Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > A propos du Cahier des Charges sur la formation des enseignants

A propos du Cahier des Charges sur la formation des enseignants

Avis sur l’intégration des IUFM dans l’Université, d’après le Cahier des Charges paru au Journal Officiel en décembre 2006.

En préambule, je dirais que l’intégration des IUFM aux universités s’inscrit dans un mouvement général de reconnaissance des établissements d’enseignement supérieur au niveau international qui suit un cours normal, mais que notre pays tarde à intégrer. Les incitations du Ministère, depuis au moins le début des années 2000 (et bien avant à y regarder de plus près), vont effectivement dans le sens de regroupements et de fusions des universités, lesquels permettraient de favoriser les cursus pluridisciplinaires dans le cadre d’établissements généralistes, dont l’offre de formation professionnelle coïnciderait avec les recommandations, notamment, du traité de Lisbonne et, plus récemment, du HCE. Le morcellement qui préexiste aujourd’hui aux projets de PRES empêche d’ailleurs bon nombre de projets de se mettre concrètement en place, par exemple dans les domaines de la recherche-action, de l’organisation de GIP et de la mise en place de programmes intégrés et de réseaux d’excellence conformes aux directives européennes des différents Programmes-Cadres.

La loi sur la Recherche d’avril 2006 présente, dans ces conditions, des difficultés concrètes à s’appliquer intégralement, et cela sans parler des réticences quelquefois très politisées de certaines universités, en liens étroits avec les Régions et les Collectivités territoriales. Même si nous assistons, comme l’indiquait dernièrement dans Le Monde du jeudi 14 décembre 2006, Alain Renaud, fondateur de l’Observatoire européen des politiques universitaires, à un « retour de balancier », le défi est encore loin d’être relevé.

Dans cette vue, les termes de la loi Fillon d’avril 2005 sont très explicites, et vous me permettrez de me féliciter de leur opportunité et de leur appropriété. Je n’y reviendrai donc pas, non plus que je ne reviendrai sur les déclarations formulées le 10 novembre dernier par Yannick Vallée, premier vice-président de la CPU, et moins encore sur celles de la Conférence des directeurs d’IUFM, qui se sont réunis en séance plénière à Paris les 7 et 8 décembre 2006. Je voudrais juste attirer l’attention sur quelques suggestions que je tiens à formuler sur la question des formateurs.


La dernière CDIUFM l’explique très bien : « Tous les formateurs des IUFM sont transférés à l’Université. Cela étant, et compte tenu de la généralisation d’un processus de recrutement annoncé par le Ministre - à savoir des formateurs recrutés sur des emplois à service partagé (relevant d’une double affectation, établissements scolaire d’un côté, Université de l’autre) - , la future école IUFM devra pouvoir disposer d’équipes catégorielles de formateurs permanents à l’instar des autres écoles ou instituts universitaires (école d’ingénieurs, école polytechnique, IUT,...) ».

Effectivement et à mon sens, la répartition d’une implication « sur le terrain » de l’enseignement (terme qui n’a rien d’innocent, et qui répond à un reproche courant qui fait peu cas des spécificités du métier de formateur en public d’adultes) et d’activités de formation des maîtres est pertinente, mais elle exige une distribution raisonnée qui prenne en compte l’universitarisation de la formation initiale et de la formation continue des enseignants des premier et second degrés, entre autres dans le cadre du master. A ce titre et concernant donc les formateurs, je suggèrerais pour la part les modalités suivantes :

Pour les Maîtres de Conférences, le temps consacré à la recherche-action, aux entretiens d’explicitation et d’autoconfrontation des personnels, à la mise en relation des données ainsi qu’à leur diffusion, apparaît très exigeant et aussi peu compatible avec le service partagé que pour les enseignants du premier et du second degrés qui sont directement impliqués, eux aussi, dans la recherche-action, mais aussi et surtout les visites conseil, les analyses de pratiques, la coordination des actions de formation, la mutualisation des données empiriques et leur mise à disposition (qui ne saurait être du seul ressort des maîtres de conférences), ainsi, bien entendu, que la formation des formateurs.

Ces fonctions nécessitent une prise en compte générale de l’ensemble des actions menées dans le cadre des écoles de formation des maîtres intégrées aux universités, mais nécessite dans le même temps une réaffirmation de l’universitarisation des personnels concernés. J’en prends pour illustration tout ce qui caractérise l’innovation dans le domaine de la formation d’adultes : pour créer un module de formation par exemple, formaliser des liens directs avec les Inspections Académiques, ou co-organiser un projet de GIP, d’ERTe ou de PI (Programme Intégré au format UE), seuls des formateurs qui sont pleinement impliqués et à titre permanent dans l’ensemble des actions sont à même d’en intégrer toutes les données.

Cela n’exclut bien évidemment pas la présence réaffirmée
- ou instituée - de formateurs du second et du premier degrés en service partagé dans l’Ecole universitaire, mais je les vois mal disposer d’un avis autre que consultatif et/ou d’expertise pour ce qui relève des plans de formation, de l’innovation des modules ou des actions de coordination IA-Universités, dans le cadre jusqu’ici prévu . Comment imaginer, en effet, qu’en plus de leur service en établissement du primaire ou du secondaire, complété par des interventions auprès des personnels stagiaires et dans le cadre de la formation continue, avec notamment un minimum de visites conseil, de conseil pédagogique et d’analyses de pratiques, ces enseignants disposent encore du temps nécessaire pour coordonner, innover, co-organiser, faire de la recherche-action et de la formation de formateurs, laquelle nécessite, en elle-même, un volume de formation individuelle équivalent à leurs heures de service en établissement du primaire ou du secondaire ? Après un rapide calcul, il apparaît que quelqu’un qui serait impliqué en service partagé dans l’ensemble des fonctions qu’exige une véritable formation de formateurs, avec l’autoformation et la co-formation que cela suppose, ferait tout simplement un service « réel » de 75, dans le meilleur des cas, à 105 heures par semaine dans la pire des configurations ! A l’impossible nul n’est tenu.

Les emplois en service partagé doivent donc faire l’objet d’une véritable réflexion et d’une très concrète universitarisation. Par souci d’exactitude et plus avant, je dirais qu’un personnel enseignant en service partagé de l’Ecole universitaire, géré par deux établissements de rattachement, en concertation avec l’IA, devrait bénéficier des aménagements suivants :

  • une affectation à titre permanent ;

  • une formation de formateur accrue et prise en compte dans l’avancement de sa carrière ;

  • un rattachement à une unité (mixte) de recherche, et éventuellement à une ou deux unité(s) de type ERTe ;

  • l’accès à toutes les bases de données et aux plateformes TICE de l’Université, dans le cadre de ses interventions ;

  • une compensation du déficit indemnitaire dû à son service partagé en établissement scolaire, par l’attribution d’une prime d’« enseignement supérieur »  ;

  • des défraiements pour ses déplacements entre les deux établissements au même titre que cela se fait dans le cadre des services dits « fractionnés »  ;

  • un service en établissement scolaire qui n’excède pas un tiers de son service global, avec une décharge renouvelable au titre de la formation continue ;

  • l’existence de deux procès verbaux d’installation, assortie d’une gestion centralisée de son traitement ;

  • la possibilité de bénéficier de détachements pour la recherche, et éventuellement de délégations auprès, par exemple, de l’INRP ou de l’ANR.

Il va de soi, par ailleurs, que ce type d’emploi serait l’occasion d’un partenariat privilégié avec les Inspections Académiques.

Il ne s’agit nullement d’établir une échelle de compétences en marge de l’attribution des grades, mais de reconnaître l’indispensable formulation de la répartition des services en termes de statut et de décharge. Par exemple, j’imagine pour ma part très faisable qu’un personnel en service partagé intègre, à l’occasion d’un plan quadriennal où il serait impliqué ou de nécessités de service, un emploi de personnel à temps plein, tout comme cela doit pouvoir s’envisager pour un personnel à temps plein qui serait amené à intégrer un service partagé pour un temps déterminé et dans le cadre d’un projet d’action éducative ou de formation spécifiques, à moins que cela ne lui convienne plus personnellement par la suite.

Ces remarques et ces suggestions ne vont nullement dans le sens d’une pérennisation de prérogatives ou autres inepties de ce genre : celles-ci sont notamment le fruit d’une réflexion que j’ai menée avec mes collègues du Pôle Sud-Est des IUFM, et que d’autres collègues ont menée sur le territoire national avant nous. Ces suggestions prennent appui sur de nombreuses ressources qui me dépassent et dont je ne suis ici qu’un humble porte-voix. Quoi qu’il en soit, toutes se rejoignent dans un seul mot d’ordre : une formation et des services bâtis sur des projets, dans l’esprit d’un cadrage national de formation, et qui ne relèvent ni de l’improvisation, ni de déclarations de presse dont les transports sont peu contenus.

En outre et sur un autre plan, je ne vous cache pas mon inquiétude vis-à-vis de la non mention du mémoire professionnel dans les recommandations du HCE et dans le projet d’Arrêté du Ministre, même s’il est question de le conserver. L’absence ou l’affaiblissement qualitatif de ce type de production et de ce support de validation dans la formation des enseignants du premier et du second degrés rendrait tout simplement inapplicable au plan institutionnel le transfert de crédits universitaires éligibles au niveau de la diplomation de MASTER, et mettrait de ce fait « hors la loi » les masters professionnels délivrés au titre de la formation des maîtres. Si tel est le cas, une génération entière d’étudiants serait livrée à la discrétion de validations d’acquis d’expérience et d’équivalences d’études dont on sait combien, dans ce cadre en particulier, elle apparaît génératrice d’inégalités et représente un coût institutionnel et social disproportionné par rapport aux attentes du Ministère, du grand public et de la société civile.


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Sithy (---.---.74.201) 28 mars 2007 21:06

    Si « tous les formateurs des IUFM sont transférés à l’Université » on n’est pas prêt de voir s’améliorer la qualité de l’enseignement dans nos écoles.

    Il faut supprimer les IUFM, INRP et autres baratineurs... et reconstruire totalement la structure de formation des futurs enseignants en liaison avec une recherche effectivement évaluée, mais avec pour seul cahier de charges : produire des enseignants capables d’instruire... on peut rêver.


    • frédéric torterat (---.---.158.115) 28 mars 2007 23:03

      A ce titre et comme vous le recommandez, l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) devrait voir confirmer ses missions dans quelques mois. Après les élections présidentielles, cela va de soi. L’évaluation des enseignants du supérieur est encore plus ou moins tabou(e) dans notre pays, comme vous le savez sans doute, et cela touche bien évidemment le domaine de la formation des maîtres. C’est regrettable, car on généralise couramment les défauts de quelques uns pour faire de tout un corps de métier des « baratineurs », comme vous l’écrivez. J’imagine pour ma part que cela vaut pour tous les milieux professionnels.


    • Sithy (---.---.74.201) 28 mars 2007 23:43

      Plus que taboue l’évaluation des enseignants du supérieur, est très certainement impossible. L’évaluation de la recherche se fait via l’ANR... La recherche universitaire de qualité trouve son salut à l’extérieur de l’université. J’ai une vision très sombre de l’état de notre université et de notre recherche. Pour ce qui est des « baratineurs » en matière de « pédagogie » il suffit de faire un tour sur les « cahiers » et de relever les noms des intervenants et des IUFM ou ils enseignent (Versailles, Clermont, ...) et pour avoir un peu étudié la qualité des publis dans ce domaine c’est d’un niveau assez affligeant. Essayez donc de trouver des études comparatives des pratiques pédagogiques... Ne serait-ce pas là une des raisons de la disparation des IUFM ? Regardez comment a démarré le HCE : je serais plutôt proche des positions de Laurent Lafforgue, vous l’aurez compris...


    • non666 non666 3 avril 2007 11:01

      Une revendication catégorielle et corporatiste de plus en pleine présidentielle.

      « La reforme : c’est pas bien. »

      « C’etait mieux avant ! »

      Au suivant. !


      • polo88 (---.---.81.74) 6 avril 2007 13:48

        Juste une question : on enleve les IUFM et INRP (surtout !), ça me va, mais par quoi ? Les enseignants seront-ils appelés à se former par eux-mêmes ? Alors là, j’ai vraiment peur pour mes gamins !

        PS : au fait, il y a au moins une trentaine de publis qui paraissent tous les ans sur les pratiques enseignantes, sans parler des colloques et des journees d’études. N’importe quel moteur de recherche vous le démontrera.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès