Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Au doux pays de l’autarcie

Au doux pays de l’autarcie

La croissance étant aux abonnés absents, le travail se raréfiant, le partage revient au devant de la scène… l’occasion peut-être d’évoquer l’autarcie, vision d’un autre monde, plus solidaire, plus doux, moins gaspilleur.

Le mot est donc lâché : l’autarcie.

Par ces temps de crise financière, sociale, et politique, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui, tournant le dos à la société que l’on nous propose, ont mis l’autarcie dans leur ligne de mire, sans attendre les « lendemains qui chantent » promis par des générations de politiciens, dont les promesses ne cessent d’être des paroles en l’air, et laissé l’action remplacer l’indignation. lien

Dans une logique de « décroissance », d’autosuffisance, l’autarcie se conjugue sur tous les aspects de la vie sociale : énergie, économie, santé, loisirs, création…

Sur la question économie, il y a le SEL, service d’échange local, qui permet à un citoyen d’échanger un service, une marchandise, contre un autre service, ou une autre marchandise.

C’est aussi une autre approche du monde du travail, sans être pour autant du travail au noir, une autre approche du troc, même si dans le cadre du sel, on n’est pas tenu de rendre à celui dont on reçoit. lien

La définition d’usage est qu’il s’agit d’un « système d’échange alternatif au sein d’un système monétaire et économique traditionnel. Il rassemble au sein d’une association ou d’un réseau des personnes qui échangent entre elles des biens et des services, sans souci mercantile et sans utiliser d’argent ». lien

Le barème habituel pour donner un cadre à l’échange est généralement basé sur le temps (1 heure = 60 unités).

La carte des 450 SEL de France est sur ce lien, et on peut découvrir les adresses des différents SEL sont sur ce lien.

Il s’agit surtout d’un échange de compétences, et le SEL est une opportunité pour ceux qui décident, ou ont déjà décidé d’approcher l’autarcie.

La question de l’énergie passe par la production solidaire et partagée, chère à Jérémy Rifkin (lien) consommée à proximité, évitant ainsi les pertes énergétiques et financières liées aux centrales thermiques, qu’elles soient nucléaires, au charbon, ou au pétrole, puisque le cout du transport de l’électricité représente 46% du montant de nos factures. lien

Pour notre pays qui, bon an, mal an, consomme 270 MTEP (millions de tonnes équivalent pétrole), (lien) une consommation sur place de toute l’énergie produite, chaque fois que c’est possible, permettrait de ramener théoriquement nos besoins à 220 MTEP. lien

Ensuite, une isolation performante des habitations, des immeubles, des bureaux, outre qu’elle serait créatrice de 75 000 emplois/an, (lien) diminuerait nos besoins de 20 MTEP.

Prenons l’exemple d’un hameau, composé d’une centaine de personnes.

Une petite centrale à méthane, utilisant soit le petit lait, le compostage, les déchets ménagers, les déchets d’étables, les déjections animales... peut produire régulièrement 160 mètres cubes de méthane par jour (lien) soit 240 litres de pétrole. lien

Ce méthane est brûlé directement dans un totem (moteur spécial méthane), lequel moteur doit être refroidi, permettant ainsi une production d’eau chaude utilisée pour les habitations, et produira de l’électricité, laquelle sera consommée sur place. lien

Mais ce méthane peut aussi servir comme carburant pour nos véhicules. lien

C’est ce qu’avait réalisé, il y a bien longtemps, Jean Pain, dans son Vercors, ou dans le Var.

Celui qu’on a appelé le « Pape de l’or vert » avait commencé sa carrière en devenant garde forestier sans salaire, s’étant installé sur un terrain de 3 hectares, commençant par mettre en place un dôme de 3 mètres de haut et 6 mètres de diamètre constitué de broussailles broyées.

Au milieu de ce « gâteau » énergétique, il avait placé une cuve d’acier hermétique de 4 mètres de haut, pleine de débris végétaux de 2 mois d’âge, macérant dans l’eau, et grâce à la chaleur dégagée par le compost qui le recouvrait, il récupérait ainsi le méthane produit. lien

Il avait ainsi constaté que 10 kg de broussailles broyées fournissait l’équivalent d’un litre de pétrole, que l’eau chaude produite par la meule permettait d’alimenter tous les radiateurs de son habitation, et que le compost produit lui permettait d’avoir des légumes et des fruits en quantité, de grande qualité.

Ce qui n’est pas sans nous rappeler le BRF, dont il a été l’initiateur. lien

Il en avait déduit que 1000 hectares de forêt pouvait produire près d’un million de mètres cubes de méthane, des millions de litre d’eau chaude, et 6000 tonnes d’engrais.

Or la forêt française couvre une superficie de plus de 16 millions d’hectares, (lien) ce qui signifie que potentiellement, elle permettrait théoriquement la production de 16 milliards de M3 de méthane, soit 24 milliards de litres de pétrole. lien

Mais, s’il n’est pas question de broyer toute la forêt française pour en faire du méthane et du compost, on peut acter du potentiel des forêts appelées « de culture », et constatant sa sous-exploitation actuelle, (qui provoque un manque à gagner pour l’état de 6 milliard/an), imaginer la valorisation que l’on pourrait en faire, sans pour autant en diminuer la superficie. lien

Au-delà de cette énergie à la portée de tous, propre à permettre l’autarcie, n’oublions pas le photovoltaïque, qui grâce à la lumière, produit de l’électricité, le petit hydraulique, ni le petit éolien qui peut prendre le relais lorsque le soleil n’est pas au rendez vous.

Sur le chapitre de la santé, on oublie souvent que nous avons sous la main toutes les plantes pour nous guérir, et que les médicaments traditionnels ne sont généralement que l’exploitation marchande des molécules de ces plantes. lien

De l’utilisation basique des plantes, à celle sous la forme d’huiles essentielles, qu’il n’est pas si complexe de fabriquer, en passant par le « médicaliment », se soigner passe aussi par une consommation d’aliments sains et équilibrés, évitant ainsi le gâchis de leur transport en se limitant le plus souvent possible à la consommation de produits de saison.

Sur le chapitre de l’habitat, au-delà du DiY (Do it Yourself) qui offre la possibilité, par des créations originales d’améliorer nos lieux de vie (lien), et qui propose même un site sur FB (lien), il existe surtout un livre étonnant : « Savoir revivre » de Jacques Massacrier,  (éditions Albin Michel).

Paru dans les années 70, et réédité régulièrement, c’est un manuel largement illustré, donnant toutes les clefs de l'autonomie allant de l’auto construction, à l’alimentation, en passant par le jardinage, le traitement des déchets, la cuisine, l’énergie, etc…

Extrait : « en retournant près de la nature, nous contribuons à la protéger, nous réintégrons notre élément naturel et cessons de collaborer avec une société dont la vitalité est basée sur le gâchis. Nous sommes peut-être les pionniers d’une grande migration vers un monde meilleurs qui est à notre portée. L’homme s’obstine à inventer l’Enfer dans un milieu paradisiaque ».

Ce livre, qui a plus de 30 ans n’a rien perdu de sa pertinence, et on peut y apprendre à faire son pain, produire du charbon de bois, fabriquer des bougies, son savon, conserver des aliments, lutter contre l’invasion des fourmis, faire différents nœuds, fabriquer un panier, créer différents vêtements, bouturer, marcotter, découvrir le bon voisinage des plantes entre elles, connaitre les moments de la lune où il faut planter chaque espèce, les vitamines que procurent chaque aliment, découvrir les vertus des plantes médicinales, fabriquer son dentifrice, s'initier à la réflexologie, soigner diverses maladies, découvrir des tas de recettes de cuisines, de la fabrication du curry, à celle de la moutarde…même la météorologie est abordée…

Sur ce lien, les détails de ce livre incontournable pour tous ceux qui sont tentés par l’expérience de l’autonomie et de l’autarcie.

Cela permet de visualiser toutes les pages de l’ouvrage, mais on peut aussi acquérir le livre version papier, ce qui est tout de même plus pratique. lien

C’est le moment d’évoquer le réseau des « jardins partagés », permettant aux jardiniers amateurs de partager leurs techniques, mais aussi leurs fruits et leurs légumes. lien

Et puis il y a le mouvement lancé entre autres par François Rouillay, coordinateur national « d’incroyables comestibles » qui propose dans une logique d’autosuffisance, de «  transformer nos territoires en immenses potagers  », avec des jardins sur les toits des immeubles, comme récemment à Chicago. lien

En effet, rien n’interdit de planter des arbres fruitiers entre les barres d’immeubles, de cultiver des fruits et des légumes à la place des pelouses de nos citées, ou sur les balcons, les toits.

Comme le dit Rouillay, dans la droite ligne de Pierre Rabhi et de son mouvement «  Colibris  », dont il est un grand admirateur : « cela montre que loin des grands médias, une révolution citoyenne, celle de la gratuité et du partage est en marche », convaincu que « ce sont les marginaux d’aujourd’hui qui créent les nouvelles solidarités de demain ».

Arte ne lui a-t-il pas décerné le trophée de la meilleure idée contre la crise ? lien

Comme dit mon vieil ami africain : « fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester  ».

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

L’image illustrant l’article provient de « parolecitoyenne.org »

Articles anciens

BRF trois lettres qui vont révolutionner l’agriculture.

L’énergie en partage

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

230 réactions à cet article    


  • jako jako 6 août 2013 10:04

    Merci Olivier, il n’y aura aucune solution possible sans passer par une décroissance volontaire, le problème que je vois c’est que cela va aussi augmenter l’individualisation de la société, chacun sa soluce, son jardin, son puit ( ceux qui peuvent) petit retour vers le far west.


    • subliminette subliminette 6 août 2013 10:32

      meunon, Jako, au contraire : Olivier évoque d’avantage de partage et d’échanges


    • jako jako 6 août 2013 10:39

      bonjour subliminette, oui dans l’idéal, partage, communauté re-provincialisation des productions, mais si c’est organisé et décidé avant que la situation ne l’impose.


    • Mr Dupont 6 août 2013 10:49

      Mr Jako

      " il n’y aura aucune solution possible sans passer par une décroissance volontaire "

      Merci , grâce à vous nous savons pourquoi les écologistes sont au gouvernement

      Ils appuient la décroissance volontaire de Mr Hollande

      Il cache bien son jeu Not’président en gambadant d’une ville à l’autre pour y refiler ses emplois fictifs

      Il veut nous faire croire alors qu’en fait il décroit

      Efficacement ,il faut bien l’avouer


    • jako jako 6 août 2013 10:53

      Mr calmos, vous arrivez souvent à me faire rire, merci, mais encore et toujours il n’y a pas d’écologistes ni de socialistes au pouvoir en ce moment.


    • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 11:00

      jako

      justement pas, il ne peut y avoir d’individualisation, puisque l’ensemble du concept est porté par des notions de partage, de solidarité... il s’agit d’une autre société, plus fraternelle, moins basée sur la performance, la lutte pour le pouvoir, l’avidité...

    • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 11:01

      dupont

      il y aurait donc des socialistes et des écolos au gouvernement ?!
      on nous cache tout, on nous dit rien !
       smiley

    • Mr Dupont 6 août 2013 12:44

      Mr Jako

      Comment ?

      Qu’est-ce j’apprends ?

      Pas de socialistes ni d’écologistes au gouvernement ?

      Mais alors ON vous aurait menti ?

      Vous m’en voyez peiné  smiley   smiley  smiley  smiley


    • jeanpiètre jeanpiètre 6 août 2013 13:45

      le sujet manque t’il d’à propos pour que vous ressassiez votre sempiternel argumentaire pour querelle de méga parti ?

      Quoique vos puissiez penser , cet article parle d’initiative de politique directe, et non de voeux pieux d’un militant mouton d’un parti qui cherche le pouvoir pour le pouvoir.

    • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 16:17

      jeanietre

      bravo, bien envoyé !
       smiley

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 02:03

      Plus une société perd de ressources, et plus elle a tendance à s’individualiser et à porter sur la violence.


      La seule façon d’empêcher ce phénomène est de contraindre la population à un partage des ressources et à obliger la société à se constituer en clans et non plus en familles.

      Inutile de dire que le renoncement à la liberté individuelle est inévitable dans ces conditions. 

    • jeanpiètre jeanpiètre 9 août 2013 05:13

      la liberté individuelle n’existe pas sans liberté collective ; à moins que ce ne soit la liberté que le loup prend sur les moutons.

      Ce qui est le fondement de notre système actuel

    • Bulgroz 6 août 2013 10:24

      Encore plein de chiffres. Aujourd’hui le grand gouru nous annonce :

      « Pour notre pays qui, bon an, mal an, consomme 170 MTEP (millions de tonnes équivalent pétrole) (lien)  »

      Pas de bol car le lien donné en référence indique 276,1 Mtep en 2007.

      Et pour être plus précis, elle a été de 266,4 Mtep en 2011.

      Une approximation à la baisse de 57,4% !!!!! Excusez du peu !!!

      Plutôt de que consulter les sites comme planetescopemachin, utilisons les sites officiels chargés de publier les bilans énergétiques et pour lesquels des gens compétents travaillent comme celui ci :

      http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/publications/p/1938/966/bilan-energetique-france-2011.html

      Remarquez, l’approximation chez Cabanel est une seconde nature, c’est le même Cabanel qui nous martèle que le rendement du nucléaire est de 30%.

      J’imagine que tous les autres chiffres donnés par Cabanel dans cet article sont du même tonneau.

      Je suggère que cet article soit retiré de la publication du jour.


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 11:03

        zorglub

        pardon de cette idiote erreur, il fallait lire en effet 270 Mtep, comme vous l’avez fort justement fait remarquer...
        pour le reste, je maintiens.

      • Pyrathome Pyrathome 6 août 2013 14:34

        Je suggère que cet article soit retiré de la publication du jour.
        .

        Un censeur frustré.....
        Ça prouve au moins que Olivier est dans le vrai...


      • vieux grincheux 6 août 2013 15:21

        @ Bulgroz et @ l’ auteur


        Salut,

        Mais ça ne retire rien à la démo d’ Olivier Cabanel....

        Un grand merci à toi Olivier, de nous DONNER GRATUITEMENT toutes ces infos. 

        Le rôle des « passeurs cognitifs » est fondamental et sera reconnu comme un bienfait pour l’ Humanité.....sans flagornerie et avec mon respect Citoyen...

        VG

      • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 16:19

        vieux grincheux

        d’ailleurs, j’ai envoyé un message en haut lieu pour que cette idiote erreur soit rectifiée
        quoi qu’il en soit, comme vous le dites, ça ne change rien à la démonstration.
         smiley
        merci de votre commentaire sympa.

      • Bulgroz 6 août 2013 19:43

        merci cabanel pour avoir dit merci à cet intervenant


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 20:15

        zorglub

        toujours cette mauvaise bile ?
        essayez de manger plus d’artichauts...c’est bon pour le foie.
         smiley

      • jako jako 6 août 2013 10:36

        Mr schweizer, entre retour à la caverne et l’actuelle niveau de vie des pays du nord, il y a peut être un point moyen à trouver non ? (oui)


      • jako jako 6 août 2013 10:38

        De toutes manières on est exactement dans leur cher TINA, il n’y a pas de choix à faire, le prévoir à temps serait bien , même les plus libéraux reconnaissent que si la chine consomme autant qu’ici ( ramené à la part e chaque habitant) alors le système ne peut tenir ce régime et la nature encore moins.


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 16:25

        scweitzer

        vous faites de cas exceptionnels (transplantation, dialyse) une généralité, 
        par contre, se soigner par des médicaments, c’est le lot de tout le monde, alors que, comme je l’ai affirmé, nous avons sous les mains toutes les plantes pour nous soigner, et nous dépensons des fortunes en gellules et autres comprimés.
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 17:09

        schweitzer

        vous n’avez manifestement pas lu la charte d’agoravox ?
        « évitez toutes les insultes, ou les qualificatifs outranciers »
        je vous signale que dire de quelqu’un qu’il écrit « des conneries » fait justement partie des injures.
        et je vous rappelle que lorsqu’on en vient à donner dans l’insulte est généralement la preuve que l’on est à court d’arguments.
        en tout cas, je confirme, tous les médicaments que propose l’industrie pharmaceutique doivent tout aux plantes.
         smiley

      • jeanpiètre jeanpiètre 9 août 2013 05:21

        robinson s’est toujours accomodé de son environnement, si il y avais eu une clinique sur son île, il y serait aller soigner ses petites plaies.

        Notre société productiviste à saccagé consciencieusement l’ensemble du terrictoire français, l’environnement n’y est plus naturel.
        Il est normal d’utiliser certains moyens mis en place, puisque de toute façon il n’est pas possible d’échapper à ses conséquences 

      • subliminette subliminette 6 août 2013 11:01

        Merci pour cet article, Olivier.

        Je suis assez stupéfaite de constater l’hostilité que vous soulevez et les réactions outrancières que vous suscitez.
        Votre article est plein de bon sens et va dans le sens d’une consommation plus raisonnée. Je n’y vois pas de retour à l’âge des cavernes. Mais bien au contraire à une société plus humaine, plus fraternelle et plus responsable.

        Nous sommes de plus en plus nombreux à y adhérer.
        Qui sont donc les moinsseurs pour se mettre en colère à ce point ?

        A ces moinsseurs : gardez votre indignation pour des sujets qui la méritent vraiment et continuez à consommer vos médicaments et votre bouffe industrielle qui vous mèneront à coup sûr vers les chimiothérapies et autres dialyses comme tous les gens « normaux ».


        • jako jako 6 août 2013 11:04

          Il doit y avoir le chauffeur de taxi , il n’ose plus parler suite aux très mauvaises nouvelles du japon.


        • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 11:05

          subliminette

          c’est pas grave, il y a quelques fanas du nucléaire qui, chaque fois que je publie, se jettent sur l’article pour tenter de le discréditer, mais les chiens aboient...et la caravane passe.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 13:19

          schweitzer

          et si vous saviez tout !
          bon, je plaisante, en tout cas, j’ai vraiment apprécié ce commentaire.
          nous avons tous la tentation d’inventer un monde rêvé, mais avons nous l’envie de vivre ces rêves ?
          c’est l’occasion de prouver que nous en avons la volonté.
          nombreux sont déjà ceux qui n’ont pas attendu que ce monde change, et qui ont déjà fait les démarches pour en sortir.


        • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 17:25

          scwietzer

          c’est vrai que vous semblez avoir un certain âge.
          ...dans la tête.
           smiley

        • ZenZoe ZenZoe 6 août 2013 11:24

          Il y a longtemps que je pense la même chose qu’Olivier. Moi j’appelle ça l’indépendance. On parle aussi d’autosuffisance. Tout ça pour dire la même chose : arriver à se débrouiller tout seul avec ce qu’on a à disposition. Quand on y arrive, on doit avoit un sacré sentiment de liberté. Ou pas ? Je me pose souvent la question.
          Jusque dans les années 70, ce mouvement était très présent un peu partout dans les sociétés occidentales, sous forme de communautés par exemple. En Angleterre, il y avait même une série télé très populaire, « la bonne vie », où un couple apprenait à se débrouiller tout seul. Puis la tendance, toujours marginale en France de toute façon, s’est effilochée.
          Et en fait, c’est là où se situe le vrai débat : pourquoi le mouvement s’est-il cassé la figure ? Lassitude, dificultés de vivre décemment, pouvoirs publics réticents, mirages de la ville, de ses attractions culturelles, besoin de voir autre chose ailleurs, culpabilité par rapport aux enfants à qui on ne pouvait pas tout offrir ?
          En tout cas, je pense qu’on est à présent dans l’excès inverse, et que, au moins en matière énergétique, il serait bon de pouvoir reprendre un peu le contrôle.


          • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 13:16

            Zen Zoe

            nous ne sommes pas seuls.
            et ton commentaire, et d’autres, le prouvent largement.
            cet article est peut être l’occasion de l’enrichir, de proposer encore d’autres pistes.
            l’histoire revue et corrigée du couple a venir mériterait de s’y attarder.
            j’attends donc de tous des propositions à venir pour s’inventer cet autre monde.
             smiley
            l’utopie a les seules limites que nous voulons lui donner.

          • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 17:29

            schweitzer

            encore une erreur.
            en hiver, je fais mon pain. (pas question d’allumer le four en plein été !)
            et je vous assure que le temps additionné a faire mon pain est inférieur à celui que vous passez à aller en acheter...
            quand au résultat final, mon pain est bio, complet, et bon.
            ce qui n’est malheureusement pas le cas du pain que l’on trouve un peu partout.
            des pains sans gout, qui deviennent dur en 24h et qui nourrissent autant que du vent.
             smiley

          • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 18:16

            schweitzer

            je n’ai pas écris ça par hasard, ou par provocation,
            cette affirmation a été vérifiée.
            c’est l’objet d’une sorte de pari que nous étions lancés avec des amis.
            car bien sur, dans le « temps passé », il ne s’agit pas de prendre en compte ni le temps de cuisson, ni le temps de levage du pain : en temps additionné, c’est effectivement moins de dix minutes qui sont nécessaires pour faire soi même son pain.
             smiley

          • Croa Croa 7 août 2013 08:46

            Pour ceux qui habitent encore en ville ton cas reste cependant rare car le seul petit commerce qui tient encore le coup c’est la boulangerie justement. Pour une petite ville de 10.000 h on trouve entre 2 et 5 boulangeries dont une bio ou partiellement bio et s’il n’y a que deux boulangers c’est qu’il y a un supermarché qui vend aussi du pain . En général ça prends plus de 10 mn parce qu’il faut parfois faire la queue mais bon c’est bien aussi de voir du monde !
            Pour les banlieusard, ceux qui habitent de très petits villages et à la campagne c’est vrai qu’on perd du temps (quoique...) mais la bonne raison de se faire son propre pain n’est pas le temps passé mais l’énergie gaspillée : Il faut avoir besoin de faire pas mal de kilomètres pour que ce soit justifié car allumer un four pour un seul pain n’est pas raisonnable alors que le boulanger fait ça pour 500 ! Bref, pour faire son propre pain il faut habiter vraiment très au fond de la campagne ou très haut dans la montagne !


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 août 2013 08:55

            croa

            c’est pour cette raison que je ne fais mon pain qu’en hiver, ayant un poele à bois moderne, avec son four intégré, qui me permet d’y cuire ce que je veux, à longueur de journée...de la cuisson du pains à 170° au mijotage...
            mais revenons au parrallèle que vous établissez entre les boulangeries de ville, ou de village, et l’autarcie.
            il n’y a pas si longtemps dans les villages, le four était allumé, pour tout le secteur, et chacun, une fois par semaine, ou plus souvent, venait y chercher son pain, 
            rien n’empêche de relancer ce processus.
            aujourd’hui encore, de nombreux villages font « une fete du four », mais c’est plutot folklorique, ou pour financer telle association, tel projet... ou simplement « animer » le village.
            il y avait donc là aussi un lien social fort, plus fort que celui que l’on peut avoir dans les boulangeries actuelles, ou on ne fait que faire la queue en attendant son tour...

          • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 août 2013 02:16
            en hiver, je fais mon pain. (pas question d’allumer le four en plein été !)
            et je vous assure que le temps additionné a faire mon pain est inférieur à celui que vous passez à aller en acheter...

            Si la boulangerie la plus proche est à 20 kilomètres, oui, c’est une bonne raison.

            Maintenant, restons justes. 

            Si on se contente du tout-venant, la baguette à 20 centimes, ne soyez pas étonnés de pouvoir planter un clou avec le lendemain.

            C’est comme tout. Vous voulez de la qualité ? Faut y mettre les moyens.

            Pareil quand on fait son pain soi-même. On aura pas le même résultat avec la farine premier prix et une autre plus élaborée et mieux filtrée.

          • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2013 07:28

            marvin

            pour le pain, je conseille bien sur de la farine complète, et bio bien évidemment.
             smiley

          • hunter hunter 6 août 2013 11:33

            Salut à tous, Salut Olivier,

            C’est un papier intéressant, et qui même s’il présente quelques imperfections il a cet énorme avantage, celui d’ouvrir des perspectives, des alternatives !

            Car celles-ci existent et sont nombreuses, plus où moins farfelues (celle-ci Olivier, ne l’est pas), et comme récompense : l’article est voté en négatif !

            J’ai du mal à comprendre parfois ! serait-ce le terme « autarcie » qui choque, qui fait peur ?

            quant au terme « décroissance », même si nous y entrons violemment, (elle sera subie et imposée, donc mal vécue, mais ne concernera pas l’oligarchie dirigeante, mais seulement les 99% de l’humanité asservie) je crois que c’est la peur ultime visiblement !

            Visiblement, les participants ici, pensent que le système dans lequel nous sommes englués, peut perdurer et peut-être même s’améliorer .... ?

            Soit ! chacun pense ce qu’il veut, et une chose est sure : la programmation des esprits fait un véritable tabac dans notre pays !

            C’est pourquoi je fréquente de moins en moins ce site, et continuerai sur cette voie ; je laisse la place aux chantres du productivisme, du consumérisme, des « shale gas » et autres « nukes », fervents partisans du ravage exponentiel des écosysèmes !

            Olivier, je salue ton courage, ta volonté de continuer à expliquer, expliquer encore et toujours !

            Pour ma part, je l’avoue ce n’est pas glorieux, mais j’évolue au sein d’un petit noyau de gens qui ont compris et qui se préparent, et quand aux autres....ben comme le disait Jako, ça sera la « méthode far west » : trop férus d’individualisme, d’égoïsme, incapables de percevoir la notion d’harmonie et d’équilibre, je renonce à faire preuve de pédagogie, et quand ils viendront pleurer où essayer de me piquer mes efforts, nous serons trois pour les accueillir, « moi, smith et wesson » (réplique de Eastwood dans l’inspecteur Harry je crois !)

            Adishatz

            H/


            • olivier cabanel olivier cabanel 6 août 2013 13:13

              hunter

              merci de cette intervention.
              je voudrais te rassurer, je ne mène pas un combat militant, tentant de convaincre celle ci ou celui là, c’est seulement un constat. 
              mon avis, mon choix de vie, n’est pas en compte, même si, effectivement, c’est aussi l’évocation de ce que je vis à ma manière.
              ensuite, que les uns ou les autres en profitent pour se défouler, ce n’est pas grave.
              nous savons tous, déjà, que le changement est en route, que nombreux sont ceux qui n’ont pas attendu qu’en haut lieu une autre forme de société se mette en place.
              ce changement a commencé lors de la commune, et même si celle ci a finit dans un bain de sang, les bonnes idées ont la peau dure.
              merci de ton commentaire.
               smiley

            • Bulgroz 6 août 2013 19:44

              merci cabanel pour avoir dit merci à cet intervenant

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès