Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Animateurs de colonies de vacances : Chapeau à vous !

Animateurs de colonies de vacances : Chapeau à vous !

JPEG Je me suis déjà exprimé plusieurs fois sur le contrat d'engagement éducatif qui permet à des employeurs de ne payer aux animateurs que 2,2 heures de SMIC alors qu'ils effectuent plus de 16 heures de travail journalier.
L'intervention des syndicats de salariés et notamment de SUD a permis quelques avancées timides avec des heures de repos supplémentaires payées. On est loin du compte mais espérons qu'une rencontre entre les employeurs associatifs se réclamant de l'éducation populaire et les syndicats professionnels permettent des avancées.
Le discours que tient notamment des militants CEMEA me font penser qu'il y a là au moins une envie d'ouvrir un dialogue.
Pendant plusieurs semaines pour certains, même un mois pour d'autres, des jeunes de 17 à 25 ans et des plus âgés prennent en charge des groupes d'enfants durant de longues journées : du matin 7 heures ou 8 heures au soir à 23 heures ou plus quand le dernier enfant s'endort.
Non "contents" d'assurer ce temps de présence et d'animation, les animateurs doivent assurer un temps de réunion plus ou moins grand...
Il y aurait là des économies d'énergie à faire.
Un directeur attentif, formé et organisé restreint la durée de la réunion à moins d'une heure et veille à ce que les animateurs puissent disposer d'un temps de sommeil suffisant.
Toute l'équipe d'animation n'est pas obligée de préparer le grand jeu ou la grande sortie du lendemain. Des animateurs "dégagés" du temps calme de l'après midi peuvent s'en charger en rapportant brièvement au groupe.
Ne dites pas que ce n'est pas possible ! De nombreux directeurs font ainsi.

Le "métier" d'animateur est difficile !
J'entends déjà des objections : "mais ce n'est pas un métier, c'est une mission éducative" !
Pour beaucoup de personnes, l'animation est une source de revenus et beaucoup en vivent chichement d'ailleurs durant toute l'année.
Cette mission éducative est de plus en plus difficile avec des parents exigeants et des enfants parfois "turbulents".
Un jour, un responsable associatif m'a interpellé en me disant : "les adolescents des cités ne devraient pas aller dans les colonies, ils sont trop durs !"
C'est un cri du coeur non réfléchi car Si, les adolescents des cités peuvent aller en centres de vacances mais il leur faut des animateurs professionnels donc diplômés... Le BAFA n'est qu'un brevet d'animateurs "volontaires" !

Des jeunes animateurs en stage pratique ne sont pas rémunérés et ceci en toute illégalité car ils assurent un service... Il y a là matière à changement ;
Voici là quelques réflexions :
Les animateurs de colonies de vacances et les directeurs font un travail remarquable, chapeau !
Ils ont besoin de reconnaissance et que leur travail soit correctement rémunéré.
Cette augmentation du coût ne mettrait pas les associations sur la paille d'autant plus si l'Etat apporte un peu plus de soutien.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 11 août 2012 11:01

    Un bémol : j’ai connu -il y a bien longtemps !- des « animateurs » qu’on appelait encore « moniteurs » (les « monos ») qui venaient à ce job pour se faire un peu de sous pendant les vacances (même si ce n’était pas beaucoup !) et faire la fête le soir, quand les enfants étaient couchés(ceci compensant cela). Ce n’est pas l’excès de travail qui les épuisait mais le manque de sommeil consécutif à la « fête » ! Bien entendu, tout cela appartient au passé, et les animateurs d’aujourd’hui, titulaires de leur BAFA, suivent docilement les consignes de leur directeur et ne pensent qu’au bien-être des enfants...


    • Liline 11 août 2012 11:09

      Comme beaucoup de jeunes, j’ai exercé mes premiers jobs en colonie de vacances. Ca a été des expériences riches en découvertes et en relation, très formatrices. Ceci dit, les salaires étaient vraiment misérables compte tenus de la très longue journée de travail et des responsabilités. Le personnel de cuisine et de nettoyage, lui, avait une meilleure paye que nous (c’est à dire « normales ») pour des journées beaucoup moins longues (de durée normales). On nous disait que le faible salaire se justifiait par le fait qu’être animateur de colo... c’est la même chose qu’être en vacances. C’est totalement faux. Bien-sûr, c’est une activité passionnante, qu’on fait souvent parce qu’on aime s’occuper d’enfants et qu’on souhaite leur faire découvrir de nouveaux horizons (pour beaucoup d’enfants, la colonie est leur seule occasion de partir en vacances, d’où le rôle essentiel du projet pédagogique). Mais c’est beaucoup de responsabilités puis qu’il faut encadrer une dizaine d’enfants parfois turbulents et veiller à leur sécurité. Comme le dit si bien l’auteur de cet article, les journées sont très longues (et très intenses) et les nuits souvent courtes. Et effectivement, un directeur sensible à ces questions, ça change tout : permettre aux animateurs de dormir un peu plus le matin à tour de rôle, écourter les réunions, prendre en compte des suggestions et de l’individualité des animateurs pour la planification des activités (par exemple ne pas obliger un animateur qui n’a aucune expérience à faire une activité « crêpes »), sont autant de choses qui permettent d’améliorer les conditions de travail et apportent de meilleurs conditions pour l’encadrement des enfants.


      • FERAUD 11 août 2012 11:50

        Il y a effectivement une exploitation éhontée des animateurs. L’auteur n’est pas assez sévère sur cette question.
        Pour les animateurs, une indemnité symbolique et pour les cadre des associations institutionnalisés des indemnités en plus des salaires, une voiture de fonction....


        • Lamouet 11 août 2012 12:43

          "Cette augmentation du coût ne mettrait pas les associations sur la paille d’autant plus si l’Etat apporte un peu plus de soutien.

          Déclaration des droits de l’homme de 1789

          « Article XIII : Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. »

          A ma connaissance, les frais de fonctionnement des associations ne sont ni des dépenses d’entretien de la force publique, ni des dépenses d’administration. De quel droit fait-on contribuer les citoyens à ces dépenses ?

          Les animateurs mal payés ne sont en rien obligés de bosser à ces conditions.
          Je refuse de payer encore plus d’impôts. Si Chalot ou d’autres veulent qu’ils soient augmenter, qu’ils le fassent avec leurs propres deniers.
          34 milliards par an versés aux associations. Pas grave, c’est le contribuable qui paie.




          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 11 août 2012 17:27

            Les « colos » ne sont pas forcément des « œuvres » d’associations. Et le financement est également assuré (partiellement) par les familles. Demander une aide de l’état pour permettre à des enfants socialement défavorisés de partir en vacances n’a rien de scandaleux. Sauf pour les égoïstes qui considèrent toujours qu’ils paient trop d’impôts et refusent le principe même de la justice redistributive.


            Pourquoi exhumer la DDH de 1789 pour refuser une aide publique aux centres de vacances ? Les vacances étaient une notion inconnue à l’époque. Faut-il supprimer le droit aux congés payés au prétexte qu’ils ne sont pas mentionnés dans ce texte ?

          • Lamouet 11 août 2012 19:00


            @COGNO :
            C’est vrai,les veaux ne brâment pas, chouette de le reconnaître.
            Maintenant écoute-moi bien. Fais le vide dans ton cerveau de tous les préjugés qui t’encombrent l’esprit.
            Ben si, ça me gêne (je suis poli) de financer la dette et les « niches fiscales » et je pense que c’est la priorité number one de régler ce problème ; pas sûr qu’avec Hollande, « l’ennemi de la Haute Finance » on y parvienne. Mais que ça n’empêche pas de responsabiliser les gens , de les sortir de leur infantilisme (ça serait leur rendre service). Si on sort du langage politico-correct, on est taxé de fasciste ! Il y a aussi des gens qui profitent du système : ceux qui préfèrent se lever à midi et toucher le RSA et les Allocs plutôt que se lever à 6 heures pour aller bosser et être payés au SMIC pour perdre une bonne partie des « indemnités sociales ». Et je connais des tas de smicards qui dénoncent cette irresponsabilité depuis des années ! C’est comme ça que les restaurateurs, hôteliers et chefs d’entreprise dans le bâtiment ne trouvent pas de main d’oeuvre (trop dur). On fait donc venir des étrangers qui bosseront sans problème pour la moitié du salaire (les nouveaux esclaves). Et les patrons sont ceux là mêmes qui votent UMPou FN !!!
            Ouvrez les yeux !!! La chasse aux profiteurs est à faire des deux côtés ! La pensée unique, quoi de plus terrible ?
            C’est qui le Veau ?


            • foufouille foufouille 11 août 2012 20:04

              "C’est comme ça que les restaurateurs, hôteliers et chefs d’entreprise dans le bâtiment ne trouvent pas de main d’oeuvre (trop dur). On fait donc venir des étrangers qui bosseront sans problème pour la moitié du salaire"

              va donc bosser pour 600€, l’esclavagiste
              tu crois que c’est combien, une baraque en roumanie ?


            • foufouille foufouille 11 août 2012 20:13

              pour ce prix la, tu vas aller bruler les sarments a l’huile de vidange
              -15 derriere, +60 devant
               


            • Lamouet 11 août 2012 20:32

              « va donc bosser pour 600€, l’esclavagiste

              T’as rien compris ! Faut faire la chasse à ces patrons voyous et faire en sorte qu’ils arrêtent d’exploiter ces esclaves. Embaucher des »natifs" (désolé, ça devient un gros mot) au SMIC,
              c’est si difficile ?


            • foufouille foufouille 11 août 2012 21:59

              t’as rien compris
              c’est comme le vedangeur qui dort sous une tente
              ca rapportes plus de fric
              alors sous le smic, encore plus


            • CHALOT CHALOT 12 août 2012 17:47

              Je préfère que l’on en reste au sujet de la discussion introduite par cet article.
              J’aimerais avoir votre avis.


              • Agir Ensemble pour les Colos president aec 13 août 2012 10:52

                Bonjour à tous !

                En préembule, je tiens à rappeler plusieurs choses :

                1) les limites temporelles du contrat d’engagement éducatif : limité à 80 jours et uniquement utilisable durant les vacances scolaires françaises !

                2) Par définition, être animateur de colonies de vacances, c’est donc être animateur durant les...vacances ! Il s’agit donc de ne pas confondre le statut de l’animateur professionnel dont c’est le métier, qui exerce toute l’année et qui à ce titre, doit obtenir des diplômes professionnels et entrer dans le cadre du droit du travail français. Un BAFA n’est pas un diplôme professionnalisant ! il s’agit d’un « Brevet », permettant d’exercer dans un cadre législatif une activité temporaire, au même titre que les fédérations sportives dispenses des Brevets Fédéraux qui en aucun cas, ne peuvent remplacer les Diplômes d’Etat ! Un breveté fédéral ne peut d’ailleurs pas enseigner sa discipline, au mieux il peut l’accompagner (à titre bénévole !)sous la conduite d’un professionnel ! 

                Il y a donc beaucoup de confusions tant dans les différents propos tenus sur les « forums » que dans les revendications de « Sud Solidaire » !

                 

                 


                • CHALOT CHALOT 13 août 2012 11:27

                  80 jours c’est long, cela représente pour beaucoup un travail voir le seul travail.
                  Quant aux diplômes professionnels, c’est un plus et d’ailleurs c’est moi qui avais proposé au Conseil nationale de l’éducation populaire et de la jeunesse l’obligation pour les directeurs de CLSH d’avoir un diplôme professionnel...Cette proposition a été votée et il y eut quelques avancées avec des départ d’animateurs vers des formations professionnelles.
                  SUD comme les autres syndicats ne fait pas de confusion ,il y a là un travail donc un contrat et le respect du code du travail, c’est ce qui devrait être

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès