Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > XVIIIe Conférence internationale sur le sida à Vienne : une valse de (...)

XVIIIe Conférence internationale sur le sida à Vienne : une valse de plus

Alors que l’été bat son plein en France, charriant son cortège de corps alanguis sur les plages, dans le sourd brouhaha d’un relâchement général, la XVIIIe Conférence internationale sur le VIH tient tribune dans la capitale autrichienne du 18 au 23 juillet. Organisée tous les deux ans par l’International Aids Society, cette échéance fait office de point d’orgue récurrent dans la mise en avant sur le devant de la scène globale de ce fléau qui aura creusé en moins de trente années 25 millions de sépultures humaines. Chiffre vertigineux s’il en est, il conviendra toutefois de le compléter par la lecture du rapport publié en 2008 par l’institution Onusida [1].


Actuellement, mieux vaut encore le marteler, plus de 33 millions de personnes sont infectées par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine), dont les deux tiers vivent en Afrique subsaharienne. A cela, chaque année, il faut ajouter plus de 2,7 millions de personnes nouvellement contaminées, soit de quoi effrayer encore bien des consciences humaines au moyen de cette arme que représentent les chiffres de cette épidémie[2]. 

Si, le « positive lounge » [3] est un espace qui fait désormais partie des meubles lors de la tenue des conférences internationales consacrées au redoutable virus du sida, l’endormissement des militants associatifs n’est toutefois pas d’actualité, bien au contraire. Associés aux chercheurs ainsi qu’au corps médical, les activistes de tous horizons redoublent ici d’énergie afin de donner le plus ample écho à leurs différentes revendications souvent pétries à la lumière de leurs expériences de terrain, puis étayées par les meilleurs travaux scientifiques. 

Ainsi, il a été question du fameux gel microbicide de troisième génération, puisque les résultats d’une étude sud-africaine ont été rendus publics dés les premiers jours de la conférence [4]. Avec une efficacité de 39% en matière de réduction de risques, cette innovation dans le champ de la prévention ne peut que susciter de nouveaux espoirs - notamment pour les femmes, premières concernées par ce produit - même si certains observateurs avouaient une certaine déception au regard des attentes qui prévalaient [5]. 

L’autre grande difficulté soulevée par les intervenants concerne l’épineux problème des usagers de drogues, population aussi largement discriminée que massivement exposée au risque d’infection par le VIH. Dans cet esprit, il faut noter que le texte de la Déclaration de Vienne [6] prône une ligne politique assise sur les notions fondamentales de santé publique et de droits humains, le tout débarrassé de toutes considérations morales déplacées. C’est ici un saut qualitatif de grande importance qui permettrait de franchir enfin les derniers obstacles dressés par une société civile encore toute endimanchée dans des représentations archaïques d’une nocivité parfois affligeante. La fin des années 80 n’est pas si loin, et dans son sillage il n’est pas rare d’entendre encore nombre d’inanités insupportables qu’il faut combattre sans relâche. Les préjugés ont la peau au moins aussi dure que celle du VIH ! Dans ce sens, on remarquera l’appel courageux lancé par Françoise Barré-Sinoussi [7], pour que cesse enfin la guerre à la drogue et à ses usagers, politique stérile dont les effets indésirables sont désormais des plus saillants.

Absence indécente du ministre français de la santé lors de la précédente conférence qui s’était tenue à Mexico en 2008, Roseline Bachelot ne pouvait pas se permettre de récidiver, au risque de se voir clouée au pilori par une juste vindicte. Aussi, Act-up Paris n’aura pas manqué sa cible en questionnant cette dernière sur le délicat sujet de l’aide médicale d’État, ainsi que sur la mise en place des salles d’injection sécurisées. Ces dossiers sensibles constituent encore des pierres d’achoppement entre pouvoirs publics et le monde de l’activisme éclairé.

Mais tel l’éclair, elle aura traversé le ciel de cette conférence, n’hésitant pas à se faire dépister sous les projecteurs médiatiques, vantant les mérites de cette pratique qui se doit d’être la plus ample possible. Puis, notre ministre de disparaître, le rapport du groupe d’experts présidé par professeur Patrick Yeni sous le bras [8], document consacré à la prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH. Production scientifique qu’elle ne manquera pas de lire avant de rejoindre le cortège des aoutiens béats. 

Enfin, c’est toujours la question du financement qui demeure le véritable nœud gordien de la lutte contre l’épidémie du sida puisque la menace du manque d’argent dans les pays les plus pauvres préoccupe l’ensemble des parties prenantes au débat. L’organisation Onusida rappelle qu’il faudrait consacrer une somme d’environ 25 milliards de dollars à la lutte contre l’épidémie alors que plus 11 milliards de dollars font à ce jour défaut. Encore une fois, si la crise à bon dos, le cynisme ne fait pas dans la demi-mesure ! L’économie mondiale est fébrile, convalescente, et tout ce qui compose la planète des puissants se tient à son chevet, alors même que la machine à profits continue à danser, certes d’un pas plus feutré. Trêve de balivernes, il y a suffisamment de richesses produites pour que soit financée non seulement la lutte contre le sida, mais aussi pour que soient éradiqués tous les fléaux les plus meurtriers qui courbent l’échine des peuples les plus exposés.

Ainsi va le monde, pendant que certain(es) cultivent avec soin leur mélanome futur en surexposant leurs corps gras aux rayons d’un soleil sans complaisance, d’autres attendent dans l’indifférence quasi générale une thérapie antirétrovirale, au premier rang desquels figurent plus de 2 millions d’enfants de moins de 15 ans...

[1] Rapport sur l’épidémie mondiale de sida, Onusida 2008
[2] Session d’ouverture de la conférence de Vienne, « l’arme des chiffres » des acivistes, vih.org
[3] Le « positive lounge » vu par Fred
[4] Microbicide : un grand bon en avant, vih.org
[5] 3e jour à Vienne : De la drogue, du gel et...des droits, Aides
[6] Lire et signer la déclaration de Vienne 2010
[7] L’appel des scientifiques pour faire cesser « la guerre à la drogue »
[8] Rapport disponible sur vih.org

Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • hans lefebvre hans lefebvre 23 juillet 2010 10:29

    Chacun(e) aura corrigé la faute d’orthographe : se voir et non ce voir.


    • hans lefebvre hans lefebvre 23 juillet 2010 13:28

      Merci pour la correction...


    • fred 23 juillet 2010 10:40

      Je m’attendais à un regard critique sur le sida. Fléau oui mais comptabilisé comment ? Pourquoi ne pas parler de l’impossibilité d’isoler le « virus » encore à ce jour et du dogme autour de ce problème soulevé par de Prix Nobel ?


      Je ne dis pas qu’ils ont forcément raison, il y a peut-être autre chose mais je les sens sincères.

      • fred 23 juillet 2010 10:56

        Voici ce qui court sur le sida : http://sidasante.pagesperso-orange.fr/journal/verite.htm .


        Je vous promets qu’un témoignage de première main parlait de ce problème : un homme avait été diagnostiqué du Sida et l’a cru. Il a fait une dépression canon pendant 3 ans et demi, quitté femme et enfants pour se droguer, bref la descente aux enfers.

        3 ans et demi plus tard, il n’avait plus le Sida...

        Alors quoi ?

        Je me souviens d’un livre écrit par une femme paru il y a 20 ans qui racontait qu’en ayant un mode de vie super sain (manger une pomme par jour etc...) elle avait été diagnostiquée séro-négative un an plus tard.

        Alors quoi ?


        Alors que c’est lui qui avait découvert le « virus ».

        Est-ce le même problème qui se pose avec le cancer ? Les médicaments qui tuent les patients ?A ce sujet, Le lien le plus intrigant qui soit : http://www.youtube.com/watch?v=HVTaJn1dMrs&feature=player_embedded

        Intéressant aussi : http://crodoff.canalblog.com/archives/2008/10/18/10998241.html

        Ben quoi... On vient bien de dénoncer le médicament d’Illy contre la dépression comme favorisant le suicide. Et je suis passé par là. J’ai été traité avec cette merde et sans un coup de fil plus que providentiel, je ne serais pas là pour vous parler de tout cela.

        L’industrie pharmaceutique fait du business. Comme les banquiers.

        Rien à voir mais le 9 mars 2009, Sarko inaugurait une usine de vaccins anti-grippe porcine au Mexique. Un investissement de 100 millions d’euro. http://www.sanofi-aventis.com/binaries/20090309_mexico_flu_fr_tcm29-24323.pdf

        2 mois plus tard, la pandémie planétaire était annoncée. Et vous savez quoi ? YAVAIT RIEN. RIEN !!!! RIEN DU TOUT !!!!

        Carla Bruni Sarkozy est très impliquée dans cette lutte. Elle a perdu son frère du Sida en 2006 (toutes mes condoléances par ailleurs).

        Mais de quoi parle-t-on quand on écoute ceci : http://www.dailymotion.com/video/xd7p4i_sida-nonametv-1-4-bahran-traitement_news ??

        Ces médecins prennent de gros risques pour dénoncer tout cela...

        • hans lefebvre hans lefebvre 23 juillet 2010 13:26

          @Fred,
          Je savais que le serpent de mer allait résurgir....Pour ma part, je préfère les sources que je cite et notamment le réseau des activites ainsi que celui des chercheurs/médecins. Voici la postion du Pr Hirschel, un temps décrié, aujourd’hui adoubé :
          http://www.letempsmedia.ch/Page/Uuid/aae3aa5a-943d-11df-8491-d373fd782fb3/Lacc%C3%A8s_aux_traitements_peut_%C3%A9radiquer_le_sida
          http://droitshumains-geneve.info/spip.php?article8489
          Pour autant, rien ne vaut mieux que l’éducation, la prévention et l’utilisation des préservatifs !
          Quant à la théorie du complot, libre à vous d’y croire, mais réfléchissez un peu : Comment peut-on vouloir répandre un mal dont on pourrait être soi-même la victime ?


        • fred 23 juillet 2010 21:50

          Merci pour votre réponse louable.


          Arrêtez- avec ce langage autour d’une « théorie du complot », les gens n’e plus que ça à la bouche !!

          Je me pose une question parce que 30 ans après :
          • pas de médocs qui guérit
          • pas de vaccin
          • pas de preuve d’isolation du virus ni même de test fiable pour en déceler la présence.
          Et quand Montagner dit qu’une meilleure alimentation aide à lutter : quoi à la fin ?

          Elle est où la théorie du complot ??? QUand c’est l’AZT qui tue ? 

          Vous me faites ch... avec vos expressions à 2 balles.

          Comme si les complots n’existaient pas !!! Vous êtes tous vraiment trop cons.



          • hans lefebvre hans lefebvre 24 juillet 2010 14:36

            @fred, vous me faites chier avec votre premier lien bidon, ressassé mille et une fois par tous les énergumènes de votre trempe, d’où ma première réponse ! Vous croyez que je ne me suis pas attaché à ce sujet avant d’écrire quoi que ce soit à son propos ! 



          • nexus 24 juillet 2010 01:08

            Beaucoup de questions sans réponses.

            Je vous plussoie Fred.

            Aucun argument de la part de l’auteur... Le ton dogmatique, ca va deux minutes.


            • hans lefebvre hans lefebvre 24 juillet 2010 14:32

              @Nexus,

              Lisez donc la documentation (qui vaut argumentation, non ?) ainsi que toutes les informations vers lesquelles renvoie ce billet, après vous parlerez de dogmatisme !


            • xray 24 juillet 2010 11:08


              Sida : 

              Le Sida n’est pas une affaire médicale mais une affaire politico-religieuse. 

              On ne parviendra jamais à imaginer le nombre de gens qui se sont pourri l’existence (Et qui ont pourri l’existence des autres) à cause de ces virus de curés. 

              La cuisine diabolique des croyances (Sida) 
              http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/25/la-cuisine-diabolique-des-croyances/ 

              Sida, le dossier 
              http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2006/12/02/le-dossier.html 

              Le virus machin (Le virus du Sida) 
              http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2006/12/01/le-virus-machin.html 



              • hans lefebvre hans lefebvre 24 juillet 2010 14:42

                @xray, 

                Surexposition aux rayons X, ou quoi ? S’il y a un malade ici, c’est bien vous. YA BASTA VOS CONNERIES ! 


              • hans lefebvre hans lefebvre 24 juillet 2010 15:00

                @Fred, Nexus, Xray,


                ALLEZ DONC ÂNONNER VOS IMBÉCILITÉS À TOUTES CELLES ET CEUX QUI SURVIVENT AUJOURD’HUI, GRÂCE AUX THÉRAPIES EXISTANTES ! Peut-être que cela vous ouvrira un peu les voix de la raison qui, en l’état, semblent bien inaudibles à vos consciences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès