Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Au nom du père, le fils...

Au nom du père, le fils...

« Tel père, tel fils », dit un vieux proverbe, proverbe qu’il faudrait peut-être remettre en question si l’on veut bien se pencher sur les personnalités de certains fils, bien éloignées de celles des pères.

Il est en effet intéressant de regarder de plus près les rapports complexes entre certains hommes publics et leurs pères.

S’il faut en croire la psychanalyste Geneviève Delaisi de Parseval, les enfants sans père deviennent des adultes fascinés par l’autorité, citant pour preuve Marx, Lénine, Hitler, Roosevelt, et «  comme ils sont privés du syndrome d’Œdipe, cette liberté génère une souffrance que certains vont vouloir transcender en devenant eux-mêmes une figure archétypale de l’autorité  ».

On pourrait par exemple s’interroger sur les conséquences qu’ont eues pour Hitler son enfance déplorable puisque l’une des premières mesures prises, une fois au pouvoir, aura été de rayer de la carte le village de son enfance, Dollersheim, comme s’il avait voulu en effacer à jamais toute trace. lien

Pour comprendre en partie le comportement de l’ex dictateur, il faut savoir qu’il avait un père dont les historiens évoquent un autoritarisme brutal, lié probablement à un alcoolisme invétéré. lien

Sauf que les choses seraient un tout petit peu plus compliqué : il serait le fruit d’une union coupable : son père ne serait pas le fils de Hohan Georg, ni de Johan Nepomuk, mais d’un certain Frankenberger, riche commerçant juif, s’il faut en croire les « Mémoires » rédigées par l’avocat et ex-dirigeant nazi Hans Frank, dit le « boucher de Cracovie », lequel aurait donné ce témoignage avant d’être exécuté. lien

À la suite d’une tentative de chantage, exercée contre Hitler par un parent émigré, l’informant qu’il avait du sang juif dans les veines, le dictateur avait chargé Frank d’enquêter très discrètement, prouvant ainsi qu’il avait pris la menace au sérieux.

Sa grand-mère, placée chez un riche commerçant juif de Graz, aurait été enceinte des œuvres du fils de la maison, et en conséquence, Hitler aurait du sang juif, alors qu’il s’est employé tout au long de sa vie à les pourchasser et les détruire. lien

Mais oublions ce sinistre personnage, d’autant que cette hypothèse de filiation est contestée par certains, et tournons nous vers nos deux derniers présidents de la république, qui sont parfaitement révélateur de l’influence qu’ont eu, pour chacun d’eux, de biens étranges géniteurs.

En effet, au-delà des « enfants sans père » décrits par Geneviève Delaisi de Parseval, attardons nous à ceux qui ont été peu estimés, voire méprisés, par leurs pères.

Le sujet a fait l’objet d’un livre qui vient tout juste de paraitre : « même les politiques ont un père » (éditeur Stock), signé par une journaliste du « Point » Émilie Lanez.

Commençons par l’ex-président français.

Ce petit homme, c’est ainsi que le considérait son père, ne fait-il pas tout pour effacer des brimades subies dans son enfance, lorsque par exemple, ravalé, selon le protocole, au 3ème rang de la manifestation « je suis Charlie », il va faire tout ce qui est en son pouvoir pour se hisser au premier rang, avec peut-être la complicité du chef du protocole, qui était le même pendant son mandat, tout comme celle du préfet, qui d’un regard tacite, lui permettront de figurer quelques temps, en tête du cortège, avant d’être repositionné, toute honte bue, au 3ème rang.

N’est-ce pas ce père qui le méprisait au point de le qualifier du sobriquet de « dadu », plutôt que de l’appeler par son vrai prénom, qui est le responsable de la volonté de Nicolas Sarközi de devenir un jour Président de la République, une façon de se venger de toutes ces humiliations subies en parvenant au sommet de l’état ?

Lorsque Pal Sarközi évoque ses enfants, en énumérant leur prénom, il donne leur taille et leurs revenus annuels, mais il ne mentionne ni la taille, ni même le prénom de Nicolas, ce qui a fait dire à ce dernier, en 2008 : « à part d’un père, je n’ai manqué de rien  ». lien

C’est, comme le fait remarquer l’auteure de « même les politiques ont un père », sans doute ce qui explique sa voracité en politique. lien

À rapprocher de Winston Churchill, que son père, Randolph, ne cessait de traiter d’imbécile, de stupide, alors que Winston, lui vouait une admiration sans limite, allant jusqu’à apprendre par cœur les discours de ce chancelier de l’échiquier.

Après Sarközi, allons du coté de Hollande, dont le père Georges ne laissera personne indifférent.

Militant d’extrême droite, il tentera à 2 reprises sa chance politique sans succès, alors que l’on trouvait sur sa liste des anciens de l’OAS, mais s’il avait cessé ses tentatives, il continua de pester régulièrement, prophétisant « l’invasion communiste  », prédisant le « naufrage français  »…

Il ne supportait pas l’idée en conséquence que son fils entre en politique, et encore moins au Parti Socialiste. lien

Alors aujourd’hui bien sur, le père fait profil bas, assurant qu’il a « toujours de bons contacts avec François  » récitant manifestement la leçon, mais s’il faut en croire Serge Raffy, rédacteur en chef du nouvel observateur, le père imposait à ses deux fils des « diktats aussi martiaux qu’incompréhensible ».

Dans son livre : « François Hollande, Le Président » (éditeur Fayard) Serge Raffy évoque, au sujet du père de François : « un chef de famille autoritaire et ombrageux », qui avait eu une réelle proximité avec le candidat nationaliste à l’élection présidentielle de 1965, l’avocat Jean-Louis Tixier Vignancourt, dont le président de campagne n’était autre que Jean-Marie Le Pen. lien

Une telle jeunesse forge le caractère, et explique peut-être le tempérament du nouveau président, qui, « contrairement à son apparence joviale et sympathique, est un homme verrouillé. C’est quelqu’un qui est dans la pudeur (…) c’est un homme qui se dissimule beaucoup (…) derrière son apparente bonhomie, le nouveau locataire de l’Elysée cache une ténacité hors du commun », dixit le biographe Serge Raffy lien

Nous voilà prévenus…

Alors faudrait-il donc plutôt choisir à la tête du pays un homme qui ait eu une enfance normale ? Qui ait eu un père, un vrai père ? …peut être, mais il risque d’être difficile de dégotter un candidat, puisque, celui-ci ayant eu une enfance heureuse, il ne sera pas tenté par jouer des coudes, avec la volonté d'atteindre le poste suprême…

Faudrait-il plutôt changer de république, et mettre à la tête de l’état un homme qui aurait la seule destinée d’appliquer le programme qui l’a fait élire ?

Et comme dit mon vieil ami africain : « l’héritier du léopard hérite aussi de ses taches ».

L’image illustrant l’article vient de www.chblog.com

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

l’autre François

Napoléon le menteur

Solitude au Panthéon


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • septikettak septikettak 21 janvier 2015 10:40

    Hollande Contrairement à son apparence joviale et sympathique, est un homme verrouillé. C’est quelqu’un qui est dans la pudeur (…) c’est un homme qui se dissimule beaucoup (…) derrière son apparente bonhomie, le nouveau locataire de l’Elysée cache une ténacité hors du commun »
    Non, ce n’est pas de la ténacité, c’est un homme faible,un fourbe, sans couilles, menteur, un salopard comme je l’ai déjà dis


    • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 10:53

      septikettak

      bon au moins, vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère...je pense que la vérité se situe entre votre affirmation, et celle du biographe, celle que vous avez relevé...

    • César Castique César Castique 21 janvier 2015 10:56

      « ...l’une des premières mesures prises, une fois au pouvoir, aura été de rayer de la carte le village de son enfance, Dollersheim, comme s’il avait voulu en effacer à jamais toute trace. »

      C’est vraiment du solide, le cabanel. Tout d’abord, ce n’est pas Dollersheim, mais Döllersheim. Et c’est important parce que quand on utilise l’outil de recherche pour trouver le passage correspondant dans la page à laquelle le lien renvoie, on ne trouve rien. Donc on va sur Wikipédia (qui ne tient pas compte des accents).

      Et là, on découvre que non seulement Hitler n’y a jamais vécu, mais que son père, né dans le hameau voisin de Stones, y a simplement été baptisé en 1837. On apprend ensuite que Döllersheim était l’un des quarante-deux villages situés à l’emplacement d’un centre d’entraînement militaire, à 110 km au nord de Vienne, qui devait être l’un des plus vastes d’Europe.

      Le village n’allait être évacué qu’en 1941, donc non pas immédiatement après l’arrivée de Hitler au pouvoir (janvier 1933), ni même tout de suite après l’Anschluss (mars 1938), ce qui aurait déjà été plus cohérent.

      On notera encore que la place du village fut rebaptisée Aloïs Hitler Platz, et que Hitler lui-même. en fut fait citoyen d’honneur en juillet 1939. Et on notera enfin que le cimetière où reposait la grand-mère de Hitler, est pratiquement intact.et que l’église, abstraction faite de la toiture, est très peu endommagée, ce qui est incongru pour un village prétendument rayé de la carte

      A partir de là, pour ce qui est de la suite, on croit ce qu’on veut... Pour moi rien, parce que je ne l’ai pas lue, manquant de temps pour en vérifier le contenu...


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 11:32

        mon cher césar

        je ne demande qu’à vous croire, mais hélas pour vous, des sources nombreuses et convergentes confirment que tout ce qui reste de Döllersheim est un terrain vague, puisque le village a été totalement rasé...
        un lien qui le confirme
        c’est dans l’express...lisez attentivement l’explication parfaitement expliquée, et justifiée...
        un autre signale simplement le village complètement abandonné : sur ce lien
        et celui là le confirme...
        enfin, je vous laisse juge.

      • César Castique César Castique 21 janvier 2015 12:59

        « ...tout ce qui reste de Döllersheim est un terrain vague, puisque le village a été totalement rasé... »

        Ceci est un lien : est pratiquement intact.et - L’ancien architecte que vous êtes devrait reconnaître l’utilisation de panneaux de matériau souple destinés à mettre l’église hors d’eau

        « ...un autre signale simplement le village complètement abandonné. »

        Ceci est une précision : Le village n’allait être évacué qu’en 1941 (début du 4e paragraphe) 


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 13:09

        césar

        tout ce que je constate, c’est que n’aimez pas trop être contesté.
        même quand votre erreur est flagrante.
        mais ce n’est pas mon problème.
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 13:38

        jarnidieu

        pourquoi tant de haine ?
        alors que tout le monde vous aime...
         smiley

      • César Castique César Castique 21 janvier 2015 15:05

        « Il y a des gens qui n’aiment pas trop être contestés ? »

        Dans le cas particulier, on est fondé à se demander s’îl a encore toute sa tête, puisque, dans le passé, il s’était déjà fait le propagateur zélé des délires de deux timbrés d’envergure planétaire, Jane Burgermeister et Mike Adams.

        Le mieux est donc de l’abandonner à son gâtisme.


      • Trelawney Trelawney 21 janvier 2015 15:05

        Le village n’allait être évacué qu’en 1941

        Il a été évacué en 1938 (peut de temps après l’Anschluss), car il se situait sur un futur terrain d’entrainement militaire. Il a été détruit, sur ordre de Hitler, avec les autres villages avoisinants en 1942.

        On ne connait pas les raisons profondes de cet ordre de destruction (peut être tout simplement pour raison pratique). Toujours est-il qu’Hitler faisait peu de cas de son héritage


      • César Castique César Castique 21 janvier 2015 15:32

        « Il a été évacué en 1938 (peut de temps après l’Anschluss)... »

        En vertu de quoi Hitler en a été fait citoyen d’honneur en 1939 smiley

        « Der Hauptplatz von Döllersheim wurde nach dem Vater von Adolf Hitler als Alois-Hitler-Platz benannt. Im Juli 1939 wurde Adolf Hitler zum Ehrenbürger des Marktes ernannt.

         »Um den Truppenübungsplatz Döllersheim errichten zu können, war die Aussiedlung der Bevölkerung bis zum 1. April 1940 vorgesehen ; dieser Termin wurde jedoch zweimal verschoben bis zum 31. Oktober 1941." (Wikipédia)


      • Trelawney Trelawney 21 janvier 2015 15:36

        En 1939, Hitler fait citoyen d’honneur d’un village qui a été évacué en 1938. Je pense qu’à l’époque vous n’auriez trouver personne pour le contredire smiley


      • César Castique César Castique 21 janvier 2015 15:39

        « En 1939, Hitler fait citoyen d’honneur d’un village qui a été évacué en 1938. Je pense qu’à l’époque vous n’auriez trouver personne pour le contredire. »

        Vous pourriez développer ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 17:45

        césar

        au lieu de reconnaitre vous être planté, vous changez de sujet... c’est pas bien ça !
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 17:47

        merci Trelawney

        en effet, c’est amusant comme situation...
        à mon avis, césar n’ayant pas d’explication va s’orienter vers la cueillette des olives en basse provence...
         smiley

      • César Castique César Castique 21 janvier 2015 18:37

        « ...au lieu de reconnaitre vous être planté... »

        Vous pouvez développer ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 19:51

        césar

        je ne pense pas que ce soit nécessaire.
        les lecteurs qui auront ouvert les liens, et vérifié les preuves avancées, auront tous les moyens pour se faire une idée précise de votre commentaire contesté.
        je pense que vous êtes donc tout à fait capable de faire la même démarche.
         smiley

      • César Castique César Castique 21 janvier 2015 20:32

        " …je ne pense pas que ce soit nécessaire. « 

         

        Je comprends ça. Il n’y a pas grand-chose à attendre d’un représentent du journalisme citoyen « capable » de glisser trois fautes grossières dans une phrase de 48 mots

         

        "...auront tous les moyens pour se faire une idée précise de votre commentaire contesté.« 

         

        Ceux qui ont eu la curiosité d’aller « visiter » Dösselheim sur Google Earth aussi smiley

         

        "je pense que vous êtes donc tout à fait capable de faire la même démarche »

         

        Et moi, je crois que vous êtes encore moins capable d’aller sur Google Earth que sur Wikipédia.


      • ZenZoe ZenZoe 21 janvier 2015 11:59

        Bonjur Olivier,
        Ah, j’ai été trompée par votre illustration. Pauvre Guillaume, avec un père pareil, c’était perdu d’avance..


        • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 13:00

          ZenZoe

          je trouvais que cette image était pourtant bien l’illustration de la difficulté de certains fils avec leur pères...
          et puis j’ai cherché en vain de bonnes photos de sarko, ou hollande pere et fils ensemble
           smiley

        • cevennevive cevennevive 21 janvier 2015 12:33

          Bonjour Olivier,


          Votre article est intéressant car je ne connaissais pas (et m’en « foutais » un peu) la parenté de notre Président...

          Il est vrai que l’homme, élevé par un « vrai » père n’aura sans doute pas envie de surpasser les autres en les écrasant. Cela, tout un chacun peut l’observer autour de soi s’il a un minimum de psychologie.

          Cependant, il y a aussi la « mère »...

          Les mères castratrices, abusives, mégères, indifférentes, possessives... Qui feront, de l’homme ou de la femme, un monument de révolte ou d’égoïsme ou de nymphomanie.

          Tiens par exemple, notre Fourest, qui a-t-elle eu comme père, comme mère ? Et Vals ?

          Autre chose, les mères Juives (j’en ai connu) aimantes à outrance, crampons et despotes.

          Personnellement, j’ai eu des parents « normaux », je suis « normale », banale et bien dans ma peau.

          Bien à vous Olivier. 


          • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 13:07

            cevennevive

            oui, se pencher sur l’influence des mères...
            dans plusieurs des liens proposés, on voit que celle de la mère de hollande a été déterminante.
            mais, comme tu le suggères, elles ne sont pas toujours parfaites.
            quand à valls, j’avais envisagé d’en parler, vu que son père n’est pas anodin...mais la doc que j’avais à disparu dans les méandres de mon ordi !
            dommage.


          • fred.foyn Le p’tit Charles 21 janvier 2015 12:37

            Les deux Depardieu ont du talent...les autres c’est de la merde il me semble.. ?


            • gaijin gaijin 21 janvier 2015 12:47

              salut olivier
              la volonté de pouvoir est une maladie psychologique qui devrait être détectée et traitée dès l’ enfance .
              hélas .....

              rien a voir mais un petit document a voir qui pourrait t’intéresser :
              http://pluzz.francetv.fr/videos/pollution_des_sols_le_scandale_cache_,11587 3216.html


              • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 13:04

                merci gaijin

                en effet ; ce document m’intéresse, comme tu pouvais t’en douter.
                ceci dit, comment traiter cette maladie qu’est « la volonté de pouvoir »... ?
                pourquoi ne pas changer les statuts de nos dirigeants en en faisant seulement des exécuteurs de la volonté populaire, ce qui limiterait les candidatures ?
                 smiley

              • howahkan howahkan Hotah 21 janvier 2015 13:36

                Salut gaijin et olivier

                l’autre coté de la pièce est la maladie du mouton ,si il n’y a personne à diriger il n’y a plus de chefs...sans moutons il n’y a pas de chefs...sans chef il y a des moutons...c’est donc l’état d’esprit moutonnier qui crée le chef CQFD smiley

                la planète entière est à traiter donc !!

                signé : Hans schluss.......


              • howahkan howahkan Hotah 21 janvier 2015 13:38

                .sans chef il y a des moutons.......libres ce coopérer ou pas sur de « bons » projets..concernant la survie collective ..


              • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 13:40

                howahkan

                sauf que les moutons sont des animaux domestiques.
                est-ce que tous les humains sont des animaux domestiques...ou bien reste-t-il quelques exemplaires encore « sauvages »...dans le sens originel du mot, c’est à dire « non domestiqués ».
                 smiley

              • gaijin gaijin 21 janvier 2015 16:17

                olivier
                traiter ? c’est l’affaire des psy ( si, si il y en a des bons .....parfois ......) on va détecter aujourd’hui par exemple les tendances a la cruauté comme pathologiques alors qu’a des époque antérieures c’était signe d’un caractère de « vainqueur » ( en novlangue lire winner ) ensuite au cas par cas travailler a réparer les failles dans la construction du psychisme ( genre de ce que tu met en évidence dans ton article )

                hotah
                oui il faut aussi soigner les humains qui se prennent pour des moutons mais le problème est différent : il s’agit d’une maladie artificielle transmise par les bergers
                le traitement est simple : pas d’école avant l’age de 7 ans afin que l’identité puisse se construire et ensuite culture de l’esprit critique au lieu de passer des années ( jusqu’à 28 ans pour les docteurs ....) a subir un gavage qu’on ne souhaiterai pas a un canard .......
                avec des gens comme krishnamurti , korzybski ......au programme de philo ça aurait une autre gueule que descartes et rousseau
                on peut rèver d’une école ou on enseignerait l’histoire de la pensée au lieu de celle des batailles
                ou on parlerai de tesla au lieu d’ édison .......
                et herbert en litérature au lieu de flaubert ça serait pas mal non plus ........
                ( mais bon faudrait d’abord qu’il y en ait qui réalisent que le 19 ème siècle est terminé et ça c’est pas gagné .....)

                bonjour chez vous citoyens du village global .....
                https://www.youtube.com/watch?v=wZ9238qH1Sk
                quand j’étais petit ça me faisait flipper , maintenant je sais pourquoi ......
                et au fait c’est qui le numéro 1 ?


              • howahkan howahkan Hotah 21 janvier 2015 16:28

                salut olivier ,tout a fait à propos des moutons, en écrivant cela je savais que ça ne le faisait pas totalement....il a fallut que tu le remarques smiley

                bonne question à propos d’exemplaires sauvages d’humains non domestiqués...

                derriere pour le moment le règne sans partage de la pensée ,analytique sur nos cerveaux il y a autre chose , qui serait peut être ce « non domestiqué »...en tous les cas ça y ressemble..


              • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 17:55

                Howahkan

                oui, cette histoire d’homme domestiqué me passionne, j’en avais fais un article, 
                au cas ou il t’aurait échappé, je le remet en lien
                bonne lecture.

              • howahkan howahkan Hotah 22 janvier 2015 09:44

                Merci Olivier......

                je lis et je reviens...

                gaijin j’ai bien vu ton mot...mon message a été perdu.....


              • howahkan howahkan Hotah 22 janvier 2015 17:23

                 bon j’ai lu ton article , je ne sais pas vraiment, je sais peu de choses sur ces sujets...je lis avec intérêt cependant comme depuis tout jeune, .....hommes sauvages, Elohim,extra terrestres .....etc

                 j’ai vécu , comme des gens avec qui j’ai vécu, comme plein d’autres aussi ;comme toi sans doute , des choses impossibles alors je laisse la porte ouverte à quasiment tout sauf a ce qui est dit par politicien hommes d’affaire, économistes et autres menteurs par profession ..je laisse la porte a tout ce qui n’a rien a voir avec ce qui est officiel..

                si c’est faux et bien c’est faux !!! si c’est vrai et bien c’est vrai !! si je ne sais pas et bien je ne sais pas !!

                 bien sur le bon psycho bla bla te met sous médication et si la société est un peu plus totalitaire alors là tu la fermes bien sur..ou tu l’ouvres car tu veux témoigner mais c’est risqué....

                 ce que je sais c’est que une partie de mon cerveau ne marchait plus du tout, pu si peu..elle s’est remis en route dans certaines circonstances...d’elle meme, je n’ai aucun contrôle a dessus d’événements en événements , le fonctionnement de la pensée se montre tout seul , il est clair que la guerre commence là et n’est pas du a nos ancêtres du tout mais à un bug....je laisse tout ça de coté sauf une vraie expérience de télépathie directe ,ceci est bien sur impossible selon ceusses qui savent
                je passe vite fait et là je rejoins un peu ton sujet, beaucoup meme...nous avons perdu des capacités , une partie du cerveau ne marche plus, elle servait non pas a faire pire que aujourd’hui,mais autre chose....
                la pensée compare ,analyse , classe, donne des valeurs non pas absolues mais par rapport à elle meme,cela dit elle se croit absolue... et elle organise tout le reste comme le vol du collectif et la guerre ,etc etc

                 l’autre partie manquante est la partie qui est touchée par disons ? « le sens » pour le moment....
                le sens étant l’unité avec ce qui est.........entre autre..

                 je sais comme d’autres que nous vivons, si on peut meme dire cela, sur un minimum vital très limité..car la pensée est limitée par programmation,elle est apte pour faire des outils et trouver des moyens pour survivre et inapte pour appréhender la vie entière en tant qu’humain ..
                finalement devient meme encore humain ? je n’en suis meme pas sur ...

                 nous serions comme une fleur qui ne fleurit plus jamais ..

                 alors espèce implantée ou descendant d’Adam et Ève ??

                 les deux ou aucun des deux sont une hypothèse possible, pourquoi pas... bien sur...
                l’ennuie des hypothèses de ce genre est que en fait, moi je ne sais pas..

                 je sais qu’une partie du cerveau ne marche plus, pour moi meme, je ne peux le démontrer et de toutes façons on n’est plus dans la science qui mesure et compare , donc au delà de la preuve , si je l’ai vécu je sais pour moi.........

                 ces moments ne se disent pas avec des mots direct , une chaise je vois, mais là les mots sont un peu largués, totalement meme...par contre par la négative en disant que je ne compare plus , je ne hiérarchise plus, je ne donne plus de valeur, je suis comme connecté avec...tout..enfin un truc de ce genre,l’état de l’esprit est en paix, je sais résoudre le pire de la déprime pour moi, je sais aller dans la souffrance de la manière adéquate donc sans rien chercher du tout.. etc ,ceci provoque des sortes de visions instantanées elles aussi incontrôlables et qui montrent comment je fonctionne dans des flashs d’information concentrées ,qui semblent toucher + que la pensée habituelle et ont un effet radical immédiat..alors je sais à propos de ce qui est vu..je ne doute pas, je sais... .. ce qui est libérateur et montre que nous avons bien un bug et que le méchant animal ancêtre voleur de banane n’a rien a voir du tout là dedans...etc etc etc etc , là ça dit un peu ..

                 alors les Elohim, je ne sais pas mais pourquoi pas, je ne sais rien mais je laisse la porte ouverte ....par contre descendant d’Adam et Ève....derriere le mythe ,l’histoire disons, je retrouve un truc que je vois et vis par brefs moments pour moi meme depuis peu,

                - la pensée donc la connaissance qui, si elle dirige le cerveau à elle toute seule sans aucune autre capacité éveillé .... devient un désastre pour la vie des humains ...( ça c’est nous smiley

                 la pomme, le serpent ,la connaissance..le paradis perdu etc

                 étonnamment cela coïncide avec ce qui se passe pour moi et d’autres ...

                j’explique : la pensée n’est pas suffisante pour notre vie....

                elle doit être sous une sorte de contrôle d’autre chose X or là elle décide faute de mieux ,comme par défaut, d’être sous son propre contrôle..l’outil se contrôle tout seul....la bourde ultime........

                 tout cela est là, on a pour une raison X, tout basé sur la connaissance cumulative au détriment d’autres capacités....

                ceci implique perte de capacités inconnues de nous...
                l’erreur majeure ......

                j’arrête là..................

                ciao


              • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 2015 17:52

                howahkan

                en te lisant, je me dis que j’aurais pu écrire quasi la même chose.
                ces fonctions du cerveau qui se remette en route petit à petit...et tout le reste.
                j’avais écris progressivement plusieurs articles sur le sujet, avant de publier celui que tu as lu.
                ce merveilleux sixième sens, par exemple, et d’autres.
                et puis j’ai publié sur ce site un scénario de fiction qui résume globalement ce que je pense
                mais je pense que tu les connais déjà...
                sinon, @+

              • rocla+ rocla+ 21 janvier 2015 14:04

                Pour exercer le pouvoir quand on a pas eu de père il suffit de le remplacer

                par une paire . 


                Mince , mon commentaire pendouille .

                • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 14:19

                  capitaine, mon capitaine

                  j’ai cherché en vain la rime...
                  paire...pendouille... je ne vois pas ?
                  peut-être « houille » ?
                  pas tombé loin, je le sens bien.
                  ceci dit, si le père en a deux, la mère n’en à qu’un...mari, bien sur, à moins que...l’infidélité galopante qui guette les mâles aux abois ne bouscule le jeu.
                  ne cherchez pas, il n’y a pas de contrepèteries...mais elles ne doivent pas être très loin.
                   smiley

                • Vipère Vipère 21 janvier 2015 17:53


                   La dernière que j’ai lâché une paire de ouïe, c’est lorsque le marteau que j’utilisais a fâcheusement dérapé sur l’ongle de mon index droit. au lieu de viser sa cible !



                  Je me suis traitée d’ andouille ! 

                   A Brico ( truc) on me croit maintenant lorsque je dis que je suis une bricoleuse du dimanche. 

                  Une bricoleuse confirmée ... du lundi au dimanche. smiley




                • Vipère Vipère 21 janvier 2015 18:08


                  Pou en revenir au père et au fils et au sujet du jour, on m’a toujours dit que les chiens ne font pas de chats ! C’est vrai en général...

                  Par là, il faut en déduire que la génétique laisse forcément des traces quelque part !

                  L’absence ou la présence d’un père autoritaire ou mou modèle très certainement la personnalité d’un individu, mais et surtout si le patriarche marque sa préférence à un fils, délaissant l’un ou les autres enfants de la fratrie. 

                  Il me semble que NS et peut être même FH s’est trouvé dans le délaissement de la figure paternelle, d’où le syndrome d’abandon développé dans l’enfance, et le besoin irrépréssible de prouver au monde entier qu’il vaut autant sinon davantage que le « fils chéri ».



                • Vipère Vipère 21 janvier 2015 18:16

                   Boris Cyrulnik explique comment se forme le sentiment d’abandon

                   L’avis du psy 

                  L’abandonnisme est un état psychologique de sentiment d’insécurité permanente lié à une peur irrationnelle d’être abandonné. La personne qui souffre d’un état d’abandonnisme est en demande d’affection pour combler un manque originel (séparation traumatisante du passé)

                  => Certaines situations malheureuses vont vous rappeler des souvenirs.

                  Une crise liée à la solitude, le vide affectif, des conduites d’anxiété, un sentiment d’abandon, en attente de reconnaissance, des relations humaines délicates, un manque de confiance en soi, un comportement agressif, une inquiétude permanente ? Cette solitude lorsqu’elle est mal vécue ou accompagnée d’une sensation de trahison, peut être insupportable et subie comme une injustice.

                  => Pour guérir de la souffrance engendrée par ces situations, il faut reconnaître le mal.

                  La personne dépendante affective est en quête d’amour et de reconnaissance, parce qu’elle ne parvient pas à s’aimer suffisamment par elle-même, elle a des difficultés à s’estimer à sa juste valeur, elle va alors se centrer sur les autres, et se sent souvent incapable de dire Non, de poser de limites, parce qu’elle a une opinion négative d’elle-même.

                  => La dépendance affective s’observe souvent à travers la qualité de la relation amoureuse, si les besoins affectifs ne sont pas satisfaits, elle éprouve de la frustration, une souffrance, sans pour autant se détacher de son partenaire, il y a un besoin constant de se faire aimer ; parce qu’elle a peur que les gens la rejette, ses amis sont pour elle une bouée de sauvetage, elle s’accroche à eux comme si sa vie en dépendait.

                  Le sentiment d’abandon se traduit par toutes sortes de manifestations, repli sur Soi, dépression, conduites d’anxiété, agressivité, automutilation, de sentiments d’injustice, d’impuissance et d’insécurité, car le souvenir d’un abandon mal vécu, non surmonté ou trop vite refoulé dans la petite enfance a des répercussions dans l’âge adulte, il peut amener à une dépendance extrême et infantilisante.



                • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2015 18:24

                  Vipère

                  je suis d’accord, mais dans le cas précis évoqué dans l’article, il s’agit quand même d’autre chose que « d’un sentiment d’abandon »... il s’agit d’un rejet de la part du père, auquel s’ajoute clairement du mépris.
                  ce n’’est donc pas tout à fait la même chose, non ?

                • Vipère Vipère 21 janvier 2015 18:50


                  Olivier

                  Le mépris dans un sens second, c’est aussi rejeter.



                  Dans un sens premier c’est ne pas juger digne d’intérêt une personne ou quelque chose.

                  Ainsi abandon et mépris sont intimement sont liés.

                  Mais, qu’est ce qui amène cette typologie d’hommes politiques au Pouvoir ?

                  Ne devons-nous pas méditer la citation de Max WEBER ci-dessous ?

                  « La plus utile, et la plus célèbre, c’est celle qu’a énoncée Max Weber dans Le Savant et le Politique (1919) : »Le pouvoir politique, c’est le monopole de la violence légitime« .

                  Retenir cela, c’est déjà posséder l’essentiel en la matière... »






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès