Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Après l’évasion fiscale, l’évasion sociale… Peut-on (...)

Après l’évasion fiscale, l’évasion sociale… Peut-on quitter la Sécu ?

Libre choix d’assurance santé. La question, au coeur des problématiques économico-politiques actuelles, est passionnante.

 

A la clé, des économies substantielles pour les indépendants non salariés, qui calculette à la main, font les comptes et trouvent plus avantageux de s’assurer par des compagnies d’assurance européenne privées. Ces dernières développent et proposent dorénavant des formules adaptées à ces expat’s d’un autre genre. Pour prendre un exemple concret, pour plus de 1000 euros / mois de cotisations couverture maladie, CSG, CRDS (calculées sur un pourcentage des revenus)… on tomberait à 300 euros voire moins pour une couverture « annoncée » comme identique. Ne resterait à charge que l'URSAFF. 

On compterait déjà actuellement environ 10 000 français, résidents et travaillant sur le territoire, affiliés auprès de 3 grandes sociétés d'assurance privées européennes. 

La diffusion médiatique croissante (RMC Eric Brunet, Valeurs actuelles, Le Cri du Contribuable, Atlantico...) contribue d’ailleurs grandement à accélérer ce phénomène : la plupart des indépendants (artisans, auto entrepreneurs, médecins…) qui, de par leur régime spécifique, sont particulièrement taxés (au même titre qu’une entreprise le serait pour l’assurance de ces salariés), et parfois en difficulté financière, rêveraient de pouvoir récupérer une partie de leur charge, quitte à faire une entorse à la solidarité nationale.

 

Transposition de directives européennes

Le fondement juridique de cette possibilité est complexe  : le 19 avril 2001, sans l’ombre d’un débat parlementaire, la France a voté « la fin du monopole des organismes de protection sociale » (Ordonnance de Lionel Jospin) sous pression de la Communauté Européenne exhortant la France depuis 1992, sous peine de sanctions financières, à transposer deux directives européennes sur l’ouverture à la concurrence des organismes de protection sociale.

Partant de ce constat, certains groupements libéraux affirment discerner dans ces évolutions juridiques les signes de la fin du monopole de la Sécurité Sociale et militent inlassablement pour casser l’idée selon laquelle il serait obligatoire d’y cotiser. Selon eux, le jeu de la concurrence pourrait permettre aux usagers d'obtenir un meilleur rapport couverture/cotisations et ainsi doper la croissance française. A la tête de ces mouvements, plusieurs leaders issus du monde médical, Claude Reichman (fondateur du mouvement MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale), chirurgien dentiste et homme politique libéral conservateur) ou encore des chirurgiens esthétiques comme Thomas Gahagnon ou Philippe Letertre (chirurgien esthétique niçois pratiquant pénoplastie, lifting mammaire et autres liposuccions, fondateur du groupe facebook Lesmedecinsnesontpasdespigeons et de l’association UFML "Union Française pour une Médecine Libre"). En cherchant encore, vous trouverez une foule d’anonymes animant des blogs thématiques sur le sujet….et même des articles sur agoravox.

Vous êtes tentés ? Sachez que libreassurancemaladie.com propose un kit en ligne comprenant une assistance juridique gratuite par un avocat spécialiste du droit européen sans lequel vous aurez, préviennent-ils, toutes les chances d’échouer, voire même d’être condamnés (en théorie, 6 mois de prison et jusqu’à 15000 E d’amende, sans compter le redressement des cotisations impayées).

Une rubrique sur le site officiel de la Sécurité Sociale a même été spécialement créée, où il est spécifié que toute personne travaillant et résidant en France est obligatoirement affiliée au régime de Sécurité sociale dont elle relève : régime général des salariés, régimes de non-salariés ou régimes spéciaux. Refuser de s’y soumettre constitue un délit puni par la Loi.

Ceci relève, excusez du peu, de notre Constitution de 1946, héritée du Conseil National de la Résistance, qui fixe un droit pour tous à une Sécurité sociale élevée et solidaire :

« Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité les moyens convenables d’existence. »

La commission européenne, sommée par la France de prendre position sur le sujet, a rappelé dans un communiqué du 27 octobre 2004, « que les États membres conservent l’entière maîtrise de l’organisation de leur système de protection sociale  ; en particulier pour toute l’étendue des dispositions légales et réglementaires concernant la Sécurité sociale (article 137 du traité CE). La Cour de Justice des Communautés Européennes a confirmé à plusieurs reprises que les organismes de Sécurité sociale ne constituent pas des entreprises au sens des articles 81 CE et 82 du Traité, c’est-à-dire n’exercent pas des activités économiques au sens des règles européennes de la concurrence.

En instrumentalisant quelques indépendants, naïfs ou cupides, dans des procédures interminables et dangereuses, le MLPS entretient délibérément la confusion en faisant l’amalgame entre les organismes assureurs soumis aux règles européennes de l’assurance et de la concurrence depuis 1992 et les organismes de sécurité sociale pour lesquels la nation reste souveraine, car à caractère exclusivement social.

En clair, rien ne vous empêche de prendre une complémentaire allemande ou suisse si cela vous chante. Mais n’espérez pas vous débarrasser de notre bonne vieille Secu aussi facilement.

Et si l’on a un tant soit peu de jugeote, il s’agit même d’une excellente nouvelle.

Avec des assurances privée à but lucratif, la tarification sera forcément individualisée sur le risque à savoir l’âge et les antécédents médicaux, ce que notre bonne vieille Secu ne prévoit pas.

En cas de maladie sévère, il est toujours nécessaire de demander une entente préalable, qui n’est rien d’autre qu’une négociation avec l’assurance pour justifier la nécessité d’actes médicaux.

 

Donc, à moins d’être très riche et en excellente santé, le pari reste sacrément risqué.

 

La page « et la Solidarité ? » du site libreassurancemaladie.com, est exemplaire de démagogie et de désinformation sur le sujet, contestant la rupture pourtant évidente de solidarité interindividuelle.

->>> Ce n’est pas réservé qu’à la classe aisée puisque « même les personnes rémunérées au SMIC peuvent économiser de l’argent en s’assurant pour la maladie auprès d’une société privée ! »

Oui MAIS ces fameux « smicards »

- auront-ils les moyens de se passer du tiers payant, c’est à dire avancer 100% des frais médicaux (en Allemagne d’ailleurs, l’assurance privée est ouverte depuis 1996 à partir d’un certain niveau de revenu d’environ 55 000 euros /an)

- pourront-ils se payer le luxe de payer leurs soins en dessous d’une certaine franchise ou au dessus d’un certain plafond s’il est décrété, ou même si l'entente préalable sur la prise en charge des soins est refusée

- pourront ils suivre l’augmentation de leur cotisation en cas de mauvais résultats financiers par ces assurances

 

->>> La CMU étant financé par l’Etat et donc par l’impôt sur le revenu, nous restons solidaire avec les « nécessiteux ».

Peut-être mais qui va alors supporter les couts de fonctionnement du système de santé (financement de la recherche, ouverture de services hospitaliers, enseignement et formation médicale, thérapie innovante…) : pas les « nécessiteux » qui ne peuvent contribuer par définition, encore moins les riches qui préfèreront s’assurer hors de nos frontières pour économiser sur leurs charges.

Ne restera donc que la classe moyenne… qui héritera nécessairement à terme d’une médecine à 2 vitesses : l’hôpital public pour le commun des mortels, financé par ce qu’il restera du budget et les cliniques privées, conventionnées avec les compagnies d’assurance privée avec ticket d’entrée à 60 kE.

 

->>> La Sécurité Sociale est une aberration puisqu’avant son existence, les médecins soignaient gratuitement ceux qui ne pouvaient les rémunérer

C’est certain qu’avant 1946, le cout des soins devait être limité : les antibiotiques venaient d'être découverts, une piqure de pénicilline et le tour était joué. Aux States, si vous voulez vous offrir une chimiothérapie, vous vendez votre maison. Le débat sur les dépassements d’honoraire semble leur avoir également échappé...

 

Le MLPS est donc parti en croisade : il s’autoproclame représentant des français patriotes européens qui veulent sortir leur pays de l’ornière où le collectivisme l’a jeté, confondant allégrement dans ses plaidoyers déficit et gaspillage des caisses, solidarité abusive et complot d’Etat.

 

Un principe supérieur à la libre concurrence selon notre constitution : la solidarité

Oui, la Sécurité Sociale est très mal gérée et gaspilleuse. Elle mériterait de subir une réforme profonde, à commencer par les régimes spéciaux.

Oui, le budget est croissant  : cout des soins, vieillissement de la population, médecine de consommation…et les ressources de plus en plus limitées...

Oui, l’Europe nous pose un problème de compétitivité économique et sociale qui dépasse le seul concept de marché commun.

Mais l’affiliation obligatoire à la Sécurité sociale, organisme de redistribution qui n’a pas vocation à réaliser des bénéfices, reste la meilleure garantie d’une protection sociale de haut niveau, solidaire et durable pour tous. C’est le seul système garantissant l’égalité d’accès aux soins, ciment du pacte républicain français.

Ceux et celles qui prétendent le contraire sont des menteurs, des assistés et des lâches.

 

Menteurs

- car le remplacement d’un système solidaire par la mise en place d’un système de libre choix d’assurance privée n’est accessible (et rentables) que pour les français les plus aisés.

- car la procédure juridique qu'ils invitent à suivre est risquée sur le plan juridique et financier

- car ils n'informent pas de la tarification ajustée sur l'âge

 

Assistés

- car on ne peut être moralement un usager du système de santé français en refusant de participer financièrement à son budget de fonctionnement,

- car il est inconcevable de ne pas participer proportionnellement à ses moyens (ce que l'assurance privée ne prévoit pas, puisque la somme est fixe et non pas proportionnelle aux revenus et que l'argent encaissé n'est pas réinjecté dans le budget sanitaire français mais dans des fonds d'investissement).

On n’a d’ailleurs fort à parier qu’en cas de pépins, les expat’s sociaux reviendraient se réaffilier dare dare, à l’instar de ces centaines de traders français virés de Londres revenu touché leurs 6000 euros d’ASSEDIC en revenant bosser en France une journée...

- En refusant de payer la CRDS (remboursement de la dette sociale), ils seront redevables à la société française d'une partie du cout des soins qu'il leur a été prodigué jusqu'ici

 

Lâches

- Les salariés de la classe moyenne vont continuer de payer la retraite de leurs parents et grands parents, mais eux vont capitaliser pour leur pomme en bon individualiste

- Le financement de l'Assurance Maladie reposant à 60% sur les cotisations salariales et patronales, ils mettent sciemment en danger l'équilibre budgétaire pour l'ensemble des prestations sociales délivrées aux Français

 

Ne nous leurrons pas, tout pousse dans notre société moderne à corrompre le sens du mot solidarité dont l'essence même ne devrait pas avoir de couleur politique. Redistribution des richesses, assistanat ou spoliation étatique, les sensibilités sont nombreuses. Mais ne jetons pas l’opprobre sur un principe moral inscrit dans la Constitution en la rendant responsable de tous nos maux économiques.

 

La solution est ailleurs mais il faudra beaucoup de courage politique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • JL JL 25 juin 2013 11:59

    La question qui mérite d’être posée est la suivante : peut-on concilier le principe d’une Sécurité sociale avec un secteur santé libéral qui fonctionne ’la bride sur le cou’ ?

    Pour moi la réponse est non dans ce contexte ultra-libéral dans lequel nous baignons.

    Plutôt que des assurances privées, je verrais bien des coopératives ou mutuelles au niveau local, gérez par des bénévoles et avec la participation de tous. Le seul pb que j’y vois, c’est la confidentialité : il est des maladies - et pas seulement honteuses - que personne n’aimerait voir affichées sur la place publique.

    Alors s’il faut détruire Carthage, alea jacta es.


    • Charles Martel Charles Martel 25 juin 2013 12:26

      le bénévolat nouveau nom moderne de l’exploitation d’autrui...


    • JL JL 25 juin 2013 12:47

      Plutôt que de bénévolat, j’aurais dû parler de ’Do it yourself’ : se prendre en charge, se responsabiliser.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 27 juin 2013 17:27

      IL FAUDRAIT POSER LA QUESTION AUX MARINS AYANT navigué sous le régime des KERGUELEN


      SECU et retraite A CARDIF ......... ceux que je connais n ont pas l’ air de s’en plaindre.......


    • Lieutenant X 25 juin 2013 13:30

      Donc en gros, il faut sortir de la Sécu française car il y a beaucoup d’avantage à le faire.

      Mais il ne faut pas le faire parce que ce n’est pas gentil puisqu’en quittant ce système cher et peu efficace, il risquerai de se casser la figure. 
      Le truc c’est qu’il va se casser la figure, c’est mathématique. Donc, il y aura des chanceux qui éviterons la catastrophe et les autres qui la subirons solidairement dans l’os, bien profond.
      Alors pourquoi ne pas faire sauter ce système et le remplacer par des entreprises françaises au lieu que ce soient les companies étrangères qui en profitent ?

      • lulupipistrelle 25 juin 2013 13:34

        Non la fin du monopôle de la Sécu va rénover l’exercice de la médecine libérale et hospitalière...


         Si vous imaginez que les assurances privées vont fermer les yeux sur tous les dysfonctionnements comme le fait actuellement la sécu... vous vous trompez....
        Les médecins ou les chefs de services incompétents seront enfin traduits en justice, les directeurs d’Hôpitaux esclavagistes seront dénoncés... Les cliniques qui font du rendement seront auscultées à la loupe...

         Je pense que le malade va y gagner, qu’il s’assure à la sécu ou ailleurs. 

        • foufouille foufouille 25 juin 2013 14:26

          vu le fonctionement des assurances privées, mieux avoir des ronds de cotés


        • lulupipistrelle 25 juin 2013 14:37

          Je pense plutôt que des assurances privées attaqueront le système et l’éreinteront jusqu’à ce qu’il se réforme. 


        • foufouille foufouille 25 juin 2013 15:44

          faudra plutot eviter les hopitaux pour ne pas se faire euthanzier et decoupes en organes vendables


        • lulupipistrelle 25 juin 2013 15:53

          Oui, mais ça existe déjà... 


        • JC (Exether) 25 juin 2013 16:48

          C’est bien connu qu’aux état-unis par exemple, où tout le monde s’occupe de sa propre couverture santé, les gens sont très bien soignés pour presque rien.

          Je suis ironique bien sur, en fait les dépenses de santé sont supérieures aux nôtres et une bonne partie des frais partent en dividende, bénéfices ou frais d’avocat. Sans compter que les frais sont souvent plafonnés et que même une personne avec un bon salaire peut se trouver ruinée d’avoir un enfant handicapé.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Assurance_maladie#.C3.89tats-Unis


        • lulupipistrelle 25 juin 2013 17:48

          Super... on va donc rendre à tout le monde l’accès à la justice... parce qu’actuellement se payer un avocat décourage pas mal de monde... mais avec des assurances intéressées, c’en sera fini de l’impunité totale ou presque dont bénéficient les responsables de négligences ou d’erreurs médicales..la sécu étant totalement laxiste... 

          Bref ce sera une amélioration de la condition de malade... 

          Au fait, vous phantasmez complètement sur les USA... la solidarité individuelle joue à plein et la plupart des personnes en difficulté peuvent être prises en charge , grâce à la mobilisation de leur entourage... ça c’est du lien social. 
          Je ne parle même pas de l’avancée de leur médecine, puisqu’il ne se passe pas une année sans que des souscriptions soient ouvertes à Nice pour envoyer des enfants malades aux USA, le traitement n’existant pas en France. 

          Allez , allez, on connait votre manoeuvre : jouer de la peur qu’inspire un système qu’on dénigre dès le collège... ça marche de moins en moins, vu que les victimes du système français ne cessent d’augmenter chaque année, et que tout le monde en compte plusieurs dans son entourage. 


        • spartacus spartacus 25 juin 2013 13:53

          En cas de maladie sévère, il est toujours nécessaire de demander une entente préalable

          C’est exactement comme cela que cela se passe avec votre mutuelle complémentaire et pourtant privée ?
          Qui va financer l’ouverture de services hospitaliers, enseignement et formation médicale, thérapie innovante ?Aux dernières nouvelles, c’est l’état (aménagement, éducation nationale ou recherche) , qui assure ces fonctions, pas la sécu qui n’est qu’un organisme qui ne gère que des remboursements.
          Ne restera donc que la classe moyenne… qui héritera nécessairement à terme d’une médecine à 2 vitesses :
          Les gens bénéficiaires de la CMU ne seraient pas soignés en France ?
          Oui, la Sécurité Sociale est très mal gérée et gaspilleuse. Elle mériterait de subir une réforme profonde, à commencer par les régimes spéciaux. Tout le monde sait depuis 40 ans, que les régimes spéciaux sont scandaleux. Nos médicaments sont les pus cher d’Europe, nos remboursement les moins bien remboursés d’Europe. Et a voir les zozos qui gèrent et les ingérences gouvernementales dans les régimes sécu qui consiste a ne pas froisser des électeurs aux pouvoir de nuisance...C’est pas demain la veille.

          • spartacus spartacus 25 juin 2013 13:56
            Solidarité
            Définition : La solidarité est pour les étatistes le prétexte idéal pour instaurer réglementations, impôts, cotisations sociales, lois liberticides, faux droits, etc, et augmenter tant que faire se peut l’emprise de l’État sur les « administrés » et les « assujettis ». 
            Celui qui proteste est alors montré du doigt comme un déviant : il est « contre la solidarité ». 
            Dans une société « normale », la solidarité ne concerne qu’une très petite partie de la population (personnes en difficulté temporaire, handicapés) et peut être prise en charge soit par des associations, soit par des mécanismes d’assurance classiques (assurance maladie, chômage, etc.), soit directement par les familles concernées. 

            Dans une société fortement étatisée (socialiste ou social-démocrate), les besoins de solidarité, de par l’appauvrissement général causé par l’État, sont tellement immenses que la seule solution est de faire appel à nouveau à l’État, qui est pourtant la cause-même du problème. La solidarité privée disparaît pour laisser place à l’assistanat étatique.

            Au delà du fait que la « solidarité » étatique soit moralement condamnable malgré les vertus dont elle se pare, elle est par ailleurs contre-productive et inefficace. La solidarité telle qu’elle est mise en oeuvre décourage les sources de richesse : le travail, en taxant les travailleurs et en subventionnant ceux qui ne travaillent pas, et l’épargne, puisque plus on est riche plus on est taxé. 

            Les agents économiques les individus mais aussi les entreprises sont plus tentés par la possibilité de s’enrichir sur le dos des autres en captant telle ou telle avantage ou subvention à leur profit plutôt que de s’associer entre individus et d’innover pour produire de nouvelles richesses. 


            La solidarité étatique sonne donc la fin de la civilisation.

            La sécu en est l’exemple !

            • lulupipistrelle 25 juin 2013 13:57

              Et concrètement, on va sans aucun doute en finir avec cet abus qui fait que lorsque vous rentrez dans un service hospitalier public ou privé à 7h du matin pour en ressortir le lendemain à 11 h, la sécu rembourse 3 jours d’hospitalisation...


              Ces deux jours supplémentaires sont systématiques en maternité, alors vu le nombre de naissances (822 000 en 2012), vous pouvez chiffrer l’escroquerie... 

              • lulupipistrelle 25 juin 2013 14:34

                erratum :

                 Rentrée un dimanche à 6 h du mat, sortie avec mon bébé le lundi avant midi ( en signant une décharge).. c’est 4 jours que la sécu a remboursé pour moi... je ne serais pas étonnée que la secrétaire ait retardée d’1/4 d’heures mon départ...
                J’ajoute que je n’ai rien consommé, je n’ai pas commandé de plateau repas, malgré l’insistance du personnel, que j’ai acheté mon café à un distributeur, qu’on ne m’a pas changé les draps, que je me suis douchée toute seule (2 fois)... Alors 4 forfaits hospitaliers c’est carrément du vol. Mais avec une prise en charge à 100 % la sécu a payé sans problème. 

                Pour mon autre bébé : rentrée un jeudi à 23 h , repartie le lundi à 11 h... = 6 jours... 
                Pendant ce week-end, on ne m’a pas changé les draps, personne n’a fait le ménage, ni nettoyé les sanitaires... 

              • titi 25 juin 2013 18:37

                Et que dire du « tourisme » en VSL...


              • foufouille foufouille 25 juin 2013 14:28

                Dans une société « normale », la solidarité ne concerne qu’une très petite partie de la population = les riches uniquement


                • lulupipistrelle 25 juin 2013 14:40

                  Oui, à condition qu’on ne leur refile pas tous les illégaux qui se tapent l’incruste. 


                • viva 25 juin 2013 19:46

                  La solidarité c’est bien tant qu’elle ne met pas en difficultés ceux qui permettent au système d’exister grace à leur travail.


                  Ce qui se passe actuellement, c’est que la classe moyenne a de plus en plus de mal à se soigner, pour d’autres tout est gratuit et pour les plus riches ce n’est pas un problème.

                  Donc la question est de savoir si il devient raisonnable de rester dans un système qui vous plume en vous faisant payer deux fois, tout en ayant des soins dont la qualité s’amenuise.

                  • hd89 hd89 25 juin 2013 21:00

                    ce n’est pas la commission européenne qui a émis un avis selon lequel les états étaient libre d’organiser leur assurance maladie mais une représentation française dans l’europe....la constitution citée n’emploie à aucune moment le terme de devoir être affilié.

                    Rien dans la réglementation européenne n’empêche la France :
                    - d’organiser un système de cotisation de santé comme celui existant et de vouloir l’améliorer mieux que ne le ferait les concurrents (LLYOD, etc...)t bénéfique pour ses adhérents...
                    - rien n’empêche l’état français de proposer une ponction supplémentaire applicable à l’ensemble de la population (et non seulement aux gens qui travaillent) sous forme d’impôt pour le financement de l’assurance maladie.
                    votre article semble méconnaître que le salaire réel d’un smicard comprend la colonne « charges patronales.... » faites un petit calcul.... vous verrez que pour beaucoup de smicards, c’est vite vu....
                    il semble encore méconnaître que l’état a compétence pour fixer le seuil des soins remboursés comme les limites et que les assureurs privés comme le mien proposent un « substitut » EXACTEMENT IDENTIQUE à la CPAM RSI etc.... bref que les "caisses du monopole et uqe le remboursement se fait en un jour ou deux !! 
                    votre solidarité est l’organisation d’une véritable spoliation des générations futures tan pour la maladie que pour la retraite car elle est financée par l’emprunt, les cotisations n’y suffisent plus depuis longtemps.
                    la CADES ne cesse de jongler avec les comptes et l’état fait de la cavalarie... que tout le monde paye.

                    • tutti frutti tutti frutti 26 juin 2013 07:15

                      La simili gratuité des soins engendre gabegies et prévarications en tout genre . 


                      Autour de cette usine à gaz gravitent  vautours et rapaces en tout genre . 

                      On va chez le médecin pour obtenir quelques jours faux arrêts maladie

                      payés par on ne sait plus qui à la fin . 

                      Ce système est périmé , obsolète et comme pour les retraites à 40 vitesses

                      il faut tout jeter à la poubelle et redéfinir comment on veut juste être soigné et

                      non engraisser la cochonnerie pharmaceutique , la médecine de confort  et les 

                      charlatans du bizzness .

                      • Constant danslayreur 26 juin 2013 07:32

                        Bonjour Monsieur Frutti
                        Vous y en a avoir tout dit et bien dit,
                        Moi y en a être d’accord avec vous - très sérieusement en plus -,
                        Eux y en a vont pas aimer comme d’hab,
                        Elles y en a rien à f... sec ... faire et
                        Nous y en a rien de nouveau sous le soleil,

                         
                         


                      • Constant danslayreur 26 juin 2013 07:35

                        Moi y en a maintenant aller gagner ma croute
                        Moi y en a souvent malade et même sick voire ill
                        alors que moi y en a jamais pris une heure de congé maladie
                        ni remboursé le moindre comprimé de paracétamol

                        Mais bon, moi y en a pas très normal non plus smiley


                      • Constant danslayreur 26 juin 2013 07:39

                        Quand moi y en a trop malade pour aller bosser, moi y en a bosser des heures sup après pour walou histoire de récupérer.

                        Cela dit moi y en a souvent bosser heures sup pour walou absence a récupérer ou pas

                        Pour certains c’est la faute à je suis fier et altier presque comme Aita, pour d’autres je suis un maso doublé d’un idiot utile à l’oni et à la garchie

                        Pour bibi je suis un saint... ple desprit smiley


                      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 1er juillet 2013 18:33

                        LA HOLLANDIE PETE LES PLOMBS.
                        ils augmentent la tva sur l’aide a domicile etr a la personne DE 11 A 17%

                        ILS FERMENT UNE MINE DE PETITS BOULOTS.SIUR ORDRE DE LA CEE ???


                      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 2 juillet 2013 09:57

                        tres fort FLAMBY DE 9 A 19.6%...........qu’ils sont cons au ps

                        dans l’aide a domicile et autre aides a la personna IL Y A UNE MINIE DE METIERS DONC D EMPLOIS


                      • tutti frutti tutti frutti 26 juin 2013 07:49

                        Bonjour Monsieur Constant , 


                        Et bien permettez moi de vous souhaiter une bonne journée . 

                        Frutti Tutti , ou à l’ envers ...

                        • yoyo6963 26 juin 2013 10:21

                          « Ne nous leurrons pas, tout pousse dans notre société moderne à corrompre le sens du mot solidarité dont l’essence même ne devrait pas avoir de couleur politique. Redistribution des richesses, assistanat ou spoliation étatique, les sensibilités sont nombreuses. Mais ne jetons pas l’opprobre sur un principe moral inscrit dans la Constitution en la rendant responsable de tous nos maux économiques. »


                          Le problème aujourd’hui est bien la perversion de la notion de solidarité, qui sert de justification au pillage général de la population pour assouvir l’idéologie égalitaire. 
                          C’est bien le système actuel qui est immoral, non ceux qui en sortent pour se préserver et protéger les générations futures, arrêtons de faire croire le contraire.

                          • gege061 gege061 26 juin 2013 11:42

                            Il est vrai que depuis 1945 le monde a bien changé mais les valeurs de solidarité qui sont censées être celles de notre société restent présentes.
                            il n’existe pas de secteur « libéral » en France puisque les tous médecins sont à une centaine prés sont conventionné et vivent grâce à la Sécu et ils ne veulent surtout pas se déconventionner.
                            Quant aux cliniques privées ,c’est pareil, et en plus elle ne font que ce qui est rentable : Chirurgie, Maternité, oncologie. Avez vous déjà entendu dire qu’on meurt en clinique ? NON : dès qu’un patient va mal et coute cher on appelle le SAMU et on transfère le patient dans le public. Mais bien sur c’est le public qui coute cher et ne vaut rien mais qui gère tout ce que le privé ne veut pas. Imaginez nos vieux sans hôpital public ?

                            Heureusement que la Sécu existe mais il y a danger et il faut tenter de s’opposer au transfert de nos données aux assureurs pour éviter la limitation de l’accès aux soins en fonction des pathologies

                            Si la Sécu très critiquée c’est pour s’en mieux s’en emparer : imaginez 440 milliards d’euros qui échappent au capital. Mon Dieu mais c’est indécent et cela permet de calculer la valeur du « trou » ( environ 10 Milliards) en pourcentage et aussi de comparer avec le budget de l’Etat environ 291 Milliards.

                            On comprend mieux pourquoi il faut casser la Sécu

                            Et le bons sens alors ! http://papyencolere.over-blog.com/


                            • sirius521 sirius521 26 juin 2013 11:59

                              Alors pourquoi ne pas faire sauter ce système et le remplacer par des entreprises françaises au lieu que ce soient les companies étrangères qui en profitent ?

                              La libre concurrence en Europe interdit de « privilégier » une entreprise privée nationale : c’est une infraction. 

                              Les médecins ou les chefs de services incompétents seront enfin traduits en justice, les directeurs d’Hôpitaux esclavagistes seront dénoncés... Les cliniques qui font du rendement seront auscultées à la loupe...
                              c’en sera fini de l’impunité totale ou presque dont bénéficient les responsables de négligences ou d’erreurs médicales


                              Vous rêvez complètement. Le « mieux » qui puisse arriver, c’est que ces compagnies mettent en place des réseaux de soin : à savoir un parcours fléché où vous ne serez bien remboursé que si vous consultez le généraliste ou spécialiste agréé. Le parcours libre, ce sera bel et bien fini. Quant aux cliniques, plus elles sont rentables mieux c’est. Ce sont les mêmes fonds qui sont derriere elles que les assurances.
                              Pour ce qui est des négligences, expliquez moi en quoi une assurance privée défendra votre statut de malade ? Vous croyez qu’ils auront un service réclamation ? Ah si peut etre, il y aura une option « assistance juridique » pour 15E de plus par mois pour les procéduriers qui pourront ainsi casser du médecin au moindre pet de travers. Les assurances des médecins augmenteront, le cout des soins parallèlement. Les procédures seront interminables et n’aboutirons pas plus qu’actuellement. Vous savez, en cas de véritable erreur médicale, il existe des procédures et il y a même des médecins et des hôpitaux qui sont condamnés. 

                              Ne restera donc que la classe moyenne… qui héritera nécessairement à terme d’une médecine à 2 vitesses :
                              Les gens bénéficiaires de la CMU ne seraient pas soignés en France ?

                               La classe moyenne pour vous, ce sont les gens CMU ??? Ah ahahaaa Ca montre bien votre état d’esprit. Non, la classe moyenne, c’est la majorité des français qui font tourner le système, ne vous en déplaise. Et c’est eux que votre action met en danger.


                              La solidarité étatique sonne donc la fin de la civilisation

                              Le couplet aussi sur la solidarité familiale est assez édifiant. Bah oui, vous vendrez votre maison et vous irez habiter chez vos enfants ! Pour moi, ce qui sonne la fin de la civilisation, c’est la captation toujours plus grande des richesses produites par une oligarchie, à qui il en faut toujours plus. Le creusement mondial des inégalités a été mis en évidence chiffre à l’appui, l’evasion fiscale contribue également à dépouiller le système. Avec vous, un système juste, c’est un pourcentage fixe de taxation quelle que soit le montant de rémunération. C’est une philosophie.

                              Ce que rapporte lulupinestrelle, ce sont les dérives de la tarification à l’acte, poussant l’hôpital à devenir une entreprise de production pour pouvoir subsister. En réalité, le forfait hospitalier couvre à peine les frais de fonctionnement généraux, surement à rendre plus efficient. C’est un tout autre problème qui n’a rien à voir avec le sujet de l’article.

                              votre article semble méconnaître que le salaire réel d’un smicard comprend la colonne « charges patronales 

                              Merci, je suis au courant. Mais si vous me relisez bien, je doute vraiment que le jeu en vaille la chandelle pour le smicard en question. Récupérer un peu plus de cash lui fera certainement plaisir sur le coup, sauf que s’il est vieux et malade, il risque d’avoir du mal à trouver une assurance qui veuille bien de lui ou à un tarif vraiment prohibitif pour une couverture moins bonne ou avec plafond et franchise.

                              L’etat a compétence pour fixer le seuil des soins remboursés comme les limites

                              Ah bon, l’Etat va légiférer pour contraindre une entreprise privée, étrangères, à offrir des prestations selon son bon vouloir ! Mais bien sur...

                              votre solidarité est l’organisation d’une véritable spoliation des générations futures tan pour la maladie que pour la retraite car elle est financée par l’emprunt

                              Vous devriez lire du Frédéric Lordon, ce serait salutaire.
                              La spoliation des générations futures, elle est déjà en marche : immobilier hors d’atteinte, chomage de masse, précarisation des emplois. Il est vrai que vos 500 E de plus par mois sont en train de tout résoudre miraculeusement.
                              Si l’on suit votre raisonnement, plus de retraite pour nos vieux alors ? Ils ont cotisé pourtant toute leur vie pour vos arrières grands parents !
                              Vous quittez le navire avec le seul canot de sauvetage car vous avez le sentiment d’être au dessus de la masse, ne chercher pas à nous faire croire que c’est pour sauver le monde.


                              • JCLebrun 26 juin 2013 14:15

                                L’article est intéressant, mais je ne suis pas trop d’accord. A ce sujet j’avais trouvé tout simplement excellent et très drôle cet édito d’un certain H16 qui donne un avis contraire à cet article : http://goo.gl/ZUyzL smiley


                                • patrickluder patrickluder 1er juillet 2013 00:01

                                  Il faut aussi savoir que dans certains cas, on ne peut pas entrer dans la sécu ...

                                  Nous sommes de petits agriculteurs avec moins de 10 hectares,
                                  nos terres trop petites ne nous donnent pas le droit d’entrer à la sécu ni à la MSA.
                                  On doit donc payer 20% de notre revenu à perte, sans aucune prestation en retour,
                                  et on doit s’assurer un minimum chez des assureurs privées.

                                  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 1er juillet 2013 18:36

                                    EXPLIQUEZ NOUS CA ILS VOUS FONT LE COUP DES MARINS SOUS PAVILLON DES KERGUELEN OU DE COMPLAISANCE

                                    ILS AIDENT AINSI LEURS AMIS BANQUIERS ET ASSUREURS


                                  • Lolo 29 août 2013 23:31

                                    Cet article est affligeant de contre-vérités notamment au sujet de l’égalité que conférerait la protection sociale de la France. Lorsque vous êtes affilié (de force) au RSI, vous n’avez pas le droit d’être reconnu en accident de travail ; J’en ai fait l’amère expérience. Quand vous êtes en arrêt de travail, vous ne touchez aucune indemnités de la part du RSI lorsque vous avez le statut de travailleur non salarié indépendant. Victime d’une rupture du tendon d’Achille, je fus contrait de continuer mon activité opératoire au risque de me retrouver dans le rouge et de ne pas pouvoir payer mes employés. Alors ne nous donnez pas des leçons de morale sur la solidarité et l’égalité des français devant leur système de couverture sociale. Dois-je vous rappelez l’article 1des droits de l’homme ? Ce système est inique et marche sur la tête en traînant un déficit chronique et qui ne profite pas à tous sans exception. L’adhésion à une assurance privée à le mérite de faire bouger les lignes et les esprits. Je maintiens que tout le monde peut le faire. Du reste, n’oublions pas que la SS a transféré une partie de sa mission aux mutuelles via le tiers payant mais vous trouvez cela normal.


                                    • Armog 18 septembre 2013 10:22

                                      Bon ...

                                      Je suis indépendant depuis presque 10 ans et mes cotisations sociales ont terriblement augmentées depuis mon début d’activité. Bien sûr, au fur et à mesure des ces années de travail, mon revenu a augmenté, mais entre celui-ci et mes cotisations, il y a eu comme qui dirait, le double.

                                      Je verse plus de 700€ par mois au RSI, et je ne parle pas de la CIPAV qui elle aussi me coute cher. Je suis en effet dans une tranche charnière, je gagne plus que la moyenne nationale, mais cela ne fait pas de moi un riche à la Hollande.

                                      Aujourd’hui, je ferme mon EURL, elle ne supporte plus le poids de ces cotisations.

                                      Donc quand je lis certains commentaires, j’aimerais bien comprendre pourquoi je serai un salaud parce que je prend une assurance privée, presque 3 fois moins chère chez Amariz, pour un remboursement supérieur. Pourquoi, malgré mes efforts, je mets la clé sous la porte aujourd’hui ? Je gagne bien ma vie donc je dois payer ? Je suis un salaud donc. Et donc ?

                                      J’espère bien que ce système va tomber (d’ailleurs sauf erreur de ma part, c’est Pétain qui l’a mis en place et non le CNR, le numéro de sécurité sociale, c’est sous Vichy). La solidarité se « paie » par nos impôts, et je suis pour. Payer pour des routes pour l’éducation oui. Re payer pour une solidarité qui ne fonctionne pas tant que ca, non.

                                      La sécurité privé fonctionne très bien en Allemagne, au chili etc . arrêtez avec votre vision franco-française de 1946 .. Ca devient lourd et cela endette nos enfants.


                                      • mikl86 6 novembre 2013 11:17

                                        Donc pour vous, auteur de cet article, il est normal :

                                        - d’emprunter auprès des hedge funds pour financer ce bon vieux titanic qu’ est la sécu
                                        - que les travailleurs indépendants se fassent racketter de montants exorbitants avec des calculs à N-2, mettant en danger la survie de leur entreprise et conduisant au suicide certains entrepreneurs.
                                        - qu’il y ai une justice sociale à 2 vitesses : 0 jours de carence pour un fonctionnaire en cas de maladie, 90 jours pour un indépendants.
                                        - Que la gestion des caisses de sécurité sociale soit une catastrophe , et que les pots cassés doivent être payés par ceux qui bossent...
                                        - qu’on ne fasse pas de la lutte contre la fraude un cheval de bataille, une urgence nationale
                                        - etc

                                        Vous devez être fonctionnaire à la sécu ou assisté pour tenir un tel discours bati sur la mauvaise foi et la méconnaissance

                                        • mikl86 6 novembre 2013 12:57

                                          C’est vrai, mieux vaut fermer une entreprise coulée sous l’unique poids des charges et proposer à l’entrepreneur de s’inscrire chez Pole emploi (mais sans assedic bien sur ...), RSA, CMU.

                                          Très constructif comme façon de voir les choses ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès