Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Société > Allocation universelle ou Arlésienne universelle ?

Allocation universelle ou Arlésienne universelle ?

Le 6 janvier dernier, le Conseil national du numérique (CNNUM) a remis à la ministre du Travail Myriam El Khomri un rapport « Travail, emploi, numérique » qui propose, dans sa recommandation n°20, « l’accompagnement des territoires expérimentant des formes diverses de revenus de base ». Depuis 1516, ce projet transformateur est promu par des penseurs, des « rêveurs éveillés », des activistes et des décideurs de bonne volonté : le revenu d’existence pour tous n’est plus une vue de l’esprit… Enfin, pas plus que le dogme d’un « plein emploi » et d’une « croissance » introuvables, comme le rappellent les « économistes » dignes de ce nom ou comme le démontre l’avant-dernier dossier du bimensuel Nexus…

Le « travail » (ou son absence…) semble une source d’angoisse permanente chez nos contemporains voués dès leur plus jeune âge à une implacable course à « l’emploi » alors que l’automatisation de la production est censée les en libérer... L’instauration d’un revenu d’existence pour tous permettrait de dédramatiser l’enjeu d’un « travail » de plus en plus introuvable ou oppressant pour les victimes du « management par la peur », d’éviter une épidémie de dépressions voire de suicides – et d’épargner au personnel politique d’avoir à se faire élire sur la sempiternelle promesse de « lutte contre le chômage ». Cela épargnerait aussi au « débat public » d’autres escroqueries comme la promesse d’une loi mettant « hors la loi le chômage des jeunes » agitée par des bateleurs d’estrade sans foi ni loi…

 

« Passer de la dette au don »

Voilà cinq siècles, l’humaniste anglais Thomas More prônait un revenu d’existence pour les gueux – ne serait-ce que pour les soustraire à la tentation de la délinquance… Depuis, l’idée a fait son chemin et suscité un « mouvement social » international ainsi qu’une avalanche éditoriale…

Le Cogito « Je touche un salaire donc je suis » qui a marqué notre vie en commun depuis un siècle ne fait plus société, ne serait-ce qu’en raison de la raréfaction du travail rémunéré qui met les individus en « compétition » effrénée sur un « marché du travail » engorgé… Qu’est-ce qui justifie, au fond, cette guerre que chacun est sommé de livrer contre tous au nom de la « compétitivité » ? se demande David Dennery, le directeur de la publication de Nexus. Le bimestriel consacre un dossier à « la nature du lien que nous entretenons entre revenu et activité » : « Une fois gratifiés par nos parents du merveilleux cadeau que la vie est censée représenter, nous nous retrouvons pétris de l’idée qu’il nous faut la « mériter » et la « gagner », notre vie. Avec une nature si généreuse qu’elle permet à 3% d’agriculteurs de nourrir une population entière, est-ce bien raisonnable de s’empoisonner la vie avec ce genre de chose ? L’énergie fossile ou électrique qui démode le recours à l’effort musculaire ne profiterait qu’aux actionnaires ? L’alternative : un revenu de base, offert sans condition à tous. Le plus surprenant, une fois franchi le pas du « il n’y aura pas assez pour tout le monde », c’est qu’on a bien du mal à comprendre ce qui justifie tant cette « compétition » à laquelle nous nous plions. Ainsi que le faisait remarquer malicieusement Boris Vian, « le paradoxe du travail, c’est que l’on ne travaille, en fin de compte, que le supprimer. ».

Coordonateur du dossier, Edouard Ballot s’étonne qu’un nouveau-né soit accueilli en France par une « dette publique de base d’environ 30 000 euros » : « Quel cadeau de bienvenue ! L’énormité des dettes publiques est un argument facile contre le revenu (et la dot) d’existence. Argument fallacieux, en premier lieu si on l’envisage non comme une dette, au même titre que le « don de la nature » qui est à la source de tout, absolument tout le système économique. L’argent – et la dette – n’est pas LE problème (…) Le choix du revenu d’existence relève avant tout d’une volonté politique et d’une organisation plus intelligente des richesses. ».

« Pourquoi chacun n’a-t-il pas déjà un revenu de base ? » interroge l’activiste Scott Santens qui, sur sa plateforme de parrainage Patreon, arrive à en réunir l’équivalent mensuel : « Parce que c’est mauvais pour les gens de vivre sans devoir prouver qu’ils le méritent ? Parce que dans un monde où 1% de la population possède autant de richesses que les 99%, nous ne pouvons pas nous l’offrir ? Avons-nous tous le droit de vivre, ou non ? ».

 

De la précarité subie à la mobilité choisie

Barb Jacobson, responsable du réseau européen en faveur d’un revenu de base inconditionnel rappelle : « Le revenu de base ferait disparaître ces « barrières à l’emploi » dont les politiciens aiment tant parler, et agirait en sorte que les mesures de flexibilité du travail ne jouent plus contre les gens mais en leur faveur. ».

 Son instauration permettrait de passer de l’actuel modèle de précarité subie à un autre modèle de « mobilité choisie » qui ne condamnerait plus des millions d’ « inactifs » surnuméraires à un pesant sentiment d’inutilité sociale – mais refonderait un socle de confiance pour une société enfin fonctionnelle…

Pour Paul Ariès, le revenu pour tous fait « le pari qu’il est possible de sécuriser les gens au maximum sur le plan économique afin de permettre à chacun de vivre dignement même sans travail – même sans emploi ce n’est pas la fin du travail mais la possibilité d’un meilleur partage du travail et d’une exigence plus grande sur son utilité ». Ainsi, pour le rédacteur en chef des Z’indigné(e)s !, nous pourrions passer « d’une société du chacun pour soi à une société du partage, d’une société où tout devient marchand à une société où l’essentiel devient gratuité »…

Pour l’économiste Riccardo Petrella, « un revenu de base garanti serait un moyen formidable de régulation des flux migratoires » - « il faudrait pour cela que les pays d’où sortent les migrants se laissent convaincre de le mettre en place chez eux aussi »…

En conclusion, Edouard Ballot rappelle les « perdants » du nouveau système – « les familles bénéficiant d’un revenu et d’allocations familiales élevés ainsi que les retraites au-dessus de 2000 euros » : « En revanche, la très grande majorité des salariés est gagnante du fait de l’application d’un prélèvement sur le travail plus modéré que l’actuel. Ce qui laisse donc de la marge pour une progressivité de l’imposition sur le travail et le capital. ».

 

En Finlande : le dilemme

Dans Alternatives économiques, Denis Clerc analyse l’expérience finlandaise qui sera mise en place en 2017 : un montant de 800 euros mensuels impliquerait de « renoncer à la totalité de la protection sociale finlandaise (et donc de recourir à des systèmes d’assurance privées pour ceux qui en auraient les moyens) - et de dire adieu à l’espoir de retraites liées aux cotisations déjà versées » : « C’est là le dilemme du revenu de base : élevé, il n’est pas finançable ; faible, il risque d’appauvrir la partie de la population la moins bien lotie, privée de prestations les plus redistributives (comme l’allocation logement ou le RSA) (…) C’est le paradoxe de cette idée : elle est séduisante car qui ne se réjouirait de percevoir chaque mois une somme permettant de vivre, du moins de choisir ? Mais beaucoup, persuadés que ce revenu s’ajoutera à ceux qu’ils perçoivent, ne voient pas qu’il viendra en partie ou en totalité s’y substituer. (…) Une seule chose est certaine : avec le revenu de base, la protection sociale, qui repose sur le principe « à chacun selon ses besoins », cèdera la place à un système où tout le monde devra se débrouiller avec la même somme. Et c’est sans doute pourquoi l’expérimentation est lancée par un gouvernement libéral. ».

D’ores et déjà, des experts comme le juriste Alain Suppiot, professeur au Collège de France, invitent à prendre acte d’une fin probable du salariat induite par la numérisation de nos vies : « Le travail ne peut ni ne doit être réduit à la forme historique particulière qu’il a prise dans les sociétés industrielles depuis le XIXe siècle, c’est-à-dire l’emploi salarié à plein temps. La forme salariée n’est qu’un moment de la longue histoire du travail. ».

Pour l’un de ses plus ardents promoteurs outre-Rhin, Götz Werner, le fondateur de la chaîne de magasins dm (Drogeriemärkte), « le revenu de base inconditionnel est une forme d’organisation sociale d’un crédit de confiance réciproque » - ainsi, « libéré de la peur existentielle, on pourrait extraire la seule matière première du XXIe siècle durablement utilisable, la créativité » (1). Ainsi, l’économie de demain, purgée de tout ce qui la plombait, aurait la valeur, le prix, la légèreté, la réactivité voire le génie de ce qui la portera, des idées qui l’irrigueront non pas pour l’enrichissement de quelques uns mais, comme le rappelait Marc Halévy (2) pour l’enrichissement « de la vie par la joie de tous ».

 

  1. Götz Werner & Adrienne Goehler, 1000 € pour chacun, Liberté Egalité Revenu de base, 2013

  2. Marc Halévy, Vers une autre économie, Dangles, 2012

     


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 janvier 10:16

    Le Projet Socio-Économique ci-dessous bénéficie de
    l’accord intellectuel et du soutien moral de
    Jacques SAPIR,
    Économiste.

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    INTRODUCTION :

    Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.
    Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
    Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.

    ¿ Et si la majorité des Français(es) adoptait un paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?

    Cependant, au
    Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
    on peut préférer le
    Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme

    ​​Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    Lire le lien, SVP :

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel ​financées ​par l’Épargne.
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/47/56/Refondation_du_Capitalisme_et_Dividende_Uni versel_Sincerite.pdf

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    RÉSUMÉ :

    Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

    Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

    Objectif Principal :
    Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
    Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
    Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

    Objectifs Spécifiques :
    I)
    Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
    Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
    II)
    Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
    II.1)
    À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
    II.2)
    a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
    b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d’exploiter qui que ce soit.
    II.3)
    Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).

    ​On n’ose imaginer que l’Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

    = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

    L’addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.

    ​Addendum :
    À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s’évitant la phase d’épargne incluse dans cette proposition puisque tout le « capital social » des entreprises était depuis longtemps la possession de l’État et, donc, du peuple russe.

    Lire le lien, SVP :
    Pauvre peuple russe : Spolié en 1917 et en 1991 !
    http://www.sincerites.org/2014/08/pauvre-peuple-russe-spolie-en-1917-et-en-1991.html

     = = = = = = = =
    ​Post-scriptum :
    ​Fondation Capitaliste Virtuelle : Bilan 2001 - 2014

    http://www.sincerites.org/2015/02/fondation-capitaliste-virtuelle-bilan-2001-2014.html

    = = = = = = = =
    La chance de Cuba : son Économie d’État !
    http://www.sincerites.org/2015/05/la-chance-de-cuba-son-economie-d-etat.html


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 25 janvier 10:19

      « ...avec le revenu de base, la protection sociale, qui repose sur le principe « à chacun selon ses besoins », cèdera la place à un système où tout le monde devra se débrouiller avec la même somme. »


      et bien sûr, le même patrimoine...

      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 25 janvier 10:26

        @M de Sourcessure

        la propriété privée,
        le mariage,
        l’héritage des biens mobiliers et immobiliers
        la propriété privée des moyens de production...
        sont des institutions beaucoup plus anciennes que le salariat.

        Est-il question de les supprimer ?
        Parceque sinon, ce n’est pas un progrès qui est envisagé, mais une régression, un retour au servage et à l’obligation pour le seigneur de protéger ses « vilains ».

      • Robert GIL Robert GIL 25 janvier 10:37

        L’allocation universelle, un concept à la mode, aussi bien à droite qu’à gauche. Mais certains, comme le sociologue Mateo Alaluf, ne sont pas du tout d’accord avec cette idée. Pour lui, l’établissement d’une telle allocation entrainerait une régression sociale...lire la suite


        • jpm jpm 25 janvier 14:36

          @Robert GIL

          Malheureusement la régression sociale n´a pas attendu le revenu de base pour frapper durement ceux qui ont perdu leur emploi ou qui n´ont pas réussi à en trouver. Nous avons ainsi toute une partie de la population qui vivote avec des minima sociaux très conditionnels… avec la crainte permanente de se voir priver de ses maigres allocations, sans parler des conseils généraux qui menacent regulierement de ne plus payer les RSA car les départements sont à sec.

          Il est donc important de sécuriser ces minima sociaux en en faisant un droit universel et en les rendant inconditionnels. Il faut surtout s´assurer qu´ils seront financés au niveau national par un prélèvement équitable sur l´ensemble des richesses produites (par les hommes mais aussi les machines) sans bien sur remettre en cause les droits acquis par les travailleurs.


        • lephénix lephénix 25 janvier 21:52

          @Roberto Gil

          bien évidemment, le rdb n’est concevable et finançable que par l’instauration du RMA (revenu maximum autorisé) et le consentement à l’impôt (exit paradis fiscaux et optimisation fiscale)

          le pb des minima sociaux c’est le non-recours : nombre d’ayants-droit y renoncent à cause de la complexité ou du caractère intrusif de cet aspect « conditionnel »


          • Spartacus Spartacus 26 janvier 09:30

            Si c’est pas formidable d’augmenter la dette des générations suivantes par une prime pour tous à l’oisiveté.....

            L’argent des autres est une source inépuisable d’idées de redistribution.

            • jpm jpm 26 janvier 10:05

              @Spartacus

              comment expliquer vous que l´argent des autres (la moitie des habitants de cette planete) se retrouve dans la poche des 62 personnes les plus riches de la planete ?

              http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2016/01/18/les-1-les-plus-riches-au-monde-possedent-plus-que-les-99-autres_4848830_1656941.html

              Il serait quand meme temps d´ouvrir les yeux et de voir que quelque chose ne va pas dans la redistribution actuelle. Et lorsqu´on parle de spoliation... il ne faut pas se tromper de cibles.


            • lephénix lephénix 26 janvier 10:11

              @Spartacus

              le problème c’est que jusqu’alors c’est-à-dire depuis 1973 on a fait de ’l’argent des autres« le pire des mésusages dans un sens résolument contraire à »l’intérêt général« et à »l’efficience économique« ...

              loin d’être une »rente à l’oisiveté« comme celles qui existent dans certains statuts privilégiés, le rdb remet »le pied à l’étrier« et réintègrerait les »laisses-pour-compte« dans une »économie" qui ne marcherait plus sur la tête ou ne se mordrait plus la queue...


              • lephénix lephénix 26 janvier 10:12

                @jpm

                merci, j’allais faire ce fastidieux rappel des iniquités mais tout compte fait nul n’est censé l’ignorer...et seules importent les rappels pourvoyeurs de solutions


                • ZenZoe ZenZoe 26 janvier 15:04

                  Tant qu’on n’aura pas 6 millions d’offres non pourvues affichées à Pôle Emploi, on devrait interdire à quiconque de critiquer ceux qui proposent des solutions pour que les chômeurs puissent vivre décemment.


                  • zygzornifle zygzornifle 26 janvier 15:08

                    les Députés et Sénateurs se la mettrons en plus dans leur poches ......


                    • zygzornifle zygzornifle 26 janvier 15:09

                      chômage des députés......

                      Avant de quitter la présidence de l’Assemblée Nationale, Jean Louis Debré, nouveau président du conseil constitutionnel, a fait un joli cadeau à ses amis députés de tous les partis : une loi, votée en catimini par tous les groupes, permettant à tous les députés non-réélus , de continuer à percevoir leur indemnité parlementaire pendant encore 60 mois c’est a dire 5 ans a 5800€ net mensuel et les points retraite qui vont avec......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès