Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > 2004 – 2014 : Dix ans déjà, quel bilan ?

2004 – 2014 : Dix ans déjà, quel bilan ?

Le 15 mars 2004, le législateur promulguait la loi éponyme qui allait graver dans le marbre l’interdiction des signes « ostensiblement » religieux au sein des établissements scolaires.

Cette loi drapée dans les habits de la vertu aurait pu, objectivement, constituer une avancée dans l’interprétation de l’égalité républicaine et avant tout dans la définit...ion d’une laïcité positive, ouverte et surtout répondant à sa vocation première, à savoir la neutralité de l’Etat en matière de pratique cultuelle.

Cependant, cet épisode de notre Histoire récente constitue un précédent troublant en matière de liberté publique, mais également en matière d’ingérence du pouvoir public dans la définition de ce qui est une pratique religieuse, ou pas. Une hérésie laïque dirons-nous !

Pourquoi ? Ceci en trois points, simples, clairs et limpides.

Premièrement, au nom de la Liberté. Nous sommes au XXIème siècle. Jamais dans l’Histoire de l’Humanité les idées, les opinions et les croyances n’ont voyagé et ne se sont déplacées aussi aisément et aussi facilement. Décider, au nom de Tous, de ce qu’est la neutralité publique ou de ce qui est acceptable en terme de code vestimentaire peut se révéler être le début d’une dérive liberticide qui ne s’attaquera pas uniquement aux musulmans, puisse que c’est comme cela que cette loi est perçue, mais aussi comme l’ouverture d’une boite de pandore qui rappelle les heures les plus sombres de notre Histoire.

Deuxièmement, au nom de l’Egalité. La représentation nationale s’est trompée de cible. La véritable segmentation de la population, y compris dans l’école républicaine, est sociale. Il aurait été plus pertinent d’introduire le port d’un uniforme scolaire qui aurait aplani un certain nombre d’injustices économiques. A l’heure où de nombreux adolescents peuvent venir à l’école vêtus quotidiennement pour l’équivalent du salaire des parents de leur camarade de classe. Là, il y a une véritable inégalité à traiter. D’autant plus que cette inégalité est une source réelle de tension et de frustration engendrant conflits, racket….

Troisièmement, au nom de la Fraternité. On ne choisit pas sa famille… Et pourtant, elle reste notre famille. La vocation première de la République, et a fortiori de l’Ecole républicaine, est de réunir sous sa bannière tous ses enfants. Les « bons » et les « mauvais ». Les « normaux » et les « anormaux ». Les « classiques » et les « originaux ». Les « beaux » et les « moches ». Les « riches » et les « misérables ». Les « croyants » comme les « mécréants »…

Par ailleurs, plusieurs autres points sont sujets à caution. Par exemple, le terme « ostensible » à laquelle la loi fait référence. Clairement, on ne bannit pas ce qui est religieux, mais ce qui peut être interprété comme tel. Chacun de nous pourra donc être questionné sur la signification qu’il donne, ou non, à tel ou tel attribut vestimentaire… Les Gothiques sont potentiellement des adorateurs de Satan, les Rastas des membres du mouvement spirituel Rastafari…

De plus, la laïcité aurait du rester pour nous tous une ombrelle protégeant tous les citoyens, qu’ils soient croyant ou pas. Elle s’est transformée en une épée de Damoclès pouvant s’abattre sur chacun d’entre-nous en fonction de l’humeur ambiante et du coupable du moment, car il serait malhonnête d’oublier que les débats entourant cette loi se sont déroulés dans un climat de chasse aux sorcières d’après 11 septembre qui a fortement influencé l’orientation des discussions et du rendu des commissions ayant travaillé sur ce sujet.

Enfin, 10 ans après la promulgation de cette loi, le voile n’a pas disparu des écoles et les affaires médiatiques sont quasiment éradiquées. Mais les jeunes filles voilées n’ont pas pour autant disparu. Combien de collégiennes et de lycéennes sont littéralement arrêtées aux portes des écoles comme sous la Ségrégation ? Combien de potentiels gâchés ? Combien de jeunes filles qui n’ont pas choisi de porter le voile n’ont aucun autre espace que celui de leur famille pour s’exprimer ? Comment ont été accompagnées les mineures exclues ?....

Tant de questions qui restent sans réponse. La « poussière » a été mise sous le tapis, mais la société n’en est pas moins clivée… Le moins que l’on soit en droit d’attendre, en tant que citoyen attaché aux libertés publiques, serait la mise en place d’une commission publique d’évaluation de cette loi liberticide avant d’étudier sérieusement l’abrogation de cette incohérence législative.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Paulo/chon 17 mars 2014 10:46

    Bjr,
    Je m’interroge pour approuver ou désapprouver, nos diverses Républiques ont aboli le code Napoléon mais ne sommes-nous pas assujeti au droit €uropéen, tout ce qui me reste sont les dispositions relatives au travestissement du mardi-gras et l’ostentatoire des signes religieux. Mais je dois etre anormal n’est-il-pas.


    • zygzornifle zygzornifle 18 mars 2014 08:41

      Chaque année il rentre 200 000 « chance pour la France » qui mettent à mal la laïcité et rongent notre modèle de société la pliant petit à petit a leur us et coutumes avec la bénédiction voire l’aide de nos politiques, maintenir la laïcité est un combat perdu d’avance et cela est valable pour toute l’Europe qui de surcroît se laisse manipuler par l’argent des seigneurs de l’or noir ......


      • Annouar SASSI Annouar SASSI 18 mars 2014 10:27

        Merci pour votre réaction.

         

        Simplement, si l’on veut pouvoir débattre sereinement, il est important de ne pas confondre les sujets.

         

        L’immigration est un vrai sujet, compliqué et à traité sérieusement.

         

        La question des libertés individuelles et de la pratiques des cultes en est une autre. En tant que citoyen attaché à liberté dans un pays laïc et sécularisé, je nie le droit à l’Etat de définir ce qui est « ostensiblement » religieux ou pas.

        Par principe, l’Etat devrait se déclarait incompétent sur ce sujet.

         

        Nous avons vu que dans l’Histoire de notre pays, cette attitude est préjudiciable à tous, musulmans ou pas.


      • claude-michel claude-michel 18 mars 2014 08:47

        signes « ostensiblement » religieux au sein des établissements scolaires... ?

        Vu la déliquescence de l’EN je me pose des questions sur cette loi stupide (une de plus)... ?

        • epicure 18 mars 2014 22:22

          beaucoup d’erreur :

          La finalité de la laïcité ce n’est pas la neutralité religieuse, la neutralité n’est qu’un but pas une fin.

          La laïcité repose sur la réalité de la société : que la société est composée de gens d’opiions religieuses diverses, opinions qui concernent autant les croyances ( croyants/non croyants ) que les appartenances ( ou pas à une religion ) ou les pratiques ( pratiquants, pratiquants partiels , non pratiquants ).

          En faisant de l’école un espace neutre de toute religion, la loi ne va pas à l’encontre de al neutralité religieuse de la laïcité. Depuis toujours les laïques ont toujours considéré que l’école devait être un sanctuaire laïque, neutre religieusement.

          La laïcité repose effectivement sur les trois valeurs : liberté, égalité, fraternité

          Au nom de la fraternité on ne peut pas faire de l’espace public, de la société , et encore moins l’école un espace d’affrontement entre identités et prosélytisme religieux. Le pays en a souffert avec les guerres de religions. C’est pour ça qu’interdire des habits religieux qui peuvent servir de bannière religieuse vestimentaire ( surtout avec le transfert du conflit palestinien en France entre musulmans et juifs ), c’est dans l’esprit de la laïcité. La fraternité ne peut se faire que si on enlève toutes les barrières mentales et physiques identitaires et hiérarchiques entre chacun d’entre nous de façon à se considérer comme égaux et non des autres, des différents. Et les signes ostentatoires religieux vont donc à l’encontre de la fraternité .

          l’égalité, repose d’abord sur le fait que les mêmes règles s’imposent à tous que ce soit en droits/libertés qu’en interdictions et obligations. Chacun a les mêmes droits et les mêmes obligations.
           Il ne peut y avoir de règles spécifiques pour des personnes de tel sexe et de telle religion, qui serait différente de la règle générale. Et comme les règles religieuses en s’imposent pas à un cadre laïque, toujours au nom de l’égalité, que des religions imposent certaiens règles vestimentaires à certaines personnes selon leur sexe, ne peut être un argument pour pouvoir les accepter aveuglément n’importe où et n’importe comment. Dans un cadre laïque les croyants pratiquants ne peuvent pas se permettre plus que ce qui est accordé à ceux qui ne sont pas de leur religion.
           Les règles générales laïques ont donc primeur sur les règles religieuses ou traditionnelles particulières.
          Au nom de l’égalité les files n’ont pas à se voir imposer un voile qui depuis la nuit des temps marque l’infériorité des femmes dans de nombreuses sociétés sexistes, dont font partie les pays musulmans d’où sont originaires la plupart des musulmanes , puisque c’est leur appliquer une règle particulière différente de la règle générale.

          « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. » La liberté de se voiler s’arrête là où commence la liberté de ne pas se voiler.
          Une fille peut porter le voile chez elle, dans la rue, et avant la loi dans l’école.
          Une fille qui se fait imposer le voile par sa famille et par son entourage musulman/machiste, ne peut pas disposer de sa liberté ni chez elle, ni dans la rue, ni dans l’école, donc nulle part. Donc elles n’ont pas de liberté de ne pas porter le voile, nulle part.
          Donc pour que les filles puissent être libre de toute pression pour porter le voile, et donc leur ouvrir un espace de liberté, il faut limiter la liberté de porter le voile dans l’école.
          autre définition :
          « je suis libre si les autres sont libres » ( bakounine ), là encore même principe, si les files ne peuvent pas disposer de la liberté de ne pas se voiler, il n’y a pas de liberté de se voiler.
          C’est bien d’invoquer la liberté mais encore faut il savoir de quoi on parle, et en pas la confondre avec le privilège pour certains de faire ce qu’ils veulent pendant que les autres se font oppresser (la liberté du loup dans la bergerie).
          Donc la loi ayant été conçu avant tout pour garantir la liberté des filles de ne pas se voiler, leur liberté de conscience de ne pas se voir imposer des pratiques religieuses contre leur grès , respecte donc bien tous les principes de la laïcité.

          être libre c’est savoir agir de façon autonome en étant limité que par la liberté des autres, de ne pas dépendre d’une autorité extérieure et supérieure ( autrement dit transcendance ). Ce n’est donc pas d’agir selon les dictats d’une autorité religieuse, d’une tradition, des pressions familales etc... Ce n’est pas suivre sans esprit critique des choix arbitraires construits par d’autres qui sont déguisés sous le terme de tradition.
          Des filles qui arrivent à reproduire des discours sexistes qui ne servent qu’à la rabaisser, à la réduire à ses fonctions biologiques et sexuelles, ne sont pas des filles émancipées, libres.

          Les gothiques en sont pas des adorateurs de satan, c’est avant tout des amateurs d’un certain style de musique, qui se reconnaissent dans l’expression de certains sentiments.
          Chez les amateurs de hard rock, tous les trip mort-vivant,, démons etc... c’est du cinéma. Une fois sorti de scène, les musiciens de hard rock deviennent monsieur tout le monde..
          En général passé l’adolescence, tout se beau monde laisse tomber les déguisements pour devenir adulte. Ils gardent juste la musique.

          "Combien de jeunes filles qui n’ont pas choisi de porter le voile n’ont aucun autre espace que celui de leur famille pour s’exprimer ? "
          bien au contraire c’est justement la loi qui permet à ces jeunes filles de s’exprimer hors de chez elles, alors qu’elles en pouvaient pas le faire avant, l’interdiction du voile les protège toute pression pour porter le voile à l’intérieur de l’école.

          En supprimant la loi, ces filles n’auraient plus que leur chambre ou au mieux leur maison pour s’exprimer.

          Si on est pour la liberté, il faut aussi se préoccuper de celles qu’on entend pas beaucoup parce qu’il n’y a pas d’intégristes manipulateurs extrêmistes derrière pour les soutenir, il faut défendre la loi pour défendre leur liberté de ne pas se faire opprimer au nom d’une tradition sexiste/religieuse.
          .. Sinon c’est qu’on n’est ni pour la liberté, ni pour l’égalité, et donc pas pour la fraternité.

          Défendre la laïcité c’est bien considérer que les lois religieuses ne doivent pas être imposées aux élèves dans l’école, quelle que soit l’origine de la pression.
          C’est justement ce que garanti la loi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès