Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Actualiser notre connaissance de l’énergie nucléaire

Actualiser notre connaissance de l’énergie nucléaire

Le coût réel de l'énergie électrique d'origine nucléaire est un sujet de débat difficile et qui prête à controverse entre les pros et les anti. On a en effet bien du mal à inclure les coûts à long terme que représentent le stockage et le démantèlement des centrales en fin de vie.

On a pourtant maintenant une estimation précise des pertes engendrées par un accident nucléaire majeur, du type de Tchernobyl ou de Fukushima.

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), que l'on ne peut soupçonner de sympathie antinucléaire, l'estime en effet à une fourchette comprise entre 120 et 430 milliards, soit, pour ce dernier chiffre, le quart du PIB annuel de la France. La fourchette haute correspond à un accident du type de Tchernobyl ou de Fukushima. Cette estimation tient compte du manque à gagner de la fermeture de la centrale, le coût des chantiers de décontamination, le coût pour l'image du pays, son tourisme et ses exportations agricoles, l'évacuation de 100 000 personnes.

A ma connaissance, après avoir lu la note de l'IRSN, il semble ne pas être tenu compte de l'éventuelle indemnisation des résidents proches (particuliers et entreprises) qui seraient en droit de demander réparation pour la perte sur le long terme de leurs biens proches de la centrale accidentée. Si des procès sur ces dommages étaient gagnés par les parties civiles, il ferait jurisprudence et ruinerait immédiatement les entités considérées comme responsables des dommages.

Dans ces conditions, on comprendra donc qu'aucune compagnie d'assurance ne se risquerait à assurer une centrale nucléaire. C'est donc l'Etat, et le contribuable, qui s'en chargeront. 

On pourra rétorquer que les centrales françaises sont plus sûres que et moins exposées aux risques naturels. On notera d'ailleurs que 10 milliards d'euros de travaux vont d'ailleurs être lancés, améliorant la sûreté ... et le coût du kilowatt nucléaire.

Mais ces certitudes se heurtent à une implacable réalité : le parc nucléaire français vieillit, arrive en fin de vie et va être pourtant prolongé, faute d'avoir su anticiper la nécessaire transition énergétique. La probabilité du déclenchement d'un accident important augmente donc mécaniquement.

Ce chiffre mérite donc qu'on le retienne et qu'on en fasse la publicité. Il est d'ailleurs à noter que Jean-Marie Jancovici, pourtant habituellement friand de chiffres, a, pour l'instant, oublié d'en parler sur son site Manicore, lui qui est prompt à diffuser les chiffres minorant l'efficacité des énergies renouvelables.

Conclusion : Si on tient compte uniquement du coût au kilowatt effectif, comprenant l'installation et la maintenance, l'éolien terrestre a maintenant rattrapé le nucléaire. Si on s'intéresse au coût réel, l'éolien est largement moins cher. Rappelons qu'un exploitant éolien paie une assurance sur ses machines. L'assurance pour le nucléaire est un coût énorme mais caché : c'est nous les contribuables qui le paieront. Les avantages du nucléaire sont de moins en moins évidents : en réalité, il n'en reste objectivement plus qu'un : la lutte contre le réchauffement climatique. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • colza 19 mars 2013 09:48

    Une panne d’électricité a frappé hier soir la centrale de Fukushima, stoppant le refroidissement des trois piscines contenant des matériaux radioactifs. Il ne semble pas que les pompes aient été remises en route à l’heure actuelle.

    Les centrales nucléaires sont à la merci de tant d’incidents possibles et aux conséquences si grandes qu’elles sont indéfendables, au regard des conséquences envisageables d’un accident.

    • ecolittoral ecolittoral 19 mars 2013 14:28

      Intéressant cet article...et court !

      Dans les coûts « oubliés », il va falloir ajouter les quelques milliards supplémentaires concernant les EPR en France et ailleurs. Ajouter aussi le manque à gagner quand un incident provoque l’arrêt d’un réacteur soit, environ un million par jour...hors réparations ou rafistolages. Ne parlons pas des incidents journaliers qui se multiplient avec l’âge de nos centrales et les sous traitants qui passent leur temps à courir pour faire à moitié le travail qui leur est demander.
      Pour ce qui est du circuit primaire : Cocote minute géante et ses 50 tonnes d’uranium !, tuyauteries corrodées et fortement irradiées(d’ou la corrosion), on ne peut rien faire. Un réacteur et les canalisations qui y entrent et en sortent ne se démontent pas.
      Reste à savoir si quelqu’un aura le courage et l’autorité suffisante pour arrêter ces machines avant l’accident, et lancer rapidement une politique énergétique efficace.
      Pour ce qui est de l’éolien, c’est efficace pour produire de l’énergie « variable » et mécanique.
      Chez un particulier et avec des batteries de qualité on peut produire de l’électricité. 
      Mais, injecté dans le réseau c’est ingérable ! 
      La solution qui existe, c’est de stocker de l’air, comprimé par les éoliennes, et d’utiliser cet air RÉGULÉ pour produire de l’électricité.


      • joletaxi 19 mars 2013 15:17

        Toujours le même baratin

        lisez ce petit article, (ce site est plein de renseignements sur le sujet) et surtout voyez le petit graphique.

        http://notrickszone.com/2013/03/04/germanys-wind-performance-was-just-as-bad-as-great-britains-sun-and-wind-are-often-awol/

        tout est dit.
        Rien qu’en wallonie(petite région de 4 millions d’habitants, les autorités cherchent comment combler un petit trou de 2.5 milliards provenant de l’exploitation du photovoltaïque ces 5 dernières années.La Flandre, 6 millions d’habitants, cherche elle 17 milliards pour couvrir le déficité prévu de son parc éolien en mer du Nord.Les espagnols sont confrontés à une dette de 37 milliards provenant du gel des prix du KW qui a explosé du fait des renouvelables.

        Lisez ce petit article sur la transition énergétique, c’est plutôt hilarant

        http://wattsupwiththat.com/2013/03/17/obama-by-passes-gas/

        35 ans après, Obama ressert les mêmes mantras que Carter sur la nécessaire transition énergétique.Après avoir galvaudé des centaines de milliards de $,le constat est accablant:le renouvelable n’a servi à rien.
        Vous voulez fermer le nucléaire, ce n’est pas un problème faites comme les allemands, qui construisent des centrales flamme(32 pour le moment) des centrales gaz, 3.500 kms de lignes à haute tension supllémentaire des fois qu’il y aurait du vent, et creusez pour trouver du gaz.
        Le prix du KW va devenir insupportable,surtout pour les moins nantis( les pauvres quoi) ?
        Ou est le problème, c’est ça la décroissance joyeuse et festive.


        • L'enfoiré L’enfoiré 19 mars 2013 19:51

          Salut Jo,

           Les espaces manquent en Belgique pour installer des éoliennes terrestres.
           Les installer près des autoroutes en files indiennes. Peut-être si c’est rentable, si c’est sur une bute. Comme on le voit en descendant de Bruxelles vers Namur.
           Beaucoup mieux, c’est en mer. 
           On n’y gène personne, si ce n’est peut-être le bourgmestre de Knocke.

        • L'enfoiré L’enfoiré 19 mars 2013 19:53

          Vous n’êtes pas sans savoir qu’on est en pleine recherche pour savoir qui va payer les certificats verts.


        • zelectron zelectron 19 mars 2013 23:23

          Pendant des décennies EDF a gaspillé ses ressources financières pour rémunérer royalement un effectif pléthorique, des sous-traitants en cascade et les frais de ses « aventures » extérieures
          (Argentine, Angletterre, USA ...) Sa « cagnotte » pourtant prévue dans ses statuts est exsangue, de qui se moque-t-on ?
          Et pendant ce temps là d’autres administrations telle l’éducation nationale ou le secteur hospitalier sont condamnées aux vaches maigres !


          • HELIOS HELIOS 20 mars 2013 06:21

            Les avantages du nucléaire sont de moins en moins évidents : en réalité, il n’en reste objectivement plus qu’un : la lutte contre le réchauffement climatique. 

            Eoliennes : ...Interressant... quand il y a trop de vent, quand il n’y a pas de vent ou va-t-on prendre le courant SVP ?
            Panneaux solaires : ... Quand il n’y a pas de soleil où va - t-on prendre le courant SVP ?
            Barrage : ... Quand il n’y a pas assez d’eau où va-t-on prendre le courant SVP ?

            Bref, les nuits d’été sans vent où va-t-on prendre l’electricité dont on a besoin ?
            En allemagne, ils l’achetent a la France, pour l’instant... on pourra faire pareil, l’acheter a l’Allemagne, comme cela, c’est eux qui pollueront, pas nous !!!


            • pissefroid pissefroid 20 mars 2013 09:49

              à condition de croire que le CO2 est responsable de l’évolution du climat.


            • ecolittoral ecolittoral 20 mars 2013 11:19

              On retombe dans le débat sans issue. Ecolo, pas écolo, CO2, générations futures, gauche droite, pro ou anti....Alors qu’il s’agit de factures de danger et de productions d’énergies.

              A croire que nos aïeux, 18 ème siècle étaient des chasseurs cueilleurs et qu’avec l’exploitation du charbon on aurait découvert de quoi faire tourner une meule à grain ou la scie pour la production de planches.
              Les 10 Kms de tuyaux, les roues à aubes au fil de l’eau, alimentant les fontaines des jardins
              du château de Versailles (je vous laisse calculer la puissance à développer !!) pour le bon vouloir du roi ne serait qu’un fait historique...sans valeur marchande au 21ème siècle.

              Les centrales nucléaires ne nous coûteraient pas grand chose et, malgré la puissance en jeu contenu dans 50 tonnes d’uranium !!!, renouvelables tous les trois ans depuis 20 ou 30 ans, il n’y aurait pas de danger ? Pas de « déchets » ?

              Comme vous voulez !
              Mais ne vous étonnez pas de l’augmentation de nos factures.
              Jusqu’à preuve du contraire les augmentations sur le gaz, les carburants(pétrole) n’ont rien à voir avec l’hydraulique, le solaire ou l’éolien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès