Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > 1 million : Les vrais chiffres de la manifestation à Paris le 14 (...)

1 million : Les vrais chiffres de la manifestation à Paris le 14 juin

Les vrais chiffres de la manifestation à Paris le 14 juin et le mensonge éhonté de la police #manif14juin

Quels sont les vrais chiffres de la manifestation à Paris ? Ce que n’importe quel témoin honnête s’accordera à dire de la manifestation du 14 juin à Paris c’est qu’elle a été énorme. 1 million de manifestants selon les syndicats. 75 000 selon la préfecture de police c’est à dire le gouvernement. Comme pour le premier mai, Initiative Communiste a enquêté et vous donne la vérité sur les chiffres de la manifestation. [Retrouvez le reportage, photos et vidéos de la manifestation]

Analyse des chiffres de la police.

La préfecture de police chiffre à 75 000 le nombre de manifestants dans le cortège parisien du 14 juin. Un chiffre ridicule pour qui était sur place. Preuve de l’instrumentation politique de cette institution, utilisée à la fois pour la propagande gouvernementale et pour réprimer les manifestants.

www.initiative-communiste.fr s’est livré à un calcul très simple pour estimer le nombre de manifestants, à partir de la surface occupée par le cortège et de la durée de la manifestation

  • Place d’Italie : surface = 3,2 ha
  • Manifestation :
    • Boulevard des Gobelins : longueur 570 m ; largeur 40 m = 2,28 ha
    • Boulevard du Port Royal : 1 160 m x 40 m = 4,64 ha
    • Boulevard du Montparnasse : 1675 m x 40 m = 6,7 ha
    • Boulevard des Invalides : 1276 m x 40 m = 5,1 ha
  • Esplanade des invalides (lieu de dispersion) : 7,7 ha

Total de la surface occupée par le cortège de la manifestation : 29,64 ha et longueur du défilé : 4,7 km
Mais des manifestants ont également du rejoindre depuis le périphérique la place d’Italie : longueur 1,5 km largeur 40 m = 6ha soit en réalité une surface totale occupée d’au moins 35 ha.

Lorsque la tête du cortège a atteint l’esplanade des invalides, le cortège intersyndicale de la région ile de france n’avait pas encore démarré de la place d’Italie. Des milliers et milliers de manifestants n’ont par ailleurs jamais pu défiler ou même rejoindre le défilé.

Si on s’en tient au chiffrage de la police, 75 000 manifestants et que l’on considère la surface du cortège, cela revient à une densité de 0,25 manifestant par m². Mais au regard de la durée du défilé entamé à 13h et terminé vers 19h et sachant que la vitesse de marche est d’environ 4 km/h, c’est en fait au moins 4 ou 5 fois cette surface qui a été occupée par les manifestants : soit une densité de manifestant selon les chiffres de la police de 0,05 à 0,0625 manifestants par m². Il y aurait donc eu 1 manifestants tous les 20 m². Soit un espace de 5 m entre chaque manifestant.C’est totalement ridicule, au regard des photos consultables par tous sur le net qui prouvent au contraire une foule très dense en particulier sur le début du cortège. Encore plus ridicule si l’on considère les centaines et centaines de bus pleins à craquer qui ont ralliés la capital. Et sans compter que des milliers et milliers de manifestants n’ont pas pu accéder au cortège ou défiler. De fait, 75 000 manifestants suffiraient à peine à remplir la place d’Italie.
Pour comparaison, la Fan Zone de l’euro 2016 de foot au trocadéro sous la tour Eiffel occupe une surface d’environ 5ha et est censée, selon la police accueillir jusqu’à 90 000 personnes. soit une densité de 2 pers/m²… chiffres officiels de la police.

Le 11 janvier, la manifestation très statique qui selon la police a rassemblé 2 millions de personnes a occupé une surface d’entre 20 et 50 ha selon les sources. Une densité de foule correspondant à 4 manifestants par m². toujours selon la police.

Élément d’analyse et d’estimation du nombre de manifestants : les vrais chiffres de la manifestation à Paris

photo aérienne manif 14 juinLes différents service d’ordre des syndicats ont procédé à un comptage précis des manifestants. Mais voici quelques éléments permettant d’apprécier le sérieux de l’ordre de grandeur fourni par les syndicats.

Il est généralement admis que la densité d’une foule normale est comprise entre 1 à 4 pers/m². A partir des surfaces et en considérant également l’écoulement de la manifestation il est possible de calculer l’ordre de grandeur du nombre de manifestant.

estimation à partir des surfaces et de la densité

En considérant une foule dense sur les boulevards (de 1 à 4 pers/m²) et un peu moins dense aux invalides, on peut estimer le nombre de manifestants dans la fourchette suivante et en considérant que l’espace du cortège a été occupé par entre 2 et 5 cycles de manifestants (le temps de parcours entre place d’Italie et Invalide étant d’environ 1h et le temps entre l’arrivé de la tête du cortège et celle de la fin étant d’environ 5 heures) :

  • chiffre minimum : ( 220 000 x 1 pers/m² + 77 000 x 0,1 pers/m²) x 2 = 455 000 manifestants
  • estimation basse : ( 220 000 x 1,2 pers/m² + 77 000 x 0,2 pers/m²) x 3 900 000 manifestants
  • estimation moyenne inférieure : (32 000 x 2 pers/m² + 22 800 x 1,5 pers/m² + 46 400 x 1,5 pers/m² + 67 000 x 1 + 77 000 x 0,2) x 4 1 000 000 manifestants
  • estimation moyenne supérieure : (32 000 x 4 pers/m² + 22 800 x 2 pers/m² + 46 400 x 2 pers/m² + 67 000 x 1,5 + 77 000 x 0,2) x 3 = 1 147 000 manifestants
  • estimation haute, avec les hypothèses de la manif pour tous : (350 000 x 4) x 3 = 4,2 millions de manifestants.

Estimation à partir du flux de manifestant : en ne considérant que l’écoulement à la vitesse de 3km/h des manifestants sur un accès à la place d’Italie de 50m de large de 12h jusqu’à 19h, le flux de manifestant est alors d’environ 750 000 manifestants qui ont défilé. Encore une fois, une bonne partie des manifestants n’a pas défilé ou n’a pas pu parcourir la totalité du cortège. Si 1 manifestant sur 3 n’a pas parcouru la totalité des 6 km du cortège, ce qui est un ordre grandeur très prudent, on obtient bien une estimation d’environ 1 million de manifestant.

Donc oui, il y avait bien 1 million de manifestant à Paris

1 million de manifestants

Conclusion, l’ordre de grandeur de 1 million de manifestants dans la manifestation parisienne du 14 juin est bien plus plausible que le ridicule 75 000 manifestants annoncés par le gouvernement.

Au delà du préfet de police de Paris qui n’en finit pas de discréditer l’administration en acceptant d’endosser la responsabilité des chiffres soufflés par Matignon, c’est aussi nombre de journalistes qui se déshonorent en relayant sans esprit critique aucun les chiffres de la propagande gouvernementale. Et s’agissant du service public financé par les impôts des travailleurs, il est du devoir de chacun de protester en écrivant massivement aux médiateurs des chaines de france télévision et radio france.

Les agissements de David Pujadas et de sa chienne de garde Nathalie Saint Criq sont à cet égard une caricature de propagande. 

JBC pour www.initiative-communiste.fr

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/la-verite-sur-les-chiffres-de-la-manifestation-a-paris-le-14-juin-et-le-mensonge-ehonte-de-la-police-manif14juin/


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 15 juin 18:47

    Vous fatiguez pas, les médias mettent en avant les casseurs.

    Douze mètres carrés de vitrine cassée à Necker ! C’est imbattable en une.


    • taktak 15 juin 19:00

      @La Voix De Ton Maître

      Oui malgré une très importante présence policières, on parle de plus de 20 compagnie de CRS pour quelques dizaines de casseurs, le mec qui à lui tout seul à casser quelques vitre de parement de la facade de l’hopital necker n’a pas été interpellé. Au contraire les vidéos montre qu’il a agit très tranquilement.

      dans le même temps, valls et cazeneuve ont sauté sur ce fait divers comme des charognards sur un cadavre.

      C’est indécent, et suspect

      on se souvient tous des manipulations policières en matière de casseurs. il y a des témoignages de policiers maintenant sur le net.


    • Alren Alren 15 juin 19:31

      @La Voix De Ton Maître

      Les calculs m’ont l’air sérieux.

      4 personnes au m² c’est quand elles sont arrêtées comme pour un meeting. Quand elles marchent, les distances entre les rangs augmentent naturellement.

      Cependant, même l’hypothèse basse d’environ 500 000 personnes, avec par ailleurs ces freins à la participation qu’ont constitué la crainte de violences policières (bien réelles) et la volonté de la SNCF d’empêcher le maximum de déplacements, montre une chose : LE MOUVEMENT CONTRE CE PROJET DE LOI SCÉLÉRATE NE « S’ESSOUFFLE » PAS !


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 15 juin 19:34

      @taktak

      Oh bin avec les médias de masse privé en continu, on se couche avec Bolloré et on se réveille avec Drahi

      Indécent et suspect comme vous dites.


    • zygzornifle zygzornifle 16 juin 09:53

      @taktak


       c’était un mec de chez Carglass a l’entrainement ....

    • Fergus Fergus 16 juin 16:34

      Bonjour, Alren

      D’accord sur la conclusion : la mobilisation reste forte, et c’est bien ce qui emmerde le gouvernement, d’autant plus qu’il est maintenant enfermé dans son engagement d’interdire un nouveau défilé à Paris. S’il le fait, ce sera évidemment terrible pour le pouvoir en place, premier du genre sous la Ve République à interdire aux travailleurs de défendre leurs droits dans la rue. Une honte dont les électeurs sauront, n’en doutons pas, se souvenir en 2017 !

      Pour ce qui est nombre des manifestants de Paris, je rigole bien évidemment des chiffres, aussi faux les uns que les autres, de la police et des organisateurs. Pour avoir participé à de nombreuses manifs, dont toutes celles de 95 - notamment aux côté de cheminots CGT - je garde en mémoire la clé de calcul la plus réaliste qui avait été utilisée avant majoration par les syndicats et diminution par les flics : grosso modo 40 000 manifestants à l’heure à un point P sur les grands parcours utilisés pour ce genre d’événements et à la vitesse moyenne de défilé. Soit pour 7 heures : 280 000 manifestants, nombre pouvant être arrondi à 300 000. A noter le gag de Marseille : naguère le rapport police/organisateurs était de 1 à 5 ; puis il est monté progressivement à 1 à 10 avant d’atteindre désormais 1 à 14 ! smiley 


    • Fergus Fergus 16 juin 17:41

      Petite précision à ceux qui veulent effectuer à l’avenir leurs propres comptages dans les grandes manifestations : j’ai oublié de préciser que la vitesse de défilé n’est jamais de 4 km/h comme indiqué dans l’article, mais plutôt de 2 à 2,5 km/h.

      Pour mémoire : 4 km/h est la vitesse moyenne d’un individu qui marche normalement et sans s’arrêter, ce qui est très loin d’être le cas des participants d’une manif.


    • Alren Alren 18 juin 14:51

      @Fergus

      Je vous remercie pour votre raisonnement qui m’a amené à m’inspirer de la méthode utilisée pour calculer le débit d’un cours d’eau, sachant que tous les manifestants passent par exemple au milieu du défilé au même endroit, tout comme l’eau de la rivière, pour en estimer le nombre.

      Pour connaître le nombre de manifestants, il faut donc savoir le nombre moyen de personnes qui passent une ligne imaginaire au milieu de la rue en une seconde et la durée du défilé en secondes, ici 3600 × 7 = 25 200.

      Plus les manifestants sont nombreux, plus ils marchent lentement mais plus ils acceptent d’être serrés. Une vitesse moyenne de 2,5 km/h me semble être insuffisant cependant : d’expérience, des gens qui flânent mais sans s’arrêter atteignent 3 km/h, soit 0,8 m/s.

      Pour une largeur estimée des voies de 30 m (valeur minimale), et avec une largeur de 0,75 m par personne (les épaules ne se touchent pas), on peut donc estimer que (45 × 0,8 = 36) 36 personnes passent chaque seconde notre ligne imaginaire.

      En 25 200 s le nombre de manifestants passant devant la ligne s’élève à 36 × 25 200 = 907 200

      Même en supposant des espaces vides dans le cortège, on ne peut descendre au-dessous de disons 600 000 manifestants.

      J’accueillerai avec faveur toute critique raisonnée et mathématique de ce calcul.


    • Etbendidon 15 juin 19:16

      Oh marseillais t’as forcé sur le pastaga
      UN MILLION pourquoi pas 10 millions pendant que tu y es ?
      Et comment qu’y sont venus les gonzes avec les trains et le métro en grève oh peuchère ?
       smiley
      hé FADA vas au stade de france quand il est plein : 80.000 personnes et regarde la masse sortir : ça dure deux heures !
      Alors Oune millionne, y en a pour deux jours
       smiley

      Bon ce soir y a France - Albanie
      l’Albanie c’était le paradis du temps du camarade Enver Hoxha
      Radio Tirana tou te rappelles
      D’ailleurs après 70 ans d’éducation communiste les albanais sont devenus des saints
      Demande aux putes
       smiley


      • PRCF PRCF 16 juin 10:10

        @Etbendidon
        Non l’évacuation du stade de france prendr 8 minutes. Par ailleurs, selon vinci le terrain de foot suffit à acceuillir 23 000 personnes sur une surface de 9000m².
        La manifestation a occupé 35ha, ce qui avec le même ratio et sans considéré le flux de la manifestation, cela correspond à environ 1 million de personnes (894 500).


      • rocla+ rocla+ 15 juin 19:18

        Et dans un nectar d’ abricots  il y a combien d’ hectares ?.... smiley


        • LOKERINO LOKERINO 15 juin 20:01

          le million le million le million  !

          drrrreeee

           euhhh 100 000 ?


            • CN46400 CN46400 15 juin 21:16

               Vu la tournure des commentaires  sur les mérdias, j’en déduis que cette manif a été sciemment piégée par la police sur ordre du gouvernement. Incapables qu’ils sont d’aligner ne serait-ce que 10% de cette foule pour appuyer la loi El Khomri, il ont décidé de dévoyer les infos sur cette manif en utilisant les conneries des casseurs en les pilotant, au millimètre, outrancièrement sur tout le parcours.
               Quand à « l’Hopital Neker » il est clair que le commentaires sont inversement proportionnels aux dégâts réels qui, en fait, sont tout à fait minimes (félures sur des doublage de vitres extérieures...)


              • rocla+ rocla+ 15 juin 21:42

                Faut être tapé pour s’ en prendre à un hosto .


                Il y a que des cons pour trouver que c’ est pas grave ;

                • foufouille foufouille 15 juin 23:16

                  @rocla+
                  il a juste obéit aux ordres de tes bourgeois, en bon larbin.
                  probablement un flic.


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 juin 23:00

                  Laissez ces détails sans importance ! Qui n’a pas remarqué l’importance de la manifestation ?


                  La bataille n’est pas celle des « chiffres » mais celle des droits humains ; combien même les manifestants ne seraient que quelques milliers dans la ru, leur mérite n’en serait que plus grand !



                  • sirocco sirocco 15 juin 23:03

                    C’est quand même bizarre que personne, à part taktak, n’ait soupçonné un instant que les casseurs puissent être des flics... Les fascistes du gouvernement se sont pourtant emparés de cette « violence » pour annoncer l’interdiction de toute autre manif contre la loi Travail. Si c’est pas une mise en scène...

                    .

                    A force de croire ce que racontent les merdias vous perdez tout sens critique, les mecs !


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 juin 23:27

                      @sirocco
                      Bien vu mistral !


                    • thomas abarnou 16 juin 14:31

                      @sirocco


                      Pour avoir vu les casseurs agirent à quelques mètres de moi, voire même quelques centimètres je ne vois pas en quoi ils seraient flics. Rien dans leur geste, leur posture, leur cible, ne prouvent qu’ils sont flics. D’autant plus qu’ils ciblent : les banques, les grosses entreprises. Alors si c’était le gouvernement qui les payait ça serait contradictoire. Ils ne s’en prendraient pas aux bonnes personnes. 

                      Pour avoir discuter avec plusieurs cheminots de Sud Rail, force est de constater leur discours violent. J’entends leurs revendications mais eux, ceux que j’ai interviewé en tout cas, avaient pour certains un discours violent et une volonté de nuire évidente. Il n’y a rien d’étonnant que parmi eux il y ait des casseurs, parmi les manifestants en général. A cela se greffent des groupuscules politiques que l’on connait bien notamment antifascistes ou à tout l’inverse les black bocks dont on connait la violence et les actions de cassages. 

                      Je pense m’être fait, après 4 manifestations une idée un peu plus précise du profil de ces casseurs, assez divers mais qui ne sont hélàs pas des policiers. Leurs objectifs ne concordent pas avec ceux de l’Etat. Ce serait totalement absurde. De plus j’ai constaté qu’une partie de manifestants ne soutenaient pas cette casse. Mais d’autres la soutiennent, laissent faire. Que fout le service d’ordre de la CGT, réputé pourtant pour sa discipline ? Rien. Il acquiese. C’est ça le drame. 

                      Je trouve qu’il est dramatique, par idéologie, de refuser d’admettre que des gens au sein des manifestations, sapent la cause de la manifestation. L’idiotie n’a pas de camp. Les cons y’en a partout, même dans les cortèges de travailleurs. 


                    • Fergus Fergus 16 juin 16:47

                      Bonjour, sirocco

                      Si cette thèse était avérée, elle relèverait - au-delà évidemment d’une dégueulasse manipulation - d’une terrible faute de stratégie politique. L’interdiction de toute autre manifestation des futures victimes du texte contre la Loi Travail à Paris serait une première sous la Ve République, et venant d’un gouvernement se prétendant de gauche, elle aurait un effet dévastateur sur l’avenir politique des guignols qui nous gouvernent. D’où l’intérêt de la CGT à maintenir ses mots d’ordre.

                      Bref, les choses ne sont sans doute pas si simples qu’on le croit. En se faisant l’avocat du diable, un observateur extérieur totalement neutre pourrait d’ailleurs en arriver à une conclusion diamétralement opposée : le syndicat a réussi à enfermer le gouvernement dans un terrible piège à cons d’où l’exécutif sortira en lambeaux ! smiley


                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 16 juin 17:03

                      @thomas abarnou

                      Pour avoir discuté avec plusieurs entrepreneurs ultra-libéraux de ce qu’ils pensent de la loi travail, force est de constater la violence patronale de leurs propos,

                      Sur ceux qu’ils considèrent comme des citrons à presser et à jeter ensuite : les travailleurs !

                      Sur ceux qu’ils considèrent comme des pièces de rechanges jetables pour leurs entreprises : du matériel humain,

                      Sur ceux qu’ils méprisent profondément : les travailleurs réduits à l’esclavage.

                      La loi Travail pour les entrepreneurs est une « excellente opportunité », pour reprendre leurs termes de management, car le code du travail était une entrave à leur « esprit d’entreprise », c’est-à-dire, la permission institutionnelle d’exploiter à fond et autant que faire se peut, et d’en retirer le maximum de profit ces mêmes travailleurs. Comme disait une publicité dans les années quatre-vingt-, il n’y a pas de petit profit !

                      Réduire donc tout ce monde du travail à l’esclavage, mais pas un esclave des temps anciens, une nouvelle sorte d’esclave moderne, non encore identifié, et qui sera un peu le prototype de demain : flexible dans sa servitude volontaire à l’insu de son propre gré !

                      Mais force est de constater que ceux qui d’ores et déjà se frottent les mains, peuvent se mettre d’ores et déjà les doigts dans le nez, le peuple est dans la rue ! Et ça va continuer !

                      Au fait, Gattaz, Macron ne les voit plus, on ne les entend plus ? En congé maladie ?


                    • CN46400 CN46400 16 juin 17:12

                      @thomas abarnou

                      Bravo il faut continuer à participer aux manifs et tu finira par te faire une idée plus juste des prococs policières ou autres. Le soir du 11mai 68 (manif Gay Lussac) j’ai vu, de mes yeux vu, un individu déboiser le boulevard St Michel à la tronçonneuse sous les yeux de la police qui ne bronchait pas.... Evidemment, il n’était pas en tenue de CRS....
                       Une autre fois, j’étais dans un groupe où un individu était particulièrement virulent contre la police qui, brusquement, a chargé. A la sortie on était tous cabossés sauf un......


                    • lemoncitron lemoncitron 16 juin 17:16

                      @thomas abarnou

                      Merci, le vécu, y’a que ça de vrai. 

                      Il est amusant de constater que les théoriciens du complot gouv/flics accusent leurs contradicteurs d’être « manipulés » par les « merdias » mais la plupart d’entre eux n’étaient pas aux manifs et se fient à des... images pour porter leurs jugements.

                      Bravo pour y être allé.

                      Et ils viennent d’où d’ailleurs ces fameux casseurs ? La plupart sont des fils de privilégiés, des fonctionnaires la plupart du temps. Je ne vois pas beaucoup d’immigrés ou de vrais prolétaires dans leurs rangs. Pas de femmes de ménage, pas d’ouvriers agricoles, pas d’habitants de cités hlm... 

                      Des enfants de pseudo-révolutionnaires larvés, devenus fonctionnaires ou embourgeoisés, une nouvelle noblesse qui se refile les bons postes.

                      Cette loi est une grosse merde. Mais ceux qui se battent contre elle le font pour des raisons corporatistes. Pas pour tous les « travailleurs ».

                    • thomas abarnou 16 juin 18:56

                      @Nicole Cheverney

                      Les entrepreneurs sont massivement déçus par cette loi bancale qui ne les sert pas non plus. La loi El Khomri est l’exemple typique du consensus mou. Un désastre. Mais de là à user de la violence pour la faire retirer. J’ai arpenté les manifs de long en large. Je ne prétends pas connaitre toutes les raisons de ces manifs mais je constate une chose : la plupart des manifestants n’ont pas lu cette loi, n’en disent que la merde et l’attaquent sur des sujets qu’elles n’évoquent pas. C’est absurde. La moindre des choses c’est d’avoir un peu de responsabilité et d’honnêteté intellectuelle. De plus la loi s’adressait d’abord au chômeur ? Où sont ils ? Les syndicats s’en contrefoutent. On voit à la place les cheminots qui disent défendre les autres travailleurs alors que la loi ne les concerne même pas. Ils obtiennent en échange des compensations pour leurs propres intérêts. C’est ce que j’appelle une instrumentalisation honteuse et indigne, du corporatisme pure. 

                      Cette loi est une abération, mais elle ne mérite pas cette violence. Je le répèterais jusqu’à ce que vous entendiez raison. Vous ne le tolériez pas si vous même vous n’étiez pas impliqué dans la lutte contre cette loi. Les mêmes exactions auraient eu lieu durant la Manif pour tous vous auriez hurlé ! Moi je ne fais pas deux poids deux mesures. Dans une démocratie mature, c’est le dialogue qui prime. Et là je le redis, le gouvernement le refuse mais les syndicats aussi. Ca arrange tout le monde cette situation. 

                      Quant aux entrepreneurs, pour en connaître aussi, je peux vous dire qu’ils ne considèrent pas tous leurs salariés comme de la marchandise. Vous faites d’un schéma de pensée une réalité. Marx n’est pas applicable à la lettre. C’est une clé de lecture, il ne dit pas entièrement la complexité des rapports sociaux en entreprise. Il le dit d’ailleurs lui-même dans son livre. Relisez le un peu et cessez de balancer des clichés lénifiants et idiots. Gattaz n’est pas le petit artisan entrepreneur. Vous insultez votre boulanger ou votre coiffeur en mettant tout le monde dans le même sac ! 

                      La violence qu’elle soit d’en haut ou d’en bas n’en demeure pas moins violence. Et je la condamne avec la même fermeté. Sortez des ornières. 

                    • thomas abarnou 16 juin 19:00

                      @CN46400

                      Ecoutez je n’y étais pas je ne peux pas vous dire. Mais c’était sous Maurice Papon, avec une police ultra répressive. Je ne crois pas que le préfet de police actuel soit de la même trempe. Les méthodes policières ont changé. 

                      De plus j’ai vu également l’autre jour les casseurs place de la nation tout péter devant la police. Et la police n’a pas bronché. Il y avait derrière l’armée aussi, à cause du plan vigipirate. Et bien il ne s’est rien passé parce qu’on leur a donné l’ordre de ne rien faire. C’est tout. 5 min plus tard, ils envoyaient du fumigène Il y avait dans les cibles certains de ces casseurs et d’autres non. La police est prudente, pour éviter les erreurs, encore trop nombreuses. 

                    • thomas abarnou 16 juin 19:03

                      @lemoncitron

                      J’approuve vos propos. Le profil des casseurs correspond souvent à cela. Ils sont politisés, loin d’être des petits travailleurs misérables. 


                    • CN46400 CN46400 16 juin 20:02

                      @thomas abarnou

                      Papon n’était pas le prefet de police à Paris en 68, c’était le Préfet Grimaud, une toute autre pointure...


                    • CN46400 CN46400 16 juin 20:14

                      @thomas abarnou

                      Prenons deux entrepreneurs « qui ne considèrent pas leur employés comme de la marchandise » l’un obtient de payer les heures sup à 10%, l’autre va-t-il continuer de payer à 25%, au risque de perdre des clients. C’est cela la loi El Khomri, rien de plus rien de moins ! C’est l’alignement par le bas, vrai ou faux !


                    • thomas abarnou 16 juin 20:18

                      @CN46400

                      Autant pour moi. Ca ne change pas grand chose dans les méthodes de la police, héritées de la logique d’après guerre et qui vont changer dans les années 70. 

                    • thomas abarnou 16 juin 20:21

                      @CN46400

                      Si cela aboutit à ce que tous les employeurs payent les heures supplémentaires, alors dans ce cas je suis pour. Car actuellement, à 25% les employeurs ne les payent pas toutes. Et ce n’est pas nécessairement de gaité de coeur. C’est devenu normalisé. Je préfère qu’officiellement un type bosse 37h et soit payé 37 qu’il ne bosse que 35 officiellement et 37 non officiellement sans être payé. En baissant le prix de l’heure supp, la chance d’ête payé enfin pour ses heures supp augmente considérablement. 

                      D’ailleurs la loi est plus complexe que cela. Elle limite le dépassement des heures de manière très précise. 

                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 16 juin 20:54

                      @thomas abarnou

                      Vous parlez de dialogue ?

                      Le 49-3 c’est le dialogue ?

                      Le consensus mou ! C’est le dialogue ?

                      L’intention de Valls d’interdire les manifestations à Paris ? Le Dialogue ?

                      La possibilité de licencier sauvagement ? C’est le dialogue ?

                      Quant au monde de l’entreprise, une chose est sûre et simple, le slogan c’est : Ferme ta gueule ! Travaille ou casse-toi !

                      Voilà, c’est un peu cru, mais c’est réaliste !

                      Et alors interviennent les syndicats.

                      Ils sont là pour infirmer la VOLONTE DES ENTREPRENEURS de n’en faire qu’à leur tête !

                      Les syndicats sont là pour « recadrer » les entrepreneurs ! Vous savez, ceux qui n’hésitent pas à mettre sur orbite leurs employés en les licenciant !

                      C’est gênant pour les entrepreneurs, alors on discrédite les syndicats !

                      Les inspecteurs du travail sont là pour vérifier et sanctionner les entreprises qui, dans l’illégalité la plus complète fraudent et violent le droit du travail !

                      Alors on cherche à supprimer les inspecteurs du travail !

                      Ah ! ce droit du travail qu’ils voudraient bien voir disparaître pour avoir les coudées franches, pour faire n’importe quoi ! Eh bien non !

                      Les prud’hommes sont là pour juger des conditions des licenciements abusifs ou non !

                      Force doit rester à la Loi !

                      Alors on cherche à supprimer les prud’hommes.

                      Et ce n’est pas au patronat (MEDEF) à la dicter, « sa » loi !

                      Ni aux ministres et aux politiques de se voir dictées par le MEDEF, les lois à venir !

                      Les électeurs ont élus des femmes et des hommes politiques et non le MEDEF !
                      Que le MEDEF se borne donc à son rôle associatif pour lequel il a été élus par ses pairs, les entrepreneurs, ses cocktails et ses mondanités !

                      Les élus, OUI, eux ont des comptes à rendre au peuple, à leurs électeurs.

                      Qu’ils se mettent bien cela en tête !

                      Enfin, pour conclure mon com : un peuple qui se soulève reste un peuple qui se soulève, je sais ça donne des boutons à beaucoup de monde et à commencer par les réactionnaires, mais un peuple ne se soulève jamais pour rien !

                      Et croyez-moi, la loi MEDEF/MACRON/EL KHOMERIE, le peuple la connaît, dans ses grandes lignes, ses tenants et ses aboutissants.


                    • thomas abarnou 17 juin 00:07

                      @Nicole Cheverney


                      Le 49-3 est une mesure pas terrible mais elle a été votée je vous le rappelle en 1958 par les français. Elle est un ressort constitutionnel, comme tant d’autres, et qui plus est, banal (plus de 80 fois depuis sa création). Vous semblez vous étonner mais ça n’a rien d’étonnant. C’est courant. Maintenant, c’est la preuve de l’impuissance politique de notre gouvernement. C’est assez terrible. 

                      Les manifestations interdites je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée mais les trop nombreuses violences irrésolues aussi bien par les manifestants que par l’état invitent à y réfléchir. La CGT continue de se dédouaner de violences que certains de ces membres commettent. Son irresponsabilité vaut bien celle du gouvernement. Et je ne parle pas de nos forces de police, exsangues.

                      Votre vision des syndicats est fausse. Elle se fonde sur une opposition frontale. « Recadrer » les entrepreneurs. Comme si c’était de sales mômes et que les travailleurs étaient tous responsables. Ce sont des foutaises. Le syndicalisme qui marche est un syndicalisme de négociation. Regardez en Allemagne. Le syndicat de lutte est mort depuis longtemps. Il ne fonctionne pas, ni auprès du patronat, ni auprès des politiques, ni auprès des français qui boudent ces syndicats. C’est un fait. Les syndicats ne se réforment pas. Ils n’ont pas fait le deuil de la chute du mur. C’est assez triste et affligeant. Moi je crois à la négociation comme je crois au compromis, comme je crois à la démocratie. Car la démocratie c’est ça : la conciliation de tous les partis, celui des riches, des pauvres, des vieux, des jeunes. Les syndicats représentent les salariés et donc font valoir leur proposition dans le respect des convictions des autres car ils n’ont pas la primauté sur les autres. Les syndicats ont un rôle clé mais ils n’ont pas à décider pour moi. Ils ne sont pas plus légitimes que d’autres acteurs civils. Ils sont des organisations parmi d’autres. Ils ne représentent pas tous les travailleurs. Ils ne représentent pas le peuple. Ils sont des outils, pas une finalité. Vous leur donnez plus de pouvoir qu’ils ne doivent en avoir. Je n’ai absolument pas d’être gouverné par les idéaux cégétistes. Quand on voit le discours de certains de ces membres, franchement c’est pas mieux que l’ultra libéralisme. 

                      Il n’est écrit nulle par que l’inspection du travail est supprimée. On ne cherche pas à supprimer les prudhommes non plus il me semble que ce n’est pas écrit non plus. Le patronat n’a pas fait de contre proposition à cette loi. il est même majoritairement contre car elle n’est pas assez libérale à son goût. 

                      Non vous prouvez que le peuple ne connait pas cette loi. Comment lui en vouloir ? L’erreur revient au gouvernement qui n’a rien dit sur cette loi, qui la passe comme un mauvais suppositoire. Erreur immense de communication. Pourtant c’est une loi quasiment vide à présent. Les choses qui changent sont des choses extrêmement technique : sur les rapports entre accords de branche, code du travail, accords d’entreprise, sur l’étalement des heures supplémentaires, sur les congés payés, et j’en passe. La loi fait 1000 pages. La résumé par « des tenants et des aboutissants », c’est absurde. On ne résume pas mille page en un slogan ou une feuille A4 (ce qu’à sortie l’autre jour en contre proposition la CGT, signe de son manque de sérieux). Comme je le dis encore, cette loi est mauvaise, mais elle ne mérite pas toute cette violence, totalement puérile et indigne d’une grande démocratie. Invoquer les vertus démocratiques contre l’état fasciste et faire usage des mêmes abus, c’est pour moi du foutage de gueule orchestré par certains manifestants. 

                    • Vipère Vipère 17 juin 00:31

                      @thomas abarnou




                      Abernou, vous n’êtes qu’un vil démagogue et de la pire espèce !

                      Jamais les français n’ont voté le 49-3 qui n’est pas une loi démocratique, mais une Loi votée par les tyrans au pouvoir pour imposer par la force une décision prise unilatéralement, ce qui est à rapprocher d’une dictature.

                      C’est cela qui est terrible et non pas vos bavardages incessants qui ont aussi peu d’impact sur les lecteurs que le cui cui des oiseaux.

                      Le 49-3 est une mesure pas terrible mais elle a été votée je vous le rappelle en 1958 par les français. Elle est un ressort constitutionnel, comme tant d’autres, et qui plus est, banal (plus de 80 fois depuis sa création). Vous semblez vous étonner mais ça n’a rien d’étonnant. C’est courant. Maintenant, c’est la preuve de l’impuissance politique de notre gouvernement. C’est assez terrible


                    • Vipère Vipère 17 juin 00:41

                      @Vipère



                      « Le 49-3 est une mesure pas terrible mais elle a été votée je vous le rappelle en 1958 par les français. Elle est un ressort constitutionnel, comme tant d’autres, et qui plus est, banal (plus de 80 fois depuis sa création). Vous semblez vous étonner mais ça n’a rien d’étonnant. C’est courant. Maintenant, c’est la preuve de l’impuissance politique de notre gouvernement. C’est assez terrible »



                      Abernou, vous n’êtes qu’un vil démagogue et de la pire espèce !

                      Jamais les français n’ont voté le 49-3 qui n’est pas une loi démocratique, mais une Loi votée par les tyrans au pouvoir pour imposer par la force une décision prise unilatéralement, ce qui est à rapprocher d’une dictature.

                      C’est cela qui est terrible et non pas vos bavardages incessants qui ont aussi peu d’impact sur les lecteurs que le cui cui des oiseaux.


                      Mais, je vous mets au défi de me dégotter le référendum par lequel les français se sont prononcés pour être menés par le 49-3, !





                    • CN46400 CN46400 17 juin 06:49

                      @thomas abarnou

                       Ah bon il y aurait donc, d’après vous, des employeurs « qui ne considèrent pas leur employés comme de la marchandise » et qui ne paient pas les heures supplémentaires ? Quest-ce cela doit être alors chez les « marchands de viande »......Pouvez-vous, SVP, nous citer l’article de la loi El Khomri qui traite ce sujet ?


                    • thomas abarnou 17 juin 09:39

                      @Vipère

                      Le référudundum de la constitution de 1958. C’est dans le fonctionnement de la Vème république. Le 49-3 a son utilité contrairement à ce que vous croyez. Il n’est pas là par hasard. Il est une des mesures de contre-pouvoir ou de décision supplémentaire. Ce qui pose problème ce n’est pas qu’il existe, car il peut être nécessaire, c’est qu’il soit utilisé à tout bout de champ. 

                      Je ne vais pas rentrer dans le détail. Ce n’est pas ma spécialité. Ce sont des problématiques de droits constitutionnels. C’est un domaine plutôt complexe. 

                    • thomas abarnou 17 juin 09:44

                      @CN46400

                      Je n’ai pas dit ça. J’ai dit que je préfère que tout le monde bosse 37h et soit payé 37h que bosser officiellement 35h et officieusement 37h sans toucher plus que 35h. Les 35h sont une aberration. Le comportement de certains employeurs aussi. Moi personnellement j’ai été payé pour toutes mes heures supp. Je vais donc pas me plaindre. 

                      La loi El Khomri n’en parle pas à part dans l’article deux sur les heures supplémentaires. Par contre la nouvelle mouture du sénat risque d’en parler. 

                      Je le répète encore une fois. Cette loi est mauvaise. Mais on en dit quand même n’importe quoi ici. Je ne peux pas le laisser passer et je me retrouve paradoxalement à la défendre alors que ce n’est nullement mon objectif. Je ne défends qu’une chose : les faits, les réalités et surtout pas les fantasmes et les bétises. 

                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 17 juin 11:15

                      @thomas abarnou

                      Il y a dans cette loi travail des problèmes épineux sur lesquels il est urgent de revenir. Bref, et comme ces problèmes épineux sont multipliés dans ce projet de loi et en constituent la quasi totalité, cette loi donc est à retirer. Elle n’est absolument ni décente, ni viable dans le temps.

                      J’ai écrit il y a quelques semaines ici sur AGO trois volets sur cette loi dont je présente et commente les articles fondamentaux.

                      Je vous invite à les lire.

                      Mais je doute que vous vous soyez penché dessus, vous préférez dire que cette loi nous ne la connaissons pas. Par esprit de contradiction, peut-être ?


                    • thomas abarnou 17 juin 11:26

                      @Nicole Cheverney

                      Non. J’ai fait quatre manifs, j’en ai entendu que des bétises. Mais j’ai entendu quelques personnes aussi formuler des critiques intéressantes. Ca reste rare. Les gens disent aujourd’hui majoritairement des conneries, à gauche comme à droite. Rien ne m’étonne. 

                      La loi pose bien des problèmes en effet. Loin de moi l’idée d’en dire l’inverse. Seulement, il y a une part de fantasme derrière tout ça. La loi n’est pas grand public. C’est très technique. N’importe qui qui a essayé de la lire ce rend compte de l’apreté du texte. L’erreur consiste à dire que le peuple à compris cette loi. Non, il ne l’a dans son immense majorité pas lu. Il en dit ce qu’on lui en a dit. Il est instrumentalisé. La loi est devenu l’instrument de revendications diverses et parfois sans rapports. C’est pour moi désagréable. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès