Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Affaire Ranucci : une nouvelle piste ?

Affaire Ranucci : une nouvelle piste ?

Condamné à mort et exécuté en 1976, Christian Ranucci a donné lieu à plusieurs ouvrages infirmant ou prouvant sa culpabilité... Dernier rebondissement en date : la présence de Michel Fourniret sur les lieux du crime de Marie-Dolorès Rambla en 1974.

Alors que le drame d’Outreau est le procès le plus médiatique de la justice, une autre affaire, beaucoup plus ancienne, vient d’être réveillée dans le cadre des enquêtes sur le tueur en série Michel Fourniret, l’affaire Christian Ranucci. Ce jeune Marseillais avait été condamné à mort, puis exécuté en 1976, pour le meurtre, deux années auparavant de Marie-Dolorès Rambla, une fillette de neuf ans. En dépit d’aveux donnés aux gendarmes, certains éléments (dont la présence du célèbre pull-over rouge, trouvé à proximité des lieux du crime, trop grand pour qu’il s’agisse de celui de Ranucci) ont laissé certains journalistes explorer la piste d’une innocence de Christian Ranucci (dont Gilles Perrault et son fameux livre Le pull-over rouge). On croyait l’affaire définitivement enterrée, quand Gérard Bouladou, responsable de l’investigation, répondit au livre de Perrault avec son livre L’affaire du pull-over rouge : Ranucci coupable ! en démontant les thèses de Perrault.

Mais un dernier rebondissement est arrivé hier à l’AFP (dépêche complète ici) : Michel Fourniret, tueur en série accusé d’avoir tué une quinzaine de fillettes ou de femmes entre 1987 et 2001, aurait séjourné l’année du meurtre de Marie-Dolorès Rambla dans la région de l’étang de Berre. A l’époque, il aurait eu comme véhicule une Peugeot 304... tout comme Christian Ranucci (dont la voiture avait été identifiée par plusieurs témoins). D’où un doute, à nouveau, sur la culpabilité de ce dernier.

Il existe en effet un précédent, avec l’affaire Patrick Dils, condamné pour le meurtre de deux garçonnets le 26 avril 1986. A l’époque, il avait seize ans, et considéré comme un peu immature, il sera condamné en dépit d’un emploi du temps incompatible avec le crime (cette affaire est expliquée ici). Quinze ans plus tard, Patrick Dils sera libéré, grâce à un élément supplémentaire : la présence sur les lieux du crime du tueur en série Francis Heaulme, qui avouera être le seul coupable du crime. On se souvient également de l’interpellation d’un marginal SDF, Patrice Padé, qui avouera le meurtre de la jeune Anglaise Caroline Dickinson, à Pleine-Fougères, en 1996 (affaire détaillée ici). Jugé coupable un peu trop rapidement par le juge d’instruction, Padé sera disculpé grâce aux tests ADN. Le vrai coupable, Francisco Arce Montes, sera interpellé le 2 avril 2001.

La découverte du séjour de Fourniret dans la région marseillaise fait donc planer une crainte terrible : et si, à l’image de Dils ou Padé, Ranucci avait payé pour un autre ? La différence, par rapport à l’affaire Padé, est que les tests ADN n’existaient pas en 1976, alors qu’ils auraient pu (sous certaines réserves néanmoins) disculper ou inculper Ranucci. La différence aussi, par rapport à l’affaire Patrick Dils, est que la reconstitution était sujette à caution dans le cas Dils, alors que Bouladou défend la fiabilité de la reconstitution du meurtre de Marie-Dolorès Rambla.

Il n’empêche que cette nouvelle piste sème encore une fois le doute dans une affaire où Ranucci a été condamné à mort, bien que la famille Rambla, par l’intermédiaire de son avocat Cyrille Collard, ait demandé une peine de prison à perpétuité. Et il n’eut pas droit à la grâce présidentielle, malgré les mots du président Giscard d’Estaing, déclarant avoir "horreur de la peine de mort". Cherchez l’erreur : à la même époque, Patrick Henry, dont la culpabilité ne faisait aucun doute et qui plaidait coupable du meurtre de Philippe Bertrand, a échappé à la peine capitale. Ranucci, en dépit de doutes relancés par l’affaire Fourniret, et qui plaidait innocent, a été condamné à la guillotine. Pourvu qu’il ait été coupable...


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Scipion (---.---.200.25) 21 janvier 2006 15:39

    S’il y avait eu, dans le dossier, de quoi remettre sérieusement en doute le verdict de la Cour d’assises, il me paraît que Badinter, abolitionniste et Garde des Sceaux, aurait fait le nécessaire pour engager la procédure de révision.


    • Ludovic Charpentier (---.---.183.131) 21 janvier 2006 18:53

      Tout procès n’est pas irrévisable, sous apport d’un quelconque élément nouveau. La présence (éventuelle) de Fourniret sur les lieux du crime est un élément suffisamment important pour entraîner une révision (comme dans le cas Patrick Dils avec la présence de Francis Heaulme). Le plus étonnant dans l’affaire est que la défense avait collectée plusieurs procès verbaux de plaintes des agissements d’un individu louche, le fameux ’homme au pull-over rouge’. Tout le problème de l’affaire Ranucci est que tout semblait concorder pour faire de lui le coupable, sauf le pullover rouge retrouvée près du lieu du crime qui ne lui appartenait pas, ainsi que des portraits des témoins d’un pervers qui ne luiressemblait pas mais qui pourrait ressembler à Fourniret... En fait, dans l’affaire Rambla, Ranucci semble plus coupable qu’innocent (son innocence tiendrait d’un concours de circonstances peu réalistes), mais, soumis à la pression publique d’un jugement rapide, les enquêteurs n’ont pas cherché à appuyer la thèse de la culpabilité de Ranucci en faisant la reconstitution de l’enlèvement. Hors, il y avait deux témoins de l’enlèvement, aucun témoin du meurtre. Ranucci a été condamné sur des aveux et sur le témoignage de personnes l’ayant vu avec l’enfant aux environs du crime (mais des témoignages assez contradictoires). Certes, encore une fois, les circonstances semblent prouver sa culpabilité. Mais en cherchant d’autres pistes un peu moins probable que la piste Ranucci, à défaut d’innocenter Ranucci, la justice aurait pu mettre la main sur un dangereux pervers comme Fourniret et l’empêcher d’agir par la suite. Je me demande d’ailleurs si Ranucci n’avait pas eu l’accident qui l’a en fait confondu, si la police ne serait pas tombé tôt ou tard sur Fourniret qui possédait la même voiture et avait un casier judiciaire...


    • tiltou (---.---.61.185) 21 janvier 2006 20:05

      Il faut arr ter de dŽlirer Essayer de retrouver l’admirable enqu te publiŽe dans Polar & Crimes N¡3 sur l’affaire Ranucci et vous n’aurez plus de doutes sur la culpabilitŽ de cet homme qui a subi certes une peine lourde mais dont un certain Žcrivaillon s’est servi pour faire de la tune avec son fameux pull over rouge


      • Ludovic Charpentier (---.---.70.183) 22 janvier 2006 17:07

        Avez-vous lu ce que j’ai écrit ???? La question n’est pas seulement Ranucci coupable ou innocent (il ne s’agit pas que d’un « écrivaillon » mais aussi d’une famille qui doute de la culpabilité de Ranucci et qui a ouvert un blog, où toutefois les élément rassemblés ne me semblent pas suffisamment ’appuyer’ une éventuelle innocence). La question est que la justice française, mise sous pression, a souvent le tort de n’enquêter que sur une seule piste (exemple : l’affaire Dickinson avec la fausse piste Padé qui a énervé les Britanniques, peu habitué à une telle approximation judiciaire qui veut que le premier suspect soit présumé coupable). La piste Fourniret n’aurait peut-être pas sauvé la tête de Ranucci. Mais l’explorer davantage aurait permis d’éviter éventuellement les multiples crimes que Fourniret a commis dans les années 80. Mais en France on a un peu trop tendance à ne se focaliser que sur le premier suspect trouvé, rarement sur d’autres possibilités...


      • (---.---.131.14) 25 janvier 2006 16:54

        Chacun est libre de son opinion sur l’affaire, mais d’un point de vue strictement humain, j’éprouve des difficultés à comprendre l’acharnement de certains à vouloir déclarer Christian Ranucci coupable sans aucun doute. De quelque bord que l’on soit, la prudence et l’objectivité sont de rigueur et il est hors de propos de prendre pour argent comptant les auteurs de l’un ou l’autre camp. Pour répondre à Tiltou, je dirais que la lecture du site www.associationranucci.org (entre autres) est de nature à ébranler sa certitude absolue de la culpabilité. Cela dit, j’ai cependant deux convictions irréductibles :
        - coupable ou innocent, C.Ranucci n’était pas condamnable sur base d’un tel dossier.
        - même coupable, personne ne mérite la pire abomination que la justice aie inventée.

        Je voudrais dire aussi que je perçois une mesquinerie certaine dans le titre d’« écrivaillon » gracieusement attribué à Gilles Perrault par Tiltou. Mais enfin, que Tiltou se rassure, je n’ai pas du tout l’impression de délirer.


      • frid (---.---.173.23) 30 janvier 2007 22:59

        bravo mon gas


      • Fauvage (---.---.81.35) 22 janvier 2006 08:07

        Je suis celui qui a lancer la justice belge sur cette piste ! Au départ, je l’ai fait par simple idée qu’un lien même si minime existait et surtout que la tête sous le couperet Ranucci ait clâmé son innocence ! Quand on en est là, on a autre chose à penser !... Je connaîs les méthodes de la police française de cette époque pour obtenir des aveux. Je l’ai moi-même expérimenté ! Et celle de Marseille était connu pour délier les langues ! Ce qui est bien quand on affaire à des truands devient très dangereux sur des criminels occasionnels ! Maintenant que d’autres liens plus prècis ramènent a une éventuelle culpabilité de Fourniret, je ne doute plus de l’innocence de Ranucci. Il faut dire qu’en Belgique, pour autant que l’on ne soit pas un mouton, on est formé par le pouvoir judiciaire pour douter de celui-ci ! En fait je ne sais pas pourquoi la justice belge a été si preste dans la diffusion de l’info ? Elle l’est moins quand je lui mets les preuves sous le nez concernant d’autres assassinats d’enfants ! Bizarrement elle devient aveugle et monte des dossiers ou je n’ai aucun droits de regards alors que j’y suis le principal signalé ! Bien-sûr j’ai des preuves de ce que j’affirme !


        • Frédéric Besse (---.---.103.219) 23 janvier 2006 11:28

          Personnellement, ce qui m’étonne - je connais très bien l’histoire de la sortie de cette info assez énorme -, c’est que ce sont un journaliste belge d’un petit quotidien et un citoyen français, écrivain, qui ont fait émerger l’information. Alors que les flics et les magistrats français l’avaient depuis un certain temps, il a fallu un coup de force depuis la Belgique pour que ça sorte. Avec une remarquable censure des télés françaises à la clé aux « grand-messes » des 20 h... Les réseaux giscardiens se sont bien activés, ne nous leurrons pas, ce qui n’empêchera pas qu’à terme il y aura du « Giscard assassin » lancé ici et là. Pour ce qui concerne les activités de Fourniret, je ne saurais trop vous conseiller d’aller voir ce que j’ai trouvé sur www.decadi.com et télécharger gratuitement en PDF le N° 68 du 20 Pluviôse 214, (20 janvier 2006) lien ci-dessous.


          • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 23 janvier 2006 13:24

            « Les réseaux giscardiens se sont bien activés, ne nous leurrons pas, ce qui n’empêchera pas qu’à terme il y aura du « Giscard assassin » lancé ici et là. »

            Je n’irais pas jusque là, mais prétendre avoir ’horreur de la peine de mort’ et ne pas appliquer ce principe sous crainte de l’opinion publique, il y a une certaine forme d’hypocrisie et de manque de courage politique dans l’air... Surtout que maintenant, VGE se permet de donner des leçons de morale aux nations qui appliquent encore la peine de mort !


          • Gillou (---.---.82.205) 23 janvier 2006 18:25

            « ...de son avocat Cyrille Collard... »

            Vous confondez le réalisateur de cinéma Cyril Collard et l’avocat Gilbert Collard. Votre article est à peu près à l’image de cette confusion.


            • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 24 janvier 2006 09:45

              Je n’ai pas vu cette bévue, effectivement. Le problème d’Agoravox, c’est que n’importe qui peut y prendre la plume... vous inclus.


            • Winston (---.---.91.222) 24 janvier 2006 12:04

              Le ravisseur de Marie Dolorès Rambla ne conduisait PAS de Peugeot 304 mais une Simca 1100. Ce simple fait, consigné dans les PV d’auditions de témoins oculaires du rapt (dont le propre frère de la victime), aurait dû suffire à innocenter Ranucci et s’il doit s’avérer que Fourniret conduisait lui aussi une Peugeot 304, c’est qu’il est innocent... lui aussi.


              • dang (---.---.19.86) 24 janvier 2006 13:32

                Je ne suis pas du tout d’accord avec l’affirmation selon laquelle Francis Heaulme aurait avoué être le seul auteur du crime dont avait été accusé Patrick Dills. Francis Heaulme n’a jamais avoué ce double meurtre faisant au contraire valoir que son « mode opératoire était l’opinel et non des pierres ».


                • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 24 janvier 2006 13:38

                  En tout cas, il a été jugé comme tel... ce qui me ferait croire les théories avancées par les proches de Dils sur le lien précité.


                • dang (---.---.19.86) 24 janvier 2006 19:46

                  Francis Heaulme n’est jamais passé en justice pour les meurtres qui avaient été imputés à Patrick Dills. Il a seulement été interrogé sur cette affaire.


                • doc (---.---.119.52) 24 janvier 2006 14:48

                  « pourvu qu’il ait été coupable »... Cette dernière phrase me choque et le fait qu’il ait été coupable ne justifie en rien l’application de la peine de mort.


                  • (---.---.90.180) 24 janvier 2006 16:04

                    pour votre information, l’avocat est maitre Collard et Cyrille est un acteur de cinéma hélas décédé bien trop jeune. evitez des erreurs comme celles-ci, ça fait un peu désordre !!!


                    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 24 janvier 2006 16:18

                      On m’a déjà fait remarquer cette bourde effectivement monumentale et je m’excuse de cette coquille... En même temps, si je vous listais le nombre de confusions de prénoms qu’on peut lire de la part de journalistes...


                    • (---.---.157.16) 24 janvier 2006 17:07

                      L’instruction de l’affaire Ranucci a été baclée, et cela est une évidence. Comment une soi-disant justice peut-elle cautionner une « peine de mort » dans ces conditions. Nous ne pouvons pas exiger des nouvelles générations un quelconque respect de la justice dans des conditions pareilles.


                      • (---.---.114.152) 25 janvier 2006 20:31

                        une 304 coupé ca ne ressemble pas du tout à une simca 1100 même ivre mort


                        • burlot Michèle (---.---.61.245) 26 janvier 2006 12:57

                          les témoins de l’enlèvement soit le garagiste, le petit jean et une dame et ses filles n’ont pas reconnu le suspect, formellement et sans hésitation ont affirmé avoir vu une simca 1000. Le pull- over n’appartenait pas à Ranucci qui avait horreur du rouge. Les aveux qu’il a fait ont été fait en garde à vue et sans la présence de ses avocats, à la gendarmerie et au juge et aux spys. Les témoins qui auraient pu l’innocenter ont été oubliés et mis mal à l’aise lors de leur déposition au tribunal où personne n’avait précédemment entendu parler d’eux. La reconstitution du crime est inexistante. On lui a refusé un examen neurologique demandé par ses avocats. Il avait fait un délit de fuite et il a achété le journal et en même temps il a eu connaissance de l’enlèvement et des recherches engendrées mais ça ne l’a en aucun cas inquiété pour lui-même car je suis persuadée de son innocence et aussi que la justice actuelle couvrira cette grave erreur judiciaire car un homme y a laissé sa tête et à ce même moment il a encore dit son innocence et demandé à ses avocats sa réhabilitation. J’en oublie mais en aucun cas le dossier fourni ne pourvait amener à la culpabilité d’un homme. Le chien qu’il a renversé avec sa voiture dans une autre ville, le témoignage du maître non porté au procés-verbal, etc... Je suis persuadée que cet homme a été guillotiné à la place d’un autre.


                          • frid (---.---.173.23) 30 janvier 2007 23:06

                            vous oublié aussi que l’or de l’enlévement de la fillette il a rendu visite a sont pére sa grand- mére la avouez apres sont éxécution


                          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 janvier 2007 23:21

                            « vous oublié aussi que l’or de l’enlévement de la fillette il a rendu visite a sont pére sa grand- mére la avouez apres sont éxécution »

                            C’est ta chienne qui a tapé ton message ?

                            12 fautes :

                            oubliez

                            lors

                            enlèvement

                            à

                            son

                            père

                            grand-mère

                            l’a

                            avoué

                            après

                            son

                            exécution


                          • marie josette BEGU (---.---.186.141) 26 janvier 2006 14:11

                            Souhaite vivement que la piste FOURNIRET soit exploitée avec toute l’attention qu’elle mérite sans crainte de relancer toutes les polémiques autour de l’instruction baclée dans l’affaire Ranucci et du procès trop court et indigne qui l’ont envoyé à la guillotine. Coupable ou innocent, le procès mérite une révision qui ne laisserait subsister aucun doute.


                            • mmmiquel (---.---.188.10) 26 janvier 2006 22:02

                              Que penser devant tant d’incertitudes.La justice ne doit pas être plus criminelle que la personne qu’elle juge.Je rejoinds toutes les personnes contre la peine de mort.Depuis l’apparition de l’A.D.N. combien de personnes sont depuis déclaréés innocentes !!!


                              • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 janvier 2007 23:28

                                Ne pas oublier que l’erreur judiciaire est à double sens, et qu’un innocenté récidiviste fait des victimes.


                              • cleo706 (---.---.214.38) 27 janvier 2006 00:22

                                "La voiture Simca 1100 immatriculée dans le département 54

                                Dix faits nouveaux sont recensés dans la requête en révision du 19 mars 1990. Il semble cependant, de l’aveu même de Gilles Perrault, qu’une piste ait été peu explorée dans les tentatives d’élucidation de l’identité de l’homme au pull-over rouge. Cette piste est celle de sa voiture, dont une partie de l’immatriculation a été relevée par un témoin.

                                Le 3 juin 1974, Marie-Dolorès Rambla a été enlevée dans une cité marseillaise, sous l’oeil de son petit frère Jean, et du garagiste Eugène Spinelli. Les deux témoins affirment que la voiture dans laquelle la fillette a pris place était une Simca 1100 grise. Nous savons également qu’un pull-over rouge a été retrouvé dans la champignonnière, à proximité de l’endroit où le corps de la petite fille a été découvert. Il semble donc, et c’est notamment la thèse de Gilles Perrault, que c’est l’homme au pull-over rouge qui a perpétré le crime.

                                Or, dans les jours qui ont précédé ce drame, un homme dont le signalement correspond à celui de l’homme au pull-over rouge a tenté d’enlever des enfants par le même modus operandi que celui utilisé pour entraîner Marie-Dolorès Rambla :

                                - le choix du secteur des cités marseillaises, proches les unes des autres ;

                                - l’intérêt pour des enfants jouant à deux, ce qui permet d’amenuiser leur méfiance ;

                                - l’utilisation du prétexte d’un chien noir perdu.

                                Ainsi, le 31 mai 1974 à la Cité des Tilleuls, Agnès Mattéi et Carole Barraco sont attirées par un homme au pull-over rouge, conduisant une Simca 1100, avec le subterfuge du chien noir perdu (témoignage de Mme Mattéi du 4 juin)

                                Le 1er juin, dans la cité de Cerisiers, Patricia et Nathalie C. ont été importunées par un homme au pull-over rouge conduisant une Simca 1100 (témoignage de M. Martel du 4 juin 1974).

                                Enfin, le 1er juin, dans la cité des Tilleuls, Alain Barraco et l’un de ses amis sont également importunés par un homme au pull-over rouge, en Simca 1100 grise. Mme Mattéi, témoin de la scène, arrive à distinguer une partie du numéro minéralogique de la voiture : il « se terminait par un 8, département 54 ». Elle s’est rendue au commissariat de Saint Just et à l’Evêché pour déposer les 3 ou 4 juin 1974, puis a réitéré ses affirmations le 14 novembre 1975 devant le Premier Substitut du Procureur de Marseille, et le 25 novembre 1975 devant l’inspecteur Porte. Aucune trace des témoignages de juin 1974 n’est cependant retrouvée, ce qui nuit quelque peu à la crédibilité de Mme Mattéi, témoin pour le moins capital.

                                Il est pourtant clair que tous ces témoignages tendent à accréditer la thèse de l’homme au pull-over rouge. L’individu qui a agressé Carole Baracco et Agnès Mattéi, Alain Baracco et son ami, Patricia et Nathalie C. et Marie-Dolorès Rambla et son frère serait donc le même, à savoir l’homme en Simca 1100 dont partie de l’immatriculation a été relevée par Mme Mattéi.

                                Des recherches dans la direction de cet homme à l’aide du modèle de sa voiture, de sa couleur, et surtout de son immatriculation, informations à rapprocher de sa description physique (âgé d’environ trente ans, parlant avec l’accent provençal, donc probablement né dans un département du sud de la France) pourraient constituer un élément nouveau à l’appui d’une demande en révision du procès de Christian Ranucci."

                                http://www.associationranucci.org/


                                • Jean Roche (---.---.20.123) 27 janvier 2006 08:38

                                  Bonjour,

                                  Merci d’avoir cité ma page sur Patrick Dils (ce qui m’a valu quelques centaines de visites). Ces pages proposent des conjectures qui valent ce qu’elles valent, mais ont été au moins acceptées par le président du principal comité de soutien, et ami d’enfance de Patrick Dils.

                                  Une précision : Francis Heaulme a certes laissé échapper plusieurs fois des demi-aveux, mais il n’a jamais reconnu formellement le double meurtre de Montigny-les-Metz.

                                  Bien à vous.

                                  Jean Roche


                                  • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 janvier 2006 09:08

                                    « Une précision : Francis Heaulme a certes laissé échapper plusieurs fois des demi-aveux, mais il n’a jamais reconnu formellement le double meurtre de Montigny-les-Metz. »

                                    Le problème avec les témoignages de tueurs en série, c’est cette tendance à ’augmenter’ le nombre de leurs victimes en reconnaissant plusieurs crimes. On sait que Heaulme a eu tendance à avouer des crimes alors qu’il était impossible qu’il les ai commis. Dans l’affaire Dils, les soupçons envers Heaulme ainsi que sa présence géographique sur les lieux ont pesé plus que les aveux partiels...


                                  • Prosper Prosper 27 janvier 2006 19:43

                                    Les accusés d’Outreau semblent provoquer (bien malgré eux évidemment) une prise de conscience - crise de conscience - de la société judiciaire française. Outreau, Dils, Grégory, Ranucci : faut-il compter sur des fonctionnaires trop sûrs d’eux pour faire la vérité ? Giscard : faut-il compter sur ce monsieur pour avoir du courage politique ? La Police : mener une enquête sérieuse ? Pourquoi ne pas demander à l’ANPE de trouver du travail aux chômeurs.

                                    Quoiqu’il en soit, rien ne justifie la peine de mort. En aucun cas.


                                    • Prosper Prosper 27 janvier 2006 19:44

                                      Dernière minute : Fourniret aurait été photographié dans la salle du procès de Ranucci. Qu’en penser ?


                                    • cleo706 (---.---.95.31) 29 janvier 2006 23:48

                                      "parProsper le 27 janvier 2006 Dernière minute : Fourniret aurait été photographié dans la salle du procès de Ranucci. Qu’en penser ?"

                                      Bonjour Prosper, Ton info est fondée ? As-tu des photos de presse de l’époque ?? Contactes-moi Cléo


                                    • (---.---.176.25) 13 mai 2006 00:09

                                      je travail à l’anpe et sans nous defendre de quoi que se soit on fait ce que peux avec les moyens qu’on nous donne, apres il y a des gens pretentieux, competents ou incompetents mais ca c’est propre à tous les metiers, non ? enfin bref. je suis triste et touché par la fin tragique de christian ranucci. je n’est que 24 ans et au moment des faits je n’était pas né. ms ce qui me desole le plus dans cette affaire c’est qu’on à tué quelq’un sans avoir si il etait coupable ou pas et ca dans un pays comme la france qui se dit le pays des droits l’homme... Maintenant c peut etre un peu trop facile de dire que Fourniret était sur les lieux et q c forcement lui. Ce qui est vrai c’est qu’en l’absence de réelles preuves ( pour moi le changement des faits dans les procés verbaux de mr martinez et des epoux aubert ne sont pas des preuves tangible) aurait du profiter à son acquitement comme le voeux la loi. j’espere sincerement qu’un jour la lumiere soit faite sur cette affaire et qu’il soit réhabilité comme il avait demandé


                                    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 janvier 2007 23:29

                                      Sarkozy apparaît aussi sur la photo ; qu’en penser ?


                                    • cleo706 (---.---.61.142) 2 février 2006 00:14

                                      parProsper le 27 janvier 2006 Dernière minute : Fourniret aurait été photographié dans la salle du procès de Ranucci. Qu’en penser ?

                                      Bonjour Prosper, As-tu des preuves de ce que tu avances ??? Des articles, une revue de presse de l’époque ?? Je suis intéressée. Cléo


                                      • sand (---.---.55.251) 21 février 2006 14:49

                                        si Ranucci innocent, cette affaire n’aura pas fait deux victimes mais plus si la culpabilité de Fourniret est démontrée. la justice doit être sure de mettre le coupable en prison ; dès qu’il y a un doute (minime qu’il soit), elle doit chercher d’autres pistes afin de trouver le vrai coupable. En ayant condamné un innocent, la justice a laissé pendant près de trente ans, un meutrier en liberté !


                                        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 janvier 2007 23:32

                                          « En ayant condamné un innocent, la justice a laissé pendant près de trente ans, un meutrier en liberté ! »

                                          En ayant libéré des coupables, la justice a aussi laissé des meurtriers (ou des trafiquants de drogue) en liberté.

                                          Pourquoi toujours s’obstiner à ne pas voir que l’erreur judiciaire est à double sens.


                                        • amélymélo (---.---.18.158) 4 mars 2006 03:36

                                          « bien que la partie civile ait demandé la prison à perpétuité », voilà qui me choque : la partie civile, ou son avocat, n’a pas son mot à dire sur le pénal, qui est du strict ressort des juges et des jurés.


                                          • bruno 59 (---.---.225.23) 9 mars 2006 11:08

                                            j’ai lu le pull-over rouge, vu différentes émissions de télé, lu la plupart des messages sur le site du comité de soutien à Ranucci et j’ai l’intime conviction que, non seulement Ranucci était coupable, mais qu’il a prémédité son crime. le pull rouge, « trop grand et d’une couleur qu’il détestait » était un leurre destiné à lancer les enquêteurs sur une autre piste à la suite d’enlèvements ratés dans des circonstances à la limite du ridicule les jours précédents le meurtre.


                                            • frid (---.---.173.23) 30 janvier 2007 22:48

                                              c’est n’importe quoi seul les analyses d’adn pourront le prouver alors la question est pourquoi ne l’ont t’il jamais fait parce qu ’ils ont peur eux meme de la vérité...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Brady


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès