Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Après France-Tunisie

Après France-Tunisie

Que révèlent les sifflets entendus lors de la rencontre France-Tunisie ? Suffit-il de souligner l’amitié entre les deux pays pour réussir, après coup, l’intégration ?

On pourra se perdre en conjectures, chercher à définir « l’héritage » ou les racines, ou la communauté, à analyser la « nationalité », ou la citoyenneté, ou le sentiment d’appartenance. Ce serait, il me semble, passer à côté du sujet. Parce qu’au fond la véritable question, ça n’est pas « lequel avant lequel ? », mais « pourquoi l’un avant l’autre ? »

Les digressions en commentaire d’un de mes billets récents, notamment avec le Faucon, me donnaient de plus en plus envie de parler de football sur ce blog. L’occasion se présente ce soir, mais peut-être pas dans les conditions auxquelles je m’attendais. Suite au match amical entre les équipes de France et de Tunisie de football, il y a quelques heures, Roman Bernard s’est fendu d’un intéressant billet sur le lien entre les sifflets qui ont une fois de plus accompagné La Marseillaise et l’état du sentiment national dans notre pays. Au moment de rédiger ce qui devenait un très long commentaire chez lui, j’ai décidé de publier le billet qui suit.

Certainement dans le but de prévenir ce genre « d’incident », on avait mis l’accent sur l’amitié entre les deux pays, les joueurs entrant sur la pelouse ensemble et non pas par équipes, et restant ainsi regroupés pour la photo et les hymnes. Dans le même souci, c’est Laam, chanteuse française d’origine tunisienne, qui dut interpréter La Marseillaise. On pouvait sentir, au moment de chanter sous les huées, son appréhension.

Comme Roman, j’ai été atterré par ces sifflets, qui se sont prolongés bien après le protocole, et pour ainsi dire pendant l’essentiel de la rencontre. J’oserais toutefois écrire qu’il n’y a là rien de plus grave qu’un peu de ferveur mal placée si le public en question avait été constitué en majorité de Tunisiens vivant en Tunisie et ayant effectué le voyage jusqu’à Saint-Denis pour soutenir leur équipe nationale de football. Mais ces spectateurs, très jeunes pour la plupart, n’ont majoritairement pas traversé la Méditerranée pour venir soutenir l’équipe de Tunisie.

Non, la grande majorité de ceux qui ont sifflé La Marseillaise, puis l’équipe de France à chaque fois qu’elle touchait le ballon, pour enfin conspuer Ben Arfa, sont exactement dans la même situation que lui : nés en France, Tunisiens d’origine. Dans ces conditions, le traitement de faveur réservé à ce joueur n’a rien d’anodin.

Naïvement peut-être, je pensais qu’Hatem Ben Arfa, joueur de l’équipe de France d’origine tunisienne, serait reçu par le public tunisien un peu comme Zidane par les Algériens. Je trouvais d’ailleurs particulièrement mal venue la décision de Raymond Domenech de lui faire débuter la rencontre sur le banc des remplaçants. À ma grande surprise, son entrée en jeu au retour des vestiaires a fait redoubler les sifflets d’intensité : sélectionné en équipe de France depuis les équipes de jeunes, Hatem Ben Arfa a par le passé refusé les avances de la fédération tunisienne, qui souhaitait le voir rejoindre la sélection du pays de ses parents. C’est dire que loin de se montrer insensible aux souhaits de son joueur, le sélectionneur national entendait certainement lui éviter une entrée en lice plus difficile encore.

Que des Tunisiens nés et vivant en Tunisie reprochent à un jeune talent dont ils partagent les origines de ne pas rejoindre leur équipe, pourquoi pas (il n’y a pas si longtemps, beaucoup de supporters avaient bien été déçus par la décision d’un jeune prodige argentin de père français de refuser les appels du pied de la Fédération française de football). Mais dans quelles conditions ces concitoyens peuvent-ils lui en vouloir de jouer pour le pays dont ils partagent avec lui nationalité, au détriment de celui de leurs origines ? Pourquoi ces spectateurs auraient-ils préféré que Ben Arfa défende les couleurs de la Tunisie ? Il me semble que c’est parce que, dans leur esprit, un choix est fait, qui place la Tunisie devant la France ; le pays d’origine devant celui du passeport ; autrement dit, l’héritage avant la nationalité.

Ces questions, et surtout la réponse que je me suis proposé d’y apporter, en appellent inévitablement une suivante : pourquoi placer l’héritage avant la nationalité ? On pourra se perdre en conjectures, chercher à définir « l’héritage » ou les racines, ou la communauté, à analyser la « nationalité », ou la citoyenneté, ou le sentiment d’appartenance. Ce serait, il me semble, passer à côté du sujet. Parce qu’au fond la véritable question, ça n’est pas « lequel avant lequel ? », mais « pourquoi l’un avant l’autre ? »

Au risque de m’aventurer à mon tour en conjectures, j’avancerai que pour les siffleurs de France-Tunisie, c’est l’héritage avant la nationalité parce qu’on ne leur a pas fait voir qu’il n’y avait aucune raison de placer « l’un avant l’autre ». Que l’on ne se méprenne pas : il ne s’agit pas ici de victimiser à tour de bras en chargeant la France de tous les maux, ni de leur ôter une once de l’entière responsabilité qu’ils portent en la matière. Tout ne s’excuse pas, mais l’on peut néanmoins analyser ; il n’est pas nécessaire de justifier pour comprendre. Quel mauvais pari que de sommer des individus de choisir entre un horizon qu’ils connaissent depuis des générations, et un autre qu’ils n’ont encore vu qu’à l’aube !

Montaigne, dans les Essais, écrivait déjà en 1588 (Livre III) : « C’était un monde enfant ; si ne l’avons nous pas fouetté et soumis à notre discipline, par l’avantage de notre valeur et forces naturelles, ni ne l’avons gagné par notre justice et bonté, ni subjugué par notre magnanimité. »

Etait-il impossible de demander l’intégration sans exiger l’assimilation ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • morice morice 16 octobre 2008 14:22

     Que cela signifie-t-il ? Qu’Hortefeux se trompe.


    • douxdoux 16 octobre 2008 14:50

      Qui vous a dit que les sifflets avaient pour but le refus de Ben Harfa d’aller jouer en Tunusie ?
      Cela est ton interprétation personnelle à la Mary H. Clarck

      Sur Agora ds fois j’hallucine. Ces jeunes qui ont sifflé, ils siffleront encore. On pourra a^^eter tous les matchs et ça continuera à les inciter encore de siffler encore et encore tan qu’on accordera trop d’importances à leurs sifflets.


      • sheeldon 16 octobre 2008 14:58

        bonjour

        http://www.cahiersdufootball.net/article.php?id=2991

        rien a ajouté .

        cordialement




        • douxdoux 16 octobre 2008 15:05

          http://www.bakchich.info/article5456.html

          La marseillaise sifflée lors de :
          France-Algérie, 2001
          Israël-France, 2005
          Bastia-Lorient, Finale de la Coupe de France 2002
          France-Maroc, 2007
          Italie-France, 2007


          • beubeuh 16 octobre 2008 18:50

            Y’avait France-Espagne pendant la Coupe du Monde 2006 aussi.

            Sinon l’hymne colombien sifflé au stade de France en juin dernier. Tout ça est de bonne guerre.


          • Super resistant de l’islam 16 octobre 2008 15:49

            @l’auteur

            je partage bcp de point avec votre analyse, sauf la fin.

            "Quel mauvais pari que de sommer des individus de choisir entre un horizon qu’ils connaissent depuis des générations, et un autre qu’ils n’ont encore vu qu’à l’aube !"

            Generalement ces jeunes sont nés en france, ils connaissent donc la france bcp mieux de la tunisie (ou autre).
            Je trouve etonnant qu’ils crachent sur le pays ou ils vivent en preferant un pays dont ils ne savent rien.

            Mais quand bien meme.
            L’integration en france ne demande pas l’assimilation mais bien le respect de certaines valeurs essentielles à toute société : ne pas mordre la main qui vous donne le pain, respecter la nation qui vous accueille et donc vous faites partie, respecter les hymnes et drapeaux des autres pays. Il ne s’agit pas d’une guerre ou d’un combat, mais d’un sport.

            Ces jeunes auraient ils supportés qu’on siffle l’hymne tunisien ??? Bien sur que non, on aurait eu un scandale pour "racisme".

            La france aurait elle moins de valeur qu’un autre pays ? Je ne crois pas, bien au contraire, car nous accueillons ces jeunes. Leur pays ne peut pas en dire autant.


            • foufouille foufouille 16 octobre 2008 18:11

              et les pauvres qui sont blancs et francais, tu les "acceuillent" aussi ?


            • beubeuh 16 octobre 2008 18:54

              Les communistes et les royalistes détestent également la Marseillaise. A une époque ils étaient nombreux.
              Personne n’a remis en cause leur appartenance nationale pour autant. Cette polémique est stérile.


            • foufouille foufouille 16 octobre 2008 19:19

              @beubeuh
              mais non
              ca permet de se defouler
              ce qui evites de passer aux actes
              fait toi une patie de jeux de massacre : gore, stalker, blood2, serious sam ou un vieux duke nukem3d, wolfenstein3d
              tuverras, ca evite de decouper le fa en morceaux a coup de katana
              peace, peace mon frere


            • beubeuh 17 octobre 2008 13:37

              Tu parles ça fait surtout monter la sauce. Non vraiment, ce genre de débat ou tout le monde essaye de trouver un sens à la connerie, à part de donner l’occasion à certains (Buffet, Bachelot, Laporte !) d’ouvrir leur claque-merde, ça n’a aucune utilité.
              Il y a qu’à lire les 3/4 des commentaires d’Agoravox, on dirait des exercices d’autocaricature.


            • Grasyop 17 octobre 2008 08:53

              Et le (ex-)kop Boulogne, on l’expulse aussi ? On l’expulse dans quel pays ?


            • JONAS JONAS 16 octobre 2008 22:43

              @ L’Auteur,

              Vous dites :

              " On pourra se perdre en conjectures, chercher à définir l’héritage " ou les racines, ou la communauté, à analyser la " nationalité ", ou la citoyenneté, ou le sentiment d’appartenance. Ce serait, il me semble, passer à côté du sujet. Parce qu’au fond la véritable question, ça n’est pas " lequel avant lequel ? ", mais " pourquoi l’un avant l’autre ? "
               

              Vous devriez aller au Liban pour faire des conférences et leur expliquer votre théorie.

              Nous ferions d’importantes économies en Casques Bleus… !

              Mais soyez rassuré, nos élites de l’ENA (École Nationale des Ânes), ont trouvé la solution ! :

              Le mondialisme, et à travers lui le métissage… !

              Plus de racisme ! Plus d’atavisme ! Plus de différences !

              Mais c’est du réchauffé, nous avons connu déjà ce type de délire, avec : Le National-socialisme nazi qui voulait faire la race pure supérieure.

              Aujourd’hui : L’International Socialisme, vous propose la race métisse supérieure, puisque sans racines !

              Le triomphe de l’espèce humaine ! ! ! Les nouveaux dieux !

              " Aux mêmes causes, les mêmes effets ! ! ! "

               

              C’est pour demain ! ! !


              • beubeuh 17 octobre 2008 13:38

                Mince alors, on va tous crever...


              • Lord Mad Michel Caruso 17 octobre 2008 09:06

                En dehors des sifflets condamnables et des réactions démesurées et limite ridicules des politiques français quelques éléments de réflexion :

                La question première est pourquoi ce match ?

                Sportivement c’est un non sens car venant 3 jours après un match éliminatoire de CM et surtout une journée avant le conseil fédéral devant statuer sur le sort du sélectionneur...

                Tout le monde sait et surtout la FFF que les matches à Saint Denis contre des pays du Maghreb se terminent au mieux par des sifflets (comme mardi soir) ou au pire par un envahissement du terrain (France/Algérie), voire par un drame toujours possible...

                Donc pourquoi continuer à les organiser et surtout au stade de France, c’est dans le meilleur des cas une incompétence totale de la 3F, dans le pire une intention délibérée de provoquer de tels évènements...

                Imaginons le terrain envahi ou plus grave et Domenech aurait sauté le lendemain dans un climat de passions exacerbées...

                Donc les principaux irresponsables sont à la Fédé...

                Ensuite le public, je pense que les 3/4 des jeunes qui sifflent ne connaissent rien à l’histoire ou à la symbolique d’un hymne, c’était un simple jeu et un phénomène d’imitation de leurs aînés, y voir une portée politique est peut être excessif !

                Mais au final une personne qui a la double nationalité se sent étranger des deux côtés de la mer, s’ils sifflent ce n’est pas par refus de l’Etat (et de l’hymne son symbole officiel) mais AU CONTAIRE PAR MANQUE D’ETAT...

                A savoir qu’écartelé entre deux Nations il n’a plus de repaires pour avancer et c’est tout le drame...

                D’une manière générale la mondialisation en abolissant les frontières rend les individus égarés et en perte de racines, idem pour la nationalité sportive où en ouvrant les vannes du foot OGM et en arrachantt un club de sa base populaire on déboussole les supporters...

                C’est pour cela que je défends becs et ongles le football des Nations et des équipes nationales contre les ultralibéraux qui veulent le faire disparaitre, Wenger en tête...

                Car à terme c’est un grand maelstrom mondial sans repères ni valeurs refuges.

                Un hymne est beau et sacré et les larmes des joueurs argentins lors de la CM de rugby ou la beauté des chants des écossais, anglais ou gallois démontrent que justement l’émotion vient aussi de la patrie et que c’est ce manque d’attachement et d’émotion qui génère de tels comportements...

                Je suis certain qu’au fond d’eux les siffleurs du SDF seraient enchantés de verser des larmes pour une patrie qu’ils chérissent et en laquelle ils se reconnaissent, c’est plus un appel au secours qu’une réelle volonté de nuire à leur pays d’accueil...

                Donc continuons à faire jouer les Nations et retentir les hymnes, aux politiques désormais de redonner un sens à la solidarité et à la volonté de vivre ensemble...


                • jak2pad 17 octobre 2008 14:54

                  peu importe ce que l’on siffle ( je n’ai pas personnellement un attachement excessif à cette chanson), mais qui siffle et à quel endroit.

                  Que la Marseillaise soit sifflée par des supporters surexcités d’équipes étrangères, c’est stupide et primaire, comme l’est d’ailleurs le foot dans son ensemble, complètement bouffé de l’intérieur par toutes ces haines d’un autre âge et ce nationalisme qui révulse.

                  mais que cet hymne sacré soit sifflé par des jeunes gens soi-disant "français", qui réclament à corps et à cris les mêmes droits et les mêmes attentions que les autres citoyens français, ceux aussi qui nous abreuvent d’incivilités en permanence, cela pose question.

                  C’est sans aucun doute le reflet d’une intégration ratée, sur tous les plans, social, psychologique, scolaire, et j’en passe

                  C’est sans doute également le reflet de certaines attitudes bien françaises de dérision et de rigolade en face des symboles qui devraient réunir, et non opposer.

                  C’est enfin une conscience claire et incontestable d’un sentiment réel d’impunité chez ces jeunes qui savent pertinemment qu’il n’y aura aucune suite dans ce pays ramolli.

                  Je ne crois pas qu’ils siffleraient l’hymne d’aucun autre pays, je ne crois pas d’ailleurs que cela se produise, mais ici, c’est presque normal : il va bien se trouver quelques braillards pour hurler qu’ il y a plein de bonnes raisons....

                  Ce pays se dirige à l’évidence vers des moments de bonheur et de sérénité !








                  • beubeuh 17 octobre 2008 18:04

                    Je ne crois pas qu’ils siffleraient l’hymne d’aucun autre pays, je ne crois pas d’ailleurs que cela se produise, mais ici, c’est presque normal. 

                    Manifestement vous ne connaissez rien au foot. Les hymnes adverses sont toujours sifflés au Stade de France et ailleurs. Cela fait pour ainsi dire partie du folklore. Vous avez le droit de trouver ça stupide, mais personne ne vous oblige à le regarder.

                    On arrête de pas de nous bassiner avec le caractère "sacré" de la Marseillaise. Mais il y a eu plusieurs centaines de posts sur ce site qui allaient dans ce sens depuis hier, et je n’en ai pas vu un seul expliquant en quoi ce champ était sacré ou quel est son sens profond pour les français d’aujourd’hui.

                    Le patriotisme aujourd’hui est une coquille vide.


                  • Pierrot Pierrot 18 octobre 2008 15:30

                    Je n’ai pas suivi le match mais je pense ainsi que Michel Platini que les sptectateurs sifflent l’adversaire de leur favori.
                    C’est ainsi avec l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre, l’Allemagne...

                    Ce n’est certainement pas le contenu de l’hymne national (que la plupart des spectateurs ne connaissent pas) qui est sifflé !

                    Les politiques ont perdu tout sens commun suite aux déboires financiers et économiques.

                    Pour les matchs officiels seul l’arbitre peut arrêter un match mais non pas tel ou tel spectateur même ministre ou sous-ministre des sports, voire président de la République.
                    La royauté de Sarkosi 1er c’est finie.

                    Je soupçonne fortement les politiques et les médias valets du régime de faire du racisme anti maghébin pour couvrir leurs monstrueuses erreurs (inefficacité du plan banlieue, chomage, misère, étallement de leur richesse, non respect des citoyens un peu bronzés, harcèlement abusif parfois de policiers etc...)


                  • Lapa Lapa 20 octobre 2008 18:13

                    "Manifestement vous ne connaissez rien au foot. Les hymnes adverses sont toujours sifflés au Stade de France et ailleurs" tout à fait, le problème étant pourquoi de jeunes français considèrent-ils l’équipe de France comme une équipe adverse et l’équipe de Tunisie comme leur équipe ?

                    Qu’on ne parle pas de double nationnalité, ce sont des enfants de la troisième génération d’immigrés maintenant. Ils sont 100% français. Sauf qu’il reste la mythologie du Bled. Un pays de la racine dont ils ne connaissent pas grand chose (souvent ils n’y sont jamais allé) et sur lequel ils fantasment.. faute de mieux.

                    mais la véritable question dont hélas personne n’a parlé dans ce tohu bohut mediatique c’est :
                    pourquoi et quel intérêt de jouer les hymnes nationales avant un match de baballe ?

                    Joue-t-on les hymnes avant un match de tennis ou avant un match de hand ? Sérieux ça reste du sport, une rencontre "amicale" qui plus est.... que vient foutre la marseillaise (et els autres) là dedans ?
                    Que la FIFA supprime ce cérémonial ridicule !


                  • beubeuh 21 octobre 2008 14:45

                    "le problème étant pourquoi de jeunes français considèrent-ils l’équipe de France comme une équipe adverse et l’équipe de Tunisie comme leur équipe ?"

                    Moi je trouve ça grave de considérer ça comme un problème ! On soutient l’équipe qu’on veut, ce n’est qu’un jeu et un produit commercial qu’on consomme de la même manière qu’on choisit entre Pepsi et Coca. Ca n’a en tout cas n’a rien à voir avec la citoyenneté, quoi qu’en disent les politiques essayant de récupérer le succès populaire de ce sport.

                    J’ai des amis qui sont d’origines Italienne ou Colombienne, ils ont été soutenir les équipes d’Italie et de Colombie quand elles sont venues jouer contre la France. Tout simplement parce que cela leur faisait plaisir et que c’était pour eux la seule occasion de voir évoluer ces équipes alors que l’équipe de France on la voit tout le temps et on nous bassine avec sans arrêt. On a été au stade ensemble, on s’est bien chambré et on a été boire une bière après sans en faire un drame. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rubin Sfadj

Rubin Sfadj
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès