Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Au moindre mal, malheur est bon

Au moindre mal, malheur est bon

Récemment, un jugement rendu en faveur d’un jeune marié se plaignant que sa jeune épouse n’était pas vierge a suscité l’indignation de l’opinion publique. Pourtant, le jugement rendu est probablement le plus juste qui soit.

L’histoire commence simplement, deux personnes se marient, c’est le plus beau jour de leur vie. Jusqu’au moment de la nuit de noces où le marié constate avec effroi que la mariée n’est pas vierge et qu’il n’a pas de drap taché de sang à montrer. Il est humilié, ainsi que sa famille alors que la jeune femme, avant le mariage, avait dit qu’elle était vierge. L’homme bafoué porte plainte et demande annulation du mariage, ce qu’il obtient car la mariée avait menti.

Ce qui peut choquer au premier abord est le jugement rendu. La mariée "avait menti". Alors que le marié avait porté plainte pour l’absence d’une "qualité essentielle", la virginité. Là, c’est un peu plus difficile à percevoir, mais ce n’est pas la même chose. La mariée n’étant plus vierge, elle a menti, c’était donc son seul moyen de tenter de se protéger. On l’a condamnée pour le moyen, pas pour la faute. Comme elle est condamnée pour avoir menti, si elle avait déclaré avoir été blonde et que son mari avait constaté que c’est une brune décolorée, aurait-elle été condamnée de la même façon, pour le mensonge, mais pas pour la cause, puisque c’est la virginité qui est remise en cause. La nuance est peut-être subtile, mais elle est là. Une escroquerie n’est condamnée que lorsqu’elle a effectivement eu lieu. Tant que l’escroc se contente de mentir sans rien voler, il ne peut pas être condamné, un mensonge n’étant pas une preuve.

On peut donc trouver ce jugement trop injuste. Surtout dans notre République où, pour remettre en cause un mariage, il faut généralement avoir menti sur son identité ou être déjà marié.

En plus du fait que la déchirure de l’hymen n’a pas forcément de lien avec des relations sexuelles, ce qui met un doute raisonnable, la sexualité est une chose privée qui ne devrait pas entrer en compte, tout comme la religion. De plus, si la présence d’un hymen intact était si importante pour le marié, pourquoi n’y a-t-il pas eu de contrôle avant le mariage, comme cela se pratique en général ? Peut-être que la famille de la jeune femme était au courant également et a tenté tant bien que mal de marier la fille, se disant qu’une fois le mariage prononcé, tout reviendrait à la normale.
Et pourtant ! Le juge a rendu un jugement en noyant subtilement le verdict dans le mensonge au lieu de la non-chasteté. Indignation générale. Surtout que c’est une première. Et maintenant, on attaque la justice de toutes parts. Les jeunes filles auront maintenant un poids supplémentaire sur les épaules. Et la chirurgie de l’hymen va probablement se développer, comme au Japon.

Mais réfléchissons un instant. Si le juge avait rendu un jugement en faveur de la mariée, qu’aurait-il pu se passer ? Il est déjà arrivé que des jeunes filles soient agressées pour avoir déshonoré la famille. Aurait-elle subi le même sort ? Son mari n’aurait-il pas fait de sa vie un enfer, la répudiant, l’humiliant, l’insultant chaque jour de sa vie ? Le juge a dû penser à tout cela. Et il a fait un choix, certes audacieux, mais dans l’intérêt du plus faible. Il lui a donné tort. Il n’a pas forcément rendu un jugement exemplaire au sens strict, mais il a rendu un jugement humainement exemplaire, préférant "au moindre mal, malheur est bon", plutôt que d’appliquer durement la loi et de laisser cette jeune femme en subir les conséquences tout le reste de sa vie. Il valait mieux qu’elle ait quelques mois difficiles à passer, même si, derrière, la porte étant ouverte, il faudra juger d’autres cas similaires, jusqu’à ce que l’opinion publique s’en empare comme pour l’affaire du foulard et que, le débat venant, nous nous tournions les uns vers les autres.

La seule chose de vraiment triste est que, dans ce cas, le poids de la tradition a pesé plus lourd que l’amour. Après tout, s’il fallait un drap taché de sang, un homme aimant et compréhensif n’aurait pas préféré s’entailler le doigt de façon à tacher de son propre sang les draps plutôt que de traîner sa femme en justice ? C’est difficile à dire aussi lorsqu’on n’est pas à la place de l’autre, dans son contexte, avec la pression de l’entourage.

Que va-t-il se passer maintenant ? Probablement d’autres jugements du même genre pour celles qui n’auront plus l’hymen intact. La chirurgie pour ceux qui mettront les moyens financiers. La fellation comme aux Etats-Unis, ou la sodomie. Autant de moyens pour respecter la tradition jusqu’à ce qu’un doute raisonnable s’installe dans l’esprit des mariés et qu’ils n’aient plus comme solution que d’aimer et faire confiance à leur femme. Car aimer, c’est faire confiance !


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • herved 6 juin 2008 16:52

    Je trouve cette analyse excellente et effectivement, Aimer c’est faire confiance.

     

    A partir de là qu’importe la virginité.


    • fonzibrain fonzibrain 6 juin 2008 23:33

      mais je reve 10 article en 3 jours

      cela commence à etre sérieusement ridicule

      surtout pour dire toujours la même chose

      le méchant musulman qui brime la douce femme

      agoravox le figaro pourrai t on dire


      • Plum’ 7 juin 2008 10:44

        Pas du tout, cet article est très différent des autres en se mettant sur le plan de l’amour et de la confiance. C’est assurément le meilleur article que j’ai lu sur ce sujet.


      • Plum’ 7 juin 2008 10:54

        Je modère mon propos précédent, basé sur la conclusion de l’article. Je trouve par contre mal venus les propos sur un « jugement exemplaire ». Certes la conclusion va dans le sens contraire, mais cela montre un manque de clarté dans le propos.


      • Innsa 7 juin 2008 09:31

        "jugement rendu en faveur d’un jeune marié se plaignant que sa jeune épouse n’était pas vierge"

        Combien de fois faut t’il le dire ? L’homme a porté plainte car la femme lui a menti ! il n’a pas porté plainte parce qu’elle n’etait pas vierge !!!

        La painte porte sur le mensonge. et non sur la virginité.

        commencez par ne pas detourner les choses.


        • Plum’ 7 juin 2008 10:45

          Ne les détournez pas vous-même. La plainte porte sur un mensonge sur la virginité. La virginité est donc un élément essentiel de la plainte.


        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 7 juin 2008 10:53

          Innsa : "La painte porte sur le mensonge. et non sur la virginité."

          La àlainte porte sur "le mensonge sur la virginité".

          Le tribunal a constaté que pour le mari, la virginité était une qualité essentielle. Il est curieux cependant de considérer comme "qualité essentielle" de la mariée une qualité qui n’aurait pas survécu à la nuit de noces ...


        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 7 juin 2008 10:54

          la plainte


        • 5A3N5D 7 juin 2008 15:25

          @ Courouve,

          Le tribunal a constaté que pour le mari, la virginité était une qualité essentielle.

          Faux : pour la mariée, c’était également essentiel (lisez le dispositif du jugement.)

          "Attendu qu’en l’occurrence, Y... acquiesçant à la demande de nullité fondée sur un mensonge relatif à sa virginité, il s’en déduit que cette qualité avait bien été perçue par ELLE comme une qualité essentielle déterminante du consentement de X... au mariage projeté ; "


        • Innsa 7 juin 2008 17:53

          @ Courouve et Plum : On est bien d’accord :

          Le mari ne se plaint pas parce que sa femme n’était pas vierge : Il se plaint parce qu’elle a menti sur sa virginité.

           

          vous le dites vous meme : " La plainte porte sur un mensonge sur la virginité"

           

          donc rien a voir avec ""jugement rendu en faveur d’un jeune marié se plaignant que sa jeune épouse n’était pas vierge""

           


        • fonzibrain fonzibrain 7 juin 2008 10:36

          innsa

          ce déchainement islamophobe est ahurrissant

          très significatif du racisme ambiant


          • Plum’ 7 juin 2008 10:51

            Votre réaction est complètement déplacée et injurieuse. Les mariés seraient catholiques, l’auteur aurait écrit le même article.


          • K K 7 juin 2008 11:28

            A lire tous les articles et les reactions, je finis par me demander si le juge n’a pas eu raison :

            Cette pauvre femme aurait passe sa vie avec un type obtu qui ne l’aime pas. Comment aurait elle pu etre heureuse dans ces conditions ?


            • Fergus fergus 7 juin 2008 11:38

              L’auteur écrit : "Que va-t-il se passer maintenant ? Probablement d’autres jugements du même genre pour celles qui n’auront plus l’hymen intact. La chirurgie pour ceux qui mettront les moyens financiers. La fellation comme aux Etats-Unis, ou la sodomie."

              Entièrement d’accord sur la deuxième partie de ce paragraphe, et cela d’autant plus que si l’amplification du recours à l’hymenoplastie est relativement récente, fellation et sodomie sont pratiquées depuis des lustres par les jeunes musulmanes (comme certaines catholiques naguère) désireuses d’avoir une vie sexuelle mais soucieuses de sauvegarder les apparences d’un strict respect des préceptes religieux. Bonjour l’hypocrisie !

              Quant à la jurisprudence, je pense qu’elle s’établira à clarifier cette notion de qualités essentielles en éliminant toute référence au mensonge sur la virginité. A cet égard, la décision de la Cour d’Appel de Douai sera exemplaire.

              Dernier point : je pense que cette volonté machiste d’épouser une jeune fille vierge est la conséquence directe, depuis la nuit des temps, d’un complexe masculin : la crainte d’être comparé par la partenaire avec de précédents amants. Ce n’est finalement qu’une banale question d’orgueil mal placé. Avec, à la clé, cet étonnant paradoxe : beaucoup d’hommes souffriraient moins d’une mise en cause de leur intelligence que de leur virilité !


              • fonzibrain fonzibrain 7 juin 2008 11:42

                plum

                jamais il y aurai eu un tel buzz si c’etais des cathos

                tu le sais très bien en plus


                • Serpico Serpico 7 juin 2008 15:59

                  Encore des approximations même si le propos se veut mesuré : encore une fois, le jugement n’est pas en "faveur" de qui que ce soit. Les deux avaient consenti à l’annulation.

                   

                  Merde.


                  • miha 8 juin 2008 20:16

                    des mariages ont été annulés pour "non consommation".

                    et ce mariage là n’a pas été consommé.

                    nous le savons maintenant : la jeune mariée a parlé à son mari dès qu’ils se sont retrouvés dans la chambre nuptiale ; dépité, le mari n’a pas "consommé".

                    les avocats et/ou le juge ont été en dessous de tout.

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès