. Il faut nous faire taire, laisser faire cette vaste entreprise d’abrutissement collectif.

                              Nous les dérangeons même si ça reste à la marge

                              Bientôt nous aurons notre cellule. Pourvu que nous soyons voisins, nous parviendrons encore à les ennuyer !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès