Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Abracadabra je te baise et tu disparais

Abracadabra je te baise et tu disparais

Technophile, pro-technologie, je n’en suis pas moins capable de m’insurger contre l’utilisation abusive qui peut être faite des Technologies de l’Information et de la Communication, rebaptisées Technologie de la Relation par J. de Rosnay, qui suivant l’usage qu’en font les gouvernements deviennent des outils de contrôle et de surveillance, et maintenant des Technologies de Marginalisation de Masse. La technologie oui, oui et re oui mais la bêtise non !

Les exemples sont nombreux et je ne citerai ici que des exemples récents, symboliques (ou symptomatiques), pris dans l’hexagone et rattaché à mon univers professionnel. On commence par l’ANPE,qui, vous n’êtes pas sans le savoir, est devenue depuis peu le Pôle Emploi. L’un des premiers changements visibles a été de basculer les appels aux ALE (Agence Locale pour l’Emploi) vers une plate forme (le 3949). Ce numéro à 4 chiffres est au tarif local d’un poste fixe. Mais les publics demandeur d’emploi, qui sont toujours un peu plus dans la misère, préfèrent souvent des téléphones portables (moins coûteux pour leur usage) et vont donc payer une sur-tarification. Pas mieux pour ceux qui, à l’opposé, sont en dégroupage total avec leur box.

Ce service, comme tous les services du même type, est un parcours du combattant informationnel. Menu, sous menu, erreur, retour, rappel sans tomber sur le même conseiller, ... Ce qui est donc un droit payé par nos impôts et censé faciliter l’insertion (dans le système capitaliste) coûte et coûte d’autant plus cher que je suis pauvre et que j’en ai régulièrement besoin. Alors, si en plus je ne suis pas doué pour les interfaces relationnelle, c’est encore pire. Petite précision en forme de parenthèses. Je travaille actuellement dans l’insertion professionnelle. J’ai eu le récent plaisir d’écouter A. Lhottellier qui interpellait l’assistance sur l’abus du mot « accompagnement » et en plaisantant à moitié, prétendait que pour lui, ce mot ne concernait que les mourants. Hé bien je le dis, les publics exclus économiquement et socialement sont bien en quelque sorte en train de mourir (pour raison de déconnexion).

Second exemple, afin que chacun devienne entrepreneur (et s’assure lui même), l’état propose depuis janvier le statut d’auto-entrepreneur. Une personne que j’accompagne donc, et qui n’a pour ainsi dire jamais travaillé de sa vie (pour des raisons multiples et variées mais qui ne peuvent de prés ou de loin être associées à de la fainéantise), décide de s’informer sur les chèques emploi service et ce nouveau statut d’auto-entrepreneur. Direction l’Urssaf. Là, aucun document dans le présentoir et un conseiller qui lui répond :

- Tout est en ligne Madame.

- Oui mais je n’ai pas d’informatique.

- Je viens de vous l’expliquer, tout est en ligne.

Tout est dit ! On se croirait chez Chevalier et Laspales.

J’ai entendu les mêmes informations sur le DALO (Droit Au Logement Opposable, qui est une loi pourtant déjà plus ancienne) où les dossiers n’affluent pas car les agents ne sont pas informés (formés) pour informer à leur tour le public. Au passage cela renvoit à une autre conséquence de ce mouvement qui est que même les professionnels n’arrivent plus à suivre les changements de loi. Enfin un exemple plus drôle. Une personne me dit qu’elle doit faire une formation d’initiation informatique. Il était écrit sur le document « un plan et les informations pour accéder au centre de formation se trouve sur htt ://labetise.coml/initiation_informatique.php ». Ca ne peut être que du vécu.

On le voit donc, ceux qui ne sont pas connectés ne sont pas ! Et il faut bien y voir le bras du pouvoir qui volontairement déshumanise la relation (avec la misère), supprime les emplois (les pauvres conseiller ANPE dont le « stock » de bénéficiaires suivis dépasse l’entendement) et réalise un magnifique tour de passe passe. Car un pauvre non connecté n’est pas un demandeur d’emploi (rapidement radié pour retard de procédure) et pas même un pauvre. Abracadabra je te baise et tu disparais !

Nos dirigeants sont des magiciens qui font disparaître non pas le service public, mais le droit d’accessibilité au service public. C’est plus discret, plus moche et plus puant dans sa finalité. La technologie doit améliorer le service et non le faire disparaître. La technologie ne doit pas déshumaniser mais augmenter, renforcer, faciliter, catalyser, ... le lien social. Nous entrons dans l’ère des friendly technologies (technologies amies), tâchons de faire en sorte que pour certains, elles ne deviennent pas des fucking technologies.


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jojo 10 février 2009 21:35

    Coup d’essai, coup de maître bravo !
    Réussir à exclure avec Internet, il fallait le faire ... Ils l’ont fait.
    J’ai été Informaticien systèmes dans une autre vie, puis je me suis convertie à d’autres activités. Et avant d’avoir accès à la toile, rien n’était plus humiliant, plus désespérant pour moi, que de m’entendre dire, envoie moi un mail.

    Alors pour ce qui me concerne, non seulement je vous passe le gros mot du titre, le coup de gueule l’imposait, mais en plus à votre fucking technologies j’ajouterais : de mes xued (non non je ne suis pas dyslexique pourquoi !). smiley


    • Jojo 10 février 2009 21:37

      converti pardon !


    • Battement d’elle 10 février 2009 21:47

      @ l’auteur

      Merci pour linfo !

      C’est vraiment infecte de marginaliser ainsi toute une catégorie de personnes qui est déjà affaiblie !

      C’est sans doute la nouvelle façon qu’a trouvé le gouvernement pour faire dégonfler les chiffres du chomage !

      Ce que je ne comprends pas..... c’est que le personnel des agences pour l’emploi de dénoncent pas au grand jour de telles inepties.


      • Gasty Gasty 11 février 2009 09:04

        Dénoncer, ils doivent le faire. Mais comme partout, sans résultat. La décision a été prise en haut lieu et le grand jour ne ce fait plus grace aux médias traditionnels. Mais nous avons le média citoyen. Merci à l’auteur.


      • oncle archibald 11 février 2009 14:22

         J’ai adoré le titre de votre article (pris au premier degré), puis j’ai lu l’article, et je l’ai trouvé aussi intéressant que le titre ! Décidément, nous vivons un temps bien singulier. C’est magique ! et en plus c’est bien raconté ! Merci.


        • Yvance77 11 février 2009 15:50

          Salut,

          Bonne remise en place, merci à l’auteur.

          Ayant vécu ces situations je ne sais même plus si je dois en rire ou en pleurer. J’ai connu le bord du précipice, et il n’y a rien de plus abject que d’enfoncer encore un peu plus la tête sous l’eau.

          Ils (les élistes et autres décideurs) ne se rendent point compte de la fragilité dans lequel se trouve l’individu en perte d’emploi et de repères sociaux.

          J’enrage et ai envie de tout casser face à cela.

          A peluche


          • Mouche-zélée 11 février 2009 16:52

            C’est ce que Sarkozy appelle la fracture numérique .
            Le libre arbitre, la liberté de choix, la liberté de consommer ou non, rien à faire !

            Le service public ne serait-il pas en train de devenir le sévice public
              smiley

            Bravo à l’auteur  smiley




            • darthbob darthbob 11 février 2009 17:07

              Bravo pour votre article !!!

              Pour moi, il n’y a pas de théorie du complot mais juste une logique mercantile multi-effets C’est du billard :

              1) pour diminuer les coûts (la main d’oeuvre) on installe des services informatisés (sites internet, accueil audiotel...)

              2) Or, qui dit moins de main d’oeuvre, dit moins de conflits sociaux

              3) Par la même occasion, moins de conflits avec les usagés puisqu’ils sont en frontal avec des automates, c’est bien pratique

              4) Et on diminue aussi le nombre d’usagés car ceux qui sont largués, non équipés sont exclus facilement

              Du grand art

              Et personne n’est responsable de rien, c’est l’progrès ma bonn’dame !


              • Amada 25 mars 2009 01:14

                 Bonjour Ovsky,
                merci pour ce témoignage.

                Evidemment vous n’êtes pas le seul à être confronté à la tendance lourde du "il n’y a personne" (pas d’interlocuteur, pas de responsable, pas de recours) qui est en train de miner notre société.
                Et ça ne se passe pas qu’à l’ANPE, enfin au Pôle Emploi. Le PE (avec accent) ?
                L’invasion des hotlines est dramatique à tous points de vue. 

                Concernant les chèques emploi service, je me suis heurtée, il y a quelques années à la même "non-information" dans une ANPE qui m’ a envoyée consulter une banque !

                Si cela vous intéresse j’ai ouvert un blog sur ce sujet en optant délibérément pour une approche littéraire (axée ethnologie), le but étant de mettre sensiblement en valeur l’absurdité, et souvent aussi la violence "sourde", de ces nouveaux phénomènes de société et ce qu’ils induisent en chacun et globalement. Pour l’instant je raconte et décris. Puis je doublerai ce travail de textes plus "théoriques".
                Voici le lien vers mon site : http://les-deboires-d-amada.over-blog.fr/

                Cordialement
                Amada


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ovsky


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès