Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Société > 800 000 bébés, 800 000 pauvres

800 000 bébés, 800 000 pauvres

Faire des bébés c’est bien, parier sur eux, c’est mieux.

"La première richesse d'un pays c'est sa population" le 19 Janvier, les journaux, s'empressent d'annoncer avec fierté "la" bonne nouvelle de l'année : la fécondité française est toujours une des plus élevées d'Europe (la France se classe seconde après l'Irlande). Bien sur ce succès est à relativiser, la France avec un indice de fécondité de 1,99 est encore loin d'atteindre, le seuil de renouvellement des génération, situé à 2,1. La France reste tout de meme le mieux loti des pays européens, qui pour la plupart sont à l'instar de l'Allemagne dans une situation catastrophique, l'indice de fécondité de cette dernière atteignant à peine 1,2, ce qui annonce un très probable déclin démographique, et donc économique. Bien sur pour ces pays en déficit de bébés, il existe des solutions comme l'immigration , cependant dans le contexte actuel de "crise du multiculturalisme" (mots empreintés à Angela Merkel) et de xénophobie ambiante, l'integration d'un flux d'immigrés sans précédent pour équilibrer les comptes démographiques, ne sera pas chose aisée.

Alors oui cette floppée de banbin est une bonne nouvelle, et la France est à l'abris des futurs problèmes que connaitront ses voisins. Cependant fairee des bébés, n'est pas tout, la fécondité n'assure pas l'avenir d'une nation. Et cela la France semble l'avoir oublié. Les enfants ne sont une richesse qu'à condition d'investir, aussi bien financièrement qu'intellectuellement sur eux, et notamment dans leur éducation, leur formation, surtout quand l'on connait l'importance du capital humain dans les performances économiques d'un individu, d'un pays.


Exemple du peu de cas que la France fait de ces bébés qu'elle cherie tant : le nombre de place en creche. Chaque année il manque 320 000 places en creche. Un chiffre ahurissant, lorsqu'on sait que 800 000 enfants naissent chaque année. Or il est désormais prouvé qu'une prise en charge préscolaire de qualité a un effet durable et substantiel sur les capacités cognitives des enfants, et de fait limite les handicaps scolaires liés à l'origine social en nivellant par le haut. Vu le resultat des dernières enquetes PISA (la France se classe modestement entre la 22eme et la 27eme place), cette prise en charge pré-scolaire ne serait pas de trop. Par ailleurs, la France est un des pays ou l'echec scolaire est le plus important, 1 élève sur 5 est en grande difficulté à l'age de 15 ans. Or il y a une forte corrélation entre non prise en charge dans le pré-scolaire et échec. Investir dans l'avenir, c'est déjà investir dans les enfants en bas age.

Le nombre affolant d'élèves qui n'ont pas acquis les savoirs fondamentaux en CM2 montre la limite des méthodes pédagogiques utilisées jusqu'ici. Le niveau des lycéens français, est loin d'etre le plus brillant d'Europe bien que la France soit un des pays qui investisse le plus dans ses lycées. Il y a donc une inefficacité criante de l'investissement public dans l'éducation. A cet égard nous devons investir intellectuellement, faire de nouveaux paris, sur de nouvelles méthodes, une nouvelle gestion, en clair repenser l'éducation.

Si la France veut investir dans son avenir, dans ses jeunes elle doit investir dans ses universités. La France est un des pays avancés qui investit le moins dans ses établissements d'enseignement superieur, 42 000 euros en moyenne par étudiant pour toute la durée de son cursus contre plus de 65 000 en Allemagne et 80 000 en Suisse. Cette moyenne cache de fortes disparités puisque proportionnellement, une grande partie de cet investissement se dirige vers les établissements selectifs, (grandes écoles, prépa etc etc), il ne reste donc que des miettes aux universités dont les locaux décrépis reflète bien le peu de cas que fait la France de son enseignement superieur. Le taux d'echec exceptionnellement élevé en première année à l'université (40% dans certaines filières) concrétise les difficultés de beaucoup d'élèves mal orientés, dont l'obtention d'un bac au rabais doublé du mépris à l'égard des metiers manuels a fait miroiter et désirer à des jeunes des études superieurs, qu'ils ne pouvaient suivre.

local/cache-vignettes/L300xH189/amphi-tolbia4521-01247.jpgL
e taux de chomage des 18-25 ans en France, est lui aussi un indicateur montrant la faiblesse des politiques publique en matière d'éducation, et dénote notamment du manque de considération et/ou de qualité des diplomes courts. Si les jeunes Francais sont à l'instar des jeunes européens peu actifs (7% d'actifs), le taux de chomage des jeunes en France est particulièrement élevé (plus de 25%). Cela montre donc, que bien plus que dans les autres pays, les jeunes sont la variable d'ajustement des politiques d'emploi, mais aussi la faiblesse et le manques de débouchés des diplomes courts puisque la population active entre 18 et 25 ans et composée majoritairement de jeunes peu qualifiés. Ainsi de vraies politiques d'activation qualitatives, de formation, sont à mener auprès de jeunes peu qualifiés, dans un marché du travail de plus en plus exigeant. 

Ces manques se concrétisent finalement dans les chiffres de la pauvreté. Depuis plus de 15 ans les moins de 30 ans sont les plus touchés par la pauvreté, avec un taux de pauvreté approchant les 10,5% contre 7% pour le reste de la population. La pauvreté étudiante est un mal qui ronge le monde de l'éducation francais, les étudiants ayant en moyenne 562 euros par mois pour vivre, ce qui concretement provoque des carences en matières de santé et d'alimentation. Selon une étude menée en 2006 13% des étudiants ne possèderaient pas de complémentaire santé les obligeants à se priver de certains soins. Par ailleurs plus de 33% des étudiants ont une alimentation qualifiée de "malsaine" par manque d'argent chiffre qui oblige le secours populaire à intervenir. En 2004 80 000 étudiants ont demandé une aide d'urgence au secours populaire. Difficile dans ces conditions d'avoir des étudiants performants, et donc de futurs actifs de qualité, et il ne fait désormais nul doute que ces conditions contribuent au faramineux taux d'echec à l'université. Ces chiffres contrastent avec la stratégie européenne de Lisbonne, à laquelle la France a souscrit, ayant pour objectif de faire de l'économie européenne, "l'économie de la connaissance". 

La France n'investit pas dans ces jeunes, tout comme elle n'investit pas dans l'avenir. Elle est un des pays européens investissant le moins dans la recherche et développement : 2% du PIB contre 3 en moyenne dans les pays de l'OCDE. Recherche et développement, capital humain, meme combat : celui de l'avenir. Si la France veut négocier efficacement le tournant de la mondialisation, elle doit cesser de se poser en victime de cette dernière et s'armer pour tirer son épingle du jeu. La France n'a pas de pétrole, elle a ses bébés, richesse éminement plus constructive et porteuse d'avenir, tout comme les petro-monarchies mettent à profit leurs ressources, la France doit mettre à profit les siennes, qui sont, infiniment plus belles



Sur le même thème

Sécurité sociale : Le démantèlement continue inexorablement. Osons une alternative
À François Hollande, à Manuel Valls, aux frondeurs et aux autres
Le mandat du renoncement
L'émigration, sujet tabou en France?
Milton Friedman... Chicago boys... Néolibéralisme fascisant...


Les réactions les plus appréciées

  • Par patdu49 (---.---.---.214) 4 février 2011 14:49
    patdu49

     Difficile dans ces conditions d’avoir des étudiants performants, et donc de futurs actifs de qualité,

    je pose la question, qu’est ce qu’un actif de qualité ?

    - une personne qui fait de la prospection téléphonique, pour vendre la même merde que les autres, en annonçant qu’ils sont numéro 1 ?
    - ou pour arnaquer des gogo, pour vendre caremment des purs arnaques ?

    - un employé sans cervelle, malgrés son BAC +++ , de chez GDF, qui va aller couper le GAZ à une mère de famille avec 3 momes, en plein hiver, pour une facture impayée ? par ce que son chef lui a demander, ou être le chef lui même ?

    - un prof de math, qui va apprendre le théorème de pitagor, à des jeunes, plutot que de leur apprendre mathématique, à simplement gerer un budget de vie, ou a comprendre les mécanisme des marchands de crédit, en démontrant, comment des enculés s’engraissent à rien foutre, juste en pretant l’argent des autres ?

    - un futur député UMP, ou PS mondain, qui va inventer un nouveau contrat aidé de merde, en changent une Nième fois de nom, ou on aura des travailleurs encore + pauvres, car il y aura encore d’avantage de pertes de droits connexes, et encore d’avantage d’effet d’annonce, pour vendre cette merde ?

    - un controleur de la CAF, qui ira interroger les voisins, et fliquer les comptes en banque d’une personne sous le seuil de pauvreté, pour voir si defois, un beneficiaire du RSA aurait pas oublié de déclarer le livret à de son mome de 10 ans ? et qui va ensuite lui couper les vivre, pour dissimulation volontaire d’épargne ?

    - un marchand de crédit revolving ?

    - un huissier, qui ira déloger une famille pauvre, pour aider un marchand de sommeil, à pas perdre sa rente d’enculé qui devrait pourtant être en taule ?

    - un marchand de liste, ayant pignon sur rue, pour entuber des jeunes étudiants naif ?

    - un mec, qui travaillera dans la pub, pour envoyer des prospectus, pour la redoute, avec des publicités mensongères ? ou un connard qui fera des pub pour un constructeur de bagnoles, en mettant un model haut de game en présentation et le prix du model bas de game en gros, et en petites lignes que personne n’aura le temps de lire, que le modele presenté dans la pub correspond pas au prix affiché ?

    - un fonctionnaire du CSA payé grassement, pour laisser passer ça ?

    - un patron esclavagiste, qui prendra 50€ du M2 de faience posée, et qui payera son ouvrier 7€ de l’heure, et qui va se plaindre la gueule pleine, de payer trop de charges ? et qui déclarera au fisc, 50% de son chiffre d’affaire ? ..

    - un valet de chiotte, dans un grand hotel, à faire des courbettes aux millionnaires, à leur cirer les godasses, ... qui en + de son salaire confortable de valet de chiottes, va magouiller avec les chauffeurs de taxi escrocs de la capitale ?

    bref ... je me demande un peu, c’est quoi un futur actif dde qualité, defois ...

  • Par Julien (---.---.---.11) 4 février 2011 14:00
    Julien

    Bon, je ne peux être contre le contenu de l’article.


    Avec des réserves :
    * la santé économique du monde à long terme ne peut se réduire à des considérations de taux de natalité élevé. Au contraire : le taux de natalité doit être faible, afin de préserver la nature. L’économie actuelle est un système pyramidal à la Madoff qui nous amène droit dans le mur.
    * qu’on s’occupe des jeunes, oui, mais il faut aussi s’occuper de toutes les générations. Le culte de la jeunesse est plus que malsain, lorsque l’on demande aux anciens de travailler jusqu’à 70 ans voire plus. En particulier, l’apprentissage ne doit pas concerner que les 23-25 premières années, mais toute la vie. Et sur des sujets divers et variés, pas forcément liés au travail (histoire, philosophie, etc.). En revanche, la formation initiale jusqu’à 20 ans doit mettre l’accent sur les matières vraiment importantes (langue anglaise, maths), avec des spécialités suivant les aspirations des gens (littérature, histoire, physique, biologie, etc.). Avec des ponts entre les filières. C’est juste mon avis : il est illusoire de vouloir apprendre toutes les matières, dans notre société de loisirs, où l’on peut par exemple passer sa vie dans les jeux vidéo.
  • Par xray (---.---.---.101) 4 février 2011 15:53

     

    Vive la Croissance 


    De quoi se plaint-on ? 
    Chaque jour qui passe, il y a 200 000 habitants de plus sur la planète. 
    Cela veut dire que les choses ne vont pas si mal que ça. 
    Pour les problèmes de l’écologie, du logement, de l’énergie, on aura bien le temps d’envisager cela plus tard. 

    Les curés affirment que 20 milliards d’habitants, c’est possible. 
    Et, si cela est possible, c’est l’objectif à atteindre (Au plus vite). 


    Le détail, il existe peut être un piège. 
    Moralistes par devant, sans scrupules par derrière, les curés vivent de la misère qu’ils produisent. 


    Il ne faut pas rêver. 
    On ne sait pas vraiment si 20 milliards d’habitants, c’est possible. 

    En revanche, on a compris que les 20 milliards d’habitants ne seront que : « Des cohortes
    d’individus asservis,  drogués, malades,  gavés d’imaginaires, de rêves, de croyances, d’ignorance et de mensonges ». (Des cerveaux morts asservis aux curés.) 


    L’EUROPE des curés
    http://mondehypocrite.midiblogs.com/ 

    Surpopulation 
    http://www.slate.fr/story/21845/mort-civilisation-climat-petrole-oceans-forets-nourriture 

    L’hypocrisie religieuse 
    http://echo-athees.over-blog.com/ 


  • Par Actias (---.---.---.34) 4 février 2011 16:32
    Actias

    La « infiniement belle » biomasse humaine française est une conversion thermodynamique des ressources des « pas belles » petro-monarchies.

    Enfin, on peut (encore) continuer à se raconter de belles histoires sur la croissance infinie de la population et de la consommation.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Lapetiteboite


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires