Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Après la presse, la télé, l’avènement de la littérature (...)

Après la presse, la télé, l’avènement de la littérature peopolitique

On connaît le succès des tabloïds et magazines people, hérité de nos voisins d’outre-Manche, qui font la fortune des groupes de presse, le plein des salles d’attente, les délices des gogos en quête de ragots, et permettent au tout-venant de vivre une vie de star par procuration.
On a, également, depuis de longues années, pris l’habitude (et le goût ?) des émissions télé du même tonneau : pseudo "télé-réalité", concours de futures "stars", reportages people ou lieux de goguette pour la jet-set : le rêve à bon marché ; le cul dans le canapé, la tête dans les "étoiles" du show-biz ou de l’argent, temps de cerveau disponible, anesthésié, pour oublier un moment les conditions de plus en plus dures d’une réalité qui se dérobe...

Depuis déjà plusieurs années, nous avons été habitués à l’irruption de cet univers du clinquant, de l’esbroufe, des strass, des paillettes, des rumeurs, des ragots, et des "scoops" moisis, sur les rayons des bibliothèques.

Il suffit qu’un des acteurs de la "notoriété", quel que soit son domaine (tout y fait ventre) : sports, chansons, télé, show-biz, ait connu, dans sa prime enfance, une varicelle un peu compliquée, ou, (ô joie), des problèmes familiaux, de préférence tortueux, pour qu’un livre y soit consacré, avec force publicité, promotion sur tous les plateaux de la télé-étalage des petits bobos, des drames intimes, des tics et tocs (où l’éthique est toc), et des revanches-sur-un-destin-injuste, vous avez bien du mérite...

Sur les écrans de la consommation, défilent, devant nos yeux embués, en promotion de leurs confidences retranscrites par écrit, les dynasties d’acteurs, de chanteurs, de téléistes, les révélations d’ex-gigolos empâtés aux petits fours des réceptions mondaines, les conseils d’ex-starlettes reconverties en douairières des bonnes manières, venant rejoindre les recettes des bains de siège aux plantes qui ont fait le succès de chanteuses populaires, des potins de potes aux popotins empotés : une véritable cour des miracles incroyables mais vrais, où les m’as-tu-vu de la nouvelle scène viennent faire un étalage indécent de leurs petits secrets et de leurs grands drames cachés.
Vie privée, vie publique : l’envers du décor fait vendre, permettant à chacun de pénétrer par une effraction consentie dans des intimités qui permettent l’illusion de les vivre par procuration

Je ne parle pas ici (et pour cause) des biographies d’artistes, qui peuvent présenter un intérêt pour les fans, et qui ne tombent pas dans le sensationnalisme à tout prix, se contentant d’évoquer la genèse de vies dévolues à un art populaire.

En revanche, pour le moindre fait divers, pourvu qu’une personnalité un tant soi peu connue y soit mêlée, les magazines ne suffisent plus : il y faut un livre : il s’en édite plus de 50 000 nouveaux par an en France (80 000 en comptant les rééditions), et s’en vend à peu près 480 millions d’exemplaires.

Il faut savoir que la moyenne du nombre d’exemplaires vendus, par livre, est d’environ un peu plus de 7 500, ce qui veut dire que le CA des maisons d’édition doit se réaliser sur un nombre de titres de plus en plus grands, mais dont chacun, en moyenne, se vend moins : il s’agit donc de multiplier les titres, quitte à ce qu’il n’y ait pratiquement rien derrière le nom et la couverture.

Pour être précis, il faut encore savoir que seuls les ouvrages scolaires, ceux de vraie littérature, de bandes dessinées et les encyclopédies et dictionnaires ont un tirage moyen supérieur à 10 000 exemplaires, ces trois secteurs représentant presque 50 % du chiffre d’affaires total.

Enfin, 19,1 % des livres vendus le sont en librairie alors que 21,8 % le sont par de grandes surfaces spécialisées (type Fnac ou Virgin) ou des chaînes de librairies et 20,1 % par les grandes surfaces (hypermarchés), ce qui démontre l’essor considérable de ces deux derniers types de canaux de commercialisation du livre, au détriment de la librairie indépendante.

On comprend donc aisément l’intérêt des éditeurs pour ce type de "littérature", disponible dans les supermarchés, que l’on ramène dans son caddie, entre les courses pour la semaine, les programmes TV et les tabloïds ; objets de consommation courante et immédiate.

L’irruption du peopolitique...

Et voici que, depuis peu (quelques années, mais beaucoup plus précisément ces derniers mois), se produit une formidable accélération de l’irruption, dans ce véritable salon de l’étalage, des "livres" consacrés aux personnalités politiques ; une véritable peopolitisation de l’édition.

Nous parlons bien ici d’objets consacrés ; non pas à l’analyse de tel ou tel aspect de tel ou tel comportement politique : pratique, théorique, programmatique, décisionnel ou comparatif ; ou encore de biographies essayant de retracer la logique, les conditions, les circonstances d’une destinée, d’une carrière ; non.

Il s’agit bien d’opuscules traitant de petits à-côtés, de pseudo-confidences, de bruits de coulisses, de vraies ou fausses révélations d’alcôve, de dézinguage ou d’apologie des personnages politiques d’actualité, que l’on retrouvera, par ailleurs, sur les plateaux télé des grand-messes dominicales.

Depuis la dernière campagne présidentielle, combien d’objets d’édition sur Ségolène Royal, mais surtout, évidemment, majesté oblige, sur le locataire de l’Elysée ; ses femmes ; ex et nouvelle, prétendantes et délaissées ; la saga Sarko bat son plein d’émotions, d’on-dit, de paillettes, de rebondissements, d’épanchements divers, d’aventures (a)variées : trop fastidieux à rechercher ; vous ferez le compte vous-même...

Dernier opus en date de cette saga nauséabonde, "Carla et Nicolas, la véritable histoire" : les confidences de la femme du président elle-même à deux personnages se prétendant "journalistes".

Que ces individus, avec le consentement de l’égérie-Lancia, se fassent de la pub et du fric, en se comportant comme de vulgaires chroniqueurs, sortant, sous forme de livre, ce qui devrait être confiné aux rubriques people des tabloïds à sensation et à commérages, et attirent dans leurs filets poisseux le genre de gogos que ces appâts excitent, ma foi, grand bien leur fasse : nul n’est contraint à l’abêtissement.

Mais cela signe, malheureusement, une idée assez précise de ce que devient la "culture" sous l’égide d’un président
dont on sait que les références, à ce sujet, le rapprochent plus de l’ambiance des spotlights que du siècle des Lumières.

Après la presse et la télé , voici donc venue l’époque de l’édition-caniveau peopolitique : c’est à qui y trouvera le ruisseau le plus fertile à alimenter la soif de potins en vogue, et de confidences à se répercuter sous le manteau : ça ne mange pas de pain, ça fournit de la matière au temps de cerveau disponible à la télé, et, par la même occasion, ça contribue à diffuser le parfait écran de fumée qui évite d’avoir à parler des mesures d’une politique et de ses désastreux effets sur le quotidien de la grande majorité des citoyens, grugés et entourloupés par le cirque médiatique.

Rêvez, on s’occupe du reste...

Documents joints à cet article

Après la presse, la télé, l'avènement de la littérature peopolitique

Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • italiasempre 9 juin 2008 12:05

    Rachidagrobis, fin de la fable
    par sisyphe (IP:xxx.x34.184.215) le 4 juin 2008 à 12H27
     

     
    A rajouter au dossier de l’arriviste Dati (raconté hier par J.M. Apathie sur Canal +) :

    Carla lui faisant visiter l’appartement privé de l’Elysée, arrivant dans la chambre, lui montrant le lit, et lui dit : "Tu aurais bien aimé être là, n’est-ce pas ?"

     

    No comment.....

     


    • sisyphe sisyphe 9 juin 2008 15:03

      Oui. Confidence justement extraite du LIVRE "Carla et Nicolas" !

      C’est exactement ce que je dis.....


    • italiasempre 9 juin 2008 21:30

      Sisi

      tu sais bien ce qu’on dit.... a trop regarder l’abime etc.etc...


    • Philippe D Philippe D 9 juin 2008 12:38

      De l’utilisation de la dénonciation de la peopolisation en milieu pseudo-intellectuel de gôche :

      Encore une fausse polémique inutile sur la peopolisation, dont certains détracteurs (autoproclamés et avoxiens) se repaissent allègrement dans un curieux exercice de renversement des situations.

      Tout est dans tout. Et inversement !

      Sinon, aujourd’hui il y a l’article de La Taverne pour rire un peu.


      • sisyphe sisyphe 9 juin 2008 15:51

        Intellectuel de gauche, intellectuel de gauche....

        Mais c’est un pléonasme, ça !

         

         

        Non ? ...


      • Philippe D Philippe D 9 juin 2008 16:37

        Vous remarquerez que j’avais un peu tempéré l’affirmation : Pseudo-Intellectuel.

        Mais vous avez bien sûr tout à fait raison : L’intellectuel ne peut qu’être de gauche, tout comme l’intelligence, l’esprit, l’humanisme... et tout ce qu’il vous plaira d’y rajouter !


      • sisyphe sisyphe 9 juin 2008 17:00

        Eh ben, voila !!..


      • Adama Adama 9 juin 2008 18:49
        Sisyphe et ces oeuvres, on en redemande.

         

        Mais dis moi, espèce de débile profond, Pétard, je me répète, mais c’est pas humain d’être aussi con : FERME TA GUEULE  !!!
        A X
        Décidément.... ta guueule !!!!! ...
        A X
        A tous les facistes :Ach ! La noztalchie du Fuhrer !Tous les bulgroz, les drzzz, les lyon, tombent le masque, et nous dévoilent leur vraie gueule de petits salopards racistes, collabos avec le pouvoir en place, veules et bavants...
        A Lerma : Mais qu’est-ce que tu peux être con, mon pauvre lerma : c’est pas possible, là : tu le fais exprès ? Oui, pauvre tache ...
        A Dalziel :chacune de tes interventions est frappée du seau de la bétise la plus crasse : continue à te caricaturer comme ça :
        A hgo04 :Et toi, tu mériterais d’être dénoncé pour accusation calomnieuse sans preuve, patate !Si t’as que des conneries comme ça à avancer, dispense toi d’écrire : ça fera de l’air à tout le monde : merci !
        A Polo : T’as raison : des mecs comme toi, c’est dangereux de les autoriser à se regrouper en famille d’esprit
        A Dalziel :Et toi Dalziel, tu leur préfères quoi ?... le droit-de-la-connerisme ?
        A Dalziel :On ne sait pas de quelle "souche" tu es dalziel, mais ce que tu prouves, à chaque instant, c’est que tu en tiens une fameuse.... couche ! Et puis, les souches, ça ne sert à rien : ça s’arrache, et ça se fait bruler ! Au feu, les "de souche" !
        A lui même : Jusqu’à preuve du contraire, le procureur devrait fermer sa gueule, en attendant une enquête et un jugement.
        A personne en particulier mais à tout le monde à propos d’un article sur Mai 68 :Qu’est-ce qu’on peut lire comme conneries !
        Sur un Article de Morice : Ah ! Un nouveau coup de pied dans la trollinière, et les voilà lachés, remontés comme des coucous. Les bulgroz, les hihan, les weinstein, les calmos, bruxman, etc.... ceux qui n’ont jamais rien à dire sur les sujets, mais de l’insulte et du rejet plein les doigts, la bouche, la gueule...Faut bien qu’ça sorte ; alors, ça se défoule : allez, les trolls, profitez : vous devez être tellement frustrés dans votre vie Mais gaffe à l’analyse et à la réflexion : vous savez que face à elles, vous risquez de disparaitre (c’est ce qui se passe, d’ailleurs, à voir tous vos posts foireux repliés ; et ça, je dois dire que c’est un vrai plaisir)
        A Seb59 (intrégralité du post) :"C’est bon de sucer Bush ? "
        A Bulgroz :Ne te gène surtout pas : gave toi ; tu débarrasseras le plancher un peu plus vite, et ça fera du bien à tout le monde...
        A son ami Morice pour venir à son secours :On ne vous demande pas d’écrire un article, parce que ça, vous n’en êtes pas capables, mais au moins de nous épargner vos petits cacas nerveux : merci d’avance.
        A Dalziel :si tu avais le 10ème du 1/4 de son intelligence, tu ne nous gartifierais pas de posts plus stupides et abjects les uns que les autres. Retourne à l’école.
        A Lyon :Espèce de vieille patate, si tu savais lire, tu aurais vu que le texte cité n’est pas de moi.Ah ; c’est pas beau de vieillir... ? Fais gaffe, lyon : on va retrouver tes coordonnées, et lancer une fatwa contre toi

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

        A X


      • ZEN ZEN 10 juin 2008 07:56

        Comment appelle-t-on ceux qui répètent sans cesse les mêmes choses ?

        Gagas. Adama gaga


      • quen_tin 9 juin 2008 14:38

        Malheuresement ces livres envahissent les devantures des librairies et bénéficient d’une promotion sans équivalent en télévision.


        • LPG 9 juin 2008 15:42

          Pour être précis, il faut encore savoir que seuls les ouvrages scolaires, ceux de vraie littérature, de bandes dessinées et les encyclopédies et dictionnaires ont un tirage moyen supérieur à 10 000 exemplaires, ces trois secteurs représentant presque 50 % du chiffre d’affaires total.

          Dans ces tirages supérieurs à 10.000 exemplaires, tu as oublié une catégorie : les livres qui ne sont pas vraiment de la littérature ... une sorte de Canada Dry de la littérature, comme Harry Potter ou Milenium .... Ces livres dont le tirage dépasse 500.000 ou le million d’exemplaires ....

          Ce qui n’empêche pas que ton article est le reflet de la réalité, n’en déplaise au sieur Philippe D.

           


          • sisyphe sisyphe 9 juin 2008 16:00

            Oui, LPG.

            C’est de la littérature ; soit pour enfants (Harry Potter), soit polar (Millenium), soit encore fantastique ( Le seigneur des , etc...) ; donc, de la fiction, mais c’est encore de la littérature !

            Là, je parle de sujets de tabloids qui n’auraient jamais dû avoir accès au statut de "livres" ; et, plus grave, en ce qui concerne les hommes politiques : c’est carrément une insulte à la littérature et au journalisme.

            Signe des temps, et du niveau de "culture" entretenu par TF1, M6, Voici, Closer, Gala, VSD, etc....... tous les médias où le ragot et les bruits de couloirs ont remplacé l’information, dans un formidable écran de fumée...


          • LPG 9 juin 2008 18:38

            Bon, Sisyphe, j’ai peur que tu ne nous fasses une petite déprime !

            Bien sûr que cette littérature de caniveau axée peopolitique existe, mais heureusement il reste quelques lecteurs de " vraie " littérature !

            Pour preuve tu tapes dans google " bleuet banon " et tu auras une montagne de liens vers ce libraire qui a réussi la gageure de s’installer et faire une progression spectaculaire de son C.A. dans un village de 600 habitants, perdu au fin fond des Alpes de Haute Provence ! Et sans rien connaitre lui même au départ de la littérature, il était menuisier, le Joël !

            Un vrai régal cette librairie, d’entrée derrière la caisse la collection complète de la Pléïade ... Plus une montagne de collections introuvables ailleurs ... Plus de 70.000 réféences ! 

            Je ne peux aller dans le 04 sans faire le pélerinage de Banon, pays béni où l’on trouve cette rareté pour les nourritures spirituelles, mais aussi un charcutier artisan qui fabrique lui même, et des truffes en saison ... Sans parler de la beauté du vieux village, et des paysages proches du Contadour, chers à Giono.

            Un vrai rayon de soleil, je ne peux que te conseiller d’aller y faire un petit tour, c’est à moins de 3 heures de route de Nice, excellent contrepoison pour soigner un moral attaqué par ces tristes parutions ....


            • sisyphe sisyphe 9 juin 2008 20:52

              Salut le Furtif !

              Ces chiffres sont extraits de ce site : http://netx.u-paris10.fr/eadmediadix/formation/Edition/&siteEdition.htm#

              Ils sont exacts, mais datent, je ,de 2005. Je ne pense pas que ça ait énormément changé depuis.

              Si quelqu’un a des chiffres plus récents....


            • Le péripate Le péripate 9 juin 2008 21:40

              Article salutaire, pertinent et pas démagogique du tout, écrit par un des commentateurs les plus incisifs et perspicaces de la galaxie d’Avox... Génial ! On en redemande !

               


              • sisyphe sisyphe 9 juin 2008 21:45

                C’a ta plu, mon chou ? ..


              • Le péripate Le péripate 9 juin 2008 22:03

                J’adore tout ce qui est frivole et insignifiant..

                Juste une remarque : la littérature de chiottes ne manque pas de diversité. tout le monde peut y trouver son bonheur, en fonction de ses inclinations, de ses opinions... Autant de livres, sinon plus, contre Sarko que pour. Et tous, de la m....


              • Gül 9 juin 2008 22:11

                @ Le péripate

                Vous aimez bien carla, alors !?


              • Le péripate Le péripate 9 juin 2008 22:18

                Carla ? la meuf du chef ? J’aimais bien l’entendre à la radio , avant, comme d’autres.

                Orage sur libourne, je coupe....


              • Gül 9 juin 2008 22:29

                C’était juste un rappel pour ce qui était "frivole et insignifiant" !!! Bon orage !!!


              • ZEN ZEN 10 juin 2008 08:04

                J’adore les analyses pertinentes, fines et approfondies de Péripate...


              • sisyphe sisyphe 10 juin 2008 09:23

                par Le péripate (IP:xxx.x54.163.58) le 9 juin 2008 à 22H03

                 
                J’adore tout ce qui est frivole et insignifiant..
                 
                D’où ton narcissisme exacerbé....

              • Le péripate Le péripate 10 juin 2008 22:40

                Eh non, je ne connais pas Emile. Il est vrai que je suis libournais depuis un an à peu près (l’amour !). Enfin, peut-être je le connais, mais sans savoir... mystère...c’est peut-être gilbert mitterrand...

                Alors, Zen, vous appréciez mes "analyses"  ? Il est remarquable que j’ai réussi à avoir un score positif sur un article de l’inénarable sisyphe, en pratiquant un cirage de pompe monstrueux ! Etonnant que ça ait marché ! Ce qui donne une petite idée du sens critique des lecteurs !


              • Belle lurette 10 juin 2008 06:53

                il y a un temps ou les gens ne savaient pas lire et la messe était en latin, un éternel recommencement ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès