Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Argent gagné = argent mérité ?

Argent gagné = argent mérité ?

Cet axiome de la pensée sarkoziste selon lequel tout argent est mérité est ce qui fonde le règne de l’argent-roi, c’est-à-dire l’argent élevé au rang de valeur centrale et suprême. L’argent décomplexé, sans tabou, sans limites aussi. Mais un axiome est par définition une vérité indémontrable que nous devons admettre. Or, s’agit-il vraiment ici d’un axiome ou bien plutôt d’une affirmation fausse que l’on veut nous faire admettre ? Si l’affirmation est fausse, c’est tout un pilier porteur de la politique sarkoziste qui défaille.

"L’argent gagné est de l’argent mérité" n’est pas un axiome. Juste une affirmation qui peut être contestée par l’argumentation contraire. Elle est contestable par l’usage de la seule raison et sans le recours aux préceptes de la religion catholique qui a un point de vue particulier sur l’argent. Cette simple affirmation sert l’idéologie du pouvoir en place, qui a recours à elle pour légitimer les marchés d’armes, les diplomaties complaisantes, le "pragmatisme" comme on dit souvent dans les milieux adorateurs du dieu argent.

L’affirmation est commode pour justifier tous les gains, quels qu’ils soient et sans limites : les revenus indécents des stars, les parachutes dorés, les auto-augmentations de salaire de 300 %, et même les magouilles. Partant d’un principe posé comme une évidence absolue, on fait passer aisément la nécessité de dépénaliser le droit des affaires, on joue les Robin des bois en restituant à des hommes d’affaires indélicats des sommes astronomiques que le contribuable paiera de sa poche. L’argent gagné, c’est de l’argent mérité : au besoin il faut le rendre à celui qui l’a gagné, fût-il connu pour ses nombreuses malversations et condamnations pour escroqueries et corruption.

Un cas d’actualité vient illustrer les abus que peut générer cet amour immodéré du fric. On en a peu parlé dans les médias, il s’agit de l’affaire Peyrat.

Un exemple d’actualité pour illustrer : Peyrat paiera pas


En juillet 2008, une décision de justice vient condamner les acteurs de l’affaire du tramway de Nice dont Peyrat est responsable, mais pas coupable. Voici l’affaire en quelques mots : Peyrat, alors maire de Nice, recrute Dominique Monleau qui est connu de tous pour avoir été la cheville ouvrière du tandem Chirac-Tibéri dans les affaires parisiennes. Il sait donc qui il recrute. Une affaire de marché truqué est montée par Monleau et la société Thales pour l’achat du tramway de la ville. La sentence de la justice aujourd’hui est lourde. Quatre ans de prison dont deux avec sursis pour Monleau, 18 mois dont 12 avec sursis pour Michel Josserand, l’ancien PDG de Thales, et surtout 600 000 euros d’amende pour Thales, jugée coupable d’avoir été l’ordonnateur d’habitude de la corruption.

Mais Peyrat paiera pas, sa culpabilité n’est pas établie. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’il recrutait sciemment un escroc. Déjà en 2003, il avait embauché comme directeur général des services, Michel Vialatte, célèbre pour avoir été en Essonne le "Monsieur tirelire" de la droite. Vialatte a notamment alloué un salaire de complaisance à Xavière Tiberi. Non coupable aux yeux de la justice, Peyrat n’est néanmoins pas irréprochable sur le plan professionnel et éthique, et sur le plan des comptes à rendre aux citoyens.

Quant à Monleau, si personne ne fait appel, il pourrait obtenir un aménagement de sa peine et ne pas être remis en prison. Le dessous-de-table qu’il avait reçu dans ce marché truqué s’était élevé à la somme de 180 000 euros qu’il plaça en Suisse. De l’argent gagné, mais guère mérité du point de vue de la loi. Mais il faut bien admettre, hélas, que beaucoup passèrent au travers des filets ou écopèrent de peines légères.

Peyrat fait encore parlé de lui, mais pour autre chose. Le 13 juillet 2008, le journal Nice Matin évoque ses dépenses inconsidérées d’avocat. Il aurait, selon le nouveau maire, Christian Estrosi, trop tapé dans le budget municipal prévu pour les frais de justice en engageant de nombreux procès en diffamation. Soucieux de préserver l’image de sa personne, il attaquait à tout-va, grâce à la procédure dite de protection fonctionnelle des élus, et peu soucieux de ce que cela coûterait aux habitants. Avec la somme dépensée, l’ancien maire aurait pu faire rénover 24 salles de classes supplémentaires fait-on remarquer. Cette affaire fait transition pour évoquer la tendance qu’ont certains à saisir à la première occasion la justice pour tenter de décrocher le jackpot par l’attribution de lourds dommages et intérêts. Argent gagné toujours mérité ? Pas sûr... Il arrive que les décisions d’octroi de sommes importantes soient remises en cause par la juridiction d’appel.

Pour en revenir aux commissions de marchés publics, Gérard Merle (UMP) raconte ses souvenirs de porteur de valises dans le cadre du marché truqué du pont de l’île de Ré dans lequel Bouygues était impliqué.

Désormais, les marchés publics sont très contrôlés par la loi, mais pendant longtemps ces pratiques ont eu cours et les protagonistes considéraient que l’argent ainsi gagné se justifiait, qu’il était naturel de se servir. Comme quoi, on peut toujours combattre une idée admise et la changer.

Pour une éthique de l’argent

Ce qui a été fait pour moraliser les marchés publics devrait servir d’exemple pour réglementer les parachutes dorées ou les retraites dorées des ex-PDG. Car l’argent gagné est certes mérité, mais jusqu’à un point où la décence, mais aussi le sens de l’équité et du partage doivent alerter. La transparence, rendue obligatoire des PDG du CAC40, est une bonne chose. Elle permet surtout de voir la flambée des profits. Tout le monde peut donc s’apercevoir que les inégalités et les injustices sont criantes. C’est donc un devoir de corriger le tir, en réglementant d’urgence les pratiques excessives des actionnaires et PDG, afin de ne pas écœurer les gens qui travaillent.

Mais il n’y a pas que des gens qui travaillent. Certes, l’argent gagné est mérité et cela quel que soit l’effort productif accompli (et on ne va pas faire de distinction entre les intellectuels, les manuels, les sportifs, les investisseurs...) Mais l’argent perçu par les personnes qui ne peuvent travailler ne doit pas pour autant être déconsidéré ni ne doit constituer une source de honte. A force de marteler les valeurs comme le travail, l’argent, le mérite, on fustige tous ceux qui ne peuvent travailler, faute d’emploi ou à cause de handicaps. Les handicapés se sont vu accorder en 2008 une revalorisation dérisoire de leur allocation, une obole en fait, bien en deçà des promesses du candidat Sarkozy et insuffisante pour faire face à leur vie de tous les jours. Les petits retraités, dont ceux qui relèvent des régimes agricoles, survivent seulement de leurs pensions alors qu’ils ont été actifs et qu’ils ont cotisé. On ne peut pas flatter d’un côté les revenus du travail, du capital, des héritiers et des rentiers, et d’un autre côté pointer du doigt les revenus que l’on dit d’"assistance" avec un certain mépris dans la voix. Car en flétrissant de la sorte les revenus de la solidarité nationale, on jette l’opprobre sur ceux qui en bénéficient (et non ceux pas en "profitent" ou en "abusent") et qui, pour beaucoup, ne demandent qu’à jouer un rôle utile dans la société.

La question est vaste et relève d’un débat qui dépasse le cadre d’un article. C’est pourquoi, je m’arrête ici pour laisser place à la discussion. Mais la question mérite d’être portée à la réflexion. L’affirmation "argent gagné = argent mérité" a-t-elle valeur d’axiome dans le monde d’aujourd’hui ?



Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 23 juillet 2008 11:38

    >>L’affirmation "argent gagné = argent mérité" a-t-elle valeur d’axiome dans le monde d’aujourd’hui ?

    C’est une bonne question. Je crois que la réponse est OUI et ce manque d’esprit critique est ce qui fait le succès du libéralisme et des rêves derichesse. On oublie que l’argent gagné dépend des règles que la société se fixe. Depuis l’invention de la propriété privée, les exemples sont légion de distribution de droits qui entraînent la création de fortunes pour certains bien placés au bon moment. Les exemples sont multiples en Russie et en Chine suite à la fin du communisme mais aussi chez nous dans la création des fameux noyaux durs des sociétés privatisées.

    Même dans un fonctionnement « normal » du système, les fortunes dépendent largement des lois de concurrence mises en place. Quand on a appliqué vraiment la loi anti-trust aux US, disons dans les années 50, des fortunes en train de se constituer ont été largement freinées, IBM, Dupont de Nemours... En fait cette égalité "gagné = mérité" est une belle illustration de la capacité énorme qu’ont les riches à bourrer le moût de pauvres.


    • La Taverne des Poètes 23 juillet 2008 12:13

      Avoir pognon sur rue est le moteur du rêve sarkoziste. Quels poètes ces sarkosistes !


    • just_a_life just_a_life 23 juillet 2008 12:45

      Surtout quand on voit à quoi serve nos impots et comment ils sont detournés !!!!!


      • tvargentine.com lerma 23 juillet 2008 13:00

        Décidement,depuis que vous êtes revenu de vos vacances sous la pluie vous n’arrêtez plus de faire comme votre maitre à penser FRANCOIS BAYROU,du POPULISME

        Pourquoi voulez vous empêchez les gens de gagner leur vie,quelques soient le statut de la personne dans notre pays ???????????????????????????????????????????????????????????????????

        Pourquoi vouloir comparer ce qui n’est pas comparable à l’échelle d’une société ,car votre philosophie qui se détache de votre article ressemble à de la compassion de catholique

        Pourquoi comparez vous un parachute en or d’une société privée avec des prestatations sociales accordées par l’Etat ????????

        C’est un raisonnement très réducteur que vous faites et cela s’appelle du POPULISME !


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 juillet 2008 13:32

          ? ??????????????
           ??????????????????? !!!!!!!
           ???????


        • La Taverne des Poètes 23 juillet 2008 13:36

          Les UMPistes sont des réducteurs de têtes et des remplisseurs de coffres-forts et portefeuilles boursiers.


        • K K 27 juillet 2008 11:54

          ah non pas d’accord, laissez le s’exprimer : il fait plus de mal à son idole que tous les détracteurs réunis ! D’ailleurs vus ses propos d’avant l’élection présidentielle, il ne peut que faire du second degré.


        • Allain Jules Allain Jules 23 juillet 2008 13:19

          Ne dit-on pas souvent que l’argent n’a pas de couleur ? Eh bien, voilà. Regardez Tapie, cette affaire Peyrat aussi. Ainsi va la vie !

          http://allainjulesblog.blogspot.com/


          • Cc 23 juillet 2008 14:34

            Je connais plus : "l’argent n’a pas d’odeur".
            Et je trouve que depuis quelques temps, il pue de plus en plus.
            Surtout celui gagné (Merité ??) par la "France d’en haut".
            Car l’argent de la france d’en bas, ben ... on en voit pas la couleur !!
            D’ou ton expression




          • MagicBuster 23 juillet 2008 14:22

            Proverbe UMP : Argent mal acquis ne profite qu’après.


            • finael finael 23 juillet 2008 14:55

              Il y a quand même quelques précisions à apporter :

              98% des gens les plus riches sont de famille riche !

              Si on interroge "ceux qui se sont faits tout seuls". Ils n’ont souvent pas de honte à déclarer "qu’ils ont eu de la chance" ou "qu’ils ont fait les bonnes rencontres au bon moment".

              Oui le moyen le plus sûr de gagner de l’argent ... est d’en avoir !

              On ne compte plus le nombre d’inventeurs, d’artistes, etc ... morts dans l’incognito et la misère

              Konrad Zuse, John Mauchly, Presper Eckert, Howard Aiken, Grace Murray Hopper ... vous connaissez ?

              Mais peut-être avez vous entendu parler d’Alan Mathison Turing, forcé de suivre un traitement hormonal et qui se suicida à 41 ans ?

              Ou encore d’Ada Byron, morte à 23 ans de tuberculose, cloîtrée par sa mère ?

              Plus probablement de John Von Neumann mort en 57 enferrmé dans un hôpital entouré uniquement d’un personnel médical militaire assermenté ?

              Pourtant toutes ces personnes sont les inventeurs des ordinateurs et de la programmation !

              Mais ce ne sont pas eux qui ont gagné de l’argent, ces centaines de milliards de dollars ont-ils été "mérités" par les autres ?

              Quand aux travailleurs, ceux qui produisent la richesse, si eux-mêmes étaient riches cela se saurait - on parle de plus en plus de "travailleurs pauvres" vous n’étiez pas au courant ?


              • Gasty Gasty 23 juillet 2008 18:55

                Merci pour ce rappel.


              • Gasty Gasty 23 juillet 2008 19:00

                Et pour l’article aussi.


              • Cc 23 juillet 2008 15:39

                Après tout depend aussi comment on voit l’argent.
                Est-il un moyen de s’enrichir ou bien de vivre (voir survivire pour beaucoup maintenant) ?
                Je pense que si l’on considère l’argent seulement comme un moyen de s’enrichir, cela veut dire que l’on en a déjà assez pour vivre.
                Ce qui montre bien que l’argent va là où il est déjà comme là dit Finael

                Enfin, après on peut avoir envie de s’enrichir sans en avoir, mais là généralement on se plante royalement Crédit à tout-va pour pouvoir faire un semblant de richesse et hop : interdit bancaire et huissier.



                • La Taverne des Poètes 23 juillet 2008 18:17

                  "Un -deux - trois : pognon !"
                  Pour certains, l’argent est tout bonnement leur soleil.




                  • Marc Bruxman 23 juillet 2008 19:06

                    A force de marteler les valeurs comme le travail, l’argent, le mérite, on fustige tous ceux qui ne peuvent travailler, faute d’emploi ou à cause de handicaps.

                    Attention il y a des gens qui font la différence entre le faute d’emploi et faute au handicap. Je n’ai aucun problème pour indemniser des gens qui sont handicapés et ne peuvent donc pas bosser. Ce n’est pas de leur faute et on peut donc réelement considérer que cela fait partie de la solidarité.

                    Pour le chomeur, il y a également des différence. Beaucoup de chomeurs cherchent réelement du travail et vont l’accepter si ils en trouvent. Tout le monde connait par contre des "professionnels du chomage" qui connaissent toutes les combines pour y rester le plus longtemps. Et vont refuser des emplois au prétexte qu’ils les jugent pas assez bien pour eux. C’est avant tout sur cette catégorie très particuliére que l’on geule.


                    • Cc 23 juillet 2008 19:55

                      Mais depuis quelques temps "on" essaye de mettre tous les chomeurs dans cette categorie dit de "profiteurs".
                      Alors on radie un peu n’importe comment et v’la t’y pas que le chomage baisse !
                      ça c’est de la super-magie et  "tout le monde" est content.


                    • Nycolas 24 juillet 2008 01:40

                      Et quand bien même certains ne voudraient pas accepter n’importe quoi, peut-on le leur reprocher aussi facilement ? Aller s’esquinter dans un boulot merdique dans le seul but de s’esclavagiser à enrichir des porcs qui se goinfreront, c’est ça la "valeur travail" ? Le travailleur doit-il accepter de travailler pour servir des objectifs qui le desservent ?

                      Il n’y a pas si longtemps, on admettait encore que le travail devrait être un lieu ou un moyen qui permettrait l’épanouissement, sinon l’émancipation, directement ou indirectement (par l’activité elle-même, ou l’argent qu’elle rapporte) langage qu’on n’entend plus beaucoup maintenant. A la place, on entend plutôt "allez bosser bande de parasites !" Qui a dit que l’esprit critique baissait et que la pensée unique montait ?


                    • vincent p 23 juillet 2008 20:08

                      Ceux qui ne poussent les hommes, qu’à vivre que pour rendre gloire au culte de l’argent, de la vanité, du marché, aux puissants de ce monde, à travailler plus pour gagner ou dépenser vainement plus, dans le but de mieux jouir bêtement des plaisirs de ce monde décadent, n’enlisent toujours plus leurs semblables vers le mal-être moral de l’existence matérielle, au risque même d’un plus grand dérèglement du climat avec eux, au mépris même des plus mal lotis de ce monde.

                      Argent Déifié = Argent Politisé ?


                      • vincent p 23 juillet 2008 20:17

                        Il est aussi plus aisé d’écraser la voix de n’importe qui en politique, grâce à l’argent, des ami(e)s puissants et influents, au nom même de la liberté de vouloir en gagner ou réformer vainement plus, quel grand attachement viscéral de l’homme à l’argent, et ils appellent cela mieux libérer l’homme des fausses doctrines.


                      • FrihD FrihD 23 juillet 2008 23:31

                        Quand on parle d’argent public dépensé. Je rappelle souvent ce témoignage du passé qu’est la fable de Lafontaine : "Le Chien qui porte à son cou le dîné de son Maître" dont je vous copie ici la dernière strophe, mais le reste vaut la lecture :

                        "
                        Je crois voir en ceci l’image d’une ville
                        Où l’on met les deniers à la merci des gens.
                        Échevins, prévôt des marchands,
                        Tout fait sa main : le plus habile
                        Donne aux autres l’exemple, et c’est un passe-temps
                        De leur voir nettoyer un monceau de pistoles.
                        Si quelque scrupuleux, par des raisons frivoles,
                        Veut défendre l’argent et dit le moindre mot,
                        On lui fait voir qu’il est un sot.
                        Il n’a pas de peine à se rendre :
                        C’est bientôt le premier à prendre."

                        En grand poète, vous saurez apprécier.
                        En tout cas, les magouilles ne sont pas nouvelles, et je suis sûr qu’on trouverait des témoignages plus anciens que Lafontaine. Ce n’est pas le "sarkozisme" qui rend la relation entre les hommes et l’argent immorale, c’est juste que l’argent tel que nous l’avons inventé et ses règles d’utilisation ne sont pas l’outil optimal pour le bien-être de "la masse". Par exemple, l’héritage, le crédit, la bourse etc.
                        Je ne suis pas économiste, mais j’imagine bien le genre de problèmes qu’il y a à chercher des "bonnes règles".


                        • fhefhe fhefhe 24 juillet 2008 07:49

                          Argent gagné=Argent mérité ?
                          Cousteau homme des "fonds" marins a dit
                          " L’argent est l’oxygéne de l’Etre Humain "
                          Est-il "mérité" de respirer ?
                          Pour gagner....il faut Jouer !!!!!!
                          Dieu ne joue pas aux Dés a dit Einstein... !
                          Aucun mérite pour qui Joue....le hasard seul peut le Récompenser.... !
                          Si l’on considére la vie comme un jeu...d’accord.
                          Mais si l’on perd ...on ne peut plus respirer !!!!!



                          • sisyphe sisyphe 24 juillet 2008 10:13

                            Si c’était le travail qui enrichit, ça se saurait, depuis le temps que des millions de pauvres bougres s’échinent au boulot pour rester dans la merde...
                            En revanche, un bon petit héritage, un bon compte en Suisse, ou au Luxembourg, ou aux Iles Caïman (grrrrr), et on peut, chaque mois, sans rien foutre, toucher de confortables dividendes : elle est pas belle, la vie ?

                            Autrement, on peut aussi vendre des armes, de la drogue, spéculer sur les matières premières, le pétrole, affamer des populations, et passer son temps sur son yacht dans sa marina gardée par des milices privées...

                            Travailler plus ?

                            Faut vraiment être un plouc....


                            • Gilles Gilles 24 juillet 2008 10:27

                              "On ne peut pas flatter d’un côté les revenus du travail, du capital, des héritiers et des rentiers,"

                              Pot pourri, de commentaires sur le sujet

                              Ben si...... Avoir du capital, une rente, c’est un vrai boulot. Imaginez, le temps à passer pour étudier les meilleurs placements, s’informer, comparer puis suivre les cours de bourse.... ouh là là là. Un vrai travail à plein temps sans compter les risques que l’on prend en plaçant son argent et qui vous minent la santé en période de crise, et qui doivent se payer. (Rachida Dati l’a dit)

                              Et n’oubliez pas que l’héritage est un dû. Ce n’est que le fruit du dur labeur des ancêtres qui pour sûr travaillaient (ou plaçaient) uniquement pour que leurs descendants en profitent et s’améliore. Leur enlever serait une trahison, une honte, une incitation à la paresse.

                              Qui fourni les capitaux aux entreprises qui donnent du boulot ? Pas les travailleurs pauvres à faible valeur ajoutée qui survivent, mais ceux qui ont du capital en surplus. Donc respect, on ne mord pas la main qui vous donne à bouffer surtout quand on est un looser du marché.

                              Le prestige international de la France passe bien plus par son industrie du luxe, ses parfums chers, ses cosmétiques, ses grands couturiers, ses beaux yachts que le reste. Et qui achète et promeut ses produits ? Les people illustrent du show biz/Finance/Industrie/politique, bien fringué, jeunes, sentant le parfum et passant des vacances de rêve sur leur yacht ou dans des palaces, pas le travailleur en sueur qui achète des merdes chinetoques de qualité chiatique et bois de la vinasse éthanolée dans son camping en juillet



                              • K K 27 juillet 2008 11:57

                                Il y a du vrai dans vos propos, mais vous allez vous faire moinsser rapidement. (et moi aussi par la même occasion)


                              • La Taverne des Poètes 27 juillet 2008 12:12

                                Il y en a qui moinsse du second degré ?
                                Quand c’est pas drôle peut-être...



                              • bob 27 juillet 2008 13:32

                                Voila qui est bien curieux : certains intervenants viennent expliquer pourquoi il est normal que des individus possedent des capitaux aux origines douteuses voires meme illegales.
                                Je refuse de cracher sur les personnes fortunees, elles ont tout autant le droit de vivre que les autres mais je ne saurit accepter de donner une legitimite aux delinquants et criminels qui, pour echapper a la justice ( immanente ou humaine), vont utiliser tout un verbiage politico-brumeux.
                                La valorisation de l’argent comme concept moral en fait partie. Initialememt, l’argent etait une consequence du travail et pour avoir une abondance du premier, il etait necessaire de produire le second. Dorenavant, le vol des capitaux ( politicards vereux, pantouflards oisifs et autres... ) accroit la fortune des criminels, diminue le capital des contribuables et change ainsi les axiomes moraux initiaux. Ceci vont alors deriver vers des axiomes plus conciliant avec la nature malhonnete du ou des dirigeants.
                                Une morale reprise sur la malhonnete ne saurait legitimement faire respecter la loi. Par consequent chacun se retrouve libre de faire ce qui lui plait mettant ainsi en danger la structure dans laquelle croissent les parasites actuels.


                                • bob 27 juillet 2008 13:33

                                  J’ajoute que la majorite des francais ont vote sarkozy sans se poser trops de questions. Ils en payent le prix maintenant.


                                • Adama Adama 27 juillet 2008 17:53

                                  Je n’ai pas compris le sens de cet article.

                                  Notre pouet maudit crache sur l’argent, laissez-moi rire, vous ne seriez pas du pays du Léon ?

                                  Perso j’aime l’argent et les douceurs qui l’accompagne,je ne m’en cache pas .

                                  Voilà bien là l’hypocrisie dans toute sa splendeur.


                                  • La Taverne des Poètes 27 juillet 2008 20:09

                                    "Je n’ai pas compris le sens de cet article."
                                    Je ne m’en étonne guère, à vous lire. Pour le comprendre, il faut croire en des valeurs qui ne soient pas vénales ni purement égoïstes.


                                  • Christoff_M Christoff_M 28 juillet 2008 08:38

                                    le pouvoir actuel est caractérisé par une clique adorant l’argent dont le petit se dit croyant, ce qui m’étonne beaucoup.... cela fait partie de tactiques de com pour noyer le poisson...

                                    ce qui est certain c’est que le nombre de conseillers d’experts et de savants en tous genres n’a jamais été aussi important autour de ce président... est ce que le travail existe encore comme valeur pour un homme qui méprise aussi ouvertement ceux qui ne sont pas hyperactifs comme lui....

                                    hyperactif ne veut pas dire efficace !! je propose de payer tous nos politiques en charge d’un mandat en fonctions de leurs résultats et leur efficacité, la leur argent serait mérité, mais ils se retrouveraient pour la plupart smicards...

                                    je trouve abérrant que l’on file des heures sup à dix % en bas de l’échelle et qu’en haut on file des primes qu’on ose meme pas publier tellement elles sont indécentes et sans rapport avec le travail fourni !!


                                    • orange orange 1er août 2008 14:36

                                      L’argent gagné argent mérité
                                      Plus tu en gagne moins tu l’a mérite car elle n’est pas forcément bien mérité.
                                      Ceux qui cherche en gagné( argent) pour uniquement vivre est plus difficile en à avoir . Je me pose une question faut il mérité de vivre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès