Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Affligeant

J’étais devant mon téléviseur assez tard, samedi soir 26 janvier 2013, écoutant l’émission de Laurent Ruquier « on n’est pas couché ». Il s’y est produit deux événements qui me semblent valoir la peine d’être discutés, car ils prouvent que la dérive de notre société française, celle qui l’emmène dans le mur, continue de plus belle.

L’invitée politique de l’émission était madame Tabarot, secrétaire général de l’UMP. Alors que l’on aurait pu s’attendre à un certain nombre de questions d’actualité, ne voilà pas que le « journaliste » Aymeric Caron, attaque madame Tabarot sur sa filiation, son père ayant été membre de l’OAS. La discussion, au final, n’a guère tourné qu’autour de cela. Or, on retrouve là une des antiennes de la presse française qui n’est tournée que vers le passé. Que nous importe ce qu’a pu faire le père de madame Tabarot ? Doit-elle porter à jamais gravée la tâche qu’auraient pu jeter sur elle les crimes de ses ancêtres ? Et jusqu’à quelle génération nos « journalistes » vont-ils remonter ? Faudra-t-il bientôt, comme au temps de Louis XIV, exhiber des quartiers de bon comportement comme on exhibait les quartiers de noblesse ? Je pensais, peut-être trop candide, que la révolution avait quelque peu balayé tout cela. Décidément, la France est bien repliée sur son passé ! Tellement, qu’à force de ne pas parler d’avenir, on est tenté de penser qu’elle n’en a tout simplement pas…

Il y eut néanmoins un sursaut de Laurent Ruquier, qui, peut-être sentant que l’essentiel de l’entretien avait porté sur un sujet de peu d’importance, a voulu parler, ce qui est d’actualité, du mariage homosexuel. Madame Tabarot, qui occupe de hauts postes concernant l’adoption, donna très rapidement sa position qui est celle actuelle de l’UMP. Il aurait été intéressant d’approfondir les questions, mais l’essentiel du temps ayant été consacré à parler de l’OAS, Laurent Ruquier a synthétisé en expliquant que l’UMP avait toujours un temps de retard, l’accusant de ringardise et prenant en exemple la peine de mort et le PACS pour lesquels la droite s’était positionnée contre initialement pour soutenir aujourd’hui ces dispositions.

Cette deuxième attaque mérite que l’on s’y attarde quelque peu. En effet, de plus en plus on voit se répandre en notre société comme une sorte de pseudo-modernisme qui tend à ringardiser tous ceux qui ne vont pas dans le sens voulu. Ainsi, madame Bachelot, alors ministre, avait-elle accepté la commercialisation du Red Bull parce que, disait-elle, ce produit était déjà commercialisé dans 22 pays sur 27 en Europe. En voilà une bonne raison ! Il en est de même pour la drogue où certains pays l’ont légalisée et d’autres ont suivi, tentant d’entraîner avec eux d’autres encore. Aurait-on oublié l’affaire de l’opium en Chine et sa finalité affichée du temps de la colonisation britannique ? D’ailleurs, le débat sur la drogue, hélas, on l’a vu avec Vincent Peillon, existe encore. Et s’il faut être progressiste comme monsieur Ruquier le souhaite, pourquoi ne pas directement proposer de la drogue dure en vente libre pour l’injecter dans les biberons et ainsi éviter les pleurs des enfants en bas âge ? En voilà du progressisme, monsieur Ruquier ! Vous êtes probablement contre cette proposition, mais alors, vous êtes super ringard !

Nous avons alors un problème majeur que l’on retrouve d’ailleurs en sciences, en mathématiques en particulier. Soit tout est relatif et notre démocratie ne nous protègera de rien, car la seule éthique démocratique est celle du nombre. Si, demain, le peuple souverain décide à la majorité que tuer son voisin est bien, alors ce sera bien. Si demain la drogue est en vente libre, alors si c’est le peuple qui l’a décidé, ce sera bien. Et, après tout, si l’on veut être progressiste jusqu’au bout, pourquoi un peuple n’aurait-il pas droit au suicide ? A la majorité de ses composants ? Si l’on veut sortir de cette spirale infernale, il n’y a qu’une solution, celle d’élaborer des principes intangibles, ce que l’on appelle des axiomes en mathématiques, c’est-à-dire des propositions considérées comme vraies sans démonstration et a priori. Ces principes intangibles existent depuis des millénaires. Dans la société juive par exemple, le décalogue, avec le « tu ne tueras point », fixe des principes intangibles. Et les juifs étaient des gens intelligents. En effet, un principe intangible élaboré par un homme ou une société, n’est en aucun cas transcendant. Sa remise en cause est donc très facile. Et c’est ce qui est arrivé à maintes reprises dans nos sociétés sécularisées. Le décalogue étant d’origine transcendante il ne souffre pas, lui, ce défaut congénital. Les vérités absolues ne peuvent pas venir de ce monde, le théorème d’incomplétude de Gödel, en quelque sorte, l’a démontré.

Nous avons donc affaire actuellement, avec la sécularisation de notre société, non seulement à la remise en question de principes intangibles d’origine transcendante qui fondaient notre société, mais aussi une sorte de course au pseudo-modernisme qui amène, elle, lentement, mais sûrement, au suicide collectif du peuple en tant que tel (drogue en vente libre, etc.). Bien entendu, tous les sujets ne sont pas d’égale importance, mais tout ce qui va dans le sens de l’affaiblissement de la transcendance est bon à prendre pour ces partisans du suicide collectif. On sait, au moins depuis Rome, que les empires s’effondrent avant tout d’eux-mêmes. Ceux-là mêmes qui aujourd’hui sapent les fondements de notre société travaillent à notre effondrement. Ils usent pour cela de stratagèmes bien connus : politique des petits pas (en mathématiques cela s’appelle la dérivée. Elle peut être faible, mais du temps qu’elle est négative on s’en contente tout en essayant de jouer sur la dérivée seconde pour augmenter la négativité de la dérivée première), mais aussi, avec l’avènement des médias, la « ringardisation » affichée de ceux qui ne s’en laissent pas compter. Cela s’avère très facile. En effet, le respect des principes intangibles requiert un certain effort alors que l’inverse, n’en requiert pas. « On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre » dit l’adage. Et nous pouvons hélas le vérifier tous les jours.

Voilà pourquoi le progressisme vaincra toujours et voilà pourquoi, monsieur Ruquier, un jour, vous serez ringardisé à votre tour, par plus progressiste que vous, plus médiatique, plus démocratique que vous et qui brûlera en place publique les derniers oripeaux de transcendance des fondements de notre société… Juste avant sa chute !


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Le chien qui danse 28 janvier 2013 10:33

    Ouf, c’est l’arrière garde qui défile, ça sentira moins le moisi après....


    • eric 28 janvier 2013 11:19

      C’est assez rigolo parce qu’il parait que le père Hollande était a l’OAS....
      Que ma famille s’occupe d’une œuvre d’adoption depuis 1923, date a laquelle l’adoption des mineurs a été autorisée. L’expérience confirme les positions de l’UMP. L’adoption ce n’est pas de la tarte en général et vouloir la compliquer, sur le plan théorique est irresponsable vis a vis des enfants.
      Mais c’est un débat de principe puisqu’en l’absence d’enfants a adopter, il n’y aura pas d’adoption au sens classique du terme par des homos.
      Bref, le vrai intérêt de tous ces trucs, c’est que famille, parents, histoire, nous avons tous quelques idées concrètes sur ces questions. Le degré d’amateurisme, d’intolérance, et, je crois qu’on peut le dire, de bêtise, avec lesquels ces gens traitent tous cela nous apparait clairement.

      Il est vraisemblable qu’il en va de même sur des sujets plus compliques que nous ne connaissons pas nécessairement très bien. Déficit budgétaire, dettes, impôts, économie etc....

      C’est sans doute en cela que ces discours absurdes sont les plus inquiétant...


      • MKT 28 janvier 2013 11:24

        La vie est précieuse, le temps n’est pas extensible.
        Ne le perdez pas à regarder une émission de cet acabit.
        Non seulement vous pourrez faire des choses bien plus intéressantes, lire ou...
        Mais encore, par le fait que vous n’accorderez pas d’intérêt aux personnages qui viennent pérorer sur ces plateaux vous participerez à leur dégonflage.

        Bien à vous


        • voxagora voxagora 28 janvier 2013 11:37

          A mon avis Madame Tabarot n’a été invitée QUE pour cela :

          cela participe de la manipulation des éléments de langage, 
          en l’occurrence accoler certains mots pour pousser celui qui écoute à amalgamer
          CONTRE = homophobie = haine = racisme antisémitisme islamophobie colonialisme 
          toutes accusations qui aujourd’hui équivalent a des crimes,
          pour retenir CONTRE = CRIMINEL


          • spartacus spartacus 28 janvier 2013 11:40

            « pseudo-modernisme » c’est un gentil mot pour pour ne pas dire ostracisation et stigmatisation.


            • Pale Rider Pale Rider 28 janvier 2013 11:55

              Merci pour cet article, qui pose les vrais problèmes de fond.

              Le raisonnement de la grande intellectuelle Bachelot, qui est largement celui de l’opinion contemporaine, c’est celui-ci : Puisque « les autres » sont allés se jeter dans le puits, faisons comme eux.
              Du coup, la ringardise peut apparaître pour ce qu’elle est parfois, et pour ce qu’elle sera de plus en plus fréquemment : une vision prophétique.
              Collègues « ringards », vous ne gagnerez pas dans l’immédiat. Mais puisque nos concitoyens libéraux-libertaires de droite et de gauche ne peuvent, sans se déjuger, vous menacer du bûcher, ouvrez votre gueule !
              Bob Dylan chantait : « Quand tu te réveilleras, renforce les choses qui demeurent. » (« When You Gonna Wake Up », dans Slow Train Coming). 
              Réveillons-nous, et argumentons pour les valeurs qui nous semblent défier l’épreuve du temps, au-delà des égarements volatils de l’humanité.

              • Magma des cendres rouges rené descendre 28 janvier 2013 11:58

                vous avez dans l’émission d’ardisson par exemple (qui n’est pourtant pas un imbécile) les même conneries « est ce que sucer c’est tromper » ou encore le célébre « préférez vous uns femme bonne et infidèle ou le contraire » sous les sifflets pour celui qui préférera la femme fidèle...

                il y a cette uniformisation de la bien pensance qui finit par être assez ringarde. Voir hier tous ces gens célèbres defendre le mariage pour tous (même si je ne suis pas contre) me donnait une idée de décalage, de gens qui venaient plus parader que des gens qui se battaient contre l’injustice. On peut y rajouter frigide barjot et dans le même sac les confessions d’Alain Delon qui vient nous parlez de ses appels quotidiens avec florence cassez a grand coups de totoiement, pathétique... il est sur que si l’acteur avait des tournages en court, il aurait moins de disponibilité.

                Autre exemple, Canal, chaine naguère avant gardiste, qui nous colle l’insipide michel denisot (ex commentateur d’émission aussi intellectuelle que le football) et nous passe des courses de canasson... en bonne voie de ringardisation...

                 


                • ZenZoe ZenZoe 28 janvier 2013 12:17

                  Bon article. De quoi réfléchir, ça ferait même d’excellents sujets de dissertation au lycée.
                  Qu’est-ce qu’une société moderne, la modernité existe-t-elle et si oui, est-elle toujours souhaitable ?


                  • regul7 28 janvier 2013 12:24

                    Bravo pour cet article qui est la vérité même. Cette émission ne vaut rien et je ne la regarde plus. Du reste dites moi qu’elles sont les émissions qui ont un parlé neutre et laisse la liberté de penser du téléspectateur ???


                    • LE CHAT LE CHAT 28 janvier 2013 12:52

                      Les journaleux ne savent ils pas que notre président normal est le fils d’un supporter de l’OAS , et que désormais , aucune polémique n’est plus politiquement correct sur ce sujet ?

                      Quand au progressisme sur le mariage gay , pourquoi faudrait il s’aligner sur la poignée de pays où c’est autorisé et non sur l’immense majorité où cela ne l’est pas ?


                      • Pale Rider Pale Rider 28 janvier 2013 14:05

                        Tout à faire d’accord avec le Chat ! Mieux vaut l’indépendance d’esprit du chat que de hurler avec les loups mariagepourtousophiles.


                      • JL JL 28 janvier 2013 13:18

                        « Si, demain, le peuple souverain décide à la majorité que tuer son voisin est bien, alors ce sera bien. » (geneste)

                        Vous appelez ça de l’argumentation ?

                        Pfff


                        • Pale Rider Pale Rider 28 janvier 2013 14:11

                          @JL : Oui, c’est de l’argumentation. En 1933, quand Hitler disait qu’il fallait exterminer les handicapés, ce qui, d’un point de vue rentable, apparaît comme le bon sens, les Allemands, y compris les « chrétiens allemands » dont certains voyaient dans le cher Adolphe le Messie (eh oui !), la plupart des Allemands ont suivi.

                          Donc, il y a un précédent. Aucun rapport direct avec le sujet qui nous occupe, sauf que le fonctionnement est le même. Puisque la « générosité » commande d’accorder les mêmes droits à tous, légalisons tout ce qui est revendiqué par telle ou telle communauté. Même les pires absurdité. Même ce qui, passant pour de l’altruisme, est un égoïsme communautariste.
                          Les périodes de crise sont propices à tous les égarements, et c’est ce qui nous rapproche des sinistres années 1930.

                        • JL JL 28 janvier 2013 14:36

                          Pale Rider,

                          Outre que ça n’a rien à voir avec le sujet comme vous le dites vous-même, nous ne sommes pas sur la même ligne.

                          Je considère pour ma part que ce n’est pas une question d’égalité des citoyens vis-à-vis de la loi, mais d’égalité des droits à accorder aux couples quelle qu’en soit la composition en terme de sexes. Le véritable débat devrait être : doit-on accorder ou non les mêmes droits aux couples composés de deux hommes ou de deux femmes qu’aux couples composés d’un homme et d’une femme ?

                          Et donc il convient de passer en revue, non pas les droits individuels mais les droits du couple de conjoints tel que nous le connaissons aujourd’hui : la nuance est de taille.

                          Et c’est dans ce déplacement du débat que se situe toute l’escroquerie intellectuelle de ceux qui soutiennent ce projet.

                          Pour la petite histoire : quelqu’un a donné un lien vers ce que disait Jospin en 1998 à propos du PACS. C’est d’autant plus révélateur de la fourberie du PS, que c’était justement Claude Sérillon qui recueillait ces promesses : je cite en substance Jospin : ’’ non, le PACS ne sera pas suivi de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels.’’


                        • Pale Rider Pale Rider 28 janvier 2013 14:56

                          @JL : J’ai vu la video de Jospin. Il s’est certes trop avancé en disant qu’il n’y aurait pas de dérives. Mais lui, contrairement à Guigou que j’ai dénoncée dans 2 articles sur AgoraVox, il était sincère et la preuve, c’est qu’il ne s’est pas déjugé sur le fond dans ses récentes prises de position.

                          D’autre part, vous distinguez les droits de l’individu des droits du couple. Mais un couple, c’est un « double-individu ». D’ailleurs, les interviews de couples homos ou lesbiens révèlent l’extrême narcissisme de leurs revendications. C’est ça qui est grave.
                          Après, on a droit aux couplets sur l’amour, avec l’éternel refrain sur les couples hétéros indignes, tortionnaires, etc. Evidemment que c’est pire ! Mais des homos qui se séparent, ou qui maltraitent les gosses qu’ils élèvent, il n’y en aurait pas ? C’est Slate.fr qui citait une étude montrant qu’il y avait plus de violence « conjugale » chez les couples homos que chez les hétéros. On se demande ce qu’il advient des éventuels gosses.
                          Il y a donc des mystifications tous azimuts, qu’il nous faut repérer. Moi, j’en ai assez de presque devoir m’excuser d’être hétéro au nom de la « légende » actuelle, càd, au sens étymologique, « ce qui doit être lu ».


                        • Aldous Aldous 28 janvier 2013 17:02

                          « Si, demain, le peuple souverain décide à la majorité que tuer son voisin est bien, alors ce sera bien. » (geneste)


                          Si c’est la minorité c’est mieux ?




                        • Geneste 28 janvier 2013 21:17

                          @JL

                          Je pense que c’est effectivement une argumentation indiscutable. Dans une société dont le fondement quasi-religieux est la démocratie, qui reste l’ultime référence, si la majorité décide que tuer son voisin est bien, alors ce sera bien. Mon texte vise à démontrer que pour bâtir une société correcte, il faut des principes transcendants, ce qu’est en train d’oublier la nôtre. Je pense que vous êtes quelques peu passé à côté de mon texte...


                        • mike gallantsay 29 janvier 2013 03:19

                          @ Pale Rider

                          En 1933, quand Hitler disait qu’il fallait exterminer les handicapés,

                          Parfaitement fallacieux ! L’article dit :

                          « Soit tout est relatif et notre démocratie ne nous protègera de rien, car la seule éthique démocratique est celle du nombre. Si, demain, le peuple souverain décide à la majorité que tuer son voisin est bien, alors ce sera bien »

                          Parler de la démocratie du 3ème Reich et du Peuple allemand souverain sous le nazisme...


                          Tout ce blabla ultra-réac se résume à la phrase d’Ivan Karamazov :

                          « Si Dieu n’existe pas tout est permis ! »

                          Autrement dit à nier qu’il puisse exister une morale laïque. Vieille stupidité ressassée ad nauseum par tous les nostalgiques de l’absolutisme ecclésiastique depuis la Révolution Française. Écoutez-le pleurnicher sur la « sécularisation »

                          Mais moi je trouve ça très bien la « sécularisation » ! Notre Père qui êtes aux cieux... Restez-y !

                          A quoi ça sert que Kant (parmi d’autres !) y se décarcasse alors ?


                          Quant à :

                          « Dans la société juive par exemple, le décalogue, avec le « tu ne tueras point », fixe des principes intangibles. » Mort de rire !

                          Vous en voulez des principes intangibles ? En voilà :

                          « Alors Moïse dit au peuple : Il faut que certains d’entre vous prennent leurs armes et aillent attaquer les Madianites, afin de leur infliger la punition décidée par le Seigneur. Désignez à cet effet mille combattants dans chaque tribu. On choisit dans les troupes d’Israël mille hommes par tribu, soit un total de douze mille soldats. Moïse les envoya tous au combat, accompagnés du prêtre Pinhas, fils d’Eléazar. Celui–ci emportait les objets sacrés, ainsi que les trompettes pour donner le signal du cri de guerre.

                          Ils attaquèrent le pays de Madian, comme le Seigneur en avait donné l’ordre par l’intermédiaire de Moïse, et y massacrèrent tous les hommes. Ils tuèrent aussi les cinq rois de Madian : Évi, Réquem, Sour, Hour et Réba, de même que Balaam, fils de Béor.

                          Ils firent prisonniers les femmes et les enfants des Madianites, et s’approprièrent leurs bêtes de somme, leurs troupeaux et tous leurs biens. Ils incendièrent leurs villes et leurs campements, puis s’en allèrent avec le butin, les gens et les bêtes dont ils s’étaient emparés. Ils amenèrent le tout au camp situé dans les plaines de Moab, près du Jourdain et en face de Jéricho, pour le présenter à Moïse, au prêtre Eléazar et à toute la communauté d’Israël. Moïse, Eléazar et les autres chefs de la communauté sortirent du camp pour les accueillir.

                          Moïse se mit en colère contre les commandants de régiments et de compagnies qui revenaient de cette campagne. Il leur dit : Quoi  ! vous avez laissé la vie aux femmes ! Vous le savez bien, pourtant, ce sont des femmes madianites qui, sur les conseils de Balaam, ont poussé les Israélites à commettre des fautes graves envers le Seigneur, lors de l’affaire de Péor ; et à la suite de cela un fléau s’est abattu sur le peuple du Seigneur.

                          Eh bien maintenant, tuez tous les garçons, de même que toutes les femmes qui ont été mariées. Mais vous pouvez garder pour vous toutes les filles encore vierges ».

                          Nombres 31:1-40

                          C’est assez intangible comme ça, ou vous en voulez encore une dose ?

                          L’Esprit du Seigneur s’empara de Jefté. Il parcourut la région de Galaad et le territoire de Manassé, puis il se rendit à Mispé en Galaad, pour passer dans le territoire des Ammonites. Il fit cette promesse solennelle au Seigneur : Si tu livres les Ammonites en mon pouvoir, je te consacrerai et t’offrirai en sacrifice complet la première personne qui sortira de ma maison pour venir à ma rencontre, lorsque je reviendrai victorieux de chez les Ammonites. Jefté franchit la frontière pour combattre les Ammonites et le Seigneur les lui livra. Jefté remporta une éclatante victoire, il s’empara de vingt localités situées entre Aroër, les alentours de Minnith et Abel–Keramim. Les Ammonites durent alors se soumettre aux Israélites.

                          Lorsque Jefté revint chez lui à Mispa, ce fut sa fille qui sortit à sa rencontre, en dansant au rythme des tambourins. Elle était sa fille unique, il n’avait pas d’autre enfant. Dès qu’il la vit, il déchira ses vêtements et s’écria : Ah ! ma fille, tu me plonges dans le malheur, tu es toi–même la cause de mon désespoir ! J’ai pris un engagement envers le Seigneur et je ne peux pas revenir sur ma promesse. Elle lui répondit : Si tu as pris un engagement envers le Seigneur, agis à mon égard comme tu le lui as promis puisqu’il t’a permis de te venger de tes ennemis ammonites.

                          Cependant, ajouta–t–elle, accorde–moi un délai de deux mois  ; je me rendrai sur les collines avec mes amies pour m’y lamenter de devoir mourir avant d’avoir été mariée.

                          Jefté lui donna la permission de partir pendant deux mois. Elle alla donc sur les collines avec ses amies se lamenter de devoir mourir avant d’avoir été mariée. Au bout des deux mois, elle retourna auprès de son père qui accomplit à son égard ce qu’il avait promis.

                          Elle mourut alors qu’elle était encore vierge. Dès lors, la coutume suivante s’est établie en Israël : chaque année, les femmes israélites vont pleurer pendant quatre jours sur le sort de la fille de Jefté, le Galaadite.

                          Juges chapitre 11 versets 29-40

                          Pour ceux qui ne seraient pas encore rassasié d’intangible, lisez le Pentateuque, vous en mangerez en vous en faire péter le bide de l’intangible !

                          C’est fatigant d’entendre encore aujourd’hui nous vanter la valeur morale de la Bible qui est un des livres les plus immoraux qui soit. D’ailleurs, l’Église médiévale ne s’y était pas trompée qui, jusqu’à Luther, interdisait sa lecture aux fidèles ; Elle était réservée aux clergé d’un certain rang.

                          Ce qui est vraiment affligeant c’est d’abord cet article ridicule — Qu’est-ce que Gödel vient foutre là-dedans ? A part jeter de la poudre aux yeux ! — mais aussi que tant de lecteurs le commentent sérieusement.


                        • Geneste 29 janvier 2013 09:33

                          @mike gallatsay

                          Vous commettez plusieurs erreurs dont voici un florilège... Non exhaustif.

                          Tout d’abord, mon texte vise à expliquer que l’intangibilité ne peut être que transcendantale et je prends le cas juif comme exemple. J’aurais pu en prendre d’autres. La référence à Gödel est évidente, puisque si l’on veut un système d’axiomes complets et cohérents, ce n’est pas possible. Il faut donc un principe supérieur qui règle cela et la transcendance est une quasi-nécessité dans un tel cas. Enfin, les nombreux exemples tirés de la Bible que vous citez sont à considérer selon deux voies : la première est le contexte historique te religieux de l’époque qui considère que le peuple juif est le peuple élu. Dans de telles circonstance, ne pas appliquer le décalogue à un peuple exogène n’est en aucun cas contradictoire de quoi que ce soit. On peut le regretter au nom d’un morale chrétienne, par exemple, mais dans la logique du judaïsme de l’Antiquité, ce ne peut être quelque contradiction que ce soit. On remarquera la sagesse du christianisme qui, lui, a étendu l’application du décalogue à l’ensemble de l’humanité. la deuxième voie est celle, classique et souvent volontaire, de la confusion entre des principes transcendantaux intangibles et « bons » et les hommes ou les institutions qu’ils constituent et sont censés les mettre en œuvre. Oui, les hommes et leurs institutions ne suivent pas les principes intangibles à la lettre. Et on peut le leur reprocher. Mais les principes, eux, restent intangibles et ce, parce que, justement, ils sont transcendantaux.


                        • Pale Rider Pale Rider 29 janvier 2013 10:29

                          @ mike gallantsay : Merci pour votre réflexion, qui est intelligente et honnête.

                          Je ne sais plus si c’est ici ou ailleurs que je parlais d’herméneutique, qui est l’art, difficile comme tous les arts, de distinguer ce qui est relatif à une époque de ce qui perdure. Je ne prétends pas que ce soit une science exacte (c’est un art), et c’est pourquoi il y a débat, dans le judéo-christianisme, pour savoir comment lire tel ou tel passage. Celui de Nb 31 que vous citez est exact, et particulièrement imbuvable. La seule remarque que je ferai, et que nous pouvons tester grandeur nature, c’est que nos discours et nos attitudes sont très liés à notre vécu. Il suffit que la guerre, ou la guerre civile se rapproche de nous, et les propos se durcissent. Ou que des joggeuses se fassent violer, ou que des enfants se fassent massacrer pour qu’on se sente des envies de guillotine. ça n’excuse pas le texte que vous citez, même si on sait que les Cananéens sacrifiaient leurs enfants à Moloch (mais dans ce cas, pourquoi, cher Moïse, les exterminer ?). Heureusement, les exterminations bibliques n’ont jamais été totales, puisque des Cananéens, des Philistins, etc., il en restait ! 
                          Maintenant, concernant l’homme, la femme, et la filiation, il y a des faits qui donnent raison non seulement à la Bible, mais à toutes les traditions anciennes et même à la science. Je vous renvoie vers une savoureuse et difficilement contestable video : http://www.youtube.com/watch?v=aAlkU3bRp2c&feature=youtu.be&nbsp ;

                        • mike gallantsay 29 janvier 2013 19:58

                          @ Geneste

                          Je commets certainement beaucoup d’erreurs, mais vous, vous avez un fier talent pour vous faufiler entre les lignes de votre propre texte. Je vous cite :

                          « Dans la société juive par exemple, le décalogue, avec le « tu ne tueras point », fixe des principes intangibles. »

                          Puis quand je cite un des multiples passages de la Bible faisant l’apologie des massacres, vous vous dérobez comme suit :

                          «  La première est le contexte historique te religieux de l’époque qui considère que le peuple juif est le peuple élu. Dans de telles circonstance, ne pas appliquer le décalogue à un peuple exogène n’est en aucun cas contradictoire de quoi que ce soit. »

                          Ah bon ? Mais le « principe intangible » était pourtant : « tu ne tueras point ! » et pas « « tu ne tueras point...de juifs  ! Mais les autres tu peux y aller ! » Qui relève très ordinairement de la bonne vieille logique tribale.

                          « Tu ne tueras point » mais tu appliqueras la peine de mort !  Tu ne tueras point » Mais tu lapideras la femme infidèle (pourtant juive, elle !) ou le sodomite :

                          « Le soleil se levait sur la terre quand Lot entra dans le Tsoar. Alors l’Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu ; ce fut l’Éternel lui-même qui envoya du ciel ce fléau »
                          (Genèse 18:20-21

                          voire même l’onaniste :

                          « Alors Juda dit à Onân : Va vers la femme de ton frère, remplis avec elle ton devoir de beau-frère et assure une postérité à ton frère. Cependant Onân savait que la postérité ne serait pas sienne et, chaque fois qu’il s’unissait à la femme de son frère, il laissait perdre à terre pour ne pas donner une postérité à son frère. Ce qu’il faisait déplut à Yahvé, qui le fit mourir lui aussi. » (Deutéronome 25,5)

                          Les Sages d’Israël condamnent vigoureusement l’onanisme, passible de la peine de mort et outrage au Créateur (traité Nidda 13b, où l’épisode d’Onan est cité afin de proscrire aussi bien la masturbation que le coït interrompu). (Wikipedia)

                          Autrement dit : « J’énonce un principe intangible que je suis le premier à transgresser, et t ’as intérêt à ne pas relever la contradiction si tu ne veux pas qu’il t’arrive des bricoles ! »


                          De surcroît votre ligne de défense « Tu ne tueras point...de juifs  ! » s’écroule face à la première lecture même superficielle :

                          « Les Israélites s’installèrent à Chittim. Là ils commencèrent à se livrer à la débauche avec des femmes moabites. Elles les entraînèrent à offrir des sacrifices à leurs dieux. Les Israélites partagèrent leurs repas sacrés et adorèrent leurs dieux.

                          Ils s’associèrent en particulier au culte du dieu Baal, de Péor, ce qui provoqua la colère du Seigneur contre eux.

                          Le Seigneur dit à Moïse  : Prends les chefs du peuple et fais–les pendre en ma présence, face au soleil alors l’ardente colère que je ressens envers vous s’apaisera. Moïse donna cet ordre aux responsables israélites : Que chacun de vous tue ceux de ses hommes qui se livrent au culte du Baal de Péor !

                          A ce moment–là un Israélite arriva parmi les siens, accompagné d’une Madianite. Moïse et toute la communauté d’Israël, qui pleuraient à l’entrée de la tente de la rencontre, les virent. Le prêtre Pinhas, fils d’Eléazar et petit–fils d’Aaron, se leva alors du milieu de la communauté et saisit une lance  ; il pénétra derrière l’homme dans la tente où il se rendait avec la Madianite et il les tua tous les deux d’un coup en plein ventre. »

                          Nombres 25:1-17


                          Non seulement on peut tuer des juifs, mais c’est même un ordre du Saigneur !


                          Dans la réalité du Monde, votre principe intangible a toujours été à géométrie variable, fondé ou non sur une transcendance.

                          « Tu ne tueras point » sauf à la guerre contre les ennemis du Roi, de la Patrie ou de la Révolution. « Tu ne tueras point » sauf les hérétiques et relaps comme ces salauds de Cathares, de parpaillots ou de youpins !

                          « Tu ne tueras point » sauf les infidèles mahométans pour délivrer le tombeau du Christ !

                          Et dans ce cas-là, le plus tu en tueras, le mieux sera !

                          Qu’est-ce qu’il y a d’intangible là-dedans ?


                          Assez habilement vous opérez une confusion vicieuse entre l’obéissance perinde ad cadaver aux soi-disants ordres de la divinité, et un principe supérieur qui permettrait de garantir la cohérences de toutes les règles morales, que vous assimilez très abusivement à des axiomes mathématiques ce qui vous permet de vous prévaloir de Gödel hors du champ la méta-mathématique dans le lequel il a une validité. Donc, je répète, poudre aux yeux !


                          Le seul principe intangible que l’on peut trouver dans la bible c’est qu’il faut obéir à Jéhovah quoi qu’il dise et quoi qu’il demande. Il est même recommandé de prévenir ses désirs, sachant qu’il a un goût assez prononcé pour le sang, puisque quand on désire quelque chose, le mieux c’est de lui offrir un sacrifice humain :

                          « L’Esprit du Seigneur s’empara de Jefté. Il parcourut la région de Galaad et le territoire de Manassé, puis il se rendit à Mispé en Galaad, pour passer dans le territoire des Ammonites. Il fit cette promesse solennelle au Seigneur : Si tu livres les Ammonites en mon pouvoir, je te consacrerai et t’offrirai en sacrifice complet la première personne qui sortira de ma maison pour venir à ma rencontre, lorsque je reviendrai victorieux de chez les Ammonites »

                          Manque de pot, ou plutôt témoignage du sadisme de l’Intangible :

                          « Lorsque Jefté revint chez lui à Mispa, ce fut sa fille qui sortit à sa rencontre, en dansant au rythme des tambourins. Elle était sa fille unique, il n’avait pas d’autre enfant. Dès qu’il la vit, il déchira ses vêtements et s’écria : Ah ! ma fille, tu me plonges dans le malheur, tu es toi–même la cause de mon désespoir ! J’ai pris un engagement envers le Seigneur et je ne peux pas revenir sur ma promesse.

                          Elle lui répondit : Si tu as pris un engagement envers le Seigneur, agis à mon égard comme tu le lui as promis puisqu’il t’a permis de te venger de tes ennemis ammonites. »

                          Juges chapitre 11 versets 29-40

                          Nous sommes donc, non pas comme vous voulez le faire croire face à un principe supérieur qui permettrait de fonder des lois morales, mais devant l’abjecte obéissance à la loi du plus fort ;

                          Donc :

                          1. Il est faux de dire que les manquements au Décalogue ne s’appliqueraient qu’aux « peuples exogènes », comme vous dites. En réalité nous sommes simplement dans le règne du bon plaisir absolu.

                          2. Il est parfaitement possible de fonder des lois morales sur le simple exercice de la raison (Voir Kant, bien sûr, mais aussi bien Épicure ou Lucrèce) et nous n’avons nul besoin d’une transcendance, euphémisme délicat pour ne pas dire obéissance aux ordres divins pour ne pas nous conduire comme des porcs ou des bêtes fauves.

                          « La condition première de toute Critique est la critique de la Religion ! »

                          Karl Marx ; L’Idéologie Allemande.


                        • captain beefheart 3 février 2013 16:01

                          Tout à,fait d’accord avec Gallantsay,et je dirai même plus : Jehova,Jahweh si vous voulez ,est un gros con à éviter. C’est Elohim qu’il faut voir.(Genesis 1,1)

                          Pour prendre la drogue en exemple ,comme fait l’auteur de l’article ,ça ne me convainc pas du tout,l’état naturel du monde étant que toutes les plantes sont libres,et que l’interdiction de certaines sont le fruit de lobbying ,de manipulations par des malintentionnés.


                        • tuffgong56 tuffgong56 28 janvier 2013 13:20

                          Je ne suis que moyennement d’accord, il est vrai que les bonnes questions n’ont pas été posé et que Mme Tabarot n’a pas eu l’occasion de donner son avis sur différents sujets de société mais pour bien connaitre un responsable politique il faut connaitre son passé et donc le passé de ses parents, c’est ce que je pense. Et de toute façon Mme Tabarot ne m’a pas donné envie de connaitre son avis, elle est une caricature de la politique, sourire forcée, gestes et statures calculés, langues de bois, elle ne dit que ce qu’on lui a dit de dire, en bref rien de sincère et d’honnête, de la politique robotisé... circulez il n’y a rien a voir.


                          • Jean Yanne Jean Yanne 28 janvier 2013 14:23

                            Je ne regarde plus et depuis longtemps , les émissions où ce gros rigolard primaire plastronne sa suffisance .


                            Emissions populistes par excellence , démagogues , incapables de creuser plus avant les idées .

                            Je ne connais pas cette dame interrogée par la nouvelle gestapo de la pensée unique , elle n’aurait pas dû accepter cette participation .

                            Par contre , il m’intéresserait de savoir .... 50 ans après , l’Histoire de l’OAS , les raisons de sa création , les causes qui lui ont donné naissance et le rôle qu’ont joué les partis actuels dans sa création .

                            Autant qu’il m’en souvienne , l’OAS a été créée après la haute trahison de De Gaulle et son mensonge public et patent ! 
                            50 ans après ,il serait intéressant d’avoir l’avis de ses membres et de leur donner la parole pour qu’ils s’expliquent et expliquent leur vision des choses au peuple Français !

                            • Sword 28 janvier 2013 20:46

                              Certes, mais je crains fort que vous n’ayez pas la réponse escomptée, car ceux de ce complot qui sont encore en vie, figurent toujours dans les arcanes politiques et ses services.
                              A moins, que l’un d’entre eux ne se mettent subitement à table pour sortir de l’ombre...
                              Mais cet hypothétique rebondissement serait forcément fallacieux...


                            • Aldous Aldous 28 janvier 2013 14:50

                              J’étais devant mon téléviseur assez tard,

                              Erreur de débutant ! smiley

                              Jetes le...


                              • 65beve 28 janvier 2013 16:54

                                A tous les culs coincés de ce post :

                                Ne ratez sous aucun prétexte les émissions religieuses du dimanche matin sur F2.
                                ça commence en général par le rugby et ça finit par du bouddhisme.
                                Si si, votre moral va remonter en flèche.

                                cdlt.


                                • Aldous Aldous 28 janvier 2013 16:58

                                  il existe un monde en dehors de la tv beve... smiley




                                • 65beve 28 janvier 2013 17:24

                                  Aldous,

                                  Dieu merci, c’est vrai.
                                  Je ne suis pas téléphage.
                                  je garde ça pour la maison de retraite quand je n’aurai plus rien d’autre à faire.
                                  cdlt.


                                • chmoll chmoll 28 janvier 2013 17:10

                                  si 90% des frenchies étaient pour la mariage et adoption des homos

                                  Une Merde pour Tous serait pour
                                  si c’est 90% étaient contre ,Une Merde pour Tous serait contre

                                  pasque Une Merde pour Tous , bouffe tous les rateliers ,même dans l’assiette du Fhaine

                                  où ça lui rapporte à Une Merde pour Tous , elle vas y bouffer


                                  • pierrot pierrot 28 janvier 2013 18:25

                                    Madame Tabarot est une habituée des propos un peu « musclés », donc dans ce cas il est naturel d’avoir des réactions inverses.
                                    Quant on crache en l’air ...


                                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 janvier 2013 19:07

                                      Salut Geneste,


                                      C’est pourtant simple, nous avons les meilleurs : journalistes, chroniqueurs télé, et hommes politiques, … ce qui fait que normalement nous devrions vivre dans un pays de rêve !

                                      Manque de pot, je pense que ce n’est pas la cas, comme dit l’autre chercher l’erreur !!


                                      @+ P@py


                                      • Pelletier Jean Pelletier Jean 28 janvier 2013 19:11

                                        @l’auteur,


                                        Vous n’êtes pas juste ,la question posée à Mme Tabarot était condamnez vous l’OAS, comme organisation terroriste.... et non pas condamnez vous votre père. Nuance ! C’est en tant que secrétaire générale de l’UMP que la question lui a été posée...
                                        Et elle a refusé de répondre, c’est encourageant pour ceux qui s’interroge encore sur les dérives extrêmistes de l’UMP.


                                        • Sword 28 janvier 2013 20:33

                                          Votre analyse de cette émission parfois affligeante est en effet justifie, mais la chute m’a beaucoup déçu, car ce qui est le plus affligeant, c’est de parler de ce que l’on ne connais que par des préjugés.
                                          Je parle bien sur de « la drogue » rien que le fait du mot « drogue » signifie que vous n’en connaissez absolument rien pour n’en évoquer qu’une seule, dans ce terme sensée en représenter plusieurs.

                                          Non monsieur, le progressisme ce n’est pas de ressortir une idéologie ringarde pour criminaliser les drogues, comme l’on fait ces imbéciles de l’UMP en ressortant d’un grenier poussiéreux une prohibition qui aujourd’hui à tué des centaines de gens dans nos cités.
                                          De plus, vous critiquez Mr Peillon, mais son dérapage sur le Cannabis était tout à fait légitime, car cette prohibition est un fléau sociétal criminogène et dangereux pour l’équilibre de notre pays, et à sa place, c’est ce que j’aurais répondu aux vierges effarouchées .

                                          Le progrès, ce n’est surement pas de condamner un tiers d’une population constitué de 65 millions d’individus parce qu’il consomme une plante agréable à son bien-être, sachant qu’aucun de ses usages n’a causé de tors à à la société. 
                                          En tout cas, bien moins que la drogue légale : l’alcool et son cortège de décès annuels !

                                          Que vous soyez contre, cela ne vous permet pas d’associer votre position à une convention collective érigée en évidence, alors que tout le monde ne la partage pas. Car si la légalisation de nos voisins vous dérange, sachez qu’en France nous (les citoyens) avons décidés de légaliser aussi, ne serait-ce que pour mettre un terme aux trafics et aux notables véreux qui profitent grassement d’une loi raciste américaine importée chez nous en 1970 .

                                          Si cette situation vous satisfait, n’oubliez pas qu’un jour la balle perdue d’un règlement de compte pourrait croiser votre chemin. Alors peut-être maudirez-vous cette politique utopique comme certains de ces parents qui auraient préférés que leurs ados fument des fleurs plutôt que d’aller leur en offrir au cimetière.

                                          Compte tenu de la gravité de cette situation, le mieux s’est l’omerta, d’ailleurs même le gouvernement ne souhaite pas en parler, faites en autant par respect pour ceux qui ont perdus la vie,..


                                          • Geneste 28 janvier 2013 21:23

                                            Je ne partage absolument pas votre avis sur la drogue. Pour cela, je me réfère à l’académie de médecine qui, en substance, explique qu’il n’y a pas des drogues dures et douces, mais des drogues, qui, quelles qu’elles soient, détruisent l’être humain. Votre argument de la légalisation pour arrêter le trafic est fallacieux. Si l’on veut vraiment arrêter le trafic, il suffit de s’en donner les moyens. Il y a bien des sujets sur lesquels on s’est donné les moyens, pourquoi pas pour celui-là ? Je partage donc en partie votre point de vue sur ce point très particulier : si l’Etat, de gauche ou de droite, ne lutte pas efficacement contre le fléau de la drogue en combattant sans merci les criminels qui la vendent, c’est que la majorité de ses constituants en profite en monnaie sonnante et trébuchante. Pour le reste, la drogue tue, vous le dites vous-même et il faut faire un guerre sans merci contre ce trafic ainsi que pénaliser lourdement les consommateurs.


                                          • lulupipistrelle 28 janvier 2013 21:18

                                            Vous n’ êtes pas du tout... 

                                            Michelle Tabarot est lesbienne, c’est de notoriété publique, au moins dans sa sous-préfecture.. et ce crétin de Ruquier, l’homo de service a dû essayer de la piéger. 

                                            • cogno4 28 janvier 2013 22:01

                                              Et s’il faut être progressiste comme monsieur Ruquier le souhaite, pourquoi ne pas directement proposer de la drogue dure en vente libre pour l’injecter dans les biberons et ainsi éviter les pleurs des enfants en bas âge ?

                                              Et allez, le même raisonnement de mongol que ceux pour qui le mariage homo déboule sur le mariage avec des chêvres..
                                              Expliquez moi comment vous pouvez penser que sortir un truc aussi débile va vous servir ?

                                              Me suis arrêté la dans la lecture, des propos comme vous les tenez sont dignes de la propagande frontiste, grossir le trait pour faire rire grassement sa horde de supporter, et ainsi éviter de réfléchir.

                                              Pour cela, je me réfère à l’académie de médecine qui, en substance, explique qu’il n’y a pas des drogues dures et douces, mais des drogues, qui, quelles qu’elles soient, détruisent l’être humain.

                                              Bien alors allez au bout de votre raisonnement autiste de posture, et enfermez tous les pharmaciens, trainez les labos pharmaceutiques devant les tribunaux pour empoisonnement et vente de drogues dures, envoyez la moitié de ma population en désintox.

                                              Vous êtes ridicule !


                                              • cogno4 28 janvier 2013 22:02

                                                Pardon, j’aurai du dire.... affligeant !


                                              • WeaPon-X WeaPon-X 29 janvier 2013 02:52

                                                C’est quoi cette académie de « médecine » à 2 balles, ils les prennent ou leurs sujets d’etude ?

                                                Il faut signer ou pour être cobaye ?

                                                J’ai bientôt 40 ans et je fumais (résolution au jour de l’an 2013 d’arrêter) du shit ou de la beuh depuis l’age de 14 ans, je n’ai franchement pas eu de soucis d’ordre familial, cérébral, social ou professionnel et je ne peux en dire autant sur les drogues que moi je qualifie de durs tel que alcool, héroïne, cocaïne, antidépresseur ou autres médicaments pour avoir vu les ravages sur des proches, et je ne parle pas de celles que je n’ai pas côtoyées. 
                                                Donc soit on arrête toutes productions de toutes drogues, soit on ferme sa bouche quand on ne sait pas de quoi on parle.

                                                Maintenant sur le fait qu’il serait bien de mettre en place des bases communes sur le comment faire pour vivre ensemble malgré nos différences d’ordre culturelles, éducationnelles ou « instructionnelles », j’aime bien la seconde table de loi relative au prochain

                                                5. Honore ton père et ta mère.
                                                6. Tu ne commettras pas de meurtre. Et pourtant certains mériterais qu’on leurs coupe la tête (Les financiers et les politiques pour ma part).
                                                7. Tu ne commettras pas d’adultère, ou branle toi en pensant à ton âme soeur.
                                                8. Tu ne commettras pas de vol.
                                                9. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
                                                10. Tu ne jalouseras pas ton prochain.

                                                J’aimerais bien ajouter un point sur l’abolition de la monnaie et un autre sur le respect de soi et des autres (mais c’est un vaste débat que le respect)

                                                • Pale Rider Pale Rider 29 janvier 2013 10:37

                                                  @WeaPon-X : Pas mal, mais encore un effort ! Car vous êtes symptomatique de notre époque, qui veut bien de la 2e partie du Décalogue, mais sans la référer à la 1ère partie qui renvoie à Dieu. Or, c’est l’amour et le respect de Dieu qui fondent le respect du prochain. 

                                                  Je suis résolument laïc, mais je regrette que les laïcs, souvent, ne veuillent plus voir ce que les Lumières ou la Charte de l’ONU doivent au Décalogue. 
                                                  Et la meilleure preuve, c’est que la Charte de l’ONU est contestée par l’islam et par les Chinois ! Les premiers jouent les droits de Dieu contre les Droits de l’homme ; les autres, c’est le contraire. 
                                                  La Bible maintient l’équilibre entre les deux, comme Jésus le rappelle fortement et en peu de mots dans Matthieu 22.34-40.
                                                  Merci pour cette occasion d’affiner notre réflexion.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès