Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > A propos du surendettement....

A propos du surendettement....

Solidarité et responsabilité

Souvent quand on aborde la question du surendettement sur AgoraVox, des contributeurs n'y vont pas par « quatre chemins », certains n'hésitent pas à affirmer que les locataires spolient les propriétaires, notamment les petits...

Qu'en est-il vraiment ?

D'abord je tiens à préciser que jamais en cinq ans d'expériences avec le traitement de plusieurs centaines de dossiers nous sommes « tombés » sur un petit bailleur privé.

Ensuite, à chaque fois que nous apportons des conseils, nous cherchons à ce que la famille règle son loyer en négociant un échelonnement....Cela s'appelle de la responsabilité.

Parfois nous avons des interlocuteurs ouverts à la discussion, parfois c'est la fermeture.

Dernièrement, nous avons téléphoné à un bailleur, sachant que la famille pouvait régler sa dette en plusieurs mensualités. La réponse a été un NON catégorique.

Le résultat ne s'est pas fait attendre, le dossier de surendettement a été déposé, la famille va rentrer dans le cadre d'une PRP ( procédure de rétablissement personnel) et la dette de loyer sera effacée....

Le bailleur est imposant, il règle les non paiements en sous traitant avec des agences de recouvrement...D'autres, nombreux pratiquent différemment : dès qu'il y a une dette de loyer d'un mois, ils contactent la famille en difficultés et si nécessaire l'assistante sociale intervient....

Le nombre d'impayés est réduit. Voici là une gestion responsable.

Le surendettement est un fléau social qu'il faut combattre.

Il existe des familles qui tombent dans les griffes des crédits renouvelables et s'endettent ; elles prennent un crédit, deux, trois voire plus et puis c'est la trappe.

Nous disposons de deux leviers pour empêcher ces surendettements actifs :

  • une campagne d'éducation et de prévention

c'est ainsi que les associations familiales laïques de Seine et Marne ont conçu un jeu de plateau pour organiser des animations ;

  • l'établissement du fichier positif ( texte en discussion au parlement)

Un autre levier très efficace serait le bienvenu : c'est l'interdiction des crédits « révolver » et le blocage du taux d'intérêt ne devant pas déposer les 5% , même en bout de course.

Depuis maintenant deux ans, les bénévoles reçoivent beaucoup moins de surendettés actifs, ce sont des familles touchées par le chômage, la baisse des revenus, une séparation qui viennent dans nos permanences.

Nous vérifions si la situation exige le dépôt d'un dossier de surendettement et si c'est le cas, nous les aidons élaborer le dossier.

Il ne s'agit pas de dire : « déposez un dossier et tout ira bien »...

Assez souvent pour les dettes de loyers, nous conseillons aux familles d'aller négocier un échelonnement avec le bailleurs.

Quand cette démarche est entreprise, c'est du « gagnant gagnant » :

  • la famille repart avec l'espoir de voir le bout du tunnel en s'étant elle même prise en main.

  • le bailleur ne verra pas la dette effacée dans le cadre d'un plan de redressement personnel.

Les bénévoles ne s'adonnent à aucun jugement de valeur, ils ne sont là ni pour juger, ni pour condamner mais pour accompagner les personnes dans leur démarche.

L'accompagnement s'arrête généralement à ce niveau là sauf quand la famille est très en difficultés, alors nous les accompagnons dans leur démarche ultérieure et nous leur apportons de l'aide avec le soutien des associations caritatives amies.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 19 juillet 2013 12:23

    J’ai à peine posté, que « quelqu’un » sans lire le texte vote contre !?


    • Papat 19 juillet 2013 14:20

      C’est l’effet troll


    • Papat 19 juillet 2013 14:21

      J’ai plussé aussi pour retablir l’equilibre


    • Radix Radix 19 juillet 2013 12:27

      Bonjour Chalot

      J’ai rééquilibré, sans lire, j’ai voté oui !

      Radix


      • CHALOT CHALOT 19 juillet 2013 12:38

        Merci Radix mais lisez et donnez votre avis


        • devphil30 devphil30 19 juillet 2013 13:04

          Notre société de consommation pousse les gens à acheter , à être dans le paraître , les gens qui n’ont pas les moyens passent par des crédits « revolver » comme vous l’indiquez. 


          Je suis toutefois toujours étonné de voir des familles visiblement sans grand moyen disposer des derniers téléphones et autres gadgets à obsolescence commerciale programmée.

          Je suis bailleur et je peux constater certaines attitudes de consommation de la part de locataires qui sont totalement induites par la publicité.

          N’oublions pas que la part sociale des aides au logement représente pour certaines familles un complément très important , j’ai même le cas ou les aides ( femme déclarée seule avec 3 enfants mais le concubin est bien sur place ) couvrent l’intégralité du loyer et des charges locatives.

          Chalot , je salue votre implication sociale mais comme je l’ai indiqué plus haut , la publicité et le paraître conduisent à un besoin d’exister en consommant plus que raison et cela par des crédits refourgués par des organismes et des vendeurs qui fonctionnent à la commission.

          Ce monde est fou et les laissez pour compte seront de plus en plus nombreux 

          Philippe 

           

          • CHALOT CHALOT 19 juillet 2013 13:43

            oui Philippe, c’est pourquoi quand nous accompagnons les familles, nous leur conseillons d’abandonner un des deux portables quand ils en ont deux et de résilier l’abonnement des enfants.

            Mais il y en a qui n’ont rien même pas un portable ou même un fixe

            • eau-du-robinet eau-du-robinet 19 juillet 2013 13:56

              Bonjour Chalot,

              Toutes vos propositions sont de bonne fois, mainte fois réclamé par des divers associations aux consommateurs, mais à ce jour resté sans suivi de le gouvernement précédent comme le gouvernement actuel.

              Madame C. Lagarde à fait sortir certaines lois, mais en détournent vos propositions (essentielles), propositions pourtant fortement revendique par des associations aux consommateurs.

              Voila à quoi se résument les mesures prises par Mme Lagarde :

              " Loi Lagarde (LOI n° 2010-737 du 1er juillet 2010) sur le crédit : Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. L321-2 du code de la consommation : Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d’un particulier avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts.
              Le regroupement de crédits suppose un allongement de la durée de remboursement des crédits rachetés et peut donc majorer le coût total de ceux-ci.

              "

              Des simples textes qui doivent figurer sur les documents proposent des crédits ... et c’est tout. OUI, c’est totalement inefficace !

              Il y à un refus catégorique contre le fichier positif de la part des pouvoirs !! Pourquoi ? 

              Ont t-ils peur que ce fichier positif freine la croissance ?

              Ont les institution prêteurs peur d’avoir leur marge d’intérêts en baisse ?

              La croissance ne doit pas se faire sur les dos des gens avec des revenues modestes !

              Les établissements de crédits qui s’opposent au projet du fichier positif se comportent comme des voyous et irresponsables !


              • Loatse Loatse 19 juillet 2013 14:10

                Bonjour chalot

                 il semblerait qu’il y ait énormément de parents qui ne préparent pas leurs enfants à leur entrée dans la vie active..et donc, (le plus important) ne leur enseigne pas la gestion d’un budget, ne les mets pas en garde contre les pièges de notre sociétés de consommation..

                et donc des jeunes ménages se retrouvant sollicités de toute part, partout - aux entrées des supermarchés des démarcheurs essayent de vous placer leurs cartes de paiement différé à points de fidélité doublés (parfois assorties d’un crédit révolving « au cas ou ») en gros des grenades dégoupillées -

                Les banques elles mêmes, accordent des découverts qui parfois atteignent l’équivalent des revenus perçus.. lequel doit être recouvert dans les 30 jours, donc la spirale dont il est difficile de s’extraire..
                 d’autant plus qu’au moindre dépassement de délai, la banque peut supprimer ce découvert..

                Quand aux bailleurs, si certains peuvent etre conciliants en cas de défaut de paiement ponctuel.. d’autres saisiront cette occasion pour se débarrasser de leur locataire, certains baux conditionnant la rupture de contrat à un seul impayé (donc retard)

                Il y a encore plus vicieux, le cas du bailleur qui, à la suite d’une séparation des ses locataires, refuse de co-remplir les demandes d’allocation logement du locataire restant - le mettant en difficulté sciemment... (du vécu, chalot)

                Généralement c’est le même qui refuse tout travaux (isolation toiture par exemple et remplacement des fenêtres non fonctionnelles) et laisse sa maison se dégrader...et ses locataires se geler l’hiver..

                un propriétaire indélicat peut continuer pendant des décennies à louer des taudis sans trop de problème, l’offre excédent la demande.. nombreux sont les locataires lésés à ne pas engager de procédures de peur de ne pas voir leur bail renouvellé..ou même de se retrouver en mauvais terme avec leur propriétaire.

                Sinon, bravo pour la campagne d’action et de prévention... bien qu’il soit dommage que des bases d’économie domestique ne soit pas mis en place dans les collèges (ne serait ce qu’une heure semaine)

                Mais bon, des consommateurs avertis ce n’est sans doute pas souhaitable...(je me doute bien que quelqu’un a du y penser avant moi et le suggérer..)


                • devphil30 devphil30 19 juillet 2013 15:56

                  Il y a aussi le phénomène de mimétisme des jeunes , le phénomène de groupe qui oblige à être et à faire comme les autres pour être intégré.


                  J’ai jamais emmené mes enfants au mac do , ils ne comprenaient pas mais je crois que cela à porter ses fruits car aujourd’hui ils sont majeurs et ils s’alimentent correctement , cela ne les empêche pas d’y aller mais sans constituer la base de leur alimentation.

                  Philippe 

                • philippe913 19 juillet 2013 14:18

                  une saine démarche.

                  je ne comprends pas pourquoi on a vu des gens s’offusquer de la création du fichier positif, ça semble tellement évident qu’il faut un truc comme ça.


                  • HELIOS HELIOS 21 juillet 2013 10:12

                    Le fichier positif n’a aucun autre avantage que de justifier un REFUS !

                    C’est pour cela qu’il n’est pas un bon outils.
                    Avant de vouloir creer un fichier quelconque, analysons l’ecologie sur laquelle il va se baser

                    — credits existants ou acceptés... qui sont des credits immobiliers ou des credits de gros equipements et travaux (auto, ameublement, travaux), la plupart a durée longue, accordés par les organismes « serieux » (même si cela n’est pas toujours vrai)

                    — les paiements en x fois, les découverts, les revolvings etc...
                    Ces credits devraient etre reserves a la gestion des « accidents » de la vie et utilisés pour des investissemnents (panne importante, probleme de santé, d’habitat...) et JAMAIS a de la simple consommation. Ce sont des durées courtes

                    Donc, le fichier positif ne recensant pas la nature du credit accordé, et faisant l’impasse sur certains types d’avances (paiements differes, decouverts) il est completement inutile et même predateur.

                    Dans le meilleur des cas, il faudrait que les organismes preteurs mettent a disposition pour ce fichier, une typologie de l’usage du credit, le type de contrat de prets, le montant, la durée et les conditions de sortie, afin d’obtenir une vision multidimensionnelle de l’engagement de la famille... tout cela associée a un objectif social qui serait capable de discriminer ceux qui favorisent la qualité de vie (confort) a d’autres qui preferent la culture, ou encore l’investissement d’avenir etc...

                    Nous voyons tout de suite (cela existe) qu’une telle usine a gaz n’a de chance de fonctionner que sur une base exhaustive et stable de l’information, pour une decision instantanée qui ne prejuge en rien les variation sur le moyen ou long terme.

                    Bref un truc qui coute cher, qui ne sert a rien (ou quasiment), tres intrusif dans la vie privée et la dignité des personnes et absolument predateur car destiner a fournir les raison d’un refus (les cas d’acceptation n’etant pas lié au contenu fourni).


                  • philippe913 23 juillet 2013 09:01

                    bien sûr que c’est un fichier qui n’a qu’une seule utilité : justifier un refus, c’est même sa raison d’être.

                    je ne suis pas un spécialiste des causes de surendettement, mais à priori, le surendettement est du à un trop plein de dettes non ?.
                    Il semblerait que certains s’endettent à tort et à travers, mentant auprès des divers organismes pour avoir un accord, et se surendettent rapidement.
                    avec un fichier recensant les crédits, on éjecte ce soucis là et on permet une étude plus approfondie au cas par cas des gens, avec, éventuellement, des regroupements de crédits etc.

                    que qqun ait un découvert, un crédit immmo, 2 revolving et 4 facilités de paiement, si, au moment, où il sollicite un autre crédit il est endetté à, par exemple, 65%, le banquier prêteur doit le savoir, et il gèrera en toute connaissance de cause. On se fout de la nature du crédit, la conséquence est la même : 65% d’endettement.


                  • Rincevent Rincevent 19 juillet 2013 14:22

                    Si le crédit revolving a servi à suréquiper des gens peu solvables, on constate maintenant qu’il commence à être utilisé de plus en plus pour simplement boucler les fins de mois pour l’essentiel et là c’est grave, vu le taux à la limite de l’usure.

                    On pourrait penser qu’un client d’une banque qui a toujours un solde positif, pas d’incidents de paiement, des crédits équilibrés est un bon client. Et bien, pas du tout ! Le système est fait de telle manière que c’est celui qui est en difficulté qui va générer des profits supplémentaires pour son banquier par le biais de commissions diverses, crédits « dépannage » chers, etc. J’ai la chance de faire partie de la première catégorie et je suis donc sollicité assez souvent pour des tas de « services » supplémentaires dont je n’ai pas besoin. En fait, pour mon agence je ne suis pas un bon client.

                    eau-du-robinet semble bien soulever le problème de fond : la course en avant de la consommation pour alimenter la sacro-sainte croissance, même en trompe- l’œil, même si au bout le crash arrivera.

                    La base de la pyramide des revenus s’élargissant, (plus de pauvres) le vieil adage qui dit qu’on ne peut pas tondre un oeuf est désormais faux, les banques y arrivent très bien pour le moment…


                    • philippe913 19 juillet 2013 14:23

                      @loatse
                      "un propriétaire indélicat peut continuer pendant des décennies à louer des taudis sans trop de problème, l’offre excédent la demande.. nombreux sont les locataires lésés à ne pas engager de procédures de peur de ne pas voir leur bail renouvellé..ou même de se retrouver en mauvais terme avec leur propriétaire."

                      un locataire indélicat peut continuer pendant des décennies à louer des logements et à ne jamais les payer.
                      ne me dites pas non, j’ai eu affaire à plein, comme j’ai eu affaire à des propriétaires qui louaient de belles bouses immondes également.


                      • foufouille foufouille 19 juillet 2013 15:03

                        il doit avoir le bras long ton locataire. c’est un peu gros des dizaines d’années


                      • Loatse Loatse 19 juillet 2013 15:20

                        @Philippe

                        Je vous crois volontier, toutefois comme je ne suis pas un professionnel du locatif, mais seulement une locataire, je peux vous assurer que tout au long de ma vie et de mes nombreux déplacements professionnels (flexibilité de l’emploi oblige), des logements vétustes (le plus souvent loués au prix du neuf), j’en ai vu pléthore...

                        cela allait de la toiture qui laissait passer la pluie au point qu’à la moindre ondée il fallait des bottes pour circuler dans l’appartement (dixit les locataires rencontrés à l’occasion et qui ont la gentillesse de vous avertir), à l’immeuble infestés de cafards (vous voyez bien deux trois cadavres d’insectes en visitant mais manque de bol vous ne savez pas identifier l’espèce...)

                        Je vous passe le garage en sous sol (humide) transformé en loft, et la maison de village dont les poutres boulottées par les termites menacent de vous tomber sur la figure... tandis que le propriétaire pas suicidaire, encaisse vos loyer dans sa maison neuve..



                      • Vipère Vipère 19 juillet 2013 16:36

                        Bonjour à tous

                        Pillippe 913, vous devez confondre !

                        Ce sont les propriétaires qui peuvent pendant des décennies, louer des taudis à prix d’or à des locataires.

                        La Justice est corrompue et laxiste et protège davantage, les thénardiers du logement que les locataires abusés par des propriétaires d’immondes logement.

                        Louer sans payer, pendant des décennies est de source sûre, impossible. A moins que vous ne proviez le contraire par un ou plusieurs cas concrets.

                        Dès, que des locataires ne paient plus le loyer d’un logement insalubre, le bailleur fait un commandement de payer aux locataires. Insalubre ou pas, le bailleur, tôt ou tard obtient l’expulsion des locataires.

                        Pourquoi l’expulsion est toujours au bout du bras de fer locataire/propriétaire et ne peut durer une décennie

                        Le Pôle Santé ne classe jamais l’immeuble du propriétaire en « Insalubrité » ou en « insalubrité remédiable » lorsque des travaux peuvent remettre l’immeuble aux normes d’habitabilité« , des normes auxquelles sont soumises les locations privées au titre de l’habitat principal, conformes aux Lois S.R.U. inscrites dans tous les baux locatifs.

                        Quand bien même, le locataire prouve l’insalubrité remédiable ou non, le propriétaire dans 99,99 % cas, invoque six mois avant le bail triennale (3ans)  »le congé de reprise« pour un membre de sa famille. 

                        On l’aura compris, il loge ou pas »son neveu« et reloue son appartement tel quel, sans avoir fait des travaux de mise aux normes. 

                        Le Pôle Santé, supposé prendre en compte la santé des locataires vivant dans des logements dangereux avantage toujours, les propriétaires est un fait avéré.

                        1. Le laxisme du Pôle Santé qui favorise les propriétaires, 
                         2. Le défaut de condamnation des bailleurs par les Tribunaux ,
                         3. Le désintrêt et l’inertie de la Préfecture, 

                        Toutes ces institutions étatiques protègent les propriétaires et non les locataires. Contrairement à ce que beaucoup d’entre vous s’imaginent. 

                        Les Lois, sur le papier ne sont rien, si elles ne sont pas respectées, par le trinome évoqué plus haut !

                        Certes, mes arguments vont casser bien des clichés d’esprits naifs ou de mauvaise foi, parmi les lecteurs qui croient dur comme fer qu’un locataire peut pendant des »décennies ne payer son loyer" 

                         
                         


                      • Vipère Vipère 19 juillet 2013 16:45

                        C’est parce que nous avons en France des institutions laxistes et corrompues que l’on trouve à la pelle,

                        - des logements insalubres
                        - des surfaces impropres à l’habitat
                        - des logements qui ne répondent pas aux normes d’habitabilité, s’agissant d’un logment
                         principal.

                        Madame DUFLOT, à quand l’obligation d’un diagnostic global de l’habitat, avant location par des bailleurs, sous peine de classement, ’impropre à l’habitat humain" ?


                      • Loatse Loatse 19 juillet 2013 18:34

                        Bonjour Vipère

                        Philippe écrit ;

                        un locataire indélicat peut continuer pendant des décennies à louer des logements et à ne jamais les payer.

                        doit être huissier, Philippe donc auquel cas, il retrouve d’un dossier à l’autre toujours les mêmes personnes en défaut de paiement et donc cumulés ca peut aller loin..

                        Mais bon, j’ai tendance à croire ce qu’il faut appeler là une escroquerie pas si courante que ça contrairement au locatif insalubre (comment peut on vivre perpétuellement dans la crainte d’une saisie de son mobilier ou de ses comptes bancaires ?)


                      • philippe913 22 juillet 2013 16:24

                        vous avez raison bien sûr, un locataire ne peut pas continuer à louer pendant des décennies sans payer avant d’être expulsé.
                        C’était évidemment exagéré pour faire le parallèle avec la phrase de loatse.

                        Ceci étant dit, je modèrerais un peu cette affirmation en rajoutant qu’on ne peut pas louer pendant des décennies sans payer au même propriétaire.

                        Entre le début des impayés et l’expulsion effective, je n’ai pas de chiffres moyens, mais ça peut prendre longtemps, jusqu’à deux ans parfois...

                        j’ai déjà vu des locataires spécialistes de l’impayé et de l’expulsion, payant rubis sur l’ongle tout ce qui est demandé à la signature du bail, et qui ensuite attendaient d’être expulsés pour recommencer un peu plus loin.

                        Je ne dis évidemment pas que c’est la majorité des locataires, c’est plutôt une infime minorité, mais ils existent, et le hic est que les propriétaires de bonne foi ont une très forte appréhension de tomber sur eux.

                        Concernant la déclaration d’insalubrité d’un immeuble, en tout cas à Paris, je n’ai pas les mêmes information que vous et doute fortement de vos affirmations.

                        Un immeuble frappé d’arrêté d’insalubrité ne peut plus accueillir de locataires, et le proprio a pour obligation de reloger les anciens.
                        Continuer à louer est un délit pénal.

                        http://vosdroits.service-public.fr/F16158.xhtml

                        Enfin, le parcours pour faire enlever l’arrêté est très compliqué et prend souvent des années.

                        La mairie de Paris utilise cette procédure pour racheter des immeubles que les propriétaires ne peuvent (veulent) pas réhabiliter, les remettre aux normes et en faire du logement social


                      • Vipère Vipère 22 juillet 2013 17:10

                        Philippe913


                        Vous dénaturez tous mes propos qui n’ont rien à voir avec votre version revisitée des éléments indiqués initialement ! 

                        Et je ne peux que réaffirmer ce que j’ai indiqué à savoir :

                        qu’en aucun cas des locataires ne peuvent se maintenir des décennies dans un logement, sans payer de loyer à un propriétaire ! soutenir le contraire est une pure affabulation. Aucun un lecteur doté de raison ne peut tenir pour vrai de telles divagations !

                        « Un locataire indélicat peut continuer pendant des décennies à louer des logements et à ne jamais les payer » dites-vous !

                        Les baux d’habitation sont triennaux, ce qui veut dire que le propriétaire peut mettre fin à un bail au terme de la troisième année. Le locataire se retrouve donc sans droits, ni titre locatif et expulsable immédiatement par la force publique (les gendarmes et l’huissier).


                        « Des décennies » qui plus est, il fallait oser !

                        "Décennies au pluriel, signifie au minimum 20 ans, compte-tenu qu’une décennie équivaut à 10 ans, Un locataire qui ne paie pas de loyer pendant 20 ans est une pure fiction. 

                        Pour louer un logement, dans 99,99 % des cas, des garanties sont demandées au locataire

                        Si le locataire ne paie pas, son cautionaire est mis à contribution à sa place ;
                        Le compte bancaire du locataire est saisi etc...

                        Pour nous convaincre, vous devrez nous expliquer, les méthodes utilisées par votre locataire pour déjouer pendant des décennies, tous les filtres mis en place pour parer aux impayés. smiley




                      • foufouille foufouille 22 juillet 2013 17:12

                        en pratique c’est très différend. certains huissiers ne se gênent pas pour louer des taudis. comme certains notaires ou agencent. en pratique, le bailleur loue au noir ou vends. l’envoyer au tribunal prend des années, 3 ou 4 ans. il faut trouver un huissier qui fassent un constat contre le bailleur. le maire tient à ses électeurs et donateurs du parti. il ne « peut » donc rien faire. etc


                      • foufouille foufouille 22 juillet 2013 17:14

                        et des fois, en campagne, le maire connait bien le bailleur. des fois, c’est le maire ou l’ancien maire


                      • foufouille foufouille 22 juillet 2013 17:16

                        ton lien est très bisounours


                      • foufouille foufouille 22 juillet 2013 17:19

                        je me souvient d’un article ou le maire de saint denis disait qu’il pouvait rien faire, comme le préfet, contre les 2000 taudis de sa ville


                      • philippe913 23 juillet 2013 09:02

                        relisez mon message juste au dessus du votre.


                      • philippe913 23 juillet 2013 09:03

                        précédent message pour loatse, pas foufouille


                      • philippe913 23 juillet 2013 09:07

                        moins bisounours que celui de loatse qui dit qu’un locataire peut être expulsé immédiatement.

                        je ne dis pas qu’il n’y a pas de problèmes, et j’enrage de voir les bailleurs voyous continuer à louer peinards, je ne comprends pas comment c’est possible avec tous les garde fous qu’il y a et l’arsenal juridique disponible.

                        dans toute mon argumentation / relations locataires / propriétaires, je dis juste que la mauvaise foi n’est aps à sens unique, loin de là, et que continuer à réglementer pour contraindre le propriétaire n’aura qu’un seul effet : desservir le locataire.


                      • foufouille foufouille 23 juillet 2013 11:22

                        en pratique, c’est ce qui comptes. la lenteur de la justice, aussi. ensuite le manque de contrôle sur les huissiers par exemple. un bailleur peut enfreindre la loi sans soucis, cela c’est déjà vu a lille et ailleurs. de plus les HLM ne sont pas tous en bon état. et là, ce sont les ploutocrates, les responsables


                      • spartacus spartacus 19 juillet 2013 14:30

                        Allez négocier avec le créancier la dette, évidemment une réaction individualisée est mieux. 

                        Disons « gagnant- moins perdant » que « gagnant-gagnant » ....

                        Pourquoi Chalot n’avez vous que des idées de coercition de totalitarisme et d’atteintes aux libertés pour arriver à vos fins ?
                        Établir des obligations, des contraintes, des interdictions, des limitations.... ?

                        Imaginez que vous êtes une banque, vous prêtez à 5% a des gens à fort risque ? Non.
                        Conséquence vous allez bloquer le marché du prêt si les banques prêtent à pertes.

                        Par contre si vous favorisez et baissez les contraintes des prêts, la concurrence sera plus acharnée et les taux des prêts baissera par le libre consentement des préteurs et des emprunteurs.

                        • Auxi 19 juillet 2013 15:09

                          Peu à peu, le crédit a remplacé le salaire… surtout grâce à un chômage de masse prémédité, et, publicité omniprésente aidant, à une surconsommation folle. Je me suis meublé quasi-exclusivement en faisant les « encombrants ». Et je ne parle pas de rogatons crasseux ou bancals : chaises, tables, armoires, un coup de cire et ça repart ! Et cela en me groupant avec des potes, en ne mobilisant qu’une voiture dont nous partagions les frais. smiley


                          • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 19 juillet 2013 19:52

                            Bonjour Chalot,

                            Le lecteur découvre en vous une personne connaissant bien son sujet et faisant preuve de beaucoup d’humanité. Soigner c’est grand et noble, mais éviter la maladie ne serait-ce pas mieux. ( tout cela est fort épicurien smiley )

                            La publicité et la tentation d’acheter qu’elle fait naître pour la satisfaction éphémère d’un désir non essentiel sont la base du système économique actuel.
                            Mettre en place une responsabilité accrue des banques quand elles octroient des crédits à des personnes pour lesquelles le risque de sur-endettement est important devraient être institué, même si cela contrevient à certaines directives européennes qui prônent le dogme du libre commerce. Le commerce de la drogue n’est pas licite, celui des armes est réglementé. En raison d’un intérêt général primant les intérêts particuliers des commerçants en armes et en drogues. Certes cela n’éliminera pas toutes les cas de sur-endettements, entre autres pour les loyers impayés.
                            Les bailleurs ne devraient t-ils pas avoir une obligation de s’assurer contre les impayés à peine de quoi ils ne pourraient prétendre à percevoir les loyers impayés lorsque le locataire défaillant se présenterait devant la commission de sur-endettement.
                            Les prêteurs devraient voir leur responsabilité recherchée lorsqu’ils acceptent des promesses de remboursement de la part de débiteurs sans s’assurer de leur ressources, de leur patrimoine, et de leur capacité de remboursement. Si nous nous souvenons de l’année 2008, la crise des sub-primes est venue du non remboursement d’échéances d’emprunts accordées par des banques à des personnes insolvables. En l’espèce les banquiers étaient rémunérés à la commission pour chaque contrat de prêt placé.

                            Lorsque l’on dit que la dette est effacée par la commission de sur-endettement, la dette est effacée pour le débiteur mais pas pour le créancier, elle lui est transférée. Il revient au créancier soit de supporter la perte, soit de voir son insolvabilité advenir.
                            Le créancier qui supporte une créance irrécouvrable, va en répercuter le coût au moins en partie sur ces autres créanciers, ou ces créanciers futurs. A titre d’exemple, un propriétaire qui loue une maison, va augmenter les loyers des nouveaux locataires pour essayer de rattraper cette perte.
                            La dette effacée est aussi supportée par la collectivité, c’est à dire pas toutes les personnes qui payent des impôts en France. Le propriétaire bailleur l’année de la perte aura moins de revenus imposables, voir n’en aura pas. Sans détailler les subtilités de la fiscalité, il y a une réduction des recettes fiscales. Le budget de l’Etat devra être équilibré soit par plus d’impôts, soit par plus d’emprunts.
                            Le créancier qui voit la dette de son débiteur prétendument effacée, cours le risque de se retrouver dans la situation de son ancien débiteur. Particulièrement, si les revenus que lui procuraient cette créance, servaient à payer des emprunts. Les débiteurs défaillants peuvent tomber comme des dominos.

                            Enfin Auxi dans son message de 15h09 avance un argument macro-économique fort. Le maintient du pouvoir d’achat s’est effectué par un recours à l’endettement plus important. La mise en concurrence des salariés en France avec ceux du reste de la planète est une conséquence directe des traités européens qui organisent la libre circulation des marchandises et des capitaux. La dés-industrialisation de notre pays est évidente. Les enquêtes de l’INSEE sont consultables en ligne sur http://insee.fr.
                            Maintenir son pouvoir d’achat en puisant dans son épargne, pourquoi pas. Mais s’endetter pour finir ses fins de mois, c’est stupide, et surtout nier une réalité qui vous rattrapera toujours. Plutôt que jour l’autruche la tête dans le sable, il faut réduire la voilure et faire fi de son petit orgueil et de son sentiment de déclassement. Sinon, il faut trouver d’autres revenus. Enfin, il reste le Grand Soir qui lui apportera une solution à tous les problèmes, mais quand ? 


                            • ysengrimus ysengrimus 20 juillet 2013 19:50

                              2008 : citoyens du monde, vite, renflouez-nous ! 2013 : maintenant, nations déficitaires, serrez-vous la ceinture... On s’approche pourtant inexorablement du principe structurel du problème, celui où les renflouages économiques ne suffisent plus

                               

                              http://ysengrimus.wordpress.com/2009/04/15/renflouer-l%E2%80%99%C2%ABeconomie%C2%BB-ou-simplement%E2%80%A6-maintenir-l%E2%80%99accapareur-prive-en-selle/

                               

                              Pas la « crise économique » mais bien le capitalisme en crise.

                              Paul Laurendeau


                              • CHALOT CHALOT 20 juillet 2013 20:26

                                Des contributions fort intéressantes.
                                Spartacus par contre veut encore libérer un peu plus le marché....Qui côtoie t-il ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès