• vendredi 25 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Société > Acheter une arme en France
40%
D'accord avec l'article ?
 
60%
(135 votes) Votez cet article

Acheter une arme en France

Nous vivons dans une époque dangereuse où l’on braque des boulangeries à la Kalachnikov pour quelques croissants. La crise que nous traversons risquant fort d’empirer, il est légitime pour un particulier de songer à défendre son frigo. Etat des lieux.

La législation sur les ventes d’armes en France n’a jamais fait l’objet d’un débat public. Elle est constituée de décrets, le plus ancien datant de 1939 (que se passait-il déjà à cette époque ?), lequel sera durci par la suite en 1995 et 1998.

Les armes sont classées en 8 catégories :

  • 1ère catégorie : les grosses pétoires semi-automatiques ou automatiques
  • 2ème catégorie : l’arsenal militaire
  • 3ème catégorie : les équipements de protection
  • 4ème catégorie : les armes de poing de petits calibres, et depuis 1998, les armes à un coup type 22LR et les fusils à pompe
  • 5ème catégorie : armes de chasse
  • 6ème catégorie : armes blanches ou non létales
  • 7ème catégorie : armes à air comprimé
  • 8ème catégorie : armes neutralisées de collection

Les catégories 1, 2, 4 et 5 font l’objet d’une réglementation très restrictive. A l’inverse, la détention d’armes neutralisées, c’est à dire sabotées de manière irréversible, est tout à fait libre : vous pourrez toujours tenter d’assommer votre agresseur avec la crosse.

Commençons par les armes en vente libre, ça existe encore. Vous pouvez vous procurer des couteaux ou des vaporisateurs de gaz lacrymogène sans avoir à faire une déclaration à la police. Vous pouvez aussi vous procurer des pistolets d’alarme : ce sont des armes factices qui imitent un vrai pistolet mais qui ne peuvent tirer que des balles à blanc ou des lacrymogènes. En plus d’être inefficaces pour immobiliser un agresseur, elles font de vous une cible idéale puisqu’il est bien connu que le meilleur moyen de se faire tirer dessus, c’est d’avoir un flingue, fusse t-il factice. A éviter.

Si vous habitez à la campagne, le meilleur choix est le bon vieux fusil de chasse. Pour vous en procurer un, il vous faudra détenir un permis de chasser. Celui-ci s’obtient à la suite d’un examen similaire à celui du permis de conduire qui peut se passer à partir de seize ans et qui comporte une épreuve théorique où il vous faudra répondre à une série de questions sur la faune et la réglementation, à l’identique de l’épreuve sur le code de la route et, si vous avez réussi l’épreuve théorique, une épreuve pratique ou vous devrez montrer votre habilité à manier un fusil. Avant l’examen, vous devez obligatoirement participer aux formations organisées par la Fédération Départementale des Chasseurs.

Une fois votre permis en poche, vous pourrez vous procurer fusil et cartouches chez un armurier. Vous disposerez alors non seulement d’un bon moyen de défense mais vous pourrez remplir votre frigo de délicieux gibiers à bas coût, ce qui, en ces temps de crise est loin d’être négligeable. Note à ceux que la chasse répugne : visitez un abattoir industriel ; vous verrez qu’à côté de ce qu’on fait subir aux animaux d’élevage, les chasseurs sont de vrais Bisounours.

En ville par contre, la meilleure arme de défense, c’est un pistolet ou un révolver de petit calibre, léger à manier et suffisant pour immobiliser un agresseur. Jusqu’aux années 90, il était possible de se procurer légalement ce type d’arme moyennant une simple déclaration. Aujourd’hui, les démarches à effectuer sont beaucoup plus contraignantes et réservées aux personnes de plus de vingt et un ans.

Il vous faudra d’abord trouver près de chez vous un club de tir affilié à la Fédération Française de Tir (FFTir) que vous devrez fréquenter assidument pendant au moins trois mois, beaucoup plus en pratique, pour obtenir une lettre d’approbation pour la détention d’une arme. Vous devrez ensuite effectuer une demande de permis auprès de la Police qui effectuera une enquête sur vous pour déterminer si vous êtes apte à posséder une arme (casier judiciaire vierge, motivation purement sportive…) et vous délivrera (ou pas) une autorisation d’achat valable trois mois. La décision de la Police ne sera pas motivée et vous êtes à la merci de la bonne volonté de l’administration. Si elle est bien lunée, vous aurez alors le droit de vous procurer une arme de catégorie 1 ou 4 à condition de prouver que vous possédez chez vous un coffre fort pour ranger la chose. Le permis est valable cinq ans et vous devrez prouver pour le conserver que vous avez participé au moins trois fois par an à des séances de tir dans votre club. Ensuite, il faut renouveler la démarche.

On l’aura compris, la législation en vigueur est fastidieuse, coûteuse et dissuasive. C’est d’autant plus pénible qu’il est extrêmement facile de se procurer des armes au marché noir, y compris des armes de guerre, en se faisant des amis dans les citées du neuf-trois. Autrement dit on pénalise les gens honnêtes qui souhaitent légitimement se défendre alors que c’est open bar pour les malfrats. Vous allez me rétorquer que la Police est là pour nous protéger, mais malgré toute l’estime que j’ai pour les forces de l’ordre, celles-ci interviennent rarement avant que le crime ne soit commis. Tant que nous ne disposeront pas de précogs comme dans le film Minority Report, l’autodéfense restera une nécessité, à moins d’admettre de se faire rançonner pour une bouchée de pain en comptant sur les assurances pour se faire rembourser si on est encore debout.

L’autodéfense est un sujet qui fait polémique sous nos latitudes. Vouloir posséder une arme est toujours perçu comme malsain, comme si cela faisait nécessairement de vous au mieux un macho, au pire un assassin. Mais dans un monde ou n’importe quelle petite frappe peut se procurer des armes de guerre, dans un monde en pleine crise où sans être un grand voyant on peut prévoir des émeutes de la faim, le débat mérite d’être ouvert.




par Bernard Pinon (son site) lundi 16 janvier 2012 - 243 réactions
40%
D'accord avec l'article ?
 
60%
(135 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Gollum (---.---.48.101) 16 janvier 2012 12:07
    Gollum

    On l’aura compris, la législation en vigueur est fastidieuse, coûteuse et dissuasive. C’est d’autant plus pénible qu’il est extrêmement facile de se procurer des armes au marché noir, y compris des armes de guerre, en se faisant des amis dans les citées du neuf-trois. Autrement dit on pénalise les gens honnêtes qui souhaitent légitimement se défendre alors que c’est open bar pour les malfrats.


    Vous avez bien résumé la situation. Autrefois j’étais contre les armes, mais j’avoue que vu l’évolution de la situation et vu surtout comme il est très probable que cela continuera de se dégrader on peut se demander comment on sera protégé un jour surtout si l’état, quasi ruiné, oublie de payer les policiers...

    Pour ceux qui sont contre les armes chez soi, je crois savoir que chez les Suisses il y en a dans un foyer sur 2 et pourtant pas de problèmes, je me trompe ? La violence made in USA est une affaire de culture et l’on sait que ce qui est aux US arrive tôt ou tard chez nous. Mais quand cela arrivera chez nous, nous citoyens français, on sera à poil...

    Je rappelle le vieux proverbe : si tu veux la paix, prépare la guerre.
  • Par appoline (---.---.28.48) 16 janvier 2012 14:08
    appoline

    Je me permettrai simplement de vous dire que les cambriolages sont moindre en zone rurale, pourquoi ? Tous simplement car beaucoup sont chasseurs donc, peu d’individus entrent dans une cour de ferme et pour cause, ils savent bien que les paysans ne se laisseront pas prendre prendre ce qu’ils ont chèrement acquis et c’est très bien comme cela. J’ai sorti le 12 à deux reprises et ma foi, quand on est isolé de tout cela a son impact.

  • Par le_glaude (---.---.160.99) 16 janvier 2012 10:35

    Une remarque, la 8ème catégorie comporte aussi les armes à poudre noire anciennes ou répliques d’ancien.
    Ces armes si elles peuvent être dangereuses (si on est devant) servent aux tireurs sportifs.
    La législation française est d’ailleurs assez stupide et si elle est contraignante cela ne gène que les tireurs sportifs et les gens honnêtes, les voyous eux ne demandent pas d’autorisation de détention d’armes. Il serait temps d’autoriser un peu plus la détention d’armes au moins pour ceux qui ont leur casier judiciaire vierge.
    De plus dans la mesure ou l’état n’est pas capable de me garantir ma sécurité 24h/24 7j/7 je préfère être armé. Et pour finir il me semble complètement délirant qu’un malfrat puisse porter plainte contre quelqu’un qui lui a tiré dessus alors que ce dernier était rentré par effraction.

  • Par jakback (---.---.43.53) 16 janvier 2012 13:24
    jakback

    Hormis la détention d’arme, la légitime défense est pratiquement jamais reconnue par le justice Française.

    Les exemples sont nombreux, mais un m’as particulièrement marqué. Celui de ce couple de Nogent/ Marne, attaqué chez lui par 3 malfaiteurs armés et cagoulés
    Ce dernier avait répliqué avec une arme de poing, légitimement détenue( port d’arme) du fait de sa profession de bijoutier.
    Ce qui entraina la mort de l’un des gangsters. Que croyez vous qu’il arriva ?
     Oui il fut placé en détention. Le fait qu’il est par la suite obtenu un non lieu, n’exonère en rien la magistrature de sa mise en geôle.
    Dire que la magistrature Française est idéologique et partiale, n’est pas un procès d’intention, juste un constat.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération