Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vivre tue

Le monde d’aujourd’hui est formidable : en un clic, en un zap, l’information est accessible, classée, ordonnée, attrayante. Une définition nous manque, un sujet nous intéresse, une info nous a échappé ? qu’à cela ne tienne, tout est possible avec internet. Sur la radio, à la télé, des émissions nous instruisent, nous rassurent et nous mettent en garde contre certains dangers. A un tel point que les informations se mélangent dans nos esprits, nous troublent le jugement et nous conduisent à une sorte de schizophrénie malsaine.

Car le citoyen lambda d’aujourd’hui se doit d’être un citoyen éclairé, pour être critique : ayant accès à une multitude de sources, il lui faut être au courant du « dernier buzz » sur internet, de la dernière sortie polémique d’un politique sur une radio, des dernières recommandations du ministère de la santé. Celui qui ne sait pas ne participe pas, et passe pour un imbécile.

C’est pour cela que nombreux sont ceux qui comme moi, quotidiennement, font le tour des principaux médias pour s’informer, et surtout pour aiguiser leur sens critique.

Mais à force de tourner, je m’aperçois peu à peu qu’il devient à peu près impossible de vivre « normalement » si je tiens compte de tout ce que je lis, ou vois, ou entends toute la journée. La voiture est dangereuse pour la planète, le vélo pour ma personne. Les jouets pour enfants contiennent tout un tas de saloperies chimiques cancérogènes, le vaccin contre la grippe possède des effets secondaires potentiellement dangereux mais sans doute moins que la grippe elle-même. Si je consomme équitable je me fais peut-être arnaquer, mais plus ou moins que si je consomme « bio » ? si je souhaite la régularisation des sans-papiers suis-je français au sens humaniste du terme ou cessé-je de l’être par mon manque de patriotisme ? puis-je arrêter de consommer chinois du fait que des enfants sont exploités là-bas, ou dois-je continuer pour leur permettre de gagner leur salaire de misère ? fumer donne le cancer, manger trop gras et trop sucré, ou trop salé n’est pas bon pour la santé, mais l’absence de goût et de plaisir ne constitue pas la base du repas ? faire du sport c’est bien mais attention aux risques cardiaques ! il faut travailler plus pour nourrir sa famille que l’on ne voit presque plus, cesser de boire de l’alcool pour les raisons qu’on sait. Le stress est également un vecteur de maladie, mais comment échapper au stress dans un monde tel que celui-là ?

De la schyzophrénie je vous dis ! plus personne ne sait ni quel comportement adopter, ni à quel saint se vouer. Le monde est si complexe, l’homme est si complexe, les infos si nombreuses et si contradictoires qu’il est quasiment impossible de savoir précisément si un comportement sera plus bénéfique à soi et à la société que l’absence de ce comportement.

Alors bien sûr on peut être tenté soit de ne rien faire du tout, pour ne pas prendre de risques, soit de faire de son mieux, et risquer des conséquences contraires au but recherché.

Pour ma part, étant quelque peu suspicieux quant aux conseils et à la propagande de la bien-pensante « pensée unique », il m’arrive parfois de rejeter tout en bloc, de remettre chaque information en cause, afin de de pas commettre trop d’erreurs. mais peut-être ai-je tort, ou alors…. ? ?

Ou alors il faut arrêter tout ça, laisser parler notre raison et considérer que la seule chose qui soit certaine, c’est que la mort attend son heure, et que jusqu’à cet instant fatal il est bon de faire le maximum pour son bonheur, quitte à raccourcir le temps qui nous sépare de cet instant, mais au moins pour une bonne raison : profiter de la vie.

Car au bout du compte, c’est la vie qui tue. Ne tuons donc pas la vie !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • jps jps 25 novembre 2009 12:05

    @ auteur
    vous écrivez « faire le maximum pour son bonheur »
    j’aurais préféré lire « faire le maximum pour le bonheur »
    Démarche moins égoiste, plus altruiste smiley


    • Gourmet 25 novembre 2009 13:48

      J’irai même plus loin (ou moins loin selon le point de vue) : s’informer, se surinformer déprime.
      db


      • zelectron zelectron 25 novembre 2009 14:44

        Serait-ce à dire que mourir ressuscite ?


        • chrac31 chrac31 26 novembre 2009 07:54

          « faire le maximum pour son bonheur » ; l’article n’est pas mauvais juste la conclusion je vois pas trop la relation avec le bonheur. Ca me derange un peu de penser que finalement il faut etre egoiste dans ce monde pour etre bien.
           Il est a rangé dans la case de notre epoque qui est la « recherche du bonheur », un des symptomes de nos societes dites civilisees.


          • kiouty 26 novembre 2009 08:44

            Punaise, entre les articles qui disent que sarkozy est de gauche, et ceux qui disent qu’il ne faut plus s’informer mais s’enfouir la tete dans le sable pour ne pas etre malheureux, ben dis donc, on est servis aujourd’hui sur agoravox....


            • beuhrète 2 27 novembre 2009 18:43

              Le cœur tant de fois. J’ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos. Je suis déjà tombé amoureux d’un sourire, j’ai déjà crû mourir par tant de nostalgie et... J’ai eu peur de perdre quelqu’un de très spécial ( que j’ai fini par perdre )... Mais…

              http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-pardon-38108046.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès