Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Agriculture : Les contes défaits

Agriculture : Les contes défaits

Entre les livres pour enfants, les contes, l’infantilisation publicitaire, et la propension naturelle au passéisme, l’agriculture dans l’imaginaire des citadins est souvent à des années lumière de la réalité. Qui elle n’est pas forcément rose. L’explication de la hausse du prix des matières premières s’empêtre dans ces clichés.

Une poule sur un mur qui picotait du pain dur ..., un cochon qui barbotte dans la mare, la vache dans les près et les lapins grignotant leurs carottes, ce sont des clichés de la ferme de notre enfance ? Pas si sûr ! De Paris, à Gentilly, à Asnières, à Athis-Mons, à Fontainbleau... je n’en finis pas de croiser des cadres, des profs, des intellectuels qui sont pas loin de penser que c’est ainsi que l’élevage se pratique ! Démonstration !

En tant qu’agronome, on m’interpelle sur les causes de la hausse des matières premières et l’on me taquine sur les agrocarburants. Et mes amis ou mes relations sont bien souvent tentés de crier avec les loups "Casse cou l’éthanol et le diester ! " - "L’agriculture affame le monde"... ou au mieux qui doutent du bien fondé des bio-énergies. Des affirmations prononcées parfois alors qu’ils garent leur 4x4 dans une rue de la capitale ! Mais à force de patience, j’arrive à leur glisser en forme de provocation "n’oubliez pas aussi celui qui met dorénavant une patte de poulet dans son riz" !

Mais quel est le rapport entre le poulet et les céréales, s’écrient-ils ! La vérité les laisse pantois, les poulets consomment donc du blé ? La majeure partie des céréales consommées en France est le fait de l’alimentation animale ? Ces deux faits sont souvent une révélation décevante pour mes interlocuteurs. La plupart d’entre-eux ne s’est jamais posée la question de savoir comment était produite la viande. Bien entendu, tous on entendu parler des poulets en batterie, des élevages de porc en Bretagne… mais leur information est fragmentée. Qui se soucie de ce mange la poule pourvu qu’elle ne soit pas trop serrée ! Les citadins pensent-ils encore que les vaches mangent de l’herbe, que les cochons boivent l’eau de la mare et que les poulets picorent dans la cour de la ferme ! Sans doute un peu, aidés en cela par l’imaginaire des publicités, produites souvent pour des coopératives agricoles !

On se rappelle alors une ancienne pub "c’est ki fo l’attraper l’animal", nous confiait un gros balourd, censé incarner un éleveur de poulets label ! Malheureusement, le poulet ne court plus beaucoup. Idem avec le camembert, un vieux rustre qui ne veut pas donner de suite sa fille en mariage est censé symboliser l’éleveur et la lente maturation du fromage ! Toutefois, cela ne semble gêner personne !

Le 8 juillet va se décider le sort de l’Aficar, agence créée par les Pouvoirs Public pour soutenir l’image et la communication du monde agricole. Mais son sort est entre les mains des producteurs qui rechignent à l’abonder. Pourtant il va falloir l’attraper l’animal !!! Car il a déjà beaucoup couru. La distance qui sépare l’agriculture de la société civile, il va falloir cavaler pour la réduire. Ce ne sont pas les moyens qui manquent, le montant total des publicités financées par des fonds interprofessionnels atteint au moins 150millions d’euros. L’Aficar se contenterait bien de 5% de cette manne ! Mais la volonté des diverses familles agricoles de verser au pot commun est ténue ! Après tout, on a l’image qu’on mérite !

copyright : André Perchet - reproduction - plagiat interdits


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • geo63 28 juin 2008 16:19

    Votre court article contient beaucoup de clichés, vous êtes vraiment entouré de benêts... 

     Au moins pour une certaine tranche d’âge (la mienne en particulier), beaucoup ont très bien connu la campagne avant la ville. Sans doute pour les petits citadins de maintenant (mes petits-enfants par exemple), les choses sont moins claires...mais quand même !

    Quant à la publicité totalement imbécile, c’est la corporation qui devrait réagir...la dernière pub sur le couple de la ville qui découvre la traite des chèvres est affligeante, pour démontrer quoi ?

     


    • jcm jcm 28 juin 2008 19:42

      @ l’auteur :

       

      Vous écrivez : "Les citadins pensent-ils encore que les vaches mangent de l’herbe..." eh bien c’est drôle, il serait nettement mieux qu’elles soient effectivement nourries d’herbe : "Vaches à lait" !


      • barrere 28 juin 2008 20:36

        MES vaches mangent exclusivement de l’herbe plus de la moitié de l’année, le reste du temps du foin , donc de l’herbe séchée, et de l’ensilage de maïs.........


        • foufouille foufouille 28 juin 2008 22:18

          l’auteur voulait certainement parler de la bouffe chimique des hyper


          • faxtronic faxtronic 29 juin 2008 11:03

            Quand tu parle de grosse vache, tu pense a Christine Boutin ?


            • JL JL 29 juin 2008 14:22

              Je n’ai rien compris ! Outre que ce billet est écrit à la va vite, l’auteur semble s’adresser à des initiés : Comprenne qui pourra, dans ce texte qui hésite entre le second degré et la langue de bois !


              • Radix Radix 29 juin 2008 16:05

                Bonjour

                Ecrire sur l’ignorance d’un microcosme parisien en le généralisant à l’ensemble de la population témoigne d’une étroitesse d’esprit... très agricole !

                Radix

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès