Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > A la recherche du sens de l’existence après 2015 ?

A la recherche du sens de l’existence après 2015 ?

Etrange époque. Il y a 20 ans, dans un contexte de millénaire finissant marqué par l’ère post-soviétique et l’ascension du numérique, nombre de penseurs s’interrogeaient sur le sens de l’existence. En 2015, cette interrogation semble avoir disparu de l’espace public alors que des individus ont commis des actes insensés, du 7 janvier au 13 novembre. Dans un autre contexte, celui de la politique, la désaffection gagne les citoyens qui en majorité ne croient plus dans l’action politique pour résoudre des problèmes aux causes diverses. Certains problèmes n’ont pas de solution, d’autres ne sont pas des problèmes alors que certains problèmes ont des solutions qui ne passent pas nécessairement par la politique. Mais franchement, le sens de l’existence réside-t-il dans la résolution de problèmes ? Si tel est le cas, nous n’aurions plus besoin des Platon et autres Foucault ou Heidegger. Il serait temps alors de promouvoir Mc Gyver philosophe officiel des sociétés démocratiques. Et de remettre notre sort entre les mains de la BCE pour financer la nouvelle économique. Nos générations Harry Potter s’en remettront également aux bons soins d’un Donald Trump qui selon certaines analyses, s’exprime comme un gamin de 10 ans.

La situation est claire. La vie moderne engendre des dégâts collatéraux que le politique ne sait pas solutionner. Chômage, terrorisme, cancer et j’en passe. C’est le lot de l’existence moderne. La circulation automobile fait quelque 4000 décès par ans sans compter les accidents et les handicapés à vie. Chômage, terrorisme, cancer, événements météorologiques, ces choses sont des dégâts collatéraux liés à notre mode de vie. Sauf le climat qui nous affecte mais nous sommes responsables des constructions dans les zones… enfin bref, la politique n’apporte pas de solutions parce que les maux engendrés par l’existence moderne ont une origine holistique. La politique est même pour partie un problème. Le PS et l’UMP se décomposent. Preuve s’il en est du chaos contemporain. Je ne développe pas plus.

Une hypothèse : si les gens trouvaient un sens à l’existence, la société se porterait mieux. Le sens se comprend traditionnellement suivant deux acceptions au moins. Le sens comme orientation, direction, horizon que nous essayons de suivre, finalité que nous nous efforçons d’atteindre. Le sens comme signification que l’on accorde au chemin que l’on suit et à l’horizon que l’on vise ou parfois même un horizon qui s’offre à nous sans que nous l’ayons cherché ni souhaité. Il est évident que tous ces éléments sont intriqués, chemin, horizon, signification. Lorsque l’on entend le sens, nos pas et nos actions prennent une forme déterminée et résonnent avec une richesse émotionnelle toute particulière. J’entends ici par émotions des processus situés dans les hautes sphères de la conscience. Entendre la vérité, être capté par le beau naturel ou artistique, être saisi par l’amour, voilà quelques émotions spirituelles qui confèrent du sens à l’existence.

Sans adhérer à la thèse des trois états de Comte, on peut néanmoins tracer trois époques pour lesquelles le sens de l’existence était conditionné par un référent ayant valeur d’universel. Dieu au Moyen Age, puis la raison et l’homme pendant la première modernité (disons de 1700 à 1945) et enfin la science et la technique pour ce qui concerne notre époque récente. Avec Dieu, l’existence prend un sens dans l’au-delà, avec l’humanisme moderne, l’existence prend son sens dans le temps, le progrès, l’histoire, avec l’idéologie scientifique, l’existence se rétrécit à la dimension d’un jeu existentiel, d’un divertissement sophistiqué. Le scientifique affairé dans son laboratoire est mû par le souci d’un divertissement sérieux. Le laboratoire est la garantie du sérieux. Pour donner confiance dans un produit, la publicité filme des gens en blouse blanche manipulant quelques fioles. L’effet est garanti. C’est aussi efficace dans l’âme qu’un Pater Noster récité à l’église par les fidèles d’antan.

Dans l’univers du divertissement scientifique et technologique, ni la Nature, ni l’Homme et encore moins Dieu ou la transcendance n’ont de sens profond et déterminant. Pourtant, ces trois composants sont des éléments indispensables permettant de produire du sens. S’accorder avec la Nature, avec les hommes, avec le Soi profond et divin. Etre enchanté et saisi par l’émerveillement du mystère et le mystère de l’émerveillement. J’ai quelques réticences à développer le propos plus en avant, de peur de faire du Frédéric Lenoir en moins bien !

Le sens de l’existence advient en accédant à cet état de conscience que je désigne comme soi universel. Ce soi permet de s’accorder, avec le cosmos, avec les hommes, avec la transcendance en réalisant l’esprit universel. On retrouve trois grandes options présentes dans la spiritualité et la religion. L’accord avec le cosmos a été pensé plus spécialement par le Tao. L’accord entre les hommes se trouve autant dans la pensée de Confucius que la philosophie grecque de Platon et Aristote. La réalisation de l’esprit a été révélée dans les trois religions monothéistes et plus particulièrement, dans la trinité chrétienne. Contemplation de la nature, fraternité et amitié, élévation spirituelle et personnelle, trois pôles permettant d’inscrire l’existence à travers un sens et un horizon bien plus riche que l’existence matérialiste ordinaire offerte par le système technicien, scientifique et consumériste. Cultiver l’amitié, la joie de la nature, et entrer en résonance avec le Soi universel. C’est non seulement possible mais nécessaire pour façonner un monde fait pour les « hommes justes ».

C’est simple au final. La science, ses gadgets, ses conformités, avec l’existence du technocosme numérique, jeux, divertissement, tourisme, séries télé, spectacles de masse, cinéma, aliène l’individu qui participe à sa propre aliénation, contrairement au prolétaire de Marx qui pour subsister n’avait pas les moyens pour résister. Face à cette aliénation s’offre une existence riche de sens. A vous de la trouver. Si un nombre suffisant de gens la trouvent, alors un monde inédit adviendra. Je me suis perdu à essayer de vous guider. A vous de vous perdre pour m’orienter vers la voie. L’universel accompli est la seule destination de l’homme.

Il est temps de conjurer le désenchantement du monde ! Ce n’est pas si facile mais c’est accessible. Il faut trouver le sens et surtout le chercher. A vous de Voir !


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 28 décembre 2015 10:15

    Salut Bernard....merci....

    question cruciale...le sens...mauvaise question ? §§§§§ !!!!!!!

    pour moi la quête du bonheur signifie simplement que je me considère comme malheureux , je le ressens j’y pense, je ne sais rien de mon malheur en fait, mais j’y pense et attribue mon malheur en général à tout sauf à moi même....le malheur c’est toujours à cause des autres ..j’y pense et j’imagine e que puisque je suis malheureux il existe peut être son opposé qui serait le bonheur qui bien sur doit être absolu....

    alors sans même le savoir je laisse tomber le réel qui est mon malheur pour l’imaginaire qui est le bonheur.......

    en faisant cela je ne trouverais jamais ce qu’est mon malheur, ce qui le crée, quand au bonheur est il besoin d’en dire quelque chose ceci s’appelle de la schizophrénie dans le sens de coupé du réel....ah zut tous schizophrène  ?? 

    sur le même chemin je vais chercher un sens à une vie parce que au fond ma vie me gonfle , est souffrance, frustration permanente, je ressens bien bien ce poids constant au niveau du ventre , ça me gonfle mais c’est quoi que ce binzzzz !! , bien que la plupart du temps je refuse de le reconnaitre...ayant peut de m’enfoncer encore plus dans cet ..inconnu !

    La pensée, qui est un programme très défini et limité à un certain champs d’action au delà duquel elle est vaine, et à laquelle je ne connais quasiment rien car elle fonctionne en automatique comme le programme pour le corps , cette pensée vit dans des solutions supposées à des problèmes qu’elle ne connait pas..

    cette dichotomie réel/imaginaire est notre enfer........

    tu dis : Mais franchement, le sens de l’existence réside-t-il dans la résolution de problèmes ....

    mon vécu me dit OUI TOTALEMENT.............je parle de problèmes non pratiques ici bien sur...

    la mort du corps comme les problèmes sont parties intégrantes du fait de vivre...

    en refusant les deux, on ne trouve jamais d’autre chemin que celui de la pensée toujours conflictuelle avant tout avec elle même déjà..oui ou non ?? elle ne oublie le « je ne sais pas »

    avec elle même et donc avec les autres et je dirais même avec l’univers en entier...

    la pensée n’aura, de ce que je connais par expérience, JAMAIS accès au sens , par contre elle a accès a ses problèmes graves mentaux par le biais de la souffrance auto crée par elle même, la souffrance qui est la seule aide précieuse pour démarrer si elle est perçue pour ce qu’elle est à savoir un symptôme 404 d’erreur qui dit : hé Mr Ducon tu te trompes !!! ..

    et qui dans un deuxième temps , si elle est libre ce qui est à 99% jamais le cas pour nous maintenant que nous avons trop régressé du coté obscur de la pensée , dans un deuxième temps devient alors le catalyseur indispensable pour réaliser le miracle dans nos cerveaux , le miracle de la réunification de moi je et de la souffrance qui ne sont pas deux éléments mais un seul...

    je est la souffrance, la souffrance est je...

    or quand « je » croit que la souffrance n’est pas lui, ce croyant, il coupe le seul lien qu’il ait avec ses problèmes en profondeur, ne va jamais réussir à ce qu’ils soient vus , perçus, vécus donc résolus à la lumière de tout le cerveau, jamais donc résolus et « je » va s’enfoncer inexorablement dans la noirceur de cette non vie....

    nous avons régressé au stade animal avec un cerveau une pensée qui n’est pas apte à cela sans l’ouverture de nos autres capacités aujourd’hui endormies et que nous avons tous....

    cette souffrance doit se produire...mais comme nous sommes devenus masochistes....la présence des fois comme elle le veut de cette énergie étrange qui fait que la question du sens ne se pose plus ne se produit plus.....

    de vie il n’y a pas pour nous....la vie est cadeau....nous ne l’ouvrons plus et essayons de comprendre l’emballage...

    vivre le contenu est potentiellement là pour tous...

    l’éducation, la mémoire, la connaissance, le QI, etc etc n’ont rien a voir avec le fait que des fois la question du sens n’existe plus comme n’existe plus la peur, la souffrance et bien plus , car .seul un esprit en souffrance se pose cette question ..et se poser cette question du sens est encore et toujours le même rengaine, la tentative de fuir......de me fuir...

    le désastre des humains est la résultante de tout cela.....c’est en chacun là ou l’on ne regarde JAMAIS............


    • howahkan howahkan Hotah 28 décembre 2015 10:22

      @howahkan Hotah

      et le pire qui se produit la planète est de résultat de la fuite impossible de moi même donc de la souffrance de un, multiplié par la rencontre de 7 milliards de conflits...

      nous avons crée sans le savoir la fission mentale....là ou il ne fallait pas aller...ceci nous est signalé des le début de l’erreur par ce qui,parce que on n’écoute pas devient en s’amplifiant la souffrance mentale ..
      ceci à la particularité de faire que rien n’est perdu....à chaque instant il y a potentiellement la possibilité de changer par la compréhension de soi même, par le biais de l souffrance..

      de mon point de vue je dirais alors que Mr B comme Siddhartha avait vu juste..comme d’autres aussi avant lui et aussi après lui ....


    • pemile pemile 28 décembre 2015 10:26

      @Bernard Dugué « La vie moderne engendre des dégâts collatéraux que le politique ne sait pas solutionner »

      Que le politique ne VEUT pas solutionner !


      • fred.foyn Le p’tit Charles 28 décembre 2015 10:31

        Un système économique mondial basé uniquement sur l’argent est voué à l’échec...C’est pourtant simple de s’en apercevoir..mais les peuples « décérébrés » par des siècles de lavages de cerveaux sont bien incapable de voir la réalité en face...Nous creusons notre tombe... !


        • Le Poilu Le Poilu 28 décembre 2015 14:44

          @Le p’tit Charles
          D’accord avec vous, mais pour ce qui est de creuser nos tombes les Pouvoirs de l’Ombre ont une pelle nettement plus grande et il n’y a pas que le fait que les gens soient décérébrés, leur égoïsme entrainant un refus de voir, y est aussi pour beaucoup...


        • Zip_N Zip_N 29 décembre 2015 02:36

          @Le p’tit Charles

          Le système est une compétition, basé sur l’énergie, la gloire de la 1ère place, classement du meilleur et du moins bon. Compétition voulue par l’olympe ; les cordonniers sont les moins bien chaussés. Ils se déchaussent.


        • Zip_N Zip_N 29 décembre 2015 02:46


          Cette compréhension et définition, a déjà été initiée par la voie du milieu de Bouddha.


        • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 10:43

          Il est temps de conjurer le désenchantement du monde

          La réponse la plus simple serait d’arrêter de se regarder le nombril en pondant des théories byzantines et des articles pour gogos sur AV pour expliquer l’univers et ce tout en chouinant que le système veut pas en tenir compte (alors même qu’on s’extrait volontairement de tout le cheminement qui pourrait permettre d’y parvenir par les voies légales à défaut d’être légitimes) smiley

          Ché pas, inscrivez vous à un atelier constituant comme il s’en développe partout en France pour ce qui est de la politique, M’sieur DUGUE smiley

          De toute façon le système va a volo dans son ensemble et par toutes ses voi(x)es, personne ne résoudra rien tout seul dans son petit coin.

          A moins de simplement faire le constat de tout ça, de se positionner tout seul comme un grand face à ce sens de la vie, et juste espérer que l’inconscient collectif sera colonisé par suffisamment d’individus comme vous pour qu’à un certain stade, un basculement opère.

          Là encore et même à plus forte raison, pas question de se plaindre, juste continuer à œuvrer sans prétendre à plus que ce que peut déterminer sa place de péquin lambda producteur d’idées sur un site internet fort confidentiel au demeurant !


          • SamAgora95 SamAgora95 28 décembre 2015 11:12

            « La vie moderne engendre des dégâts collatéraux que le politique ne sait pas solutionner. Chômage, terrorisme, cancer et j’en passe », dans le j’en passe j’y ajouterai le terrorisme d’état qui est certainement le plus impliqué et destructeur, mais ce n’est pas l’objet de mon commentaire.


            Tout ces maux n’en rien avoir avec le monde moderne, puisque qu’ils existaient déjà bien avant, voir même à l’époque de la préhistoire. 

            Le monde moderne grâce notamment à internet à permit d’affiner la loupe avec laquelle nous scrutons le monde, ce qui nous donne l’illusion d’un plus grand bordel, les personnes qui osent regarder dans cette loupe y voit en réalité le monde tel qu’il est et tel qu’il a toujours été.

            La note d’espoir étant que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les individus ont réellement la possibilité d’en prendre conscience et d’œuvrer pour modifier le monde en profondeur.

            • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 11:20

              @SamAgora95

              Ceci est rudement bien dit.

              Dans mon commentaire au dessus, j’aurais en conséquence du écrire, « le système va a volo dans son ensemble.. comme il en a toujours été », c’est effectivement bien plus exact.


            • howahkan howahkan Hotah 28 décembre 2015 11:46

              @Shawford43

              salut si je puis me permettre, sur quoi vous basez vous pour affirmer ce que vous affirmez et contre quoi je n’ai pas de critique pour ou contre à formuler

              je parle de ceci : le système va à vau l’eau comme il en a toujours été..........

              le maitre financier veut nous faire croire cela car c’est son intérêt pour voler tranquille , on retrouve là le fameux TINA néo-cons, il n’y a pas d’alternative que le combat entre tous...que la société hiérarchique...etc ainsi il n’a même pas à user de trop de propagande complexe , la masse croyant elle même en cela...quoi serait alors la masse elle même qui crée le maitre ? mais là sur ce sujet n’est pas la question

              or ceci est une inconnue....

              déjà que l’histoire de ce jours est déjà et sera en grande partie fausse....

              salutations...


            • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 12:00

              @howahkan Hotah

              déjà c’est effectivement à vau l’eau la bonne syntaxe, j’ai écrit comme un sagouin, merci de m’avoir corrigé smiley

              Pour le reste, vous dîtes l’essentiel, c’est une question de ressenti tout ça, de masses, d’individu, de forces en présence, d’influences relatives des une(s) sur les autres.
              Rien d’incompatible entre les diverses propositions, chacun voit midi à sa porte et par la loupe qui lui est permise ou souhaitée, et Sam agora dit tout cela très bien, tout comme vous ici, en fait.

              Au surplus, on épuise en rien les changements en profondeur sur l’humanité en son ensemble dont il parle, sachant qu’ici on objecte sur la conscience et la conscience des choses, phénomène individuel et tout à la fois le plus collectivement partagé qui soit, et un changement sur ce paradigme pourra là modifier le tout pour le compte. Assurément y’a encore du taff, mais gageons que l’influence sera déterminante pour tout et tout un chacun.


            • howahkan howahkan Hotah 29 décembre 2015 08:50

              @Shawford43

               smiley.....................


            • JL JL 28 décembre 2015 11:39

              ’’A vous de vous perdre pour m’orienter vers la voie’’


              Tiens donc ! Bernard Dugué fait maintenant dans la communication paradoxale !?
               
              Je me demande bien quelle sera la prochaine étape ?

              En fait, non.

              • lloreen 28 décembre 2015 12:43

                j’ ai le grand plaisir de vous faire part de la naissance d’ une formidable initiative.
                C ’est la création de la Fondation pour l’ Humanité.
                Tous ceux qui veulent y contribuer, la soutenir et la propager sont les bienvenus.

                http://stopmensonges.com/creation-de-la-fondation-pour-lhumanite/


                • lsga lsga 28 décembre 2015 14:00

                  Le sens n’existe que dans un cadre fini. Dans un contexte infini, rien n’a de sens, par définition. 

                  (cf : extension/intension d’un concept)

                  • amiaplacidus amiaplacidus 28 décembre 2015 17:34

                    @lsga
                    Et vous Isga, vous êtes un insensé.

                    Au fait, j’espère que vous allez maintenant prendre vos gouttes avec régularité, parce que votre dernière hospitalisation a duré plus que 2 mois, vous ne devez pas jouer avec votre santé.


                  • abcd 28 décembre 2015 14:03

                    Bon admettons qu’il y est une utilité à m’affecter d’un commentaire.
                    La matière n’a pas de sens, il n’y a pas plus de sens dans un trou noir que dans les objets entourés de vide.
                    Le sens de la vie c’est d’être, être c’est marquer sa différence avec ce qui n’est pas soi, c’est la première « frontière », celle avec la matière, elle n’est pas imperméable, mais cela commence quand même par une membrane (hydrophile-lipophobe...), elle sépare la vie de la matière, la cellule du milieu.
                    Bon vu que l’époque aime les sentiments (romantisme), je sais même pas si un pragmatisme lié au mot frontière est acceptable. Les optimistes disent que sans la ligne Maginot on aurait gagné la guerre, les pessimistes disent qu’on aurait collaboré plus vite, il y a peut chance d’entendre qu’au moins elle aura démontrer le peu d’intérêt Allemand pour la neutralité Belge (donc un certain tempérament, qui peut inciter à la résistance, résistance ou terrorisme c’est l’histoire qui tranche).
                    Et pour pouvoir être il faut pouvoir mourir, le zéro n’est pas le néant, c’est déjà un possible. Et il est évidement cruel de ce dire que si le « tout » est supérieur à la somme des parties, la somme des parties seront moins que le « tout » qui fût.
                    Le sens de la vie bactérienne et végétale (il faut bien catégoriser pour penser) c’est de façonner la matière, le climat, le paysage.
                    Le sens de l’animal est l’immanence, le « ici et maintenant », le rapport au monde dans le présent, la conscience n’est pas suffisante pour que l’idée d’un futur impose l’idée d’une transcendance. A partir de là les matérialistes pourraient discuter de cette nécessaire transcendance, mais l’immanence humaine, n’est-elle pas possiblement une transcendance en des idées ? (la justice, la liberté, l’égalité, ni a-t-il pas une religiosité derrière tout cela ?), si on veut une immanence humaine, ne faut-il pas plutôt ce tourner vers les « handicapés mentaux » ? (handicapés à la transcendance), qui eux vivent le « ici et maintenant ».
                    Mais si l’idée de passé (la mémoire) ajouté à une conscience du futur (a priori humaine) appelle une transcendance, celle-ci peut avoir plusieurs formes :
                    Le culte de la mort, comme par exemple la crucifixion (inventé plus de 1000 ans avant JC et qui a continué quelques siècles après), une exaltation d’un corps qui ce putréfie tout en restant encore vivant, faire advenir la mort lentement comme un spectacle, c’est pas un lion qui aurait cette idée.
                    Le culte de soi, comme la momification, la transcendance au monde par sa gueule, au point que la mort ne soit qu’une étape, à sa propre déification.
                    Le culte des idées, déjà évoqué.
                    Le culte de la vie non humaine, pour échapper à la transcendance en la projetant sur les immanents, que sont les animaux (jolis et tout doux, étant une projection humaine de l’immanence elle reste anthropocentriste, y à pas beaucoup de mouvement de défense des bébés poulpes, cafards et autres acariens).
                    Il faudrait préciser la nécessité de la souffrance, certains hommes ne souffrent pas, ils ne sont pas sensibles à la douleur (à cause d’une anomalie cérébrale), par conséquent ils ont tendances à ne pas prendre soin de leurs corps, voir à ce mutiler pendant l’enfance pour attirer l’attention de leurs parents. la souffrance c’est ce qui lie le corps à la conscience ; (je sais c’est con, mais j’y suis pour rien :) ).
                    Le culte de la miséricorde et là aussi il y a une précision a faire. Je ne parle pas de croyance ou de loi, la Foi est un rapport au monde personnel dans l’espace Français, mais qu’on soit croyant ou non, cela ne change rien. De la même manière qu’on ne peut attribuer à Marx l’ensemble des délires qui ont suivis, on ne peut attribuer à un prophète (ou homme compromis à l’idée d’une nécessaire transcendance) les délires fait en son nom. Il faut aborder la religion, comme une culture portant des idées si on est athée et comme une religion si on est croyant. Et si on ce place sous cet angle (froid) et bien tout ce que je peux dire c’est que la transcendance par la miséricorde, c’est pas l’idée d’un demi-con (et encore moins d’un con :) ), franchement c’est une idée humainement géniale si on y réfléchit un peu.
                    Bon tout cela est discutable, mais l’idée que le sens de la vie d’un homme soit de bien choisir (et de laisser aux autres choisir si on est humaniste) sa transcendance, ce n’est pas une idée si sotte que cela.


                    • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 17:26

                      @abcd

                       Pour ma part, ça fait longtemps que j’avais pas lu des choses aussi sensées, merci du partage.

                      Et puis quand j’ai lu plus tôt dans l’am en salle d’attente avant un scanner : « la souffrance c’est ce qui lie le corps à la conscience ; (je sais c’est con, mais j’y suis pour rien :) »
                      ben là au sortir de ça, où le keum m’a dit que j’avais surement un cancer, je peux te dire, que ça a résonné en moi, et que c’est pas con, mais alors pas con du tout ce que tu as ici écrit (je m’excuse pour le tutoiement, je sais pas comment m’adresser à quelqu’un autrement, inconnu soit il, quand je veux le faire de la façon la pus fraternelle possible)


                    • Le Gaïagénaire 28 décembre 2015 19:03

                      @Shawford43  28 décembre 17:26


                      « À la recherche du sens »

                      Ceci devrait vous aider :


                      La sortie passe par la porte.

                      Nous mangeons beaucoup d’émotions, même inconsciemment. Cela ne se guéri pas par un médicament ou un aliment. Un symptôme peut être bloqué comme la lumière rouge du tableau de bord peut être éteinte sans aller sous le capot. Le problème n’est pas réglé pour autant.

                      Il y a trois feuillets embryonnaires ;

                      La « maladie » s’exprime de trois façons : Tumeurs, ulcères ou pertes de fonction ;

                      Il y a deux phases : sympathicotonie et vagotonie ;

                      Le tout est guéri soit par les virus ou les bactéries.

                      Il faut ajouter tout le tératogénique de la « médecine », de l’environnement industriel, alimentaire et de l’aqueduc.

                      Je suis un INCONDITIONNEL de la médecine nouvelle germanique :

                      http://www.germanique-nouvelle-medecine.com// parce qu’elle aide à comprendre le « sens » de la « maladie ».

                      Cordialement


                    • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 19:32

                      @Le Gaïagénaire

                      Merci pour l’info, je vais garder ça précieusement par devers moi et confronter tout ça en temps utile avec mon médecin traitant. Pas d’exclusive pour moi, juste pouvoir décider en son âme et conscience.

                      A ce stade, et ça date de cet am, à la sortie du scanner le keum y me dit :"bon on va vous enlever votre boule de pétanque [il l’a pas dit en ces termes exacts, quand même], et puis on va faire un petit traitement de radiothérapie.. [et puis j’te l’aurais bien vu me sortir aussi] "et la chimio qui va bien avec tout ça..."
                      Alors là je lui ai dis : mon coco, on va m’enlever le truc qui gêne, OK, pour le reste, on va pas mettre la charrue avant les bœufs, alors ferme ta gueule, au revoir ! smiley

                      Car pour le reste le crabe, personne n’en parle mieux aujourd’hui que l’ami Dieudo :
                      https://www.youtube.com/watch?v=b0GDq-R76fY&feature=youtu.be


                    • abcd 28 décembre 2015 21:09

                      @Shawford43
                      J’espère que cela ira pour le mieux, la chimio c’est vraiment cruel parfois. Bien à vous.


                    • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 22:30

                      @abcd

                      Vous avez pas à vous en faire pour ça a priori, si je peux m’exprimer ainsi.
                      Car si j’ai bel et bien le crabe, la chimio elle passera pas par moi, à moins que le ponte que je vais devoir me farcir dès la semaine prochaine, me promette la guérison à 100% avec ce poison, et qu’à défaut, si j’y passe il mette sa paye 2016 sur le compte que je lui aurai indiqué.
                      Je suis sûr ou tout au moins j’espère qu’il prendra alors un minimum de pincettes avant de me proposer quoi que ce soit qui n’ait pas mon plein assentiment.
                      Bien à vous


                    • pemile pemile 28 décembre 2015 23:29

                      @Shawford43 « me promette la guérison à 100% avec ce poison »

                      Va donc falloir aller consulter le charlatan de la nouvelle médecine germanique conseillé par le Gaiagénaire !


                    • Shawford Shawford43 28 décembre 2015 23:37

                      @pemile

                      Man, tu vas un peu trop rapido vers la conclusion qui t’intéresse et ce en ne lisant que ce qui t’intéresse dans ce que j’ai écrit.
                      Alors :
                      1. je t’emmerde ducon, merci d’être passé
                      2. je prendrai n’importe laquelle des voies qui me permettra d’en sortir, mais en mon âme et conscience, et je te laisse à ton dogmatisme (vis/crève comme tu le veux man, c’est ta life).
                      3. ou alors tu me promets quoi toi, et c’est combien, charlot


                    • pemile pemile 29 décembre 2015 00:07

                      @Shawford43 « je t’emmerde ducon, je prendrai n’importe laquelle des voies qui me permettra d’en sortir »

                      Je t’en prie, fait l’inventaire « des voies » pour n’en prendre qu’une seule (! ?), en ton âme et conscience !

                      « c’est combien, charlot »
                      C’est souvent très cher, cela dépend donc à combien tu estimes ta vie.


                    • Shawford Shawford43 29 décembre 2015 08:58

                      @pemile

                      Voui man, si je la mesure à l’échelle de ta connerie, elle doit être inestimable. smiley

                      Pour autant je viens d’aller lire l’article de Dugué sur ce même sujet du crabe d’il y a quelques jours, entre « capilotractie » et jugements à l’emporte pièces on y est servi. Si c’est donc ton acrimonie qui se prolonge ici, je te pardonne mon frère, va en paix smiley

                      PS/PM : si mes contempteurs habituels et notamment les Imams de la Moquée d’à côté voient dans la droite ligne de ces observations un coup de bluff de ma part, sachez les zamis que je vous en... profond de chez profond, et vous souhaite de partager au plus vite le même voyage que celui dans lequel je suis désormais engagé.


                    • pemile pemile 29 décembre 2015 09:18

                      @Shawford43 « vous souhaite de partager au plus vite le même voyage que celui dans lequel je suis désormais engagé. »

                      Tu crois donc être le seul à devoir faire ce voyage ?

                      A part les insultes, tu t’es renseigné sur les bons conseils du gaiagénaire des miracles de la « médecine nouvelle germanique » ?


                    • Shawford Shawford43 29 décembre 2015 09:30

                      @penible

                      Je sais man, je pense qu’à mon nombril, c’est ignoble d’égoïsme. Si ça t’insupporte que j’aille pas crever en solo et sans m’épancher, faudra t’y faire, c’est toujours ça de gagné après tout.

                      D’autant que je t’ai pas sonné. Mais on peut tout à fait continuer à nous montrer nos nombrils respectifs, pani problem, puisqu’on ne fait de toute façon que ça ici, n’est t’il pas ? (si tu veux faire un sondage sur qui a le crabe ou pas dans le coin, te gêne pas, plus on est de fous ...)

                      Donc pour entretenir plus avant la fraternidad qui s’est insinuée entre nous, je te pisse à la raie, mec, va chier smiley


                    • pemile pemile 29 décembre 2015 09:55

                      @Shawford43 « je te pisse à la raie, mec, va chier »

                      C’est donc pas la prostate pour toi et mon système colorectal se porte très bien, merci smiley


                    • Matozzy Matozzy 28 décembre 2015 14:30

                      Merci à l’auteur pour cet article.

                      A mon sens (haha), le sens de la vie est la vie elle-même. Et ceci n’est pas une diatribe épicurienne. La vie est une expérience. Une expérience parmi bien d’autres (oui, il faut avoir conscience de la réincarnation, croyance pourtant présente dans les plupart des religions et cultures). Le sens n’est rien d’autre que l’expérience en elle-même.
                      Que faire de cette expérience dans ce cas ? Tout simplement ce qui résonne (et non pas ce qui raisonne) en nous. Pour cela, il est nécessaire de lâcher le mental (en commençant par lâcher le matérialisme insensé et l’aliénation, comme le décrit très bien l’auteur) et explorer son Être et ce qu’il est venu expérimenter dans cette expérience.
                      Après, on peut aussi expérimenter l’aliénation... l’époque est bonne pour cela et chacun est libre de faire ce qu’il veut de son expérience. Mais la quête de sens est vaine, à mon sens... ;)

                      Bonne expérience à tous.


                      • Sozenz 28 décembre 2015 15:32

                        bonjour

                        En 2015, cette interrogation semble avoir disparu de l’espace public alors que des individus ont commis des actes insensés, du 7 janvier au 13 novembre.
                        le mot semble est a souligner .il devient plus présent et pressant en chacun de nous malgré les « apparences » et même la conscience ( pour certains)

                        Dans un autre contexte, celui de la politique, la désaffection gagne les citoyens qui en majorité ne croient plus dans l’action politique pour résoudre des problèmes aux causes diverses.
                        la politique tout comme les formes religieuses telles qu’elles existent doivent disparaitre. et c est une bonne chose . elles doivent reprendre leurs fonctions primordiales détachées de tout Pouvoir, et aller dans le sens du Service et non d une quelconque servitude.

                        Certains problèmes n’ont pas de solution, d’autres ne sont pas des problèmes alors que certains problèmes ont des solutions qui ne passent pas nécessairement par la politique.

                        Tous les problèmes ont des solutions , elles n sont pas toujours celles que nous croyons , ou que nous voulons. la recherche de solution des problèmes sont perverties par des projections , des désirs qui vont dans notre sens , mais qui vont parfois à l’encontre de nos intérêts ( intérêts personnelles ou communs) dont on ne voit que les résultats par la suite . On appelle cela l’obstination qui est confondu avec action (montrant d autres portes auxquelles nous n avions pas pensé , ou vu ) tout comme il y a nécessite de « repli » ( moment de pause pour pouvoir avoir une autre vision)

                        Mais franchement, le sens de l’existence réside-t-il dans la résolution de problèmes ?
                        la résolution des problèmes est un moyen. il permet d’ aller chercher la source du problème , ou de dépasser, ou chercher à dépasser un « frein » lié à soi même pour résoudre un problème . la solution est déjà là, mais c est le chemin qui va être parcouru pour résoudre le problème qui va déterminer l’apport véritable de ce qui a été vécu . ainsi nous pouvons mieux comprendre les phrases .
                        L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle.
                        Antoine de Saint-Exupéry 
                        ou
                        Quand les difficultés apparaissent le sot fuit , le sage se réjouit

                        La situation est claire. La vie moderne engendre des dégâts collatéraux que le politique ne sait pas solutionner.
                        Il ne sait pas , il ne peut pas , il ne veut pas ( si besoin d un développement de ces affirmations ne pas hésiter à demander . mais en fléchissant logiquement avec tout l esprit de l’article ; on peut aisément le comprendre) .

                        Sans adhérer à la thèse des trois états de Comte, on peut néanmoins tracer trois époques pour lesquelles le sens de l’existence était conditionné par un référent ayant valeur d’universel.
                        3-7-(10 bête et empires)
                        3 grandes périodes : voir découpage pour les périodes des Lois bouddhiques
                        7 les périodes de Éphèse à Miller

                        . Avec Dieu, l’existence prend un sens dans l’au-delà, avec l’humanisme moderne, l’existence prend son sens dans le temps, le progrès, l’histoire, avec l’idéologie scientifique, l’existence se rétrécit à la dimension d’un jeu existentiel, d’un divertissement sophistiqué.
                        Que voulez vous dire par dans l au- delà ?
                        je demande cette précision pour que nous nous trompions pas sur son image et qu’ elle ne mette pas une distance entre le Soi , l’Univers ,l’ Infini, le Tout et l’Un

                        l’existence se rétrécit à la dimension d’un jeu existentiel, d’un divertissement sophistiqué.
                        http://www.dailymotion.com/video/x7jo3q

                        Pour le reste, dans l ensemble je le trouve très bien ^^

                        Ps : j ai beaucoup ri sur l article de la neige . beaucoup d humour , entremêlements d’absurdités volontaires et de « sciences » . merci ^^

                        ps(2) : c est avec de plus en plus de réticence que je viens poster ,
                         bon courage à vous et à vous tous . Bon Cheminement.


                        • howahkan howahkan Hotah 29 décembre 2015 08:58

                          @Sozenz

                          Salut sorenz

                          a propos de difficulté et de problèmes , hors problèmes pratiques et encore, ce que je pense savoir par expérience me dit que la pensée n’est ABSOLUMENT pas équipée pour aborder et résoudre ces problèmes...nos capacités oubliées et perdues si.....

                          ceci entre autres désastre a créé un environnement de survie totalement déments,absurde, destructeur et malgré l’abondance relative il n’y a aucune sécurité relative,ce que nous aurions tous en coopérant volontairement..etc bien sur..le désordre extérieur se joue intégralement dans chaque cerveau avant tout

                          merci de ton mot

                          salutations..enfin schuss smiley


                        • Zip_N Zip_N 29 décembre 2015 11:18

                          @howahkan Hotah
                          Pour utiliser la capacité perdue et oubliée pour résoudre nos problèmes. En pratique, on fait comment et on s’adresse à qui ?


                        • howahkan howahkan Hotah 29 décembre 2015 11:57

                          @Zip_N

                          a personne, de même que personne ne peut manger pour toi, personne ne le fera pour toi.......c’est là pour tous..mais persuadés depuis des milliers d’années par le voleur qui a besoin de notre soumission pour être puisant et riche que une personne aurait une vérité pour tous, par ignorance et encore plus par peur non comprise ,alors que ce chemin là contrairement a la survie physique est d’abord un chemin solitaire, et bien par soumission et facilité ainsi que par paresse mentale sur ce chemin on n’y va jamais, j’y vais et j’en parle....

                          mon conseil ne me lit pas, cela te fait visiblement du mal..car la haine que tu dégages fait mal avant tout à toi même ..je dirais bien qu’elle est peut être le reflet d’une souffrance, ce qui est une évidence car nous en sommes tous là, mais cela seul toi peut le savoir et résoudre ce problème ...

                          a condition de ne plus fuir mentalement...


                        • Sozenz 29 décembre 2015 12:13

                          @howahkan Hotah
                          relisez plusieurs fois pour bien comprendre cette phrase
                          la résolution des problèmes est un moyen. il permet d’ aller chercher la source du problème , ou de dépasser, ou chercher à dépasser un « frein » lié à soi même pour résoudre un problème . la solution est déjà là,


                        • Sozenz 29 décembre 2015 12:17

                          @howahkan Hotah
                          Nous sommes tous parfaitement equipés pour affronter les problèmes et « les résoudre »
                          cherchons nous après La Solution ou notre solution .


                        • howahkan howahkan Hotah 29 décembre 2015 13:42

                          @Sozenz

                          oui, cela dit, pour moi cela dépasse la pensée, tant que la pensée est là , elle est si sournoise que en général elle se cache même derrière le plus apparemment humble et pauvre, elle ne solutionne, pour moi, aucun problème non pratique, parce que cela n’est pas son rôle, pas dans son domaine, il n’y a rien de bien/mal la dedans c’est comme cela ! ..c’est ce que je sais, pour moi, par expériences renouvelées encore et encore ..
                          cela implique de n’être concerné que par les effets que causent le problème, comme frustration, souffrance, douleur, peu etc et de les laisser être ce qu’ils sont...

                          si j’essaye de solutionner ou d’en tirer profit , la pensée est donc toujours là et le problème réel profond ne sera pas perçu..voila ce que je vis pour moi même...je le dis juste au cas ou !!

                          salutations..


                        • Sozenz 29 décembre 2015 14:00

                          @Sozenz
                          oui , je suis tout à fait d accord avec toi ( je peux le avec toi ? )
                          En tout cas derrière tout ce que tu dis , cela montre bien que ce qui est essentiel c est bien le Soi . la résolution des problèmes pratiques sont « secondaires » car elle ont leurs solutions par Bienveillance et par Amour .
                          Ce qui est voulu c est notre purification pour notre bonheur. et c est par cette purification que la Puissance peut être mise en action. Puissance d Amour et d Harmonie capable de Guérir et de Créer.
                          Bise^^


                        • Sozenz 29 décembre 2015 14:08

                          @howahkan Hotah
                          Depuis le début nous parlons tous deux de la mème chose . avec des formes différentes . mais le Fond est le même. N’est ce pas cela le UN dans la multiplicité ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès