Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Affaire Polanski : un peu de rigueur dans un monde de brutes

Affaire Polanski : un peu de rigueur dans un monde de brutes

L’affaire Polanski n’est qu’une banale affaire de moeurs, tout comme l’affaire du collier n’était qu’une banale affaire d’escroquerie. Un homme d’âge mur se laisse aller avec une adolescente à peine pubère, échappe pour un temps à la justice puis se fait prendre après une longue cavale. Si l’individu en question n’avait pas été riche et célèbre, les journaux en aurait parlé. Il se trouve que c’est un cinéaste. Il se trouve surtout que la « profession » s’est mobilisée pour le défendre, et cela révèle, derrière le fait divers, un véritable problème de société.

D’abord regardons les faits. En 1977, Roman Polanski a invité chez lui Samantha Gailey, devenue depuis Samantha Geimer et âgée alors de 13 ans pour une séance de photographie. Il lui a fait boire du champagne et avalé du quaaludes, un sédatif aux effets à la fois euphorisants et aphrodisiaques. Il l’aurait ensuite violée, par les deux orifices. La version de Roman Polanski est, on s’en doute, légèrement différente, mais il ne nie pas les relations sexuelles. Dans tous les pays civilisés cela constitue un viol, et même un viol aggravé car la victime avait moins de quinze ans.

L’argument de la prescription ne tient pas en droit américain, pas plus qu’en droit français d’ailleurs. Roman Polanski a en effet plaidé coupable en 1977 en l’échange de la requalification du chef d’inculpation de viol en "relation sexuelle illicite avec un mineur". La mère de la victime avait accepté pour éviter à sa fille de devoir témoigner devant une cour. En droit Roman Polanski a donc déjà été jugé et reconnu coupable. Tout ce qu’il restait à faire c’était décider quelle peine il aurait à accomplir. On peut, bien sûr, trouver la procédure expéditive, mais rien n’obligeait Roman Polanski à l’accepter.

Certain ont fait remarquer que la victime n’était pas une oie blanche et que sa mère n’était pas un monument de responsabilité. C’est possible, mais outre le fait que cet argument ressemble au "elle m’a provoqué" de tous les cogneurs et violeurs de la planète, il est sans portée juridique. C’est au contraire le rôle de la loi de protéger ceux qui ne peuvent ou ne savent se défendre.

L’atmosphère quelque peu libérée qui régnait alors en matière de moeurs n’est pas non plus une excuse. Les artisans de la libération sexuelle ont toujours, et dès cette époque, exclu les pédophiles de leurs rangs et la NAMBLA – une organisation qui visait à légaliser la pédophilie homosexuelle – était persona non grata dans les manifestations homosexuelles. Roman Polanski, qui n’était plus un jeune homme, savait très bien que ce qu’il faisait était répréhensible, même dans le monde des hippies.

Le pardon de la victime, acheté, semble-t-il, à prix d’or, n’a par ailleurs, pas grande importance d’un point de vue juridique. On peut comprendre que Samantha Geimer ne souhaite pas se retrouver sous les feux de l’actualité, c’est d’ailleurs ce qui a poussé sa mère a accepter l’arrangement. Le problème c’est que ce n’est pas elle qui a engagé des poursuites, mais l’état de Californie. Nous ne sommes plus au temps des royaumes barbares où on pouvait échapper aux conséquences de ses actes en payant le "prix du sang". Ce sont désormais les pouvoir publics qui sont responsables, en Amérique comme en France, de l’administration de la justice, laquelle n’a rien à voir avec la vengeance.

En droit, donc, l’arrestation de Roman Polanski est pleinement justifiée. Il doit désormais être extradé et condamné – il s’est déjà reconnu coupable rappelez-vous. Sa seule chance d’échapper à sa peine est de plaider le vice de procédure. Il aura également à répondre de sa longue cavale, laquelle constitue en elle-même une infraction.

Ce qui est vraiment important dans cette affaire, ce n’est pas que Roman Polanski soit coupable – il l’est sans l’ombre d’un doute – mais que l’intelligentsia s’acharne à le défendre. Les arguments qu’avancent Bernard Kouchner, Frédéric Mitterand ou Bernard Henri Levy n’ont que peu d’intérêt. Ils n’ont aucune validité juridique mais cela n’a aucune importance car il ne servent qu’à donner un semblant de justification à ce qui n’est, au fond, qu’une mobilisation corporatiste.

Quand on écoute le ministre de la Culture ou le porte-parole de l’UMP, on a l’impression que pour eux il est moins grave de violer une adolescente de 13 ans que de télécharger des films illégalement. Ce n’est pas entièrement vrai. Leur véritable message, c’est qu’il est moins grave pour l’un d’entre eux de violer une adolescente de 13 ans que pour l’un d’entre nous de télécharger des films illégalement.

Qu’une grande part du monde intellectuel, de droite comme de gauche, les suive dans ce qu’il faut bien appeler une infamie, en dit long sur l’état d’esprit qui s’est développé chez certaines de nos "élites". Ce qu’elles disent, parfois explicitement, en soutenant Roman Polanski, c’est qu’on peut commettre n’importe quel crime – et nous ne parlons pas là d’un excès de vitesse ou d’un joint fumé entre deux petits fours – en toute impunité, pourvu que l’on soit un artiste.

Cette prétention n’est pas nouvelle. La noblesse d’ancien régime l’avait. C’est ainsi, par exemple que la comtesse Elizabeth Bathory a pu tuer et torturer des centaines de jeunes femmes sans recevoir d’autres châtiment qu’une assignation à domicile, il est vrai assez stricte, tandis que ses servantes, apparemment aussi coupables qu’elles étaient brûlées vives.

C’est le même message que nous adresse les défenseurs de Polanski : la revendication d’une justice de classe, voire même de caste, établie à leur seul avantage, et partant l’effacement de ce principe d’égalité devant la loi qui est sans doute la plus grande conquête des Lumières.

Cette bruyante revendication d’une égalité supérieure aux autres ne peut évidement que faire le jeux de l’extrême-droite. Si Daniel Cohn Bendit n’avait pas osé troubler le concert des protestations germanopratines, Le Pen se serait arrogé le monopole de la décence dans cette affaire, et ce d’autant plus facilement qu’on a du mal à lui donner tort lorsqu’il réclame la démission d’un ministre qui fait passer la solidarité de caste avant l’intérêt national, la justice et le simple bon sens.

Quant au silence de cette gauche qui reste envers et contre tout mon camps, il est assourdissant, à croire que même chez les trotskistes le seul rouge qui compte, c’est celui des tapis.

Spengler faisait autrefois remarquer que civilisations en déclin se reconnaissait au fossé grandissant qui s’y creusait entre l’élite et le reste de la population. Sans aller jusque là – les menaces qui pèsent sur notre monde sont d’une tout autre nature – force est de reconnaître que cette sécession des élites, ce reniement collectif de l’idéal républicain d’égalité et de responsabilité, marque une rupture dans notre démocratie. Cette rupture n’est ni de gauche ni de droite. Elle n’a rien à voir avec le capitalisme ou le libéralisme. Cela ne rend pas moins cette trahison des élites, comme l’appelait le regretté Cristopher Lasch moins détestable et moins dangereuse.

www.damienperrotin.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 1er octobre 2009 12:04

    Bien envoyé, et tout à fait juste. Ces gens-là n’ont visiblement pas la même façon de juger leurs actes et les nôtres.

    Un mp3 copié (par nous) doit être immédiatement et sévèrement puni avec confiscation du matériel et peut-être même un peu de prison, alors qu’un viol qualifié, aggravé et avéré, commis par Polanski, ne serait ainsi pas justiciable.

    Comme l’a dit Mitterrand le petit l’autre jour, « je ne comprends pas [ces poursuites], d’abord parce que Roman Polanski est un être merveilleux ». Hein ça c’est de l’argument. Traduisez en fait par : « parce que Roman Polanski fait partie de ma caste et qu’il est malvenu de le faire chier pour une broutille ». C’est comme le sang bleu de l’Ancien Régime : on violait une paysanne, et bien quoi, qu’importe, elle devrait être heureuse d’élever un bâtard de sang royal ou ducal !

    On aura tout entendu ces derniers jours : d’abord « c’est une erreur de jeunesse » (à 45 ans !), puis « c’est ridicule, c’était il y a trente ans » (alors qu’on se vautre quotidiennement dans les atrocités du nazisme d’il y a 60 ans), et maintenant : « voyons, on ne va pas lui faire quelque chose, il est si merveilleux ». A ce point de mauvaise foi sans aucune conscience morale, il faut s’incliner.

    Si Sarkozy ne vire pas Mitterrand tout de suite, il est de facto complice de cette pantalonnade à la gloire des show-bizeux outragés.

    Quand on remarque que Polanski est d’origine juive et que Mitterrand est homosexuel, et bien que ça n’ait RIEN A VOIR avec l’affaire, on a tous les ingrédients d’un cocktail explosif pour les excités de tout poil.


    • Talion Talion 1er octobre 2009 18:43

      Il y a effectivement là tout ce qu’il faut pour convaincre le péquin de base de prendre sa fourche et d’aller mettre le feu à l’Elysée, à l’assemblée nationale et aux baraques de quelques nantis habitués à manger du caviar à la louche au petit déjeuné...

      Quelqu’un sait ou l’on peut récupérer une guillotine en état de marche ?...


    • MVS67 2 octobre 2009 14:32

      @ Vilain petit canard

       Vos remarques sont très justes et j’y souscris pleinement : il est réconfortant de voir que cette sordide affaire criminelle, doublée d’un délit de fuite, suscite en général de très saines réactions chez les gens normaux.
       Le talent, qu’il soit réel ou non, l’appartenance à une soi-disant élite intellectuelle
       ( plus ou moins dévoyée) n’exonèrent pas d’un tel méfait perpétré par un homme mûr en toute connaissance de cause....

       Cordialement.


    • Gazi BORAT 1er octobre 2009 12:18

      M’étonne toujours le fait que, dans ce déferlement d’articles de moralistes outragés, ne soit jamais évoqué la part de responsabilité des parents.

      Que l’on se remette dans le contexte :

      Depuis quelques années, Roman Polanski était dans le collimateur des media à sensation : d’abord au moment du meurtre de Sharon Tate par les allumés de la famille Manson. Au départ victime, il se retrouve mis au ban des accusés lorsque sont publiées des images le montrant se consolant avec une blonde plantureuse.

      Ensuite pour la sortie de Rosemary’s Baby, où il fut accusé de connivence avec l’Eglise Luciférienne de Californie et d’apologie du satanisme..

      Et une famille américaine d’envoyer sa fille de treize ans pour une séance de photos dénudées chez un individu qui se traîne de telles casseroles..

      Un peu comme ces parents envoyant leur fils en week-end chez Michael Jackson alors que les soupçons de pédophilie s’étalaient déjà dans la même presse « à sensation ».

      La victime a retiré sa plainte... Un arrangement financier a eu lieu.

      Cause ou conséquence de toute cette affaire ?

      gAZi bORat


      • Serpico Serpico 1er octobre 2009 13:14

        Gazi

        Que la famille ait eu un comportement ignoble n’excuse en rien ni ne diminue le crime de Polanski.

        Que Polanski ait payé ne constitue qu’un arrangement entre lui et la famille. Le crime est toujours là.

        C’est l’article le plus objectif que j’ai eu à lire sur ce sujet jusqu’à maintenant.

        Bravo à l’auteur !


      • Nartnog 1er octobre 2009 12:24

        Domamge d’avoir fait référence à la comtesse Elizabeth Bathory dont, d’un point de vue historique, AUCUNE preuve de sa culpabilité n’existe ...


        • jakback jakback 1er octobre 2009 12:43

          La Fontaine, toujours d’actualité. La démocratie avance a reculons, 1789 si tu savais !


          • fredleborgne fredleborgne 1er octobre 2009 13:21

            Dommage que cet article n’arrive qu’au cinquième jour de cette affaire, ce qui n’est pas un reproche fait à l’auteur.
            Oui, enfin, l’excès de la classe soi disant supérieure souligné, et les internautes pas traités en populace pour avoir rappelé la décence et l’égalité des droits devant la justice.
            Merci


            • baska 1er octobre 2009 16:16

              Article très intéressant !

              A travers cet affaire, la mafia qui soutient le pédophile polanski nous a montré son vrai visage, celui d’une clique banalisant la pédophilie. Il ne faudrait pas s’étonner si demain une loi contre la « pédophobie » (protégeant les pédophiles) serait proposée, avec ces gens il faut s’attendre à tout et surtout au pire !


              • Ben Ouar y Villón Brisefer 2 octobre 2009 09:49

                Magnifique article, mesuré, argumenté, juste. 

                Et il n’est pas besoin de militer au FN pour souhaiter la démission de l’actuel et non moins scandaleux Ministre de la Culture.

                • Annie 2 octobre 2009 10:01

                  «  la revendication d’une justice de classe, voire même de caste » .
                  Mais n’est-ce pas au nom du même argument qu’il est jugé plus sévèrement ?


                  • bipdan 2 octobre 2009 11:55

                    Je suis completement d’accord avec votre article, seul un point me fait tiquer.

                    "Cette bruyante revendication d’une égalité supérieure aux autres ne peut évidement que faire le jeux de l’extrême-droite. Si Daniel Cohn Bendit n’avait pas osé troubler le concert des protestations germanopratines, Le Pen se serait arrogé le monopole de la décence dans cette affaire, et ce d’autant plus facilement qu’on a du mal à lui donner tort lorsqu’il réclame la démission d’un ministre qui fait passer la solidarité de caste avant l’intérêt national, la justice et le simple bon sens."

                    D’un point de vue agitateur et hors considération de leur penchants politique Cohn Bendit est à la hauteur de Le Pen quand il s’agit de mettre un peu la pagaille. Et Cohn Bendit ayant eu des idées douteuses concernant la sexualité chez les « jeunes » avait la une belle occasion de se refaire un virginité (a défaut d’un vierge ?)

                    Loin de moi l’idée de soutenir Le Pen pour ce qui concerne les idées de son parti, les meme propos d’appel au calme dans sa bouche, m’aurait presque semblé plus sincère et moins intesressé ; lui n’ayant aucune casserole a décrocher concernant ses penchants sexuels.


                    • MVS67 2 octobre 2009 14:44

                       Excellent article, Damien Perrotin !
                       Merci pour cette analyse sereine et juste d’un sordide fait divers criminel.
                       Cette mobilisation des Kouchner, Mitterrand le petit, BHL et Cie en faveur 
                      de Polanski, un bien triste sire, est indécente...

                      Cordialement.


                      • Pascal 10 octobre 2009 04:17

                        La véritable amalgame est de comparer le crime de Polanski à l’erreur émotionnel de Miterrand.

                        A lire tous leurs accusateurs Mitterrand est coupable de viol.

                        La grande bêtise c’est de vouloir se séparer d’un ministre de la culture de la dimension de FM. On peut bien lui pardonner son dérapage.

                        On mettrait qui à la place. Jaques Toubon ? Carla Bruni ? Jacques Seguela ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès