Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Augmenter la production mondiale de viande ?

Augmenter la production mondiale de viande ?

 Le 18 février 2010, la FAO a publié un rapport annuel sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture qui accorde une large place au thème de l’élevage. La FAO, constatant que la demande en viande augmente constamment dans le monde, estime qu’il faudra en doubler la production d’ici 2050.

Que la demande augmente, cela ne fait aucun doute : la consommation moyenne des Chinois est ainsi passée de 13,7 kg de viande par an et par habitant en 1980 à 59,5 kg aujourd’hui, et cette tendance peut continuer puisqu’elle est encore loin des 82,1 kg des pays occidentaux.

Que cette augmentation soit gérable, c’est une autre chose.

Comment peut-on penser à doubler la production de viande alors qu’on n’est même pas encore capable de nourrir toute la population de la planète simplement avec des céréales et de lui donner de l’eau en quantité suffisante ?! Sachant que pour produire une protéine de viande de bovin, il faut par exemple 9 protéines végétales, qu’il en faut 7 pour la viande porcine et 3 pour la volaille, on peut être inquiet pour la production des céréales et des légumes destinés à être consommés directement par la population. Produire de la viande demande beaucoup d’eau, beaucoup de terres. 80% de la surface agricole est déjà consacrée à l’élevage ou à la production de céréales pour les animaux. Comment peut-on imaginer augmenter cette production et nourrir toute la population de la planète ? Cela semble utopique.

Par ailleurs, tenter de le faire aurait des répercussions désastreuses sur notre environnement. Le méthane produit par les ruminants et l’oxyde nitreux produit par le fumier sont des gaz à effet de serre bien plus puissants que le co². Trouver toujours plus de nouvelles terres conduirait à aggraver la déforestation.

Certaines populations, pourtant, auraient besoin d’augmenter leur apport en protéines d’origine animale pour une alimentation plus diversifiée, mais cela ne signifie pas qu’il faille augmenter pour autant la production mondiale : une meilleure répartition suffirait. Beaucoup d‘occidentaux essaient de limiter leur consommation de viande pour des raisons de santé mais, à plus de 80 kg par an, ils peuvent encore mieux faire !

D’une façon plus générale, en ce qui concerne l’alimentation, il faut arrêter de se lamenter et d’évoquer le mauvais sort ou la malchance, là où il n’y a que responsabilité humaine. Pour l’instant, la planète pourrait nourrir tout le monde puisque la consommation moyenne sur terre est de 2800 calories par jour par habitant alors qu’il faut à l’être humain, en fonction de son sexe et de son activité physique, entre 2000 et 3500 calories par jour. On voit bien que le problème pourrait être résolu par une meilleure distribution plutôt que par une augmentation générale. 3700 calories par jour en moyenne en Europe de l’ouest et aux Etats-Unis, c’est peut-être beaucoup… 1520 dans certains pays d’Afrique, c’est dramatique.

Notre planète peut nous nourrir mais il faut l’aider un peu en étant raisonnables. Quand il y a un plat à se partager et que l’un des convives est gourmand, il a le choix entre se servir largement et intimider ses frères pour les empêcher de protester ou bien il modère sa gourmandise en songeant que la démesure n’est jamais bonne pour la santé ou bien il réclame un plat plus copieux mais sa mère n’a pas forcément les moyens de cuisiner davantage. Notre planète est cette mère qui fait ce qu’elle peut, qui fait déjà beaucoup mais qui ne peut pas grand-chose contre l’égoïsme de certains de ses fils. Les rappeler à l’ordre ? Les punir ? Mais s’ils sont grands et majeurs ?

Pour en revenir à la consommation de viande, le problème est peut-être avant tout un problème de commodité. Faire griller un steak, c’est rapide et facile. Manger un saucisson aussi. Mettre un poulet dans le four, tout le monde peut le faire. Mais cuire, assaisonner, gratiner, préparer les légumes ou des céréales et satisfaire les gourmets, c’est une autre affaire et, plus les sociétés deviennent pressées et affairées, moins elles ont le temps de le faire et les savoirs culinaires se perdent. Je suis persuadée que ce n’est pas tant par goût ni par souci nutritionnel que la consommation de viande a augmenté et reste forte dans les pays industrialisés mais par facilité tout simplement.

Pour toutes ces raisons, songer à augmenter la production de viande me paraît dangereux et non justifié. Mais il y a une demande, dira-t-on ! Et alors, faut-il écouter toutes les demandes ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Sébastien Arsac Sébastien Arsac 24 février 2010 10:34

    Merci Florence pour cet article.

    La viande est un des pays au monde qui consomme le plus de viande en moyenne par habitant !
    Si la consommation est si élevée, c’est aussi parce que les filières viande ont beaucoup de moyens qu’ils investissent dans la propagande, jusque dans les écoles. C’est le CIV (Centre d’Information des Viandes) qui s’en charge.
    Voir :
    http://www.viande.info/CIV-ecoles

    Il y a justement une pétition qui vient d’être lancée pour s’opposer à la propagande pro-viande dans les écoles :
    http://www.viande.info/petition-CIV


    • brieli67 24 février 2010 11:18

      LE ROI

      passage rituel obligé
      kawa
      BBQ - http://www.lefigaro.fr/medias/2008/07/30/20080730PHOWWW00213.jpg

      PV ou son aide de camp Docdory
      candidats présentés par Avox au Georges déstitué
      les festivités : http://www.lefigaro.fr/photos/2008/07/30/01013-20080730DIAWWW00457-les-tonga-couronnent-leur-nouveau-roi.php


    • Romain Desbois 24 février 2010 13:13

      Mais en plus des pubs incitant les gens à consommer de la viande sont financées par l’Etat français et par l’UE !

      Vous l’avez tous entendu au moins une fois.


    • brieli67 24 février 2010 14:17

      le Rossbiff d’Alsace

      la spécialité -civet de cheval- le repas incontournable de nos fêtes de villages  : Messti, Kilbe

      soit du spécialiste http://www.baer-meyer.com/html/gamme_chevaline.html

      soit le recette perso :

      Le « Rossbiff » de Bischheim

      Ingrédients
      1 kg de cheval dans la longe
      1 bouteille de Bordo
      4 feuilles de laurier
      6 clous de girofle
      6 gousses d’ail

      Préparation :

      Faites mariner la viande avec les épices et le vin rouge Bordo 9 à 12 jours à couvert au frigo. tous les trois jours ébouillanter la marinade et completer de vin rouge


      Egouttez la viande et faites la rôtir avec du beurre, puis mijoter doucement 2 h
      Coupez la en tranches très fines une fois refroidie
      Remettez la à cuire en ajoutant de l’eau et du roux de farine pour obtenir une sauce assez liée.
      Laisser cuire 2 heures à feu doux.

      Le rossbiff de cheval se déguste avec une salade de Pommes de terre chaude. et des pichets de rouge « épais » du Fitou ou des bourrus du Sud-Ouest.


    • ZEN ZEN 24 février 2010 14:24

      Il y a aussi les « rossbifs » d’Artois
      Certains y ont même élu domicile
      On les reconnaît à une certaine tendance à rouler à gauche...
      Keep right !


    • brieli67 24 février 2010 15:09

      En Alsace nous n’avons pas de Pferd sauf à Bischwiller ou Hoerdt fief d’un renégat célèbre von Birkenfeld.

      c’est partout le Ross ( ou le Gaul dit gaoul) outre - forêt soit au nord de la Forêt de Haguenau au parler francique..

      aH Oui le Gaul le long... un de ses ancêtres Kolb de Mayence et alentours après un passé de contrebandier a hérité à Wissembourg/Landau de la charge royale du tabac et des allumettes ( 1820 environ) . Quelqaues années plus tard, on retrouve ce gaillard d’abord à Valenciennes puis à Lille à la tête d’une manufacture de tabac à priser, à chiquer, à fumer...

      Hésitant entre MRP ET UDR, le député immuable de Wissembourg Grussenmeyer, celui des bouilleurs de cru, la ration de gnole familiale, hygiénique et détaxée a reconnu que De Gaulle était en fin de comptes le bon cheval/Gaul. 


    • Romain Desbois 24 février 2010 12:58

      Oui la consommation de cadavre que l’on préfère appeler viande pour encore mieux déconnecter les choses est essentiellement culturelle.

      Je rajouterai à ce triste tableau l’énorme gaspillage d’eau liée à l’exploitation animale :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Viande


    • Romain Desbois 24 février 2010 13:50

      A propos du gaspillage d’eau qui semble être le souci d’Allègre

      Il ne se pose pas trop de question devant son entrecôte cet hypocrite


    • Salsabil 24 février 2010 11:10

      Cette propagande anti-viande commence à me les briser menues-menues !!!!

      Etant donné son prix qui augmente de jour en jour on en déguste de moins en moins, en particulier, le boeuf, l’agneau, le veau de qualité et leurs morceaux de premier choix.

      Alors qui est responsable de l’augmentation de sa production ? Pourquoi vous adressez à nous ici ?

      C’est plus une question d’augmentation de la population mondiale, non ?

      Je suis d’accord pour répartir et partager mais il est rigoureusement hors de question que je me prive de ces rares plaisirs gustatifs parce que blablabla...

      Quant à l’apport protéinique, partout dans le monde ou presque on trouve de l’amaranthe en grande quantité, gratuitement. Plante qui représente un apport extrêmement riche en la matière...

      Salut Papy,

      Pour moi, ce sera une belle côte de boeuf aller-retour sur la grille de la cheminée avec une bonne sauce roquefort et des patates à la braise !

      Non mais !!!!


      • Yoikitsune 24 février 2010 11:59

        « Cette propagande anti-viande commence à me les briser menues-menues !!!! »

        Excusez-moi mais pourriez-vous m’expliquer pourquoi est ce de la propagande car il me semble que l’auteur fait état d’un rapport (pas de liens certes mais existant vraiment....) montrant une évolution impossible de la production de viande... toujours est-il qu’il ne vous empêche pas de manger de la viande faite comme bon vous semble.
        Vous me donnez l’impression de vous sentir coupable mais je ne vois pas pourquoi vous avez le droit au régime que vous souhaitez... je pense que cela permet de s’interroger ce genre d’article, pas de prendre une décision définitive. N’êtes vous pas d’accord ?

        Cordialement


      • MarcDS MarcDS 24 février 2010 12:29

        @salsabil : « il est rigoureusement hors de question que je me prive de ces rares plaisirs gustatifs parce que blablabla... » : si ce sont bien de rares plaisirs vous n’avez pas à remettre en cause votre mode alimentaire. Ce qui est en cause ici, ce sont des consommations telles qu’une moyenne de 80 kg par an et par personne peuvent être atteintes, soit 220g par jour. Etant donné qu’une partie non négligeable de la population n’atteint pas ce niveau de consommation (les végétariens, les désargentés, les personnes âgées,...), vous rendez-vous compte de la quantité de viande consommée quotidiennement par les autres pour qu’une telle moyenne puisse être atteinte ?


      • brieli67 24 février 2010 12:44

        un peu de gastronomie de terroir de nos terres françaises :

        Notre guyane : http://maguyane.org/forum/index.php?page=35

         : certaines espèces sont rigoureusement interdites de chasse et donc de consommation (tortues marines, chien bois, tatous géants, rapaces, etc.), ce qui n’empêche malheureusement pas leur commerce illégal. Seule la vente et la consommation au restaurant d’un nombre restreint d’espèces de gibier est autorisée, notamment l’agouti, le tatou à neuf bandes, le maïpouri (nom local du tapir), l’agami ou l’iguane. Mais là aussi, ce n’est pas parce que ces espèces ne sont pas protégées qu’elles ne sont pas en danger : libre à chacun d’en débattre avec sa conscience,


      • Romain Desbois 24 février 2010 13:15

        Moi c’est la propagande pro viande financée par nos impôts qui me les gonfle maxu maxu smiley


      • Salsabil 24 février 2010 13:20

        Lorsque je parle de « propagande », cela ne s’adresse pas directement et uniquement à l’auteur, mais à pléthore d’articles, de billets, de papiers, d’infos, de blogs, de sites, etc.. qui vont dans ce même sens.

        Une fois de plus, je ne suis pas du tout contre l’idée qu’il faut savoir répartir entre les populations les différents types d’alimentation. Cela sous-entend de prendre en compte les multiples cultures inhérentes à ces peuples. On est pas sorti de l’auberge, mais bon...soit.

        Ce qui me gonfle particulièrement c’est justement cette espèce de culpabilisation systématique du quidam moyen alors même que les états et entreprises les plus polluants ne se voient pas suffisamment impliquées dans la réduction de leur dérives.

        Ca me fait penser à la super taxe carbone qui ne fait pas mieux qu’enlever encore un peu plus au bas de laine du consommateur moyen.

        Dans mon post, j’avais effectivement souligné le mot « rare » (l’éditeur n’en a pas tenu compte). Le problème vient de la surproduction à échelle industrielle et qui ne garantit absolument plus la qualité.

        Je suis pour un retour à une agriculture raisonnée et raisonnable adaptée à son environnement local.

        Faire une généralisation sur la consommation de viande et donc sur le consommateur me semble malhonnête. C’est tout le principe de mondialisation qui est à remettre en cause et ça le péquin moyen n’y peut pas grand chose.

        Pour ma part, quelle que soit le produit concerné, je favorise les producteurs locaux, et j’évite de manger par exemple des fraises en hiver... Voilà !

        Quant à la viande, question de moyens comme vous le soulignez, je me nourris plus souvent de poulet que de boeuf et je tente de privilégier la qualité.

        Peu de côte de boeuf, mais quand il y en a j’en connais la provenance, et je fais confiance à mon boucher. Ou mieux encore je partage des bêtes entières achetées avec des proches directement chez l’éleveur et je congèle.

        Je trouve également assez judicieuse la remarque de Briéli ci-dessous concernant une (ré-)adaptation à une nourriture autre.

        Mais bon, bouffer des insectes, franchement, je crois que j’aurais beaucoup de mal... smiley


      • brieli67 24 février 2010 13:41

        C’est sa journée !!


        Je songe parfois 

        à la quantité de boeuf qu’il faudrait pour faire du bouillon avec le Lac de Genève


        Les Pensées (1972) Citations de Pierre Dac


      • Jacques Blattivier Jacques Blattivier 24 février 2010 13:47


        Les sauterelles ou criquets sautés à la poele sont délicieux. Ils remplacent avantageusement les cacahouètes à l’heure de l’apéritif du fait de leur petit goût salé.

        Pour les gourmets, sauterelles et cafards


      • Romain Desbois 24 février 2010 13:55

        Salsabil

        C’est toujours le consommateur, le client le coupable.

        Les corrompus sont toujours plus blâmables que les corrupteurs car « si les gens ne l’achetaient pas , ça ne se vendrait pas » Coluche


      • MarcDS MarcDS 24 février 2010 13:55

        @Salsabil : Je suis d’accord avec les éclaircissements que vous apportez à votre premier post. Mais pourquoi préciser « le péquin moyen n’y peut pas grand chose » ? Quittez donc votre poste de télévision pour vous intéresser aux multiples intitiatives mises en place par des citoyens qui refusent de se résigner, et qui préfèrent se préparer à la relocalisation de l’économie sur base volontaire plutôt que de la subir. Elle est inéluctable car liée à l’épuisement des ressources pétrolières. La question est de savoir quelle place aura la justice sociale dans cette relocalisation.

        Evidemment, ce ne sont pas ces initiatives citoyennes qui font la Une des médias, sinon pour les faire apparaître comme illusoires. Mais dans l’illusion, n’est-ce pas notre modèle économique qui remporte la palme ?


      • Yoikitsune 24 février 2010 14:26

        Merci salsabil pour cette éclairage. J’approuve totalement vos dires.
        Il est vraiment intéressant que vous ayez parlé de votre propre expérience. Je crois qu’elle permet en effet de trouver un équilibre dans la discussion de ce fil car on ne va pas faire du débat sur la consommation de viande quelque chose d’inextricable comme le conflit israëlo-palestinien ou l’identité national !
        Je pense aussi qu’il faut re-localisé la consommation de nourriture, pour des raisons autant écologique que d’autonomie à l’échelle local. Partager un boeuf est vraiment une excellente idée, c’est à mon avis, tout à fait le genre d’idée à propager pour faire changer les mentalités !


      • Salsabil 24 février 2010 15:51

        @ Actias

        Dans votre début de post, en dehors de l’essai à l’ironie inclus, vous reprenez une des choses dont je parle. Soit vous avez mal lu, soit mal compris. Je parle de mondialisation puis de relocalisation...

        Ensuite non, ma réaction n’est pas symbolique -symbolique de quoi ? - elle culturelle tout simplement et je n’ai aucune raison d’en être gênée. Je n’ai pas dit que je ne pourrais pas manger d’insectes, j’ai dit que je pensais que j’aurais beaucoup de mal. Ca ne me paraît pas aberrant comme réaction. Si je n’ai plus le choix et qu’il me faut me nourrir ou nourrir mes proches, et qu’il n’y a pas d’autre solution, il faudrait alors que je m’y fasse, mais cela ne me dit rien. Pouvez-vous accepter ce point de vue ?

        Et alors expliquez-moi en quoi la viande est dans le domaine du psy ou du symbole parce que là, sincèrement, ça dépasse mon entendement. Dans mon monde à moi, celui de Gulliver, la viande c’est gastronomique, c’est un plaisir et c’est nutritif, mais peut être remplacé, nous sommes d’accord là-dessus. Je ne le souhaite pas c’est tout.

        @Romain,

        Un peu simpliste, non ? Tuons tous les bovins, éradiquons vaches, bisons, buffles et autres zébus, évitons le consommateur pour que les spéculateurs sanguinaire s’enferrent dans la misère, ouais ! smiley

        @ Marc,

        Vous êtes mal tombé avec moi question tv, je ne la regarde pas. Et si vous me lisez bien, ici et ailleurs, vous verrez que justement je m’intéresse aux démarches dites citoyennes, et que j’y prend moi-même un certain plaisir à les utiliser.

        @ Yoikitsune,

        Merci d’avoir compris. smiley

        @ Bribri

        La journée P. Dac, on a connu pire ! smiley


      • brieli67 24 février 2010 12:12

        Déjà évoqué sous un article de Fergus

        Séduisant mais nuisible : le ragondin !
        http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/seduisant-mais-nuisible-le-52374

        il faudra DIVERSIFIER nos ressources de proteines animales
        adieu veaux, vaches, cochons, poulets....

        http://www.nap.edu/openbook.php?record_id=1831&page=R11
        une bible de ce qui se dévore encore ....

        Chez nous des pistes, la poiscaille « blanche » des cours et plans d’eau, les écrevisses, de la famille des rongeurs et surtout promis à un grand avenir les insectes.

        y a bon CAPYBARA
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Capybara
        D’Argentine après les boîtes de « singe »
        importeur officiel connu de tous : Michel Lerma

         


        • Romain Desbois 24 février 2010 13:57

          considérer un animal ou un végétal nuisible est proprement anthropocentrisme voire spéciste.

          « Le spécisme est à l’espèce, ce que le racisme est à la race » Romain Lutèce


        • Jacques Blattivier Jacques Blattivier 24 février 2010 14:09

          Voici la recette du

          Cuissot de castor

        • Jacques Blattivier Jacques Blattivier 24 février 2010 14:13

          Connaissez-vous la délicieuse

          Queue de castorIl s’agit d’une patisserie.

        • LE CHAT LE CHAT 24 février 2010 15:44

          y’a aussi les langues de chat et les langues de boeuf ( pate feuilletée ) !
          et pour les cannibales , les têtes de nègre


        • Salsabil 24 février 2010 16:03

          Mon Dieu !!!! 

          Il fallait bien que ça dérape....

          Et qui est venu rogner l’écorce de la respectabilité toute écologique de ce fil, hein, hein, qui ? smiley

          De la queue de Castor, ciel ! Pourquoi pas des pets de nonnes tant que vous y êtes !?


        • Jacques Blattivier Jacques Blattivier 24 février 2010 16:31

          Puisque vous vous intéressez à la queue de castor, vous apprendrez par cet article qu’elle ne fut pas toujours une patisserie :

          La queue de castor frite du Montana
          Pour créer des emplois pendant la grande dépression des années 1930, le gouvernement américain avait plus d’un tour dans son sac. En témoigne le projet loufoque America Eats (« L’Amérique mange » ) dont le but final était la publication d’un livre sur les traditions culinaires régionales. Les rédacteurs, qui faisaient partie des quelques quatre mille cinq cents gens de plume embauchés dans le cadre d’un Projet fédéral d’écriture, furent envoyés aux quatre coins des Etats-Unis afin d’observer les habitudes alimentaires. Le livre ne vit jamais le jour à cause de la guerre mais les dossiers constitués furent conservés à la Library of Congress. Le chercheur Mark Kurlansky analyse cette pile de près d’un mètre de haut pour en faire une anthologie qui, d’après le commentateur Jonathan Miles du New York Times, ne manque pas de piment.
          De nos jours, la critique de l’alimentation homogénéisée est monnaie courante. Kurlansky montre qu’elle n’est pas nouvelle : la «  standardisation américaine » des dîners congelés et la généralisation d’arômes artificiels étaient déjà dénoncés. L’idée sous-jacente d’America Eats était précisément de garder la mémoire des traditions locales avant qu’elles ne disparaissent au profit des premiers fast-foods tels Automat à New York. Les centaines de rapports, essais, recettes et interviews abordent des sujets divers (souvent dans le dialecte local) tels que la préparation de l’opossum de Géorgie, la queue de castor frite du Montana, et les superstitions alimentaires du Colorado (« Malheur à votre ménage si vous brûlez la croûte du pain sur le feu »). Sans compter des recettes d’actualité (le « Gâteau dépression », sans farine ni œufs) qui donnent à l’anthologie toute sa richesse.

        • Jacques Blattivier Jacques Blattivier 24 février 2010 16:36

          Le pet de nonne est également appelé « beignet de vent » ou « soupir de nonne », et « pet de putain »

          « Soudain, un bruit étrange et sonore, rythmé, prolongé, semblable à un gémissement d’orgue qui s’éteint, puis aux plaintes mourantes de la brise qui soupire dans les cloîtres, vient frapper de stupeur l’oreille indignée des bonnes sœurs. »


        • MarcDS MarcDS 24 février 2010 12:18

          @ l’auteur : Merci pour cet article plein de bon sens. Il faut malheureusement constater que celui-ci n’est pas la caractéristique principale de notre société de consommation. Lorsque vous écrivez « Notre planète peut nous nourrir mais il faut l’aider un peu en étant raisonnables. » , j’espère que vous êtes consciente que vous vous opposez frontalement à cette société de consommation qui a fait de la déraison son principe de fonctionnement. De même, à la question « Mais il y a une demande, dira-t-on ! Et alors, faut-il écouter toutes les demandes ? » celui qui se place dans la logique de marché, défendue par tous les pays membres de l’OMC, ne peut que répondre oui.

          Un petit détail : le « 2 » de CO2 n’est pas un exposant mais un indice, il s’écrit donc à la base du O.


          • brieli67 24 février 2010 13:03

            Garçon

            une rasade de H-O-H avec paille au M. Marc

            plus au ballon

            une bouffée de disulfure de dihydrogène (H2S2) ou disulfure d’hydrogène
            ou du sulfure d’hydrogène (H2S).
            selon arrivage !

            sur mon ardoise comme dab’


          • Croa Croa 24 février 2010 20:00

            « Un petit détail : le « 2 » de CO2 n’est pas un exposant mais un indice, il s’écrit donc à la base du O. »

            On fait ça comment, en pratique sur AgoraVox ? smiley


          • Croa Croa 24 février 2010 20:04

            ...et des bêtes !

            Car cela ne s’obtient qu’avec des élevages concentrationnaires évidemment !


          • Micromégas 24 février 2010 13:37

            A Parkway
            Faire prendre conscience aux gens du problème est une des actions possibles. Evidemment, ce genre d’article ne s’adresse pas aux gens comme vous qui sont déjà convaincus mais à ceux qui s’interrogent et hésitent.


            • brieli67 24 février 2010 13:45

              Hésiter sur quoi ? Mignonette ?

              Tu as à manger de la viande comme tes ancêtres de Crocs-Mignons.

              Sinon tu es carencée !


            • Jacques Blattivier Jacques Blattivier 24 février 2010 13:55

              La viande de rat est consommée au Vietnam, comme dans d’autres pays asiatiques, au même titre que le porc ou le poulet.

              Voyez cette photo de
              rats en train de griller à Dinh Bang, près de Hanoï.

              Miam, miam


            • Romain Desbois 24 février 2010 14:03

              Brieli67

              "Tu as à manger de la viande comme tes ancêtres de Crocs-Mignons.

              Sinon tu es carencée !"

              On a tellement mis ca dans la tête des gens qu’ils régurgitent sans réfléchir.

              Ou avez vous vu que les végétariens sont carencés ? Citez moi un végétarien mort d’être végétarien et je vous sort la liste de ceux qui sont morts de bouffer du cadavre, il y en plein les cimetières !

              Mon medecin du travail s’étonnait du résultat de mes analyses sanguines car en apprenant que je suis végétarien, bêtement elle s’attendait à une carence en fer ; Elle ne faisait que régurgiter ses cours de médecine.

              Ce qui est cocasse, c’est qu’elle me fait le coup tous les ans ;


            • brieli67 24 février 2010 14:41

              bONJOUR le déguélé de l’Instinctothérapie de plus en plus fréquents sur Avox.

              Que devient ce cher Guy-Claude Burger ?

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Guy-Claude_Burger


              des nouvelles fraîches du gourou ?


            • rastapopulo rastapopulo 25 février 2010 02:40

              n’est ce pas dangereux pour les futurs nourrissons ?

              Et comme d’habitude ce qui est mauvais pour une grossesse l’est aussi dans d’autre cas mais de manière moindre...

              Ma solution à moi est simple pourtant :

              - arrêter de tripler les sources d’énergies (éolien + photovoltahic qui demande des centrales d’appoints en +)
              - dépenser tout le budget économisé dans la préservation des océans, la diminution de la taille des bateaux qui râclent trop les fonds sinon et évidement l’interdication d’y déverser des toxiques qui perturbent les hormones pour optimaliser la reproduction des espèces.

              Mais bon c’est plus facile d’interdire de manger de la viande que de choisir un monde avec plus d’abondance.
               


            • brieli67 24 février 2010 13:53

              Maître d’Hôtel et Gévéor j’adorrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrre 

              Merci le T-moin chef de la Brancarde !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès