Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Avec la SNCF tout est possible...

Avec la SNCF tout est possible...

Souvenez-vous, du slogan de la publicité de la SNCF, qui était diffusé il y a maintenant quelques années : "A nous de vous faire préférer le train".

Aujourd’hui, enfin dimanche, la SNCF va faire exactement l’inverse de son slogan d’un autre âge.

Ce dimanche 6 juillet, le calendrier voyageur va être modifié.

LA SNCF vient de faire un coup de maître dans l’art de l’augmentation déguisé des tarifs !

En modifiant le calendrier, elle en a profité pour augmenter le nombre de zones dites "blanches" c’est-à-dire des périodes dans lesquelles la réduction des cartes commerciales est plafonnée à 25 % !

C’est une augmentation des prix bien cachée derrière une apparente de modernisation du calendrier voyageur. Augmentation qui d’ailleurs est plus forte que l’inflation ! Et qui pénalise les usagers des TER et les Corail Intercités.

Ceux qui commenceront leur voyage pendant les nouvelles périodes blanches (de 6 h 30 à 8 heures et de 17 heures à 18 h 30 en semaine) verront le prix de leur billet augmenter de +33 % pour les voyageurs occasionnels et de +50 % pour les plus fidèles d’entre eux, porteurs d’une carte commerciale « 12-25 », « Enfant + » et « Senior » (source FNAUT).

Surtout que ces zones blanches... sont comme par hasard calquées sur les trajets "domicile-travail" pour le matin et l’inverse pour l’après-midi... ce qui en l’espèce rajoute 90 minutes de zone blanche tous les matins et tous les soirs de la semaine.

Ce qui revient in fine à pénaliser les travailleurs et aussi les jeunes. Et de ce fait condamne les étudiants à ne plus avoir de demi-tarif.

Pendant ces horaires, adieu tarif découverte 12/25 pour ceux qui ne possèdent pas la carte 12/25. Et après la SNCF se vante de vouloir développer le train comme mode de transport auprès des jeunes...

Le plus étonnant, c’est que peu de medias (à ma connaissance) ont fait circuler l’information !

Le plus drôle (sic !) c’est qu’au même moment le gouvernement diffuse une publicité parlant du pouvoir d’achat... de qui se moque t-on ?

Et ceci peut s’expliquer par les dernières déclarations de Guillaume Pepy, président de la SNCF, qui veut augmenter le chiffre d’affaires de 50 %, et doubler les profits d’ici 2012 dans son plan sobrement baptisé "Destination 2012".

Mais, il semblerait que M. Pepy aime avoir la main lourde car depuis le 1er juillet, les tarifs de la SNCF ont déjà augmenté de 2,5 % !

Pourtant avec l’augmentation du prix des carburants, la diminution du pouvoir d’achat en France et l’écologie qui devient une "priorité nationale" (qui a dit "Grenelle de l’environnement") le train a tout pour plaire, hélas, la SNCF donne l’impression d’aller à contre-courant...

D’ailleurs, une question simple nous vient à l’esprit, cette modification du calendrier voyageur est-elle une modification unilatérale du contrat (contrat passé entre la SNCF et les détenteurs de cartes commerciales) ?

Car il ne fait aucun doute que personne parmi ces détenteurs ne souhaite une modification du calendrier.


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (96 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Martin Mystère 8 juillet 2008 16:12

    Ca, et la RATP a augmenté le prix du ticket de métro comme tous les ans, le 1er juillet. Cette fois le ticket est passé de 1,50 € à 1,60 €. Le prix du carnet de 10 tickets a lui pris 30 cts (11,10 € à 11,40 € ; je m’en suis rendu compte tout à l’heure en prenant 3 carnets et en me rendant compte que je dépassais les 34 €, ce qui n’était pas le cas avant).

    Et pendant ce temps passent à la télévision les spots pour mesurespouvoirdachat.gouv.fr...

    Ca a au moins le mérite d’être cyniquement drôle !


    • manusan 8 juillet 2008 17:19

      vivement qu’ Air France - KLM se lance dans le train (c’est en discussion pour 2010).

      http://tf1.lci.fr/infos/economie/entreprises/0,,3706028,00-air-france-pourrait-preferer-train-grande-vitesse-.html

      Ils pourraient reprendre le slogan : Air France a nous de vous faire préférer le train.


      • Fergus fergus 8 juillet 2008 19:17

        A propos de la SNCF, savez-vous qu’il existe encore de nombreuses niches de tarification avantageuses, voire gratuites, parfois inconnues des contrôleurs ?

        La plus savoureuse est le "droit de visite aux tombes" institué il y a quelques décennies pour aller fleurir la sépulture d’un ascendant "mort pour la France". Ce droit, annuel, offre à son bénéficiaire un aller et retour entièrement gratuit en 1ere classe entre son lieu de résidence et le lieu de la sépulture.

        Peu utilisé dans le cas d’un trajet entre Guéret et Bapaume ou entre Brioude et Hénin-Liétard, cet avantage prend toute sa valeur si le mort au champ d’honneur a été inhumé à Saint-Tropez ou Biarritz. Blague à part, mon épouse y a droit et a profité de cette possibilité à de nombreuses reprises entre Paris et Bordeaux (officiellement pour se rendre sur la tombe d’un grand-père qu’elle n’a même pas connu), moyennant un petit supplément payant pour le bassin d’Arcachon, histoire d’aller admirer la dune du Pyla ou les parcs à huitres de Gujan-Mestras. Car, cerise sur le gâteau, il n’est pas nécessaire de se contenter d’un aller et retour rapide pour accomplir ses dévotions : le billet est valable deux mois !

        Avis aux amateurs, il suffit de demander, la SNCF (qui ne s’en vante toutefois pas) dispose d’un bureau spécialisé et... totalement inconnu des renseignements ou des agents de guichet.

        Ah, au fait, je ne sais pas si cette mesure existe à Air France. Mais si c’est le cas, elle ouvre de sacrées perspectives aux Tahitiens dont un aieul a été enterré du côté de Dunkerque ou de Verdun !


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 9 juillet 2008 00:55

          Bonjour,

          Je m’étais déjà interrogé sur la latence qu’à la SNCF à proposer des solutions viables de fret aux entreprises pouvant se passer du transport routier (sans compter le gain écologique potentiel).
          Mais côté passager ce n’est pas glorieux non plus : d’ailleurs avez-vous remarqué que les plus touchés sont les 26-59 ans ? Rien n’est véritablement prévu pour eux en terme de carte d’abonnement (la carte Grand Voyageur ne vaut que pour les voyages d’affaires fréquents et concernant par ailleurs des services annexes au trajet ferroviaire lui même). Quant à la carte Escapades, elle est assortiesde conditions draconiennes et ne saurait être utilisée en semaine.
          Bref, le TGV du profit je veux bien y croire, en revanche c’est l’affaiblissement du pouvoir d’achat qui continue à grande vitesse. Pour l’instant, les tarifs SNCF sont tellement abusés qu’ils en deviennent contre-productifs : c’est bête et méchant mais telle est la réalité que les gens ne risquent certainement pas de penser au train comme moyen de déplacement alternatif à leur véhicule personnel.

          A l’heure on l’on est noyé dans les imprécations écologistes, comment ne pas être surpris du déphasage avec l’élitisation graduelle de ce moyen de transport qui est l’un de ceux qui offrent le moins de conséquences néfastes envers l’environnement ?

          Pour terminer, je tiens à ajouter que la SNCF fait du profit avec des infrastructures payées par les contribuables Français, qui sont, au minimum, par conséquent taxés deux fois : il ne faudrait pas l’oublier...

          Cordialement


          • Jacques 9 juillet 2008 08:01

            Heureusement que l’entreprise n’est pas dénationalisée, on n’arrêterait plus d’entendre parler des méfaits de la privatisation !


            • perlin 9 juillet 2008 08:03

              @ l’auteur

              votre constat est juste, on peut rajouter les restrictions croissantes dans l’usage des smiles, ce bonus accordé aux grands voyageurs permet de moins en moins facilement de bénéficier de voyages gratuits.

              La batage écolo que nous subissons et qui nous culpabilise chaque jour un peu plus a pour effet indirect, voulu ou non, de nous préparer à modifier profondément nos habitudes, c’est-à-dire en l’occurence à payer beaucoup plus cher certains services.


              • maxim maxim 9 juillet 2008 10:43

                avec la SNCF ,les trains n’arrivent plus à l’heure malgré le progrès ,alors que du temps de la vapeur les équipages mettaient un point d’honneur à être ponctuels ..

                le soir je vais chercher ma fille qui arrive par le train de 23h30 à Fontainebleau Avon ,et c’est un miracle quand il est à l’heure ..souvent à la bourre ,ou quand il ne vas pas plus loin que Melun et qu’il faut foncer la récupérer 20 kms plus loin !

                je ne parle pas de celui de 20h 20 quand elle le prend ,qui accuse parfois 30 minutes de retard ,mais 15 minutes de retard ,c’est chose acquise !

                tout est possible avec la SNCF !


                • Martin Lucas Martin Lucas 9 juillet 2008 10:47

                  Autant je trouve que l’augmentation des tarifs des vols est un juste retoure des choses, autant je ne comprends pas cette envolée des prix du train.
                   
                  Comment peut-on promouvoir le train comme moyen de transport non polluant s’il devient hors de portée des gens ?

                  Ce gouvernement démontre comme d’habitude qu’il n’a aucune cohérence, aucune politique, sinon celle de se servir et d’arroser les amis.


                  • armand armand 9 juillet 2008 11:06

                    En cause aussi est l’abus du ’time yield’, d’abord expérimenté par les compagnies d’aviation, et qui permettent de démultiplier à l’infini les variations de tarifs en fonction de l’heure, le jour, de la date de l’achat, et ainsi de suite.
                    Ce qui donne la situation ubuesque suivante : dans un même wagon, la même place pour une même destination peut avoir été payée cinq ou six prix différents.
                    Or rien ne semble limiter le droit des transporteurs à agir de la sorte, et les groupes de consommateurs sont étrnagement silents.


                      • jam4ever 9 juillet 2008 16:12

                         - Ce qui donne la situation ubuesque suivante : dans un même wagon, la même place pour une même destination peut avoir été payée cinq ou six prix différents.
                        Or rien ne semble limiter le droit des transporteurs à agir de la sorte, et les groupes de consommateurs sont étrnagement silents.

                        C’est parceque que certains payent le prix fort aux heures de pointes, pro, passager ayant réservé au dernier moment ..., que d’autre qui ont pris la peine de plannifier leur déplacement à l’avance (offre preums par exemple) ou les différentes cartes de réductions, bénéficient de tarif plus interressant. Les associations de consomateurs ne disent rien a cela car elles pensent aussi que c’est un systeme "correct" ou moins pire que d’autres.
                        Je vous invite d’ailleurs à regarder les tarifs dans les autres pays européens, vous verrez que les prix sont loin d’etre si inninterressant en France que dans la plus part de nos pays voisins (merci de vous limiter aux pays proches : Allemagne, Suisse, Belgique, Autriche, Royaume Uni, Espagne, Italie car oui au Bengladesh les prix sont surement inférieur)

                        - Autant je trouve que l’augmentation des tarifs des vols est un juste retoure des choses, autant je ne comprends pas cette envolée des prix du train.

                        Les TER, Transport Express Regionnaux, sont des trains ou des Bus, qui en grande majorité ne sont pas electrique mais fonctionnent au DIESEL, et comme les compagnies aériennes ou le citoyen moyen, le prix de l’essence est en hausse (Exorbitante). Le prix de l’electrécité étant lui meme indexé sur celui pétrole, on concoit meme si ca fait ... CHIER !! que le prix augmente.

                         avec la SNCF ,les trains n’arrivent plus à l’heure malgré le progrès ,alors que du temps de la vapeur les équipages mettaient un point d’honneur à être ponctuels .. avec la SNCF ,les trains n’arrivent plus à l’heure malgré le progrès ,alors que du temps de la vapeur les équipages mettaient un point d’honneur à être ponctuels ..

                        Bel époque, mais comparaison totallement irrationnelle. Une ligne de chemin de fer et un Train sur la ligne c’était il y’a 100 ans. Entre Lyon et Paris, c’est un TGV toutes les 4 minutes. Alors oui quand il y’a ne serait-ce qu’un "petit probleme" c’est 30 secondes de perdu, mais c’est aussi l’arret ou le FORT rallentissement des tgv qui suivent a 320 km/h.
                        Le TER en général est victime de son succes, le réseau est saturé et il y’a un grand nombre de noeux ferrovieres totallement surchargés. Ajouté a cela un matériel ancien, des lignes anciennes et vous avez un cocktel explosif qui fait que la moindre difficulté génére un retard de 5 a 10 min non compressible et qui se repercute sur plusieurs trains de plusieurs lignes différentes.

                        - C’est une augmentation des prix bien cachée derrière une apparente de modernisation du calendrier voyageur

                        Un peu comme la loi de modernisation de l’économie ? ou les lois de modernisations du travail ? qui n’ont que pour effet d’atomiser les 35heures, les paiement des heures supplémentaires, limiter l’inflation par des salaires tres bas ? Et oui le terme modernisation ou reforme cache souvent de vils intentions

                        Raler est le propre de l’homme mais accepter une réalité devrait aussi être pris en compte pour atteinué les insultes de certains. Je ne nie tout de fois pas les problemes et il est clair qu’il y’a des choses à améliorer !!

                        pour info 33% du prix d’un billet correspond au péage que paye la sncf a RFF (réseau Ferré de France)



                        • armand armand 9 juillet 2008 21:36

                          Justement, jam4ever, je trouve que le système est devenu beaucoup trop complique... et manipulateur, car il canalise les voyageurs et monopolise leur attention (vais-je acheter en avance, attendre les ’soldes’ au dernier moment, prendre une formule avec hotel, etc.) au lieu de leur proposer le service qu’ils souhaitent.
                          Je reste attaché au prix au kilomètre, modifié par le type de train, par des cartes professionnelles, familiales, éventuellement par des formules style ’billets circulaires’. Mais payer un billet plus ou moins cher en fonction de la date à laquelle on l’a achété, non.


                          • jam4ever 9 juillet 2008 22:14

                            Dans ce cas la, si on a un prix "moyen" au kilometre pour tout le monde, les étudiants qui acceptent de prendre le train a 13h arrivé 15h de paris pour lyon / strasbourg / nantes, payent le meme prix que les pros qui prennent les memes trains a 6h30 arrivé 8h30 dans ces memes villes.

                            Sauf que les pros EXIGENT des places aux heures de pointes ! Si les étudiants, particulier lambda non plus d’interet financier a prendre les trains en heures "creuses" alors ils voudront aussi les trains que tout le monde veut et ca creera un mécontentement général !
                            Les pros reserveront des mois a l’avance des 100aines de places par tgv aux horraires interressants, obligeant les particuliers a payer plus cher un billet qu’ils payent aujourd’hui moins cher tout en les obligeant a prendre ces memes horraires "bidons" qui gachent une journée (arrivé a 15heure dans une ville, ou etre obliger de partir a 15heure ou 22heure de marne la vallée c’est pas forcément le souhait du client lambda surtout s’il paye plein bu).

                            Bref nul système n’est parfait mais en pesant les pours et les contres je trouve celui-ci plus "correct" pour le client lambda qui n’a pas les memes moyens financiers que les entreprises.


                            • Gasty Gasty 9 juillet 2008 23:17

                              Les pros reserveront des mois a l’avance des 100aines de places par tgv aux horraires interressants, obligeant les particuliers a payer plus cher un billet qu’ils payent aujourd’hui moins cher tout en les obligeant a prendre ces memes horraires "bidons" qui gachent une journée


                              Qu’appelle-t-on la clientèle PRO ? Des chefs d’entreprises ou des salariés se déplaçant pour leur travail. Car je ne pense pas que les trains soient remplis par les chefs d’entreprises aux heures de pointes. La majeur partie des voyageurs sont captif de ces horaires, ils n’ont pas le choix.

                              Les 35 heures et les RTT avaient rétabli une meilleur dispersion des voyageurs sur les aller et retour quotidien et de fin de semaine. C’est bientot fini .

                              Aujourd’hui le systeme des billets est complètement stupide , elle oblige de plus en plus l’usager à prendre son billet en prenant ses réservations sur des trains en le choisissant une heure plus tard ou les derniers trains du soir.

                              Pourquoi, et bien parce si le billet n’est pas échangé dans les délais horaires avant le départ du train , le billet ne vaut plus rien. Et lorsque cet usager est pris dans une réunion, il ne pourra pas faire l’échange. sauf si justement il a pris la précaution de prendre le dernier train du soir, ainsi il pourra l’échanger. Dans le cas contraire,non seulement la réservation n’est pas valable mais le billet n’est plus valable et ne vaut plus rien.

                              Avec quelques aménagement et si vous avez ceci vous pourrez mais avec cela vous devrez, sauf si et à moins que.... Ce sont les nouvelles reglementations imaginés.

                              Ce n’est que de la gestion sur papier glacé appelé
                              " Notes" qui aura occupé quelquessssssss cadres à imaginer le voyageur parfait , pas celle du voyageur quotidien.


                            • Gasty Gasty 9 juillet 2008 23:32

                              La privatisation des transports (sans monopole déloyale) étant en marche et très attendus par ceux qui ont toujours eu à critiquer , insulter et trainer dans la boue les personnels de cette entreprise. Bon à rien , fainéants, trop payés, preneurs d’otages.
                              La privatisation et la dérégulation de l’énergie tout autant, qui peut encore croire que ça va baisser.


                            • jam4ever 10 juillet 2008 09:58

                              Qu’appelle-t-on la clientèle PRO

                              Les entreprises qui organisent des réunions, formations, rdv, salons pour leurs salariés vers la capital. Les "patrons" ou cadres dirigeant sont aussi de la partie, et certains ce déplacent en comité ! 
                               Les Tgv dont les départ sont entre 6h et 7h30 en semaine, qui partent de Lyon sont constitué a près de 60% de ce type de clientèle.

                              Pourquoi, et bien parce si le billet n’est pas échangé dans les délais horaires avant le départ du train , le billet ne vaut plus rien. Et lorsque cet usager est pris dans une réunion, il ne pourra pas faire l’échange. sauf si justement il a pris la précaution de prendre le dernier train du soir, ainsi il pourra l’échanger. Dans le cas contraire,non seulement la réservation n’est pas valable mais le billet n’est plus valable et ne vaut plus rien.
                               

                              Typiquement on est dans le cadre d’un déplacement professionnel, et justement les professionnels payent des billets plein tarif, qui sont échangeables ET remboursables jusqu’a 30 min après le départ du train.

                              Quand au fait de réserver a l’avance ce n’est qu’une habitude de consommation, personne ne s’indigne de devoir payer son billet d’avion 6 mois a l’avance et qu’il ne soit quasi pas remboursable du tout (moins de 30% de remboursement dans les 2 mois avant le vol ... et moins de 10% le 30 jours avant ...)

                              Encore une fois le système est loin d’être parfait mais il limite les côuts pour certains, sans handicapé réellement les entreprises, qui payent la flexibilité et la sécurité, alors que le client lambda cherche surtout un côut moindre


                              • armand armand 10 juillet 2008 10:20

                                Mais si, jam4ever, je m’indigne de ces mêmes contraintes et complications appliquées aux billets d’avion !
                                Plus sérieusement, la clientèle PRO (dont je fais partie) a besoin de beaucoup de souplesse, car on ne sait jamais quand une réunion va se terminer, on peut devoir effectuer un déplacement au dernier moment, etc. Bref, la souplesse qui existait pour tout le monde auparavant, quand le billet non utilisé était échangeable et remboursable.
                                D’ailleurs, vous le savez bien, la SNCF s’est mise à rogner sur le principe du billet remboursable surtout pour juguler le phénomène des billets non poinçonnés, non contrôlés, que les petits malins se faisaient rembourser après coup.
                                Quant au programme Grand Voyageur (là aussi, j’ai été un des premiers inscrits...) les SMiles qu’on gagne s’apparentent de plus en plus à un leurre - on est incités à prendre des billets PRO (bcp plus productifs en termes de points) et on découvrer que les contingents de places accessibles en billets primes rétrécissent cmme peau de chagrin !
                                En fait, les seuls gagnants à l’heure actuelle sont les deux extrêmes du public - les inactifs qui peuvent voyager en s’y prenant longtemps à l’avance et en se laissant guider strictement par les tarifs les moins chers, et les super-cadres, adoubés désormais ’Club-Grand-Voyageur’ dont les billets sont payés par leurs entreprises.

                                Il y a trois-quatre ans environ, les nouvelles offres commerciales étaient avantageuses - conçues, on s’en doute, pour attirer de nouveaux voyageurs. Depuis que la SNCF fait des bénéfices, les avantages se réduisent à vue d’oeil - jamais les mêmes promotions, des modifications sans cesse, il est désormais très difficile d’estimer à l’avance le coût d’un déplacement.
                                Quant à Eurostar c’est bien pire. La dérèglementation britannique dans toute sa splendeur. Et je ne peut m’empêcher de trouver scandaleux des grilles de prix, pour une même place, qui s’échelonnent entre 33 et 200E !
                                Pour couronner le tout, mais cela pourrait faire l’objet d’une autre discussion, contraindre le voyageur à passer par Internet, comme c’est le cas sur certaines lignes, pour certaines promos, c’est induire non seulement une réelle inégalité parmi les consommateurs, mais démultiplier les risques d’érreurs dont la SNCF (et Eurostar surtout) se refusent à assumer la responsabilité.
                                A titre d’exemple, je voyage très fréquemment, suis parfaitement ’computer literate’ et pourtant il m’est arrivé que le billet commandé ne corresponde pas à la date demandée, que la réservation ne s’enregistre pas (et quand j’essaie de la refaire, je tombe sur un tarif plus élevé), etc.
                                Et la réponse invariable c’est : la machine a toujours raison, c’est vous qui n’avez pas vérifié.
                                Or, quand on commande au guichet ou au téléphone, l’employé récapitule toujours le détail de la commande avant de la valider.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès