Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Aimé Césaire : la fin de la « trêve » négritudienne ?

Aimé Césaire : la fin de la « trêve » négritudienne ?

L’écrivain, poète et homme politique français d’origine martiniquaise est décédé jeudi 17 avril 2008. La disparition de cet homme, l’un des premiers chantres de la négritude pose, encore, le vieux problème, sans cesse ressassé, de la construction de l’identité africaine dans un monde dynamique.

La négritude césairenne : le combat d’un révolutionnaire controversé

Le mouvement de la négritude est apparu au grand public sous les traits du journal Légitime Défense en 1932 à Paris. A l’initiative de jeunes étudiants martiniquais ce journal qui n’est paru qu’une seule fois, prêche la libération d’un style d’écriture et d’une identité violée : celle des Africains. Pour césaire : « La négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noirs, de notre histoire et de notre culture ». Comme il le dit lui-même : « Ma bouche sera la bouche des malheureux qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. » A la fois phénomène civilisationel et historique, la négritude trouve avec Césaire une approche difficile, complexe, parfois brutale. Contrairement à Damas qui aborde la question de l’identité africaine sous une approche plus diplomatique, Césaire met le doigt sur la plaie sans complaisance. Au point d’indisposer ses compatriotes et d’agacer la métropole.

Dans ses œuvres Césaire s’est lancé dans la construction d’une identité qui restitue aux Africains toute leur spécificité ontologique. Fin psychologue il a invité la communauté noire à un examen de conscience impartial pour regarder en face, sans faux fuyants, son identité. En effet, à une époque d’échanges entre les peuples, les dérives de l’acculturation. Le poète iconoclaste ramène à l’ordre ces Noirs blancs ou Blancs noirs qui refusent d’afficher « leurs cheveux crépus », de « bâiller sans tralalas », de boire « l’eau de coco qui faisait glouglou dans mon ventre au réveil ». Durant toute sa vie il a mené la vie dure aux Africains qui refusent leur « négritude ». Tournant le dos à l’élite aliéné, le « bâtard » qui n’a plus de peau, plus de couleur, il a refusé le projet hégémonique de la colonie. Il a marqué un bémol à la logique de « séances de swing », de « lâchage », de « léchage » et de « lèche ».

L’on serait tenté de confiner l’œuvre de Césaire dans le registre du discours victimaire. Celui qui fait l’éloge d’un être tourmenté par son vis-à-vis. Victime passive et consentante d’un sacrifice expiatoire consacré sur l’autel de la folie du développement de nations vautours. L’écriture de Césaire est plutôt celle d’une communauté qui s’engage à sortir de sa condition en mobilisant ses ressources endogènes.

Que vaut la négritude aujourd’hui ?

Le mouvement de la négritude a tout son sens aujourd’hui. Les nombreuses crises qui traversent la plupart de nos sociétés trouvent leurs origines dans la perturbation de l’identité. Inconstante, celle-ci bouge, se déconstruit au contact des opportunités. Ainsi, l’identité peut revêtir autant de formes que de situations. D’où la difficulté à régler certains conflits armés et/ou politiques. Des communautés qui ont vécu en parfaite intelligence pendant de longues années entreront en conflit si les ressources (terres cultivables, eaux, énergie, mines, etc.) diminuent. Les logiques de conquête, conservation, renforcement ou élargissement de pouvoir de contrôle de ces ressources font le lit d’une vision manichéenne des relations. C’est l’installation d’un JE et d’un NOUS qui excluent les EUX et les VOUS. Ce qui bien évidemment empêche la construction d’un dialogue des cultures que Césaire portait en lui comme une estampille en adoptant la nationalité française. Il était l’un des nombreux exemples du métis, cet être pluriel qui bouge et circule entre plusieurs identités.

La nouvelle négritude, celle d’aujourd’hui, fait la synthèse des valeurs africaines avec celles des apports étrangers. L’Afrique ne remportera pas seule le combat du développement. Pour se faire, il faut répudier les clichés construits autour de la négritude. Il est temps de décoloniser la négritude en lui « donnant la chance de se mouvoir » pour entrevoir des perspectives globales qui s’affranchissent des frontières temporels. L’accession des Etats africains à l’indépendance de même que la participation à certaines activités de l’ONU ne signifient pas la fin de la négritude. Il s’agit de l’ajuster, de l’adapter aux nouveaux défis qui se posent à nous. Pour ne pas sonner la fin de la « trêve ».


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 7 mai 2008 12:43

    TRIBU KA

    http://www.seba-wsr.com/

    Voila l’heritage de Cesaire,


    • JPC45 7 mai 2008 13:40

      Je ne suis pas un fanatique de toute ces notions de négritude mais on ne peut pas comprendre l’importance de Césaire si on ne connaît pas le poids, encore aujourd’hui, de l’esclavage dans les esprits des antillais.


    • JPC45 7 mai 2008 14:27

      Je ne parle pas de repentance.

      Mais les faits sont là, la société antillaise est profondément marquée par l’esclavage et il reste une espèce de complexe d’inferiorité face au blanc. La plupart du temps c’est inconscient. c’est dans ce cadre là qu’il faut comprendre la négritude

       


    • delicemetis 7 mai 2008 16:11

      S’il vous plait ne confondez pas ces intégristes stupides avec le reste de la population noire.

      Aux antilles Aimé Césaire n’était pas si populaire que ça, pour une simple raison, à l’origine les antillais ont toujours voté à droite et Césaire était un communiste invétéré.

      Bref, les antillais sont certes marqués par l’esclavage, mais je pense encore plus par le manque de considération de la Métropole.

      Et ce que nous avons, ce n’est pas un complexe d’infériorité mais un complexe d’égalité car nous nous savons égaux mais pas traités comme tels.


      • faxtronic faxtronic 7 mai 2008 16:50

        "le manque de considération de la Métropole" qu’entendez vous par la ? C’est vague comme terme.


      • faxtronic faxtronic 7 mai 2008 16:52

        Et puis delicemetis, que je sache tu es parisienne.


      • JPC45 7 mai 2008 21:45

        En Martinique, il été très populaire. En Guadeloupe, peut être moins. Quand vous dites que les antillais ont voté à droite, pourtant il y a qq députés PS...

        Il ya de mon point de vu un complexe d’infériorité face à ce qui est blanc (combien de temps le créole n’était pas bien vu au sein des familles ? pourquoi un enfant chabin est plus beau qu’un enfant noir, etc)


      • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 8 mai 2008 11:05

        La trève négritudienne n’a existé que pour une seule raison : la France a toujours soutenu les dictatures africaines. Donc les populations colonisées n’ont jamais pu réellement amorcer l’ombre d’une décolonisation. Lorsque le grand esclavagiste-raciste Charles De Gaulle à donné les "indépendances" aux colonies africaines dans les années 60, c’était un leurre. La colonisation n’a jamais cessé et elle continue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès